Desktop versionMobile Version

Champ littéraire, fin de siècle autour de Zola

 | 
Béatrice Laville

Ferments d'écriture

Le regard de Charles Péguy

Béatrice Laville

Volltext

  • 1 Lettre à Monsieur Félix Faure, président de la République, Œuvres Complètes, Cercle du Livre préci (...)

1C’est bien le regard singulier de Péguy, du jeune Péguy, celui de l’Affaire Dreyfus et du début des Cahiers, celui d’un homme qui aspire à se réclamer du socialisme, que je voudrais évoquer. Le jeune écrivain a vingt-cinq ans quand il rencontre Zola. C’est à la faveur de l’Affaire Dreyfus que les deux hommes sont amenés à se connaître, unique occasion d’échange entre eux. Péguy subjugué par l’acte de Zola, se rend chez celui-ci afin de lui signifier son admiration, le 14 janvier 1898, au lendemain de la publication de J’accuse1. On peut aisément imaginer l’émotion qui, légitimement, l’étreint face à cet écrivain consacré, à la stature tellement imposante, qui, par son seul verbe, fait sortir de l’ombre le combat entamé par Péguy et quelques dreyfusards :

  • 2 « Les récentes œuvres de Zola », Œuvres en prose complètes, tome i, édition de R. Burac « Biblioth (...)

L’heure était redoutable, avoue Péguy, et je voulais avoir de l’homme qui prenait l’affaire sur son dos, cette impression du face à face que rien ne peut remplacer. L’homme que je trouvais n’était pas un bourgeois, mais un paysan noir, vieilli, gris, aux traits tirés et retirés vers le dedans, un laboureur de livres, un aligneur de sillons, un solide, un robuste, un entêté, aux épaules rondes et fortes comme une voûte romaine, assez petit et peu volumineux. C’était un paysan qui était sorti de sa maison parce qu’il avait entendu passer le coche. Il avait des paysans ce que sans doute ils ont de plus beau, cet air égal, cette égalité plus invincible que la perpétuité de la terre. Il était trapu. Il était fatigué. il avait une assurance coutumière, commode. Son assurance lui était familière. Il avait une impuissance admirable à s’étonner de ce qu’il faisait, une extraordinaire fraîcheur à s’étonner de ce que l’on faisait de laid, de mal, de sale. Il trouvait tout à fait ordinaire tout ce qu’il avait fait, tout ce qu’il venait de faire, tout ce qu’il ferait.2

2Le portrait en demi-teinte suggère déjà la distance critique, relativement bienveillante, mais dénuée de complaisance, qui caractérisera la lecture de Charles Péguy. Notons au passage cette incomparable écriture de Péguy qui par touches juxtaposées, par parallélismes de construction permet aux mots « conducteurs » (pour reprendre un de ses termes), de féconder le discours, aux images de s’élaborer, au rythme de se déployer, à la parole de toujours se déplacer, sans être jamais exactement la même.

3Les deux hommes trouvent rapidement un point de convergence, dans leur regret réciproque que les socialistes ne se soient lancés majoritairement dans la bataille, et Péguy toujours proche de l’anathème de préciser :

  • 3 ibid., p. 245.

je lui répondis que ceux qui l’abandonnaient ne représentaient nullement le socialisme3

4Le même jour, Péguy visite également Millerand et Jaurès afin de les entraîner dans le combat dreyfusiste, mais aussi de les sermonner, au nom des jeunes socialistes. Au lendemain de cette visite, Jaurès écrit dans La Lanterne :

A ces jeunes gens, je suis presque tenté de demander pardon pour nos hésitations et nos lenteurs

  • 4 Cette expression est empruntée à H. Mitterand.

5« L’onde de choc4 » de J’accuse n’en est qu’à ses débuts.

