Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture picturale et écriture musicale de la littérature et des arts

 | 
Béatrice Bloch
, 
Apostolos Lampropoulos
, 
Pierre Garcia

Deuxième partie. Écritures vues

L’écriture de Genet au regard de Rembrandt et de Giacometti

Patrice Bougon

Résumé

Dans un essai au titre remarquable – Miroirs d’encre – Michel Beaujour cherche à définir un genre d’autobiographie qui soit moins chronologique que thématique, e2n un sens renouvelé du terme. Il propose une théorie de l’autoportrait engendrée par sa lecture originale de Montaigne et de Leiris. Nous reprenons à notre compte ce beau titre et cette notion d’autoportrait, en la modifiant puisque nous l’articulons avec les figures d’autrui, en l’occurrence celles de Rembrandt et de Giacometti. Dès lors, les essais esthétiques de Genet sont bien des « miroirs d’encre » qui lui permettent de retrouver une image de lui-même, mais par le détour nécessaire de ces deux œuvres. Notre hypothèse de lecture consiste à penser que la façon dont Genet décrit un tableau, un dessin, une sculpture nous apprend comment son regard poétique engendre une visibilité supplémentaire qu’on trouve aussi à l’œuvre dans les récits. Par la lecture des essais esthétiques, une part de la singularité de la représentation du visible dans les œuvres antérieures, nous est peut-être ainsi livrée.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En un mot : ce sont les écrivains qui ont chance de parler le plus précisément de la peinture. Parce qu’ils se donnent en quelque sorte toute latitude dans leurs manières de faire : pour chercher à cerner ce qui constitue l’énigme d’une toile. Parce qu’ils savent qu’il faut réinventer le tableau sous le prétexte d’en faire la description. C’est par là qu’ils sont les mieux placés pour saisir ce qui se produit du tableau à la page.
J.-M. Rey, Le tableau et la page

Dans un essai au titre remarquable – Miroirs d’encre1 – Michel Beaujour cherche à définir un genre d’autobiographie qui soit moins chronologique que thématique, en un sens renouvelé du terme. Il propose une théorie de l’autoportrait engendrée par sa lecture originale de Montaigne et de Leiris. Nous reprenons à notre compte ce beau titre et cette notion d’autoportrait, en la modifiant puisque nous l’articulons avec les figures d’autrui, en l’occurrence celles de Rembrandt et de Giacometti. Dès lors les essais esthétiques de Ge...

Auteur

Après une maîtrise de philosophie à la Sorbonne et un doctorat de littérature, sous la direction de Jean-Michel Rey à l’université Paris VIII, Politique, rhétorique et vision chez Jean Genet, il enseigne comme maître de conférences pendant 11 ans au Japon. Il est actuellement professeur contractuel à l’université Denis Diderot. Il est président de la société Henri Thomas <http://www.henrithomas.pbworks.com>. Il a publié 45 articles sur Genet, Thomas, mais aussi sur Derrida, Michel Deguy, Truffaut et les films japonais. Il prépare un choix de ses articles sur Jean Genet et un autre sur ceux consacrés à Henri Thomas. Il travaille sur le rapport au visible, le motif de la lettre, le style, le rapport entre littérature et philosophie et, tout récemment, la danse contemporaine japonaise de Tomo Sone.
Université Paris III – CERACC

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540