Version classiqueVersion mobile

Champ littéraire, fin de siècle autour de Zola

 | 
Béatrice Laville

Références zoliennes, des liens complexes et privilégiés

Mirbeau face à Zola

Pierre-Jean Dufief

Texte intégral

1Zola, persuadé que le Naturalisme triomphera grâce à la cohésion du groupe qui le soutient, accorde une attention toute particulière à la bonne entente de ses proches et de ses disciples. Tout s’organise et fonctionne donc autour de lui en réseaux, en clans, les amitiés comme les hostilités ; au groupe des signataires des Soirées de Médan s’oppose celui des auteurs du Manifeste des Cinq. Zola semble avoir imposé à ses amis comme à ses ennemis son système de fonctionnement en réseaux. Le repérage des phénomènes d’association, de collaboration, l’observation de la relation maître-disciple sont donc déterminants pour qui étudie les rapports de l’hôte de Médan avec les écrivains de son temps.

2Octave Mirbeau occupe une place à part dans ce réseau zolien. Il participa, certes, à l’organisation du dîner Trapp où les jeunes écrivains célèbrent leurs maîtres, Zola et Goncourt, et constituent par ce geste symbolique un groupe littéraire. Pourtant, Mirbeau apparaît en constant décalage par rapport à une orthodoxie qui s’affirme, par rapport à un groupe qui s’organise peu à peu autour d’un maître moins soucieux d’hégémonie que de cohésion. Par son âge déjà, Mirbeau se trouve dans une position charnière, entre les jeunes et les aînés ; né en 1848, il est le cadet de Zola de huit ans, seulement. Sur le plan littéraire, il semble très tôt prendre ses distances à l’égard du Naturalisme ; co-organisateur du dîner Trapp, il ne participe pas à la rédaction des Soirées de Médan ; il multiplie les attaques contre la doctrine naturaliste dans ses lettres ou ses articles mais certaines de ses œuvres apparaissent comme la réécriture de textes zoliens. Réticent à l’égard du Zola naturaliste, Mirbeau ne tarira pas d’éloges sur le dernier Zola, l’auteur des Évangiles, qui satisfait pleinement son goût de la pitié et de l’utopie. Mirbeau apparaît tour à tour comme un thuriféraire de Zola ou comme un disciple qui pratique une forme de contestation solitaire, en marge ; ainsi critique-t-il La Terre tout en se désolidarisant absolument des signataires du Manifeste des Cinq.

3La relation Mirbeau-Zola a été étudiée sur le plan factuel dans les biographies de Pierre Michel et Jean-François Nivet, dans la biographie de Zola par Henri Mitterand, dans un dossier des Cahiers naturalistes en 1990. Nous voulons y revenir ici en centrant notre étude sur le fonctionnement de la correspondance croisée des deux écrivains et en observant leurs stratégies épistolaires, en évoquant le statut réciproque des deux épistoliers et son évolution. La correspondance construit souvent une image du destinataire et Mirbeau, qui participera après la mort de Zola à la réalisation d’un projet de statue, édifie dans ses lettres un monument de mots à la gloire d’un homme qu’il n’a pourtant pas hésité à critiquer avec une violente sincérité.

L’échange épistolaire

  • 1 Au rythme de 4 lettres en 1885, dont 3 de Zola, de 2 lettres en 1886, de 4 lettres en 1887 dont en (...)
  • 2 En 1897, Mirbeau écrit 5 lettres, en 1898, 3 et Zola 2 ; pour 1899, nous possédons 3 lettres de Mi (...)

