Versione classicaVersione mobile

Champ littéraire, fin de siècle autour de Zola

 | 
Béatrice Laville

Ferments d'écriture

Les écrivains naturistes et le modèle zolien

Jean-Louis Cabanès

Testo integrale

1Dans l’« Enquête sur Émile Zola », publiée dans la revue La Plume après la mort de l’écrivain en 1902, deux réponses concordent, celle de Saint-Georges de Bouhélier et celle de Maurice Le Blond. « Je lui ai donné tout mon cœur. Je l’ai profondément aimé. Il a été le héros de ma jeunesse. Bien avant J’Accuse ! j’avais senti la beauté de son œuvre et de sa nature » s’exclame Saint-Georges de Bouhélier, auquel Maurice Le Blond fait écho dans une sorte de thrène : « Pour moi, je pleure et je vénère Zola comme le père de ma pensée ».

  • 1 Sur le naturisme, voir Michel Décaudin, La Crise des valeurs symbolistes, Genève-Paris, Slatkine, (...)

2Analyser les implications esthétiques et idéologiques de cet insistant rappel d’une paternité littéraire invite à soulever trois questions complémentaires : que nous apprennent ces écrivains qui se disent « naturistes1 » de l’œuvre du romancier naturaliste ? Celui-ci fut-il sensible aux éloges que lui distribuaient ceux qui se voulaient ses fils spirituels ? Le naturisme se fit-il entendre du naturalisme au point que l’esthétique zolienne, dans le cours qui était le sien depuis Fécondité, y ait trouvé confirmation d’une nouvelle manière d’écrire et de penser ?

  • 2 Précisons que les « naturistes » sont loin d’aimer tous les écrivains naturalistes. S’ils font l’é (...)

3Répondre à ces questions simples implique un retour en arrière, un regard rapide sur les années 1894-1896 au cours desquelles ces jeunes hommes (Bouhélier a vingt ans en 1896) entrent en littérature par la fondation d’une revue dont les titres seront successivement Le Rêve et l’idée, Documents sur le naturisme, Revue naturiste. Pour signaler son existence, la polémique est le plus souvent la meilleure des publicités. Les « naturistes » n’attaquèrent pas seulement les poètes symbolistes. Les écrivains qui s’étaient présentés vers 1885 comme des « psychologues » (Bourget, Barrès) furent visés au même titre que les « décadents » (Lorrain, Montesquiou, Huysmans)2. C’est la littérature réflexive, autotélique, tautégorique, qu’elle soit mallarméenne ou qu’elle émane des « romanciers célibataires », qui est mise à la question. Il est symptomatique que Saint-Georges de Bouhélier écrive, en 1895, un Discours de la mort de Narcisse, publié chez Vanier. Ne s’agit-il pas d’y rejeter toute œuvre qui se plaît au miroir et qui se détourne de la nature et du monde pour se considérer elle-même ? Dans un même élan, les replis égotistes sont dénoncés. Pour les naturistes, en effet, il n’existe pas d’individu. Tout homme existe en groupe, en foule, se définit pas son travail, est traversé par un élan vital. Rien ne serait pire que d’être un « littérateur » en conjoignant l’artifice « fin-de-siècle », le goût des mots rares, le désir de cultiver une névrose qui, s’accomplissant en maladie de l’écriture, ferait du style un écart, une déviance délicieuse et soigneusement entretenue.

  • 3 Maurice Le Blond. Retour des champs in Le Rêve et l’idée, p. 15, stigmatise « le langage épileptiq (...)
  • 4 Voir Saint-Georges de Bouhélier, L’Hiver en méditation in Documents sur le naturisme, janvier 1896 (...)
  • 5 Maurice Le Blond, Documents sur le naturisme, juillet-août 1896, p. 225.
  • 6 Voir Maurice Le Blond, Essai sur le naturisme, Études sur la littérature artificielle et Stéphane (...)

4On comprend que Mallarmé soit plus particulièrement visé. On lui reproche ses variations incessantes sur des motifs insignifiants, son art « épileptique 3, son souci de « l’autonomie » qui le conduirait à régler la création littéraire sur son seul « caprice »4. Mais Edmond de Concourt n’est pas mieux traité. Maurice Le Blond, dans une expéditive notice nécrologique, le présente, en 1896, comme « le bimbelotier de ses phrases »5, soucieux seulement de leur réserver une « belle vitrine » pour les exposer. Plus généralement, tout « culte de l’irréel », pour parler comme Maurice Le Blond, tout « art du songe », toute culture de « fleurs vénéneuses » se voient raillés6. Il s’agit d’en finir avec cette négativité qui scelle depuis Baudelaire l’alliance de la littérature avec la mélancolie, car, en fin de compte, cet attachement à soi, cette fascination du morbide, cette réflexivité seraient l’envers d’un idéalisme, son ombre portée. Les symbolistes ne furent-ils pas, selon Maurice Le Blond, d’« incohérents spiritualistes » ? La négativité mélancolique serait donc le masque d’une aspiration dématérialisante, elle présupposerait une haine du corps et de la réalité.