6Péguy signe pour la première fois de son nom sans son recours habituel aux pseudonymes (Pierre ou Jacques Deloire, Jacques Daube, Jacques Laubier, Cyprien Lantier etc.) la lettre à Zola que L’Aurore fait paraître le 23 janvier 1898. Péguy, qui pensait que le pseudonyme permettait de mettre à distance l’écueil toujours possible d’une individualisation de l’écrit, d’une personnalisation trop forte, quand seules les thèses défendues importaient, cette fois, se démasque et s’engage du plus profond de son être. La bravoure et l’attitude sacrificielle de Zola rencontrent, d’une certaine manière, un écho dans le besoin d’absolu qui est celui de Charles Péguy. Le jeune homme entraîne aussi dans ce soutien ses amis de l’École Normale. Cette première lettre est assez emblématique de son engagement fait d’opposition aux aînés ainsi qu’à « l’establishment » socialiste :

7« Puisque plusieurs parlementaires, soi-disant socialistes, se refusent à marcher droit, nous voulons, nous, les jeunes socialistes, sauver d’eux l’idéal socialiste (...) » Sauveur et excommunicateur, ce sont deux rôles que Péguy entend bien mener conjointement :

  • 5 L’Aurore du 23 janvier 1898, cité dans Charles Péguy, OPC, op. cit., p. 45.

Et nous considérons comme s’étant mis hors la loi socialiste, comme s’étant mis dès à présent hors la cité socialiste, tous ceux qui ont faibli, tous ceux qui ont failli5

8On ne sait quelle a été la réception de Zola à cette lettre, il ne l’évoque pas, aucune trace de correspondance d’ailleurs avec Péguy n’existe. Le jeune homme consacrera un article au romancier, « Les récentes œuvres de Zola », et un numéro des Cahiers, daté du 4 décembre 1902, (le cinquième de la quatrième série) après la mort de l’auteur.

9Même si Zola n’a pas au physique le charisme que Péguy, probablement, attendait, ce dernier retient du romancier cette véritable solidarité pour la souffrance d’un homme et le don sans réserve que l’auteur fait de sa personne à la cause de Dreyfus. On se rappelle les propos mêmes de Zola, dans sa Déclaration au jury,

  • 6 Œuvres Complètes, tome xiv, op. cit., p. 939.

Dreyfus est innocent, j’v engage ma vie, j’y engage mon honneur.6

10Péguy est fasciné par un autre dreyfusard, le premier d’entre tous, Bernard Lazare qui lui a dit très tôt sa conviction de l’innocence du capitaine Dreyfus. Le dénuement, la solitude du prophète doté du seul pouvoir de la parole participe de la construction de cette mystique dreyfusiste que Péguy n’aura de cesse d’évoquer. Le jaillissement et la germination de la parole entrent en résonance même avec l’esthétique de Péguy.

  • 7 Œuvres en prose complètes, tome ii, op. cit, p. 1283.

Nous avons alors jeté dans l’action (...) notre corps et nos biens, le peu que nous avions, plus encore, plus peut-être. Sans compter. Nous y avons jeté notre destinée toute entière.7

11Outre un engagement total que certains dreyfusards partagent, Zola et Péguy feront partie des maximalistes de l’Affaire, ceux qui condamneront l’amnistie scélérate renvoyant dos à dos coupables et innocents, faisant par là même se dégrader l’Affaire pour Péguy de mystique en politique, la rendant temporellement dérisoire, pour reprendre des termes chers à l’auteur. Les deux hommes ont en commun non pas l’essence même de leur engagement, mais une espérance, une énergie combative qui leur fait envisager l’avenir, ce dont portent trace leurs écrits respectifs, et qui les éloignent d’une forme de désenchantement, ou de réclusion que certains adoptent. Ils tiennent dans un même mépris le personnel politique de cette troisième République, et particulièrement, le parlementarisme. Péguy de s’exclamer :

  • 8 ibid, p. 361.

Un homme qui bavarde au lieu d’agir est par définition même un parlementaire.8

  • 9 paru en 1898, le discrédit du personnel politique y est constant, « quel dégoût que cette cuisine (...)

12Ce pourrait être du Zola, celui de Paris9, le dernier roman du cycle des Trois Villes, contemporain dans sa publication de l’Affaire Dreyfus. Les deux hommes partagent un engagement total en un humanisme absolu, et probablement une commune résistance à ce qui s’apparente à l’autorité de l’ordre établi. Pour l’un et l’autre, les valeurs de vérité et de justice subsument toute considération d’intérêt de groupe, de parti, de stratégie :

  • 10 op. cit.. tome i, p. 287.

