Desktop versionMobile Version

Champ littéraire, fin de siècle autour de Zola

 | 
Béatrice Laville

Références zoliennes, des liens complexes et privilégiés

Huysmans critique de Zola et du naturalisme (1884-1907)

Jacques Noiray

Volltext

  • 1 J.-K. Huysmans, Lettres inédites à Jules Destrée, Genève, Droz, 1967, p. 33-34.
  • 2 J.-K. Huysmans, Lettres inédites à Arij Prins, Genève, Droz, 1977, p. 241.
  • 3 Cité dans J.-K. Huysmans, Lettres inédites à Émile Zola, Droz et Giard, 1953, p. 146.

1Le 22 novembre 1884, écrivant à son ami belge Jules Destrée, Huysmans démentait qu’une rupture se soit produite entre Zola et lui, comme certains journaux l’avaient prétendu après la publication d’À rebours : « Quant aux scissions criées sur les toits entre Zola et moi, c’est imbécile. Nous nous disputons amicalement souvent entre nous à propos de questions sur lesquelles nous différons du tout au tout, mais nous sommes de vieux amis d’avant L’Assommoir et je le considère comme un grand talent que toutes les incitations de la presse ne parviendront pas à écorner.1 » Moins de huit ans plus tard, le 18 juin 1892, il fera à son confident hollandais Arij Prins une déclaration exactement inverse : « Depuis Là-bas, mes relations avec lui [Zola] sont nulles ; nos idées diffèrent, sur tout, à un tel point, que nous n’avons, en somme plus rien à nous dire.2 » La sanction définitive de ce divorce se trouvera, semble-t-il, dans une lettre à Henry Céard (autre « disciple » échappé de Zola, autre naturaliste émancipé), écrite le jour même des funérailles de Zola, le 5 octobre 1902 : « Je ne suis pas allé, bien entendu, me mêler à cette cohue et ai préféré aller prier pour le pauvre homme, en un coin [...]3 ». Comment, en si peu d’années, expliquer un si complet retournement ? Comment comprendre les raisons de cette séparation, apparemment définitive après 1891, de deux romanciers que l’esthétique naturaliste, sans parler de l’amitié, avait naguère étroitement rapprochés, aux temps de Marthe, des Sœurs Vatard et des Soirées de Médan ?

  • 4 Aux Cent Bibliophiles (éd. hors commerce).
  • 5 C’est le cas pur exemple de Lucien Descaves dans sa Note à l’édition Crès d’À rebours, Huysmans, Œ (...)
  • 6 Voir notamment, dans Joris-Karl Huysmans, “À rebours”, SEDES, 1990, les articles d’Alain Pagès, « (...)

2La plupart des historiens, suivant en cela les affirmations de Huysmans lui-même, dans la préface qu’il écrivit en 1903 pour une réédition d’À rebours4, font remonter traditionnellement la rupture entre les deux écrivains à ce dernier roman, qui aurait contenu en germe, dès 1884, toute l’évolution esthétique et religieuse future de son auteur5. Des études récentes, mettant l’accent sur le caractère encore tout naturaliste d’À rebours, ont montré que l’évolution de Huysmans avait dû être plus lente et plus complexe6. Si l’examen de la correspondance de l’écrivain avec ses intimes révèle que les premières critiques nettes adressées à Zola et au naturalisme apparaissent en 1887, il faut attendre l’apparition de Là-bas, en 1891, pour que ces divergences soient affirmées publiquement. Et encore Huysmans fait-il preuve d’une grande prudence, nous le verrons, prenant bien soin de nuancer sa critique et de préserver, entre le naturalisme et lui, une sorte de modus vivendi honorable. Peut-être même n’est-il pas sûr que la publication de Là-bas en 1891, suivie un an plus tard de la conversion effective de l’écrivain au catholicisme, marque la rupture dernière entre Huysmans et le naturalisme.

3Pour tenter de nous reconnaître dans cette situation complexe, nous suivrons à travers le temps le regard critique que J.-K. Huysmans a porté sur l’œuvre de Zola et sur le naturalisme, afin d’en saisir l’évolution et d’en définir la portée. Cet examen nous permettra aussi de mieux comprendre, au-delà du cas particulier de Huysmans et de Zola, l’évolution du naturalisme au tournant du siècle. Car si les jugements que Huysmans a exprimés sur l’œuvre et la personne de Zola, à mesure qu’il s’éloignait de son ancien « maître » et se montrait moins bien disposé à son égard, se révèlent parfois excessifs et injustes, ils ne manquent souvent ni de lucidité, ni de pertinence, ni de portée générale. Nous nous appuierons dans cette étude sur des textes de Huysmans écrits à partir de l’époque d’À rebours (romans, préfaces, correspondance), en mettant l’accent sur la période qui va de la publication de Là-bas à la mort de l’écrivain en 1907, et notamment sur Les Foules de Lourdes, dont nous chercherons à montrer qu’elles représentent une tentative de récriture du Lourdes de Zola, paru douze ans plus tôt.

