Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les impacts du changement climatique en Aquitaine

 | 
Hervé Le Treut

Contexte et enjeux du climat pour l’Aquitaine

Chapitre 2 : Du climat du passé au climat du futur

Francis Grousset

Texte intégral

1Coordination  : Francis Grousset

2Rédacteurs  : Pascal Bertran, Bérangère Clavé-Papion, Anne Colin, Emmanuel Garnier, Dominique Genty, Sandrine Lavaud, Maria-Fernanda Sanchez-Goñi, Jean-Pierre Tastet, Florence Verdin

3Contributeurs  : Jean-Claude Duplessy, Olivier Girardclos, Laurent Londeix, Jacques Maugein, Sébastien Zaragosi

Avant d’entrer dans le détail de la description des impacts du changement climatique en cours ou à venir sur l’environnement aquitain, – impacts qui seront examinés dans les prochains chapitres –, nous avons souhaité décrire le climat que l’Aquitaine a connu avant le début de l’ère industrielle, soit jusqu’au milieu du XIXsiècle.
Ce chapitre décrit donc l’histoire du climat aquitain. Certains milieux de l’environnement aquitain ont gardé la mémoire de cette histoire climatique ancienne : les scientifiques savent désormais décrypter une grande partie des messages contenus dans nombre de témoins endormis : sédiments, pollens, cernes des arbres, traces archéologiques, écrits historiques, etc. Leur étude révèle que depuis plus de 100 000 ans, tout comme partout ailleurs sur la planète, le climat a oscillé naturellement entre des périodes « froides » et souvent sèches et des périodes « chaudes » et souvent humides. Ces cycles lents, naturels, ont été aussi interrompus par des accidents climatiques brefs mais intenses. Durant ces périodes, les populations locales – les chasseurs-cueilleurs paléolithiques, puis l’homme moderne –, ont dû s’adapter à des changements qu’ils subissaient sans pouvoir en infléchir le cours.
En reconstituant l’histoire de la variabilité climatique régionale de l’Aquitaine, nous avons rencontré des situations extrêmes : parmi elles, certains épisodes chauds peuvent servir d’analogues du climat vers lesquels nous pourrions bien évoluer durant le XXIe siècle.

Introduction

  • 1 Au lieu de dire « il y a 125 000 ans », on dit par convention « 125 000 ans B.P. » (Before Present(...)

4Pourquoi introduire un chapitre sur le climat passé de l’Aquitaine, dans un ouvrage qui traite du climat futur ? De nombreux experts, dont en particulier ceux du GIEC, considèrent que les perturbations du climat liées à l’activité humaine ont débuté vers 1850, au moment de l’initiation de la révolution industrielle. Auparavant, la variabilité du climat était seulement induite par des facteurs naturels, d’origine essentiellement astronomique. Ainsi, examiner le climat passé de l’Aquitaine peut nous donner une idée de l’intensité des extrêmes climatiques froids ou chauds, secs ou humides, qui ont prévalu dans notre région de manière tout à fait naturelle. La Terre a connu des périodes chaudes, ou interglaciaires, l’avant dernière vers 125 000 ans B.P.1 et la dernière ayant débuté vers 11 000 ans B.P. Elles ont alterné avec des périodes glaciaires, le dernier maximum de glace ayant été atteint vers 21 000 ans B.P. Ces grandes tendances naturelles ont été ponctuées par des accidents climatiques rapides.

5Dans l’environnement aquitain, il existe des témoins de cette histoire climatique ancienne : le pollen dans les sédiments marins et lacustres, les stalactites des grottes, les anneaux des arbres, les traces archéologiques, les écrits historiques, etc., qui représentent autant de sources d’information au sein de cette vaste « bibliothèque ». Les scientifiques, dans une démarche semblable à celle de Champollion face à la pierre de Rosette, savent déchiffrer les messages climatiques que contiennent ces témoins endormis.

6Dans ce chapitre, nous décrivons l’état de la connaissance sur le climat passé de l’Aquitaine en tentant de préciser l’amplitude de sa variabilité naturelle, qui prévalait avant l’intervention de l’homme. Le plan utilisé consiste à débuter l’histoire il y a ~ 125 000 ans, durant l’avant dernière période chaude qu’à connue l’Aquitaine, puis à avancer progressivement jusqu’à nos jours, en traversant la dernière période glaciaire dans laquelle l’Aquitaine a plongé jusqu’à il y a ~ 18 000 ans, pour décrire enfin la sortie de la glaciation et la période « tempérée » actuelle appelée Holocène. Chaque fois que cela est possible, nous tentons de préciser quels ont été les impacts sur les populations établies dans la région.

I- L’avant-dernier interglaciaire en Aquitaine (de ~ 125 000 B.P. à ~ 75 000 ans B.P.), une période « chaude »

  • 2 La dernière période interglaciaire est l’Holocène : elle a débuté il y a un peu plus de 11 000 ans

7L’avant-dernière période interglaciaire2 (de ~ 125 000 B.P. à ~ 75 000 ans B.P.) a été une période globalement chaude, entrecoupée de deux périodes plus froides. Durant cet interglaciaire, la période la plus chaude a duré ~ 5000 ans (de ~ 130 000 B.P. à ~ 125 000 ans B.P.) : elle est dénommée Eémien par les spécialistes.

8Durant l’Eémien, en été, le climat de l’Atlantique Nord était plus chaud que maintenant et sous l’effet d’une fonte substantielle d’une partie du Groënland et de l’Antarctique [1] le niveau marin était plus élevé de quelques mètres à l’échelle du globe, probablement de 6 m [2]. A l’échelle globale, la température moyenne aurait été 3 à 5 °C plus élevée qu’à l’actuel, ce qui fait de cette période un bon analogue du climat vers lequel on pourrait se diriger. En Aquitaine, il ne reste plus de témoins directs de cette surélévation, qui l’a pourtant vraisemblablement affectée : des observations faites dans les zones côtières atlantiques de la Péninsule Ibérique révèlent des niveaux marins plus élevés qu’actuellement.

9Quel était alors le climat de l’Europe, en particulier en Aquitaine ? Le climat de l’Aquitaine peut être reconstruit à partir de l’étude des sédiments accumulés dans le golfe de Gascogne, car ils ont gardé la mémoire des événements successifs qui ont caractérisé cette région. L’étude d’une séquence sédimentaire récupérée dans les fonds marins localisés à ~ 150 km au large du littoral aquitain, a révélé la présence de plusieurs indicateurs climatiques terrestres tels que les pollens ou les micro-charbons, ou planctoniques marins notamment des organismes unicellulaires calcaires (les foraminifères) ou des algues unicellulaires (les dinoflagellés). Leur analyse a permis de reconstituer les changements de la végétation et du climat de cette région et des températures des eaux de surface qui baignaient les rivages. En particulier, les grains de pollen amenés surtout par voie fluviatile et par les vents, se font l’écho de la végétation qui s’est développée principalement dans les bassins de l’Adour, de l’ensemble Dordogne/Garonne et de la Loire.

Figure 1 : Durant l’Eémien (de ~ 130.000 à ~ 125.000 ans B.P.), la température de l’Aquitaine était plus élevée de 2 à 3 °C par rapport à l’actuelle. Les forêts étaient largement composées de chênes à feuillage caduc (~50 % ; [3], modifié).