4Mirbeau et Zola ont échangé une correspondance qui n’est pas très importante, puisque l’on a retrouvé vingt et une lettres de chacun des deux écrivains ; les lettres de Mirbeau, conservées à l’exception d’une seule à la Bibliothèque nationale, ont été publiées dans le numéro 64 Cahiers naturalistes en 1990 ; les lettres de Zola à Mirbeau, beaucoup plus dispersées, sont parues dans la Correspondance de Zola. La relation épistolaire est marquée d’ellipses, de longues périodes de silence. Elle s’ouvre sur une lettre de Mirbeau du 12 novembre 1879, à laquelle Zola a sans doute répondu, même si sa réponse n’a pas été retrouvée. L’échange reprend, six ans plus tard, en 1885 et se poursuit jusqu’en 1888.1 La correspondance s’interrompt ensuite pendant presque 10 ans pour reprendre avec une grande ferveur de la part de Mirbeau, qui apparaît alors comme l’élément déterminant de l’échange.2 On constate, dans cette correspondance retrouvée, que l’initiative de l’échange revient à Mirbeau ; c’est lui qui écrit le premier à Zola pour lui suggérer de rédiger au Gaulois un article qui défendrait le naturalisme au théâtre contre les attaques de Dumas ; la proposition peut paraître rétrospectivement surprenante lorsqu’on sait que Mirbeau attaquera par la suite le théâtre de Zola. C’est encore Mirbeau qui renoue avec Zola le 17 février 1897 en lui adressant une lettre particulièrement enthousiaste sur Messidor, un opéra qui avait été mal accueilli par la presse. Pendant presque dix ans, les deux hommes n’avaient pas correspondu, signe manifeste sinon d’une rupture du moins d’une prise de distance, d’un froid. Mirbeau avait critiqué les romans de Zola, et notamment La Terre, avant de s’engager dans une critique ad hominem avec un article très polémique au Figaro, le 9 août 1888, « La Fin d’un homme », où il dénonce les ambitions académiques de Zola. Mirbeau se réconcilie alors avec Daudet, fait partie des proches de Concourt. De nouvelles dissensions enveniment encore les rapports ; Mirbeau prend le parti de l’anarchiste Jean Grave, à qui la Société des Gens de lettres fait un procès pour récupérer des droits d’auteur sur des articles qu’il a publiés dans son journal, La Révolte ; Zola est président de ladite Société. Mirbeau semble donc avoir définitivement pris ses distances avec Zola, même s’il le retrouve dans le salon des Charpentier ou au Banquet Concourt le 1er mars 1895. L’Affaire Dreyfus amène un total revirement de Mirbeau, qui s’enthousiasme dès le 26 novembre 1897, après la lecture de l’article de Zola sur Scheurer-Kestner : « Oh ! mon cher Zola, quel beau, quel brave, quel admirable article vous avez écrit hier ! Et avec quel soulagement, nous avons entendu, au milieu de tous ces cris et de toutes ces hontes, votre grande et noble voix ! ». Zola est non seulement réhabilité mais transfiguré en héros solaire, en figure christique par son engagement. Après J’accuse, Mirbeau est passé de l’admiration à l’enthousiasme. Il lit et relit Zola d’un regard neuf. Il ne ménage pas ses éloges aux dernières créations, écrivant un article très favorable sur Fécondité dans L’Aurore le 29 novembre 1899 ; il admire Travail. L’Affaire Dreyfus réorganise les réseaux amicaux ; Mirbeau s’éloigne de Barrès, de Lemaître tandis qu’il renoue avec Zola.

5La correspondance obéit à un rythme cyclique avec une longue ellipse. Les alternances s’expliquent par les circonstances ainsi que par le tempérament d’un Mirbeau très souvent accusé de palinodies ; l’écrivain passe de l’enthousiasme à l’imprécation, de l’optimisme à l’abattement. Le sismographe de la lettre enregistre ces variations particulièrement sensibles à l’époque de l’Affaire en jouant sur des registres métaphoriques antithétiques. Le 19 septembre 1899, Mirbeau est plongé dans les ténèbres car il vit comme une défaite la signature de la grâce de Dreyfus par le président de la République : « Quant à moi, je ne vois plus que les choses en très noir. Quoi qu’on fasse, nous sommes foutus. » Et la clarté revient avec la lettre de Zola à L’Aurore le 22 décembre 1900 : « C’est un jaillissement infini de lumière, et il est douloureux de penser qu’il puisse se trouver quelque part quelqu’un qui n’en soit pas baigné tout entier. »

