Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les impacts du changement climatique en Aquitaine

 | 
Hervé Le Treut

Glossaire

Texto completo

1Abiotique : Désigne un facteur écologique, un phénomène ou un processus de nature physico-chimique, indépendant des êtres vivants, ou entièrement contrôlé par des paramètres non biologiques.

2Accrétion : Désigne le développement progressif d’une forme ou d’une accumulation qui s’enrichit par des apports nouveaux.

3Adaptation : « Ajustement des systèmes naturels ou des systèmes humains face à un nouvel environnement ou un environnement changeant. L’adaptation aux changements climatiques indique l’ajustement des systèmes naturels ou humains en réponse à des stimuli climatiques présents ou futurs ou à leurs effets, afin d’atténuer les effets néfastes ou d’exploiter des opportunités bénéfiques. On distingue divers types d’adaptation, notamment l’adaptation anticipée et réactive, l’adaptation publique et privée, et l’adaptation autonome et planifiée » (GIEC, 2001).

4Albédo : Fraction du rayonnement solaire réfléchi par une surface ou un objet.

  • 1 Cairol D., Terrasson D, 2002. Numéro spécial Aménités rurales : une nouvelle lecture des enjeux ter (...)

5Aménités : Le terme d’aménités a été défini en 1999 par l’OCDE comme des « attributs, naturels ou façonnés par l’homme, liés à un espace ou à un territoire et qui le différencient d’autres territoires qui en sont dépourvus ». Les aménités conduisent à s’interroger sur les relations entre les hommes à propos du territoire en mettant l’accent sur la qualité de cette relation en sortant d’une conception étroite des filières productives. Pour en savoir plus, voir notamment (Cairol et Terrasson, 20021).

6Anadrome : Espèce qui vit en mer et remonte en eau douce pour se reproduire.

7Anthropique : Relatif à l’activité humaine, qualifie tout élément provoqué directement ou indirectement par l’action de l’homme.

8Aquifère : Formation géologique constituée de roches perméables contenant de façon temporaire ou permanente de l’eau mobilisable, et capable de la restituer naturellement et/ou par exploitation.

9Autécologie : (syn. autoécologie) Sous-discipline de l’écologie concernant l’étude des individus pris isolément dans leur milieu, en particulier l’action des facteurs écologiques sur les organismes. Ce terme est en grande partie synonyme d’écophysiologie.

10Avalaison : Phénomène par lequel les poissons migrateurs descendent de leur cours d’eau vers la mer.

11Bathymétrie : Mesure de la profondeur des mers et cartographie des reliefs sous-marins.

12Benthique : Qualifie un organisme qui vit à proximité des fonds marins.

13Bon état écologique : Le « bon état écologique » est une norme fixée par la Directive Cadre Européenne sur l’Eau (DCE) qui comporte cinq classes (très bon, bon, moyen, médiocre et mauvais). Pour chaque « masse d’eau » du territoire national, la norme de « bon état écologique » définit un écart aux conditions de références représentatives d’une eau pas ou très peu influencée par les activités humaines. L’état écologique est défini soit par les mesures de paramètres physico chimiques, biologiques et morphologiques s’il existe des points de mesures, soit sur avis d’expert dans le cas contraire.

14Biodisponibilité : désigne la fraction d’une substance ou d’un composé chimique ayant la possibilité d’être absorbée et d’être utilisée par le métabolisme d’un organisme vivant.

15Biotique : Qui est propre à la vie et désigne donc tout facteur écologique, tout phénomène ou processus de nature biologique, dépendant des êtres vivants.

16Biotope : Milieu biologique homogène propre au développement d’une ou plusieurs espèces.

17Chaméphyte : Forme végétale caractérisée par des plantes buissonnantes qui sont adaptées à passer la mauvaise saison grâce à des bourgeons situés à moins de 25 cm au-dessus du sol, ce qui leur permet d’être protégés par la neige pendant la mauvaise saison.

