Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture picturale et écriture musicale de la littérature et des arts

 | 
Béatrice Bloch
, 
Apostolos Lampropoulos
, 
Pierre Garcia

Deuxième partie. Écritures vues

(Se) jouer du poème depuis ses marges : le jeu des intertextes de « Scattering as Behavior Toward Risk » de Susan Howe

Marie Olivier

Résumé

Cet article se propose d’étudier l’écriture picturale de la poétesse américaine contemporaine Susan Howe à travers un déchiffrage des intertextes de « Scattering as Behavior Toward Risk » (Singularities, 1990). Ce texte joue de la duplicité de ses deux hypotextes, d’une part le Deutéronome (32, 26) où Moïse annonce aux Hébreux que Dieu les « réduirai[t] bien en poussière » et « abolirai[t] leur souvenir parmi les hommes » et d’autre part, Billy Budd, roman posthume de Herman Melville dont le « genetic text » se trouve convoqué aussi bien qu’invoqué par la poète. Depuis les marges du poème, le féminin et le bégaiement infusent des modes de résistance et des dynamiques au corps du texte qui s’en trouve structuré plutôt qu’informé par eux. L’article propose de jouer la poétique de Susan Howe de la façon dont un musicien lit les marges de sa partition afin de mieux l’interpréter et de jouer de son instrument, de la faire travailler non seulement tout contre ses intertextes, mais également contre elle-même, contre son propre langage et ses propres stratégies poétiques.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lors d’un entretien publié en 1986 dans le numéro de la revue américaine Difficulties consacré entièrement à Susan Howe, la poétesse américaine contemporaine explique sa vision artistique. Pour elle, la poésie doit être « un acte physique » ainsi que « l’expérience de productions manuscrites [...] de l’imprimé sur la page, de la forme des mots. [...] Le poète doit appréhender, au-delà des singularités, un ordre nouveau et différent qui puisse être perçu, comme ‘cette chose qui n’est pas le chaos’, ‘cette chose radicalement autre’, ‘le potentiel’, ou de manière plus explicite, ce que, dans la théorie des catastrophes, l’on appelle ordre dans le chaos »1. En ouvrant la première page du poème « Scattering as Behavior Toward Risk », que l’on pourrait traduire littéralement en français par « la Dispersion comme attitude à l’égard du risque », troisième partie du recueil Singularities2, le lecteur est en effet frappé par le chaos visuel et pictural de sa poésie. L’acte physique d’écriture...

Auteur

Maître de conférences à l’Université Paris-Est Créteil en littérature anglo-américaine. Elle s’intéresse plus précisément à la poésie américaine des XXe et XXIe siècles. Son domaine de recherche recouvre l’esthétique du texte poétique, ainsi que le structuralisme, le formalisme, et la théorie critique française. Elle a dédié sa thèse de doctorat et la plupart de ses publications à l’étude de l’œuvre de Louise Glück, poète américaine contemporaine qu’elle a également traduit.
Université Paris-Est Créteil – IMAGER

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540