La passion de la vérité, la passion de la justice, l’indignation, l’impatience du faux, l’intolérance du mensonge et de l’injustice occupaient toutes nos heures, obtenaient toutes nos forces.10

13Il me semble néanmoins que là s’arrête leur commune appréciation des choses. Péguy devenu socialiste à l’École Normale, avant l’Affaire, voit en celle-ci une sorte de métaphore, à une moindre échelle, de la lutte pour la justice universelle, fondement de son engagement en politique. Péguy lit l’Affaire comme le jaillissement « du grand mystère de la ligature du spirituel et du temporel », et cette transcendance est distincte, mais indissolublement liée au temporel, là est un point nodal de toute son œuvre. Et cette lecture ouvre nécessairement une brèche propice à l’élaboration d’une autre dimension, « avec nous cette mystique naturelle apparaît », écrit Péguy en 1910 qui s’en perçoit comme le détenteur.

  • 11 op. cit., tome iii, p. 66, Cahier du 17 juillet 1910.

Elle était notre force, à nous autres faibles, à nous autres pauvres. La mystique est la force invincible des faibles.11

  • 12 Notre Jeunesse, Gallimard, Idées l969, p. 59.

14Mais c’est aussi une reconstruction de l’Affaire a posteriori que livre Notre Jeunesse en 1910. C’est un peu comme si Péguy, bien au-delà de Zola, avait amplifié de manière paroxystique chaque parcelle (l’engagement 0pour lui conférer toujours un peu plus de signifiance, jusqu’à la rendre excessivement signifiante, cette affaire qui aurait pu n’être qu’un très mauvais mélodrame. Même si Zola, seul contre tous, dans une attitude sacrificielle, défend un individu contre l’acharnement et l’injustice collectifs, l’engagement est vécu comme une nécessité humaine, et non comme l’éclat, l’illumination de la liaison du temporel et de l’éternel. L’Affaire n’est pas le réflecteur d’une transcendance pré-existante. Péguy, quant à lui, qualifiera ultérieurement dans Notre Jeunesse, cette Affaire d ‘« affaire élue »12, parce qu’elle est « le soubresaut suprême » de cet héroïsme et de cette mystique républicaine qui renvoient pour lui à l’esprit de ses origines, avec son cortège de martyrs, de saints, de héros, bien étrangers aux temps modernes. Péguy est davantage fasciné par une sorte d’émanation d’Âge d’or de la république, et Zola pour lui, en est momentanément une figure. La nature de l’engagement des deux hommes et leur lecture de l’histoire ne sont pas à cet égard identiques.

15Péguy n’a jamais beaucoup écrit sur Zola, il est certes jeune homme quand Zola achève de vivre, mais il gardera le silence sur toute l’œuvre des Rougon-Macquart. Son bergsonisme se heurtant à l’acceptation du déterminisme, l’œuvre de Zola devait heurter ses convictions profondes. Il s’attachera essentiellement à l’étude de Fécondité, le premier des Quatre Évangiles, dernier cycle zolien.

16Les deux hommes n’ont pas la même conception de l’art, Péguy affirme que seul le beau est digne d’être montré en raison d’une fonction didactique de l’art, mais surtout parce qu’éthique et esthétique sont indissolublement liés. Il rejette nécessairement l’œuvre de Zola dans son ensemble, et rejoint les lieux communs du mépris dont le naturalisme fut l’objet :

  • 13 op. cit.,tome i, p. 262.

La fortune littéraire, politique et sociale de Zola lut singulière. Sa sincérité même et une optique propre le conduisirent dans toutes ses premières œuvres et dans beaucoup des suivantes à nous montrer surtout les laideurs de l’humanité (...)Le beau doit ignorer le laid comme le dieu d’Aristote ignorait le monde imparfait (…)la plupart des anciens personnages de Zola sont d’une fréquentation très pernicieuse13

17La critique est franche, dénuée certes de l’originalité que l’on aurait pu attendre d’un jeune critique audacieux, mais sans doute le statut de Zola contribue-t-il à estomper une virulence que le jeune auteur ne contiendra pas à l’encontre d’Octave Mirbeau au moment de la parution du Journal d’une femme de Chambre, publié dans La Revue Blanche et qui le conduira à résilier son abonnement. Avec une plume trempée dans le vitriol, il attaque dans les Cahiers :

  • 14 ibid., p. 595, p. 600.

Quand on a fait un livre de cochonneries, on a au moins le courage de dire qu’on a fait un livre de cochonneries, et on ne dit pas ou du moins on ne fait pas ou on ne laisse pas imprimer que c’est un roman social (…) Il faut donc brûler ! Il faut brûler ce roman.14

18Véhémence extrême et intransigeance totale pour qui altère sa soif d’une exigence de pureté absolue dans l’art, dans la République. Quant à Zola, il a une toute autre lecture de cette œuvre qu’il livre dans une lettre élogieuse à Octave Mirbeau :

  • 15 Correspondance, tome x, Presses de l’Université de Montréal, éditions « lu CNRS. 1995, p. 168.

