Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les impacts du changement climatique en Aquitaine

 | 
Hervé Le Treut

Contexte et enjeux du climat pour l’Aquitaine

Chapitre 3 : Enjeux sociétaux : vulnérabilités face au changement climatique

Denis Salles

Texte intégral

1Coordination  : Denis Salles

2Rédacteurs Vincent Bernard, Jeoffrey Dehez, Philippe Régnacq, Nicolas Rocle, Denis Salles, Sandrine Vaucelle

3Contributeurs  : Vincent Banos, Christophe Boschet, Christine Bouisset, Denis Breysse, Sylvie Clarimont, Philippe Deuffic, Marc Jarry, Thierry Oblet, Guillaume Simonet, Tina Rambonilaza

Ce chapitre aborde la question du changement climatique du point de vue de ses conséquences et des transformations sociales économiques et politiques qu’il pourrait générer. Les vulnérabilités des sociétés au changement climatique, les capacités d’adaptation à faire émerger, ne pouvant faire l’objet d’une analyse exhaustive, une sélection d’enjeux qui concernent plus particulièrement l’Aquitaine sont abordées : villes et démographie, forêt, littoral, ressource en eau, tourisme.
Le degré de vulnérabilité et les capacités de réponse au changement climatique seront dépendants des dynamiques démographiques et en particulier du niveau d’attractivité du territoire aquitain marqué par les phénomènes de littoralisation et de métropolisation. La vulnérabilité des forêts au changement climatique s’exprime sur un plan économique et social. Les diverses manifestations (perçues ou attendues) du changement climatique remettent en question des pratiques de culture et de gestion établies et dessinent aujourd’hui de nouvelles tensions entre les diverses fonctionnalités socio-économiques et écologiques de la forêt. La vulnérabilité du littoral se pose au regard de risques d’érosion, de submersions marines, d’événements extrêmes potentiellement accrus par des activités humaines. Il faut dès lors envisager comment, l’implantation des aménagements, les activités productives (pêche, agriculture, conchyliculture), récréatives (tourisme, loisirs nautiques, baignade…) et les pratiques résidentielles sur la bande côtière seront amenées à s’adapter sous l’effet des conséquences du changement climatique. En ce qui concerne l’eau en Aquitaine, malgré des ressources abondantes, le changement climatique est susceptible d’accroître les tensions. La présence d’étiages plus sévères et plus fréquents sur la Garonne et l’Adour nécessite de trouver des arbitrages pour le partage de l’eau (eau potable, milieux, agriculture, tourisme…). La vulnérabilité de l’estuaire de la Gironde aux submersions marines et à des événements extrêmes constitue un facteur à intégrer dans les politiques de gestion des risques.

Introduction

4En quelques décennies, la problématique du changement climatique s’est imposée comme un défi pour les sociétés humaines. Le changement climatique interroge l’ensemble des interdépendances socio-économiques et environnementales et questionne l’avenir des conditions de vie des sociétés contemporaines sur la planète terre. La question climatique ne peut être pensée indépendamment des « changements globaux » constitués des effets conjugués de la globalisation des échanges socioéconomiques, des dynamiques démographiques et des mobilités migratoires, des besoins alimentaires, de la montée potentielle de crises environnementales (réchauffement, événements extrêmes…), des impacts des aménagements sur les écosystèmes et la pérennité de l’accès aux ressources naturelles (déforestation, épuisement des énergies fossiles, problèmes d’accès à l’eau, pressions sur les ressources halieutiques, érosion de la biodiversité). Ces tendances lourdes fonctionnent comme autant d’injonctions au changement qui interrogent les modèles d’organisations économiques, sociales et politiques des sociétés.

5Le changement climatique, les questions et les controverses qu’il suscite sont emblématiques d’un état d’incertitude permanente qui traverse tous les domaines de l’activité sociale, économique et politique et croise les champs de l’environnement, de la science et de la technique [1][2]. Face à un certain déterminisme des contraintes globales, l’aspiration à la « maîtrise de l’incertain », qui a été au cœur de l’idée de progrès des sociétés, semble à la recherche de voies alternatives, pour repenser les rapports sociaux, économiques et politiques.

6Dans ce contexte, la compréhension du changement climatique nécessite d’articuler des connaissances diversifiées sur le climat et l’environnement avec des savoirs sur les dynamiques de changement des sociétés [3] ; il s’agit également de relier des approches globales sur les scénarios climatiques et la globalisation des échanges avec des approches intermédiaires et locales qui prennent en compte les dynamiques des sociétés aux échelles des territoires où s’expriment les vulnérabilités et les capacités d’adaptation des acteurs et des activités [4][5][6][7].

7Partant de ce questionnement général, quelques éléments de définition sont nécessaires pour appréhender les vulnérabilités et le potentiel d’adaptation aux changements globaux du territoire aquitain. L’exposition aux risques du changement climatique et les réponses à y apporter, l’exploitation des opportunités éventuelles, ne peuvent être pensées sans caractériser respectivement la vulnérabilité et les capacités d’adaptation spécifiques à un groupe social donné dans son contexte culturel, territorial et socio-économique.

8Le GIEC en 2007 a défini la vulnérabilité par « le degré de capacité d’un système à faire face ou non aux effets néfastes du changement climatique (y compris la variabilité climatique et les extrêmes). La vulnérabilité dépend du caractère, de l’ampleur et du rythme de l’évolution climatique, des variations auxquelles le système est exposé, de sa sensibilité et de sa capacité d’adaptation ». Dans les développements des travaux sur le changement climatique, l’accent est désormais mis sur la dimension sociale de la vulnérabilité [8][9], considérant que les impacts du changement climatique sont fortement liés aux conditions de vie et d’organisation des sociétés, ainsi qu’à leurs prédispositions et leurs capacités variables à se prémunir des risques ou à tirer profit des opportunités. Dans ses différentes dimensions, la vulnérabilité au changement climatique implique donc d’observer conjointement les aléas climatiques tout comme les facteurs d’exposition des biens et des personnes aux impacts du changement climatique ; les conditions environnementales de pérennisation des activités d’un secteur ou d’un territoire ; le degré de robustesse des organisations sociales, économiques et politiques face aux impacts du changement climatique ; les connaissances disponibles, les capacités cognitives et les facteurs culturels qui structurent les différentes perceptions du changement climatique.

  • 1 http://onerc.org
  • 2 http://www.developpement-durable.gouv.fr/Le-Plan-national-d-adaptation,22978.html

9Face à l’urgence climatique [10], le défi posé aux sociétés est non seulement de concrétiser des mesures d’atténuation des causes du changement climatique par une réduction des émissions de CO2 mais également d’imaginer les processus d’adaptation nécessaires pour faire face à des impacts jugés désormais inéluctables du changement climatique. En France, l’ONERC1 organisme créé en 2001 et placé sous la tutelle du ministère de l’écologie, a été chargé de définir la stratégie nationale d’adaptation au changement climatique. Le Plan National d’Adaptation adopté en juillet 2011 souligne que « l’adaptation de notre territoire au changement climatique est devenue un enjeu majeur qui appelle une mobilisation nationale »2. Le concept d’adaptation est défini par le rapport du GIEC 2007 comme « l’ajustement des systèmes naturels ou humains en réponse à des stimuli climatiques ou à leurs effets, afin d’atténuer les effets néfastes ou d’exploiter des opportunités bénéfiques ».

10Du point de vue sociétal, l’adaptation ne peut être dissociée des représentations de l’opinion publique sur le sujet controversé du changement climatique [11] et des dispositions individuelles, collectives et institutionnelles à modifier des comportements pour faire face aux effets du changement climatique.

Figure 1 : Schéma institutionnel de l’adaptation au changement climatique (Source : ONERC).

11L’adaptation au changement climatique peut être caractérisée par son caractère autonome-spontané vs planifié-stratégique ; par sa dynamique (proactive vs réactive) ; par la portée territoriale visée (locale vs globale) ; par le statut des mesures d’adaptation (protection vs retrait/prévention vs restauration/changement vs accommodement) ; par la forme d’organisation des actions d’adaptation (réglementaire vs contractuelle-volontaire ; institutionnelle, financière, technique) ; par les mesures d’évaluation de l’adaptation (coût, efficacité, efficience, application, équité) [12].

  • 3 Schéma Régional Climat Air Energie en Aquitaine. http://www.srcae-aquitaine.fr/public

12L’anticipation et la planification de l’adaptation au changement climatique font désormais l’objet d’une institutionnalisation croissante dans les politiques publiques depuis le niveau mondial (GIEC) et européen, en passant par le niveau national (ONERC, Plan National d’Adaptation) jusqu’aux échelons régionaux (SRCAE Schémas Régionaux Climat Air Énergie3) et territoriaux (Plans Climats Énergie Territoriaux) (Figure 1).

13Pour autant cette dynamique de planification ne recouvre pas l’ensemble des capacités d’adaptation des sociétés au changement climatique. Des travaux en sciences humaines et sociales s’intéressent également aux processus d’adaptation observables à l’échelle des modes de vie, des pratiques économiques et sociales des acteurs individuels [13].

14Afin d’analyser les vulnérabilités de l’Aquitaine au changement climatique, la démarche adoptée dans ce chapitre consiste à repérer les principaux facteurs de vulnérabilité au changement climatique, à la fois objective et subjective, qui seraient spécifiques au territoire aquitain ; à appréhender le potentiel d’adaptation des territoires et des sociétés locales aux changements globaux et à identifier les besoins de connaissance à acquérir.

15Dans l’incapacité de couvrir l’ensemble des domaines concernés par le changement climatique, cette étude des vulnérabilités et du potentiel d’adaptation est déclinée au travers de six enjeux particulièrement saillants pour l’Aquitaine. Les enjeux agricoles, ruraux et montagnards sont développés dans des chapitres spécifiques.

I- Villes, dynamiques démographiques et changement climatique

16Avec 70 % de la population mondiale devenue citadine en 2050 (pour la moitié aujourd’hui), avec des modes de vie urbains responsables de 80 % des émissions de CO2 et consommateurs de 75 % de l’énergie mondiale, l’avenir de la planète semble devoir se jouer pour une large part dans la recomposition des villes. Face aux avancées limitées des accords internationaux pour traiter le problème du changement climatique, une des voies de recours réside dans les actions de proximité, au plus près des lieux de vie, pour penser des cités urbaines protégeant la qualité de l’air, de l’environnement et du cadre de vie. Il s’agit, pour imaginer des villes avec 2 à 4 degrés de plus, d’habiter, de se déplacer, de se nourrir, de produire « autrement » ce qui nécessite de repenser l’aménagement et le développement durable des villes et des métropoles. Une meilleure maîtrise du processus continu d’urbanisation représente un immense chantier auxquels s’attellent avec plus ou moins d’urgence des autorités publiques, des mouvements citoyens et des acteurs économiques [14][15]. Il s’agit donc dans ce court chapitre sur les enjeux urbains du CC de mettre l’accent sur les vulnérabilités et impacts potentiels du CC sur les villes et de distinguer à grands traits les modes de gouvernance de l’adaptation au changement climatique en milieu urbain qui s’esquissent dans la région Aquitaine ou ailleurs.