  • 7 Maurice Le Blond, Essai sur le Naturisme, 1896, p. 21.
  • 8 Voir Eugène Montfort, dans l’« Enquête sur la presse » de la Revue naturiste, mars 1900, p. 250.

5Il faut donc situer les écrivains naturistes dans un contexte idéologique. Dans la Revue des Deux Mondes, Brunetière proclamait en ce dernier quart du siècle, « la banqueroute de la science » ; Huysmans, après Là-bas, est en route vers la conversion, et Léon Bloy lance ses anathèmes de « mendiant ingrat », avec l’humour féroce qui convient à qui passa par Le Chat noir. Or Huysmans était vu par Maurice Le Blond comme « un aride écrivain » et La Cathédrale semblait au jeune critique un monument d’ennui. L’auteur d’À rebours se serait borné à écrire « de faciles monographies déliquescentes », symptomatiques des « penchants d’une élite intellectuelle » se plaisant à l’irrationnel7. Quant à Eugène Montfort, il ironisait sur les interviews donnés pas Huysmans dans Le Figaro. Le futur oblat annonçant à son de trompe qu’il allait faire retraite ne serait rien d’autre, en son pieux exhibitionnisme, qu’un littérateur. S’il fallait choisir, entre tous les nouveaux convertis, Eugène Montfort dirait sa préférence pour Verlaine qu’il considérait, en outre, comme un plus grand poète que Mallarmé8. On comprend, en ce contexte, que les naturistes se soient tournés vers Zola. Lui seul leur semblait résister à la crise spiritualiste de la fin du siècle. Parce que la polémique aime les antithèses, ces jeunes écrivains se plaisent ainsi à créer des couples ennemis : Verlaine ou Verhaeren versus Mallarmé ; Huysmans versus Zola et finalement Zola et Verhaeren contre tous les autres.

  • 9 Voir Maurice Le Blond, article sur Maurras dans Revue naturiste, décembre 1899.
  • 10 Maurice Le Blond, Documents sur le naturisme, décembre 1895. p. 27.
  • 11 Eugène Montfort, Exposé du naturisme. Discours prononcé au Palais des Académies, Congrès de Bruxel (...)
  • 12 Maurice Le Blond. Essai sur le naturisme, éd. cit., p. 105.

6Dans ce sursaut contre les déliquescences « fin-de-siècle », dans cet appel à l’énergie et, plus largement, dans cet éloge du dionysiaque qui semblait un mot d’ordre de leurs manifestes, les naturistes auraient pu rencontrer Barrès, d’autant que Saint-Georges de Bouhélier et Maurice Le Blond entendaient enraciner la littérature dans un sol culturel, dans les profondeurs d’une race et d’une tradition. Ils auraient pu également s’entendre, en principe, avec Maurras, dont Maurice Le Blond, tout à la fois hostile et quasi admiratif, constatait, après l’affaire Dreyfus, qu’il exerçait une considérable influence. Discret, caché, obstiné, pourvoyeur d’idées, il serait la figure principale de la réaction. Toutefois, ces jeunes hommes, qui veulent participer à la renaissance nationale, ont horreur de tout antisémitisme. Ils invoquent la race et la patrie, mais ils s’élèvent contre Drumont et sa Libre parole ; ils soutiendront enfin Zola tout au long de « l’Affaire ». Refusant de participer aux combats menés par Maurras9 contre le romantisme, ils ironisèrent sur la fondation de « l’école romane » par Moréas : on ne saurait écrire comme au temps de la Pléiade, et il est impossible de restaurer la Monarchie. Le sursaut national invoqué par les naturistes n’impliquait donc aucune nostalgie d’un ordre ancien et l’énergie qu’ils invoquaient leur semblait animer aussi bien le mouvement de l’histoire que l’élan de la nature. L’écrivain qui se « courb(e) pieusement au joug de la nature »10 doit souscrire à l’espérance que les foules, à terme, se déifieront. L’esprit du monde se réalisera sous la forme d’une absolue présence de l’homme à lui-même : « Dieu n’est pas mais il sera »11. On entend dans ce credo un vague héritage hégélien. On sent aussi dans plusieurs textes de Bouhélier l’impact de l’œuvre de Whitman dont Maurice Le Blond fit un éloge enthousiaste : il découvrait dans ses Feuilles d’herbe des « hymnes formidables »12. On devine également une connaissance imprécise et diffuse de Nietzsche dont on a alors quelques aperçus en traduction et dans les revues.

  • 13 Eugène Montfort, « Exposé du naturisme », discours prononcé au Palais des Académies », Congrès de (...)
  • 14 Maurice Le Blond. Essai sur le naturisme, éd. cit., p. 32.