  • 7 Lettres inédites à Jules Destrée, p. 34.
  • 8 Lettres inédites à Arij Prins, p. 36.
  • 9 Ibid., p. 36.

4Il est possible de discerner quatre grandes étapes dans l’histoire des rapports entre Huysmans et le naturalisme zolien. La première va de la rencontre de l’auteur de Marthe avec celui des Rougon-Macquart, au printemps de 1876, jusqu’à la publication d’À rebours, en 1884. Huysmans poursuit alors une carrière d’écrivain réaliste jalonnée par la publication de romans qui développent des sujets conformes à la thématique naturaliste « orthodoxe » : peinture de milieux populaires comme dans Les Sœurs Vatard (1879), chronique de la médiocre vie quotidienne, comme dans En ménage (1881) ou À vau-l’eau (1882). Cependant, cette conformité ne va pas sans arrière-pensées. Sans doute il s’abrite derrière la bannière naturaliste, il collabore aux Soirées de Médan, il participe activement, fin 1880, à la tentative avortée de lancement de La Comédie humaine, le journal qui aurait dû défendre, en politique comme en littérature, les positions naturalistes. Mais il ne partage certainement pas, dans les années 1878-1882, le goût de Zola pour la théorie littéraire et se préoccupe peu d’une définition stricte du naturalisme. C’est encore ce qu’il écrira à Jules Destrée le 22 novembre 1884, l’année d’À rebours : « Puis, puis, au fond, naturalisme, romantisme, etc. — quoi ? la vérité est qu’il y a des gens qui ont du talent et d’autres qui n’en ont pas.7 » La même idée, presque dans les mêmes termes, sera reprise dans une lettre à Arij Prins de mars 1886 : rappelant à son correspondant qu’au moment où il écrivait Marthe (vers 1875) « il n’était nullement question de naturalisme et d’autres drapeaux », il ajoute qu’il est « un peu revenu de tous les drapeaux », et qu’« il y a, dans n’importe quel genre, des gens qui ont du talent et d’autres qui n’en ont pas »8. Dans ces deux lettres, les exemples sont les mêmes : d’un côté (pour le naturalisme), Zola bien sûr ; dans l’autre camp, que Huysmans nomme faute de mieux le côté du « romantisme », Barbey d’Aurevilly et Villiers de l’Isle-Adam, qu’il « admire fort », même si ce sont « de forcenés romantiques9 ». L’opposition entre ces deux tendances, interne à Huysmans lui-même, ne se présente pas encore en termes (le rupture. Elle ne se fait pas encore, vers 1884, au détriment du réalisme naturaliste. Elle n’en révèle pas moins chez lui une contradiction intime, et une position qui sera de plus en plus difficile à tenir.

  • 10 Voir Émile Zola, Correspondance, Presses de l’Université de Montréal - Éditions du CNRS t. VIII. p (...)
  • 11 Léon Bloy, J.-K. Huysmans, Villiers de l’Isle-Adam, Lettres. Correspondance à trois, réunies et pr (...)

5Une autre réserve de Huysmans vis-à-vis de Zola et du naturalisme, apparue dès les premières années, tient à la personnalité même des deux écrivains. Car Zola, dès ses premiers grands succès, ceux de L’Assommoir en 1877, et de Nana en 1880, s’est senti investi d’une mission de chef, sinon d’école, du moins de groupe littéraire, et d’une responsabilité militante de théoricien qui l’ont conduit à se poser très vite en autorité littéraire, distribuant autour de lui conseils et encouragements, bons points et réprimandes. S’il ne s’est jamais véritablement posé en « maître », auprès d’écrivains de sa génération et presque de son âge (Huysmans n’était son cadet que de huit ans), il n’a rien fait non plus pour refuser ce titre que la presse lui avait conféré après L’Assommoir. Cette position quelque peu autocratique, assumée sans réticences, n’a pas manqué de susciter des jalousies. Si certains de ses « disciples » se sont accommodés de cette tutelle, comme le fidèle Alexis, acceptant patiemment jusqu’à la fin les remontrances de son aîné, les reproches de « paresse », les conseils paternels de « tâche[r] de rester un grave garçon10 », ou comme Céard, réduit pendant près de vingt ans au rôle de factotum d’un patron exigeant qui n’hésitait pas à le charger de sa propre chronique dramatique du Voltaire, d’une partie de ses recherches documentaires, quand ce n’était pas de ses commandes de charbon ou de l’achat d’un cheval, d’autres ont fini plus ou moins vite par secouer cette servitude encombrante, et par disparaître. Ainsi de Maupassant, éphémère compagnon de route du naturalisme au moment des Soirées de Médan, vite replié sur des positions plus personnelles, proches du réalisme de Flaubert. Ainsi sans doute de Huysmans, dont l’esprit d’indépendance et le sentiment ombrageux de son originalité ont dû vite souffrir de la bienveillance paternelle du maître, et du rôle subalterne qui lui était réservé, sinon par Zola lui-même, du moins par la presse : « Vous êtes un Sous-Veuillot, et moi un Sous-Zola », écrivait-il à Bloy le 22 juin 1884, au moment de la publication d’À rebours, « l’étiquette est collée, nous la porterons notre vie durant, car nous n’avons plus assez d’illusions pour croire à une justice littéraire future ou présente.11 »

