Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les impacts du changement climatique en Aquitaine

 | 
Hervé Le Treut

Défis pour les ressources, les activités et la qualité de vie en Aquitaine

Chapitre 9 : Risques sanitaires

Isabelle Baldi

Texte intégral

1Coordination : Isabelle Baldi

2Rédacteurs : Isabelle Baldi, Gaëlle Coureau, Gaëlle Gault, Pierre-Yves Guernion, Denis Malvy, Simone Mathoulin-Pelissier, Chantal Raherison, Patrick Rolland, Roger Salamon

Si les questions sur le changement climatique sont encore souvent centrées sur ses conséquences en matière d’environnement et d’économie, l’attention se tourne progressivement vers les enjeux de santé publique. Ceux-ci recouvrent à la fois les effets sanitaires directs liés aux catastrophes occasionnées par des événements météorologiques extrêmes (tempêtes, inondations, incendies), aux vagues de chaleur ou de froid, ou encore aux effets cancérogènes des ultraviolets, mais aussi un certain nombre d’effets sanitaires indirects. Parmi ceux-ci, figurent l’impact de l’accroissement des polluants atmosphériques sur la santé respiratoire et sur les allergies, celui des modifications des ressources en eau sur le développement de micro-organismes délétères pour l’homme, les modifications de la dynamique de certaines pathologies infectieuses et la possible émergence de nouvelles maladies en relation avec la migration de vecteurs (phlébotomes, moustiques).
Vis-à-vis de chacun de ces risques, un certain nombre de mesures de surveillance et d’alerte sont aujourd’hui en place au niveau de la région Aquitaine sous l’impulsion de plans ou de réseaux nationaux. C’est notamment le cas concernant la surveillance des épisodes de canicule et de grand froid, l’enregistrement des nouveaux cas de cancer, la surveillance et l’alerte sanitaire concernant les pics de pollution atmosphérique, les mesures concernant la qualité des eaux de consommation et de baignade, l’observation entomologique des vecteurs de maladies infectieuses. La prévention des conséquences sanitaires du changement climatique repose bien évidemment en priorité sur les mesures visant à réduire l’effet de serre, mais elle nécessite également le développement et le renforcement de la recherche et des connaissances dans le domaine santé-environnement.

Introduction

3Tant au niveau des décideurs que du grand public, le débat sur le changement climatique est aujourd’hui centré sur les conséquences environnementales et économiques, et par conséquent n’a accordé jusque-là qu’une attention marginale aux effets sur la santé humaine. Pourtant des questions bien spécifiques sont aujourd’hui débattues dans la littérature scientifique médicale concernant l’impact de ces changements environnementaux. En effet le changement de climat est amené à modifier un certain nombre de paramètres physiques et biologiques auxquels l’homme s’est adapté biologiquement et socialement, et la rapidité de ces modifications pourrait alors retentir sur son état de santé.

4Parmi ces effets potentiels, certains peuvent être qualifiés de « directs » car ils se traduisent de manière claire et généralement à court terme sur les indicateurs de santé des populations (mortalité, morbidité), et d’autres d’« indirects » car ils mettent en œuvre une succession de phénomènes dont le changement climatique représente l’origine et l’effet de santé la conséquence ultime [1].

I- Effets directs

Effets sanitaires des catastrophes climatiques

5De manière évidente, tout événement météorologique extrême, surtout s’il est brutal et imprévisible (pluies extrêmes, raz de marée, tempêtes, cyclones, incendies, inondations), est susceptible de s’accompagner d’accidents et de décès au sein des populations. Il s’agit de phénomènes très concentrés sur le plan géographique et temporel.

6Les données du Centre de recherche sur l’épidémiologie des désastres (Université de Louvain) et de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) montrent une augmentation sensible du nombre de catastrophes naturelles au cours de la dernière décennie à l’échelle mondiale (Figure 1, [2]). Les catastrophes climatiques (températures extrêmes, sécheresses et incendies de forêt) représentent la majorité de ces événements (environ 70 %) et leur part s’accroît avec les années.

Figure 1 : Fréquence des catastrophes naturelles et nombre de victimes à l’échelle mondiale au cours des deux dernières décennies (Guha-Sapir et al. [2]).

  • 1 http://www.emdat.be/disaster-list

7Les catastrophes naturelles les plus marquantes en Aquitaine au cours des dernières décennies ont été les tempêtes Lothar et Martin en décembre 1999 (96 victimes en France), et la tempête Klaus en janvier 2009 qui a fait 11 victimes, principalement dans le Sud-Ouest1. Le passage de la tempête Klaus a notamment entraîné une nette augmentation des intoxications au monoxyde de carbone essentiellement liées à l’usage domestique de groupes électrogènes pour pallier les coupures d’électricité. Au décours de cette tempête, 109 épisodes d’intoxications impliquant 295 personnes et occasionnant 4 décès ont été rapportés dans les trois régions du Sud-Ouest (Midi-Pyrénées, Languedoc Roussillon et Aquitaine). Dans la seule région Aquitaine, le bilan était de 64 épisodes impliquant 176 personnes et occasionnant 2 décès [3]. De plus, en février 2010, la tempête Xynthia a occasionné la mort de 53 personnes essentiellement en Charente Maritime et en Vendée [4].

Effets sanitaires des vagues de chaleur et de froid

8La relation avec des effets de santé peut paraître a priori moins évidente pour des événements météorologiques survenant à l’échelle de plusieurs jours ou semaines tels que les vagues de chaleur ou de froid. La fluctuation saisonnière des taux de mortalité est en effet un phénomène bien connu, qui s’observe dans un grand nombre de pays et notamment en France (Figure 2, [5]). Elle se traduit par un minimum en été (déficit le plus marqué en août) et un maximum en hiver (pointe généralement en janvier). L’analyse des données de mortalité et de morbidité des populations humaines lors d’événements climatiques met en évidence un impact sur la santé, notamment celle des groupes les plus fragiles, tels que les personnes en fin de vie ou présentant des pathologies chroniques cardiaques ou respiratoires. Ainsi la vague de chaleur qui s’est produite en Europe au cours de l’été 2003, avec une élévation de la température moyenne estivale de + 3,7 °C (par rapport à la période 1950-2006) [6], s’est accompagnée de près de 30 000 décès, dont environ 15 000 en France [7][8]. Ainsi, sur la Figure 2, cet excès de mortalité (de l’ordre de 500 décès supplémentaires par jour) au cours de l’été 2003 s’observe sous la forme d’un pic en période estivale. Depuis cet épisode, un système de surveillance et d’alerte des épisodes de canicule a été mis en place par l’Institut de Veille Sanitaire en 2004.

Figure 2 : Moyenne mensuelle des décès journaliers en France de 1991 à 2006. En gris clair : mois d’octobre à mars, en gris foncé : mois d’avril à septembre (Rousseau 2006, (5]).

  • 2 Plan blanc : chaque établissement de santé élabore un Plan blanc qui lui permet de mobiliser imméd (...)
  • 3 Plan bleu : pour chaque institution publique, privée, associative ou commerciale, ce plan fixe le (...)