A- Changement climatique et dynamiques démographiques

17La mise en relation des changements climatiques avec les dynamiques démographiques constitue un premier éclairage nécessaire permettant d’anticiper les conditions de vie en Aquitaine à l’horizon 2050. Au 1er janvier 2008, l’Aquitaine comptait 3 175 500 habitants. Depuis 1999, la région a enregistré une croissance moyenne de 1 % l’an contre 0,7 % pour la métropole. Ce rythme de croissance qui a doublé par rapport à la période 1982-1999 repose essentiellement sur un solde migratoire positif (+ 0,9 % contre + 0,5 %). Dans tous les départements d’Aquitaine, l’évolution du solde migratoire est proche de la moyenne régionale excepté pour les Landes où l’accroissement est le plus fort (+1,4 %).

18En prolongeant les tendances démographiques observées, avec 3 880 000 habitants en 2040, l’Aquitaine gagnerait 730 000 habitants par rapport à 2007, soit en moyenne 22 000 personnes de plus chaque année (l’équivalent d’une ville comme Cenon en Gironde). Au cours des trente prochaines années, l’Aquitaine connaîtrait une croissance démographique à un rythme légèrement inférieur à celui observé récemment, mais nettement supérieur à celui de la France métropolitaine (Figure 2).

Figure 2 : Taux de croissance annuel moyen de la population par département entre 2007 et 2040 (Source : Insee, RP 2007 – Omphale).

19En termes de répartition sur le territoire aquitain, on peut anticiper une tendance à une forte concentration de la population régionale dans les pôles urbains et sur le littoral. On peut également anticiper un vieillissement de la population plus accentué qu’au niveau national, qui est lié conjointement à un faible niveau des naissances et à un allongement de l’espérance de vie. Ce vieillissement global de la population aquitaine (Figure 3), même freiné par les migrations résidentielles, devrait engendrer une profonde déformation de la pyramide des âges régionale. Entre 2007 et 2040, le nombre de personnes de 60 ans ou plus augmentera de 70 % et celui des 75 ans ou plus devrait doubler.

Figure 3 : Part des 75 ans ou plus et part des 20 ans ou moins en Aquitaine (Sources : Insee, RP 2007 – Omphale 2010).

20S’il semble difficile d’estimer l’influence du changement climatique sur ces dynamiques démographiques de migration, de métropolisation, de littoralisation et de vieillissement, il est cependant possible d’envisager l’accroissement de vulnérabilités dans les villes. La croissance démographique liée à l’accueil de nouveaux résidents aura des incidences sur les conditions d’accès aux ressources et en particulier sur les besoins en eau potable. La concentration urbaine peut laisser augurer d’une plus forte vulnérabilité des personnes âgées, plus sensibles aux épisodes de fortes chaleurs et de canicule (cf. chapitre 9).

B- Vulnérabilité des équipements

21Les constructions urbaines sont théoriquement conçues pour affronter des variations météorologiques usuelles. Au-delà de certains seuils elles ne peuvent que partiellement faire face à des situations extrêmes de force des vents, de précipitations, d’épisodes de chaleur ou de froid. Les évolutions du climat auront des répercussions sur le comportement et sur le processus de dégradation des aménagements urbains et par voie de conséquences sur la sécurité des usagers, la disponibilité des infrastructures et les coûts d’entretien.

22Les chaussées composées de matériaux bitumineux, les ouvrages urbains construits pour l’essentiel en béton armé, les charpentes en bois présentes dans la grande majorité des ouvrages traditionnels ou industriels ou encore les réseaux urbains enterrés (eau, assainissement, électricité) sont particulièrement sensibles à l’influence des facteurs environnementaux [16]. Des variations significatives de température, de précipitations, d’humidité de l’air, le taux de gaz carbonique pourront accélérer des processus de corrosion, des mouvements de sols, réduire les durées de service des ouvrages, augmenter les coûts d’entretien et, dans des cas extrêmes, menacer la sécurité des usagers et des services.

23La catastrophe naturelle dont l’impact économique est le plus important en France concerne les désordres du bâti liés au retrait et au gonflement des sols argileux. La région Aquitaine est particulièrement exposée à ces sinistres plus fréquents en période de sécheresse. La répétition de ce type d’événements depuis 2003 conduit les chercheurs, les bureaux d’études et les assureurs à renforcer les connaissances dans ce domaine. Un site expérimental dans la commune de Pessac, fruit d’un partenariat Ville et Université sert de support à des recherches innovantes visant à mieux appréhender les conséquences sur le bâti des variations du climat.

C- Transports, mobilité et politiques urbaines

  • 4 http://www.developpement-durable.gouv.fr/Le-Plan-national-d-adaptation,22978.html

24Les politiques des collectivités territoriales (Régions, départements, communes) et des intercommunalités en matière de changement climatique ont été initiées depuis 2004 dans le cadre du Plan Climat national (réactualisé en 2006), dans le Grenelle de l’Environnement de 2007 et dans le Plan National d’Adaptation au changement climatique4 adopté en 2011 qui propose un catalogue de mesures à mettre en œuvre de 2011 à 2015 pour faire face et tirer parti de nouvelles conditions climatiques.

  • 5 http://www.aquitaine.developpement-durable. gouv.fr/le-schema-regional-climat-air-a1060.html
  • 6 http://www.gironde.fr/jcms/c_16802/le-plan-climat-energie-girondin

25Ces politiques ont été déclinées au niveau régional dans le Schéma Régional Climat-Air Énergie d’Aquitaine5 approuvé le 15 novembre 2012, au niveau départemental dans le plan climat énergie girondin6 adopté en décembre 2012, au niveau des agglomérations des communes et intercommunalités de plus de 50 000 habitants, par les Plans Climat Énergie Territorial (PCET), projet de développement durable ayant pour finalité la lutte contre le changement climatique (environ 22 PCET étaient adoptés fin 2011 en Aquitaine hors Agenda 21).

26Deux grandes stratégies de lutte contre le réchauffement climatique sont mobilisées par les villes. La première engage la promotion d’une nouvelle logique d’aménagement urbain qui intègre l’idée que l’urbanisme et la mobilité sont les deux faces d’une même pièce, aujourd’hui considérés comme un « couple infernal » [17]. Il s’agit de bâtir une ville plus sobre dans sa consommation de carbone fondée des principes de densification, de polycentrisme, de mixités sociale et fonctionnelle, permettant une optimisation de modalités de déplacements (transports en commun, vélo, marche) moins émettrices de gaz à effet de serre. À titre d’exemple, au niveau de la CUB, la lutte contre l’étalement urbain et la densification intra-rocade le long des corridors de tramway, le développement de programmes de construction de logements (50 000) et d’éco-quartiers (Niel, Ginko, Euratlantique), apparaissent comme les moyens de recomposition de la ville. Au-delà de la ville dense sont envisagées des polarités urbaines secondaires reliées par des transports publics et une ceinture verte qui marque de manière forte la frontière entre ville et rural.

27La seconde stratégie qui vise des réductions de consommation d’énergie plus tangibles et immédiates, porte essentiellement sur la réduction de la consommation énergétique par la rénovation et la construction des bâtiments publics et privés. Selon l’Agence Locale de l’Énergie un logement de 70 m2 sur la Communauté Urbaine de Bordeaux verrait sa consommation en chauffage et eau chaude sanitaire passer de 170 kWh/m2 à 58 kWh/m2 après rénovation en Bâtiment Basse Consommation (BBC) et à 35 kWh/m2 pour une construction neuve. Le bâti urbain constitue donc un gisement important de gains énergétiques qui va ouvrir un vaste chantier de rénovation et de construction pour l’avenir. Pour autant, le modèle dominant de la performance énergétique et environnementale repose sur une conception du bâtiment, « économe » ou « basse consommation » qui recourt à la multiplication des équipements et des systèmes autorégulés comme facteur premier de la performance énergétique. De nombreux travaux ont montré le mythe d’un pilotage des comportements humains par la technique [18] et prétendre surmonter la crise énergétique et écologique par le recours exclusif à des moyens techniques participe de cette utopie. L’appropriation sociale des bâtiments basse consommation pose la question « d’une véritable démocratie technique capable d’établir un dialogue durable entre les experts, les usagers et les dispositifs techniques qui, tous et ensemble, contribuent à la production de la performance énergétique » [19].

28Plus fondamentalement, l’adaptation au changement climatique en milieu urbain nécessite une planification stratégique de l’énergie qui peut passer par une remise en question du modèle énergétique centralisé et par un soutien à des initiatives décentralisées de développement d’énergies alternatives.

29Le volontarisme apparent, l’écho médiatique et le passage plus ou moins systématique par des processus de concertation pour la mise en place de ces politiques locales du changement climatique ne doivent cependant pas faire illusion, les projets d’action en sont à leur balbutiement, la crise économique tend à reléguer au second plan l’urgence climatique et au final seule une réelle appropriation par les élus, les citoyens, les acteurs économiques et les organisations politico-administrative constituera un réel étalon de mesure d’un succès potentiel de ces politiques qui engagent un profond changement dans l’organisation des villes et dans les modes de vie urbains.

II- L’activité forestière face au changement climatique : quels facteurs de vulnérabilité ?

30Avec 1,8 million d’hectares, soit plus de 40 % de son territoire, l’Aquitaine est la première région boisée de France. Cette forêt ne se résume pas à son essence emblématique qu’est le pin maritime. Ainsi, a-t-on coutume de représenter la forêt aquitaine à travers trois grands ensembles que sont :

  • le massif très morcelé Dordogne-Garonne (523 000 ha), constitué principalement d’essences feuillues où dominent le chêne et le châtaignier destinés à une production de bois d’œuvre dans le cadre d’une filière professionnelle organisée.
  • le massif des Landes de Gascogne (974 000 ha) caractérisé par la futaie de pin maritime à forte vocation de bois d’œuvre et d’industrie.
  • le massif très morcelé et hétérogène Adour-Pyrénées (227 100 ha), constitué principalement d’essences feuillues et sur lequel la filière professionnelle est nettement moins structurée.

31En Aquitaine, la forêt appartient majoritairement à des propriétaires privés : 128 000 propriétaires privés, aux profils variés (individuels, groupements, institutions financières…) possèdent 92 % de la surface forestière totale. La structure de la propriété est cependant très concentrée puisque 4 % des propriétaires possèdent environs 50 % des surfaces. Les forêts publiques se répartissent sur le littoral en Gironde et dans les Landes (avec un rôle de fixation des dunes et une fonction très marquée d’accueil du public) ; ou en montagne, dans les Pyrénées-Atlantiques.

32Les motivations et contraintes de gestion sont très variables. La production forestière alimente la deuxième industrie d’Aquitaine (sylviculture, première et deuxième transformation), après l’agroalimentaire. Avec un chiffre d’affaire supérieur à 3,5 millions d’euros (en 2007), la sylviculture et la filière bois emploient près de 30 000 salariés. Aujourd’hui, à côté des industries traditionnelles de transformation (papier, lambris), de nouvelles filières de production sont en train d’émerger notamment la filière bois énergie et le bois construction.

  • 7 Une nouvelle étude, prévue en 2012, actualisera ces données.

33Parallèlement, les usages « non-bois » suscitent un intérêt croissant pour la multifonctionnalité de la forêt ou encore pour les services écosystémiques qui visent la valorisation de fonctionnalités environnementales (fixation des sols, stockage de carbone, réserve de biodiversité, épuration des eaux) ou socioculturelles (paysage, cultures locales, loisirs et tourisme). Bien qu’encore mal évalués, plusieurs indices laissent penser que ces services offrent un potentiel significatif [20]. Une enquête de 2006 a établi que près de 8 Aquitains sur 10 se rendaient en forêt durant leur temps libre, ce qui a conduit à une estimation de près de 100 millions de visites annuelles pour l’ensemble des forêts d’Aquitaine7. Toutes ne présentent pas la même attractivité et les forêts périurbaines, littorales et certains sites remarquables concentrent une large part de la fréquentation [21] [22].