  • 12 Voir sur ce point les articles cités (l’Alain Pagès et de Richard Griffiths.
  • 13 Lettre de Zola à Huysmans, 20 mai 1884, Émile Zola, Correspondance, t. V, p. 107-108). Réponse de (...)

6Ces premières réticences n’ont pas empêché Huysmans de concevoir À rebours, dans son originalité même, comme l’étude typiquement naturaliste d’un cas de névrose, ce qu’avaient déjà été avant lui, dans d’autres domaines, Germinie Lacerteux, Madame Gervaisais ou La Conquête de Plassans12. D’ailleurs, dans sa richesse même, et jusque dans ses excès, À rebours fournit un excellent exemple du vaste champ des possibilités offertes au roman des années quatre-vingt par un naturalisme élargi et soucieux de modernité, dans la triple direction du raffinement psychologique, du pessimisme décadent, et de l’esthétisme fin-de-siècle : Bourget, Lorrain, Barrés même sauront s’en souvenir. Il ne semble donc pas juste de réinterpréter ce roman, ainsi qu’on le fait généralement, en adoptant le point de vue rétrospectif de l’auteur dans sa « Préface écrite vingt ans après le roman », comme une rupture esthétique ou mystique, une sorte de marche programmée vers une double conversion, littéraire et religieuse. En 1884, ni Zola, ni Huysmans ne l’ont conçu comme cela. Il faudrait plutôt y voir un élargissement, un épanouissement paradoxal du réalisme naturaliste, non sans risques peut-être, mais ni plus ni moins atypique que Le Rêve, par exemple, paru quatre ans plus tard. La fameuse « entrevue orageuse » entre les deux hommes, fixée par tous les biographes, à la suite de la préface de 1903, en juin ou juillet 1884, n’a certainement pas eu lieu à ce moment-là. Alain Pagès en a démontré l’impossibilité matérielle avant l’automne, et l’échange de lettres qui la remplace ne témoigne d’aucune divergence fondamentale. C’est au contraire une amicale conversation littéraire, analogue à celle que Zola entretenait avec ses amis naturalistes, à l’occasion de la publication de tel ou tel de leurs romans13. Il faut donc accueillir avec scepticisme les affirmations de la préface de 1903, qui n’est qu’une reconstitution a posteriori des faits, dans la perspective d’une sorte de finalisme mystique. Il n’existe, vers 1884, aucun témoignage d’une quelconque rupture entre Huysmans et le naturalisme zolien, ni dans ses relations avec l’auteur des Rougon-Macquart, ni même à l’intérieur de son œuvre propre.

  • 14 À rebours, Gallimard, Folio classique, p. 297.
  • 15 Ibid., p. 301

7Il faut donc attendre la seconde phase des relations de Huysmans avec le naturalisme, dans ces années 1884-1891 qui séparent la publication d’À rebours de celle de Là-bas, pour que des divergences commencent à se faire jour. Encore restent-elles, pendant toute cette période, très masquées. Il faut les déceler, au détour de tel développement d’À rebours sur la littérature du temps (au chapitre xiv), dans le dégoût manifesté par des Esseintes pour l’époque « plate et bête » où il est condamné à vivre, dans son incapacité à « s’harmoniser [...] avec le milieu où il évolue », à découvrir « dans l’examen de ce milieu et des créatures qui le subissent, des jouissances d’observation et d’analyse suffisantes à le distraire », dans le désir de s’évader violemment du « pénitencier de son siècle »14. C’est bien le projet naturaliste de peinture exacte et complète de la réalité contemporaine, jusque dans ses aspects les plus médiocres ou les plus triviaux, qui est ici disqualifié. La reprise du vocabulaire naturaliste employé dans les articles théoriques de Zola (« milieu », « observation », « analyse ») est une allusion trop précise pour que l’on puisse s’y tromper. Cependant, si l’intention critique est évidente, elle est doublement atténuée : d’abord parce que des Esseintes, malgré sa proximité avec son créateur, ne saurait être confondu avec celui-ci, et que ses goûts, ses manies, ses idées ne peuvent être attribués que partiellement à Huysmans lui-même ; ensuite parce que ce passage est suivi presque immédiatement d’un éloge du « prodigieux poème Hindou » de La Faute de l’abbé Mouret, présenté comme une épopée délirante de la matière érotisée15. Zola figure encore, dans À rebours, aux côtés de Baudelaire, de Flaubert et des Concourt, dans le panthéon restreint des « maîtres » avoués par des Esseintes.