Surveillance et alerte sanitaire lors des épisodes de canicules en Aquitaine (Cellule de l’InVS en région (Cire)Aquitaine)
À la suite des températures exceptionnelles de l’été 2003 et de leur considérable impact sanitaire, un plan national canicule (PNC) a défini des actions de court et moyen terme afin de réduire les effets sanitaires des vagues de chaleur. Ce plan prévoit la mise en œuvre de mesures de protection des personnes à risque hébergées en institution (personnes âgées, malades ou handicapées), le repérage par les mairies des personnes à risque isolées, un dispositif d’alerte météorologique (Météo France) et sanitaire (Institut de veille sanitaire, InVS), et s’appuie sur les principes de solidarité et de communication (recommandations et sensibilisation des personnes fragiles et du grand public avec ouverture d’un numéro vert en période de veille saisonnière : le 0 800 06 66 66). Ce plan se décline selon trois niveaux : le niveau de veille saisonnière du 1er juin au 31 août, le niveau de mise en garde et actions (Miga) déclenché par le préfet en cas de prévisions de vague de chaleur et le niveau de mobilisation maximale déclenché par le premier ministre lorsque la situation est jugée exceptionnelle et dépasse le champ sanitaire. Chaque année, dans le cadre de ce plan opérationnel, un système d’alerte concernant les risques sanitaires, le système d’alerte canicule et santé, est activé par l’Institut de Veille Sanitaire en collaboration avec Météo-France. Ce système est fondé sur la surveillance d’indicateurs biométéorologiques (IBM) et sanitaires dans l’objectif de prévoir des épisodes susceptibles d’impacter fortement la santé notamment en termes de surmortalité [9]. Les IBM sont calculés à partir de la moyenne sur trois jours des températures minimales et maximales. Pour chaque département, des seuils d’alerte (diurne et nocturne) ont été définis par rapport au risque de surmortalité (Tableau 1). Lorsque ces seuils sont susceptibles d’être atteints ou dépassés, l’Institut de Veille Sanitaire recommande d’activer le niveau de Miga. En parallèle, la surveillance d’indicateurs sanitaires permet d’apprécier l’impact éventuel par le suivi des décès enregistrés par l’état-civil (dans environ 1 000 communes en France soit 70 % des décès), de la fréquentation des services d’urgences hospitaliers, et des recours à SOS Médecins. Ces indicateurs sanitaires sont suivis au niveau régional par les Cellules de l’Institut de Veille Sanitaire (Cire), en collaboration avec les Agences Régionales de Santé. Ces dernières sont chargées de s’assurer de l’organisation des soins et de la mise en place de mesures adaptées en cas de tensions hospitalières voire de l’activation des plans blancs2 au sein des établissements de santé, et du suivi de l’activité et des capacités hospitalières régionales. Le rôle des Agences Régionales de Santé est avant tout incitatif pour que les établissements s’équipent de pièces rafraîchies et rédigent le plan bleu3. En cas de niveau Miga, l’Agence Régionale de Santé s’assure également de la bonne prise en charge des personnes âgées et handicapées par la mise en place de mesures prévues dans le plan bleu pour gérer la situation de crise.

Tableau 1 : Indicateurs (IBM) Biométéorologiques des départements aquitains utilisés pour déclencher le niveau de mise en garde et actions (Miga) du plan national canicule (PNC).

Depuis la mise en place de ces mesures en 2004, le niveau de Miga a été déclenché une première fois dans les 5 départements d’Aquitaine lors de la vague de chaleur survenue en juillet 2006, puis une seconde fois en 2011 dans le Lot-et-Garonne pendant un week-end fin août. Aucun niveau de mobilisation maximale n’a été activé jusqu’à présent. En Gironde, le suivi des différents indicateurs sanitaires pendant la vague de chaleur de juillet 2006 a mis en évidence un impact sanitaire modéré sur l’ensemble de la population, et non pas uniquement chez les personnes âgées [10].

9Des vagues de froid hivernales sont également régulièrement observées en France. En février 1956, un froid polaire gagna la France, et s’accompagna en Aquitaine de 50 cm de neige dans les rues de Bordeaux et 80 cm au Cap Ferret. D’autres vagues de froid intense ont été également observées en janvier 1963, janvier 1985 et février 2012 (plus de 500 décès en Europe, 10 en France). Comme pour les épisodes de canicule, il a été montré que ces températures extrêmes étaient à l’origine d’une surmortalité chez les personnes les plus fragilisées, notamment sur le plan respiratoire et cardio-vasculaire. De plus, le risque d’intoxication par le monoxyde de carbone lié aux appareils de chauffage défectueux devient alors maximal. L’hiver rigoureux de 1984-1985 se serait ainsi accompagné d’un excès de 8 000 décès en France (cf. encadré ci-dessous). On pourrait ainsi faire l’hypothèse qu’un réchauffement climatique s’accompagnerait d’une moindre mortalité hivernale. Cette hypothèse est débattue. En effet les comparaisons internationales montrent que les pays qui subissent des hivers modérés subissent des pics de mortalité plus marqués en cas de vague de froid que ceux qui connaissent des hivers rudes (ex. : Canada).

Surveillance et alerte sanitaire lors des épisodes de grands froids en Aquitaine (Cellule de l’InVS en région (Cire) Aquitaine)
Grâce à sa situation sur la façade atlantique, l’Aquitaine bénéficie d’hivers généralement doux. Cependant, comme sur l’ensemble du territoire, une surveillance des risques liés au grand froid est en place, dont l’activation pourrait être rendue plus fréquente en cas de changement climatique.
Ainsi, depuis 2004, deux plans de gestion des risques liés au froid ont été institués par les autorités sanitaires françaises, l’un spécifique aux personnes sans abri, l’autre plus large pour la protection de la population générale. En 2007, une circulaire interministérielle a été élaborée par la Direction Générale de la Santé pour préciser les actions à mettre en œuvre pour prévenir et faire face aux conséquences sanitaires propres à la période hivernale – et non spécifiquement au froid. Elle intègre le dispositif pour les personnes sans-abri et l’étend aux groupes à risque de la population générale (notamment les personnes souffrant de pathologies chroniques, et les personnes âgées). Le dispositif s’appuie sur la carte de vigilance de Météo-France, qui utilise l’indice de refroidissement éolien. Des seuils diurnes et nocturnes ont été retenus pour la vigilance orange et rouge. Les actions du dispositif sont déclinées par le préfet de département à partir des informations fournies par Météo-France et de la surveillance de la disponibilité en lits d’hôpitaux. Dans le cadre du plan grand froid, l’InVS a un rôle de suivi d’un éventuel impact sanitaire en lien avec le froid. En région, les Cire ont donc pour mission d’assurer le suivi d’indicateurs sanitaires issus des systèmes de surveillance (mortalité, passages aux urgences, SOS Médecins), et d’alerter les autorités sanitaires régionales, si la situation le nécessite.
En effet les épisodes de grand froid, s’ils devaient devenir plus fréquents, pourraient s’accompagner d’un plus grand nombre d’hypothermies et de gelures, favoriseraient les crises d’asthme et l’insuffisance coronarienne aiguë, ainsi que le développement d’infections broncho-pulmonaires. L’impact du froid sur la mortalité peut être important, par exemple, au cours du mois de janvier 1985, une vague de froid exceptionnelle a engendré une surmortalité estimée à 13 % en France [11]. Plus récemment, lors de la vague de froid début 2009, un excès de mortalité proche de 6 000 décès (+14 %) a été estimé sur les six premières semaines de l’année, en France, en comparaison aux trois hivers précédents [12].