Chapitre 3 : Enjeux sociétaux : vulnérabilités face au changement climatique

Une forêt exposée aux événements climatiques

  • 8 Source Institut Forestier National.
  • 9 ECOFOR, 2010. Expertise collective scientifique et technique à visée prospective sur l’avenir du m (...)
  • 10 Mora et al., 2012. Le massif des Landes de Gascogne à l’horizon 2050, Rapport de l’étude prospecti (...)
  • 11 Programmes de recherche financés par la Région Aquitaine : « Services récréatifs et multifonctionn (...)

34La tempête Klaus de 2009, qui a détruit 234 000 hectares de forêt à plus de 40 %, soit 42,5 millions de mètres cubes de bois abattu8, est intervenue 10 ans après les épisodes Lothar et Martin (décembre 1999). Ces événements successifs ont suscité de vives interrogations sur leurs liens avec le changement climatique. La plupart des réflexions se sont focalisées sur les impacts physiques et environnementaux du changement climatique, abordant finalement peu les vulnérabilités socioéconomiques. Récemment, deux analyses prospectives menées par le GIP ECOFOR d’une part9 et l’INRA d’autre part10 et quelques projets récents ou en cours, bien que non ciblés sur la thématique du changement climatique11, apportent des éclairages nouveaux sur la vulnérabilité des activités forestières au changement climatique, sans toutefois combler le déficit encore important de connaissances en sciences humaines et sociales dans ce domaine.

Une filière forestière vulnérable, des capacités d’accès en forêt menacées

  • 12 La demande en bois-énergie pourrait augmenter de 500 000 tonnes en 2010 à 2 millions de tonnes à l (...)

35Diverses menaces liées au changement climatique concernent potentiellement les forêts d’Aquitaine. La vulnérabilité de la forêt au changement climatique revêt de multiples visages qui associent risques naturels, modes de gestion et diversité des usages. Les plus importantes d’entre elles concernent l’augmentation probable des risques de sécheresse et des attaques parasitaires. Sur un plan socioéconomique, l’un des premiers effets du changement climatique à avoir été évoqué est celui de l’impact possible sur l’approvisionnement de la filière, avec les conséquences directes sur le fonctionnement de l’industrie locale. La répétition d’événements extrêmes impacte en effet sérieusement la structure des peuplements (notamment au niveau des classes d’âge) et, de fait, leurs possibilités de valorisation économique. Dans ce contexte, le risque d’une insuffisance en bois d’industrie (dominée par la filière papetière) dans les 5 à 10 ans à venir a été particulièrement souligné [23]. Les tensions prévisibles sont d’autant plus importantes que la montée en puissance des besoins en énergies renouvelables tendrait à favoriser le développement d’une consommation de bois (biomasse) initialement affecté l’industrie12. À terme, la concurrence entre diverses demandes pourrait aussi concerner l’approvisionnement en bois d’œuvre, au risque de freiner des filières émergentes comme celles du bois de construction. Un tel scénario pourrait résulter d’une stratégie de réduction des âges d’exploitation visant à limiter les risques de voir les peuplements détruits par des événements climatiques extrêmes.

36Bien que moins évidents, les effets du changement climatique sur les usages non productifs ne doivent cependant pas être sous-estimés. D’un point de vue social et culturel, les agressions subies en termes d’incendies, de tempêtes, d’attaques parasitaires, laissent autant de traces dans les esprits que dans la forêt. Les dégâts provoqués limitent les pratiques de la forêt en interdisant l’accès, en détruisant les équipements d’accueil ou encore en affectant les stocks et les habitats de gibier pour la chasse.

  • 13 La tempête Klaus a conduit le Parc naturel régional des Landes de Gascogne à définir « la conserva (...)
  • 14 Cf. infra 2.5 sur le « tourisme et les loisirs ».

37Les événements météorologiques extrêmes ont un impact significatif sur les populations locales dans la mesure où ils bouleversent brutalement les paysages et le cadre de vie et représentent un danger potentiel pour les personnes et les biens. Ces phénomènes extrêmes répétés ont contribué à renforcer l’attachement des populations et des collectivités à une préservation du cadre forestier13. Dès lors, certains sites (forêts littorales, alluviales et de montagne), du fait de leur forte attractivité14 et de leur exposition aux risques naturels peuvent être considérés comme plus vulnérables que d’autres. La vulnérabilité en jeu est donc à la fois celle d’une dégradation de la forêt elle-même mais également d’un ensemble d’usages dont elle est le support.

38Dans ce contexte d’exposition à des événements extrêmes, les propriétaires forestiers et les sylviculteurs occupent une position centrale en tant que principaux acteurs de la gestion forestière. En effet, en plus d’être directement soumis aux impacts de ces événements (pertes de revenus, traumatismes personnels, etc.), leurs décisions en matière d’orientation de la sylviculture pourraient largement conditionner l’éventail futur des usages de la forêt aquitaine. De nombreuses incertitudes persistent sur ces orientations à venir, renforcées par la montée en puissance d’opérateurs sectoriels de la gestion sylvicole (Coopérative CAFSA, Caisse des dépôts, etc.).

39Après 2009, le modèle traditionnel landais d’exploitation sylvicole a été sérieusement questionné du fait notamment de la fragilité du système racinaire [23] ou encore de la vulnérabilité du pin maritime face aux attaques parasitaires. Même si la forêt aquitaine semble toujours s’être remise des multiples catastrophes qui l’ont affectée par le passé, qu’il s’agisse du gel (100 000 ha atteints en 1962), des grands incendies (50 000 ha en 1949, 10 000 ha en 1989-1990) ou des tempêtes (200 000 ha en 2009), aujourd’hui, la problématique du changement climatique tend à relier entre eux des événements qui avaient jusqu’à présent, été perçus comme indépendants [25]. L’argument du changement climatique pourrait remettre en cause certains fondamentaux de la gestion forestière, comme dans les Landes de Gascogne, où la confiance exprimée jusqu’à présent envers le pin maritime, voire même la vocation forestière des territoires, pourrait être mise en question [26].

40Avec la problématique du changement climatique, les politiques publiques semblent aussi à la croisée des chemins. Le système de DFCI (Défense des forêts contre les incendies) aquitain, s’il a toujours démontré son efficacité, pourrait se trouver en difficulté pour maintenir un niveau de protection performant face à des sécheresses récurrentes annoncées pour les prochaines décennies [27], difficultés accrues si des revenus de la forêt en baisse réduisent la contribution au financement de la DFCI. À cela, s’ajoutent la territorialisation des politiques publiques (où les logiques de territoires télescopent les intérêts de la filière) ou, à l’inverse, la multiplication des directives européennes parfois contradictoires. Ainsi, l’injonction à augmenter la part des énergies renouvelables, via notamment la consommation de biomasse ligneuse, supposerait la mise en place de modèles de production sylvicole intensifs susceptibles à leur tour de renforcer les effets de la sécheresse et d’entraîner des modifications paysagères importantes qui pourraient affecter la qualité d’un cadre de vie recherché.

41Les conditions de marché apparaissent également fluctuantes. Les cours des usages traditionnels du bois sont orientés à la baisse ; alors que de nouvelles valorisations de la ressource (biomasse, biocarburant, chimie verte) n’ont pas exprimé leur potentiel.

Des pistes pour l’adaptation

42À l’instar de la vulnérabilité, les capacités d’adaptation au changement climatique sont elles aussi multiples. La puissance publique dispose de leviers d’intervention à plusieurs niveaux. Au travers de la réglementation (obligation de débroussailler, de couper les bois malades ou de replanter après tempête…), de l’incitation (aide au reboisement, primes pour le changement de sylviculture) ou encore dans l’accompagnement de systèmes collectifs de gestion préventive.

43L’assurance entre notamment dans cette dernière catégorie. Aujourd’hui, les forêts privées sont globalement peu assurées et si les propriétaires ne se déclarent pas opposés au principe, ils sont en attente d’une clarification des modalités [26]. L’organisation par la puissance publique de nouveaux systèmes assurantiels pour la forêt, que le secteur privé ne semble pas vraiment en mesure d’établir, pourrait constituer une réelle stratégie pour la mutualisation des risques. Une autre forme d’adaptation au changement climatique envisagée par les propriétaires forestiers consiste à mutualiser les risques en diversifiant les itinéraires techniques (en visant différents produits et qualité de bois) et les sources de revenus issus de la forêt ou du foncier forestier (chasse, location ou vente du foncier, solaire, accueil touristique). La reconnaissance des multiples services rendus par les forêts apparaît alors comme un facteur favorable.

44Du côté des populations, la réduction de la vulnérabilité passe aussi par tout un train de mesures (débroussaillement, élagage autour des habitations et des franges urbaines par exemple) qui impliquent l’attention des pouvoirs publics sur l’aménagement des zones d’interface forêt-habitat et une forte mobilisation des particuliers. Cependant, l’exemple méditerranéen pour les incendies, montre combien celle-ci est complexe du fait que les populations tendent à minorer les risques et à rejeter les contraintes normatives dès lors qu’elles ont un coût et qu’elles affectent la jouissance qu’elles ont de leurs biens [28]. Les dispositions du public à l’égard d’une adaptation de la forêt aux risques du changement climatique semblent réelles, si l’on considère que malgré un attachement des Aquitains vis-à-vis de « leurs » paysages forestiers [29], ceux-ci ne semblent pas opposés à une certaine diversification de leur cadre de vie notamment dans la forêt landaise [30].

III- Enjeux et vulnérabilités du littoral face au changement climatique

45Les littoraux sont confrontés depuis quelques décennies à une tension croissante entre l’attractivité de ces territoires et une vulnérabilité spécifique liée à leur position d’interface entre terre et mer. Les politiques de préservation des littoraux doivent ainsi composer avec des préoccupations relatives à l’accessibilité et à la valorisation des fonctions sociales et économiques du bord de mer [31]. Le littoral aquitain, considéré dans toute sa diversité, n’échappe pas à ce constat. Sous l’effet du changement climatique, la récurrence et/ou l’intensité de divers phénomènes comme l’accélération de l’élévation du niveau marin, des modifications de circulations océaniques et des phénomènes de surcotes plus importantes sont susceptibles de transformer le paysage littoral et d’affecter les biens et les conditions de vie. Cette section traite plus particulièrement des enjeux de l’érosion et du recul de la frange côtière, ainsi que des submersions marines et leurs impacts possibles sur les biens et les activités humaines, dans une perspective de long terme.

  • 15 Le projet de recherche BARCASUB (LITEAU, 2009-2012) analyse les impacts sociaux et environnementau (...)

46La vulnérabilité des territoires littoraux est souvent mise en avant du fait des enjeux qui s’y concentrent : densités de population et d’urbanisation élevées, interdépendance des processus à l’interface terre-mer, risques de catastrophes naturelles plus élevés… Appréhender la vulnérabilité des territoires côtiers nécessite alors des démarches interdisciplinaires de recherche et de gestion. Le projet VULTEC [32] mené sur des communes du littoral de la Côte d’Opale (Manche) puis étendu à des communes du littoral méditerranéen, a par exemple permis d’élaborer une grille d’analyse et une méthode d’évaluation de la vulnérabilité aux risques d’érosion et de submersion fondée sur quatre critères (les aléas, les enjeux, la gestion effective des risques, les perceptions et les représentations sociales liées aux risques) et de déterminer un indicateur de vulnérabilité globale du territoire étudié. D’autres démarches s’intéressent à la vulnérabilité des littoraux en analysant les impacts sociaux et environnementaux des territoires, eu égard aux tendances et aux prévisions en matière d’érosion de la frange côtière ou d’élévation du niveau des eaux et des submersions marines associées15.

