Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les impacts du changement climatique en Aquitaine

 | 
Hervé Le Treut

Éléments de synthèse

Chapitre 10 : Bilan de l’étude : enjeux, questionnements et recommandations

Texte intégral

I- Le changement climatique : une préoccupation réelle et actuelle pour l’Aquitaine

1Cela fait désormais plusieurs décennies que le problème de la dangerosité des gaz à effet de serre est posé au niveau scientifique. Les émissions liées aux activités humaines ont fortement augmenté après la Seconde Guerre mondiale : pour le seul dioxyde de carbone (CO2) produit par l’usage des combustibles fossiles, elles sont passées de 1 à 2 milliards de tonnes de carbone par an dans les années 1950, à 6 où 7 milliards de tonnes par an vers la fin du XXe siècle, et à 9 milliards par an environ aujourd’hui. À cela s’ajoute la part due à la déforestation, soit 1 à 2 milliards de tonnes supplémentaires chaque année. La végétation et les océans ne sont en capacité de reprendre en temps réel qu’une moitié environ des quantités de CO2 injectées dans l’atmosphère, au prix d’ailleurs de conséquences nocives telles que l’acidification croissante des océans. Faute de revenir à un seuil d’émission de l’ordre de 3 ou 4 milliards de tonnes par an, le CO2 s’accumule de manière durable dans l’atmosphère : il faut un siècle environ pour que la moitié du CO2 qui y est injecté à un moment donné en disparaisse. Les faits sont parlants : la concentration en CO2 est passée d’une valeur préindustrielle de 270 ppmv (parties par millions en volume), valeur qui était restée presque inchangée depuis 10 000 ans, à une valeur désormais très proche de 400 ppmv. Le CO2 n’est pas le seul gaz en cause : l’effet de son augmentation est presque doublé par celui des émissions de méthane, de protoxyde d’azote, de fréons, ou encore par l’augmentation de l’ozone des basses couches de l’atmosphère, un produit indirect des activités humaines.

2Dès les années 1970, les premiers modèles climatiques ont montré que le réchauffement moyen de la surface de la planète pourrait atteindre plusieurs degrés sous l’influence d’un doublement de la teneur atmosphérique en CO2, un chiffre alarmant qui a mis le monde scientifique en émoi. Le dernier réchauffement de quelques degrés que la planète ait subi est en effet le réchauffement moyen de 5 à 6 °C qui a accompagné la fonte de calottes de glace de plusieurs kilomètres d’épaisseur présentes il y a 20 000 ans sur l’Eurasie et l’Amérique du Nord.

3Ces premières prévisions étaient déjà basées sur des calculs physiques : les gaz à effet de serre piègent le rayonnement infrarouge émis par la Terre et, dans un contexte de fort développement de la science spatiale, des milliers de chercheurs ont contribué à calculer l’effet radiatif de chaque molécule sur chaque longueur d’onde dans l’atmosphère terrestre.

4L’effet de ces gaz est différé de quelques décennies : il faut que le réservoir thermique de la planète, – les premières dizaines de mètres supérieures de l’océan –, prenne le temps de se réchauffer (comme il prendra peut-être un jour le temps de se refroidir ?). Les rapports successifs du GIEC (en 1990, 1995, 2001 et 2007, le prochain est à paraître en septembre 2013 et en 2014), ont montré que les modèles récents, beaucoup plus complets, confirmaient le diagnostic et les prévisions des années 1970 ou 1980. Ils montrent aussi que progressivement le monde réel tend à évoluer en conformité avec ces prévisions : aux fluctuations naturelles se superposent désormais des évolutions qui correspondent de manière très significative aux effets attendus des gaz à effet de serre.

5Que peut-on craindre ? Le pire n’est jamais certain, mais nous sommes confrontés à la menace de changements possibles, plausibles, voire très probables, correspondant à autant de dangers que l’on doit chercher à anticiper. Un débat un peu inutile oppose parfois les tenants de l’« atténuation » de l’effet de serre, pour qui la seule vraie priorité est de réduire les émissions de gaz à effet de serre à ceux qui pensent que l’adaptation préventive aux effets du changement climatique est la seule issue. En fait les deux vont désormais de pair : l’évolution actuelle des émissions de gaz à effet de serre, qui continue de s’accélérer, oblige à un effort accru pour parvenir à la contenir. Une région comme l’Aquitaine se doit d’apporter sa contribution à l’effort collectif encore incertain, mais absolument nécessaire de réduction des émissions de gaz à effet de serre. C’est à la fois un devoir, et aussi le plus souvent une protection nécessaire contre les risques importants d’augmentation future du coût de l’énergie. Une part majeure des plans Climat-Énergie est consacrée à cet effort. Mais l’Aquitaine doit aussi évaluer de la manière la plus lucide et précise possible, les risques environnementaux auxquels elle peut être confrontée dans les décennies à venir, et qui seront d’autant plus grands que l’effort international de limitation des gaz à effet de serre sera faible : les gaz à effet de serre d’origine anthropique qui circulent au-dessus de l’Aquitaine sont pour plus de 95 % d’origine étrangère et on ne peut ignorer leurs effets.

6Si l’on suit cette logique on peut distinguer de manière grossière deux types d’évolution. Dans la première le réchauffement climatique reste modéré dans le siècle à venir, de l’ordre de 2 °C en moyenne annuelle globale à l’échelle de la planète. Mais il est désormais plausible, voire probable, que l’on n’en restera pas là et il est nécessaire d’envisager les conséquences d’une élévation de la température moyenne globale de l’ordre de 4 ou 5 °C. Les projections d’élévation du niveau marin sont également difficiles à préciser : elles dépendent d’une part de la dilatation des océans, d’autre part de la fonte des glaciers de montagne et de celles des grands glaciers polaires (Antarctique, Groenland). Les variations assez modestes publiées dans le dernier rapport du GIEC (quelques dizaines de centimètres de hausse en fin de siècle) sont remises en cause par la fonte apparemment plus rapide que prévue de l’Antarctique et du Groenland ; envisager alors un relèvement d’un mètre ou plus en fin de siècle relève d’une précaution nécessaire face aux éléments scientifiques disponibles aujourd’hui. De manière générale, nous n’avons pas cherché à envisager des scénarios extrêmes. Certains modèles vont au-delà, avec des réchauffements en fin de siècle de plus de 6 °C, des relèvements du niveau de la mer bien supérieurs à un mètre. Cependant, ces résultats dépendent de facteurs impossibles à prévoir avec exactitude, tels que l’évolution des ressources mondiales en hydrocarbures et leur usage. Nous n’avons donc pas cherché dans ce document à caractériser des risques réellement extrêmes, mais à caractériser ce que s’adapter à un réchauffement global de « quelques » degrés pourra signifier pour l’Aquitaine.