  • 16 Lettres inédites à Arij Prins, p. 88.
  • 17 Ibid., p. 145-146.
  • 18 Ibid., p. 184.
  • 19 Ibid., p. 214. Même ton encore dans une lettre à Jules Destrée du 12 décembre 1890 : « À ce propos (...)
  • 20 Lettres inédites à Arij Prins, p. 229.

8En fait, c’est dans la correspondance intime de Huysmans, plutôt que dans ses œuvres publiées, que se fait jour peu à peu à partir de 1887, et de manière de plus en plus vive, une critique visant à la fois l’esthétique naturaliste et la personne de Zola. On peut en suivre la progression, notamment, dans les lettres à Arij Prins. La première attaque a lieu le 27 août 1887, à propos du « Manifeste des cinq » que Huysmans condamne, non pas au titre d’une quelconque amitié personnelle ou solidarité naturaliste, mais parce qu’il reproche aux auteurs de ce factum de n’avoir pas souligné les véritables défauts de l’auteur de La Terre, son « manque de psychologie » et « sa langue devenue ignoble »16. Les critiques, désormais, vont se faire de plus en plus fréquentes et toujours plus violentes, dans la teneur comme dans le ton. Le 31 octobre 1888, à propos du Rêve, Huysmans écrit à Prins que « l’imbécillité de ce livre dépasse tout », et que ce roman est une « ordure »17. En février 1890, il déclare à son correspondant que Zola et lui n’ont « plus rien à [se] dire » : « Il croit au positivisme, au matérialisme, au moderne, et j’ai de tout cela par-dessus la tête »18. Même critique, même ton le 8 janvier 1891, à propos de L’Argent que le Gil Blas publie en feuilletons : « C’est au-dessous de tout — et comme idées qui sont abjectes et comme style qui est nul.19 » La sentence dernière tombe le 4 septembre 1891 : « Zola est fini — universellement méprisé par tous les artistes — Le naturalisme râle et moribonde — et il n’y a rien pour le remplacer.20 »

  • 21 Ibid., p. 36.
  • 22 Même opposition au chap. II de Là-bas : « Au fond, prétendait des Hermies, il y a toujours eu entr (...)
  • 23 « [...] toute l’école naturaliste, telle qu’elle vivote encore, reflète les appétences d’un affreu (...)
  • 24 Ibid., p. 28. Cette critique de l’« américanisme » des mœurs vient de Baudelaire. Voir Fusées XV : (...)
  • 25 Voir par exemple, sur ce thème, l’article de Zola, « L’argent dans la littérature », publié dans L (...)
  • 26 Voir dans Là-bas (Folio classique p. 39-40) le développement sur l’argent « maître des âmes », con (...)
  • 27 Sur cette opposition, voir notre article, « Huysmans entre Zola et Villiers », dans J.-K. Huysmans (...)

9À relire dans son ensemble cette série d’imprécations, on se persuadera facilement que le fond de la critique portée par Huysmans contre l’œuvre et la personne de Zola n’est pas de nature esthétique, mais morale. En effet, la condamnation qui enveloppe le naturalisme zolien à partir de La Terre repose sur une divergence radicale dans l’appréciation, par l’un et l’autre écrivain, des rapports que le romancier doit entretenir avec son époque. Huysmans le constatait déjà dans une lettre à Arij Prins de mars 1886, sans vouloir en tirer encore toutes les conséquences : « Ajoutez à cela, une différence immense entre les idées de Zola par exemple et les miennes. Lui aime son temps qu’il célèbre — moi, je l’exècre — et pourtant nous arrivons à décrire les mêmes choses — lui est, en somme, à considérer la chose de près, matérialiste, moi pas — au fond je suis pour l’art du rêve autant que pour l’art de la réalité21 ». La divergence, même atténuée par la concession (« et pourtant nous arrivons à décrire les mêmes choses »), est profonde. On la croirait d’ordre esthétique, opposant un réalisme simplement matérialiste et une sorte de réalisme mixte, mêlant le rêve et le réel, dont En rade fournirait, à la même époque, l’illustration littéraire. En fait, ce divorce esthétique n’est que la conséquence d’une opposition plus profonde, qui repose sur une estimation contraire des objets et des valeurs de la société moderne. Huysmans « exècre » tout ce que Zola « aime22 », c’est-à-dire tout ce qui reflète, comme il l’écrit dans Là-bas, les « appétences d’un affreux temps23 ». Plus clairement encore, ce qui le sépare de Zola, c’est son refus radical de tout ce que le naturalisme « adore », « l’américanisme nouveau des mœurs », et ses deux conséquences funestes : « l’éloge de la force brutale » et « l’apothéose du coffre-fort24 ». La rupture est bien d’ordre moral, et même métaphysique. D’un côté, l’union de l’art et de l’argent, admise, revendiquée même par les naturalistes qui, à la suite de Zola, considèrent la littérature comme un métier et l’ œuvre comme le produit d’un travail de même nature que le travail industriel25 ; de l’autre, l’horreur de l’argent, principe « diabolique »26, et de tout ce qui s’y rapporte, le refus de se laisser corrompre, de céder à l’ambition, à l’appât du gain, au désir de gloire27.