  • 16 http://ancorim.aquitaine.fr

47À l’échelle de la région Aquitaine, en matière de préoccupations sur les risques côtiers, le Groupement d’Intérêt Public (GIP) Littoral Aquitain, constitue, depuis 2006, une structure pérenne de gouvernance du littoral associant l’État et les collectivités territoriales ; il s’appuie sur les expertises de l’Observatoire de la Côte Aquitaine (OCA) et du Réseau de Recherche Littorale Aquitain (RRLA). La région Aquitaine a coordonné le projet européen ANCORIM inscrit dans un réseau atlantique pour la prévention et la gestion des risques littoraux16. L’application de la Directive Cadre Stratégie pour le Milieu Marin (2008/56/CE) et de la Directive européenne (2007/60/CE) relative à l’évaluation et à la gestion des risques d’inondations (intégrant les submersions marines) apporte également de nouveaux éléments pour la gestion des territoires d’interface Terre/Mer et des risques associés.

Une vulnérabilité côtière sous surveillance

48Le littoral aquitain, constitué de 230 km de côtes sableuses et d’environ 40 km de côtes rocheuses, représente l’une des régions littorales européennes les plus exposées à l’érosion marine [33]. Près du tiers de la portion littorale sableuse présente un recul moyen de 1 à 3 m par an (pouvant atteindre localement des reculs de 6 mètres par an). Les falaises à roche dure de la côte basque sont également sensibles aux phénomènes de mouvements de terrain et exposent des biens et des personnes du fait de la densité de l’occupation de toute la frange littorale. Ces phénomènes d’érosion dépendent de la dynamique propre des franges littorales mais sont modifiés et/ou aggravés par l’artificialisation croissante des milieux (ouvrages de défense, imperméabilisation de surfaces…).

  • 17 http://www.littoral-aquitain.fr/spip.php?rubrique20
  • 18 http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/12004_Strat%C3 %A9gie-gestion-trait-de-cote-2012_V6_2 (...)

49En réponse à ces problèmes, le GIP Littoral Aquitain a lancé en 2009 l’élaboration d’une « stratégie régionale de gestion du trait de côte » à l’échelle de l’ensemble du littoral aquitain (exception faite des passes du bassin d’Arcachon du fait de la complexité des phénomènes à l’œuvre)17. Cette stratégie a été validée en 2012, au moment du lancement de la Stratégie nationale de gestion intégrée du trait de côte par le Ministère en charge de l’écologie18. Un important effort d’acquisition de connaissances et de données s’est concentré sur les aléas érosion marine, permettant d’établir des projections tendancielles aux horizons 2020 et 2040 sur les positions futures du trait de côte et établissant ainsi une première projection sur l’exposition des milieux, des infrastructures et des activités humaines sur des espaces voués à disparaître ou à évoluer sous l’effet de ces forçages (Figure 4) [34].

Figure 4 : Activités humaines et enjeux répertoriés dans la bande d’aléa érosion marine (2 233 ha) à l’horizon 2040 (Source : Sogreah 2011/GIP Littoral Aquitain/Stratégie régionale de gestion de la bande côtière en Aquitaine).

50La situation des trois départements littoraux d’Aquitaine est contrastée en matière d’occupation de la frange littorale : les côtes sableuses des Landes et de la Gironde ont été relativement préservées vis-à-vis d’aménagements aux abords immédiats du trait de côte, à l’inverse la côte basque présente des habitations et des infrastructures relativement denses et à l’aplomb des falaises rocheuses.

51Certaines situations locales sont d’ores et déjà préoccupantes sinon urgentes, comme en atteste le cas emblématique de l’immeuble « Le Signal » à Soulac-sur-mer (Gironde) séparé des eaux océaniques par un cordon dunaire d’une vingtaine de mètres, et pour lequel les rechargements artificiels de plage ne permettent plus de garantir à terme la protection de ce bien et des personnes résidentes. A court ou moyen terme, des situations en équilibre instable – comme à Saint-Jean-de-Luz, Biarritz et Anglet (Pyrénées-Atlantiques), Capbreton (Landes), où sont réalisés des aménagements de protection face aux érosions marines – pourraient se dégrader (en raison du coût des interventions, de la vétusté des ouvrages de protection et/ou de l’intensification des phénomènes d’érosion) et appellent des mesures d’anticipation et de prévention. Ainsi, selon la stratégie régionale de gestion du trait de côte en Aquitaine, « si l’on ne tient pas compte des ouvrages existants et qu’aucune action de gestion n’est entreprise, une première approche régionale permet d’estimer que ce sont potentiellement près de 250 bâtiments d’habitation qui sont menacés à l’horizon 2040 sur la côte sableuse dans les Landes et en Gironde et près de 150 biens concernés par un aléa 2040 moyen ou fort de mouvement de falaises dans les Pyrénées-Atlantiques ». Ce scénario tendanciel devra en outre, à l’horizon 2100, prendre en compte une accélération de la hausse du niveau moyen des océans et l’évolution des surcotes, suggérées par les prévisions du GIEC, sans toutefois pouvoir déterminer les effets couplés de ces évolutions aux échelles régionales et locales. Des vulnérabilités face à la réduction de zones de plage et/ou de baignade avec des conséquences potentielles (encore mal évaluées) sur les activités touristiques sont à prendre en compte, en particulier sur les stations balnéaires fortement dépendantes de ces supports de loisirs et de tourisme.

52Les zones basses du littoral aquitain (bassin d’Arcachon, estuaire de la Gironde, Saint-Jean-de-Luz et Hendaye), présentent pour leur part une exposition et une vulnérabilité aux phénomènes de submersions marines et d’inondations (plus de 200 Plans de Préventions des Risques d’Inondation (PPRI) ont été approuvés en 2005 dans le seul département de la Gironde). L’exposition des ouvrages de protection (digues, enrochements), des milieux et des constructions, dans le scénario GIEC pessimiste d’une élévation du niveau de la mer de l’ordre d’un mètre à l’horizon 2100, engage une transformation graduelle des milieux et des paysages (exemple des marais doux du Domaine de Graveyron, site du Conservatoire du Littoral dans le bassin d’Arcachon, [35]) et interroge la durabilité des usages productifs et récréatifs liés aux ressources naturelles (pêche, agriculture, conchyliculture). La gestion des niveaux d’eau et des équilibres à maintenir entre eau douce, eau salée et sédiments, héritée de dynamiques anciennes par des systèmes complexes de vannes et de canaux nécessitant des entretiens réguliers, sera donc certainement modifiée par suite de l’élévation croissante du niveau marin.

53La littoralisation et l’artificialisation de la frange côtière dans le contexte du changement climatique posent ainsi de nombreuses questions sur la révision des options d’aménagement et d’urbanisme sur des territoires soumis à une pression démographique et foncière importante. Face au changement climatique, les outils d’orientation et de planification (SCOT, PLU…) et les plans de gestion des risques d’inondations peuvent-ils transformer les usages et l’occupation du littoral ?

Des options d’adaptation à penser collectivement

54La vulnérabilité du littoral aquitain face au changement climatique soulève ainsi des questions d’ordre techniques (types de protection et modes de gestion), réglementaires et juridiques (cohérence des différents documents de planification et d’orientations, régimes de responsabilité et d’assurances, procédures d’expropriation…), économiques et financières (expropriation et indemnisation, nouveaux ouvrages de protections à construire et entretenir…), politiques et institutionnelles (en particulier sur la gouvernance du littoral et les relations sciences, technique et société).

55Considérant les arbitrages et les décisions à prendre, les dimensions socio-économiques vis-à-vis des risques littoraux aggravés par les changements climatiques semblent pour l’heure encore mal estimées dans le contexte régional aquitain. Il convient de consolider des connaissances concernant les populations riveraines (niveaux et modes de vie des habitants de la frange côtière, leurs représentations et leur degré d’appropriation des risques littoraux) ; de conduire des expérimentations pour mesurer les capacités d’adaptation des entreprises, des organisations, des collectivités face à des options de relocalisation d’activités ; d’apprécier les impacts de ces options d’adaptation en termes d’équité, d’égalité et de solidarité (entre individus, entre groupes de populations, entre générations, entre territoires…). L’adoption d’options de déplacement et/ou de relocalisation éventuelles de certains biens et activités dépendra en effet des conditions locales d’évolution des milieux et des usages, mais également des équilibres à trouver avec l’arrière-pays et les territoires littoraux adjacents. La mise en chantier en 2013 de la stratégie régionale de gestion du trait de côte portée par le GIP Littoral Aquitain, ainsi que des stratégies locales pour s’adapter à l’érosion côtière (Pointe du Médoc, Lacanau, Mimizan, Agglomération Côte Basque-Adour, Agglomération Sud Pays Basque) et des stratégies locales inondation sur les « territoires à risque important » d’inondation (bassin d’Arcachon et côtier basque), représentent des expériences émergentes porteuses d’enseignements sur les conditions nécessaires pour mener des actions de type repli stratégique, ainsi que sur les dispositifs de participation citoyenne nécessaires pour faciliter l’émergence d’options d’adaptation jugées acceptables et justes.

IV- Les enjeux de l’eau face changement climatique

56L’abondance d’eau qui caractérise l’Aquitaine n’exclut pas des tensions sur la ressource à certaines périodes (63 % des prélèvements ont lieu en été) et dans certaines zones, qui pourraient être accentuées par le changement climatique. Ces tensions sont liées à la disponibilité de l’eau mais également aux règles de partage de la ressource entre les différents usages, ainsi qu’aux conditions de préservation des fonctionnalités écologiques des écosystèmes. Prétendre évaluer la vulnérabilité et identifier les capacités d’adaptation de l’Aquitaine face au changement climatique du point de vue de la ressource en eau nécessite d’estimer les dynamiques d’évolution des usages anthropiques et de la demande en eau et d’observer le degré de prise en charge du changement climatique dans la gouvernance de l’eau et les politiques publiques. Trois illustrations seront mobilisées pour montrer les arbitrages qui se dessinent pour la gestion de l’eau dans le contexte du changement climatique (le Plan de Gestion des Étiages de l’Adour, la programmation des besoins en eau potable de la Communauté Urbaine de Bordeaux, la prévention des risques inondation dans l’Estuaire de la Gironde).

Une ressource abondante mais vulnérable

  • 19 Source Prospective Aquitaine 2006 et Observatoire de l’eau du Bassin de l’Adour.

57En Aquitaine la disponibilité en eau est de l’ordre de 35 milliards de m3 dont 1,1 milliard (500 Mm3 pour le bassin de l’Adour) sont prélevés pour les usages anthropiques. Ces prélèvements sont respectivement destinés pour 45 % à l’irrigation (Adour 51 %), pour 30 % aux usages domestiques (Adour 25 %), et 25 % pour les usages industriels (Adour 24 %)19.

  • 20 Lignes d’eau – Lettre d’informations d’ADOUR GARONNE, # 30 décembre 2012, http://info.eau-adour-ga (...)