Effets sanitaires des expositions aux ultraviolets

10Les changements climatiques s’associent à une dégradation de la couche d’ozone stratosphérique qui constitue un filtre protecteur contre le rayonnement solaire. Il est donc probable que les populations humaines connaîtront un accroissement dans les prochaines décennies de l’exposition aux ultraviolets A et B, reconnus cancérigènes. Une plus forte intensité de ces rayonnements, et en particulier des UVB qui ont les répercussions les plus importantes sur la santé de l’homme, est susceptible d’accroître la fréquence de certaines pathologies (Figure 3). Ainsi, l’OMS prédit qu’une diminution de 10 % de la concentration d’ozone stratosphérique pourrait provoquer chaque année 300 000 cancers cutanés, 4 500 mélanomes et entre 1,60 million et 1,75 million de cas de cataracte de plus dans le monde. L’impact réel sur la santé des populations dépendra bien évidemment de l’évolution de la couche d’ozone au cours des prochaines décennies.

Figure 3 : Relations entre l’exposition aux UV et la charge de morbidité (Source : http://www.who.int/​uv/​health/​fr).

  • 4 http://www.invs.sante.fr/surveillance/cancers

Surveillance de la survenue des mélanomes cutanés en Aquitaine-Registre général des cancers de la Gironde
La surveillance épidémiologique des cancers en France repose sur un partenariat, coordonné par l’Institut de veille sanitaire (InVS), entre le réseau français des registres de cancers (Francim), le service de biostatistique des Hospices Civils de Lyon (HCL) et l’Institut national du cancer (INCa). Les registres de cancers effectuent un enregistrement exhaustif et continu des nouveaux cas de cancers dans une zone géographique définie. En 2012, la France compte 25 registres qualifiés (14 registres généraux et 11 spécialisés) qui couvrent environ 20 % de la population. En Gironde, un registre général des cancers existe depuis 2005. Les données enregistrées par les registres sont régulièrement analysées et modélisées afin d’obtenir des estimations de l’incidence et de la mortalité par cancer en France (données des registres, de mortalité [CepiDC] et démographiques [Insee]). Elles sont disponibles sur le site Internet de l’InVS.4
En Aquitaine, on constate une augmentation de l’incidence des mélanomes cutanés entre 1980 et 2005 (Figure 4) : les taux standardisés (Europe) étaient de 4,8 en 1980 et 11,4/100 000 en 2005 chez les femmes et 3,1 et 10,6 pour 100 000 hommes. En tenant compte de l’évolution de la population (modification de structure par âge), l’augmentation de l’incidence serait donc de 143 % chez les femmes et de 300 % chez les hommes entre 1980 et 2005. En Aquitaine, en 2005, environ 400 nouveaux cas de mélanome ont été diagnostiqués, touchant un peu plus souvent les femmes que les hommes, et survenant plus d’une fois sur deux chez des personnes de moins de 65 ans.
Divers facteurs peuvent expliquer la progression du nombre de cas de mélanomes : une amélioration du diagnostic, l’existence de campagnes de dépistage, mais aussi une augmentation des expositions au soleil dans des activités de loisir, dès la petite enfance. L’augmentation de l’incidence du mélanome cutané en France, mesurée depuis 1980, la gravité de ce cancer en cas de découverte tardive et l’identification de facteurs de risque sur lesquels il est possible d’agir convergent fortement vers la nécessité d’intensifier les mesures de prévention primaire (éviter l’exposition aux rayonnements ultra-violets) et secondaire (dépistage) qui sont essentiellement de type individuel. La mesure des bénéfices des campagnes de prévention primaire ne pourra toutefois s’observer en termes d’indicateurs épidémiologiques que dans plusieurs années.

Figure 4 : Estimation de l’incidence standardisée (population européenne) des mélanomes cutanés en Aquitaine selon le sexe entre 1980 et 2005 (http://www.invs.sante.fr/​applications/​cancers/​estimations_regionales_1980_2005/​).

II- Effets indirects

Pollution atmosphérique

11La relation entre pollution atmosphérique et changement climatique est à double sens (cf. chapitre 8.1). En effet, certains polluants atmosphériques (oxydes d’azote, dioxyde de soufre, particules en suspension…) et les gaz à effets de serre (tels que le dioxyde de carbone, le protoxyde d’azote…) sont aussi responsables des changements climatiques. Ceux-ci sont émis principalement par les activités anthropiques telles que le transport et l’industrie même si certains polluants sont également émis par des activités naturelles (décomposition de matière organique, feux de forêts, volcans, phénomènes de fœhn…). Réciproquement, la qualité de l’air à l’échelle locale et régionale est étroitement associée aux conditions climatiques et météorologiques. Ainsi les changements à venir devraient s’accompagner d’une modification de la dispersion de la pollution et d’une accentuation des réactions photochimiques et par conséquent de la production accrue de certains polluants tels que l’ozone. De plus, l’assèchement du climat devrait accroître certaines émissions du fait des feux de biomasse et de l’augmentation de diverses formes de poussières.

12De très nombreuses études ont été menées au cours des dernières décennies sur les effets de la pollution atmosphérique sur la santé des populations. Elles ont clairement démontré les effets délétères des expositions aux particules fines à la fois sur l’appareil respiratoire et sur le système cardiovasculaire, aussi bien en termes de mortalité que de morbidité. L’exposition à court terme à des niveaux élevés de particules fines a été associée à une plus grande fréquence d’hospitalisations pour asthme et à des altérations aiguës de la fonction respiratoire, notamment chez les enfants. Par ailleurs, l’exposition prolongée à ces polluants, même à des niveaux modérés a été associée au développement de l’asthme au cours des premières années de vie, à l’apparition de broncho-pneumopathies obstructives ou à la survenue de pneumonies. Par leur action sur le calibre des vaisseaux, les particules ont été aussi impliquées dans la survenue de pathologies cardiaques ischémiques comme l’infarctus du myocarde. L’ozone contribue également à la survenue d’un grand nombre de maladies respiratoires telles que l’asthme, et son impact est particulièrement marqué dans les populations les plus fragiles telles que les personnes âgées, les enfants et les diabétiques. Une élévation des niveaux de pollution en particules fines et ozone sous l’effet du changement climatique s’accompagnerait donc d’un plus grand risque de maladies cardiorespiratoires.

  • 5 http://www. atmo-france.org

13Chaque région française s’est dotée d’une association agréée pour la surveillance de la qualité de l’air. Ces associations sont regroupées au sein de la Fédération nationale ATMO5. Conformément à la loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle de l’Énergie de 1996, elles mettent en œuvre la surveillance et l’information sur la qualité de l’air, diffusent les résultats des mesures et des prévisions, transmettent aux préfets les informations relatives aux dépassements ou prévisions de dépassements des seuils réglementaires. Concernant la prévention des effets sanitaires de la pollution atmosphérique, deux niveaux d’actions sont définis :

14- En vue de prévenir des effets sanitaires chroniques, des valeurs limites, ou des valeurs-cibles (en fonction des polluants), sont définies. Les dépassements de ces valeurs, qui peuvent être exprimées en moyenne annuelle, ou en nombre de jours ou d’heures par an ne dépassant pas un certain niveau, doivent entraîner la mise en œuvre de plans pluriannuels de réduction des émissions à long terme. En France, ce sont les Plans de Protections de l’Atmosphère qui assurent cette fonction dans les zones où les valeurs limites sont ou risquent d’être dépassées.