18Changements environnementaux planétaires (ou Changement global) : Terme générique couvrant de multiples changements environnementaux et écologiques à la surface de la Terre en réponse à une combinaison de facteurs naturels et anthropiques. Cela comprend notamment les modifications d’usage des terres et des fonds marins (déforestation, urbanisation, intensification/déprise agricole, désertification, pêche, etc.), les modifications des cycles biogéochimiques (azote, carbone, eau…), les évolutions de la biodiversité (perte de biodiversité, invasions biotiques, destruction d’habitats et/ou surexploitation de populations, etc.), le changement climatique, l’acidification des océans.

19Clé de voûte : Espèce dont l’effet sur son environnement est disproportionné comparativement à ses effectifs ou à sa biomasse.

20Construction sociale des risques : Idée selon laquelle un risque n’existe pas « par essence » mais qu’il résulte de processus sociaux et politiques qui relient des phénomènes d’origine naturelles et/ou anthropiques à des enjeux sociaux, économiques ou environnementaux relatifs à la santé, à la sécurité ou à l’intégrité de certains milieux, d’individus et de groupes, de biens et d’activités. De ce point de vue, un risque est évolutif car dépendant des conditions sociales au sein desquelles il est construit.

21Débit de crise (DCR) : Le DCR est la valeur de débit d’étiage au-dessous de laquelle l’alimentation en eau potable pour les besoins indispensables à la vie humaine et animale, ainsi que la survie des espèces présentes dans le milieu sont mises en péril. À ce niveau d’étiage, toutes les mesures possibles de restriction des consommations et des rejets doivent avoir été mises en œuvre. (Plan de crise)

22Débit Objectif d’Étiage (DOE) : Le DOE est la valeur du débit fixé par le SDAGE au-dessus de laquelle sont assurés la coexistence normale de tous les usages et le bon fonctionnement des milieux aquatiques et qui est à garantir statistiquement huit années sur dix. Le DOE est « satisfait une année donnée », lorsque le plus faible débit moyen de 10 jours consécutifs (VCN10) est maintenu au-dessus de 80 % de la valeur du DOE.

23Démersale : Qualifie une espèce qui vit près des fonds marins tout en pouvant les quitter ponctuellement.

24Dendrochronologie : Étude de l’évolution temporelle de l’épaisseur des cernes des arbres à des fins de datation.

25Dépoldérisation : La dépoldérisation est un processus de « remise » à la mer des terres précédemment gagnées sur l’espace maritime. Cette démarche d’aménagement du territoire a été initiée par la Grande-Bretagne dans les années 1980. Il existe quatre types de dépoldérisation selon leur objectif : à visée environnementale, protectrice, touristique et compensatoire.

26Diadrome : Désigne une espèce de poisson migratrice qui effectue une partie de son cycle vital en rivière et le reste en mer ou inversement.

27Directive Cadre européenne sur l’eau (DCE) : La DCE, adoptée le 23 octobre 2000 et transcrite en droit français par la loi du 21 avril 2004, fixe pour les pays membres de l’Union Européenne un objectif de qualité des eaux visant l’atteinte de « bon état » aux échéances de 2015, 2021 et 2027.

28Dulcicole : Qualifie un organisme qui vit dans les eaux douces.

29Écosystème : Ensemble formé par l’association d’organismes vivants en interaction les uns avec les autres et avec leur environnement, et qui constitue une unité fonctionnelle de base en écologie.

30Ectotherme : (syn. Poïkilotherme) Désigne les animaux à « sang-froid », dépourvus de régulation thermique, dont la température corporelle suit passivement celle de leur environnement.

31Édaphique : Désigne ce qui se rapporte aux sols.

32Effet de serre : Processus naturel ou anthropique de réchauffement de l’atmosphère et du sol, lié à la présence des gaz appelés gaz à effet de serre (GES). Les GES laissent une grande part du rayonnement solaire incident pénétrer l’atmosphère jusqu’au sol, et piègent au contraire les rayonnements infrarouges émis par la surface terrestre et les basses couches atmosphériques, retenant la chaleur dans le système surface-troposphère et entraînant l’augmentation de la température.