58L’observation de l’évolution des usages souligne plusieurs tendances : les besoins en eau pour l’industrie ont connu une baisse régulière et significative (Figure 5). La demande en eau pour l’irrigation, après les importants équipements durant les années 1970-1980 (x3 entre 1970 et 1990) s’est stabilisée dans les années 1990 et a décru dans les années 2000 avec la persistance de variations départementales fortes en Aquitaine (Figure 5). À l’échelle du bassin Adour-Garonne, avec 530 000 hectares en 2010, les surfaces irriguées ont été réduites de 18 % en 10 ans. 73 % des surfaces irriguées sont occupées par la culture du maïs irrigué. 950 millions de m3 sont prélevés annuellement pour l’irrigation représentant 70 % des prélèvements effectués l’été. La réduction de la sole irriguée ne se traduit cependant pas par une baisse du volume prélevé ce qui indique une tendance à l’intensification de l’utilisation de l’eau20.

Figure 5 : Évolution des surfaces irriguées entre 1970 et 2007 en Aquitaine, par département (Source Recensements Agricoles et enquêtes structures intercensitaires. Agreste 2010).

59Les prélèvements pour l’eau potable (326 Mm3/an) destinés à 3 millions d’habitants d’Aquitaine sont issus des nappes souterraines (61 %) et des eaux de surface (30 %). La consommation moyenne annuelle d’eau par habitant (164 l/j) est légèrement supérieure à la moyenne française (150 l/j) et se révèle variable non seulement selon les saisons mais également selon des événements météorologiques comme par exemple la canicule de 2003 en France.

60Les milieux aquatiques en Aquitaine se caractérisent par la présence d’une grande diversité d’espèces de poissons migrateurs (esturgeon, alose, anguille, truite de mer, saumon, lamproie). Le potentiel halieutique a été fortement affecté ces dernières décennies par des causes conjointes de surpêche, de dégradation de la qualité des milieux et de conditions liées au changement climatique. Le nombre de pêcheurs professionnels est en forte baisse (300 dans l’estuaire de la Gironde), la pêche de loisirs concerne 110 000 pratiquants à l’échelle du bassin Adour-Garonne.

61La biodiversité des milieux aquatiques et humides (zones humides alluviales et estuariennes, bras morts, forêts alluviales) est exposée à des impacts anthropiques anciens et persistants (artificialisation du lit et des berges par l’emprise agricole et urbaine, déconnexion avec le fleuve, des rives, impacts des extractions de granulats) qui pourraient être aggravés par des étiages annoncés comme plus fréquents et plus sévères, pouvant atteindre potentiellement jusqu’à -25 %. De même les événements de crues, notamment les submersions marines dans l’estuaire, exposent des zones urbanisées et des zones d’activités à des risques accrus qu’il convient de protéger par des infrastructures combinées à des méthodes alternatives (dépoldérisation, zones d’expansion de crues, repli stratégique).

  • 21 SDAGE : Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux.

62Face aux pressions en période d’étiage, le maintien des débits dans les rivières pour garantir des usages et assurer les conditions de vie des milieux, est devenu une préoccupation forte depuis les lois sur l’eau de 1992 et 2006, renforcée par l’application de la DCE 2000 visant un bon état écologique de l’eau à l’horizon 2015. La gestion des débits à l’étiage est assurée par une norme de Débits Objectifs d’Étiages (DOE) inscrite dans le SDAGE21 et négociée localement dans le cadre des Plans de Gestion des Étiages (PGE) en Adour Garonne. Le déficit de ressource identifié dans le bassin Adour Garonne pour le respect des DOE est estimé à 235 millions de m3. Des étiages sévères d’intensité et de fréquence plus importantes (référence à 1986-1989/1990-1991/2003), tels qu’ils sont envisagés dans le contexte du changement climatique, pourraient avoir des impacts significatifs sur les conditions de respect des seuils limites.

63L’observation des tensions sur la ressource en eau en Aquitaine met en évidence de nombreux domaines que le changement climatique risque de renforcer. Nous concentrerons notre attention sur trois phénomènes permettant d’illustrer des facteurs de vulnérabilités de l’eau plus spécifiques à l’Aquitaine :

  • La gestion des étiages de l’Adour
  • L’adaptation des services d’eau potable de la CUB au changement climatique
  • La vulnérabilité de l’estuaire de la Gironde aux événements extrêmes

A. La gestion des étiages de l’Adour

  • 22 La Région Aquitaine est concernée par le PGE Dropt, le PGE Garonne et le PGE Adour.

64Les PGE visent le respect de débits minimum (Débits Objectifs d’Étiages) par le biais d’économies d’eau, par la mobilisation de ressources existantes (soutien étiage EDF) et par la création de nouvelles ressources (ouvrages, retenues collinaires)22.

  • 23 CACG, 2008, Schéma d’aménagement et de gestion des eaux Adour amont – Tendances et scénarios [36].

65Sur l’Adour, une hausse des températures de 2 °C à l’horizon 2050 entraînerait une modification sur la pluviométrie et le régime des eaux, qui se traduirait par une réduction générale des débits de l’Adour, et en particulier par des étiages plus longs, voire plus sévères. Cependant, la reconstitution des débits naturels de l’Adour sur la période 1970-2007 ne traduit pas pour l’instant cette tendance et ne fait pas apparaître de baisse significative des étiages naturels (Figure 6), on observe en revanche une très forte sollicitation de la ressource par l’irrigation23.

Figure 6 : Débits moyens de l’Adour à Saint Vincent de Paul, moyennes mensuelles 1970-2000 et évaluation des moyennes mensuelles (Sources : SAGE Adour-Scénario tendanciel, CERFACS/Météo France 2007).

66Le PGE Adour, adopté en 1999, est en cours de révision depuis 2009. Entre les deux dates la gestion de l’eau dans le bassin de l’Adour s’est caractérisée par une amélioration des moyens de mesure des prélèvements (compteurs), par une généralisation du conseil aux irrigants, par la mise à disposition de réserves d’eau supplémentaires (26 Mm3 entre 2003 et 2009), par la mise en place d’un plan de crise opérationnel, par une concertation interdépartementale et l’adoption de seuils de restrictions progressives destinés à éviter l’atteinte des débits de crise (DCR).

Fonctionnement du PGE Adour

Fonctionnement du PGE Adour

- Les volumes souscrits et prélevés par les agriculteurs ; les volumes souscrits (ou autorisés) sont stables, voire régressent légèrement depuis 2007. Les volumes prélevés sont relevés aux compteurs ; ils varient chaque année en fonction des conditions climatiques et se rapprochent plus ou moins du volume autorisé (relevé des compteurs depuis 2004).
- Les capacités de stockage et leur utilisation ; la capacité totale a augmenté nettement entre 2003 et 2009, passant de 32 millions de m3 en 2003 à 57 millions en 2010 (hors Lac Bleu). Certaines années, le volume au 1er juin n’atteint pas la capacité maximale, à cause de mauvaises conditions de remplissage (printemps déficitaire) et en fin de campagne (31 octobre) les réservoirs disposent d’un stock plus ou moins important selon les sollicitations de l’été.
- Le respect des débits d’étiage, entre le Débit Objectif d’Étiage (DOE) ou valeur de référence, et le Débit de Crise (DCR) qui ne doit pas être atteint et impose l’arrêt total des irrigations ; un système graduel de restrictions est mis en place entre le DOE et le DCR pour éviter d’atteindre le DCR.
(Source Observatoire de l’eau du Bassin de l’Adour)

67La comparaison interannuelle met en évidence les disparités où les conditions climatiques restent déterminantes dans la gestion de l’eau et permet de relever trois observations : 1) Le poids de la variabilité climatique dans la gestion des étiages : les années 2004, 2005, 2006, et surtout 2003 montrent que malgré la sollicitation des barrages, on évite difficilement des étiages sévères qui nécessitent des réalimentations au-delà de la fin de prélèvements agricoles. 2) L’augmentation des volumes stockés depuis 2007, dont la mise en service du réservoir du Gabas, sans augmentation de volumes souscrits a détendu la situation vis-à-vis des étiages. 3) L’amélioration de la gestion des débits a permis de mieux anticiper les étiages.

  • 24 SAGE : Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux.

68L’expérience du premier PGE Adour et les analyses réalisées pour sa révision ont dessiné les principales orientations du PGE révisé : maintien d’un objectif d’économies d’eau de 5 % soit 5 Mm3 par la rationalisation des prélèvements, du choix des assolements et des variétés. La création de nouvelles ressources destinée à combler le déficit estimé entre 22 et 30 Mm3. Le PGE révisé constituera le volet quantitatif du SAGE24 Adour en cours de réalisation et ses orientations deviendront ainsi opposables aux tiers et à l’administration. Il devra s’intégrer dans un cadre plus global en prenant en compte les autres usages et des objectifs environnementaux. On mesure combien les enjeux quantitatifs du PGE Adour dépendent essentiellement du contrôle de la demande en eau agricole et de la capacité à réaliser les objectifs de mobilisation de ressources supplémentaires.

B- L’adaptation des services d’eau potable face au changement climatique

  • 25 Programme Eau& 3E, Programme ANR Villes Durables (B Barraqué, sous la dir. de) (2009-2012)/Program (...)

69Dans le cadre des programmes de recherche Eau& 3E et ECU25 qui étudient la durabilité (équité, économie, environnement) des services d’eau potable dans les villes et menés en collaboration avec le Syndicat Mixte d’Études pour la Gestion de la Ressource en Eau du département de la Gironde (SMEGREG), un volet concerne notamment l’élaboration de scénarios pour étudier le processus de métropolisation de la Communauté Urbaine de Bordeaux dans un système aux ressources limitées. Ces scénarios ont pour vocation d’envisager l’adaptation des services d’eau potable aux changements globaux et les réorganisations territoriales nécessaires. Pour dimensionner et programmer des investissements conséquents et de long terme adéquats, il s’agit donc de mieux comprendre l’évolution des consommations d’eau potable. La baisse de la consommation générale dans les pays développés, observable depuis une à deux décennies (depuis 2003 en Gironde, Figures 7 à 9) a-t-elle atteint un niveau plancher ? Le changement climatique peut-il infléchir cette tendance ? Un premier élément de réponse peut être obtenu par la mise en relation des données des volumes de prélèvement en eau pour la distribution d’eau potable avec des séries de données météorologiques (quinze dernières années), pour rechercher une éventuelle corrélation entre des évolutions de consommation et des variations météorologiques.

Figure 7 : Volumes annuels d’eau potable prélevés en Gironde de 1982 à 2007.

Figure 8 : Volumes annuels d’eau potable prélevés par habitant en Gironde de 1982 à 2007.

Figure 9 : Volumes prélevés des années 2003, 2007 et 2008 sur la CUB.

  • 26 S. Vaucelle, E. Paredes, B. de Grissac, C. Herbet, A. Pichon. « Enseignements de la canicule 2003 (...)

Relations prélèvements/Données climatologiques
L’étude des relations entre les prélèvements et les données climatologiques s’appuie sur la variable la plus déterminante qui est la température maximale (TX) puis celles de l’évapotranspiration (ETP) et de la température moyenne. La variable temporelle porte sur des données journalières, hebdomadaires, mensuelles, semestrielles et annuelles. Des résultats encore partiels de cette recherche montrent que « les phénomènes climatologiques extrêmes et ponctuels n’expliquent pas à eux seuls les prélèvements atypiques des années 2003 ou 2007-2008 » et les calculs indiquent « une augmentation de 1,6 % de la consommation par degré d’augmentation de température ». En appliquant les scénarios modérés et intensifs du GIEC, la recherche montre que « ces effets sur les consommations d’eau ne peuvent être négligés pour le dimensionnement des infrastructures d’AEP, notamment du fait de l’impact prévisible fort sur les consommations de pointe ». (S. Vaucelle et al., 2009)26.