Vous n’avez rien écrit de si vivant, de si intense. Je crois bien que c’est le livre de vous qui mérite le plus de rester, par l’effroyable vérité de certains épisodes, où notre vieille société pourrie craque et s’effondre toute entière. Cela vivra, car cela est d’une beauté farouche, dans sa violence15

19L’exemple est assez emblématique d’une divergence d’appréciations au regard de la valeur, de l’enjeu, de la fonction de l’œuvre littéraire.

20C’est donc sur quelques articles de Zola au moment de l’Affaire et sur le texte de Fécondité que Péguy se penche véritablement, choisissant « son » Zola et rejetant rapidement le reste de l’œuvre. Il se livre à une analyse précise du roman, quand d’autres critiques participent souvent d’un concours d’éloges convenus. Au cœur de l’Affaire, il faut aussi se compter, et l’on sait combien les événements ont altéré la réception des Évangiles, dernier cycle zolien.

  • 16 Cela ne saurait exclure un effet personnel de maturation de l’écrit, qui se nourrit aussi de la fo (...)
  • 17 Ainsi l’article, « L’épreuve » écrit le 26 février/1898 envisage à la fois, dans une construction (...)

21Péguy est sensible à deux données essentielles : d’une part l’écriture de Zola, son phrasé, « sa belle ordonnance classique » dit-il à propos de « J’accuse ». Il n’a pas échappé au jeune critique que le traitement des faits nécessite tout à la fois leur mise à distance, leur modification en matériau d’écriture. Elle seule les arrachera à la contingence en les projetant dans l’infinité de ses plis, afin d’y produire des échos prolongés. Les effets rhétoriques et stylistiques, la diversité des approches dans un même texte sont (l’évidence plus recherchés dans les articles de Péguy après « J’accuse »16, le critique manifestera une attention plus aiguë encore à la variété des mouvements textuels, à leur entrelacement, et à l’orchestration de leurs effets, bref, il explore plus que par le passé les ressources nouvelles de son écriture, dans son travail de journaliste17.

  • 18 Péguy insiste fréquemment sur la sincérité, élément fondamental de son éthique personnelle et cons (...)
  • 19 Lettres du Provincial, op. cit., tome i, p. 296.

22D’autre part Péguy apprécie hautement ce qu’il nomme la sincérité de Zola qui appelle nécessairement une attitude identique dans la critique, rôle que Péguy remplira pleinement18. La sincérité est pour lui le substrat de toute attitude révolutionnaire, « Pourrons-nous toujours trouver un révolutionnaire comme Zola ? »19 interroge-t-il. Critiquant volontiers certains de ses confrères, Péguy rectifie les propos de Gustave Kahn dans La Revue blanche qui comparait l’influence, la position d’autorité qu’exerçait Hugo à la fin de sa vie à celle de Zola.

  • 20 ibid.. p. 246.

C’est parce qu’il est sincère, parce qu’il se sent sincère, que Zola se croit réaliste, qu’il est à l’aise dans ses actes, un peu gêné dans ses œuvres, et qu’il lut ce que Hugo ne fut jamais, un protagoniste.20

  • 21 ibid., p. 252.

23Cette sincérité fondamentale dote Zola d’un fort pouvoir d’estime pour le jeune écrivain, si elle transpire dans « J’accuse », elle jette un halo de lumière sur le reste de l’œuvre pour Péguy. Sa lecture reste toujours dans la problématique de l’engagement, et de la fonction de l’écrivain. Et c’est précisément sur ce point que le critique a une lecture fondamentalement déceptive du roman ; Péguy pensait que Fécondité actualiserait un « évangile du socialisme », attribuant probablement à Zola un rôle qu’il ne souhaitait pas. Partant, Péguy démontre la distorsion à l’œuvre entre la fiction et le discours idéologique, « Ne croyons pas qu’il suffise de chanter l’hymne d’amour universel »21.

24Sous la nouveauté apparente du roman, le critique fustige l’aspect réactionnaire de la construction zolienne, qui n’envisage la Cité future que sous le signe de la possession de la famille élue, les Froment, de l’expansion de leurs propriétés familiales, et de la domination d’une « race glorieusement envahissante ».