33Efflorescence : Développement rapide d’une micro-algue entraînant la présence d’un grand nombre de cellules dans l’eau (plusieurs millions par litre) qui dans certains cas peut prendre la couleur de l’algue.

34El Niño-Southern Oscillation (ENSO) : Phénomène climatique combinant les fluctuations océaniques entre les événements El Niño et La Niña, et les fluctuations atmosphériques appelées oscillations australes. Il se produit avec une cyclicité irrégulière de 2 à 7 ans environ, dans l’océan Pacifique tropical. Il se traduit par des variations intenses d’échanges d’énergie entre océan et atmosphère, modifie la circulation océanique, la température de l’air et de l’eau, les vents, les précipitations, ainsi que les échanges de CO2 avec l’atmosphère, avec des impacts importants sur des régions éloignées. La composante atmosphérique est souvent mesurée par la différence de pression entre les stations de Darwin et Tahiti, et la composante océanique par les valeurs de la température de la mer en surface au centre et à l’est du Pacifique équatorial. Un épisode El Niño décrit l’élévation des températures de la mer, généralement en fin d’année, à l’est du Pacifique et le long des côtes d’Amérique du Sud. Un épisode La Niña correspond à un refroidissement des mêmes régions.

35Entomofaune : En un endroit donné, partie de la faune (peuplement d’animaux) constituée des insectes.

36Équitabilité : Mesure du degré de régularité dans l’abondance relative des effectifs des diverses espèces d’un peuplement.

37Estran : Partie du littoral située entre les limites extrêmes des plus hautes et des plus basses marées.

38Étiage : Niveau le plus bas d’un court d’eau ou d’un lac.

39Eutrophisation : Phénomène d’enrichissement excessif, naturel ou anthropique, des eaux continentales ou littorales en substances nutritives (matières organiques, phosphates, nitrates…), qui peut entraîner la prolifération d’espèces et végétaux aquatiques (parfois toxiques) et la détérioration progressive du milieu aquatique (manque d’oxygène, dégagement de substances toxiques, diminution de lumière dans la colonne d’eau…).

40Évapo-transpiration : Phénomène d’évaporation de l’Eau par les végétaux terrestres grâce auxquels la sève peut circuler dans les plantes vasculaires.

41Fitness : Degré d’adaptation d’une population d’une espèce donnée à sa niche écologique.

42Gaz à effet de serre (GES) : Constituants gazeux de l’atmosphère, d’origine naturelle ou anthropique, qui absorbent et émettent un rayonnement à des longueurs d’onde se situant dans le spectre du rayonnement infrarouge thermique émis par la surface de la Terre, l’atmosphère et les nuages. C’est cette propriété qui est à l’origine de l’effet de serre. Plus d’une quarantaine de gaz à effet de serre ont été recensés par le GIEC parmi lesquels figurent : la Vapeur d’eau (H2O), le Dioxyde de carbone (CO2), le Méthane (CH4), l’Ozone (O3), le Protoxyde d’azote (N2O), l’Hydrofluorocarbures (HFC), le Perfluorocarbures (PFC) et l’Hexafluorure de soufre (SF6).

  • 2 Mermet L., 1992. Stratégies pour la gestion de l’environnement : la nature comme jeu de société ?, (...)

43Gestion effective : La gestion effective d’un environnement ou d’une ressource renvoie à l’ensemble des actes organisateurs déterminés par les usages réels et les règles informelles indépendamment des règles formelles définies par les autorités compétentes ou de la gestion intentionnelle portée par des gestionnaires de l’environnement. (Mermet, 19922)-http://www.academie-sciences.fr/​arpcep/​Documents/​ARP-CEP%20Document%20final.pdf

44Gouvernance : Désigne un mode de régulation des rapports sociaux et économiques, fondé sur la reconnaissance mutuelle, le dialogue, la concertation à différentes échelles de territoire et entre différents types de parties prenantes, en vue d’une prise de décision. (Source SNDD 2010-2013).

45Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC, en anglais : IPCC) : Créé en 1988 par l’Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), suite à une prise de conscience du problème que pourrait poser le changement climatique à l’échelle du globe. Le GIEC est un organe intergouvernemental qui est ouvert à tous les pays membres de l’ONU et de l’OMM. Le GIEC a pour mission d’évaluer, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine, cerner plus précisément les conséquences possibles de ce changement et envisager d’éventuelles stratégies d’adaptation et d’atténuation.

46Identité sociale : Ensemble des caractéristiques qui permettent d’identifier et de qualifier un individu (ou un groupe social donné) telles que l’âge, le genre, la catégorie socioprofessionnelle, la formation et l’expérience professionnelle, etc.

47Index climatique multivarié SBC : (Southern Biscay Climate index) Indice climatique calculé sur onze paramètres (température de l’air et de surface de la mer, état d’agitation de la mer, pression atmosphérique, précipitations, vent…) permettant d’évaluer les impacts des changements océano-climatiques dans le golfe de Gascogne. Les valeurs négatives correspondent aux années avec des conditions dépressionnaires dominantes particulièrement en hiver (précipitations importantes et mer forte). Les valeurs positives indiquent la prédominance au cours de l’année de conditions anticycloniques (pression supérieure à la normale, température atmosphérique élevée, forte insolation et mer calme).

48Mésophile : Désigne une espèce ou un peuplement croissant dans un biotope au sol neutre et présentant des conditions moyennes de température et d’humidité.

49Métapopulation : Population constituée par un ensemble de sous-populations.

  • 3 DeAngelis D. L. & Mooij W. M., 2005. Individual-Based Modeling of ecological and evolutionary proce (...)
  • 4 Grimm V. & Railsback S. F. (2005). Individual-Based Modeling and Ecology. Princeton : Princeton Uni (...)

50Modélisation individu-centrée : Approche récente pour laquelle aucune définition absolue n’existe encore. Dans son principe34, la modélisation individu-centrée (en anglais : Individual-Based Modeling) simule les populations ou les systèmes de populations en tant qu’entités discontinues (i. e. séparées, à savoir ici les individus d’une population ou d’un ensemble de populations) caractérisés par une ensemble de paramètres qui varient entre les individus, chacun caractérisé lui-même par une histoire unique en terme d’interactions avec son environnement et les autres individus de la (ou des) populations(s).

51Montaison : Phénomène par lequel les poissons migrateurs remontent les cours d’eau pour leur développement ou leur reproduction.

  • 5 Buttoud G., 2003. La forêt : un espace aux utilités multiples, Les études de la documentation franç (...)
  • 6 OCDE, 2001. Multifonctionnalité - Élaboration d’un cadre analytique, OCDE, Paris.
  • 7 Dehez J. (coord. Par), Candau J., Deuffic P., Gadaud J., Rulleau B., Rambonilaza M., Point P., 2009 (...)

52Multifonctionnalité : Appliquée à la forêt, la multifonctionnalité désigne la capacité de celle-ci à fournir d’autres biens et services (environnementaux, sociaux) que la production de bois. L’idée n’est pas nouvelle (Buttoud, 20035) ni propre à la forêt, comme en témoignent les réflexions qui se sont développées ces vingt dernières années autour de l’agriculture (OCDE, 20016). Pour autant, son contenu est loin d’être stabilisé. En France, la multifonctionnalité des forêts s’est tout récemment dotée d’un caractère institutionnel en figurant (en substance) dès le titre I de la loi d’orientation forestière de 2001 (Dehez, 20097).

53Niche climatique : Terme récent pouvant désigner les dimensions climatiques de la niche écologique, elle-même définie comme un espace multidimensionnel décrivant la place et la spécialisation d’une espèce à l’intérieur d’un peuplement.

54Nival : Relatif à la neige ; concernant les débits fluviaux, correspond à un type de régime influencé par la fonte des neiges.