70Une des clés pour consolider les réponses qui pourront être apportées dans le cadre de l’adaptation au changement climatique, réside dans une meilleure compréhension des déterminants de l’évolution des consommations d’eau des usagers dans leur diversité (logement individuel/collectif, locatif/propriétaire, approvisionnements alternatifs au réseau public…) et de la mesure des impacts de leurs pratiques de consommation sur le service eau potable. Ces analyses sociologiques et économiques en cours sont partie intégrante des réflexions interdisciplinaires nécessaires pour appréhender de manière globale les enjeux de l’eau potable face au changement climatique.

C- Vulnérabilité de l’estuaire de la Gironde et gouvernance des risques d’inondation

  • 27 http://www.deltacommissaris. nl/ english/topics/

71Les travaux du GIEC estiment que la hausse à long terme du niveau moyen des océans serait comprise entre 0,2 m et 0,6 m pour le XXIe siècle ou pouvant atteindre 1 m à 1,20 m [37]. Ces projections de montée des eaux peuvent donner lieu à la planification d’importants aménagements de protection de zones vulnérables comme c’est déjà le cas dans certains pays comme aux Pays-Bas ou en Allemagne27. Les situations où la hausse du niveau de la mer se conjugue avec des événements météorologiques ponctuels peuvent créer des catastrophes qui nécessitent d’explorer des formes nouvelles de prévention des risques. La tempête Xynthia qui a touché le littoral atlantique en 2010 résulte d’une conjonction d’événements extrêmes (marée proche de l’équinoxe, fort vent d’ouest, dépression atmosphérique) provoquant une brutale et importante surcote responsable d’inondations par submersion et dégradation de digues [38]. La Gironde, qui compte 433 km de digues, protégeant 2 200 km2 et 120 000 habitants [39][40], est particulièrement exposée à ces événements extrêmes (Figure 10). Le choc social suscité par les bilans humains et économiques des tempêtes de 1999 (Martin) et 2010 (Xynthia) a rappelé aux sociétés locales leur vulnérabilité face à ces phénomènes.

  • 28 Programme MARGO « GOuvernance des MARais ». Programme National « Eaux & Territoires I » – CNRS-Irs (...)
  • 29 GAGILAU : Quels fleuves et estuaires pour demain ? Garonne-Gironde/Saint-Laurent. Programme interr (...)

72Plusieurs programmes de recherche en cours portant sur l’estuaire de la Gironde seront de nature à éclairer les recompositions de la gouvernance des risques d’inondations dans l’estuaire de la Gironde. Une approche économique interroge les critères de choix et de gestion des aménagements hydrauliques pour concilier à la fois sécurité des personnes et préservation des fonctionnalités écologiques des zones humides28. Le programme interrégional et interdisciplinaire franco-québécois Gagilau et le programme ANR Adapt’eau29, cherchent plus généralement à explorer des modes d’adaptation des sociétés aux variations hydrologiques de la Garonne-Gironde.

  • 30 http://www.sage-estuaire-gironde.org

73La mise à jour des interdépendances aval-amont propres à ces événements, conduit à repenser les stratégies de protection contre les inondations. La révision des Plans de Protection contre les Risques d’Inondation (PPRI) et la mise en chantier d’un Programme d’Action et de Prévention des Inondations (PAPI) pour 2014, le futur Schéma de Gestion des Eaux (SAGE)30 de l’estuaire de la Gironde, les Plans Locaux d’Urbanisme (PLU), figurent notamment parmi les outils de gouvernance des risques sur le territoire de l’estuaire de la Gironde. Dans ce cadre, diverses stratégies guidant la gestion des territoires humides riverains de l’estuaire sont en cours de définition : renforcement d’aménagements de protection dans certaines zones stratégiques, classement de zones inondables inconstructibles, retrait programmé de zones constructibles, libération de zones d’expansion de crues destinées à protéger des zones plus urbanisées et/ou à rétablir certaines fonctionnalités écologiques des zones humides.

74Les choix de réduire les risques dans certaines zones à enjeux (dont les zones urbanisées de la CUB - Figure 10) créent des obligations et des contraintes pour d’autres zones aval de l’aire urbaine dans l’estuaire. Ainsi les communes désignées comme devant assumer une exposition aux risques d’inondations se voient limitées dans leurs capacités de développement résidentiel et économique, alors que le renforcement localisé de digues reporte les risques sur des territoires voisins. De ce fait, les charges financières et les impacts sur les usages des zones riveraines sont distribués de manière très différenciée selon les zones de l’estuaire. Ces intérêts contradictoires entre enjeux urbains et agricoles notamment suscitent des conflits qu’illustrent les difficultés d’adoption du SAGE Estuaire de la Gironde.

Figure 10 : Les grands types d’inondation sur le périmètre du SAGE Estuaire Gironde (Source : PAGD Smiddest).

  • 31 Pour la partie de l’estuaire rattachée au département de la Gironde, 37 % des infrastructures sont (...)

75Face aux risques liés aux événements extrêmes, la transformation du système de gouvernance des aménagements de l’estuaire constitue le principal défi de la gestion du risque inondation. Avec les réformes réglementaires et juridiques de la gestion hydraulique engagées depuis 2004, chacune des nombreuses organisations institutionnelles de l’estuaire voit son rôle et sa place redéfinis dans la gestion des zones humides estuariennes. Témoignage de ce millefeuille complexe, ce sont plus de trente entités, correspondant à des unités spatiales, qui sont directement concernées par la gestion des digues et des zones humides sur le territoire estuarien31. Par ailleurs, les propriétaires fonciers privés, (individuels ou regroupés en associations syndicales autorisées), sont parmi les principaux acteurs de la gestion effective des zones humides estuariennes (hors surfaces Port Autonome de Bordeaux et Conservatoire du littoral). Plusieurs programmes de recherche de sciences humaines et sociales en cours (programmes Liteau Beest, Eaux et Territoires Margo et Vega, ANR Adapt’eau) seront rapidement en mesure d’éclairer cette recomposition de la gouvernance des risques d’inondations dans l’estuaire de la Gironde.

76La tendance à l’utilisation systématique d’indicateurs intégrés pour la gestion des ressources et des espaces naturels (type bon état écologique pour l’eau) participe d’un mouvement de standardisation des critères de qualité de l’environnement, de définition des risques, alors que coexistent dans la société des visions et des conceptions très différenciées pour qualifier les espaces estuariens et les fonctionnalités qui leur sont associées. Face aux changements globaux, la persistance de malentendus entre visions de l’expertise et celles de la société sur les indicateurs à mobiliser, contribue à rendre plus complexe la recherche d’options d’adaptation au changement climatique. Ces options doivent être à la fois efficaces pour la gestion des risques environnementaux et perçues comme socialement et économiquement légitimes et justes par les usagers riverains.

77Autre instrument de connaissance et de planification, l’outil de modélisation des phénomènes d’inondations (RIG référentiel inondation de la Gironde) promu par le SMIDDEST vise à simuler les conséquences d’événements météo extrêmes, en prenant en compte des phénomènes du passé. Il vise à disposer des connaissances nécessaires pour établir un schéma de gestion des zones inondables à l’échelle du bassin.

V- Tourisme, loisirs et patrimoine naturel : évolution des pratiques et gestion des risques

  • 32 Une distinction courante réside dans l’horizon temporel retenu : suivant les définitions statistiq (...)

78De plus en plus de travaux attestent que tourisme et loisirs en général sont deux formes complémentaires d’utilisation du temps libre32, qui sont couplées sous l’effet de facteurs tels que l’augmentation du temps libre, la réorganisation des conditions de travail ou encore l’amélioration des transports [42]. La qualité de l’environnement et du patrimoine naturel sont des composantes à part entière de la demande, voire sont à l’origine de segments très spécifiques qualifiés d’écotourisme, de tourisme vert ou encore d’activités de pleine nature.

79L’Aquitaine est une région attractive du point de vue touristique ; elle se situe au 5e rang national avec 95 millions de nuitées en 2010 [43]. C’est une des rares régions à offrir les 4 types de destinations (campagne, mer, montagne, ville). Elle affiche un patrimoine naturel remarquable avec, de façon non exhaustive, 230 kilomètres de plages de sable, la côte rocheuse du Pays Basque, le plus grand massif forestier, la plus haute dune d’Europe, des lacs et des zones humides, la montagne pyrénéenne (cf. chapitre 7).

  • 33 On doit en effet intégrer des activités qui ne dépendent que partiellement du tourisme.
  • 34 Le nombre d’emplois grimpe jusqu’à 72 400 durant le pic de la saison estivale, avec un recours mas (...)

80La saisonnalité de la demande demeure très marquée, les trois quarts des visites ayant lieu en Juillet-Août. La clientèle est essentiellement de proximité, avec une majorité de visiteurs provenant d’un grand quart Sud-Ouest (Aquitaine, Midi-Pyrénées et Centre-Ouest). La concentration s’exprime également d’un point de vue spatial, puisque le littoral attire plus de 40 % des nuitées tandis que les zones intérieures se partagent le reste (8 % pour le Périgord, 6,8 % pour l’intérieur des Pyrénées Atlantiques, unique territoire montagnard, et moins de 4 % pour les Landes). Bien que les contours de la filière soient relativement délicats à cerner33, on estime que le tourisme a généré 48 600 emplois salariés en 2005 avec de très fortes variations saisonnières34. Le chiffre d’affaire se situe entre 4,6 milliards et 6 milliards d’euros selon les sources.

  • 35 La plage du Porge, qui est la plus proche de la communauté urbaine de Bordeaux, accueillerait près (...)
  • 36 La région est première en nombre de licenciés pour le surf. Elle héberge le premier cluster (systè (...)

81Au quotidien, les loisirs des Aquitains ne suivent pas exactement les mêmes tendances. En 2006 une enquête indiquait ainsi que 87 % des habitants fréquentaient la campagne durant leur temps libre (soit plus de 2,6 millions d’individus) contre 78 % pour la forêt [21]. Le littoral apparaissait en 3e position avec 61 % de réponses, devant la montagne (environ un aquitain sur deux). La distance est un facteur décisif : les taux de visites diminuent régulièrement avec l’éloignement aux espaces naturels [21][44] tandis qu’en forêt, le déplacement moyen est inférieur à 30 kilomètres (aller-retour). Ces espaces « de tous les jours », qui n’affichent pas nécessairement de caractères exceptionnels, définissent un cadre de vie qui est donc très apprécié. À titre d’illustration, on estime que l’ensemble des espaces boisés d’Aquitaine ont accueilli environ 100 millions de visites en 2006 et, sur le littoral, de nombreuses plages « naturelles » rivalisent avec les stations balnéaires et affichent des chiffres de fréquentation supérieurs à 300 000 visites, et pouvant atteindre les 500 000 visites, pour les seuls mois de Juillet et Août35 [44]. L’Aquitaine présente en outre certaines aménités qui sous-tendent des activités très spécifiques : sports de nature36, ornithologie, chasse…

Une activité de loisirs mal connue

  • 37 Analyse prospective pour un schéma des plans plages sur le littoral Aquitain. Étude prospective To (...)