  • 1 www.ipsl.fr

7Comment donc analyser les impacts d’un réchauffement global de 4 ou 5 °C à l’échelle de notre région ? Le chapitre 1 est là pour rappeler la difficulté de passer de chiffres globaux à des évolutions plus locales. Nous savons que le réchauffement sera généralement plus fort sur les continents que sur les océans, donc plutôt plus fort en Aquitaine que pour l’ensemble de la planète et qu’il sera aussi marqué par des fluctuations naturelles qui diminuent sa prévisibilité. D’une manière qui peut paraître paradoxale, mais qui est en fait profondément logique, cette prévisibilité réduite correspond à des risques plus importants. Ainsi les modèles de Météo-France ou de l’IPSL (Institut Pierre Simon Laplace)1 simulent en Aquitaine des élévations de température pouvant atteindre 10 °C en moyenne estivale pour certaines années vers la fin du siècle – sans que l’on puisse dater de tels épisodes. Le réchauffement global pourrait aussi s’accompagner d’une forte diminution estivale des précipitations en Aquitaine, qui ne serait pas nécessairement équilibrée par des précipitations hivernales accrues. Mais ces évolutions dépendent des modes de circulations atmosphériques futures et d’autres scénarios futurs sont aussi possibles.

8Nous sommes également conscients que l’impact du changement climatique est encore souvent difficile à dissocier des autres facteurs d’évolution de nos sociétés. La globalisation et la mondialisation ont très largement favorisé la migration des espèces entre continents, et donc l’introduction d’espèces dont le caractère invasif peut être amplifié par le changement climatique. Les pressions et sollicitations portant sur les milieux et ressources biologiques se sont diversifiées en réponse aux nouvelles demandes énergétiques et alimentaires. Cette évolution elle-même a induit une intensification des méthodes de cultures et une demande accrue vis-à-vis de ressources telles que l’eau, qui risquent d’être limitantes dans le contexte du changement climatique. Enfin les variations démographiques en Aquitaine contribuent à changer les usages des terres, entre agriculture, forêt et espaces à vocation récréative. Toutes ces évolutions interagissent avec le changement climatique, et leurs effets et impacts ne peuvent souvent pas être distingués.

9Ces grands changements vont constituer le nouveau cadre climatique de l’Aquitaine. C’est dans ce contexte que l’on peut tenter de décliner les principaux enjeux auxquels il convient dès maintenant de faire face, par une analyse la plus fine possible des conséquences attendues dans la région. Le changement climatique induit des risques qui lui sont propres et qui se superposent à d’autres facteurs de risques très différents : il peut s’agir d’autres problèmes environnementaux (maintien de la biodiversité, acclimatation d’espèces à cultiver pour l’agriculture) mais aussi de problèmes sociaux (démographiques, économiques, politiques). Les études que nous avons recensées sont parfois transverses à plusieurs domaines : par exemple la santé publique, la qualité de l’air, celle de l’eau. Elles peuvent au contraire être limitées à un milieu ou un enjeu particulier (par exemple l’agriculture, la forêt, les ressources halieutiques, le trait de côte, la montagne). Sans prétendre à l’exhaustivité, le but de cet ouvrage est de contribuer à démêler cet écheveau afin de mettre en évidence les vulnérabilités, les fragilités que le changement climatique pourrait induire à l’échelle régionale, et d’initier une réflexion plus approfondie sur les stratégies d’adaptation à envisager. En bonne démocratie, ces stratégies doivent être élaborées progressivement par les acteurs politiques et les décideurs, en concertation avec toutes les parties prenantes et les citoyens, et en coopération avec les régions voisines de l’Aquitaine. Ce travail collectif, qu’il est urgent de renforcer, doit aussi faire l’objet d’une veille permanente, de manière à être suffisamment réactif face à un diagnostic scientifique qui doit lui-même être actualisé de manière continue.

10De manière cohérente, les recommandations contenues dans ce rapport consistent à pointer du doigt des problèmes qui méritent d’être anticipés, soit par des décisions rapides, soit par une phase de recueil de connaissances supplémentaires lorsque l’effort de recherche nécessaire ou le débat public n’existent pas encore au niveau adéquat.

II- Conclusions générales : mots clés et recommandations

11Résumer sous la forme de quelques conclusions, près de 300 pages d’un texte scientifique pluridisciplinaire très riche, représente un défi presque impossible. Mais derrière les différents textes et les différentes réflexions qui constituent la matière de ce rapport, il existe des traits communs qui peuvent nous servir de guide. On peut les caractériser en trois mots – d’autres, un peu équivalents, seraient aussi légitimes – : complexité, urgence et adaptabilité.