6Les thèmes traités par la correspondance évoluent avec le temps. Une première période jusqu’à 1888 est dominée par les considérations littéraires ; les lettres sont un support de la critique. Puis vient l’époque de l’Affaire Dreyfus où les questions politiques l’emportent. Les lettres de Mirbeau sont beaucoup plus longues, notamment au moment de l’exil de Zola à Londres ; la correspondance prend un tour plus familier, plus personnel, abordant des questions privées : problèmes de santé, accidents, dépressions ou regains d’espérance. Mirbeau apparaît polymorphe au fil d’un échange, où il assume des rôles bien divers. Le voici d’abord intermédiaire entre le directeur du Gaulois et Zola qu’il incite dans sa lettre du 12 novembre 1879 à s’engager dans de nouvelles batailles littéraires, puis il se fait tour à tour disciple admiratif ou critique. Au temps de l’Affaire, il est successivement l’informateur qui révèle des nouvelles confidentielles le 23 avril 1899, le conseiller qui suggère une stratégie le 14 août 1898, le confident et le consolateur lors des moments de tristesse ; la correspondance esquisse un double portrait de Zola ; à la représentation en relief, héroïque, que donne de lui Mirbeau répond l’image en creux d’un homme qui avoue sa lassitude : « Après chaque combat pour le vrai, j’ai une soif ardente d’oubli et de solitude, tellement je suis écoeuré de la lâcheté des uns et de la bêtise des autres. » (13 novembre 1885).

7Au milieu de cette diversité des thèmes et des jugements revient en leitmotiv une notion, un mot-clef, qui fait l’unité de cette correspondance, placée tout entière sous le signe de l’émotion. Zola suscite chez son interlocuteur toute une gamme d’émotions, déclinées au fil des lettres : émotion esthétique ressentie à l’audition de Messidor (17 février 1897), émotion nerveuse à la suite de l’accident de Zola (« Ce récit nous a fait passer un frisson dans la moelle », le 29 avril 1897), émotion à valeur morale à la lecture des articles sur l’Affaire : « Ç’a été une émotion qui a fait frissonner tous les cœurs qui ne sont pas encore pourris ! » (26 novembre 1897). La source de ces émotions multiples, Zola, semble lui-même échapper à cette nervosité dont il est le stimulus ; dans le portrait de Mirbeau, il devient un peu un anti-Mirbeau, une force sereine au milieu de la tourmente.

Lettre et critique

8La relation Mirbeau-Zola, d’abord essentiellement littéraire, est profondément médiatisée par la littérature. Mirbeau pratique une lecture de projection et d’identification ; dans sa lettre sur L’Œuvre, il s’assimile à Claude Lantier qui devient un trait d’union entre Zola et lui-même : « Génie à part, j’ai retrouvé en cette douloureuse figure beaucoup de mes propres tristesses, toute l’inanité de mes efforts, les luttes morales au milieu desquelles je me débats, et vous m’avez donné une vision très nette et désespérante de ma vie manquée, de ma vie perdue [...] vous avez entouré ce pauvre Lantier d’une telle tendresse, d’un tel charme de pitié, il y a dans votre génie si fier une bonté si simple, que j’ai pensé que vous pourriez peut-être m’aimer, moi aussi, et me plaindre. » (19 avril 1886).