  • 28 Voir notamment lettre à Arij Prins du 17 mai 1890 : « le naturalisme est mort ! — et il meurt dans (...)
  • 29 Pour Zola, Lettres inédites à Arij Prins, notamment lettre du 17 mars 1890, p. 188 : « Dîner chez (...)
  • 30 Lettre à Prins du 8 janvier 1891, ibid., p. 214.

10Pour désigner cet abaissement généralisé, auquel doit nécessairement participer selon lui l’écrivain épris de son temps, Huysmans use souvent des termes familiers et bouffonnements didactiques de « muflisme » ou de « panmuflisme », qui reviennent régulièrement dans sa correspondance intime, vers 1890, à propos de Zola et du naturalisme28. Un « mufle » est défini par Littré comme une « personne laide et désagréable », et par le Grand Dictionnaire de Pierre Larousse comme une « personne laide, désagréable, sotte, imbécile » : l’idée dominante semble bien être celle de laideur physique et de grossièreté morale. Mais pour que la définition soit complète, il faut y ajouter une nuance d’avidité et d’indélicatesse, qui souligne le caractère bassement intéressé, cupide même, du personnage visé. En fait, pour Huysmans, sera défini comme « mufle » tout homme qui s’intéresse à l’argent, et spécialement tout créateur qui fait de l’argent le but de son œuvre. C’est ce qui explique que les mêmes expressions flétrissantes de « sombre mufle », d’« abominable mufle » soient appliquées à des écrivains aussi différents que Zola et Léon Bloy, au romancier à succès comme à l’écrivain misérable29, parce que tous deux ont fait de l’argent, par excès ou par défaut pourrait-on dire, la valeur suprême de leur existence et de leur œuvre. Le comble de l’abomination sera évidemment, l’année même de Là-bas, la publication par Zola de L’Argent, qui va apparaître à Huysmans comme un crime inexpiable : « Moi, ce qui me fait horreur, là-dedans, c’est l’âme de mufle qui sort, l’admiration de ce parvenu pour les Rothschild, pour les gens de Bourse. Quelle bassesse !30 » Redoublement de perversité : l’argent, déjà consacré par le romancier naturaliste comme but et fin de l’acte littéraire, devenant le sujet même du livre ! L’idole s’installant au plus profond, à l’origine de l’œuvre, pour mieux la corrompre entièrement et définitivement ! Voilà, finalement, ce que Huysmans ne pardonne pas à Zola : d’avoir célébré dans L’Argent la religion satanique de l’or triomphant, d’avoir travaillé à l’avènement d’une sorte de littérature d’en bas dans laquelle les valeurs de l’art se trouvent monstrueusement renversées.

  • 31 Lettres inédites à Émile Zola, p. 144.
  • 32 Voir notamment, à propos de L’Argent, lettre à Prins, 8 janvier 1891 et lettre à Zola, 26 mars 189 (...)
  • 33 Voir par exemple Halina Suwala, « Huysmans et Zola : le dialogue brisé », Les Cahiers naturalistes (...)

11On voit donc avec quelle violence s’exprime dans les lettres que Huysmans adresse entre 1887 et 1891 à ses correspondants intimes une condamnation sans appel du naturalisme et de son chef de file. Mais cette critique ne dépasse pas, à cette époque, les limites de ce cercle restreint. Et si Zola a pu s’en douter peut-être, il n’a pu en avoir aucune preuve. Au contraire, les lettres que lui adresse Huysmans restent chaleureuses. À chaque roman que lui envoie l’auteur des Rougon-Macquart, l’auteur d’À rebours répond par une lettre louangeuse, à vrai dire toujours à peu près la même : « cadre superbe » (La Terre), « joli tour de force » (L’Argent), « formidable bouquin » (La Débâcle), etc. Une phrase résume l’ensemble, à propos de La Débâcle : « Vous pouvez vous flatter d’avoir de sacrés reins et de résistantes épaules et cela vous rendra toujours admirable tant que l’on lira31 ». C’est toujours la même langue de bois, l’éloge convenu du Zola poète épique, animateur de la matière et « prodigieux manieur de foules ». Brunetière et Lemaître ne diraient pas autre chose. Si l’on juxtapose ces formules élogieuses avec les violentes diatribes contenues dans les lettres adressées à Destrée ou à Prins, on obtient un double langage assez surprenant32. Certains critiques s’en sont indignés33. Mais avant d’accuser Huysmans de duplicité, ne faut-il pas faire la part, dans les lettres à Prins surtout, d’une volonté un peu naïve de provocation qui fait des attaques contre Zola (et contre bien d’autres : Bloy, Bourget, Daudet, Maupassant, etc.) l’équivalent des précisions sexuelles et des forfanteries anales ou pédérastiques souvent développées dans les mêmes lettres ? Ne faudrait-il pas aussi se demander si ce double langage, plutôt qu’une marque d’hypocrisie, ne révèlerait pas la gêne de Huysmans, sa crainte de peiner celui qui le traitait encore comme son ami, et que lui-même, ainsi qu’il l’écrit dans la préface d’À rebours en 1903, considérait comme « un très brave homme » (même si ce terme – il faut bien l’avouer – n’a jamais représenté sous sa plume un compliment) ?