Complexité

12Les chercheurs rassemblés pour écrire ces textes proviennent de différents horizons, couvrent une gamme très large de disciplines, et mettent en évidence la richesse remarquable du tissu scientifique aquitain. Mais les différents problèmes traités sont interdépendants et de nombreuses études qui se situent à l’interface entre ces compétences ne conduisent pas à des conclusions simples et tranchées. Comment peut-on par exemple évaluer la qualité de l’air en Aquitaine ? Cette question, encadrée par des normes réglementaires de plus en plus strictes, se trouve à la croisée de questionnements scientifiques très différents : impacts directs des évolutions climatiques, choix de différents types d’urbanisme, impact polluant de diverses activités industrielles, des moyens de transport, mais aussi rôle de la forêt… Nous verrons dans plusieurs cas que certaines des études nécessaires à la décision publique n’ont pour l’heure jamais été menées de manière directe. Quel est le rôle potentiel de la forêt des Landes – ou des différentes pratiques agricoles – sur les microclimats régionaux ? Quel peut être l’impact d’une salinisation des zones estuariennes – au plan de la biodiversité, au plan social, au plan économique ? Il ne s’agit là que d’exemples, et d’autres seront présentés dans les paragraphes suivants.

13Face à cette complexité, nous avons conscience de l’aspect partiel de notre étude, volontairement limitée au champ de la connaissance à caractère universitaire (voir l’introduction). Certains enjeux transversaux dépassent le domaine des compétences rassemblées pour cet ouvrage. C’est par exemple le cas des problèmes de conservation des espèces animales et végétales. C’est aussi le cas des problèmes d’urbanisme et de développement des villes, celles-ci étant confrontées à une double problématique qui fait d’elles des sources d’émissions de gaz à effet de serre, en même temps que des zones particulièrement vulnérables à des épisodes de canicule ou d’inondation. C’est enfin le cas des ressources régionales en énergie. Hydroélectricité, nucléaire, solaire, éolien, bois, biocarburants : tous dépendent des aléas climatiques, mais ceci réclame une analyse qui dépend de compétences technologiques que nous n’avons pas rassemblées ici.

Urgence et adaptabilité

14L’augmentation des émissions de gaz à effet de serre, nous l’avons rappelé plus haut, est un phénomène récent, contemporain du développement industriel, qui produit des effets discernables depuis une vingtaine d’années environ. Comparées à la part des évolutions actuelles que l’on peut identifier comme les premières conséquences possibles ou probables de l’augmentation des gaz à effet de serre, les changements à venir pourront être beaucoup plus importants et se développer à un rythme beaucoup plus rapide. Par ailleurs, tous ne seront pas prévisibles dans le détail. Même dans un climat qui serait devenu généralement plus chaud et plus sec, l’Aquitaine continuera de souffrir par moments d’hivers rigoureux, d’étés pluvieux, voire très pluvieux : l’évolution se marquera avant tout par la modification progressive de la fréquence ou de l’intensité de ces événements. Des études montrent par exemple déjà qu’à circulation atmosphérique identique, les hivers les plus rigoureux d’aujourd’hui le sont moins que ceux d’autrefois. Mais le développement de situations dommageables, qu’il s’agisse d’épisodes de sécheresse prolongée, ou de la prolifération de certaines espèces invasives (qui peut être favorisée par des causes multiples, allant de l’absence de gel l’hiver aux transports par avion), ira inévitablement de pair avec des événements inattendus auxquels il conviendra de s’adapter.

15La conclusion la plus importante de cette étude est donc probablement, qu’il faut se préparer à penser différemment par rapport à un grand nombre de situations, dans un grand nombre de secteurs. Il faut s’approprier cette idée d’un futur différent. Et il faut le faire avec une réelle réactivité, en assimilant au mieux l’information disponible, qui s’enrichit constamment, et en prêtant attention aux incertitudes du diagnostic, qui constituent autant de risques additionnels.

Ceci nous amène à proposer quelques recommandations initiales

La nécessité d’assurer la dissémination de l’information produite par ce groupe de réflexion

16Ce rapport a été rédigé par des scientifiques, à destination des autorités du Conseil régional, mais aussi à destination de lecteurs qui vont bien au-delà du seul domaine scientifique. Nous souhaitons donc qu’il soit diffusé auprès des décideurs aquitains, auprès des associations, des élus, des assemblées territoriales, du grand public, en clair auprès de l’ensemble des parties prenantes. C’est l’ensemble des Aquitains qui est concerné et ils doivent être informés des évolutions à venir grâce à un accès facile à l’ensemble du texte. Ce sont les retours de ces lecteurs qui permettront de l’enrichir et de l’actualiser.

La vallée de la Dordogne, vue sur le château de Beynac (© T. Auly, Université de Bordeaux 3).

La nécessité de mettre en place un comité scientifique permanent

17Un groupe d’experts dédiés devra être mis en place de manière pérenne. Il aura pour mission d’actualiser régulièrement le présent rapport, qui a été principalement élaboré pendant l’année 2012. Il apportera ainsi son expertise de manière continue à la Région qui pourra aussi lui confier l’étude de problèmes plus spécifiques que ceux que nous avons cherché à aborder ici de manière très générale. Il pourra compléter ce rapport dans les domaines que nous avons seulement esquissés (conservation, urbanisme, énergie). Son travail devra être conduit en lien avec d’autres structures existantes, publiques ou privées.

La nécessité d’étudier en continu certains processus/phénomènes permettant un suivi environnemental de l’Aquitaine

18L’étude du climat et de ses conséquences s’intéresse à des évolutions qui sont ou seront sensibles à l’échelle de plusieurs décennies. Les grands organismes internationaux, les agences spatiales, ont mis en place un suivi organisé de « variables climatiques essentielles » destinées à accompagner l’évolution de l’environnement global de la planète. Les Instituts du CNRS, l’Institut National des Sciences l’Univers, l’INEE, ont mis en place, en lien avec leurs tutelles ministérielles, des systèmes d’observations pérennes, qui ont un objectif précis en matière de recherche (par exemple, l’observatoire SOMLIT). Un effort d’observation pérenne est également effectué dans des organismes aux missions plus spécifiques : IFREMER, Météo-France, INRA, IRSTEA, Agences de Bassin… La Région Aquitaine doit développer une capacité à rassembler, croiser et analyser ces informations, et à déterminer quelles sont les données supplémentaires qui doivent aussi faire l’objet d’un suivi pérenne en fonction des intérêts régionaux. La création récente d’un laboratoire d’excellence (LabEx COTE), regroupant une grande partie des partenaires institutionnels en charge des recherches sur l’environnement en région Aquitaine, et dont les travaux sont focalisés vers la réponse des écosystèmes au changement climatique, devrait contribuer à coordonner ces efforts. Il devrait permettre d’organiser et gérer les données relatives à l’évolution des milieux, de leurs ressources biologiques et de leurs services écosystémiques. Au-delà des efforts des organismes scientifiques, les dispositifs de veille et d’actualisation des connaissances doivent également tirer parti des expertises et de l’expérience (professionnelle, citoyenne, personnelle) de l’ensemble des acteurs socio-économiques de la région.