  • 22 Il s’agit de l’ancien propriétaire d’une usine qu’un des fils Froment avec sa belle santé et sa fo (...)

il ne leur vient pas un seul instant à la pensée que (...) les ouvriers sont aussi ponctuellement volés qu’ils étaient volés sous le gouvernement malade de Beauchêne22

25Se livrant à une critique idéologique de fond, Péguy cite le texte et montre aisément que les présupposés idéologiques renvoient bien à l’idée d’une domination capitaliste atténuée par l’invocation du flot d’universel amour. Ainsi, le texte précise-t-il à propos d’Ambroise, l’un des fils :

  • 23 Fécondité, cité par Péguy, ibid., p. 251. Sur cette question du traitement des colonies dans le ro (...)

Les frontières n’existaient pas pour lui, il s’enrichissait des dépouilles de la terre, il s’efforçait surtout de tirer des colonies toute la richesse prodigieuse qu’elles pouvaient donner, et cela avec une audace triomphante23

26La conquête des Froment est condamnable pour Péguy parce qu’elle ne renvoie pas aux valeurs du dreyfusisme militant, ni du socialisme, il combat (du moins à cette époque) l’hégémonie colonialiste et ne lit dans ce roman aucune communauté de biens, aucune solidarité, aucune « convergence des âmes collectives », ciment de la Cité future qu’il établit dans son œuvre, Marcel, ou la Cité future, en 1898. Péguy ne veut et ne peut accorder de crédit au fait qu’il s’agit d’une œuvre de fiction et qu’à ce titre certains choix sont aussi fondés par une organisation narrative et fictionnelle. Ainsi la famille, avec ses soubresauts, son évolution, sa pérennité est-elle sans aucun doute un puissant ressort dramatique, et le gage d’une cohérence sur l’ensemble du cycle pour l’auteur. Mais l’existence même d’une famille victorieuse signe l’altération d’un communautarisme, et d’un désintéressement suprême, ferments de la Cité harmonieuse pour Péguy.

27L’image de Zola, qui ne répond pas aux attentes de Péguy, alors que, lui, précisément avait la place, l’audience et le statut suffisants pour faire œuvre de socialisme, est alors ternie. Mais c’était aussi se méprendre fondamentalement sur les intentions de Zola.

28Péguy, avec un certain courage quand tous les dreyfusards choisissaient le consensus louangeur face à Zola, reproche à l’écrivain son absence de clarté, de pertinence et d’audace politique, mais surtout qu’il prête le flan à un désenchantement possible est sans aucun doute plus préjudiciable aux yeux de Péguy. Il tranche donc sentencieusement son article ainsi :

  • 24 ibid., p. 257.

Cette famille en qui nous avions mis nos espérances les plus chères tournait mal, sous nos yeux. Zola n’était pas devenu socialiste. Par quel mystère ce révolutionnaire admirablement ardent avait-il pu ne pas se fondre à son propre feu ? (...) Comment a-t-il pu introduire l’injustice, l’injuste concurrence au plus profond d’un livre écrit en exil ? Cela déçoit l’attente et passe l’entendement. Quand des socialistes ne sont pas révolutionnaires comme Zola, c’est une grande inconséquence. Mais quand un révolutionnaire comme Zola n’est pas socialiste, c’est une grande inutilité.24

29Le jugement est sans appel, Péguy n’évoquera plus aucune œuvre de Zola, l’art étant consubstantiellement lie pour le jeune auteur à un engagement, au service de la révolution socialiste qu’il avait mise en équivalence avec le dreyfusisme.

  • 25 Lettre du 22 janvier 1898, parue dans L’Aurore, voir OC, op. cit., tome xiv, pp. 1041-1043.
  • 26 voir sur cette question l’article d’Yves Vadé, « Jaillissement et répétition dans la prose de Pégu (...)
  • 27 L’expression est de H. Burac.

30Néanmoins si la condamnation est mordante, Péguy est sensible à « l’ordonnance classique » de l’ensemble, celle qu’il avait admirée dans la Lettre au Président de la République et dans celle adressée au Ministre de la guerre25. Il trouve dans ce roman un écho à certains éléments qui deviendront caractéristiques de sa poétique, il évoque « les motifs conducteurs », ces mêmes mots, ces mêmes phrases, inlassablement répétés, à intervalles réguliers, dont le ressassement perpétuel impriment un rythme, un « élan », une captation. Et ces motifs conducteurs proférés précisément germinent, qui s’apparentent à des stances en appellent de nouveaux, prolifèrent dans le texte, tissant un maillage qui enserre peu à peu la fiction et imprime une nouvelle respiration au texte. C’est exactement là que s’inscriront les tentatives scripturales de Péguy26, à la nuance près (et elle n’est pas mince) que pour lui les mots convergents, les parallélismes de structure ont moins le pouvoir de réitérer le même à l’infini, que de suggérer, l’élaboration, les linéaments, les circonvolutions d’une pensée, « son tourbillonnement centripète »27, l’émergence d’une parole.