10Cette étude montre que durant l’Eémien, le Sud-Ouest de la France était dominé par une forêt tempérée à feuillage caduc (ex. : chênes, noisetiers), impliquant des températures estivales plus chaudes de ~ 2 °C qu’à l’actuel (Figure 1) et des précipitations bien réparties au cours de l’année, atteignant ~ 150 mm durant les étés [3]. En été, les températures des eaux de surface du golfe de Gascogne atteignaient des valeurs semblables aux valeurs actuelles, de l’ordre de ~ 20 °C. À la différence de l’Eémien, les simulations des modèles climatiques pour la fin du siècle révèlent des sécheresses estivales importantes en Aquitaine, avec ~ 25 % de précipitations en moins. Or, cette sécheresse sera probablement responsable de la colonisation de cette région par des espèces méditerranéennes (avec une prépondérance du chêne vert), ainsi que cela est simulé par les modèles de végétation de l’INRA [4] (voir chapitre 5.2).

  • 3 CO2 = dioxyde de carbone (usuellement : gaz carbonique).

11Il est important de souligner que, bien que le climat de l’Eémien soit souvent considéré comme un analogue du climat actuel et à venir, les causes du réchauffement Eémien et celles du réchauffement en cours sont très différentes : l’insolation durant l’Eémien et l’excès de CO2 anthropique3 actuellement. Ainsi, leurs effets ne sont pas les mêmes en chaque point de la planète, ce qui explique que l’Eémien ne soit pas un analogue parfait du climat futur.

La palynologie (science des pollens).
L’analyse des grains de pollen et spores des séquences sédimentaires anciennes est le meilleur moyen pour reconstituer l’histoire de la végétation. Chaque plante produit un type caractéristique de grain de pollen ou spore. Ces grains se déposent dans les sédiments où ils se conservent grâce à leur résistance à la corrosion. Extraits à l’aide de techniques de laboratoire sophistiquées ces grains sont identifiés au microscope optique. Les spectres polliniques fossiles, c’est-à-dire la fréquence des grains de pollen et spores des différentes espèces végétales dans un échantillon donné, sont interprétés en termes de végétation en s’appuyant sur la représentation pollinique des formations végétales (biomes) actuelles. Les différents biomes actuels étant distribués selon des paramètres climatiques, il est possible de remonter de l’assemblage pollinique fossile au climat du passé et à l’estimation des paléo-températures et paléo-précipitations : on fait alors de la paléo-palynologie.

II- De 75 000 à 15 000 ans B.P., l’Aquitaine s’enfonce lentement dans un climat glaciaire

12Les Néandertaliens et les hommes anatomiquement modernes ont traversé la dernière période glaciaire caractérisée par un fort développement de calottes polaires et par des zones englacées qui couvraient la quasi-totalité du nord de l’Europe et des îles britanniques. On sait désormais que cette longue période n’a pas été uniforme du point de vue climatique. Elle a été marquée par des changements thermiques très rapides et de forte amplitude, pouvant atteindre par exemple entre ~ 6 et ~ 16 °C dans l’atmosphère du Groënland. Ces changements, appelés les cycles de Dansgaard-Oeschger d’après les noms de leurs découvreurs, ont donné lieu à une quarantaine de pulsations climatiques très rapides [5]. À ces phases sont associées des variations de la température des eaux de surface de l’Atlantique Nord [6] et des changements du climat sur le continent européen (Figure 2) [7]. Ces pulsations ont duré quelques millénaires et le passage d’un épisode froid (stade) à un épisode tempéré (interstade) semble avoir été très rapide, de l’ordre de quelques décennies, parfois moins ! Certains de ces épisodes froids ont été accompagnés d’une arrivée massive d’icebergs dans le golfe de Gascogne, en provenance de la calotte de glace qui recouvrait le Canada. Ces débâcles d’icebergs, les événements d’Heinrich, ont été brutales : chacune aurait duré de l’ordre du siècle [8], voire quelques millénaires.

13L’étude des sédiments du golfe de Gascogne a permis de montrer que chaque événement d’Heinrich est synchrone du développement rapide (<100 ans), d’une steppe à graminées de « type Europe centrale » au détriment de la forêt de pins [9]. On estime qu’au cours de ces événements la température moyenne du mois le plus froid était dans cette région de ~ 10 à ~ 15 °C plus basse que l’actuelle et que les précipitations annuelles ont diminué de 50 %. La température de l’eau de surface de la mer était également très basse : ~ 10 °C de moins qu’actuellement. Les épisodes tempérés et humides intercalés entre les phases froides ont vu, au contraire, le développement de la pinède et en moindre mesure du bouleau et du chêne caducifolié. La végétation en Aquitaine a répondu rapidement aux changements climatiques du Groënland et de l’Atlantique Nord. Par conséquent, les ressources végétales et animales associées ont été bouleversées de façon répétée, ainsi que certainement les stratégies de subsistance de nos ancêtres paléolithiques et leur démographie.

  • 4 U-Th : âges dérivés de la mesure des proportions relatives des isotopes de l’uranium et du thorium

14Ces variations rapides du climat sont également reconstituées par le traceur indépendant qu’est la composition isotopique des concrétions des grottes que sont les stalagmites. En effet, les proportions d’atomes lourds et légers du carbone et de l’oxygène de la calcite qui les constituent sont liées à la température, à l’humidité et à la densité de la végétation au-dessus de la grotte. Ces variations peuvent être replacées sur une échelle chronologique précise grâce aux datations U-Th4. Le site de la grotte de Villars (Dordogne) est un des rares sites d’Aquitaine à avoir fourni des courbes paléo-climatiques détaillées pour les derniers ~ 90 000 ans [10][11][12]. Les stalactites et le pollen permettent d’identifier deux réchauffements très intenses dans cette région vers ~ 55 000 ans B.P. (GI 14) et ~ 45 000 ans B.P. (GI 12) et deux périodes de refroidissement et de sécheresse, marquées par l’absence de dépôt de calcite et datées entre ~ 61 000 et ~ 67 000 ans B.P. et entre ~ 30 000 et ~ 16 000 ans B.P.

Figure 2 : Dans une carotte sédimentaire prélevée dans le golfe de Gascogne, on observe qu’en Aquitaine, durant l’intervalle ~ 41 000-34 000 ans B.P., deux phases climatiques froides (photo de gauche et bandes bleues) ont alterné avec trois phases tempérées (photo de droite et bandes blanches). Les phases froides marquées par la réduction de la forêt de pins et de bouleaux coïncident avec l’arrivée dans le golfe de Gascogne d’icebergs provenant du Canada [9].

L’extremum glaciaire (entre ~ 25 000 et ~ 15 000 ans B.P.)

15Au moment du dernier maximum glaciaire, la calotte polaire arctique recouvrait le nord de l’Europe, les glaciers des Alpes descendaient jusqu’à Lyon et ceux des Pyrénées jusqu’à Arudy (Pyrénées-Atlantiques). Le niveau de la mer était à environ 120 m en dessous du niveau actuel et le rivage était repoussé à ~ 50 km au large. Dans le sud de l’Aquitaine, la déglaciation de la haute montagne pyrénéenne a dû s’achever il y a environ 15 000 ans [13][14].

16Durant le dernier épisode glaciaire (Figure 3), les Landes étaient une vaste étendue sableuse parsemée de champs de petites dunes en croissants de hauteur métrique. Au-delà de la Garonne vers l’est et de l’Adour vers le sud, les particules plus fines (lœss) entraînées à haute altitude par les tempêtes (Figure 4) se sont déposées pour former des accumulations sur les reliefs où une végétation steppique s’est alors développée.

Figure 3 : A- L’Aquitaine au dernier maximum glaciaire ; outre la présence d’une calotte de glace sur les Pyrénées, on note que le rivage aquitain était situé 50 à 100 km plus au large, du fait de la baisse du niveau marin (~120 m) ; nos ancêtres chasseurs cueilleurs y côtoyaient cerfs et bisons. B- L’Aquitaine actuelle.