La nécessité de repenser les modes de gouvernance

19Les problèmes émergents liés au changement climatique nécessitent de repenser certains modes de gouvernance parce qu’ils impliquent un renforcement des dépendances interterritoriales ou intersectorielles, par exemple de type urbain/rural, maritime/terrestre, ou encore à l’interface entre différents écosystèmes, et de manière générale de type amont/aval dans tous les systèmes d’exploitation des ressources naturelles. Il est de ce point de vue nécessaire de porter une attention particulière aux conditions extrêmes pouvant conduire à des points de rupture, que le changement climatique peut provoquer au travers d’épisodes allant bien au-delà des évolutions moyennes, tels le cas d’inondations importantes, de submersions marines, de sécheresses, d’épidémies, de pics de pollution. Cette tâche est rendue à la fois difficile et nécessaire par les incertitudes et controverses qui entourent les impacts du changement climatique. Dans le cadre régional, repenser les modes de gouvernance pour mieux s’adapter au changement climatique, signifie donc avant tout créer des lieux efficaces de partage d’information et de débats, qui dépassent le seul cadre du comité d’experts mentionné plus haut, et permettent une mise à jour explicite des enjeux, nécessaire pour conduire à des mécanismes d’arbitrage et de compensation.

III- Conclusions particulières

20Nous rassemblons ici des conclusions sectorielles, concernant des domaines spécifiques (par exemple le domaine de la montagne) ou bien des préoccupations relativement focalisées, même si elles s’articulent avec un très grand nombre d’autres études (par exemple la qualité de l’air ou la gestion de l’eau). Dans ce qui suit, nous n’avons pas cherché à suivre le plan du rapport de manière stricte. Chaque paragraphe essaie d’indiquer quelles décisions pourront devenir nécessaires et quels sont les débats à initier.

Évolution climatique et évolution du vivant

21La diversité des espèces vivantes constitue très certainement le patrimoine le plus important que nous nous devons de conserver au cours des décennies ou siècles à venir. L’évolution de ces espèces dépend de facteurs multiples, mais le climat joue un rôle important, et le réchauffement déjà observé – de l’ordre d’un degré sur les régions continentales – est suffisant pour avoir un impact perceptible, que l’on peut noter au niveau des dates de vendange ou de floraison, ou de débourrement des arbres par exemple. Les réponses adaptatives des espèces demeurent très largement méconnues. Quelques exemples peuvent illustrer différentes facettes des problèmes posés. Les observations rétrospectives menées au cours des dernières décennies ont permis de déceler des migrations du chêne vert le long de la côte atlantique ou du frêne en altitude dans les Pyrénées. Les espèces vivantes constituent même un marqueur privilégié de la variabilité de notre environnement dont elles intègrent les effets sur des durées qui peuvent être importantes, de plusieurs semaines à plusieurs décennies. L’Aquitaine voit comme partout se superposer des causes climatiques et non climatiques à l’évolution du monde vivant. Les accidents des pétroliers Erika et Prestige dans le golfe de Gascogne ont eu un impact notoire sur les oiseaux marins, et leurs effets sur l’environnement ne peuvent être traités séparément des évolutions océano-climatiques actuelles. Les lieux de réchauffement ponctuel des eaux, par exemple lorsqu’elles servent au refroidissement d’une centrale nucléaire, constituent des zones « réservoirs » d’espèces thermophiles, espèces qui sont de plus en plus capables de migrer vers le milieu naturel en raison du réchauffement climatique des eaux. La pêche, les modifications du littoral, du domaine montagnard, de la forêt ou des pratiques agricoles sont autant de contributeurs potentiels aux changements de la biodiversité que nous avons abordés dans ce rapport sous l’angle limité de leur rapport avec le changement climatique.

22Dans le contexte du réchauffement global, plusieurs problèmes nouveaux se posent. Que signifie la conservation des espèces (dans les parcs ou réservoirs), si les espèces les mieux adaptées au climat ne sont plus toujours les mêmes ? Doit-on accueillir les espèces nouvelles, retenir les espèces qui tendent à migrer ? Il est nécessaire de réfléchir au problème général de la gestion des stocks, des échanges entre les systèmes, du suivi d’espèces indicatrices et de manière générale de la préservation des réservoirs d’espèces dont il faudra repenser la mission. Il peut aussi être nécessaire d’introduire des espèces nouvelles (nécessaires à l’équilibre d’un écosystème), d’assister la migration de certaines autres.

23En ce qui concerne les ressources exploitées par la pêche, plusieurs contraintes liées au changement climatique demandent à être étudiées. Certaines sont d’ordre opérationnel : les techniques et usages de pêche doivent être mis en cohérence, et adaptés à un coût de l’énergie qui risque d’augmenter. Certaines concernent la régulation de l’exploitation de ressources qui ne sont pas toujours renouvelées. Si l’on veut limiter l’empreinte écologique de l’activité de pêche sur des stocks dont l’affaiblissement peut être augmenté par les effets du changement climatique, il faut être attentif à la préservation des habitats essentiels et au maintien de la connectivité entre ces habitats, un problème particulièrement sensible pour les espèces amphihalines qui pénètrent dans les estuaires puis les rivières. Le Centre de Ressources National donne un cadre à cette action :

  • 2 Voir la référence : www.trameverteetbleue.fr

La Trame verte et bleue est un réseau formé de continuités écologiques terrestres et aquatiques identifiées par les Schémas Régionaux de Cohérence Écologique (SRCE), ainsi que par les documents de l’État, des collectivités territoriales et de leurs groupements. Elle constitue un outil d’aménagement durable du territoire. La Trame verte et bleue contribue à l’état de conservation favorable des habitats naturels et des espèces et au bon état écologique des masses d’eau.2

24Dans tous les cas une attention particulière doit être portée aux milieux considérés comme particulièrement vulnérables tels que les estuaires de la Gironde et de l’Adour ou encore le bassin d’Arcachon.