Je procède par petites touches lentes, mesurées, peu profondes, et je recommence patiemment les mêmes entailles

  • 28 Péguy répondait à une interview du journaliste Jean Raynaud, dans Le Gil Blas du 10 juin 1911, cit (...)

31avoue Péguy28, pour qui écrire est une confrontation tenace avec les mots :

32« Ah ! mon vieux, les mots, les mots, il n’y a rien de comparable » affirme-t-il à un ami. Il m’apparaît, sans faire preuve d’une audace démesurée, que des écritures ultérieures au xxe siècle emprunteront et développeront, pour partie, des chemins assez proches, autour de noyaux, de motifs, tout à la fois redondants et proliférants, qui tisseront la matière même de l’ œuvre, dans une écriture exhibant sa recherche incessante d’exploration des potentialités du langage, et de « l’incantatoire magie » de celui-ci suggérait Claude Simon.

33Même si le dernier Zola est véritablement moins ressassant, moins agrippé à la suggestion des mots que Péguy, ils sont l’un et l’autre sensibles à la résonance infinie d’une voix qui se prolonge, et qui cherche à toujours éprouver le pouvoir de sa singularité, d’une présence à soi et au monde.

34Est-ce parce qu’ils sont l’un et l’autre, l’un plus que l’autre dans une écriture de la persuasion, dans la posture du créateur de sens, l’un aux Cahiers, l’autre en maître du champ de la littérature qu’ils ont en commun le goût de l’abondance du discours, quand d’autres optent pour une rhétorique du raccourci et de l’ellipse. Tout cela est certes possible, mais ils sont aussi l’un et l’autre dans la recherche d’une forme qui tout à la fois permette de signifier l’idée, le principe, dans l’infinité de ses subtilités, mais aussi de faire que le langage reflue sur lui-même, sur sa propre plasticité, pour se faire incantation, litanie ou mélopée.

35Le texte de Péguy, daté de 1898, Marcel, De la cité harmonieuse, s’apparente à un traité utopique qui fonde la Cité que de nombreux dreyfusistes appellent de leurs vœux, il en fixe les principes. Travail aisé, solidarité, partage, harmonie entre l’individu et la collectivité cimentent l’essence de ce traité. Le texte avance par adjonctions progressives d’éléments nouveaux qui réenclenchent la déclinaison des éléments précédents, dont un terme est amené à varier et, ainsi de manière spiralaire fait progresser l’exposé des principes :

  • 29 op. cit., tome i, p. 58.

Les âmes et les corps des travailleurs sont en santé dans la cité harmonieuse parce que les travailleurs ne font pour assurer la vie corporelle de la cité aucun travail qui soit malsain.
La vie corporelle de la cité harmonieuse n’est assurée que par les produits naturels cueillis et par les produits des travaux non malsains.
En leur ensemble ces travaux sont le travail fait pour assurer la vie corporelle de la cité.
Ce travail est fait par les citoyens.
Les femmes ne font pas de ce travail (...)29

  • 30 C’est probablement une des raisons pour lesquelles D. Halévy qualifiait récriture de Péguy d’« imp (...)

36Ces répétitions en boucles, ces réitérations de structures phrastiques qui peuvent intervenir à l’échelle d’un paragraphe ou d’une phrase, ces alinéas systématisés impriment un martèlement certain, non une désaffection du sens, mais une sorte de ruissellement de celui-ci, qui a à voir avec l’aspect doctrinaire du texte, et du personnage même de son auteur. Zola, construisait, lui des fictions utopiques, jouant sur l’émotion, le pathos, le plaisir, mais aussi la persuasion. Il savait davantage se jouer d’une palette d’effets. Mais sans doute plus encore que pour Zola, l’écriture de Péguy mime une tentative d’émergence d’une voix intérieure et de ses modulations30.