15- En vue de prévenir des effets sanitaires aigus, des seuils d’information et de recommandations et des seuils d’alerte sont également définis pour certains polluants. Le niveau d’information et de recommandations vise à conseiller les personnes les plus fragiles lors d’épisodes aigus de pollution. Seuls les seuils d’alerte, correspondant, sur la base des connaissances scientifiques disponibles, à des concentrations en polluants susceptibles d’entraîner des effets immédiats sur la santé humaine ou sur l’environnement peuvent entraîner la prise de mesures urgentes par arrêté préfectoral dans l’objectif d’abaisser le niveau de pollution : diminution ou modification de certaines productions industrielles, ralentissement de la vitesse du trafic automobile… Pour un même polluant, les seuils diffèrent selon l’échelle de temps (moyenne horaire, journalière, saisonnière, annuelle), au cours du temps en fonction de l’évolution des connaissances scientifiques, et sont définis par la réglementation européenne et/ou française. En complément, certains organismes établissent des recommandations de valeurs à respecter, en vue de diminuer l’impact sanitaire de la qualité de l’air (Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France, Organisation Mondiale de la Santé…), recommandations que le législateur prend en compte lors de la révision ou la mise en œuvre de la réglementation. Les principales valeurs pour la santé humaine correspondant à la réglementation en vigueur en 2012 figurent dans le Tableau 2.

Tableau 2 : Principales valeurs réglementaires concernant les polluants atmosphériques.

  • 6 cf. chapitre 8.1

Surveillance de la qualité de l’air en Aquitaine
Réseau de mesure de la qualité de l’air en Aquitaine AIRAQ (PY Guernion) : Basées sur les mesures et les prévisions de la qualité de l’air réalisées par AIRAQ (réseau de mesure de la qualité de l’air en Aquitaine), des procédures d’alerte sanitaire à la pollution atmosphérique sont mises en place sur la région depuis la fin des années 1990, et sont régulièrement mises à jour afin de prendre en compte l’évolution des connaissances et des réglementations. Parmi les polluants visés par ces procédures, il en est deux qui sont particulièrement sensibles au changement climatique, à savoir l’ozone (O 3) et les particules en suspension (PM10)6.
Dès que les concentrations dépassent ou devraient dépasser (d’après les modèles de prévision) les seuils définis sur des bases sanitaires, une information à la population est faite, et des recommandations, voire des restrictions sont mises en œuvre. Les recommandations d’ordre civique et les mesures réglementaires concernent les principaux secteurs d’émissions (émissions industrielles, trafic routier, chauffage [en particulier chauffage au bois], agriculture). Au niveau sanitaire, les recommandations, en lien avec l’impact de chaque polluant sur la santé, précisent d’éviter les activités physiques et sportives intensives, les activités exposant à d’autres nuisances respiratoires, rappellent aux personnes sensibles telles que les asthmatiques la nécessité de suivre scrupuleusement les traitements en cours (notamment respiratoires et cardiovasculaires) et de consulter un médecin en cas de dégradation de l’état de santé.
Parmi les polluants bénéficiant d’une surveillance réglementaire, l’ozone est celui qui a donné lieu au plus grand nombre de dépassements de seuils depuis 1999. Ainsi, sur la région Aquitaine, la moitié des déclenchements des procédures d’information/recommandations entre 1998 et 2011 est concentrée sur la seule année 2003, année de canicule.
La conclusion de l’ensemble des travaux concernant l’impact sanitaire des particules en suspension (PM10) a induit également un durcissement de la réglementation en air ambiant sur ce paramètre, avec la mise en place de procédures d’alertes, et un abaissement régulier des seuils associés. Or, ces PM10 incluent, parmi d’autres particules, des particules ultrafines, de tailles inférieures à 100 nm, dont certaines (cas des Aérosols Organiques Secondaires ou AOS) sont issues de processus photochimiques se déroulant directement dans l’atmosphère. Suite au constat de réchauffement climatique, une augmentation de la production de ces AOS est à attendre, allant de pair avec une augmentation de l’impact sanitaire de ces composés. Comme précisé précédemment, au-delà des actions à court terme menées en cas de pic de pollution, des plans d’actions à plus long terme, basés sur les dépassements des valeurs-limites, voire des valeurs-cibles, doivent être mis en place pour lutter contre l’impact sanitaire chronique de la pollution atmosphérique. Ces plans, le plus souvent locaux, viennent compléter les démarches régionales et nationales visant à lutter contre le réchauffement climatique et/ou la pollution atmosphérique (SRCAE, Plan Particules…). Au niveau de la région Aquitaine, les dépassements de valeurs limites observés visent principalement les PM10 et le dioxyde d’azote (NO2). Les plans d’actions mis en place en conséquence ont pour objectif de diminuer les émissions de ces deux polluants, ce qui passe très souvent par une limitation de l’utilisation des énergies fossiles. Ainsi, l’objectif de réduction de la pollution atmosphérique pourra se coupler aux efforts pour lutter contre le changement climatique, via la diminution de l’utilisation des matières fossiles et donc des émissions de gaz à effet de serre, et en particulier de dioxyde de carbone (CO2).

Phénomènes allergiques

16Les maladies allergiques sont le résultat d’une interaction entre l’existence d’une prédisposition génétique et l’exposition à des facteurs environnementaux (allergéniques, polluants, infectieux).

17Le réchauffement climatique, les modifications de l’importance des précipitations, mais aussi l’augmentation du CO2 dans l’air ambiant (seul fournisseur de carbone dans le processus de photosynthèse) ont un impact sur la croissance des végétaux ainsi que sur les phénomènes de pollinisation. Des mesures dans l’atmosphère réalisées dans différents pays ont montré un accroissement des concentrations en pollens au cours des 50 dernières années. Ces élévations concernent notamment des espèces dont le pouvoir allergénique est important telles que le bouleau, l’aulne ou le cèdre japonais. De plus la période de pollinisation tendrait à devenir plus précoce dans l’année et à durer plus longtemps. Ainsi, aux Pays-Bas, les comptes polliniques de 14 espèces de végétaux décelaient leur présence de 3 à 22 jours plus tôt dans les années 2000 qu’en 1970 [13]. Les modifications climatiques sont aussi susceptibles de modifier la distribution géographique des espèces végétales et de faire apparaître (ou disparaître) certains pollens dans de nouvelles régions. Enfin il a été suggéré que le pouvoir allergénique des pollens, et notamment ceux des graminées pourrait lui-même être accru par l’élévation des températures et des taux de CO2 dans l’atmosphère.

18Les allergènes présents dans les pollens, et notamment ceux des graminées, sont responsables de l’apparition d’asthme allergique, une affection qui a été montré en constante progression au cours des dernières années, et aussi d’épisodes d’aggravation respiratoire ou exacerbations. De même la fréquence de la rhinite allergique augmente très régulièrement, en parallèle de l’accroissement des concentrations aériennes en pollen. En dehors d’une modification des expositions aux pollens au cours du temps, d’autres facteurs ont également été évoqués pour expliquer l’augmentation des allergies dans les populations : l’accroissement de la pollution atmosphérique, le développement de l’hygiène et des milieux de vie aseptisés – en particulier pendant l’enfance –, l’utilisation accrue des antibiotiques et des vaccinations sont autant de facteurs qui impactent nos défenses immunitaires.

19Il existe une interaction forte entre l’exposition aux pollens et exposition aux polluants, tant in vitro, qu’in vivo.