25De manière plus générale, nous avons constaté que plusieurs obstacles subsistent quand il s’agit d’évaluer l’évolution de la biodiversité à l’échelle régionale : la rareté des travaux permettant de prédire l’évolution d’une espèce donnée, le manque de données sur des durées longues, l’insuffisance des modélisations aux échelles adaptées. Ces recherches doivent être développées, en lien avec les organismes et associations qui traitent des problèmes de conservation et de gestion des ressources biologiques. Les problèmes d’adaptation et d’évolution concernent non seulement les communautés présentes dans les espaces à but conservatoire, mais également la biodiversité dite « ordinaire ». Nous avons évoqué au paragraphe précédent la nécessité d’un suivi à long terme de paramètres environnementaux : la définition d’indicateurs pertinents pour évaluer l’évolution de la biodiversité est une étape particulièrement importante de ce processus. Le suivi de paramètres environnementaux doit nécessairement être couplé à celui de la diversité des espèces présentes dans les écosystèmes. Pour le milieu marin par exemple, cela intègre la capacité d’observer de manière suivie (temporellement et spatialement) l’arrivée d’espèces nouvelles, dont celles qui ont une affinité tropicale.

26La diversité biologique est vue de prime abord comme un patrimoine à conserver, dont les méthodes de conservation sont remises en cause par le changement climatique. Mais elle doit aussi être considérée comme une assurance pour l’avenir dans un contexte d’incertitude économique et écologique. L’évolution des espèces et leur capacité d’adaptation à de nouvelles conditions environnementales dépendent étroitement du niveau de diversité actuellement présent dans les écosystèmes. Il est donc nécessaire de gérer cette diversité dans cette perspective, à tous les niveaux hiérarchiques et à toutes les échelles spatiales, depuis les écosystèmes entiers jusqu’à la diversité génétique à l’intérieur des espèces. Très concrètement, ce paradigme appelle à reconsidérer les systèmes de cultures (agriculture ou sylviculture) en y introduisant la nécessaire diversité en termes d’espèces ou de variétés cultivées.

L’air et l’eau en Aquitaine

L’air

27La notion de qualité de l’air est souvent ambiguë et mal comprise. Certains composés atmosphériques introduits par les activités humaines ont un impact négatif bien connu sur la santé humaine (le monoxyde de carbone, certains oxydes d’azote). Certains autres composés ont quant à eux un impact bien connu sur l’équilibre radiatif de la planète : ce sont les gaz à effet de serre à longue durée de vie atmosphérique, au premier rang desquels on peut citer le CO2, ou le méthane. Le terme de pollution est souvent appliqué à l’un ou l’autre de ces effets, entraînant une certaine confusion au niveau des débats publics. Cette confusion n’est malheureusement pas facile à éviter car nombreux sont les polluants qui ont à la fois un impact sanitaire et un impact climatique, illustrant ainsi le fait que climat et la qualité de l’air sont intimement liés. C’est notamment le cas de l’ozone troposphérique et des particules submicroniques.

28La complexité des enjeux ne s’arrête pas là : la pollution atmosphérique peut être transportée à des échelles régionales ou globales selon le temps de vie atmosphérique des polluants. Les composés émis ou formés en Aquitaine peuvent donc avoir un impact au-delà de notre région et la qualité de l’air en Aquitaine peut en retour être impactée par des polluants transportés sur de longues distances, par exemple trans-océaniques.

29L’évolution de la qualité de l’air en Aquitaine est ainsi largement dépendante des actions menées au niveau national, mais aussi aux niveaux européen et mondial, puisque réduire les émissions de gaz polluants est la stratégie la plus évidente d’amélioration de la qualité de l’air – même si elle est moins efficace quand il s’agit de polluants secondaires, c’est-à-dire de produits indirects des émissions, comme l’ozone ou certains aérosols secondaires. Ce contexte global crée une situation difficile : l’Aquitaine va devoir s’adapter préventivement à des réglementations qu’elle n’aura pas choisies, qui seront certainement plus contraignantes, et dépendront de pollutions qu’elle ne maitrisera pas…

30Mais il existe aussi des particularités et un contexte plus régional. Il tient à l’émission de composés spécifiques en lien avec le massif forestier des Landes. Mais la détérioration de la qualité de l’air peut aussi être corrélée à des situations anticycloniques prolongées pendant l’été (comme en 2003), situations auxquelles l’Aquitaine pourrait être particulièrement exposée dans le futur. Les émissions locales de polluants restent alors piégées près du sol, pouvant favoriser une formation accélérée d’ozone. En 2003, la moitié environ des cas de mortalité recensés en France ont pu être attribués à la dégradation de la qualité de l’air, plutôt qu’à l’effet direct de la canicule, par déshydradation. C’est donc probablement dans le domaine de l’adaptation de l’urbanisme à des situations météorologiques de ce type, que le problème de la qualité de l’air se posera à l’avenir de la manière la plus sensible.

Les eaux superficielles

31Les exercices de simulation du changement climatique rappelés au chapitre 1 prévoient une élévation globale de la température du sol, et donc de la température des eaux de surface, une modification des régimes de précipitation, une perturbation de la fréquence et de l’intensité de certains événements extrêmes (tempêtes, sécheresses plus ou moins prononcées selon les régions). Tout ceci peut impacter significativement le fonctionnement des bassins versants et les régimes hydrologiques des eaux de surface.