Figure 4 : Tempête de sable actuelle en Syrie (photo E. Nicoud), semblable à celles qui affectaient l’Aquitaine pendant le dernier maximum glaciaire.

  • 5 OSL : Luminescence Stimulée Optiquement.

17La datation par la méthode OSL5 [15] des épandages sableux indique que le désert a été principalement actif entre environ ~ 15 000 et ~ 25 000 ans B.P., c’est-à-dire grosso modo pendant le dernier maximum glaciaire (Figure 5) [16]. La documentation archéologique montre qu’à cette époque, les Landes étaient à peu près complètement désertées par les chasseurs-cueilleurs paléolithiques.

18Quel était le climat au temps de la grotte de Lascaux ? Malgré la difficulté d’attribuer une chronologie à l’occupation humaine de la grotte de Lascaux, la datation14C de la couche archéologique a livré un âge de ~ 17 000 ans B.P. Cette datation suggère que les artistes de Lascaux ont réalisé au moins une partie des peintures préservées dans ce sanctuaire paléolithique lors du dernier maximum glaciaire [17]. L’étude de la répartition des pollens révèle une forte réduction de la végétation en Europe (Figure 6).

Figure 5 : Datations du Sable des Landes (leur enveloppe est soulignée en jaune). Ces dates regroupent : 1) des dates obtenues par la technique du radiocarbone ( 14 C 8 ) appliquée à des charbons de bois, qui donnent l’âge des périodes pendant lesquelles une végétation ligneuse se développait dans les Landes. 2) des dates obtenues sur les grains de sable (technique OSL), qui donnent l’âge de la mise en place des édifices dunaires ou du remplissage des fentes de gel. Les périodes tempérées sont indiquées en gris, les périodes froides en blanc ([16], modifié). Pour comparaison, la courbe climatique livrée par la carotte de glace NorthGRIP (Groënland) est reportée en bleu

19Cette période, caractérisée par une extension maximale des calottes polaires scandinaves et américaines n’est pas bien connue du point de vue climatique en Aquitaine à cause de la rareté des enregistrements paléoclimatiques. Ces enregistrements proviennent surtout des Pyrénées occidentales et montrent la dominance de formations steppiques [18]. Les modèles climatiques simulent des températures et précipitations bien inférieures aux actuelles. Les températures moyennes des mois les plus froids étaient de ~ 10 °C inférieures aux températures hivernales actuelles [19]. Les précipitations qui oscillaient autour de ~ 75 mm en été, ont permis néanmoins la présence de quelques zones refuge pour des arbres caducifoliés tolérants au froid [20].

Figure 6 : Comparativement à la période actuelle Holocène, on observe que la végétation au temps de Lascaux était extrêmement réduite, ainsi qu’en témoigne la faible abondance des pollens.

III- Entre ~ 15 000 et ~ 11 000 ans B.P., l’Aquitaine sort lentement du climat glaciaire

20La fin de la dernière glaciation est marquée par une série d’oscillations climatiques brutales, alternativement tempérées et froides, liées aux perturbations de la circulation océanique provoquée par la vidange de gigantesques lacs glaciaires accompagnant le retrait de la calotte nord-américaine. Cette période, dite Tardiglaciaire, reste relativement mal connue en Aquitaine. Deux enregistrements paléoclimatiques obtenus dans des tourbières, l’un en Dordogne [21], l’autre dans les Pyrénées occidentales [22], montrent que le premier millénaire de cette période voit le développement des prairies et de quelques arbres pionniers (pins, genévriers, bouleaux). Les températures reconstituées à partir des faunes de coléoptères indiquent que les températures hivernales restent basses et comprises entre-5 et-10 °C pour le mois le plus froid, tandis que les températures estivales augmentent de manière significative par rapport au maximum glaciaire et atteignent ~ 15 à ~ 20°C en Dordogne. Le millénaire suivant marque la première véritable recolonisation du paysage par la forêt, encore largement dominée par le pin. Cette recolonisation est momentanément interrompue vers 12 500 ans B.P. par un épisode froid qui dure environ un millénaire, – le Dryas récent –, marqué par une chute des températures estivales de ~ 5 à ~ 7 °C [22]. Dans les Landes, des dunes « en croissant » se développent alors autour des rivières (Leyre, Ciron).

21Par comparaison avec la situation qui prévalut pendant le maximum glaciaire, les archives archéologiques montrent que les Landes sont recolonisées vers 14 000 ans B.P. par les chasseurs-cueilleurs de la fin du Paléolithique, la zone sableuse ne semblant plus exercer de contrainte sur le peuplement (Figure 7). Cette période voit en effet le développement de la forêt sur l’ensemble de la région, qui selon les analyses de charbons de bois retrouvés dans les sols [16] et de pollens tombés dans les tourbières [23] est dominée par les pins sylvestres.

IV- L’Aquitaine durant la période « chaude » actuelle (Holocène)

A- L’Aquitaine à l’Holocène inférieur (de ~ 11 000 à ~ 5000 ans B.P.)

22Les informations climatiques sur cette période sont obtenues à partir d’enregistrements variés : séries sédimentaires marines, de marais littoraux, de stalactites des grottes de Dordogne, ou de séries polliniques conservées dans les tourbières des piedmonts pyrénéens.

23L’étude de l’évolution des pollens contenus dans les dépôts sédimentaires lacustres et les tourbières du sud aquitain, permet de reconstituer l’évolution des peuplements végétaux au cours de l’Holocène ; ainsi, l’installation du chêne dans les Pyrénées aurait débuté vers 10 000 à 12 000 ans B.P. [24], avant celle du hêtre qui remonterait à seulement ~ 4 à 5000 ans B.P. À partir de ~ 9000 ans B.P., un réchauffement atmosphérique progressif avec une augmentation de l’humidité s’est produit en domaine côtier comme en domaine continental de plaine [25], ainsi que dans les Pyrénées, comme en témoignent une augmentation des chênes et des noisetiers [26] et une intensification de la fréquence des incendies naturels [27]. L’étude de dépôts carbonatés de la grotte de Lascaux révèle qu’un climat particulièrement humide s’est mis en place durant cette période [28], confirmant une tendance observée en Europe [29] et surtout autour de la Méditerranée [30].

24Durant cet optimum climatique holocène, la température aurait été plus élevée de ~ 2 °C que durant notre ère en Europe du nord et en zone montagneuse ; il semblerait qu’un radoucissement moins marqué a concerné la plaine Aquitaine [31]. Hormis sur la bande côtière, les sables landais sont alors à peu près totalement fixés par la végétation pendant l’Holocène. C’est à cette époque que le niveau de la mer atteint une altitude proche de l’actuelle. Dans certaines régions du globe le niveau de l’océan a pu atteindre un niveau plus élevé de ~ 1 à 2 m [32]. Toutefois, en Aquitaine il ne semble pas que, malgré la déglaciation, le niveau marin ait dépassé le niveau actuel. Les vallées latérales à l’estuaire de la Gironde et les dépressions côtières étaient alors ennoyées, donnant à l’estuaire un aspect d’embouchure très découpée de type ria. C’est à partir de cette période que les baies latérales ont commencé à être colmatées par les apports sédimentaires fluviatiles, créant sur leurs rives les palus et les mattes. Ces baies autrefois ennoyées se continentalisent alors et la forme de l’estuaire évolue, prenant progressivement sa configuration actuelle en entonnoir (Figure 8).

Figure 7 : a. Distribution des sites du Paléolithique supérieur (~35000 - 13 000 ans B.P.) en Aquitaine ; b. Distribution des sites de l’Épipaléolithique et du Mésolithique (~13000 – 8 000 ans B.P.) en Aquitaine, d’après la base de données Patriarche élaborée par le Service Régional de l’Archéologie : les populations humaines recolonisent les Landes qui reverdissent.