Épidémiologie des maladies respiratoires en Aquitaine (Université Bordeaux Segalen, CHU Bordeaux)
Des données concernant les maladies respiratoires sont disponibles en Aquitaine depuis de nombreuses années au travers de diverses études épidémiologiques [14][15][16]. Celles-ci permettent d’identifier des spécificités régionales à un temps donné, mais aussi les tendances évolutives. Elles pourront donc le cas échéant identifier les effets des changements climatiques sur la santé respiratoire et allergique des Aquitains dans les prochaines années, aussi bien pour les enfants que pour les adultes.
Les dernières données épidémiologiques de l’enquête ISAAC (International Study of Asthma and Allergies in Childhood) internationale, multicentrique réalisées à Bordeaux centre retrouvaient en 1997 une prévalence de l’asthme de 8 % chez les enfants âgés de 6-7 ans (n = 3205), et de 15 % chez les adolescents âgés de 13-14 ans (n = 3 000). La prévalence du rhume des foins chez les enfants était de 9 %, plus élevée qu’à Strasbourg par exemple (5.9 %). En 2000 dans le cadre de l’étude ISAAC-II (étude française des six villes) chez les 9-11 ans, une prévalence de l’asthme de 9 % était observée (n = 1 500). Les données comparatives ont toujours retrouvé une prévalence de l’asthme plus élevée à Bordeaux comparativement aux autres villes, sans facteur explicatif évident à ce jour.
En 2007, dans le cadre du PRSE, la phase III de l’étude ISAAC a été réalisée permettant de comparer la prévalence de l’asthme 10 ans après la première étude. La prévalence de l’asthme est restée stable à 9.6 % chez les enfants. Il faut cependant noter que la prévalence des sifflements chez les enfants a légèrement augmenté de 18 % en 1997 à 21 % en 2007.
Chez l’adulte âgé de 20-44 ans, dans le cadre de l’étude internationale ECRHS (European Community Respiratory Health Survey), la prévalence de l’asthme en population générale était de 5 %, plus élevée que dans les autres villes participant à l’étude (Grenoble, Montpellier, Paris). La prévalence de la rhinite allergique était de 30 %.
Bordeaux était caractérisée par une prévalence de sensibilisation aux acariens la plus élevée d’Europe.
Parmi les facteurs explicatifs, l’exposition aux pollens a été étudiée, et celle en particulier au pollen de pin maritime très présent dans la région [17]. La sensibilisation au pollen de pin (P. pinaster) est très faible parmi les patients adressés pour symptômes allergiques, elle n’est que de 1.9 %, dans une région où l’exposition à ce pollen est importante.

Altération de la qualité de l’eau

20Les changements climatiques s’accompagneront de modifications des ressources en eau. Au niveau des océans et des réserves d’eau douce, l’augmentation des gaz à effets de serre se traduira notamment par une élévation de température et une acidification, lesquels impacteront le développement des algues. Un petit nombre de ces algues ont un potentiel délétère pour la santé humaine parce qu’elles produisent des toxines naturelles qui se concentrent le long de la chaîne alimentaire.

21Dans les eaux profondes et calmes, sous l’effet d’une élévation de température, des cyanobactéries peuvent se développer de manière accélérée. Leur présence a été détectée au niveau des étangs et estuaires par l’apparition « d’algues bleues » ou « d’algues vertes ». Ces cyanobactéries, lors de leur mort ou de leur rupture, peuvent libérer dans l’eau des toxines susceptibles d’atteindre le foie (hépatotoxines), le système nerveux (neurotoxines), la peau ou les muqueuses (dermatotoxines). L’intoxication humaine peut se produire lors de la baignade, par les eaux de boisson ou encore par l’inhalation d’embruns. Ces toxines occasionneraient principalement des troubles bénins comme des irritations oculaires, cutanées ou de l’appareil respiratoire. Les cyanotoxines sont à distinguer des phytotoxines, produites par du plancton en milieu marin uniquement, régulièrement associées aux épisodes toxiques de nature gastro-intestinale entraînant l’interdiction de commercialisation des coquillages.

22On ne peut complètement exclure que ces diverses toxines, au-delà des troubles aigus qu’elles occasionnent, soient à l’origine de troubles chroniques. Cette hypothèse a notamment été soulevée concernant le rôle des cyanobactéries dans le développement de maladies neuro-dégénératives, telles que la sclérose latérale amyotrophique.

  • 7 http://www.ars.aquitaine.sante. fr/Eau.77774.0.html

23Depuis 2004, la Direction Générale de la Santé a mis en place un plan de surveillance conduisant à interdire la baignade et à restreindre certaines activités nautiques en présence d’écume ou au-delà d’un certain seuil concernant les toxines des cyanobactéries. Par ailleurs, les phytotoxines font l’objet d’une surveillance par IFREMER à partir de stations de mesures réparties sur l’ensemble du littoral (réseau REPHY). Dans le cadre de ses missions, l’ARS d’Aquitaine réalise périodiquement des synthèses sur la qualité de l’eau destinée à la consommation humaine à l’échelle régionale et départementale à partir des contrôles qu’elle effectue régulièrement7.

Pathologies infectieuses : paradigme et enjeux pour l’Aquitaine en 2013

24En 2013, certaines maladies infectieuses sont qualifiées de « nouvelles » et renvoient à un changement de paradigme repéré depuis la fin du XXe siècle. Elles sont souvent appelées maladies émergentes ou ré-émergentes. À leur endroit, le qualificatif de « nouveau » rend compte de plusieurs faits distincts, bien que non exclusifs : (1) de nouveaux outils sont mis à disposition pour améliorer la découverte et palier les manques de connaissances ; (2) de nouveaux organismes pathogènes ont émergé, en particulier ceux résistants aux anti-infectieux disponibles ; (3) notre environnement géo-climatique et technologique et nos comportements ont changé et s’inscrivent dans la mondialisation.

  • 8 Zoonose (ou Anthropo-zoonose) : maladie transmissible (ou exclusivement transmise) de l’animal à l (...)
  • 9 Arthropode : embranchement d’animaux, lignée des invertébrés à laquelle appartiennent les insectes
  • 10 Arthropode vecteur : arthropode hématophage qui assure, par un comportement spécifique, la transmi (...)

25Dans ce cadre, la multiplication du contact avec les espèces animales, sauvages, domestiques, d’élevage, de compagnie ou de rente, augmente le risque de zoonoses8. La généralisation des voyages et échanges intercontinentaux ainsi que la libre circulation des personnes et des marchandises au sein de l’Union Européenne favorise l’importation de nouveaux pathogènes (à partir de voyageurs ou d’animaux infectés) et de nouveaux arthropodes9 vecteurs10 capables de transmettre ces derniers.

Climat et Maladies infectieuses

  • 11 Complexe pathogène : concept qui résulte de la coïncidence, dans un espace déterminé, d’un agent p (...)

26En simplifiant à l’extrême à deux éléments de description, les faciès du climat renvoient à l’acception des niveaux et fluctuations de température et d’hydrométrie. Le rythme désormais soutenu des changements climatiques n’explique pas à lui seul la dynamique des maladies infectieuses, mais leur conjonction dans un espace géographique donné avec des facteurs tels que la mondialisation des transports ou même a minima les migrations d’animaux (telles les espèces aviaires) peut être suffisante pour créer, voire fixer le complexe pathogène11 d’une maladie infectieuse nouvelle.