  • 34 Lettres inédites à Arij Prins, p. 190.
  • 35 Ibid., p. 192.
  • 36 Ibid., p. 206.
  • 37 Ibid., p. 209.
  • 38 Ibid., p. 215.
  • 39 Ibid., p. 219.

12Quoi qu’il en soit, la publication de Là-bas, en feuilleton d’abord dans L’Écho de Paris à partir du 17 février 1891, en volume ensuite au mois d’avril, va mettre fin à cette période ambiguë. Fin révélant enfin au grand jour la position réelle de l’écrivain, elle inaugure une troisième étape des relations de Huysmans avec le naturalisme zolien, que l’on peut faire coïncider à peu près avec le cycle romanesque de Durtal, de l’apparition de Là-bas à celle de L’Oblat, en 1903. Ce qu’il faut remarquer d’abord, contrairement aux déclarations violentes des lettres intimes, c’est la prudence dont fait preuve Huysmans dans la manifestation publique de ses divergences. Il redoutait en effet les conséquences possibles d’une rupture définitive avec ses anciens amis littéraires. Les lettres à Prins, à partir de 1890, sont pleines de ces inquiétudes : « Je vomis dans le premier chapitre [de Là-bas] sur le naturalisme, tel qu’il est devenu : scientifique et matérialiste et amoureux de son temps », annonce Huysmans le 7 avril. « Seulement ça va me fâcher avec tout le monde !34. » Le 17 mai, il craint de s’attirer « une jolie collection d’ennuis35 ». Le 3 novembre, il avoue qu’il s’attend « à beaucoup d’ennuis de toutes sortes avec ce livre. C’est la brouille avec Zola et tous les naturalistes36 ». Le 25 novembre, il écrit que « ce livre [l’]inquiète », que c’est « une brouille avec Zola, avec tout le monde37 ». Le 11 février 1891, il prévoit « des huées », « un échange de choses désagréables avec Zola », « une stupeur générale surtout de voir de tels documents et un tel sujet38 ». Le 27 avril, après la sortie du livre et le « vrai boucan » qui l’accompagne, il se déclare « ahuri », « ne comptant pas du tout sur un tel succès qui [le] fâche presque irrémédiablement avec Zola dont le livre L’Argent coule inaperçu, malgré ses grosses ventes39 ». On pourrait multiplier les citations. Même si, dans ses lettres à Prins, Huysmans exagère sans doute volontairement ses craintes pour insister sur l’originalité et la force subversive de son roman, il est certain qu’il n’a pas envisagé sans appréhensions, an moment de Là-bas, une rupture publique avec Zola et les naturalistes.

  • 40 Là-bas. Gallimard, Folio classique, p. 27-29.
  • 41 Ibid., p. 29.
  • 42 Ibid., p. 30-31.

13Cette inquiétude est perceptible dans la prudence avec laquelle Huysmans présente dans le roman ses attaques contre le naturalisme. D’abord, il prend soin de dédoubler le discours critique, et d’en réserver la part la plus virulente au personnage de des Hermies, qui ne peut être identifié avec lui, puisque cette fonction est dévolue à l’écrivain Durtal. C’est des Hermies qui se charge des critiques les plus vives, c’est lui qui, dès la première page de Là-bas, reproche en bloc au naturalisme « l’immondice » de ses idées matérialistes et démocratiques, son refus du « supra-sensible » et du « rêve », son obsession obscure « des appétits et des instincts », son amour de « cette vie moderne atroce », son art « si rampant et si plat », qu’il qualifie de « cloportisme »40. Durtal, lui, est plus mesuré. Sa critique n’est pas de négation, mais de négociation avec des principes naturalistes qui ne sont pas vraiment considérés comme caducs, mais comme compatibles en partie avec les exigences du « naturalisme spiritualiste » qu’il s’agit de lui substituer. Zola est ménagé. Des Hermies lui-même, d’ailleurs, reprenant en cela des lieux communs de la critique journalistique du temps qui ne lui coûtent guère, reconnaît a l’auteur des Rougon-Macquart des qualités de « grand paysagiste », de « prodigieux manieur de masses et truchement de peuple41 ». Il réserve (ou feint de réserver) ses attaques au « meilleur élève » du maître, à Rosny, épargnant ainsi Zola qui n’est pas directement affronté. Durtal va plus loin dans la conciliation. Esquissant, dans un passage célèbre du premier chapitre de Là-bas, les éléments d’un néo-naturalisme mystique qui devrait permettre au roman de sortir de l’impasse où la littérature positiviste l’a fourvoyé, il reconnaît la nécessité de suivre « la grande voie si profondément creusée par Zola », et avoue ne pas voir, « en dehors du naturalisme, un roman qui [soit] possible42 ».