7Il existait ainsi, à la fin des années 1890, dirigées contre le symbolisme et le décadentisme, des polémiques convergentes qui, par contre coup, conduisaient de jeunes écrivains à se tourner vers Zola pour des raisons tout à la fois esthétiques et idéologiques. Du naturalisme au naturisme, il n’y a pas seulement, en effet, le lien d’une homophonie délibérée. Maurice Le Blond et Saint-Georges de Bouhélier ne cessaient d’affirmer la nature comme norme et valeur, d’exalter la vie, de célébrer une sorte de participation à la vie cosmique. « Reclus dans les cénacles », les symbolistes se seraient privés du spectacle et de l’approfondissement de la vie universelle : « Ils n’auraient pas eu l’amour de tout, l’amour immense qui caractérise les poètes et les philosophes supérieurs, cet amour qui se rencontre dans les œuvres de Rodin et de Zola13. » Une image du paganisme s’impose, qui ne doit plus rien au beau idéal winckelmannien car l’antiquité païenne, telle que ces écrivains l’exaltaient, est essentiellement dionysiaque. C’est pourquoi Maurice Le Blond n’hésitait pas à substituer « panthéisme » à « naturisme »14. Quant à Saint-Georges de Bouhélier, il intitule une section des Chants de la vie ardente « L’homme panique ». Or, Zola, dans Le Docteur Pascal, puis dans Fécondité, exaltait la joie de vivre, créant parfois au sein de ses romans de véritables hymnes à l’amour et au travail.

  • 15 Voir Saint-Georges de Bouhélier, Le Rêve et l’idée, novembre 1895, p. 4 : « Toute l’éthique que je (...)
  • 16 Saint-Georges de Bouhélier, Les Chants de la vie ardente. Fasquelle, 1902, p. 81.
  • 17 Lettre de 1890 citée par Michel Décaudin in La Crise des valeurs symbolistes, éd. cit., p. 64.

8L’éloge de la vie universelle passe bien évidemment par la célébration de l’amour physique. « L’impudeur est conseillée », déclare Saint-Georges de Bouhélier dans Les Chants de la vie ardente. Le jeune écrivain, qui va jusqu’à déclarer qu’aucune considération éthique ne surpasse une odeur de menthe15, intitule un de ses poèmes « Inscription pour chanter la ferveur »16. On comprend pourquoi Gide, au moment de la publication des Nourritures terrestres, a pu se considérer comme très proche des naturistes : « Croyez-moi votre co-religionnaire »17, écrivait-il alors à Saint-Georges de Bouhélier. Non sans malignité, Léon Blum, dans La Revue blanche, le 1er juillet 1897, déclarait même que le livre de Gide était un livre naturiste, le meilleur de ceux que ce mouvement littéraire avait produit. Jean Viollis, dans la Revue naturiste, exaltait en retour, en juin 1897, « l’admirable philosophie » de Gide. La ferveur dont se réclamait alors cet écrivain semblait faire écho à cette générosité du vivant que Maurice Le Blond ou Saint-Georges de Bouhélier ne cessaient de célébrer.

  • 18 Saint-Georges de Bouhélier, L’Hiver en méditation in Documents sur le naturisme, février 1896, p.  (...)

9Comment dire cette solidarité de l’être et du vivant, comment exprimer le fait que l’homme est essentiellement érotique sans dire, en même temps, sa relation au site dans lequel s’il s’inscrit ? Toute vie se prolonge à l’infini parce qu’elle est inter-relation. La sexualité crée certes sans cesse du vivant, mais l’incorporation dans un décor est promesse, garantie d’une perpétuation de soi ou d’une culture, sous la forme d’une tradition. Pour les naturistes, chacun vit en symbiose avec un lieu qui est bien plus qu’un milieu. Exister pleinement, c’est habiter poétiquement ou héroïquement le monde. D’où l’éloge de Monet, le paysagiste, de Verhaeren, le poète des cités hallucinées, et bien évidemment, une fois encore, de Zola qui sait faire vibrer un paysage. On touche ici au point où les textes théoriques et critiques de Saint-Georges de Bouhélier rencontrent heureusement la poésie : « L’âme humaine mêlée à un site, voilà la signification d’un édifice. Là seulement nous communions, il y a, je sais, transubstantiation. L’expression d’un toit éclaire l’aurore. À l’étroite verrerie d’une fenêtre, il semble que rayonnent nos yeux vitrifiés. Parmi le portail, le fronton, l’homme palpite, bouillonne – sang et chair – infusé au plâtre et aux poutres18. »

  • 19 Maurice Le Blond, Essai sur le naturisme, éd. cit., p. 146.
  • 20 Saint-Georges de Bouhélier, La Vie héroïque des aventuriers, des Poètes, des rois et des artisans. (...)