9La correspondance Mirbeau-Zola ne se réduit pas au dialogue épistolaire ; les lettres engagent aussi la discussion avec les articles de journaux consacrés à la critique littéraire. Le rapport lettre-article prend des formes variées. La lettre peut avoir pour seul objectif de faire écrire un article, de susciter une campagne de presse ; elle peut aussi se substituer à l’article et devenir le medium de la critique littéraire ; Zola n’écrit pas d’articles sur les romans de Mirbeau mais il leur consacre des lettres. La lettre peut enfin être une réponse à un article soit pour exprimer des remerciements, soit pour présenter une défense, une justification, si l’article est polémique ; la correspondance Zola-Mirbeau appartient souvent à ce registre du plaidoyer.

  • 3 Cet article fut publié clans Le Gaulois, le 21 septembre 1887.

10Mirbeau incite Zola à la lutte et le thème de la bataille, littéraire ou politique, est central dans une correspondance qui recherche moins le consensus ou l’effusion que la confrontation des points de vue esthétiques. La correspondance exprime avec une sincérité ferme des positions parfois antagoniques. Les lettres redoublent les articles pour redire en les atténuant les divergences littéraires. Mirbeau reprend le 29 septembre 1887 les principaux éléments de son article contre La Terre, intitulé « Le Paysan3 » ; dans sa défense des paysans modernes, il utilise la référence artistique, découvrant chez ses contemporains « les mêmes figures que peignit Van Eyck, et que peignit Millet, un gothique lui aussi, par son grand amour de la nature. » Dans ses articles, Mirbeau attaque Zola sur bien d’autres fronts ; il condamne son théâtre ; il lui reproche son sens excessif du groupe, son incapacité à affronter la solitude et il explique ses ambitions académiques par la défection de ses anciens amis dans son article intitulé « La Fin d’un homme » : « Il a peur de la solitude pour sa vieillesse, il redoute de devenir une sorte de vieux Fouan, errant à travers les plaines glacées de la littérature, si durement, si sauvagement, si superbement labourées par lui. Alors, il cherche. Il espère que l’amitié des académiciens comblera le vide laissé par les artistes, camarades des premières luttes, des premiers espoirs. »

11La correspondance de Zola fonctionne comme un continuel coupe-circuit dans cette atmosphère électrisée. Zola refuse d’engager la polémique, tentant de maintenir le contact et la bonne entente. Il essaie certes parfois de corriger l’image que donne de lui son fougueux interlocuteur. Dans son article à La France du 11 mars 1885, « Émile Zola et le Naturalisme », Mirbeau engage le fer par une question polémique : « Pourquoi Zola, qui est un maître et un grand esprit, ne laisse-t-il pas ces procédés démodés à l’insatiable naturalisme des Trublots, qui barbotent toute leur vie dans la crotte ? » Refusant d’entendre l’insulte derrière le compliment, l’auteur de Germinal répond en posant à son tour une question, où s’exprime tout l’art de la litote d’un épistolier soucieux de consensus : « Quant à mon parti pris d’ordures, y croyez-vous vraiment ? Laissez cela aux insulteurs impuissants. » Zola tente de comprendre son adversaire en se mettant à sa place, en adoptant son point de vue ; c’est l’attitude qu’il choisit en réponse à l’article très critique contre La Terre : « Je lis votre article sur La Terre et je veux que vous sachiez que je ne vous en garde pas rancune. Vous dirai-je même que je m’attendais un peu à votre opinion défavorable, car il y a en vous un coin de mysticisme (fui ne devait guère s’accorder avec ma vision personnelle du paysan. ». Zola se campe enfin en figure christique pour répondre à Mirbeau qui l’accuse d’« apostasie de soi-même » dans un propos qui pastiche les paroles évangéliques : « Je vous pardonne bien charitablement d’augmenter le mensonge autour de moi, car vous ne savez pas ce que vous dites, parlant de choses que vous ignorez. » La correspondance de Zola ne cesse d’amortir les coups par une pratique constante de l’esquive ; elle dessine l’image d’un romancier souffrant, qui se pose en victime incomprise, alors que son interlocuteur évoque constamment sa puissance et sa force. La dichotomie de ces représentations disparaît au moment de l’Affaire, où, dans la correspondance de Mirbeau, Zola conjugue traits héroïques et traits christiques, incarnant à la fois la force tranquille et la souffrance du martyr.