Figure 8 : Évolution probable de l’estuaire de la Gironde au cours des derniers millénaires. Il y a ~ 6000 ans, les eaux envahissaient davantage les vallées anciennes ; par la suite, l’envasement progressif de ces vallées a entraîné leur comblement et leur colonisation progressive par des activités agricoles.

B- Le climat de l’Aquitaine durant les derniers millénaires6

Que nous apprennent les sédiments continentaux (marais, tourbières) ?

25L’analyse des carottes sédimentaires des marais de l’Aquitaine nord montre que vers ~ 3000 ans av. J.-C. [33] (Figure 9), les baies latérales de l’estuaire étaient plus ou moins comblées et les sédiments apportés en suspension par la Garonne et la Dordogne étaient expulsés en mer, notamment à la faveur des forts coefficients de marée. Ces apports, composés de particules fines argileuses, sédimentaient sur le plateau continental dans ce qu’il est convenu d’appeler les vasières « ouest-et sud-Gironde ». Une quantité non négligeable de particules en suspension restait cependant à l’intérieur de l’estuaire, sédimentant le long des rives et l’encombrant de nombreuses îles. Il faut noter que depuis plusieurs millénaires, l’estuaire n’expulse plus de sable vers l’océan, dont les plages non « réalimentées » subissent désormais une intense érosion (cf. chapitre 6.1).

Figure 9 : L’étude de la composition isotopique du plomb contenu dans les sédiments des marais estuariens (Saint-Ciers et La Perge) a permis de dater ces accumulations sur les cinq derniers millénaires et de replacer alors dans un contexte temporel régional, l’histoire climatique qu’elles recèlent.

Que nous apprennent les dunes et les paléosols ?

26Les études récentes sur le cordon des dunes côtières, qui séparent les lacs de l’Océan [34][35][36], ont permis de dater les périodes de leur mobilité et donc de reconstituer les différents climats qui ont jalonné l’Aquitaine au cours des 2 000 dernières années.

  • À Grayan-et-l’Hôpital, le site archéologique de la Lède du Gurp a permis de reconstituer la transformation d’un milieu lagunaire en marécage vers ~ 8000/6000 ans av. J.-C. (Mésolithique) et l’évolution de celui-ci jusqu’à l’époque romaine (Ier-IIIe siècles) [25]. Trois grandes phases d’ensablement ont été identifiées, la première datée vers ~ 3500 ans av. J.-C. (le Néolithique moyen), la seconde vers ~ 2200/1800 ans av. J.-C. (le Chalcolithique), la dernière vers ~ 800 ans av. J.-C., entre la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer.
  • Sur la face au vent de la dune du Pilat, alternent des niveaux de sables mis en place par le vent, et des sols fossiles – paléosols – témoins d’un développement de la végétation. Le sable mobilisé, les dunes se mettent alors en place au cours de périodes ventées et froides. Au contraire, les paléosols, reflètent des conditions climatiques humides et des températures relativement douces [38]. La chronologie des périodes de végétalisation et des périodes de retour du sable a pu être reconstituée avec précision (Figure 10).

Figure 10 : Coupe synthétique de la dune du Pilat. La face au vent de la dune exposée à l’océan révèle des discontinuités (en noir) qui sont des sols anciens. Ceux-ci témoignent de périodes de développement de la végétation (prairies ou forêts) ; ils alternent avec des phases d’accumulation du sable. 1. vers 1860 ans av. J.-C., le Paléosol 1 est recouvert de sable pour la première fois ; 2. pendant la fin des temps préhistoriques, plusieurs niveaux sableux alternent avec des périodes de développement de la végétation (Paléosol 2) ; 3. durant la période historique, trois générations de dunes vont se superposer. Une dune primaire s’installe pendant la Période Sombre Médiévale (entre 500 et 1000 ans ap. J.-C.) ; elle se termine par le Paléosol 3, qui se développe entre 1000 et 1500 ans ap. JC ; 4. durant le Petit Âge Glaciaire, une dune moderne, la « dune de La Grave », se met en place (à partir de 1500 ans ap. J.-C.). Des semis de pins opérés à partir de l’année 1801, date du décret du Premier Consul Bonaparte ordonnant leur fixation [37], fixent alors la dune (Paléosol 4) ; 5. enfin, la dune du Pilat actuelle dérive de la dune de la Grave, qui s’est remise en mouvement vers la deuxième moitié du XIXe siècle. Ces résultats témoignent de la forte concordance entre les données des datations des dunes et des paléosols et les données archéologiques et historiques concernant le climat au cours des 4000 dernières années. Les âges indiqués en noir sont une moyenne d’âges 14  C obtenus sur les paléosols et les âges indiqués en rouge ont été obtenus par LIRS 1 sur des grains de sable (J.-P. Tastet).
1. IRSL : Luminescence Stimulée par Infra-Rouge.

27Enfin, dans les Landes, quelques dunes isolées ont pu être remobilisées au Petit Âge Glaciaire, mais pour partie en raison de l’impact anthropique sur la végétation.

Que nous apprennent les données archéologiques, du Néolithique au Moyen Âge (entre ~ 5000 ans av. J.-C. et ~ 500 ans ap. J.-C.) ?

28L’archéologie peut apporter sa contribution à la connaissance des épisodes climatiques car les sociétés agro-pastorales qu’elle étudie présentent généralement une forte réactivité aux changements climatiques, en particulier dans des milieux « extrêmes » telles que les zones de montagne. Les cartes de répartition des sites reflètent l’évolution du peuplement, faisant apparaître selon les époques des vides ou au contraire des zones de densité qui peuvent être mises en relation – entre autres – avec le milieu environnant. D’autre part, même si l’action de l’homme, à partir du Néolithique, tend à occulter graduellement les effets des changements climatiques sur le paysage, des recherches interdisciplinaires associant archéologues et environnementalistes (ex. géomorphologues, sédimentologues, palynologues etc.) peuvent révéler des phénomènes tels que les modifications de la végétation, les effets de crue, l’élévation ou la baisse du niveau fluvial ou marin. Quelques-unes de ces recherches ont été menées ou sont en cours, dans la partie nord de l’Aquitaine, les Landes et les Pyrénées. À ce stade, il est cependant difficile de tirer des conclusions générales en termes d’évolution climatique.

Les lacs littoraux

  • 7 NGF = Nivellement Général de la France.

29Les recherches menées dans le lac de Sanguinet ont permis de dater différentes étapes de la remontée du plan d’eau depuis une période comprise entre ~ 2500 et ~ 1000 av. J.-C., où celui-ci se situait à + 5 m NGF7 jusqu’à aujourd’hui où il culmine à + 21 m. Cet exhaussement, dû à la mise en place de la barrière des dunes côtières qui a encombré, puis fermé, l’embouchure de La Gourgue, petite rivière qui aujourd’hui se jette dans le lac [39]. Les plus anciens témoins archéologiques tels que des pirogues et des habitats ont été découverts sous l’eau, à 15 m de profondeur. Des habitats de l’Âge du Fer, les cabanes du Put-Blanc (VIIIe-IVs. av. J.-C.), se trouvent à ~ 13 m de profondeur tandis que le village fortifié de l’Estey du Large (IVe-Ier s. av. J.-C.) est à ~ 8 m de profondeur. Enfin, à ~ 5 m de profondeur, se trouve la petite agglomération romaine de Losa (Ier-IIIe s. apr. JC). Le lac de Biscarosse-Parentis, moins bien étudié, semble avoir connu une évolution analogue (Figure 11).