32Des années plus fréquemment marquées par des précipitations réduites font partie des risques futurs auxquels l’Aquitaine est confrontée. Cela se traduira inévitablement par une réduction des débits des rivières. Dans ce contexte, la gestion des étiages va devenir un des enjeux difficiles des décennies à venir. Parallèlement, les risques de concentration de la pollution seront accrus et nécessiteront un suivi en continu très minutieux à l’échelle des bassins-versants, et donc au-delà des frontières administratives de la région Aquitaine. La baisse des débits pourra aussi induire une détérioration de la qualité des rivières par eutrophisation. Un enjeu majeur des décennies à venir sera donc clairement la maîtrise des dangers menaçant la qualité de l’eau potable, et de manière plus générale la disponibilité future en eau douce pour des usages multiples. La régulation des débits, que ce soit par la réduction de la demande ou la création de nouvelles ressources, devient une question cruciale, qui est d’ores et déjà abordée à l’échelle du bassin et impose une approche collective. De manière générale, une décroissance de la disponibilité en eau posera des problèmes de partage, et il convient de poursuivre une large réflexion sur les usages de l’eau, les modes d’irrigation ou d’arrosage économes en eau, ou l’adaptation via le choix des cultures adéquates.

33Un relèvement du niveau de la mer de quelques dizaines de centimètres (ou plus) posera aussi un problème au niveau du littoral et des estuaires. La marinisation des nappes phréatiques peut devenir critique, et dans l’estuaire de la Gironde, la remontée du bouchon vaseux très à l’intérieur des terres devrait poser des problèmes, par exemple de sous-oxygénation dans les zones urbaines. Mieux évaluer ces risques réclame des études plus approfondies, et il apparaît particulièrement important de mieux comprendre les impacts en matière de toxicité, en lien d’une part avec l’évolution de paramètres généraux comme la salinité ou la température, et d’autre part avec les changements métaboliques, physiologiques des différents organismes. De manière générale, le travail que nous avons mené sur le domaine de l’eau en Aquitaine a clairement mis en évidence un manque de connaissance préoccupant, qui est dû en particulier au nombre limité de spécialistes travaillant sur les enjeux régionaux, surtout dans le domaine de la modélisation.

Cours d’eau souterrain en Pays Basque, Pyrénées-Atlantiques (© LGPA-EEE, Université de Bordeaux 3).

Les nappes d’eaux profondes

34Le changement climatique envisagé aura des impacts directs et induits sur les ressources en eaux souterraines en Aquitaine, où elles fournissent environ 60 % de la totalité des volumes d’eau prélevés. L’ampleur de ces impacts est assez directement corrélée à la disponibilité de la ressource en eau de surface, en fonction des différents types d’usages (alimentation et eau potable, usage agricole, usage industriel). Une disponibilité moindre des ressources de surface se traduirait par une augmentation au moins équivalente des prélèvements dans les eaux souterraines et donc par une plus grande dépendance de l’Aquitaine vis-à-vis des eaux souterraines.

35Ainsi, quelle qu’en soit l’échéance, dans le cadre du changement climatique la question de l’évolution des ressources en eaux souterraines apparaît comme essentielle. Des études concernant le développement d’outils de gestion dynamique de ces ressources sont déjà en cours, mais il est souhaitable d’approfondir la réflexion sur la disparité des réserves, leur réponse au prélèvement, leur gestion, sur les conflits d’usage. Cela nécessite en particulier de mieux connaître les aquifères de grande profondeur, de mieux appréhender les aspects de reconstitution et de recharge (éventuellement artificielle) de ces ressources profondes, de mener des études quantitatives et qualitatives sur le couplage entre eaux superficielles et souterraines, et finalement de mieux appréhender le fonctionnement futur des systèmes « nappe/rivière » largement répandus dans les vallées alluviales d’Aquitaine.

La qualité de l’eau

36Il y a désormais consensus sur le fait que le changement climatique peut provoquer une diminution de la qualité des eaux. Cela est dû à la conjonction de deux effets : la quantité d’eau disponible risque d’aller en diminuant, alors que la demande devrait augmenter. Cette évolution aura une répercussion à la fois sanitaire et environnementale.

37Un des enjeux majeurs des prochaines décennies sera donc de développer une bonne appréhension du problème des pollutions aquatiques en lien avec les usages, l’occupation des sols, et les modes de consommation, et en couplant pressions rurales, urbaines et industrielles. Il sera primordial de bien cerner les sources des contaminants affectant les milieux aquatiques, pour les diminuer, voire les supprimer, ou bien d’adapter les traitements de réhabilitation et de dépollution au plus près de ces sources. Il conviendra également d’approfondir nos connaissances des sources de contaminants d’un point de vue qualitatif et quantitatif, et en particulier des processus de formation et d’évolution des contaminants chimiques.

38Le changement climatique affectera par exemple les transports atmosphériques, ainsi que les partages entre les phases dissoute et particulaire ou les processus de photodégradation. Cela signifie qu’il faudra progresser dans la connaissance des phénomènes de transport, de distribution inter-compartiments (air-eau-sol-biote), ou encore dans celle des processus de formation et de transformation des contaminants. Il sera aussi nécessaire de préciser l’impact toxique des contaminants en lien avec l’évolution des paramètres comme la salinité, la température, l’oxygénation, ou encore en lien avec les changements métaboliques et physiologiques des différents organismes aquatiques.

39Au bout du compte, les décideurs aquitains seront probablement amenés à réglementer les flux de contaminants émis dans le milieu aquatique.

Les menaces sur les régions littorales et estuariennes

40Les littoraux sableux et rocheux aquitains sont modelés et évoluent en permanence principalement sous l’action de marées et de houles de fortes intensités. Cet environnement est donc soumis à de forts aléas naturels tels que l’érosion et la submersion marine. Ces phénomènes ont des conséquences sociales et économiques de plus en plus importantes car le littoral subit une pression démographique et une urbanisation croissante, liées en particulier au développement de l’économie des loisirs et du tourisme.