12Après l’Affaire Dreyfus, Mirbeau ne ménagera pas ses éloges aux derniers romans de Zola. Il ne peut qu’admirer ce qu’écrit l’auteur de J’accuse. Sans cloute aussi la dernière veine de Zola correspond-elle mieux aux goûts d’un artiste qui aime Tolstoï et qui a conservé un fonds de mysticisme, ainsi que le lui écrit Zola. Le rapport critique s’inverse ; aux compliments de Mirbeau sur Fécondité, Zola répond par une autocritique, évoquant « les invraisemblances, les symétries trop volontaires, les vérités banales de morale en action » ; le romancier cherche à se justifier, comme s’il était attaqué, et il tente paradoxalement d’expliquer son abandon du Naturalisme à Mirbeau, qui a toujours été hostile au mouvement : « Tout cela est bien utopique, mais que voulez-vous ? Voici quarante ans que je dissèque, il faut bien que je rêve un peu. ». Zola remercie Mirbeau qui fait l’éloge de Travail le 14 mai 1901, vantant « la beauté nouvelle de ce livre extraordinaire, par la mise en œuvre, par la construction forte et logique d’un idéal social ».

Le processus d’héroïsation.

  • 4 Lettre du 10 novembre 1885, Cahiers naturalistes, no 64, 1990, 8.
  • 5 Idem, Ibidem.
  • 6 Lettre du 23 décembre 1900. Cahiers naturalistes, no B 64, 1990, p. 29.
  • 7 Lettre du 12 janvier 1886.

13Mirbeau entretient avec ; Zola des rapports de disciple à maître, même si le disciple apparaît bien souvent contestataire. Il pratique des gestes d’allégeance ponctuels mais significatifs comme la participation au fameux dîner Trapp. Les formules d’appel des lettres indiquent clairement le statut réciproque des deux épistoliers ; jusqu’en 1887, Mirbeau appelle son interlocuteur « Mon cher Maître » avant de· s’adresser à lui avec des formules plus familières comme : « Mon cher Zola » ou « Mon cher ami ». La lettre multiplie les formes et les procédés de l’éloge : l’emphase assez systématique, les effets de rythme ternaire, les parallélismes (« Vous avez un admirable talent, mon cher Zola, et vous avez aussi un admirable courage »4), le jeu des antithèses (« Vous n’avez pas à m’être reconnaissant de ce que j’ai pu dire, c’est moi au contraire qui vous suis reconnaissant de m’avoir donné l’occasion d’affirmer ce que je pensais depuis longtemps »5), la surenchère des politesses, les déclarations d’amour (« Je vous aime pour votre immense talent, pour votre immense labeur, pour votre caractère et la dignité de votre vie ») ou encore sur un mode plus passionné (« j’éprouve un furieux besoin de vous embrasser »6) sont autant de traits caractéristiques de l’écriture d’un disciple. Quant à Zola, il assume parfaitement sa position à l’autre pôle, celle du maître. Il domine, porte sur les choses et sur les êtres un regard panoramique ; il a le privilège de savoir ; il devine l’avenir et annonce le succès futur du disciple ; fin limier, il flaire les talents, comme le montrent ses propos à la parution des Lettres de ma chaumière : « Il y a une sève virile dans vos pages, quelque chose de chaud et de fort, une odeur de mâle à laquelle je ne me suis jamais trompé. Vous êtes quelqu’un, il faut que vous nous donniez des œuvres. »7 Zola accepte les critiques parfois insultantes avec la sereine résignation d’un homme qui veut voir plus haut et plus loin que les contingences momentanées.