27L’impact du changement climatique sur l’émergence de pathogènes d’importance humaine ne représente qu’un des éléments dans la prise en compte des risques sanitaires encore évitables liés aux activités humaines (part anthropique). Ainsi ce risque ne constitue qu’un des pendants dans le domaine sanitaire de celui, planétaire, de la crise écologique générée par l’homme et attendue au terme des décennies à venir [18].

L’exemple des maladies infectieuses vectorielles

28Le poids indirect de données climatiques nouvelles sur la santé humaine et animale peut faire l’objet de veille, de prédiction, d’anticipation dans une perspective globale de prévention. L’exemple des maladies infectieuses à transmission vectorielle est à ce titre typique.

À l’échelon de la France métropolitaine

29Une maladie vectorielle anthropo-zoonotique comme la leishmaniose cutanée ou viscérale, transmise par la piqûre de petites mouches tropicales ou subtropicales, les phlébotomes, était jusqu’alors rapportée sur le pourtour méditerranéen. En 2012, un foyer a été identifié dans le Jura français avec des cas humains chez des randonneurs, en contexte local d’infection chez le chien. Cette émergence atteste la migration du vecteur vers des zones jusqu’alors hostiles à la faveur de conditions climatiques devenues favorables.

À l’échelon des pays du Nord

  • 12 Compétence vectorielle : aptitude intrinsèque du vecteur à s’infecter sur un hôte vertébré, à assu (...)

30La conjonction de transhumances aviaires, avec des espèces porteuses du virus West Nile, et de l’installation ou la pérennisation des moustiques piqueurs et compétents12 pour la transmission de ce virus a été associée à une expression épidémique de grande ampleur dans la ville de New York en 1999, et depuis dans tous les USA, et au maintien de foyers dans la région du delta du Danube en Roumanie. En Europe encore, la Grèce doit désormais compter avec la circulation des moustiques compétents pour la transmission du paludisme et depuis 3 ans avec la réapparition d’un paludisme autochtone.

31À l’instar des données issues de l’expérience des pays baltes, l’épidémiologie de l’encéphalite européenne (verno-estivale) à tique (TBE) illustre l’implication de la place du changement climatique dans le complexe pathogène des anthropo-zoonoses de transmission vectorielle (Figure 5).

Figure 5 : Schéma de la place du changement climatique dans le complexe pathogène des anthropozoonoses de transmission vectorielle. Exemple = Epidémiologie de l’encéphalite européenne (vernoestivale) à tique (TBE) dans les pays baltes (adapté d’après Randolph SE et al. [19]).

Scénario et mesures de contrôle d’une maladie vectorielle émergente

32Le risque d’installation d’une maladie vectorielle « nouvelle » renvoie à plusieurs conditions : (1) la présence du vecteur, (2) sa réceptivité (favorable à la transmission), (3) son infectivité (capacité à infecter) en contexte de (4) vulnérabilité d’une population (indemne et non-immune) dans laquelle (5) le pathogène est introduit. En d’autres termes, il faut un vecteur (présent et en abondance). Le vecteur doit piquer l’homme pour s’infecter (fréquence d’importation du pathogène en phase de circulation dans le sang) puis infecter. Le vecteur doit pouvoir survivre, dans des conditions environnementales devenues favorables, au-delà de la durée de développement du pathogène (interactions pathogène-vecteur).

  • 13 Co-adapté : pathogène et vecteur adaptés l’un à l’autre.

33Ainsi, les mesures d’anticipation et de contrôle d’une maladie vectorielle émergente au sein d’un espace géographique à risque regroupent : (1) le contrôle de l’introduction du vecteur (portuaire ou aéroportuaire, dans le cas d’un moustique-vecteur), ou de son aire d’extension vers le territoire (par voie terrestre, routière ou ferrée) ; (2) le contrôle de l’introduction d’un pathogène nouveau, compatible avec le vecteur ou co-adapté13.

34À l’échelon mondial, régional et national, ces mesures sont consignées dans le cahier des charges de la forme révisée du Règlement Sanitaire International (RSI 2005) [20]. Ce règlement, édicté par l’OMS, est entré en vigueur en juin 2007, ratifié par la France et transposé en droit français avec notamment un Décret paru en janvier 2013 pour sa mise en œuvre sur le territoire français et au niveau de ses régions [21]. Par ailleurs, ces démarches doivent impliquer une dynamique de mobilisation des professionnels intégrant également une dimension de démocratie sanitaire.

35Sans mesures de prévention, l’infection du vecteur par le pathogène pourrait conduire à une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) à transmission vectorielle comme visée par le RSI (Figure 6).

Figure 6 : Changement climatique et déterminants de l’émergence d’arboviroses (dengue, chikungunya) transmises par Aedes albopictus sur la façade atlantique, 2013 (Matthieu MECHAIN & Denis MALVY).

La Région Aquitaine et les infections vectorisées à l’aune du changement climatique

36La Région Aquitaine, par sa situation géographique à la fois méridionale et constitutive de la façade atlantique, remplit les conditions géo-climatiques de risque vectoriel émergent en rapport avec des conditions favorables de réchauffement.

37À titre d’exemple, la présence saisonnière d’une remarquable densité d’espèces aviaires en provenance d’Afrique de l’Ouest dans l’espace côtier atlantique, et possiblement porteuses de virus West Nile, et celle de moustiques adaptés à ce virus renvoient à une vigilance vis-à-vis de l’expression au moins sporadique de l’infection chez l’humain, même si ce risque reste pour l’heure théorique.

L’exemple du moustique tigre et des arboviroses d’importance humaine (dengue et chikungunya)

  • 14 Plastique : qui s’adapte facilement à un environnement nouveau.
  • 15 Quiescence : pause dans le processus de développement de l’insecte (dormance des œufs), résultant (...)

38Un exemple plus avéré en terme de risque attendu est déterminé par les conséquences de la circulation du moustique Aedes albopictus, encore appelé « moustique tigre ». Il s’agit d’un moustique tropical invasif, agressif et nuisant, expansionniste et plastique14. D’origine forestière et d’Asie du Sud-Est, il emprunte facilement divers moyens de transport (pneumatiques, véhicules routiers) et les gîtes artificiels urbains constituent pour lui un environnement propice à son développement. Il est présent à l’état adulte et actif au cours des périodes chaudes de l’année en zone tempérée (mai à octobre). Il pond dans de nombreuses petites collections d’eaux. Ses œufs résistent à la sécheresse et au gel et peuvent rester en quiescence15 pendant plusieurs mois ou années dans les interstices de gîtes tels que les pneus usagés.

39C’est par le transport maritime de ces derniers à destination de sites industriels d’Italie du Nord qu’il a été introduit depuis les années 1970 en région méditerranéenne. Il a ensuite poursuivi une extension durable de son aire d’implantation dans les départements français métropolitains des Alpes-maritimes (2004), de Haute-Corse (2006), de Corse du Sud et du Var (2007), des Alpes-de-Haute-Provence et des Bouches-du-Rhône (2010), du Gard, de l’Hérault et du Vaucluse (2011).

  • 16 Arbovirose : maladie provoquée par un arbovirus, virus transmis par un vecteur, appelé arthropode (...)