55North Atlantic Oscillation (NAO) : Oscillation de masse atmosphérique entre les deux centres d’action climatologique de l’Atlantique Nord : l’Anticyclone des Açores et la Dépression d’Islande. L’Indice NAO, souvent calculé par la différence de pression atmosphérique entre Reykjavik et Lisbonne, décrit une part importante des variations du régime océan-atmosphère sur la région, y compris l’intensité des vents d’ouest dominants et les variations de précipitations sur le sud de l’Europe.

56Observatoire de la Côte Aquitain (OCA) : Partenariat régional qui a pour objectif principal de mettre à disposition des acteurs du littoral des outils d’aide à la décision et à la gestion de ce milieu en constante évolution. Jusqu’en 1992, la MIACA Mission Interministérielle d’Aménagement de la Côte Aquitaine a été chargée de la coordination de l’aménagement de la côte Aquitaine.

57Ordre : (sensu classification de Strahler) La méthode d’ordination de Strahler permet de calculer des indicateurs de l’importance d’un cours d’eau, en se basant sur le niveau de ramification du réseau hydrographique. La valeur d’un segment aval s’incrémente de 1 s’il résulte de la confluence de deux segments de même niveau. Deux segments d’ordre 1 confluent dans un ordre 2. Un ordre 2 et un ordre 1 donne un ordre 2… deux ordres 2 donnent un ordre 3… etc.

58Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) : Organisation dont la mission est de promouvoir les politiques qui amélioreront le bien-être économique et social partout dans le monde.

59Panache fluvial/estuarien : Volume important d’eaux douces, turbides et riches en nutriments d’origine continentale qui est apporté à la bande côtière par l’embouchure d’un fleuve.

60Pélagique : Qualifie une espèce, des individus vivant en pleine eau.

61Perception sociale/Représentations sociales : Ensemble des idées, images, croyances, schèmes de pensée, liés à un objet donné qui conduisent des individus ou des groupes sociaux à se fonder une opinion, un jugement, un point de vue, une vision du monde à partir de processus cognitifs conscients ou inconscients, individuels ou collectifs.

62Phénologie : Étude de l’influence du temps et des conditions écologiques, entre autres climatiques, sur la succession des diverses phases du cycle vital d’une espèce.

63Plan de Gestion des Étiages (PGE) : Protocole d’accord entre différents partenaires (État, agriculteurs, Agence de l’Eau, EDF…) dans le domaine de la gestion quantitative de la ressource en période d’étiage. Il vise à retrouver une situation d’équilibre entre les usages de l’eau et le milieu naturel, traduite par le respect du débit objectif d’étiage.

64Pluvial : Relatif à la pluie ; concernant les débits fluviaux, correspond à un type de régime influencé par la pluviométrie.

65Pluvio-nival : Relatif à la pluie et à la neige ; concernant les débits fluviaux, correspond à un type de régime influencé par la fonte des neiges et/ou la pluviométrie.

66Prométhéen (approche prométhéenne) : On dit d’une approche qu’elle est prométhéenne lorsqu’elle envisage une transformation fondamentale, structurelle, forte d’un fait, d’un état, d’un milieu.

67Relocalisation : « Opération qui consiste à déplacer, à reculer les activités et les biens sur le territoire à une distance suffisante, vers l’arrière-pays, afin de les mettre à l’abri des risques qu’ils peuvent encourir face à la mer, à court ou à long terme » (Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte, MEDDE, 2012).

68Résilience : Capacité d’un organisme, d’un groupe ou d’une structure à s’adapter à un environnement changeant et à revenir à son équilibre initial.

69Risque : Le risque se définit par la probabilité de survenue d’un événement potentiellement néfaste (l’aléa) et par la gravité de ses conséquences (enjeux). On le trouve ainsi traduit de façon simple en termes mathématiques : Risque = Aléa (événement) x Vulnérabilité (enjeux) ou Risque = Probabilité x gravité.

70Scénarios SRES : Scénarios d’émissions élaborés par Nakicenovic et Swart, dans le Special Report on Emission Scenarios, sur lesquels sont fondées la plupart des projections climatiques futures présentées dans les troisième, quatrième et même cinquième rapports d’évaluation du GIEC.

71Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux estuaire de la Gironde (SAGE) : Le SAGE se développe sur un espace de 3 683 km2 dont 365 km2 pour l’estuaire dans le domaine public fluvial et 3 318 km2 en surface communale (dont 16 % en Charente Maritime et 84 % en Gironde). Le nombre de communes concernées par ce SAGE est de 185 dont 142 en Gironde et 43 en Charente-Maritime. La population permanente concernée est de 930 000 habitants. Le SAGE concerne aussi les milieux associés de l’estuaire avec en particulier des marais et 56 cours d’eau affluents (longueur totale = 585 km).

  • 8 Millennium Ecosystem Assessment, 2005. Ecosytems and Human Well-Being : General Synthesis, Island P (...)
  • 9 Chevassus-au-Louis B., 2009. Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosys (...)

72Services écosystémiques : les services écosystémiques sont une représentation des liens supposés entre l’état des écosystèmes et le fonctionnement des sociétés humaines. Le Millennium Ecosystem Assessment (MEA, 20058) définit les services éco systémiques comme des « bienfaits directs ou indirects que les sociétés humaines retirent des écosystèmes ». L’établissement de plusieurs listes de services a notamment été appliqué en France sur les forêts pour discuter de la conservation de la biodiversité (Chevassus-au-Louis, 20099). La diffusion rapide de ce concept a suscité des controverses sur sa pertinence.

73Syndicat Mixte pour le Développement Durable de l’estuaire de la gironde (Smiddest) : Il assure la maîtrise d’ouvrage du SAGE Estuaire.

74Thermocline : Zone de transition marquant la limite souvent abrupte entre les eaux océaniques de surface, plus chaudes, et les eaux océaniques de fond, plus froides.

75Thermophilisation : (terme récent traduit de l’anglais thermophilization) Processus par lequel les espèces vivantes à preferendum thermique froid disparaissent et les espèces vivantes à preferendum thermique chaud se développent. La thermophilisation des communautés végétales montagnardes reflète l’intensité du réchauffement récent. Dans la logique du changement climatique projeté, les transformations d’ores et déjà observées suggèrent un déclin progressif des espèces et communautés vivant d’ordinaire dans les habitats les plus froids.

76Trophique : Se dit d’un niveau, d’une situation et cible la position (producteur, consommateur) occupée dans la chaîne alimentaire d’un écosystème, mésocosme, microcosme…

77Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) : Plus grande et plus ancienne des organisations globales environnementales au monde. Première organisation environnementale mondiale créée en 1948. Aujourd’hui, le plus vaste réseau mondial de professionnels de la conservation avec un rôle de premier plan en matière d’environnement et de développement durable.

  • 10 Foden W., Mace G., Vié J.-C., Angulo A., Butchart S., De-Vantier L., Dublin H., Gutsche A., Stuart (...)

78Vulnérabilité : Le terme « vulnérabilité » est utilisé de façon vague dans de nombreux contextes. Dans le cadre des études environnementales, la « vulnérabilité » apparaît plutôt en tant que concept dérivé du domaine des sciences sociales (cf. chapitre 3). Définir précisément et évaluer quantitativement la vulnérabilité des espèces au changement climatique sont encore des tâches en cours. Plus de 90 traits biologiques ont été listés comme indicateurs de la vulnérabilité des espèces, tous groupes taxonomiques confondus, face à un risque d’extinction (Foden, 200810). Parmi eux, certains traits de vulnérabilité peuvent être associés de façon étroite au changement climatique ; ils sont déclinés en différentes catégories regroupées dans cinq groupes : A-Habitat spécialisé de l’espèce et/ou exigences particulières au regard du microhabitat. ; B-Tolérance environnementale étroite ou existence de seuils susceptibles d’être dépassés en raison du changement climatique pendant n’importe quel stade du cycle de vie de l’espèce. ; C-Dépendance vis-à-vis d’un signal environnemental spécifique susceptible d’être modifié par le changement climatique. ; D-Dépendance vis-à-vis d’interactions interspécifiques susceptibles d’être modifiées par le changement climatique. ; E-Capacité limitée de dispersion vers une zone nouvelle ou plus favorable.

