Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deuil et littérature

 | 
Pierre Glaudes
, 
Dominique Rabaté

3e partie. Orphelins, âmes errantes

Écrits ultimes

Carine Trevisan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce sont les derniers caractères que ma main tracera. Dans peu d’heures, je ne serai plus. Je suis condamné à mort.
(Gabriel Rochon de Wormeselle, décapité en novembre 1793)

La question du deuil est généralement envisagée sous l’angle du survivant, du « travail » qu’il a à mener – ou qui se fait obscurément en lui – pour se séparer du mort, travail si complexe, si douloureux, qu’il peut parfois n’avoir aucun terme. On s’est, en revanche, rarement penché sur le chagrin du mort, sur le travail qu’il doit lui aussi accomplir pour non seulement renoncer aux êtres chers, mais aussi au monde des vivants, enfin à lui-même – du moins à son existence de « normalement » vivant –, car, nous le verrons, le mort continue à vivre, d’une étrange vie.

Ce sont les formes d’expression de ce deuil du mort que je me propose d’étudier ici, en m’appuyant sur un ensemble de textes qui se tiennent en marge de la littérature – même si les questions qu'ils posent ne lui sont pas toujours étrangères. Il s’agit d’...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540