82Le tourisme est en Aquitaine, comme dans le reste de la France, un secteur d’activités relativement bien renseigné par des dispositifs d’observation spécifiques. Dans le prolongement de certains traités internationaux, des études ont même tenté d’approfondir les liens entre le tourisme et le changement climatique [45], mais la plupart de celles-ci en restent bien souvent au stade d’hypothèses sur des liens qui demeurent eux-mêmes qualitatifs. Peu d’études ont été menées en Aquitaine sur le sujet. Signalons que le GIP Littoral Aquitain a récemment initié deux réflexions prospectives, dont une spécifique au tourisme, qui abordent en partie le sujet du changement climatique37. La connaissance des loisirs au quotidien, qui renvoient à des pratiques informelles, non organisées et ne s’appuyant pas nécessairement sur des transactions marchandes, apparaît encore plus réduite. À ce jour, des données aussi essentielles que les flux de fréquentation font cruellement défaut. Ceci dit, les quelques études qui se sont intéressées aux usages récréatifs sur les espaces naturels [20], montrent que le phénomène est loin d’être négligeable et permettent d’esquisser plusieurs hypothèses.

Un potentiel touristique inégalement exposé au changement climatique

  • 38 Ex Institut Français de l’Environnement (IFEN), devenu aujourd’hui Service de l’Observation et des (...)
  • 39 L’argument s’inverse si l’on considère que la diversité des ressources permet, ponctuellement, de (...)

83La vulnérabilité de l’activité touristique au changement climatique est le reflet d’une double diversité, celles des effets environnementaux (y compris les écosystèmes qui portent les espaces de pratiques) d’une part et celles des acteurs d’autre part. Il est généralement admis que le développement d’activités touristiques et récréatives en lien avec des facteurs naturels présente un caractère risqué. Il y a quelques années, l’Ifen38 constatait déjà que les communes dites « touristiques » affichaient quasiment toutes une exposition à un risque quelconque et qu’elles étaient nettement plus nombreuses que la moyenne à en concentrer plusieurs [45]. Notons que les espaces les plus attractifs sont aussi souvent ceux où la diversité des milieux est la plus élevée, ce qui d’une certaine façon, tendrait à en accroître le degré d’exposition aux risques. Sur le littoral aquitain par exemple, l’accès aux plages de sable est exposé aux risques d’érosion mais aussi aux incendies de forêts39. De ce fait, des inégalités territoriales fortes sont à attendre dans le futur vis-à-vis du potentiel touristique.

84Des modifications météorologiques significatives, imputables au changement climatique, sont inévitablement les premiers facteurs considérés comme pouvant modifier l’activité touristique, même s’il reste encore difficile d’en évaluer les conséquences, faute d’études précises. La plupart des enquêtes touristiques rappellent en effet que le « soleil et le climat » sont parmi les principaux motifs de déplacement des touristes en Aquitaine [43]. Certaines activités (baignade, ski) semblent toutefois plus exposées que d’autres (promenade en forêt) [21][43].

  • 40 En forêt par exemple, la présence d’un plan d’eau était le premier motif de déplacement en 2006, b (...)
  • 41 Certaines études estiment en effet que les périodes d’enneigement des stations situées aux alentou (...)

85La question de la disponibilité des ressources naturelles va également se poser. Le premier stade se limite à des restrictions d’accès, en particulier pour l’eau qui constitue un facteur d’attractivité essentiel de la fréquentation des espaces naturels et pas seulement sur le littoral40 [21]. L’enneigement des montagnes est un autre point qui devrait poser problème dans le futur41. Dans les cas extrêmes, l’existence même de la ressource est susceptible d’être menacée, à l’instar des plages qui sont soumises au risque d’érosion. Les contextes géosédimentaires ainsi que les formes d’artificialisation montrent un éventail varié de situations et en Aquitaine, les plages urbaines apparaissent parmi les plus vulnérables vu qu’elles accueillent environ la moitié de la fréquentation touristique [44].

86Les effets sur la diversité des paysages et des habitats sont moins évidents à prédire. En forêt, l’attachement des populations au massif des Landes de Gascogne n’est pas incompatible avec le souhait d’une certaine diversification des essences de bois [46]. Par contre, l’extinction ou la raréfaction d’espèces sensibles induira inévitablement avec elles la disparition de pratiques qui, si elles ne touchent pas nécessairement une population importante, n’en ont pas moins une valeur culturelle et sociale forte (telle que la chasse aux oiseaux migrateurs).

  • 42 En 1989, l’incendie qui s’est déclaré dans les forêts domaniales du Porge et de Lacanau, en Girond (...)

87Ceci nous permet d’évoquer les multiples traductions économiques et sociales de la vulnérabilité des activités touristiques au changement climatique : au-delà des pertes financières pour les acteurs de la filière, les désagréments touchent aussi (et surtout) les populations locales qui se voient privées d’une partie de leur activité de loisirs. À l’extrême, la sécurité même des personnes pourrait être menacée42 et certaines activités traditionnelles disparaître (cas de cueillettes ou de chasses très spécifiques par exemple) [46]. L’opposition entre activités marchandes et non marchandes est d’ailleurs relativement artificielle puisque plusieurs études ont montré que ces dernières sont aussi porteuses de bénéfices économiques [47].

  • 43 Même pour les plages, les substitutions d’un site à l’autre ne sont pas si nombreuses (voir en par (...)
  • 44 Contraints par les périodes de congés.
  • 45 Contre 2 % pour d’autres [44].

88Enfin, la vulnérabilité des activités touristiques au changement climatique sera fonction des stratégies mises en place par les acteurs et notamment les usagers eux-mêmes qui ont la possibilité d’adapter leurs déplacements pour faire face aux changements environnementaux. Les visiteurs seront néanmoins contraints par les possibilités de substitution entre les sites et, de ce point de vue, la montagne offre certainement moins d’options de report que le littoral ou la forêt43. Les limites sont également d’ordre économique et social. Par exemple, les touristes et les résidents n’ont pas nécessairement les mêmes éventails de choix, les premiers ayant sans doute plus d’options de report dans l’espace que dans le temps44, contrairement aux seconds [47][48]. Les capacités d’adaptation sont aussi matérielles et culturelles : si l’accès aux espaces naturels demeure assez largement gratuit, on sait que les catégories sociales les moins favorisées ont, d’une façon générale, une gamme de loisirs plus réduite que les autres. Enfin, l’action des gestionnaires et des acteurs de la filière touristique est également très importante et révèle des moyens assez inégaux. Sur le littoral, on a ainsi estimé que le coût d’entretien des plages pouvait atteindre 20 % du budget de fonctionnement de certaines communes45 [44]. En forêt, les modes de financement traditionnels de l’accueil du public, y compris en forêt publique, sont aujourd’hui fortement questionnés [20][22].

89Si, d’une manière générale, le secteur du tourisme a d’ores et déjà engagé une réflexion sur les effets attendus du changement climatique, on ne recense encore pas vraiment de traduction réelle en Aquitaine. Bien que la filière soit assez bien suivie au niveau régional, sur un plan statistique notamment, il reste difficile d’appréhender la vulnérabilité de l’activité touristique. Les besoins de connaissances sont encore plus importants en ce qui concerne le temps libre et les loisirs, où elles sont très limitées en dépit de premiers efforts engagés. En la matière, les enjeux portent autant sur la collecte des données de base (évaluation des flux de fréquentation) que sur la connaissance des usagers et la réponse apportée par l’offre, qu’elle émane de la puissance publique mais aussi des agents économiques privés.

Conclusion

90Les éclairages proposés dans ce chapitre sur les vulnérabilités de la région Aquitaine aux impacts du changement climatique, sans prétendre à l’exhaustivité, montrent l’intérêt et la nécessité de relire les enjeux régionaux à la lumière du changement climatique. Cette relecture permet de prendre la mesure des démarches nécessaires (pour certaines déjà engagées) pour assurer la sécurité des personnes et des biens, garantir l’usage et la protection des ressources et des milieux, pérenniser les activités des territoires. Qu’il s’agisse des domaines de la forêt, de l’eau, du littoral, de la gestion des risques, les perspectives ouvertes par le changement climatique remettent en question des pratiques, des modes d’exploitation, de gestion et de protection et dessinent de nouvelles tensions entre les diverses fonctionnalités socio-économiques et écologiques. Qu’il trouve une expression dans des « événements extrêmes » ou dans une « transformation silencieuse », le changement climatique impose d’inventorier les vulnérabilités sociales, économiques et territoriales et de les considérer comme indispensables à l’élaboration des visions du futur. Il convient donc d’assumer que l’adaptation au changement climatique révèle des interdépendances territoriales inédites (terre/mer, aval/amont, zones rurales/zones urbaines…) et doit composer durablement avec des incertitudes scientifiques sur des potentiels de point de basculement ou de rupture liés changement climatique. Il est également acquis que la relecture des enjeux au prisme du changement climatique ouvre sur des sujets polémiques, suscite la confrontation d’intérêts contradictoires et est potentiellement porteuse de conflits.

91Face à cet ensemble de constats, les politiques publiques sont à la croisée des chemins et le changement climatique conduit à repenser les modes de gouvernance des territoires.

92Premièrement, du fait des incertitudes qu’il génère, le changement climatique rend inopérante la pensée planificatrice qui a dominé le XXe siècle. Que ce soit pour le développement économique ou pour la conservation de l’environnement, il semble désormais plus rationnel de fixer collectivement des objectifs révisables au gré de l’acquisition de nouvelles connaissances et de l’émergence de nouvelles opportunités (en terme de technique et d’ingénierie écologique notamment). Les logiques de conservation et de protection de la biodiversité sont elles-mêmes à reconsidérer, à la protection d’espaces (parcs, zonages etc.) s’ajoutent ou se substituent, du fait des migrations d’espèces, des mesures de protection, de contrôle et de guidage de flux d’espèces (corridors, aires, associations d’espèces).

93Deuxièmement, l’adaptation au changement climatique (et aux changements globaux) repose pour une large part sur les dispositions d’individus à changer leurs pratiques sociales et leur mode de vie. Contre un mythe technologique qui investit les techniques d’une capacité à infléchir les comportements humains et contre un esprit gestionnaire qui hypertrophie la logique économique, les conditions d’adaptation des sociétés aux conséquences du changement climatique semblent devoir relever d’une logique nouvelle de construction collective et d’appropriation individuelle. Le passage désormais quasi obligé par des phases de concertation des parties prenantes et de participation des publics cibles aux normes qu’ils vont se voir imposer ne constitue pas une condition suffisante. Encore faut-il que ces concertations soient de nature à rendre explicites les vulnérabilités, à arbitrer des interdépendances entre des intérêts contradictoires et que soient mise en discussion dans des arènes publiques la hiérarchisation des enjeux, les éventuelles compensations et contreparties à des changements de pratiques sociales ou professionnelles.

94Troisièmement, les connaissances scientifiques de divers horizons, nécessaires pour éclairer les conséquences du changement climatique en Aquitaine, sont encore à des stades très divers d’acquisition. Si certaines filières (bois, construction, vin) bénéficient d’une relative bonne couverture en termes de recherche scientifique et technique, il persiste des déficits sur les innovations technologiques et organisationnelles ou plus généralement sur l’évolution de la demande économique (en bois par exemple). Les avancées scientifiques en cours sur le changement climatique, n’intègrent que depuis quelques années seulement les dimensions sociologiques, politiques et économiques qui apparaissent désormais comme une des clés de compréhension des leviers d’action pour s’adapter au changement climatique. D’importants besoins de connaissances restent à combler sur les facteurs sociaux de la vulnérabilité des sociétés et des territoires (littoral, ville…), ou également sur les déterminants des comportements des usagers/consommateurs/citoyens, sur l’appropriation sociale des techniques émergentes, sur les usages non productifs et non marchands des ressources (bois, eau, biodiversité…), sur la gouvernance du changement climatique, sur les outils juridiques et sur l’évaluation des politiques publiques (PCET, SRAEC…).