14La correspondance reconstruit constamment l’image du maître et fait défiler une série de portraits idéalisés de l’auteur des Rougon-Macquart. Mirbeau fait volontiers référence au registre épique pour camper Zola écrivain-combattant dans l’atmosphère des batailles ; c’est en novembre 1885 l’espoir de le voir engager une nouvelle campagne : « Pourquoi ne recommencez-vous pas vos belles luttes du Figaro ? » Le 19 avril 1886, il lui déclare : « La bataille vous a toujours trouvé debout ». Cette exaltation du combat est en parfaite cohérence avec la pensée zolienne de ces années ; l’écrivain exalte dans l’optique de Darwin la guerre comme école de courage et de force dans son article « Sedan » au Figaro du 1er septembre 1891. Mirbeau, qui loue les vertus guerrières de Zola, ne souscrit pas à ses idéaux bellicistes et il s’indigne de l’article « Sedan » dans une lettre à Pissaro : « Et que dites-vous de Zola, qui défend l’idée de la guerre ! Quel méprisable bonhomme ! »

  • 8 Lettre de la mi-février 1901, Cahiers naturalistes, op. cit., p. 30.
  • 9 Lettre du 31 août 1898. Cahiers naturalistes, op. cit. p. 20.

15Au temps de l’Affaire, Mirbeau revient sur cette image de Zola, lutteur calme, ce qui l’amène à reconsidérer la notion de héros. Dans l’article « Un matin chez Emile Zola », il note : « Je sais maintenant ce que c’est qu’un héros ». Zola incarne un type nouveau de héros, libéré d’attributs traditionnels comme le mépris de l’humanité ou le goût du meurtre, que Mirbeau dénonce encore dans L’Aurore le 20 août 1898 ; le héros se rapproche des saints et du Christ. La référence religieuse revient au long de la correspondance ; dans sa lettre du 23 décembre, Mirbeau loue les qualités de Zola, sa « modération passionnée et hautaine qui va jusqu’à la sainteté » ; il parle de ses « prophéties » ; lorsque celui-ci réunit en volume ses articles sur l’Affaire dans La Vérité en marche, Mirbeau lui écrit : « C’est l’Evangile de notre foi.8 » Zola, nouveau Christ, apparaît comme une figure de lumière. Les romans inspirés de l’Affaire, et tout spécialement Vérité, se structurent sur l’opposition clarté-ténèbres et célèbrent des héros solaires. Mirbeau reprend ce thème dans ses lettres où il remercie Zola « pour avoir illuminé si magnifiquement ce qui grondait d’obscur dans nos âmes ». Reprenant les grands archétypes de l’imaginaire héroïque pour chanter le défenseur de Dreyfus, Mirbeau évoque les passages obligés, les épreuves et l’apothéose, ainsi annoncée après le suicide du colonel Henry : « Il faut que ce soit quelque chose qu’on n’ait pas encore vu, et que trois cent mille hommes vous suivent, vous acclament, de la gare chez vous, et que ce soit beau comme si vous n’étiez plus un homme, mais la justice, la charité, la pitié enfin revenues.9 » Par l’apothéose, le héros échappe au statut d’homme pour devenir demi-dieu, ici symbole.

  • 10 « Je suis écrasé par l’énormité de votre esprit », Lettre du début novembre 1897.
  • 11 Lettre du 28 décembre 1900, Cahiers naturalistes, op. cit.. p. 29.
  • 12 Lettre du 14 août 1898. Cahiers naturalistes, op. cit., p. 19.