Figure 11 : Évolution du lac de Sanguinet. Vers 2000 ans av. J.-C. une lagune dont la « pointe » orientale se situait au plus profond du lac actuel, était largement ouverte sur l’océan. Ce n’est qu’après le début de la période historique que cette lagune s’est fermée pour donner naissance à un lac. Le niveau de ce lac s’est progressivement élevé, en particulier par suite de la mise en place des dunes côtières. Une première génération de dunes, dites primaires, a été mobile durant la période sombre médiévale (entre ~ 500 et ~ 1000 ap. J.-C.), avant de se couvrir naturellement d’une forêt, qui deviendra la « forêt usagère » durant l’optimum climatique médiéval (entre 1000 et 1500 ap. J.-C.). Une deuxième génération de dunes, dites modernes, envahie les dunes primaires durant le « petit âge glaciaire » (à partir de 1500 ap. J.-C.). Ces dernières ont été fixées par semis de pins à partir du début du XIXe siècle, donnant ainsi naissance à la « forêt domaniale » (J-P. Tastet, UB1).

L’estuaire et la basse vallée de la Garonne

30Dans le Médoc, la carte des sites archéologiques de l’Âge du Fer et de l’époque romaine (VIIIe siècle av. J.-C. - VIe siècle ap. J.-C.) montre une répartition privilégiée sur des points plus ou moins élevés mais toujours en dehors des anciens marais estuariens. Si les recherches géo-archéologiques sont moins développées que sur la rive droite, il semble cependant que le comblement de ceux-ci était achevé avant l’époque romaine (Ier siècle), voire même dès l’Âge du Bronze entre ~ 2200 et ~ 800 ans av. J.-C. [40]. Ces terres inoccupées étaient peut-être encore saisonnièrement ennoyées (Figure 12).

31En rive droite, le marais du Blayais, comblé de tourbes, attire de nombreuses implantations dès le Néolithique, entre ~ 3500 et ~ 2000 ans av. J.-C. [41]. Entre le Bronze final et le second Âge du Fer, de ~ 2000 à ~ 500 ans av. J.-C., le marais est envahi par l’eau. À la fin de l’Âge du Fer (IIe-Ier siècle av. J.-C.), de nombreux établissements spécialisés dans la production du sel s’installent. C’est le début d’un processus de colmatage qui se poursuit jusqu’à assèchement complet au XVIIe s.

32Les travaux sur la Garonne sont encore très peu nombreux et les informations, partielles, délicates à interpréter. À Bordeaux, si l’archéologie a mis en évidence l’élévation de la plate-forme portuaire de près de ~ 1,10 m entre le XIIe et le XIVe siècle, on ne sait si cela résulte d’une hausse du niveau relatif des plus hautes mers de vives eaux, comme le propose une étude récente [42], ou plutôt d’un envasement de la Garonne qui aurait provoqué localement la remontée de son niveau moyen. De même, le village de l’Isle-Saint-Georges situé à ~ 15 km au sud de Bordeaux, très exposé aux crues du fleuve, a connu depuis son installation, au début du Ier millénaire av. J.-C., des phases d’expansion et de repli. À ce jour, on ne peut pas encore distinguer quelle est la part, dans ce processus, des épisodes de dégradation ou d’amélioration climatique telles que des fluctuations des zones humides en fonction de crues plus ou moins fréquentes, ou de marées plus ou moins fortes, de celle des phénomènes purement socio-économiques (Figure 13).

Figure 12 : Cartographie des sites archéologiques de l’Âge du Fer (cercles rouges) et de l’époque romaine (cercles verts) dans le Médoc et aux abords de l’estuaire de la Gironde et de l’Entre-deux Mers : le fond coloré est la carte géologique régionale.

Figure 13 : Sondage géomorphologique réalisé en 2010 à Isle-Saint-Georges (33). A. Des échantillons de sédiments sont prélevés dans les couches archéologiques au sommet du sondage. B. Cette opération a permis de mettre en évidence un ancien chenal de la Garonne (vraisemblablement actif au milieu du premier millénaire av. J.-C.) et complètement colmaté avant le début de notre ère (Clichés de S. Lescure).

Que nous apprend l’histoire sur le climat des 2 000 dernières années8 ?

  • 8 À partir de ce paragraphe, les dates sont toutes exprimées « ap. J.-C. ».

33L’introduction du climat comme objet d’histoire amorcée par l’ouvrage d’Emmanuel Le Roy Ladurie [43], de même que le développement récent de l’histoire environnementale ont accompagné les avancées des sciences de la nature. L’historien privilégie les rapports entre paramètres climatiques et processus économiques et sociaux mais, pour mettre en évidence ces relations causales et fonctionnelles, il ne dispose, pour les périodes antérieures au XIXe siècle, que de données lacunaires et dispersées, qu’elles soient des indices matériels tels que des données dendrochronologiques, palynologiques, avancée ou recul des glaciers ou bien anthropogènes, telles que des données textuelles phénologiques (récoltes, prix, crises de subsistance, épidémies, observations des chroniqueurs). Les sources textuelles colportent, le plus souvent, les événements météorologiques extraordinaires au détriment des données régulières et précises.

34A l’échelle globale, il existe un consensus large pour distinguer plusieurs phases climatiques majeures durant la période historique.

  • Après une période gallo-romaine chaude, succède, du IVe au VIIIe siècle une détérioration générale du climat, marquée par la fraîcheur et l’humidité. Grégoire de Tours, principal chroniqueur de la période mérovingienne, fait état de famines et d’épidémies consécutives aux mauvaises récoltes, que les découvertes anthropologiques ont confirmées. Un retournement de cette mauvaise conjoncture climatique s’amorce dès la seconde moitié du VIIe siècle.
  • Du VIIIe siècle jusque vers l’an 1300, c’est l’« Optimum Climatique Médiéval », une période chaude scandée de phases plus courtes ; en l’Europe du Nord, ce sont des hivers rudes avant 1160, puis un climat hivernal moyennement froid jusqu’en 1350, des étés secs de 1200 à 1310 encadrés par des phases de pluviosités abondantes. Elle est marquée par un remarquable essor démographique et agricole, dont l’apogée se situe au XIIIe siècle, avant que n’intervienne une brusque dégradation climatique sensible dès les premières décennies du XIVe siècle.
  • Les crises de la fin du Moyen Âge sont un préambule au « Petit Âge Glaciaire » qui débute vers 1450 et perdure jusqu’à la première moitié du XIXe siècle. Cette période climatique froide est concomitante d’une avancée des glaciers. Elle est marquée par une baisse des températures et des hivers rudes dont l’optimum se situe dans la seconde moitié du XVIIe siècle avec des famines et des épidémies.

Comment le climat Aquitain s’inscrit dans ce cadre général ?

35Les avancées de l’histoire du climat n’ont pas véritablement été suivies d’effets en Aquitaine et n’ont pas jusqu’à présent généré de programme de recherche. Seuls des relevés ponctuels dans les archives textuelles ont été faits sans donner lieu à un recensement systématique ni à une analyse approfondie des données climatologiques. Celles-ci peuvent être mentionnées dans des sources de toute nature : actes fonciers, comptabilités, registres du Parlement, délibérations municipales, etc., mais aussi chroniques ou sources narratives (Figure 14). Ces informations n’y apparaissent sous forme de mentions éparses, au moins jusqu’au XVIIIe siècle. Les premiers relevés pour l’Aquitaine ont été effectués et synthétisés dans la thèse de F. Mouthon [44]. Cet apport des textes doit être confronté aux données archéologiques et dendrochronologiques dans une perspective comparatiste. Reconstruire l’histoire du climat en Aquitaine nécessite la mise en œuvre de bases de données permettant le recensement de l’ensemble des mentions récoltées et toujours alimentées par de nouveaux apports. Ce récolement doit porter sur la longue durée et intégrer des faits dûment localisés et avérés ; cependant, la prise en compte de l’incertitude ainsi que les interprétations des chercheurs doivent pouvoir y figurer. Une telle base de données apparaît comme le seul outil apte à dégager des évolutions et des tendances sur la longue durée.

