Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture picturale et écriture musicale de la littérature et des arts

 | 
Béatrice Bloch
, 
Apostolos Lampropoulos
, 
Pierre Garcia

Deuxième partie. Écritures vues

Musées, retardements et polaroïds de soi – à l’ombre de l’Acropole

Apostolos Lampropoulos

Résumé

Cet article étudie les extraits du Journal d’adolescence et du Journal de Virginia Woolf racontant ses deux visites à Athènes (en 1906 et en 1932) et, plus précisément, à l’Acropole. Il s’appuie aussi sur le texte Athènes, à l’ombre de l’Acropole (1996) de Jacques Derrida, un commentaire à la fois autobiographique et philosophique d’une série de photos de Jean-François Bonhomme, et sur le célèbre essai « Trouble de mémoire sur l’Acropole » (1936) de Sigmund Freud. L’article commence par une courte réflexion sur les conditions de visibilité d’un monument comme le Parthénon et sur le rôle particulier qu’y joue l’expérience du musée. Il se penche par la suite sur la logique photographique régissant les récits athéniens de Woolf, notamment l’idée d’une écriture avec et à propos de la lumière, le retardement précédant et suivant ses descriptions photographiques, ainsi que la tension entre les déclics de son écriture et son développement parfois arythmique à la manière du polaroïd. L’article finit en proposant l’idée d’un « polaroïd de soi » comme moyen de maintenir ouverte l’archive d’une vie.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Acropole, récemment

Pendant la construction du nouveau musée de l’Acropole1 qui a été inauguré en 2009, le conseil archéologique grec a temporairement déclassé deux immeubles du début du xxe siècle, reconnus comme des « monuments modernes », qui se trouvent entre la façade principale du musée et l’Acropole2. Cette décision donnait le feu vert pour leur démolition, en s’appuyant sur les besoins du nouveau musée tels que ceux-ci étaient déjà définis dans l’annonce du concours international d’architecture qui a précédé sa construction : une vue ininterrompue sur l’Acropole depuis le musée et un dialogue visuel avec elle. Par contre, la façade postérieure du musée donne sur l’immense forêt, à la fois aride et captivante, des immeubles modernes qui, pour la plus grande partie, ont été construits à partir des années 1950. Bien que la démolition des deux bâtiments n’ait jamais eu lieu, cette possibilité est indicative du rôle attribué au nouveau musée qui, vite devenu le premier grand mon...

Auteur

Professeur de Littérature comparée à l’Université Bordeaux-Montaigne, il a publié la monographie Le Pari de la description. L’effet d’une figure déjà lue (L’Harmattan, 2002) et co-dirigé le numéro spécial « Configurations of Cultural Amnesia » (avec V. Markidou ; revue Synthesis, 2010) ainsi que les volumes États de la théorie. Histoire et géographie des récits critiques (avec A. Balasopoulos ; Metaichmio, 2010 ; en grec), AutoBioPhagies (avec M. Chehab ; Peter Lang, 2011) et Textual Layering : Contact, Historicity, Critique (avec M. Margaroni et Ch. Hadjichristos ; Lexington Books – Rowman & Littlefeld, 2017) ; il prépare actuellement le volume Valeur (avec E. Rikou et E. Yalouri, Nissos, en grec). Il a traduit en grec Le Démon de la théorie d’A. Compagnon (Metaichmio, 2003) et On Deconstruction de J. Culler (Metaicmio, 2006) ; il travaille actuellement, avec Eftichis Pyrovolakis, sur la traduction du volume Jacques Derrida de Jacques Derrida et de Geoffrey Bennington.
Université Bordeaux Montaigne – TELEM

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540