  • 43 Lettres inédites à Arij Prins, p. 229.
  • 44 Ibid., p. 245.
  • 45 Ibid., p. 197.
  • 46 L’Écho de Paris, 7 avril 1891.
  • 47 Lettres inédites à Arij Prins. p. 268.

14Il semble bien, si l’on compare ces affirmations avec ce que Huysmans écrit au même moment à ses correspondants intimes, que les idées de Durtal reflètent celles de son créateur sur plusieurs points. Le premier, c’est la certitude pessimiste que la mort du naturalisme n’a pas permis une régénérescence de la littérature, et que les courants qui l’ont remplacé, symbolisme ou décadentisme, sont encore plus stériles : « La littérature est ici dans le plus complet désarroi », écrit Huysmans à Prins le 4 septembre 1891, « Zola est fini (...) Les essais des décadents et symbolistes sont déjà terminés — ces gens n’avaient rien à dire43 ». Même constat désabusé un an plus tard, le 13 novembre 1892 : « En littérature, rien de neuf — Aucun volume intéressant ne paraît — Paris vit sur La Débâcle de Zola et ça lui suffit très bien. Il y a tout de même une sacrée disette de gens de talent, maintenant. La jeunesse littéraire est stupide et nulle. C’est à croire qu’il va y avoir une période d’éclipse, en attendant un jeune, qui resoit de la force d’Hugo et remette tout dans une voie neuve44 ». Dans ces conditions (et c’est le deuxième point), Zola, si honni qu’il soit par Huysmans, représente tout de même pour lui un écrivain supérieur à tous ceux de la jeune génération : « C’est égal, si bas qu’il soit, j’aime encore mieux ces pavés de phrases [les romans de Zola] que la nullité prétentieuse de Margueritte45 », écrit-il à Prins le 2 juillet 1890. En avril 1891, répondant à l’enquête de Jules Huret, il déclare qu’il croit toujours Zola capable de se renouveler, et de trouver « l’autre chose » dont celui-ci a parlé au journaliste : « Il est encore jeune, et s’il veut, d’un coup de ses reins d’athlète, il peut percer le tunnel où il a acculé le naturalisme... Alors, ce sera intéressant : ou pourra voir46 ». Le 20 novembre 1894 encore, écrivant à Arij Prins, il excepte (à contrecœur) Lourdes de la médiocrité générale : « Depuis la crevaison du naturalisme, ç’a été, il faut bien le dire, un désarroi — et réellement, si médiocre, si bête comme idées, qu’il puisse être, le Lourdes de Zola est encore le seul livre qui ait paru, depuis longtemps. Il a au moins des rognons et des reins. C’est d’un art d’enluminure grossière, mais c’est encore bien supérieur, aux petites crottes peintes en gris des Bourget et des Barrés. C’est triste à dire, mais c’est la vérité pourtant »47. C’est reconnaître dans le néo-naturalisme des Trois Villes la puissance créatrice, même vulgaire et fruste, qui manque aux psychologues trop délicats de la nouvelle génération littéraire.

15Dans ces années 1891-1895 qui séparent la publication de Là-bas de celle d’fin route. Huysmans n’en a donc pas tout à fait fini avec le naturalisme zolien, et les projets romanesques qu’il forme à cette époque doivent encore composer avec lui. Il convient, pour y voir plus clair, de se reporter à ce qu’il écrit à ce sujet dans Là-bas, lorsqu’il évoque ce que pourrait être le roman de l’avenir, une fois percé le « mur du fond » de l’impasse naturaliste :

  • 48 Là-bas. Callimard. Folio classique, p. 30-81.

Il faudrait, se disait-il [Durtal], garder la véracité du document, la précision du détail, la langue étoffée et nerveuse du réalisme, mais il faudrait se faire aussi puisatier d’âme et ne pas vouloir expliquer le mystère par les maladies des sens ; le roman, si cela se pouvait, devrait se diviser de lui-même en deux parts, néanmoins soudées ou plutôt confondues, comme elles le sont dans la vie, celle de l’âme, celle du corps, et s’occuper de leurs réactifs, de leurs conflits, de leur entente. Il faudrait, en un mot, suivre la grande voie si profondément creusée par Zola, mais il serait nécessaire aussi de tracer en l’air un chemin parallèle, une autre route, d’atteindre les en deçà et les après, de faire en un mot, un naturalisme spiritualiste : ce serait autrement fier, autrement complet, autrement fort !48

  • 49 Ibid., p. 37.
  • 50 Lettre à Jules Destrée, fin septembre 1890, Lettres inédites à Jules Destrée, p. 166.
  • 51 Lettre à Jules Destrée, 12 décembre 1890, ibid., p. 173.
  • 52 Ibid., p. 174.