10Énoncer lyriquement la relation de l’homme et de son milieu, ce n’est pas seulement souligner la solidarité des êtres et des choses, c’est aussi évoquer l’être humain et son travail. Les naturistes, tout comme Zola, ne se veulent pas « psychologues ». Ils ne prétendent pas analyser une intériorité, ils se proposent, en revanche, de restituer ce que la vie concrète des hommes, qu’il s’agisse des artisans, des paysans ou des forgerons, peut avoir de poétique dans ce qui subsiste en elle de primitif. L’écrivain ne doit pas se préoccuper des âmes mais des attitudes. Il lui faut donner vie à des « hommes fonctions »19. Tout geste finalisé par un travail acquiert une sorte de beauté plastique, illustre un rythme, participe d’une éventuelle harmonie : « Des artisans pétrissent les pains roses et dorés ! Ils émerveillent par là la plus divine des grâces. Les violettes flamboient, rauques et hérissées. Un berger conduit d’éblouissants bœufs blancs boire l’onde herbue et bourbeuse des marais. [...] Ils accomplissent, bouviers, pêcheurs ou menuisiers, d’éternelles messes pastorales et urbaines, mais dont ils ignorent la splendeur20. » Évoquer les hommes au travail, c’est saisir une eurythmie, c’est susciter une allégorie ou un archétype. C’est aussi dégager l’héroïsme de la vie quotidienne, car le travail est soit une résistance de l’homme au destin, soit un acquiescement à la vie, soit la formulation implicite d’un projet qui vise à lui donner sens.

  • 21 Eugène Montfort, Exposé du naturisme, éd. cit., p. 23.

11Dernier trait de l’esthétique ou de l’éthique naturiste : ce mouvement littéraire ne prétendait pas seulement réveiller « l’esprit national » en consacrant « le culte de la terre et des héros » ou bien encore « les énergies civiques » (Manifeste du Figaro. 10 janvier 1897), il incarnerait aussi, dans ses doctrines et dans ses œuvres, l’art social et libérateur. Depuis la Révolution, « les peuples se sont délivrés ». Or, la littérature, telle que ces jeunes gens la conçoivent, est nécessairement une action. Ils ne se proposent rien moins que de « jeter au monde des poèmes qui rendent lumineux pour tous ce qu’il y a de divin en l’homme ». « Le dieu que porte et qu’esquisse un poète fait des hommes qui le lisent des dieux21. »

  • 22 Saint-Georges de Bouhélier, Les Éléments d’une renaissance française, Bibliothèque artistique et l (...)
  • 23 Maurice Le Blond. Revue Naturiste, mars 1897, p. 5. Sur l’eurythmie des romans de Zola, voir Essai (...)

12Si ce rapide exposé des doctrines naturistes nous a permis, chemin faisant, de rencontrer Zola à plusieurs reprises, il importe cependant de voir de plus près les lectures que Maurice Le Blond ou Saint-Georges de Bouhélier ont proposées de son œuvre. Il représentait à leurs yeux l’écrivain qui, par excellence, avait su lier l’homme à la nature et aux choses, tout en donnant une dimension chorale, orchestrale aux foules. Parmi tous les Rougon-Macquart, deux romans sont toujours cités et commentés : Germinal. La Terre. Ils illustreraient la faculté éminemment zolienne de concevoir le roman en termes de relations et de rapports. « Ce terrible évocateur des foules vivantes a pu mettre du sang dans tous ses héros, de l’air dans tous ses paysages, des parfums dans toutes ses prairies, mais on ne peut détacher de La Terre ou de Germinal, fortes et naturelles épopées, un personnage qui soit viable ailleurs que dans l’atmosphère où le poète les plaça22. » En des termes qui peuvent paraître désuets, Saint-Georges de Bouhélier dit fort bien ce que la critique contemporaine ne cesse de répéter, entendons que l’auteur des Rougon-Macquart est un romancier de l’espace, que ses personnages n’existent qu’en fonction d’une topographie, que les descriptions zoliennes donnent au lecteur l’impression d’une polyphonie sensorielle. Notons encore que Zola est vu fort justement par Maurice Le Blond comme un architecte, il a le sens de l’ordonnance : « avec l’audace des conceptions, il possède d’une manière extrême le sens de l’harmonie »23. Ce jeune essayiste rencontre ainsi dans l’œuvre de son père spirituel une « eurythmie » dont il s’était fait lui-même le célébrant dans son Essai sur le naturisme en 1896. Sens des mises en rapport, conscience architecturale, rythme, Zola écrirait donc des romans-poèmes.

13Les naturistes n’étaient pas les premiers à le dire. Un connaît en ce domaine les justes intuitions de Jules Lemaître. Celui-ci avait été devancé, dès 1885, par un écrivain que l’on n’attendait guère en la matière, le poète symboliste René Ghil. Dans sa préface aux Légendes d’âme et de sang, il déclarait avoir soudain éprouvé le désir, après la lecture d’Une page d’amour, de concilier Zola et Mallarmé :

Alors je lus Une page d’amour de mon vieil ennemi. Je me souviens qu’un inexprimable émoi m’envahissait à mesure que j’allais et que devant mes yeux, chœur grouillant et divers, passaient les cinq Paris énormes et vivant d’une vie nouvelle pour moi, et la dernière page lue, un mot me vient soudain aux lèvres : Mais c’est un poète, Zola.