37L’acte de Zola, avec « J’accuse », ainsi que la période de l’Affaire sont des éléments fondateurs dans l’archéologie de la pensée de Péguy, et à ce titre, ils subissent aisément une dérivation mythique. Le regard qu’il porte sur l’écrivain sans grande complaisance témoigne non seulement de la position respective de chacun dans le champ de la littérature à cette période, mais aussi d’une question obsédante pour certains jeunes littérateurs de l’époque, comment faire œuvre d’engagement dans le domaine littéraire.

Anmerkungen

1 Lettre à Monsieur Félix Faure, président de la République, Œuvres Complètes, Cercle du Livre précieux, éd. Tchou, 1970, p. 921-931.

2 « Les récentes œuvres de Zola », Œuvres en prose complètes, tome i, édition de R. Burac « Bibliothèque de La Pléiade », Gallimard, 1987, p. 244.

3 ibid., p. 245.

4 Cette expression est empruntée à H. Mitterand.

5 L’Aurore du 23 janvier 1898, cité dans Charles Péguy, OPC, op. cit., p. 45.

6 Œuvres Complètes, tome xiv, op. cit., p. 939.

7 Œuvres en prose complètes, tome ii, op. cit, p. 1283.

8 ibid, p. 361.

9 paru en 1898, le discrédit du personnel politique y est constant, « quel dégoût que cette cuisine parlementaire » s’écrie un personnage à l’issue d’une séance à la Chambre, voir l’édition de J. Noiray, Folio classique, 2002, p. 388.

10 op. cit.. tome i, p. 287.

11 op. cit., tome iii, p. 66, Cahier du 17 juillet 1910.

12 Notre Jeunesse, Gallimard, Idées l969, p. 59.

13 op. cit.,tome i, p. 262.

14 ibid., p. 595, p. 600.

15 Correspondance, tome x, Presses de l’Université de Montréal, éditions « lu CNRS. 1995, p. 168.

16 Cela ne saurait exclure un effet personnel de maturation de l’écrit, qui se nourrit aussi de la force de l’exemple.

17 Ainsi l’article, « L’épreuve » écrit le 26 février/1898 envisage à la fois, dans une construction rigoureuse et une rhétorique travaillée, de rendre compte de la nature du combat, d’en faire l’analyse, de brosser l’état du personnel politique et de définir l’engagement socialiste. OCP, tome i, op. cit.. p. 50).

18 Péguy insiste fréquemment sur la sincérité, élément fondamental de son éthique personnelle et consubstantielle pour lui à toute création. Ainsi, le 15 janvier 1868, évoque-t-il dans la Revue Socialiste « son plan d’un journal vrai », « Nous croyons que c’est à nous, socialistes, qu’il convient de fonder un tel journal. Ce journal serait exactement sincère, il n’embellirait jamais les faits, il n embellirait jamais les espérances mêmes ». OCP tome i, op cit.. p. 44.

19 Lettres du Provincial, op. cit., tome i, p. 296.

20 ibid.. p. 246.

21 ibid., p. 252.

22 Il s’agit de l’ancien propriétaire d’une usine qu’un des fils Froment avec sa belle santé et sa force de travail a rachetée ibid., p. 250.

23 Fécondité, cité par Péguy, ibid., p. 251. Sur cette question du traitement des colonies dans le roman, voir l’article de J. M Seillan, dans Les Cahiers Naturalistes, « l’Afrique utopique de Fécondité », no 75, 2001, pp.183-202.

24 ibid., p. 257.

25 Lettre du 22 janvier 1898, parue dans L’Aurore, voir OC, op. cit., tome xiv, pp. 1041-1043.

26 voir sur cette question l’article d’Yves Vadé, « Jaillissement et répétition dans la prose de Péguy », Modernités no 15, pp. 107-120.

27 L’expression est de H. Burac.

28 Péguy répondait à une interview du journaliste Jean Raynaud, dans Le Gil Blas du 10 juin 1911, cité par R. Burac op. cit, t III, « Avertissement », p. 23, et par J. Bastiaire « Les premiers lecteurs de Péguy » in Péguy écrivain, Klincksieck, Paris, 1977, p. 40. Il rapprochait « son système de travail intellectuel » du travail du bois qu’il avait connu dans son milieu d’origine.

29 op. cit., tome i, p. 58.

30 C’est probablement une des raisons pour lesquelles D. Halévy qualifiait récriture de Péguy d’« improvisation riche et pourtant composée ».

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search