41Ces risques nécessitent d’être réévalués dans le cadre du réchauffement climatique du fait de l’élévation attendue du niveau marin et du changement de l’intensité ou de la fréquence des tempêtes. Dans ce contexte il est essentiel de mieux caractériser, au niveau de l’Aquitaine, les forçages hydrodynamiques, principalement ceux qui sont associés à la houle et à la marée, et leurs impacts sur l’évolution du littoral. Pour mieux caractériser le bilan des apports de sédiments qui conditionne l’évolution du littoral aquitain, il est nécessaire de disposer de davantage d’information concernant les stocks sableux disponibles sur le plateau continental, et surtout de mieux suivre l’évolution morphologique des côtes à fréquence élevée, mensuelle, en prenant en compte l’observation d’événements exceptionnels comme les tempêtes. Ce suivi est possible : il demande la mise en œuvre d’observations régulières, associant des mesures par lidar et le développement d’un modèle prédictif de l’évolution du trait de côte à l’échelle de l’Aquitaine.

42Beaucoup de travaux scientifiques indiquent aussi qu’une montée du niveau marin atteignant un mètre en 2100 est un scénario possible. Caractériser l’impact d’un tel relèvement sur le trait de côte aquitain (y compris dans le domaine des estuaires) demande un travail important, utilisant des techniques de bathymétrie précises, la caractérisation de la topographie et des bâtis proches du littoral, là aussi en association avec l’usage de modèles. Ces études conserveront une part d’incertitude : si les modèles hydrodynamiques en milieu littoral sont assez fiables à moyenne échelle, en revanche il est nécessaire d’améliorer leur capacité à décrire les processus de franchissement et de submersion. Mais il est urgent de mettre ce travail en œuvre car il constituera un élément central du débat à mener avec les parties prenantes, pour déterminer les options à adopter vis-à-vis des zones menacées. Comment associer des mesures de repli stratégique ou de relocalisation des activités avec la construction d’ouvrages de défense ; faut-il favoriser le retour de certaines aires à l’état initial de zones humides protégées (dépoldérisation) ? Dans tous les cas la décision finale demandera une large anticipation.

Impacts sur le milieu montagnard

43Les différents massifs montagnards aquitains sont des milieux caractérisés par une grande hétérogénéité de paysages et d’activités : eau, neige, forêt, élevage, espaces protégés – Parc National –, exploitation de l’énergie hydroélectrique. La vulnérabilité aux risques climatiques peut donc y prendre des formes multiples selon les enjeux considérés, et elle y sera généralement forte, en particulier s’agissant de la végétation et des cours d’eau. L’altitude est un facteur majeur : 1 degré de réchauffement se traduit par un déplacement vertical des isothermes pouvant aller de 100 mètres (climats secs) à 160 mètres (climats humides). Sachant que le réchauffement sur l’Aquitaine devrait être plus important que le réchauffement global moyen, on imagine le bouleversement majeur qu’impliquerait en fin de siècle un réchauffement global de 4 à 6 °C. Les massifs béarnais, où la biodiversité comme les socio-écosystèmes s’étalent sur une plus grande gamme d’altitude que les montagnes basques, seront particulièrement sensibles au changement.

44En ce qui concerne la biodiversité, le processus de thermophilisation (le fait que les espèces à preferendum thermique froid disparaissent ou déclinent, que les espèces à preferendum thermique chaud se développent et que la distribution de celles-ci tend à suivre le déplacement des températures) et de manière générale les différentes formes de changements dans la distribution spatiale des espèces animales et végétales (impliquant la disparition possible de certaines d’entre elles) constituent des défis marquants. Ils doivent être étudiés en synergie avec des contraintes liées aux modes de gestion, par exemple les obstacles à la migration d’espèces liés la régulation des cours d’eau. Le changement climatique va accentuer l’énorme pression anthropique qui pèse déjà sur la viabilité de certaines espèces endémiques, emblématiques ou d’intérêt patrimonial. C’est le cas, dans le domaine des gaves et des nives, du desman des Pyrénées, de la grenouille des Pyrénées, ou du saumon atlantique. Afin de hiérarchiser les priorités d’action, il conviendrait d’établir une liste des espèces vulnérables au changement climatique en Aquitaine.

45Plusieurs activités sensibles vont probablement demander des décisions. Les plus susceptibles de subir les effets du changement climatique et de connaître de profondes mutations sont le tourisme hivernal, l’exploitation forestière, le pastoralisme. Il paraît illusoire de maintenir l’activité de l’ensemble des stations de ski de manière durable sous la forme actuelle, ce qui oblige à réfléchir dès maintenant à la mise en place d’activités complémentaires. La gestion paysagère des montagnes réclame aussi une réflexion dédiée.

46Un effort de recherche est nécessaire et, en complément des travaux de modélisation déjà entrepris, toujours à poursuivre, il est primordial de construire des projets expérimentaux de longue durée dans des contextes écologiques diversifiés, en permettant ainsi la promotion de recherches concertées, pluridisciplinaires, basées sur des observations de terrain. Mais le travail doit aller plus loin. Un défi supplémentaire est de ne pas s’en tenir à suivre et documenter scientifiquement les bouleversements structurels et fonctionnels en cours – par exemple au travers d’Observatoires de la biodiversité montagnarde aquitaine ou pyrénéenne (cf. § sur l’Observatoire Pyrénéen du Changement Climatique). Il faut aussi en anticiper les évolutions, établir les stratégies susceptibles de diminuer les impacts, et ceci en impliquant les différents acteurs institutionnels, politiques et de la société civile.

L’agriculture : des contraintes nouvelles ?

47L’agriculture en Aquitaine sera soumise à un ensemble de contraintes de natures diverses : températures plus importantes, modification du contexte hydrique, avec la possibilité d’années sèches plus nombreuses (mais aussi d’orages plus intenses), risques sanitaires modifiés avec l’apparition possible d’espèces invasives et de risques épidémiques nouveaux. Ces risques ne sont pas propres à l’Aquitaine, et la région devra chercher à tirer bénéfice de solutions étudiées au niveau national et international.