14Poète, c’est bien ainsi que le virent les écrivains naturistes, sensibles à l’aspect épique de La Terre et de Germinal, à l’aspect organique de ces romans totalisants, à leur eurythmie. Ils le percevaient également comme un écrivain allégorique, surtout après qu’il eut changé de manière. Il faut relire sur ce point le compte rendu de Fécondité, paru dans La Plume sous la plume de Saint-Georges de Bouhélier. Le jeune critique voit fort bien qu’à la suite de l’affaire Dreyfus, Zola a métamorphosé son écriture romanesque, qu’il existe, dans ce roman, une pesée de l’événement, déterminant un engagement plus direct, un désir de conjurer les temps présents par l’utopie :

  • 24 La Plume. 1er novembre 1898.

Cette première page d’un évangile que tous nous attendions constamment et sans cesse, je la trouve tout à fait conforme aux grandes nécessités du monde, à la réalité des faits, aux besoins perpétuels, vrais et profonds de l’homme [...] Le siècle aboutit à ce livre et s’y exprime. Les instructions du grand Michelet, les mélodies de Lamartine, et les prophéties de Hugo étaient trop riantes, trop gaies, trop au-dessus de nos puissances humaines. Zola a le sens du réel [...] Fécondité est un poème, un livre épique, une ode aux champs et à l’amour. Mais c’est aussi une prophétie et c’est presque un Évangile24.

15Saint-Georges de Bouhélier, dont l’ambition est de créer des archétypes, analyse avec pertinence l’orientation esthétique qui conduit Zola à créer, dans cet Évangile, un peuple de statues. Il suggère également avec justesse, dans ce compte rendu, que Fécondité s’emplit d’une parole tout à la fois lyrique et doctrinale. C’est ce même type de discours que l’on entend dans les Manifestes ou dans les articles des écrivains naturistes qui tentent de concilier un langage altier et poétique avec des prises de position critiques et théoriques.

  • 25 Revue naturiste, 15 mai 2001.

16Notons encore une remarquable analyse par Maurice Le Blond de l’avant-dernier Évangile, Travail. Celui qui deviendra le gendre de Zola comprend les tonalités multiples d’un roman qui concilie l’archaïque de l’épopée, la grande poésie hymnique – « C’est l’Hésiode du labeur industriel » et l’utopie. Le jeune critique fait apparaître l’ampleur temporelle de cette œuvre qui allégorise les ouvriers métallurgiques de l’Abîme en faisant d’eux tantôt des hommes primitifs, tantôt des ouvriers contemporains, alors même que Travail semble finalisé par la vision de ce que pourrait être « demain » : « Cette œuvre qui s’ouvre sur le tableau noirâtre d’une fin de grève actuelle, s’achève dans la vision hypothétique d’une Arcadie communautaire. » Maurice Le Blond assimile ce roman tout à la fois à « une chanson de geste» et à « une prophétie lyrique »25. C’est fort bien définir les tonalités de cet Évangile qui, en proposant une vision de toute l’histoire de l’humanité, semble vouloir rivaliser en prose, comme l’avait noté Jaurès, avec La Légende des siècles.

  • 26 Documents sur le naturisme. décembre 1895. p. 30.
  • 27 Émile Zola, Travail, in Œuvres complètes. Club du Livre précieux, 1968, t. VIII, p. 647.
  • 28 Maurice Le Blond, Essai sur le naturisme, éd. cit., p. 29.
  • 29 Travail, éd. cit., p. 906.

17Les écrivains naturistes étaient peut-être d’autant plus sensibles au renouvellement du discours romanesque zolien que le romancier semblait actualiser dans ses dernières œuvres l’esthétique dont ce mouvement littéraire se réclamait. « Tout homme a un aspect de dieu » s’exclamait Saint-Georges de Bouhélier en 1895 dans les Documents naturistes : « Le forgeron au teint cuivré et uniforme, ne nous apparaît-il pas comme un dieu farouche de la métallurgie ?26 » Comment ne pas penser à ces « obscurs héros du travail » évoqués dans le deuxième Évangile zolien ? Morfain, tout particulièrement, figure dans ce roman un personnage légendaire, « un Vulcain torturé à son enclume »27. On pourrait également souligner le vocabulaire religieux à partir duquel Zola décrit les rencontres amoureuses dans le parc de la Crêcherie. Il n’est pas sans faire penser à cet amour panique et panthéistique évoqué par Maurice Le Blond dans son Essai sur le naturisme. Le jeune critique, en s’en prenant aux écrivains symbolistes, leur reprochait de ne jamais avoir « frissonné de panthéistique adoration » aux heures crépusculaires, « lorsque les âmes semblent se fondre et s’unir dans un cantique d’incomparable amour universel »28. C’est bien le même cantique, mais fortement érotisé, que semblent chanter les amants en faisant leurs « oraisons » amoureuses dans les bois de la Crêcherie : « Et déjà, par les avenues obscures, par les pelouses emplies d’ombre, les couples erraient, peuplaient d’apparitions lentes le mystère accru des ténèbres, dans le frisson pâmé de la terre. »29 On fait l’amour dans Travail comme on officie dans une liturgie.

