Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Écriture picturale et écriture musicale de la littérature et des arts

 | 
Béatrice Bloch
, 
Apostolos Lampropoulos
, 
Pierre Garcia

Première partie. Paradigmes d’intermédialité

De la forme des choses à la chose de la forme : la forme romantique entre peinture et musique

Pierre Garcia

Résumé

On se propose ici de considérer la question du croisement des arts d’un point de vue de plasticien, d’une étude de terrain, en quelque sorte. Or, selon cette perspective, il semble possible de soutenir qu’il n’est d’époque donnée qu’à partir d’une forme originelle qui informe celle-ci de part en part. Ce qui reviendrait à dire que les différentes écritures artistiques d’un temps seraient autant de déclinaisons de cette matrice première. C’est là la démonstration que l’on tente de faire en regardant la période romantique et en essayant de montrer comment l’ensemble de la révolution industrielle – son économie, sa littérature, sa peinture, sa musique… – procède d’abord d’une telle forme originelle. A cette fin, on relèvera notamment comment une œuvre musicale, le Concerto pour piano numéro 1 de Brahms, et une œuvre picturale, Le moine au bord de la mer de Caspard Friedrich, entretiennent de profondes correspondances qui attestent de cette source commune.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qu’est-ce qui agrège une société ? Qu’est-ce qui lui permet d’harmoniser les éléments et les forces qui la traversent pour tenir en respect l’anomie et l’entropie ? On peut penser qu’il est possible d’apporter une réponse simple à ce questionnement majeur : la forme. Ce serait pour procéder d’une forme qui l’informe de part en part afin de lui donner les formes du temps, de l’espace, des objets,… qui lui sont propres qu’une communauté serait à même de se constituer et se maintenir comme telle. Cette matrice première se donnant à la fois comme ce qui lie ensemble les parties et ce qui s’assure de leurs configurations respectives. C’est à des formes ainsi cohérentes et établies du temps, de l’espace, des objets,… que le faire société pourrait être. Les moments du classicisme, du baroque, du rococo,… n’étant qu’autant de déploiements d’une forme du classicisme, du baroque, du rococo… qui sous-tend chacune de ces périodes ; et cette historicité n’ayant d’autre source que ces formes orig...

Auteur

Diplômé de l’Institut Français de Restauration des Œuvres d’Art et docteur en arts plastiques de l’université de Paris VIII et spécialiste des techniques des peintures, il est notamment l’auteur d’un ouvrage important dans ce domaine, Le métier du peintre – Dessain et Tolra, 1990. Il est actuellement maître de conférences à l’université Bordeaux Montaigne et membre du laboratoire ARTES/CLARE.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540