79Sources :

  • Cabane Francois (2012). Lexique d’écologie, d’environnement et d’aménagement du littoral. http://archimer.ifremer.fr/​doc/​00026/​13721/​

  • Centre de ressources pour les Plans-Climat Énergie Ter

  • Dictionnaire de l’environnement. http://www.actu-environnement. com/ae/dictionnaire_environnement/definition.php4

  • GIEC, 2001. Glossaire des termes employés dans le troisième rapport d’évaluation du GIEC. http://www.ipcc.ch/​pdf/​glossary/​tar-ipcc-terms-fr.pdf

  • GIEC, 2007. Bilan 2007 des changements climatiques. Contribution des Groupes de travail I, II et III au quatrième Rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat [Équipe de rédaction principale, Pachauri, R. K. et Reisinger, A. (publié sous la direction de~)]. GIEC, Genève, Suisse…, 103 p.

  • GIEC, 2007. Glossaire des termes employés dans le quatrième rapport du GIEC. http://www.ipcc.ch/​pdf/​assessment-report/​ar4/​syr/​ar4_syr_glossary-fr.pdf

  • Grand Robert de la langue française, p. 1279 : Didact. Relatif à Prométhée. Le mythe prométhéen. Litt. Caractérisé par le goût de l’action, la foi en l’homme.

  • Jeandel C. et Mosseri R., 2011. Le Climat à découvert, CNRS Éditions, 288 p.

  • Ramade F., 2002. Dictionnaire encyclopédique de l’Écologie et des Sciences de l’Environnement., DUNOD, 2e édition, Paris. 1075 p.

  • Ramade F., 2008. Dictionnaire encyclopédique des sciences de la nature et de la biodiversité, DUNOD, Hors collection, 760 p.

  • Stratégie Nationale du Développement Durable 2010-2013.

  • http://www.developpement-durable.gouv.fr/​IMG/​pdf/​SNDD-3.pdf

Notas

1 Cairol D., Terrasson D, 2002. Numéro spécial Aménités rurales : une nouvelle lecture des enjeux territoriaux, Ingénieries - EAT, p. 5-14.

2 Mermet L., 1992. Stratégies pour la gestion de l’environnement : la nature comme jeu de société ?, Paris, L’Harmattan, 205 p.

3 DeAngelis D. L. & Mooij W. M., 2005. Individual-Based Modeling of ecological and evolutionary processes. Annu. Rev. Ecol. Evol. Syst. 36:147-68.

4 Grimm V. & Railsback S. F. (2005). Individual-Based Modeling and Ecology. Princeton : Princeton Univ. Press. 480 p.

5 Buttoud G., 2003. La forêt : un espace aux utilités multiples, Les études de la documentation française, La documentation française, Paris.

6 OCDE, 2001. Multifonctionnalité - Élaboration d’un cadre analytique, OCDE, Paris.

7 Dehez J. (coord. Par), Candau J., Deuffic P., Gadaud J., Rulleau B., Rambonilaza M., Point P., 2009. Services récréatifs et multifonctionnalité des forêts en Aquitaine, rapport pour le OCRRDT Aquitaine, Cemagref, Bordeaux.

8 Millennium Ecosystem Assessment, 2005. Ecosytems and Human Well-Being : General Synthesis, Island Press Washington D. C. http://www.maweb.org/fr/index.aspx, consulté le 04 juin 2012.

9 Chevassus-au-Louis B., 2009. Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes, Centre d’Analyse Stratégique, Paris.

10 Foden W., Mace G., Vié J.-C., Angulo A., Butchart S., De-Vantier L., Dublin H., Gutsche A., Stuart S. and Turak E., 2008. Species susceptibility to climate change impacts. In J.-C. Vié, C. Hilton-Taylor and S. N. Stuart (eds). The 2008 Review of The IUCN Red List of Threatened Species. IUCN Gland, Switzerland.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540