18La thématique et la poétique naturiste et naturaliste, en cette « fin-de-siècle », vivent donc en symbiose. Leur territoire commun, c’est la célébration du travail, de la fusion de l’homme et de la nature, c’est une sorte de pan-érotisme illustrant la fécondité inépuisable du vivant. Sur le plan rhétorique, Zola et ses admirateurs se montrent sensibles à la vertu plastique des allégories. On sait l’intérêt de l’auteur de Travail pour Puvis de Chavannes.

19En dépit de ces comparaisons, il serait toutefois hasardeux d’estimer que le romancier a intégré à son univers les apports de l’école naturiste ou, pour le dire plus brutalement, qu’il fut « influencé » par elle. Certes, Zola toujours soucieux de nouveauté, dans un article publié dans le Neuwe Amsterdamer, en 1896, avait dit tout l’intérêt qu’il portait à ces jeunes écrivains et notamment à Saint-Georges de Bouhélier : « J’ai lu L’Hiver en méditation, j’aime infiniment le souffle panthéiste qui y règne [...] » Le romancier exaltait surtout des jeunes gens qui s’opposaient au symbolisme et au décadentisme et qui lui semblaient résolus à « revenir à la vérité, c’est-à-dire à la vie et à la nature ». On parlera d’autant moins d’influence à rebours que Zola n’a cessé très tôt de penser en termes d’allégories, il suffit de se reporter à l’Ébauche de ses romans où ce que l’on convient d’appeler symbole est le plus souvent de nature allégorique. Mais on peut penser que l’émergence de ce mouvement littéraire l’a peut-être conforté dans ces choix esthétiques, dans ce brouillage des frontières du discours oratoire et du lyrisme en prose qui caractérise ses derniers romans.

20En réalité, c’est une grande partie de la littérature des dernières années du siècle qui hésite entre excursus, hymne éloquent, redondance oratoire. Tout se passe comme si, pour contrebalancer une littérature de suggestion dont Mallarmé s’était réclamé, se développaient des œuvres illustratives ou allégoriques cherchant à sublimer l’éloquence en reprises lyriques et la redondance oratoire en ostinato musical. Les Évangiles zoliens, les essais naturistes, parfois les œuvres de Barrès (Colette Baudoche, La Colline inspirée), ressortissent à cette ambition, tout comme, plus tard, Jean-Christophe de Romain Rolland. On pourrait également penser que si Zola ne s’est pas lait le prophète de la renaissance nationale, il a cependant vu dans la fécondité du couple humain une manière de contrebalancer la décadence de la nation, de l’ouvrir vers la colonisation de territoires lointains, finalement de l’amener à se dépasser en tant que nation pour mieux civiliser des colonies. Fécondité illustre cet expansionnisme sans fin de la procréation. Voilà qui explique peut-être l’admiration si enthousiaste de Saint-Georges de Bouhélier pour ce roman. La lecture de ce premier Évangile zolien ne pouvait en rien le dissuader d’écrire en 1902 un bien mauvais poème dont le titre laisse rêveur : « Inscription afin que l’idée de la race préside à tous les actes de l’amour » :

  • 30 Saint-Georges de Bouhélier, Les (‘liants de la vie ardente, Fasquelle, 1902, p. 51.

Conservez donc présent en vous cette pensée
Dites-vous que toujours
Un vaste enfantement doit sortir de l’amour.
Sinon que tout périsse et l’épi et le four
Et la nuit dispersée30 !

21Toutefois, la rencontre de Zola et des écrivains naturistes avait pu se concrétiser en des territoires idéologiques moins suspects. L’admiration pour les dernières œuvres du romancier est, en effet, retrempée dans la ferveur que fit naître l’attitude courageuse de Zola pendant « l’Affaire ». Le 25 février 1898, La Revue naturiste s’ouvrait par un hommage à l’auteur de J’accuse ! qui venait d’être condamné :

Un maître illustre a été condamné par le plus prodigieux des gouvernements. Émile Zola, pour prix de ses travaux intellectuels, méritait la gloire du laurier civique. Mais la prison sera sa récompense.
À l’admiration que nous imposait Fauteur immortel de La Terre, de Germinal et de Paris s’ajoutera désormais le respect le plus passionné pour le héros et le citoyen.

  • 31 Saint-Georges de Bouhélier, La Vie héroïque des aventuriers, des Poètes, des rois et des artisans,(...)

22Saint-Georges de Bouhélier avait chanté en 1895 La Vie héroïque des aventuriers, des Poètes, des rois et des artisans. À côté des aventuriers « féroces et désolés » qui passent dans des déserts, portant de résineuses, ruisselantes, écarlates torches », il avait lait apparaître l’existence de « dieux en exil », auréolés d’une gloire douloureuse31.

23Leur destin, en dépit de leur solitude, est de « contrepeser la nature ». Zola, après sa condamnation, était devenu, pour le jeune écrivain, un de ces dieux en exil qu’il avait évoqués trois ans auparavant. Pour Maurice Le Blond, il figurait celui qui avait « réveillé l’intelligence française qui allait sombrer dans l’apathie et dans l’indifférence. » Son cri d’alarme lui semblait tout à la fois « foudroyant, terrible, sacré ».