Figure 14 : Acte de diminution de redevance, consentie par le chapitre Saint-Seurin de Bordeaux en faveur de Pey deu Tasta, vigneron de la paroisse Saint-Rémi de Bordeaux, en raison des grands froids de l’an passé (hiver 1445-1446) qui ont fait mourir les vignes des Graves de Bordeaux et du Bordelais (AD 33, G 1160, f ° 58, 21 mars 1446 (ns), photographie : S. Lavaud).

  • 9 Cette démarche phénologique bénéficie d’une reconnaissance certaine de la part de la communauté sc (...)
  • 10 Projet de recherche Ophélie financé par l’ANR, dans le cadre du GIS CES Renasec.

36Il est toutefois un domaine où les informations sont relativement abondantes et variées, c’est celui des sources phénologiques, où l’on trouve pêle-mêle les bans de vendanges, les dates de moissons, les récoltes de fruits (olives, pommes, etc.)9. Souvent continues au plan chronologique et homogènes au niveau du contenu, elles autorisent la constitution de bases de données inscrites dans la durée, comprises grosso modo entre les années 1450 et 1900. Depuis la réalisation, des équipes d’historiens et les méthodes ont été constituées autour de projets nationaux10 [45]. Concernant la culture de la vigne, les archives historiques traitant du climat aquitain des ~ 500 dernières années sont assez complètes (Garnier et al., non publié) et il a été ainsi possible de reconstruire l’évolution des dates des bans de vendanges dans le Bordelais (Figure 15).

Figure 15 : Évolution du nombre de jours compris entre la date du ban des vendanges en Bordelais et le 1er septembre, de 1560 à nos jours. Ces informations proviennent d’archives religieuses et privées telles que des journaux intimes ou des chroniques.

37Outre une chronologie longue de ~ 450 ans, ces sources textuelles donnent une idée relative des fluctuations climatiques ayant affecté la région. D’emblée, on observe une tendance inexorable à une précocité accrue des dates de vendanges entre ~ 1560 et ~ 2007. De cette étude préalable qui ne porte que sur les cinq derniers siècles, il ressort que les vendanges les plus avancées (avant le 1er septembre) s’observent uniquement après 1800, avec des épisodes très chauds et/ou secs en 1822 (24 août), 1893 (15 août), 1989 (25 août) et 2003 (20 août). Pour autant, il est difficile d’établir un lien systématique entre ces deux phénomènes comme en témoignent les sécheresses-canicules de 1948-1949 et de 1976 qui n’ont pas entraîné de vendanges exceptionnellement précoces.

38In fine, depuis le XVIe siècle, aucune année n’a été aussi chaude en Aquitaine que l’année 2003. Néanmoins l’interprétation de ce type de données reste difficile : par exemple, les cépages ont-ils changé au cours du temps ? Elle nécessiterait de développer une modélisation régionale liant climat et dates de vendanges en Aquitaine, à l’instar du travail déjà réalisé en Bourgogne [47].

Que nous apprennent les données dendrochronologiques ?

39La dendrochronologie consiste à mesurer la largeur des anneaux de croissance – les cernes – successifs d’un arbre. Cette largeur est, entre autres, largement influencée par la température moyenne annuelle et la pluviosité. Ainsi, l’évolution de l’épaisseur des cernes permet de reconstituer l’évolution de la température et donc de retracer l’histoire climatique d’un lieu. Schématiquement, à un cerne étroit correspond une année froide et/ou humide, et à un cerne épais correspond une année chaude et/ou sèche. On dispose de très peu de longues séries de mesure en Aquitaine, contrairement à d’autres régions du monde [48]. La seule longue série connue a été obtenue avec des hêtres du Pays Basque (forêt d’Iraty), qui ont mémorisé l’évolution climatique régionale des cinq derniers siècles [49].

40Figure 16 : Évolution de la largeur des anneaux de croissances de hêtres de la forêt d’Iraty, de laquelle on peut déduire l’évolution de la température du Pays Basque depuis cinq siècles [49]. Les chênes des Pyrénées centrales révèlent une évolution similaire [50]. Cette courbe de températures rappelle très fortement celle des dates de vendanges (cf. Figure 15).

41Dans les sédiments des rias espagnoles [51], l’étude des pollens semble suggérer une augmentation de l’activité agricole (deux fois plus de pollens de céréales, de prairies, d’arbres cultivés) durant l’optimum climatique médiéval (de ~ 950 à ~ 1350). Ensuite, on observe clairement un climat plus froid de ~ 1500 à ~ 1820, le « Petit Age Glaciaire », suivi à partir de ~ 1850 par un réchauffement qui se poursuit jusqu’à l’heure actuelle : c’est l’Anthropocène (Figure 17). D’autres informations concordantes sont fournies par l’étude de séries polliniques conservées dans les tourbières du Pays Basque [52]. Cette tendance est observée ailleurs en Europe de l’ouest.

  • 11 Source : sous-série 6 B et série 8 B des archives départementales de Gironde.
  • 12 www.cartes-topographiques.fr/Bordeaux.html

« Événements climatiques extrêmes »
Tempêtes historiques
Comme partout ailleurs en France, l’historien peut compter sur les archives administratives pour lui offrir continuité chronologique (généralement depuis le XVe siècle) et homogénéité de l’information. Les fonds urbains de Bordeaux et d’autres cités aquitaines contiennent des données de première main comme les délibérations municipales et les comptes des villes au sein desquelles le volet météorologique est omniprésent. De facto, tout événement extrême avait un impact sur les infrastructures (ponts, moulins, canaux) et le fragile équilibre socio-économique de la ville. Pour ce qui est des tempêtes, continentales ou maritimes, les archives produites par l’Amirauté de Guyenne et la Maîtrise des Eaux et Forêts de Bordeaux11 livrent des informations inédites et extrêmement précises. Il apparaît que la tempête n’est en aucun cas un événement nouveau, loin s’en faut, puisque l’Aquitaine a connu au moins huit catastrophes éoliennes dont trois antérieures à 1850, autrement dit avant la in du Petit Âge Glaciaire [53]. Pour la période plus récente, les tempêtes de 1893 et de 1915 furent particulièrement sévères au regard des données météorologiques de l’époque, en revanche, leur impact social fut nettement moins perceptible. Ainsi, entre la in du XIXe siècle et la tempête Klaus (1999), l’Aquitaine avait opéré une profonde mutation paysagère en passant d’une lande faiblement arborée à une forêt totalement artificialisée et peu résiliente. En conclusion, il importe, lorsque l’on étudie les fluctuations climatiques en histoire, de ne pas confondre le risque avec la vulnérabilité croissante de nos sociétés modernes.
Crues historiques
De très nombreuses crues des rivières Garonne/Dordogne/Adour sont signalées dans la littérature, dès les VIe siècle (Grégoire de Tours) et VIIe siècle (Frégédaire). Elles sont toujours relatées comme des événements dévastateurs. Signalons les plus importantes : en 1435 la côte 12,5 m est atteinte à Agen, puis 1764, en 1770 la côte 12,57 m est atteinte à Bordeaux et 6,80 m à Dax, puis ce sont les crues de 1784, 1843, 1875, 1930 [54][55]. Ces crues interviennent en particulier durant l’époque du « Petit Âge Glaciaire », entre 1500 à 1850, car les Pyrénées et le Massif Central devaient se couvrir de glace en hiver et délivrer beaucoup d’eau lors de leur fonte. Au XXe siècle, ces crues deviennent de plus en plus exceptionnelles, en partie du fait de la mise en œuvre de barrages régulateurs sur les zones amont des rivières. Récemment, lors de la tempête de 1999, la conjonction de forts débits, de forts coefficients de marée et de vent d’ouest tempétueux provoqua une crue exceptionnelle à Bordeaux (surcote de 2 m), mais généra peu de dégâts du fait des endiguements mis en place. Les quais de Bacalan furent envahis par ~ 90 cm d’eau. Certains points bas de la Communauté Urbaine de Bordeaux se situent un à plusieurs mètres en deçà de la cote des endiguements mis en place, tant rive droite à la Bastide, que rive gauche au nord des Quinconces [56]12. Ils ne doivent leur salut qu’à la capacité de résistance de ces ouvrages, dont l’exhaussement devra être inévitablement envisagé dans les décennies à venir.
Vagues de chaleur
Durant l’optimum climatique médiéval, soit entre l’an ~ 900 et l’an ~ 1300, un réchauffement pouvant atteindre 0,5 °C est observé dans certaines régions de l’hémisphère nord, mais à aucun moment durant cette période, et ce malgré une activité solaire comparable, les températures moyennes n’ont atteint les niveaux atteints à partir des années ~ 1980 [48]. Au cours du XXe siècle, seulement deux vagues de chaleur ont été signalées : 1928 et 1976, des vagues d’une intensité toutefois moindre que celle de la canicule de 2003.
Source : sous-série 6 B et série 8 B des archives départementales de Gironde.