16Zola devient l’objet d’un véritable culte ; tandis qu’il se métamorphose en une ligure de plus en plus dominante, « énorme »10, ses admirateurs affichent la plus grande modestie et sont présentés par Mirbeau comme « si petits, si humbles, mais si fervents devant vous. »11 Pendant la période de l’exil à Londres, l’image de l’absent apparaît comme obsédante et omniprésente. Dans L’Équivoque épistolaire, Vincent Kauffmann considère que la lettre permet de protéger son espace intime, de mettre à distance le destinataire. Dans la correspondance avec Mirbeau, le phénomène s’inverse et Zola semble occuper tout l’espace mental de son interlocuteur, qui lui écrit le 14 août 1898 : « Nous ne pensons qu’à vous ; il n’est pas une minute de notre existence que vous ne la remplissiez tout entière. »12 Mirbeau reprend ce qui n’est pas seulement le topos de la correspondance : « Nous pensons bien a vous » mais aussi l’expression d’un enthousiasme qui aboutit à la dépossession de soi ; le 23 avril 1899, Mirbeau présente sa vie comme « exorbitée » et il revient sur le destinataire admiré et obsédant : « Il n’y a pas une minute de ma vie ou vous ne soyez là, dans mon esprit et dans mon cœur, toujours plus grand, toujours plus aimé. »

  • 13 Lettre du 29 septembre 1887, Cahiers naturalistes, op. cit., p. 12.

17Le héros est souvent associé à son envers, au contre-modèle, au personnage-repoussoir : les frontières sont labiles et les rôles peuvent s’inverser rapidement car le statut de héros n’est pas définitif chez Mirbeau. Zola est supplanté vers 1885 par Concourt qui fera de Mirbeau l’un des dix de sa future Académie, par Daudet qu’il avait violemment critiqué avant de faire de lui un ami. Le rapport de Zola et des jeunes écrivains est également bien fluctuant dans les lettres ; Zola est présenté en 1885 comme le porte-parole d’une jeunesse, soutenue alors par Mirbeau, qui l’accablera de son dédain lors de l’affaire du Manifeste de La Terre ; il parle alors à Zola des « petits gamins, qui, sans vous, seraient peut-être commis de magasins ou reporters de journaux à un sou. »13 Le dernier Zola devient dans le Panthéon de Mirbeau, la figure idéale, qui synthétise ses admirations antérieures, toutes les valeurs qui lui sont chères : la force, la dignité morale, la pitié tolstoïenne, le sens mystique.

  • 14 Cahiers naturalistes, op. cit., p. 11.

18Ce processus d’héroïsation peut surprendre chez un écrivain, qui a aimé mystifier, mais qui s’est d’abord voulu un démythificateur. Mirbeau a dénoncé dans ses romans le culte des grands hommes qui aliène les facultés critiques. Mais son tempérament l’a emporté sur ses théories ; sa faculté d’enthousiasme l’amenait à porter aux nues ou à vouer aux gémonies ; chez lui, ces deux attitudes pouvaient fonctionner simultanément ; dans les années 1886-1887, Mirbeau attaque Zola sur le plan littéraire tout en célébrant sa puissance et sa force morale. Ce besoin d’admiration a pour corollaire un processus d’auto-dépréciation et il s’explique par un complexe personnel ; tandis qu’il élève Zola, nous l’avons vu, il s’abaisse ; dans une lettre du 19 avril 1886 consacrée à L’Œuvre, il met en parallèle le génie débordant de Zola et sa propre impuissance à créer. Mirbeau décrit le phénomène dont il est conscient dans une lettre à Brunetière : « Je sais mieux que vous, Monsieur, que je n’ai pas de talent. Il y a longtemps que, ne pouvant le goûter en moi, j’ai pris le parti de l’admirer chez les autres. »14

  • 15 Octave Mirbeau, La 628 E 8, édition 10/18, p. 127-128.