40Aedes albopictus est un vecteur potentiel de plusieurs arboviroses16 tropicales ou sub-tropicales, dont les deux principales, la dengue et le chikungunya, ne sont pas endémiques en France métropolitaine. En Europe du Sud, des épidémies de dengue transmise par un autre vecteur, Aedes aegypti, moins plastique et pérenne qu’Aedes albopictus, sévissaient jusqu’au début du siècle dernier.

41Dans les faits, il existe un synchronisme saisonnier entre les épidémies d’outremer et l’été métropolitain (mai à octobre) lequel représente la période d’activité du moustique. Des voyageurs revenant de zones géographiques où sévissent ces infections arbovirales peuvent donc introduire les virus pathogènes dans les zones où le moustique est implanté.

  • 17 Phase virémique : période pendant laquelle l’agent pathogène viral est présent dans la circulation (...)

42Ainsi en 2007, des touristes infectés en Inde par le chikungunya et en phase virémique17 à leur retour (5-7 jours après piqûre infectante) ont introduit l’arbovirus en Italie du Nord. Il s’en est suivi une épidémie de plusieurs centaines de cas dans la région d’Émilie-Romagne, au faciès entomologique permissif (environnement ayant permis la présence du moustique vecteur). En 2010, les territoires des départements français d’Amérique (DFA) ont connu une épidémie de dengue de grande ampleur. La même année en France métropolitaine, faits nouveaux, 2 cas de dengue et 2 cas de chikungunya autochtones ont été diagnostiqués à Nice (Alpes-Maritimes) et à Fréjus (Var).

La Région Aquitaine et l’émergence du risque vectoriel en 2013

43S’agissant du scénario d’implantation (installation pérenne) d’Aedes albopictus en Europe entre 2013 et 2030 (Figure 7), 3 facteurs sont déterminants et suffisants, tous relevant d’une dynamique tributaire du climat et de l’expression d’un réchauffement climatique : (1) une température moyenne annuelle supérieure à 11 °C ; (2) une température minimale moyenne du mois le plus froid supérieure à 0 °C ; (3) des précipitations moyennes annuelles supérieures à 500 mm/an.

44En Région Aquitaine, ces conditions sont remplies, et l’observation entomologique a confirmé cette menace. Le moustique tigre a été détecté pour la première fois en 2011 dans deux aires d’autoroute du Lot-et-Garonne et de Gironde, rendant compte d’un transport passif dans les véhicules en provenance de zones où le moustique est implanté. En 2012, il a été à nouveau retrouvé dans ces départements et repéré dans celui des Pyrénées-Atlantiques. En Aquitaine, ce moustique est désormais considéré présent de manière contrôlée (niveau dit 0. b, sur une échelle de 5), conformément au plan anti-dissémination du chikungunya et de la dengue en métropole, déployé par la Direction Générale de la Santé depuis 2006 [22]. Les simulations entomologiques rendent attendu le passage prochain d’une partie la Région en niveau 1 (« Aedes albopictus implanté et actif »).

Figure 7 : Extension possible d’Aedes albopictus en Europe entre 2010 et 2030 (source : European Centre for Disease Prevention and Control, D Stockholm : ECDC ; 2009, http://www.ecdc.europa.eu [23]).

45La Région Aquitaine dispose d’un aéroport international desservant des zones géographiques d’endémie. Ce changement de niveau de risque implique, en particulier de la part du Centre hospitalier régional de référence (CHU de Bordeaux), la surveillance renforcée des cas fébriles suspects d’arbovirose (avec Déclaration Obligatoire au niveau du point focal de la Plateforme régionale de veille et d’urgences sanitaires, Agence régionale de santé-ARS/Cellule de l’institut de veille sanitaire en région-CIRE).

46Par-delà le bénéfice direct pour le patient, un diagnostic précoce vise la prévention de la transmission autour des cas (suspects ou confirmés de phase virémique). Des mesures de protection personnelle des cas contre les piqûres de moustiques (non encore infectés) ainsi que la démoustication péridomiciliaire en situation de présence du vecteur s’inscrivent dans la prévention de l’émergence d’une arbovirose à propension épidémique dans la région. La construction d’un argumentaire visant leur mise en place renvoie non seulement à une présence du vecteur, mais aussi à des conditions climatiques (et saisonnières) de type verno-estival, permissives et favorables à sa multiplication (Figure 6). L’application de ces mesures de gestion du risque à l’échelon individuel est parfois objet de débat et reste tributaire de l’adhésion des décideurs et de la population concernée.

En guise de commentaire : une nécessaire dynamique de prévention

47Cette planification doit compter avec la consolidation de la surveillance pluri-disciplinaire et interactive (Sud-Nord, Nord-Sud et Nord-Nord), la lisibilité de l’expertise bio-clinique et de la référence locale et régionale (CHU de Bordeaux) et l’implication raisonnée des élus et des populations, visant une appréhension responsable et bannissant la médiatisation d’une peur de circonstance face à un risque sanitaire désormais appréhendable et en partie contrôlable.

48Dans le paradigme des maladies vectorisées, l’expérience atteste que le pire n’est pas toujours sûr (virus West Nile), mais que le probable est certain à moyen terme (dengue, chikungunya). Cette expérience pose le cadre de perspectives de recherche opérationnelle à l’échelon régional et européen. À ce titre, des cartes de probabilité de distribution d’Aedes albopictus (Figure 7 ; exemple en fonction de conditions climatiques adaptées) couvrent le territoire de la France métropolitaine, mais elles semblent peu opérationnelles au niveau régional. Elles mettent peu en évidence l’hétérogénéité attendue au vu des facteurs environnementaux locaux qui impactent sur la distribution des vecteurs à des échelles fines. Pour améliorer le processus d’anticipation et de prévention de potentielles USPPI à transmission vectorielle, une dynamique de recherche transversale en santé-environnement est souhaitable et attendue dans la région.

Autres impacts

49L’élévation des températures est par ailleurs susceptible d’impacter les populations par des phénomènes divers et complexes, aujourd’hui encore mal identifiés. Ainsi le retentissement néfaste sur les productions agricoles de certaines zones, ou encore la montée des eaux dans des régions côtières pourrait contraindre certaines populations à migrer vers d’autres zones d’habitat et/ou à modifier leurs activités. Les transformations culturelles, sociologiques et politiques qui pourraient découler de telles migrations ou changements nécessiteront des stratégies d’adaptation, plus difficiles à mettre en œuvre pour les populations les plus défavorisées, mais également pour les individus psychologiquement fragilisés. Une émergence de troubles anxieux ou de névroses peut être crainte dans un tel contexte.

Conclusion

50Le changement climatique est donc susceptible d’impacter la santé humaine de diverses manières, directement dans la suite de catastrophes climatiques majeures ou de vagues de chaleur ou de froid mais aussi secondairement à la modification des milieux de vie et à l’augmentation de certaines expositions nocives (pollution atmosphérique, ultra-violets, pollens, toxines, maladies infectieuses…). L’importance de ces effets n’est pas aujourd’hui facilement appréciable, car elle dépend de paramètres divers encore mal connus. En premier lieu l’intensité des changements climatiques et la rapidité d’installation de conditions nouvelles, variables selon les scénarios aujourd’hui proposés, apparaissent comme des facteurs essentiels car conditionnant les capacités d’adaptation physiologiques, psychologiques, sociologiques et économiques des populations. Les conséquences sanitaires varieront selon les zones géographiques, et seront a priori plus marquées dans les régions de latitude extrême, dans les zones côtières concernées par la montée des eaux, et dans les pays aux économies les plus défavorisées, moins capables de prévenir ou de maîtriser les conséquences du changement. De plus, comme l’ont démontré des épisodes de canicule, de froid extrême ou de pollution atmosphérique déjà survenus, certains individus présenteront des risques sanitaires plus marqués du fait de fragilités individuelles (pathologies préexistantes, âges extrêmes…).