V- Le climat aquitain durant l’Anthropocène (depuis ~ 1850)

42L’Anthropocène, néologisme proposé par le journaliste Andrew Revkin en 1992, désigne « une époque climatique, qui aurait débuté à la fin du XIXe siècle avec la révolution industrielle (on le fait débuter conventionnellement vers 1850), période à partir de laquelle l’influence de l’Homme sur le système climatique serait devenue prédominante ». Durant l’Anthropocène, les travaux du GIEC permettent d’évaluer l’élévation de la température globale à ~ 1 °C. À Bordeaux, l’élévation moyenne de la température est estimée par Météo-France à ~ 1,2 °C (Figure 17), ce qui est conforme à la moyenne mondiale évaluée par le GIEC : ~ 1 °C. Une conséquence du réchauffement global est la dilatation de l’océan et l’accélération de la fonte des glaciers continentaux. La combinaison de ces deux phénomènes induit une élévation du niveau de la mer.

Figure 17 : A. Depuis 1900, l’élévation de la température moyenne annuelle de l’atmosphère à Bordeaux est estimée à 1 °C. B. Mais depuis 50 ans, on observe à l’échelle de l’Aquitaine une élévation de la température moyenne estivale de près de 3 °C (données Météo-France).

43Sur la côte aquitaine, les mesures des marégraphes auxquelles s’ajoutent depuis 25 ans des mesures de satellites altimétriques, montrent que depuis ~ 1900, l’élévation moyenne du niveau de l’océan a été de ~ 3 mm par an, ce qui a généré une hausse totale de ~ 30 cm, valeur semblable à la hausse moyenne mondiale [57]. Les observations de terrain montrent que le niveau actuel de l’océan n’a jamais été atteint dans nos régions durant les deux derniers millénaires (cf. chapitre 6.1).

Conclusion

44Lorsque l’on porte un regard sur le passé en examinant les indices que le climat a laissé en Aquitaine depuis plusieurs millénaires, il faut remonter ~ 125 000 ans en arrière pour retrouver des températures plus élevées que les valeurs moyennes actuelles (+2 °C). Mais dans l’état actuel des connaissances, cette période ne semble pas avoir laissé d’indices qui pourraient nous aider à comprendre comment nos ancêtres se sont adaptés. Ce regard révèle aussi que durant la période glaciaire qui a suivi, des accidents climatiques courts (de l’ordre du siècle) et rapides sont régulièrement intervenus : on a pu démontrer que les populations locales avaient pâti de ces accidents et qu’elles s’étaient probablement déplacées alors vers des territoires moins désertifiés. Bien que depuis ~ 10 000 ans, l’Aquitaine connaisse enfin une période climatique relativement stable et chaude (l’Holocène), nous sommes en train de la perturber gravement à très grande vitesse. Nous devons désormais faire face à un climat nouveau, caractérisé par une surchauffe d’une intensité inédite au cours d’un interglaciaire. Comment les écosystèmes, les paysages, les milieux, les sociétés vont s’adapter au changement que nous connaissons actuellement ? Voilà le défi nouveau qui va se poser à la viticulture, à la sylviculture, à la pêche, aux gestionnaires de l’eau et des milieux (littoral, montagne, ville), et de manière générale à tous les décideurs aquitains.

Usine d’incinérations industrielles, Bec d’Ambès (© T. Auly, Université de Bordeaux 3).

Enrochements et épis sur la plage centrale de Lacanau-Océan (Gironde). L’érosion littorale et la montée du niveau marin : un enjeu sociétal d’importance pour les communes littorales fortement urbanisées (© T. Auly, Université de Bordeaux 3).

Notes

1 Au lieu de dire « il y a 125 000 ans », on dit par convention « 125 000 ans B.P. » (Before Present).

2 La dernière période interglaciaire est l’Holocène : elle a débuté il y a un peu plus de 11 000 ans.

3 CO2 = dioxyde de carbone (usuellement : gaz carbonique).

4 U-Th : âges dérivés de la mesure des proportions relatives des isotopes de l’uranium et du thorium.

5 OSL : Luminescence Stimulée Optiquement.

6 À partir de ce paragraphe, par convention on exprimera les dates par rapport à l’an zéro (antérieures à l’an zéro : « av. J.-C. », ou postérieure à l’an zéro : « ap. J.-C. »).

7 NGF = Nivellement Général de la France.

8 À partir de ce paragraphe, les dates sont toutes exprimées « ap. J.-C. ».

9 Cette démarche phénologique bénéficie d’une reconnaissance certaine de la part de la communauté scientifique ; toutefois certains lui reprochent de ne pas suffisamment prendre en compte certains paramètres anthropiques fondamentaux [46].