24Zola était donc devenu plus qu’un modèle révéré. Dans le langage jouant de l’interférence du profane et du sacre qui caractérise les écrits naturistes, il était un héros ou un dieu. Tout se passe comme si, dans cette « fin-de-siècle » où la République doit affronter de terribles périls pour mieux se laïciser, les écrivains les plus laïques en venaient à mimer le langage religieux. Non qu’ils aient la nostalgie d’une transcendance religieuse, mais parce que le nouveau « transcendantal », c’est la vie, « la vraie vie », tout à la fois absente et présente, dont on devine qu’elle nous attend au bord de l’horizon. C’est bien autour de cette notion rimbaldienne que se développe le dialogue de Zola et des écrivains naturistes. Ces derniers l’avaient invité à participer au Collège d’esthétique qu’ils avaient fondé en 1901. Zola déclina l’offre tout en acceptant la Présidence d’honneur. Il écrivit en cette circonstance une longue lettre publiée dans la Revue naturiste :

  • 32 Émile Zola, lettre du 5 novembre 1900, publiée le 1er décembre dans la Revue naturiste.

Ce qui me ravit dans votre tentative, c’est que j’y vois un signe nouveau de l’évolution qui transforme en ce moment notre petit monde des lettres et des arts. Tout un réveil met debout la jeunesse ; elle refuse de s’enfermer dans sa tour d’ivoire où ses aînés se sont morfondus si longtemps en attendant que Sœur Anne – la vérité de demain – parût à l’horizon. Un souffle a passé, un besoin de hâter la justice, de vivre la vraie vie, pour réaliser le plus (1e bonheur possible. Et les voilà dans la plaine, les voilà en marche, sentant bien qu’il ne suffit plus d’attendre, mais qu’il faut avancer sans cesse, si l’on veut aller par-delà l’horizon, vers l’infini32.

  • 33 Grand prix de Rome en 1899, Tony Garnier semblait avoir bâclé le travail exigé des pensionnaires d (...)

25Dans cette lettre, véritable manifeste à la jeunesse, Zola mise donc sur l’affaire Dreyfus, sur l’impatience de justice qu’elle a générée, sur les aspirations socialistes, pour que soit en même temps définie une nouvelle conception de l’art et de l’artiste. Elle implique une rupture avec l’esthétique kantienne ou néo-kantienne. La beauté n’est plus coupée de l’utile. Et l’on est tout proche de Paul Souriau qui soutient dans son traité La Beauté rationnelle que « toute chose est parfaite en son genre quand elle est conforme à sa fin ». C’est aussi ce qu’affirmaient les naturistes en faisant l’éloge du travail eurythmique, et c’est aussi ce que suggérait Zola dans son avant-dernier Évangile, en faisant de Lange un artisan potier sachant générer la beauté à partir de formes parfaitement fonctionnelles. Rappelons que les naturistes menèrent campagne en faveur de l’architecte Tony Garnier33 qui avait trouvé dans Travail une inspiration architecturale. L’artiste se voyait donc chargé d’une mission. Il ne lui revenait pas seulement de susciter des « archétypes », de créer des allégories, mais bien de prendre conscience qu’il n’existe pas seulement pour lui-même, qu’il est – je paraphrase non sans malignité Ronald – « le plus public de tous les hommes » précisément parce qu’il écrit.

26Pensons alors à la mort de Zola en 1902. On comprend que les naturistes plus que tous autres Paient déplorée. Ils avaient pu ensemencer leur poétique dans les sillons déjà tracés par leur aîné, et celui-ci les considérait avec suffisamment d’amitié, mais aussi de distance, pour qu’ils n’aient point souffert d’une angoisse d’influence. 1902, c’est aussi, symptomatiquement, le moment où le mouvement naturiste semble avoir perdu son aura. Gide, Paul Fort, Francis Jammes, qui s’en crurent proches en 1897, s’en étaient éloignés. Dans les années 1910, les poètes de l’Abbaye, qui ne se réclamèrent pas de Zola, accomplirent peut-être, en revanche, le programme naturiste en montrant que toute vie est collective. Et c’est probablement Verhaeren, aimé de Maurice Le Blond et de Saint-Georges de Bouhélier, mais éloigné de la poétique zolienne, qui était, au moment de la mort de Zola, l’écrivain dont l’œuvre poétique consonait alors le mieux avec celle du romancier disparu. Les naturistes ne s’étaient-ils pas cantonnés dans l’évocation d’une France rurale et artisanale ? Paradoxes de l’histoire littéraire : les filiations reconnues trop explicitement n’autorisent pas la création de grandes œuvres. Il y faut la force de l’ingratitude ou de la méconnaissance d’autrui. Les naturistes qui différaient certes beaucoup de Zola, d’une certaine manière l’aimèrent trop pour transmuer cette différence en élan créateur.