51L’essentiel de la prévention des impacts sanitaires passe par l’ensemble des mesures visant à réduire la dérive de l’effet de serre. Dans cette perspective, la gestion de la part anthropique du changement climatique par la réduction des émissions de CO2 reste un des défis incontournables posé devant le risque de rupture et de basculement biologique de l’ensemble des composantes de notre environnement. La prévention repose également sur le développement et le renforcement des connaissances et des actions de santé publique visant à mieux comprendre les impacts sanitaires, à les surveiller au sein des populations, à informer et à protéger des risques les individus les plus sensibles. Même si les paramètres économiques et politiques dominent aujourd’hui la question du changement climatique, la prise de conscience des citoyens concernant des risques pour la santé humaine doit permettre de percevoir le changement climatique non seulement comme une menace globale, ressentie comme lointaine et théorique, mais aussi comme une menace pour la santé, concrète et ancrée dans le quotidien. De cette manière, les enjeux sanitaires peuvent jouer un rôle moteur dans les changements de comportements individuels et collectifs et participer à infléchir les politiques à une échelle plus globale.

52Éléments de sythèse

Réensablement et réaménagement de la plage de l’Amélie à Soulac-sur-Mer. Est-ce suffisant face à l’érosion littorale ? (© T. Auly, Université de Bordeaux 3).

Notes

1 http://www.emdat.be/disaster-list

2 Plan blanc : chaque établissement de santé élabore un Plan blanc qui lui permet de mobiliser immédiatement les moyens de toute nature dont il dispose en cas d’afflux de victimes ou pour faire face à une situation sanitaire exceptionnelle.

3 Plan bleu : pour chaque institution publique, privée, associative ou commerciale, ce plan fixe le mode d’organisation général pour répondre à une situation de crise.

4 http://www.invs.sante.fr/surveillance/cancers

5 http://www. atmo-france.org

6 cf. chapitre 8.1

7 http://www.ars.aquitaine.sante. fr/Eau.77774.0.html

8 Zoonose (ou Anthropo-zoonose) : maladie transmissible (ou exclusivement transmise) de l’animal à l’homme.

9 Arthropode : embranchement d’animaux, lignée des invertébrés à laquelle appartiennent les insectes.

10 Arthropode vecteur : arthropode hématophage qui assure, par un comportement spécifique, la transmission biologique (cycle indispensable de développement dans le vecteur) et active (le vecteur va jouer un rôle actif c’est-à-dire qu’il amène l’agent à un vertébré réceptif) des agents pathogènes d’un hôte vertébré donneur à un autre hôte vertébré réceptif.

11 Complexe pathogène : concept qui résulte de la coïncidence, dans un espace déterminé, d’un agent pathogène, de son hôte réservoir (milieu naturel, homme, animal), d’un mode de transmission (conditions climatiques, sociales, environnement, vecteur ou hôte intermédiaire) et d’individus réceptifs.

12 Compétence vectorielle : aptitude intrinsèque du vecteur à s’infecter sur un hôte vertébré, à assurer le développement d’un agent pathogène et à transmettre cet agent à un autre hôte.

13 Co-adapté : pathogène et vecteur adaptés l’un à l’autre.

14 Plastique : qui s’adapte facilement à un environnement nouveau.

15 Quiescence : pause dans le processus de développement de l’insecte (dormance des œufs), résultant de conditions climatiques défavorables (saison hivernale).

16 Arbovirose : maladie provoquée par un arbovirus, virus transmis par un vecteur, appelé arthropode hématophage. Le terme arbovirus ne fait pas partie de la classification taxonomique des virus (ils rassemblent différentes classes de virus). Ce nom provient de la contraction de l’expression anglaise Arthropod-Born Viruses.

17 Phase virémique : période pendant laquelle l’agent pathogène viral est présent dans la circulation sanguine de l’hôte vertébré.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Fréquence des catastrophes naturelles et nombre de victimes à l’échelle mondiale au cours des deux dernières décennies (Guha-Sapir et al. [2]).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/681/img-1.jpg
Fichier image/, 265k
Légende Figure 2 : Moyenne mensuelle des décès journaliers en France de 1991 à 2006. En gris clair : mois d’octobre à mars, en gris foncé : mois d’avril à septembre (Rousseau 2006, (5]).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/681/img-2.jpg
Fichier image/, 325k
Légende Tableau 1 : Indicateurs (IBM) Biométéorologiques des départements aquitains utilisés pour déclencher le niveau de mise en garde et actions (Miga) du plan national canicule (PNC).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/681/img-3.jpg
Fichier image/, 118k
Légende Figure 3 : Relations entre l’exposition aux UV et la charge de morbidité (Source : http://www.who.int/​uv/​health/​fr).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/681/img-4.jpg
Fichier image/, 148k
Légende Figure 4 : Estimation de l’incidence standardisée (population européenne) des mélanomes cutanés en Aquitaine selon le sexe entre 1980 et 2005 (http://www.invs.sante.fr/​applications/​cancers/​estimations_regionales_1980_2005/​).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/681/img-5.jpg
Fichier image/, 126k
Légende Tableau 2 : Principales valeurs réglementaires concernant les polluants atmosphériques.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/681/img-6.jpg
Fichier image/, 278k
Légende Figure 5 : Schéma de la place du changement climatique dans le complexe pathogène des anthropozoonoses de transmission vectorielle. Exemple = Epidémiologie de l’encéphalite européenne (vernoestivale) à tique (TBE) dans les pays baltes (adapté d’après Randolph SE et al. [19]).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/681/img-7.jpg
Fichier image/, 303k
Légende Figure 6 : Changement climatique et déterminants de l’émergence d’arboviroses (dengue, chikungunya) transmises par Aedes albopictus sur la façade atlantique, 2013 (Matthieu MECHAIN & Denis MALVY).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/681/img-8.jpg
Fichier image/, 431k
Légende Figure 7 : Extension possible d’Aedes albopictus en Europe entre 2010 et 2030 (source : European Centre for Disease Prevention and Control, D Stockholm : ECDC ; 2009, http://www.ecdc.europa.eu [23]).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/681/img-9.jpg
Fichier image/, 852k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/681/img-10.jpg
Fichier image/, 1,9M
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/681/img-11.jpg
Fichier image/, 1,9M
Légende Réensablement et réaménagement de la plage de l’Amélie à Soulac-sur-Mer. Est-ce suffisant face à l’érosion littorale ? (© T. Auly, Université de Bordeaux 3).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/681/img-12.jpg
Fichier image/, 3,7M

Auteur

Maître de Conférences des Universités - Praticien Hospitalier, ISPED, Bordeaux.
Isabelle.Baldi@isped.u-bordeaux2.fr
Médecin spécialiste en médecine du travail et en santé publique, ses travaux sont de nature épidémiologique et portent sur les effets sur la santé des pesticides. Elle travaille actuellement au Laboratoire santé, travail, environnement (LSTE) de l’Université Bordeaux Segalen, au sein du centre INSERM U897

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540