48Un premier ensemble de solutions est de nature agronomique, avec un enjeu majeur qui est de préserver le potentiel agricole, en permettant une réduction des besoins en eau d’irrigation. Pour les grandes cultures en général et le maïs en particulier, il sera nécessaire de mettre en œuvre des variétés plus résistantes, voire de changer d’espèces cultivées. Une réflexion sérieuse sur les types d’agriculture adaptés et le lien production-commercialisation devra être conduite pour maintenir le tissu économique. La question de l’avenir de l’irrigation devra être posée explicitement, quels que soient les types de culture, et les choix devront être établis en tenant compte des usages partagés de la ressource en eau, que ce soit entre les différents utilisateurs, mais aussi entre les différents départements de la région Aquitaine et les départements voisins.

49Pour les espèces fruitières et la vigne, il existe une dynamique scientifique bien implantée dans la région Aquitaine, et les objectifs prioritaires de recherche tiennent déjà compte des impacts du changement climatique et des adaptations à mettre en œuvre. Ces recherches ont pour objectif de maintenir la compétitivité économique des exploitations en favorisant le maintien du rendement et de la qualité des produits. Elles sont en général conduites en interaction forte avec les organisations professionnelles concernées. Cette dynamique de recherche doit être soutenue et renforcée, les liens avec les différents acteurs professionnels, avec ceux du développement agricole, doivent être maintenus et encouragés.

50La question de l’adaptation de l’agriculture au changement climatique est par nature pluri-factorielle et doit être abordée par des recherches pluridisciplinaires, allant des sciences physiques et biologiques aux sciences humaines et sociales. Cette pluridisciplinarité, difficile à mettre en œuvre, doit être encouragée et soutenue. La question de l’adaptation de la viticulture aquitaine au changement climatique devrait à ce titre, servir d’exemple. Comme cette viticulture est principalement associée à la notion d’appellation d’origine, la question des adaptations techniques doit être envisagée conjointement à une réflexion sur les dispositions réglementaires, mais aussi sur le lien au terroir comme gage de qualité et de valorisation commerciale. La recherche bordelaise, au sein de l’ISVV (Institut des Sciences de la Vigne et du Vin), s’est engagée dans cette direction, tant au niveau régional, qu’au niveau national. Cette dynamique scientifique pluridisciplinaire doit être soutenue. Il peut être également important pour la Région de renforcer son rôle d’animation entre les différents acteurs de ce secteur économique majeur.

51Au-delà de cet effort de recherche, il est nécessaire d’engager une réflexion sur des enjeux et des pratiques qui demanderont des actions éventuelles et donc des décisions spécifiques. C’est le cas du partage éventuel des terres, des modifications de cultures à envisager, de l’étude de la mise en place de migrations d’espèces assistées, de l’organisation face aux risques sanitaires et aux invasions biologiques rapides. De manière large, il est nécessaire de développer une stratégie pour aborder des questions telles que le choix du type d’agriculture et des filières (grandes cultures ? arboriculture ?), les problèmes d’irrigation qui leur sont associées, ou celles liées au contexte réglementaire qui encadre certaines productions comme celle du vin.

La forêt : la nécessité de développer une gestion adaptative

52Élément important des paysages aquitains, par leur étendue et leur diversité, les forêts stigmatisent les préoccupations et questionnements suscités par le changement climatique. La durée de vie des arbres qui les composent couvre une échelle de temps qui est caractéristique des évolutions climatiques. Les durées de vie plus longues que celle des cultures annuelles exposent également les forêts à des risques plus nombreux, (feu, sécheresse, tempête, invasions biologiques…), dont certains peuvent être amplifiés par le changement climatique. On peut citer à cet égard le risque phytosanitaire encouru par la pinède landaise en réponse à la migration vers le nord du nématode. Ces considérations temporelles militent en faveur du développement d’une gestion adaptative volontariste prenant en compte de manière plus aiguë l’incertitude générée par ces délais. Cette gestion demande encore pour l’essentiel à être construite, en laissant place à une flexibilité et évolubilité accrue. Nombre de mesures prises aujourd’hui pourraient n’avoir aucun effet à court terme, mais risquent de s’avérer judicieuses d’ici quelques décennies. Elles pourraient donc être mal comprises par les populations actuelles. C’est déjà le cas pour toutes les mesures basées sur l’utilisation de la diversité dans son acception la plus large (diversité des méthodes de cultures, diversité des espèces, diversité des produits générés par les forêts) comme vecteur d’adaptation au changement climatique. Cette gestion adaptative méritera dès lors d’être largement diffusée et expliquée au niveau de l’ensemble des parties prenantes, des milieux socio-professionnels jusqu’au public le plus large.

53Le rôle réel des forêts à l’échelle locale, comme cible ou moteur du changement climatique demeure aujourd’hui un véritable enjeu de recherche. Les connaissances actuelles, rappelées dans cet ouvrage, se sont surtout attachées à estimer l’impact du changement climatique sur le fonctionnement des arbres, la productivité des forêts en termes de production et de composition spécifique. Mais l’effet en retour des forêts sur le climat reste très largement méconnu. La forêt d’Aquitaine, notamment la pinède landaise, est suffisamment étendue pour avoir une influence probable sur les conditions climatiques locales : elle modifie la réflexion du rayonnement solaire (albedo), les vents de surfaces, la transpiration de l’eau des sols. Enfin la forêt est aussi un outil de lutte contre le changement climatique, grâce aux capacités de stockage du CO2. Les interactions entre ces trois fonctions (rétroaction sur le climat, captation de carbone, fonctionnement des arbres) appellent un effort de recherche.

Notes

1 www.ipsl.fr

2 Voir la référence : www.trameverteetbleue.fr

Table des illustrations

Légende La vallée de la Dordogne, vue sur le château de Beynac (© T. Auly, Université de Bordeaux 3).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/690/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Légende Cours d’eau souterrain en Pays Basque, Pyrénées-Atlantiques (© LGPA-EEE, Université de Bordeaux 3).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/690/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540