  • 46 LabEx COTE : Continental to Coastal ecosystems : Evolution, adaptability and governance. (A Kremer (...)

95La question des savoirs scientifiques doit également être posée en termes de capacité d’intégration interdisciplinaire des connaissances et également en termes d’évaluation d’options d’adaptation au changement climatique. Des collectifs pluralistes composés de chercheurs, d’acteurs économiques, d’acteurs publics et de représentants de la société civile, (cf. le modèle du consortium Ouranos au Québec http://www. ouranos.ca/fr/) sont nécessaires pour accompagner la définition de stratégies d’adaptation au changement climatique. Le LabEx COTE46 porte depuis 2011 une approche intégrative des interfaces entre écosystèmes forestiers, agrosystèmes et hydrosystèmes/littoraux. Il promeut l’analyse des dynamiques à l’œuvre face aux changements globaux notamment en Aquitaine, en intégrant en particulier les enjeux socio-économiques propres au territoire.

Crue de la Garonne, deux jours après la tempête Klaus, le 26 janvier 2009 à Marmande, en Lot-et-Garonne (© J. Matthys).

La vallée de la Garonne, proche de la conluence avec le Lot (© P. Laymond, Université de Bordeaux 3).

St-Emilion, en Gironde : vignoble emblématique de l’activité viti-vinicole de la région (© T. Auly, Université de Bordeaux 3).

Notes

1 http://onerc.org

2 http://www.developpement-durable.gouv.fr/Le-Plan-national-d-adaptation,22978.html

3 Schéma Régional Climat Air Energie en Aquitaine. http://www.srcae-aquitaine.fr/public

4 http://www.developpement-durable.gouv.fr/Le-Plan-national-d-adaptation,22978.html

5 http://www.aquitaine.developpement-durable. gouv.fr/le-schema-regional-climat-air-a1060.html

6 http://www.gironde.fr/jcms/c_16802/le-plan-climat-energie-girondin

7 Une nouvelle étude, prévue en 2012, actualisera ces données.

8 Source Institut Forestier National.

9 ECOFOR, 2010. Expertise collective scientifique et technique à visée prospective sur l’avenir du massif forestier landais, rapport pour les ministères du Développement durable et de l’Agriculture, ECOFOR, Paris [23].

10 Mora et al., 2012. Le massif des Landes de Gascogne à l’horizon 2050, Rapport de l’étude prospective, Conseil régional d’Aquitaine-INRA [24].

11 Programmes de recherche financés par la Région Aquitaine : « Services récréatifs et multifonctionnalité des forêts en Aquitaine », « Hauts lieux montagnards et forestiers », « Pins et feuillus, entre doutes et incertitudes. Les forestiers des Landes de Gascogne et la question de la multifonctionnalité des boisements feuillus après la tempête de 2009 », « Construction sociale et régulation des projets forestiers (CONSORE) »/Projet européen INTEGRAL (« Future-oriented integrated management of European forest landscapes »).

12 La demande en bois-énergie pourrait augmenter de 500 000 tonnes en 2010 à 2 millions de tonnes à l’horizon 2015. Le pin maritime représenterait 90 % de ces besoins en bois, qui correspondraient à un quart de la production annuelle du massif des Landes de Gascogne dès 2015 (Source : DRAAF).

13 La tempête Klaus a conduit le Parc naturel régional des Landes de Gascogne à définir « la conservation du caractère forestier du territoire » comme la première priorité politique de sa future charte pour la période 2012-2024.

14 Cf. infra 2.5 sur le « tourisme et les loisirs ».

15 Le projet de recherche BARCASUB (LITEAU, 2009-2012) analyse les impacts sociaux et environnementaux d’une hausse du 71 niveau moyen des eaux sur le domaine de Graveyron dans le bassin d’Arcachon et étudie les conditions et les impacts d’aménagements comme la dépoldérisation.

16 http://ancorim.aquitaine.fr

17 http://www.littoral-aquitain.fr/spip.php?rubrique20

18 http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/12004_Strat%C3 %A9gie-gestion-trait-de-cote-2012_V6_29-02-12_light.pdf

19 Source Prospective Aquitaine 2006 et Observatoire de l’eau du Bassin de l’Adour.

20 Lignes d’eau – Lettre d’informations d’ADOUR GARONNE, # 30 décembre 2012, http://info.eau-adour-garonne.fr/newsletters/articles/numero_ 30/ chiffres.pdf

21 SDAGE : Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux.

22 La Région Aquitaine est concernée par le PGE Dropt, le PGE Garonne et le PGE Adour.

23 CACG, 2008, Schéma d’aménagement et de gestion des eaux Adour amont – Tendances et scénarios [36].

24 SAGE : Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux.

25 Programme Eau& 3E, Programme ANR Villes Durables (B Barraqué, sous la dir. de) (2009-2012)/Programme région Aquitaine ECU : Eaux dans les Choix Urbains (S. Vaucelle, sous la dir. de) (2010-2013).

26 S. Vaucelle, E. Paredes, B. de Grissac, C. Herbet, A. Pichon. « Enseignements de la canicule 2003 et des années 2007 et 2008 pour la prise en compte des changements climatiques dans l’estimation des besoins futurs en eau potable, les enjeux pour le SAGE nappes profondes de Gironde », Communication colloque SHF sur les événements climatiques extrêmes, Lyon Octobre 2009.

27 http://www.deltacommissaris. nl/ english/topics/

28 Programme MARGO « GOuvernance des MARais ». Programme National « Eaux & Territoires I » – CNRS-Irstea, (P. Point Gretha, sous la dir. de), (2008-2010) ; Programme VEGGA. Programme National « Eaux et territoires II », (T. Rambonilaza, sous la dir. de), (Irstea ADBX), (2010-2012).

29 GAGILAU : Quels fleuves et estuaires pour demain ? Garonne-Gironde/Saint-Laurent. Programme interrégional Aquitaine-Midi-Pyrénées (D. Salles, G. Blanc, F Gilbert, sous la dir. de) (2010-2013)/Programme ANR Adapt’eau (D Salles, sous la dir. de) (2011-2014).

30 http://www.sage-estuaire-gironde.org

31 Pour la partie de l’estuaire rattachée au département de la Gironde, 37 % des infrastructures sont gérées par des syndicats mixtes, 12 % par des collectivités territoriales, 31 % par des associations syndicales autorisées (associations de propriétaires), 20 % par des propriétaires privés.

32 Une distinction courante réside dans l’horizon temporel retenu : suivant les définitions statistiques, un touriste passe une nuit au moins en dehors de son domicile, ce qui n’est pas le cas de toutes les pratiques de loisirs. De même, le fait touristique intègre des déplacements dont le motif n’est pas strictement récréatif (tel que les déplacements professionnels ou ceux entrepris pour raison de santé) que nous n’aborderons par ici.

33 On doit en effet intégrer des activités qui ne dépendent que partiellement du tourisme.

34 Le nombre d’emplois grimpe jusqu’à 72 400 durant le pic de la saison estivale, avec un recours massif de saisonniers. Ramené en équivalent temps plein, le chiffre annuel s’établit à 37 100 environs (source INSEE).

35 La plage du Porge, qui est la plus proche de la communauté urbaine de Bordeaux, accueillerait près de 1 million de visites chaque année, soit à peine moins que la Dune du Pilat [44].

36 La région est première en nombre de licenciés pour le surf. Elle héberge le premier cluster (système productif local) glisse de France.

37 Analyse prospective pour un schéma des plans plages sur le littoral Aquitain. Étude prospective Tourisme à l’horizon 2020-2040.

38 Ex Institut Français de l’Environnement (IFEN), devenu aujourd’hui Service de l’Observation et des Statistiques (SOeS).

39 L’argument s’inverse si l’on considère que la diversité des ressources permet, ponctuellement, de pallier le déficit de l’une d’entre elles (on pense par exemple au développement des pratiques « hors ski » à la montagne). Ce qui suppose des substitutions possibles entre les usages.

40 En forêt par exemple, la présence d’un plan d’eau était le premier motif de déplacement en 2006, bien avant la diversité des essences ou la nature des équipements. En outre, plus de 4 sorties sur 10 en forêt associaient à la visite en forêt un détour par un plan d’eau ou une rivière.

41 Certaines études estiment en effet que les périodes d’enneigement des stations situées aux alentours de 1 500 mètres d’altitude (c’est-à-dire toutes les stations des Pyrénées-Atlantiques) seraient réduites d’un mois [45].

42 En 1989, l’incendie qui s’est déclaré dans les forêts domaniales du Porge et de Lacanau, en Gironde, a requis l’évacuation de plus de 5 000 estivants en pleine période touristique.

43 Même pour les plages, les substitutions d’un site à l’autre ne sont pas si nombreuses (voir en particulier l’opposition entre plages « naturelles » et urbaines) [44][48].

44 Contraints par les périodes de congés.

45 Contre 2 % pour d’autres [44].

46 LabEx COTE : Continental to Coastal ecosystems : Evolution, adaptability and governance. (A Kremer, H. Budzinski, sous la dir. de) http://cote.labex-univ-bordeaux.fr/

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Schéma institutionnel de l’adaptation au changement climatique (Source : ONERC).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Figure 2 : Taux de croissance annuel moyen de la population par département entre 2007 et 2040 (Source : Insee, RP 2007 – Omphale).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Figure 3 : Part des 75 ans ou plus et part des 20 ans ou moins en Aquitaine (Sources : Insee, RP 2007 – Omphale 2010).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Chapitre 3 : Enjeux sociétaux : vulnérabilités face au changement climatique
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Légende Figure 4 : Activités humaines et enjeux répertoriés dans la bande d’aléa érosion marine (2 233 ha) à l’horizon 2040 (Source : Sogreah 2011/GIP Littoral Aquitain/Stratégie régionale de gestion de la bande côtière en Aquitaine).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Figure 5 : Évolution des surfaces irriguées entre 1970 et 2007 en Aquitaine, par département (Source Recensements Agricoles et enquêtes structures intercensitaires. Agreste 2010).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Figure 6 : Débits moyens de l’Adour à Saint Vincent de Paul, moyennes mensuelles 1970-2000 et évaluation des moyennes mensuelles (Sources : SAGE Adour-Scénario tendanciel, CERFACS/Météo France 2007).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Fonctionnement du PGE Adour
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 406k
Légende Figure 7 : Volumes annuels d’eau potable prélevés en Gironde de 1982 à 2007.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende Figure 8 : Volumes annuels d’eau potable prélevés par habitant en Gironde de 1982 à 2007.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Figure 9 : Volumes prélevés des années 2003, 2007 et 2008 sur la CUB.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Figure 10 : Les grands types d’inondation sur le périmètre du SAGE Estuaire Gironde (Source : PAGD Smiddest).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Légende Crue de la Garonne, deux jours après la tempête Klaus, le 26 janvier 2009 à Marmande, en Lot-et-Garonne (© J. Matthys).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende La vallée de la Garonne, proche de la conluence avec le Lot (© P. Laymond, Université de Bordeaux 3).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende St-Emilion, en Gironde : vignoble emblématique de l’activité viti-vinicole de la région (© T. Auly, Université de Bordeaux 3).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/627/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M

Auteur

Directeur de Recherche à l’IRSTEA, ADBX, Bordeaux.
Denis.Salles@irstea.fr
Ses recherches en sociologie de l’environnement et de l’action publique environnementale portent sur les processus de décision, les dispositifs de concertation et de participation, les mécanismes de responsabilisation dans la régulation des enjeux environnementaux.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540