Note

1 Sur le naturisme, voir Michel Décaudin, La Crise des valeurs symbolistes, Genève-Paris, Slatkine, 1981.

2 Précisons que les « naturistes » sont loin d’aimer tous les écrivains naturalistes. S’ils font l’éloge de Camille Lemonnier, Maurice Le Blond n’en estime pas moins que « les naturalistes ont failli, sauf Zola. Voyez si les romans naturalistes, en dehors de La Terre, de Germinal, se préoccupent de mettre au jour, dans leurs rapports avec leur cité, ou avec leur patrie, les êtres qui y font figure. » (Les Éléments d’une renaissance française, Bibliothèque artistique et littéraire, Société anonyme La Plume. 1899, p. 29.)

3 Maurice Le Blond. Retour des champs in Le Rêve et l’idée, p. 15, stigmatise « le langage épileptique » de Mallarmé.

4 Voir Saint-Georges de Bouhélier, L’Hiver en méditation in Documents sur le naturisme, janvier 1896, p. 70.

5 Maurice Le Blond, Documents sur le naturisme, juillet-août 1896, p. 225.

6 Voir Maurice Le Blond, Essai sur le naturisme, Études sur la littérature artificielle et Stéphane Mallarmé, Maurice Barrès… Éditions du Mercure de France, 1896. p. 13 : « Nos aînés ont préconisé le culte de l’irréel, l’art du songe, la recherche du frisson nouveau. Ils ont aimé les fleurs vénéneuses, les ténèbres et les fantômes et ils furent d’incohérents spiritualistes. »

7 Maurice Le Blond, Essai sur le Naturisme, 1896, p. 21.

8 Voir Eugène Montfort, dans l’« Enquête sur la presse » de la Revue naturiste, mars 1900, p. 250.

9 Voir Maurice Le Blond, article sur Maurras dans Revue naturiste, décembre 1899.

10 Maurice Le Blond, Documents sur le naturisme, décembre 1895. p. 27.

11 Eugène Montfort, Exposé du naturisme. Discours prononcé au Palais des Académies, Congrès de Bruxelles (19 au 19 février), Bruxelles, éd. de La Lutte, p. 17.

12 Maurice Le Blond. Essai sur le naturisme, éd. cit., p. 105.

13 Eugène Montfort, « Exposé du naturisme », discours prononcé au Palais des Académies », Congrès de Bruxelles (19 au 19 février 1898). Bruxelles, éd. de La Lutte, p. 12.

14 Maurice Le Blond. Essai sur le naturisme, éd. cit., p. 32.

15 Voir Saint-Georges de Bouhélier, Le Rêve et l’idée, novembre 1895, p. 4 : « Toute l’éthique que je puis prêcher si précieuse, si profonde qu’elle demeure, ne vaut pas l’ivresse qui monte des menthes mûres ».

16 Saint-Georges de Bouhélier, Les Chants de la vie ardente. Fasquelle, 1902, p. 81.

17 Lettre de 1890 citée par Michel Décaudin in La Crise des valeurs symbolistes, éd. cit., p. 64.

18 Saint-Georges de Bouhélier, L’Hiver en méditation in Documents sur le naturisme, février 1896, p. 87.

19 Maurice Le Blond, Essai sur le naturisme, éd. cit., p. 146.

20 Saint-Georges de Bouhélier, La Vie héroïque des aventuriers, des Poètes, des rois et des artisans. Théorie du pathétique pour servir d’introduction à la tragédie ou à un roman, éd. Charles Renaudie, 1895, pp. 61-62.

21 Eugène Montfort, Exposé du naturisme, éd. cit., p. 23.

22 Saint-Georges de Bouhélier, Les Éléments d’une renaissance française, Bibliothèque artistique et littéraire, Société anonyme La Plume, 1899, p. 134.

23 Maurice Le Blond. Revue Naturiste, mars 1897, p. 5. Sur l’eurythmie des romans de Zola, voir Essai sur le naturisme, éd. cit., p. 115.

24 La Plume. 1er novembre 1898.

25 Revue naturiste, 15 mai 2001.

26 Documents sur le naturisme. décembre 1895. p. 30.

27 Émile Zola, Travail, in Œuvres complètes. Club du Livre précieux, 1968, t. VIII, p. 647.

28 Maurice Le Blond, Essai sur le naturisme, éd. cit., p. 29.

29 Travail, éd. cit., p. 906.

30 Saint-Georges de Bouhélier, Les (‘liants de la vie ardente, Fasquelle, 1902, p. 51.

31 Saint-Georges de Bouhélier, La Vie héroïque des aventuriers, des Poètes, des rois et des artisans, éd. cit. pp.95-96.

32 Émile Zola, lettre du 5 novembre 1900, publiée le 1er décembre dans la Revue naturiste.

33 Grand prix de Rome en 1899, Tony Garnier semblait avoir bâclé le travail exigé des pensionnaires de la villa Médicis, mais il avait envoyé les plans d’une « cité industrielle moderne » que les autorités avaient refusé d’exposer. Le quartier des Étas-Unis, à Lyon, dont il fut l’architecte, paraît avoir été influencé par la lecture de Travail.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2004

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search