19La mort va frapper le héros en pleine gloire ; elle apparaît comme un nouvel avatar de la longue lutte menée par Zola tout au long de sa vie contre les puissances hostiles et Mirbeau y voit le triomphe d’une matière agressive sur les forces du cœur et de l’esprit qu’il évoque ainsi dans son roman La 628 E 8 : « Sa mort fut un drame épouvantable et stupide. Lui qui, devant les rugissements des hommes, devant leurs foules ivres de meurtre, avait montré un cœur si intrépide, un si magnifique et tranquille courage, il n’a rien pu contre l’imbécillité lâche et sournoise des choses, car l’on dirait que les choses elles-mêmes ont de la haine, une haine atroce, une haine humaine, contre ce qui est juste et beau. »15

  • 16 Article de novembre 1904, publié dans Combats esthétiques de Séguier, 1993, p. 357-355.
  • 17 Octave Mirbeau, La 628 E 8, édition citée, p. 128.

20Mirbeau tente de prendre une revanche sur la matière hostile dans un ultime geste pieux au service du héros disparu ; il soutint Maillot dans le projet d’un monument à Zola, que soutenait la Ligue des Droits de l’Homme. Le culte du grand homme s’inscrit dans la pratique conventionnelle de l’époque qui multiplie les statues sur les squares et sur les places. Mais Mirbeau appuie un jeune artiste novateur, un créateur qui aurait édifié « un monument qui célébrât, avec beauté, la gloire du grand écrivain lequel, toute sa vie, avait été l’ennemi de la routine, qui livra jadis de si retentissantes batailles, en faveur des artistes inconnus de la foule, méprisés des élites moutonnières. »16 La candidature de Maillol ne fut pas retenue mais le projet du monument de bronze fut l’occasion pour Mirbeau de refaire avec des mots le portrait d’un Zola qui rejoint en 1904 celui que nous donnent les débuts de la correspondance, un Zola porte-parole batailleur de la jeunesse. A la veille d’être statufié, Zola connaît le vrai triomphe, l’apothéose au sens antique par l’intermédiaire de Mirbeau, son chantre, son héraut, pour reprendre les termes de Blanchot ; il a triomphé de la mort et il apparaît dans La 628 E 8 comme une figure plus que jamais vivante avec sa « physionomie mobile, ardente, volontaire, timide, si conquérante et si fine, rusée et tendre, joviale et triste, enthousiaste et déçue, et qui semblait respirer la vie, toute la vie, avec une si forte passion. »17

Notes

1 Au rythme de 4 lettres en 1885, dont 3 de Zola, de 2 lettres en 1886, de 4 lettres en 1887 dont encore 3 de Zola.

2 En 1897, Mirbeau écrit 5 lettres, en 1898, 3 et Zola 2 ; pour 1899, nous possédons 3 lettres de Mirbeau et 2 de Zola, pour 1900 1 missive de Mirbeau et 3 de Zola ; pour l’année 1901, nous avons 4 lettres de Zola et 3 de Mirbeau

3 Cet article fut publié clans Le Gaulois, le 21 septembre 1887.

4 Lettre du 10 novembre 1885, Cahiers naturalistes, no 64, 1990, 8.

5 Idem, Ibidem.

6 Lettre du 23 décembre 1900. Cahiers naturalistes, no B 64, 1990, p. 29.

7 Lettre du 12 janvier 1886.

8 Lettre de la mi-février 1901, Cahiers naturalistes, op. cit., p. 30.

9 Lettre du 31 août 1898. Cahiers naturalistes, op. cit. p. 20.

10 « Je suis écrasé par l’énormité de votre esprit », Lettre du début novembre 1897.

11 Lettre du 28 décembre 1900, Cahiers naturalistes, op. cit.. p. 29.

12 Lettre du 14 août 1898. Cahiers naturalistes, op. cit., p. 19.

13 Lettre du 29 septembre 1887, Cahiers naturalistes, op. cit., p. 12.

14 Cahiers naturalistes, op. cit., p. 11.

15 Octave Mirbeau, La 628 E 8, édition 10/18, p. 127-128.

16 Article de novembre 1904, publié dans Combats esthétiques de Séguier, 1993, p. 357-355.

17 Octave Mirbeau, La 628 E 8, édition citée, p. 128.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search