10 Projet de recherche Ophélie financé par l’ANR, dans le cadre du GIS CES Renasec.

11 Source : sous-série 6 B et série 8 B des archives départementales de Gironde.

12 www.cartes-topographiques.fr/Bordeaux.html

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 593k
Légende Figure 1 : Durant l’Eémien (de ~ 130.000 à ~ 125.000 ans B.P.), la température de l’Aquitaine était plus élevée de 2 à 3 °C par rapport à l’actuelle. Les forêts étaient largement composées de chênes à feuillage caduc (~50 % ; [3], modifié).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Figure 2 : Dans une carotte sédimentaire prélevée dans le golfe de Gascogne, on observe qu’en Aquitaine, durant l’intervalle ~ 41 000-34 000 ans B.P., deux phases climatiques froides (photo de gauche et bandes bleues) ont alterné avec trois phases tempérées (photo de droite et bandes blanches). Les phases froides marquées par la réduction de la forêt de pins et de bouleaux coïncident avec l’arrivée dans le golfe de Gascogne d’icebergs provenant du Canada [9].
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Légende Figure 3 : A- L’Aquitaine au dernier maximum glaciaire ; outre la présence d’une calotte de glace sur les Pyrénées, on note que le rivage aquitain était situé 50 à 100 km plus au large, du fait de la baisse du niveau marin (~120 m) ; nos ancêtres chasseurs cueilleurs y côtoyaient cerfs et bisons. B- L’Aquitaine actuelle.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 767k
Légende Figure 4 : Tempête de sable actuelle en Syrie (photo E. Nicoud), semblable à celles qui affectaient l’Aquitaine pendant le dernier maximum glaciaire.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 346k
Légende Figure 5 : Datations du Sable des Landes (leur enveloppe est soulignée en jaune). Ces dates regroupent : 1) des dates obtenues par la technique du radiocarbone ( 14 C 8 ) appliquée à des charbons de bois, qui donnent l’âge des périodes pendant lesquelles une végétation ligneuse se développait dans les Landes. 2) des dates obtenues sur les grains de sable (technique OSL), qui donnent l’âge de la mise en place des édifices dunaires ou du remplissage des fentes de gel. Les périodes tempérées sont indiquées en gris, les périodes froides en blanc ([16], modifié). Pour comparaison, la courbe climatique livrée par la carotte de glace NorthGRIP (Groënland) est reportée en bleu
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Figure 6 : Comparativement à la période actuelle Holocène, on observe que la végétation au temps de Lascaux était extrêmement réduite, ainsi qu’en témoigne la faible abondance des pollens.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Légende Figure 7 : a. Distribution des sites du Paléolithique supérieur (~35000 - 13 000 ans B.P.) en Aquitaine ; b. Distribution des sites de l’Épipaléolithique et du Mésolithique (~13000 – 8 000 ans B.P.) en Aquitaine, d’après la base de données Patriarche élaborée par le Service Régional de l’Archéologie : les populations humaines recolonisent les Landes qui reverdissent.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Légende Figure 8 : Évolution probable de l’estuaire de la Gironde au cours des derniers millénaires. Il y a ~ 6000 ans, les eaux envahissaient davantage les vallées anciennes ; par la suite, l’envasement progressif de ces vallées a entraîné leur comblement et leur colonisation progressive par des activités agricoles.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Figure 9 : L’étude de la composition isotopique du plomb contenu dans les sédiments des marais estuariens (Saint-Ciers et La Perge) a permis de dater ces accumulations sur les cinq derniers millénaires et de replacer alors dans un contexte temporel régional, l’histoire climatique qu’elles recèlent.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Légende Figure 10 : Coupe synthétique de la dune du Pilat. La face au vent de la dune exposée à l’océan révèle des discontinuités (en noir) qui sont des sols anciens. Ceux-ci témoignent de périodes de développement de la végétation (prairies ou forêts) ; ils alternent avec des phases d’accumulation du sable. 1. vers 1860 ans av. J.-C., le Paléosol 1 est recouvert de sable pour la première fois ; 2. pendant la fin des temps préhistoriques, plusieurs niveaux sableux alternent avec des périodes de développement de la végétation (Paléosol 2) ; 3. durant la période historique, trois générations de dunes vont se superposer. Une dune primaire s’installe pendant la Période Sombre Médiévale (entre 500 et 1000 ans ap. J.-C.) ; elle se termine par le Paléosol 3, qui se développe entre 1000 et 1500 ans ap. JC ; 4. durant le Petit Âge Glaciaire, une dune moderne, la « dune de La Grave », se met en place (à partir de 1500 ans ap. J.-C.). Des semis de pins opérés à partir de l’année 1801, date du décret du Premier Consul Bonaparte ordonnant leur fixation [37], fixent alors la dune (Paléosol 4) ; 5. enfin, la dune du Pilat actuelle dérive de la dune de la Grave, qui s’est remise en mouvement vers la deuxième moitié du XIXe siècle. Ces résultats témoignent de la forte concordance entre les données des datations des dunes et des paléosols et les données archéologiques et historiques concernant le climat au cours des 4000 dernières années. Les âges indiqués en noir sont une moyenne d’âges 14  C obtenus sur les paléosols et les âges indiqués en rouge ont été obtenus par LIRS 1 sur des grains de sable (J.-P. Tastet).1. IRSL : Luminescence Stimulée par Infra-Rouge.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende Figure 11 : Évolution du lac de Sanguinet. Vers 2000 ans av. J.-C. une lagune dont la « pointe » orientale se situait au plus profond du lac actuel, était largement ouverte sur l’océan. Ce n’est qu’après le début de la période historique que cette lagune s’est fermée pour donner naissance à un lac. Le niveau de ce lac s’est progressivement élevé, en particulier par suite de la mise en place des dunes côtières. Une première génération de dunes, dites primaires, a été mobile durant la période sombre médiévale (entre ~ 500 et ~ 1000 ap. J.-C.), avant de se couvrir naturellement d’une forêt, qui deviendra la « forêt usagère » durant l’optimum climatique médiéval (entre 1000 et 1500 ap. J.-C.). Une deuxième génération de dunes, dites modernes, envahie les dunes primaires durant le « petit âge glaciaire » (à partir de 1500 ap. J.-C.). Ces dernières ont été fixées par semis de pins à partir du début du XIXe siècle, donnant ainsi naissance à la « forêt domaniale » (J-P. Tastet, UB1).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Figure 12 : Cartographie des sites archéologiques de l’Âge du Fer (cercles rouges) et de l’époque romaine (cercles verts) dans le Médoc et aux abords de l’estuaire de la Gironde et de l’Entre-deux Mers : le fond coloré est la carte géologique régionale.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 13 : Sondage géomorphologique réalisé en 2010 à Isle-Saint-Georges (33). A. Des échantillons de sédiments sont prélevés dans les couches archéologiques au sommet du sondage. B. Cette opération a permis de mettre en évidence un ancien chenal de la Garonne (vraisemblablement actif au milieu du premier millénaire av. J.-C.) et complètement colmaté avant le début de notre ère (Clichés de S. Lescure).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 791k
Légende Figure 14 : Acte de diminution de redevance, consentie par le chapitre Saint-Seurin de Bordeaux en faveur de Pey deu Tasta, vigneron de la paroisse Saint-Rémi de Bordeaux, en raison des grands froids de l’an passé (hiver 1445-1446) qui ont fait mourir les vignes des Graves de Bordeaux et du Bordelais (AD 33, G 1160, f ° 58, 21 mars 1446 (ns), photographie : S. Lavaud).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Figure 15 : Évolution du nombre de jours compris entre la date du ban des vendanges en Bordelais et le 1er septembre, de 1560 à nos jours. Ces informations proviennent d’archives religieuses et privées telles que des journaux intimes ou des chroniques.
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Légende Figure 17 : A. Depuis 1900, l’élévation de la température moyenne annuelle de l’atmosphère à Bordeaux est estimée à 1 °C. B. Mais depuis 50 ans, on observe à l’échelle de l’Aquitaine une élévation de la température moyenne estivale de près de 3 °C (données Météo-France).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Légende Usine d’incinérations industrielles, Bec d’Ambès (© T. Auly, Université de Bordeaux 3).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende Enrochements et épis sur la plage centrale de Lacanau-Océan (Gironde). L’érosion littorale et la montée du niveau marin : un enjeu sociétal d’importance pour les communes littorales fortement urbanisées (© T. Auly, Université de Bordeaux 3).
URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/621/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

Auteur

Directeur de Recherche honoraire au CNRS, EPOC, Bordeaux.
mnf.grousset@gmail.com
Paléoclimatologue, géochimiste, expert en dynamique des paléocirculations océaniques et atmosphériques, dont les travaux portent sur l’évolution climatique de la Terre depuis quelques centaines de milliers d’années, et plus particulièrement sur les accidents climatiques passés et à venir.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540