16« Naturalisme spiritualiste », telle est donc la définition du roman « complet » que Huysmans rêve de substituer à la formule zolienne. D’autres expressions analogues expriment vers la même époque la même idée : « naturalisme mystique49 », « réalisme surnaturel50 », « surnaturalisme51 », « réalisme absolu52 », etc. C’est chaque fois le même projet de substituer au réalisme positiviste et quantitatif des naturalistes un autre réalisme, transcendantal et qualitatif, qui ferait sa place à la vie de « l’âme » et aux liens immatériels qui unissent le principe spirituel à son enveloppe charnelle. Il ne s’agirait certes pas là d’une psychologie à la Bourget, mais plutôt, en souvenir de Flaubert, de « tableaux complets » montrant à la fois « le dessous et le dessus », la vérité et le mystère des êtres et des choses.

  • 53 L’expression est employée dans Là-bas, à propos de Dostoïevski : « Et encore est-il bien moins un (...)
  • 54 Lettre à Prins du 29 décembre 1902, Lettres inédites à Arij Prias, p. 368.
  • 55 Lettre à Prins du 15 juin 1890, ibid., p. 195.
  • 56 Voir par exemple lettres à Prins, ibid., p. 188, 192, 200, 206, 209, 210, 212, 214, 216, etc.

17Entreprise difficile, car elle se heurte à un double obstacle. Comment, d’abord, définir ce « chemin parallèle » que le « réaliste surélevé53 » devrait « tracer en l’air », au-dessus de la triviale route naturaliste ? « Personne ne le fait pour l’instant », reconnaît Huysmans immédiatement. Les tentatives qu’il fera lui-même pour aller dans cette direction sont intéressantes, mais elles se ramènent le plus souvent à des variations esthético-mystiques dont Sainte Lydwine de Schiedam offrira peut-être, en 1901, le meilleur exemple. Il semble que la voie supérieure postulée par le naturalisme spiritualiste se fraie avec difficulté à travers le maquis compact d’une écriture complexe et savante. Le deuxième obstacle semble plus dangereux encore : car pour conserver le parallélisme entre le réalisme d’« en bas » et celui d’« en haut », l’écrivain surnaturaliste sera contraint de renchérir, en quelque sorte, sur le côté naturaliste de sa création. Le « saut dans les étoiles » (pour parler comme Zola, mais la formule s’applique curieusement bien ici), ne pourra se faire que sur « le tremplin de l’observation exacte ». C’est pourquoi l’on verra Huysmans reprocher de plus en plus à Zola le côté bâclé de sa documentation (« c’est écrit n’importe comment, c’est documenté encore plus mal54 »), tandis qu’il insiste sur le soin avec lequel il « bûche » et « pioche » ses propres romans : « O les documents ! il y en a tant dans ce livre [Là-bas] qu’il n’y a pas moyen d’y faire d’art !55 » Le mot même de document, emblème de l’esthétique naturaliste, est certainement, avec celui de notes ou d’archives (« j’ai les documents les plus curieux », « j’ai des notes superbes », « j’ai eu en main les plus surprenantes archives », etc.56), l’un de ceux qui reviennent avec le plus d’insistance dans la correspondance de l’écrivain, non seulement autour de Là-bas, mais bien au-delà, jusqu’aux dernières œuvres. L’entreprise de « réalisme mystique » passe nécessairement par un surcroît de sérieux dans l’enquête documentaire et bibliographique, dans l’accumulation des notes et des fiches, qui fait paradoxalement de ce naturalisme retourné et dépassé un naturalisme exacerbé.

  • 57 Lettre à Prins du 15 juin 1890, ibid., p. 195.
  • 58 Léon Blum, « J.-K. Huysmans : L’Oblat », Gil Blas, 9 mars 1903, dans Cahiers de L’Herne, no 47, «  (...)
  • 59 Lettre à Prins du 24 juillet 1890, Lettres inédites à Arij Prins, p. 200.
  • 60 L’expression est de Julien Graeq, dans En lisant en écrivant, à propos d’À rebours et d’En route ( (...)

18C’est cet effort documentaire qui donne aux romans du cycle de Durtal, comme Huysmans le note lucidement à propos de Là-bas, leur « couleur grise », leur côté « terne et froid », leur construction éclatée, « tous morceaux », d’où devrait se dégager tout de même, un peu miraculeusement, « un ensemble, bizarre et curieux57 ». Ces remarques valent aussi pour En route, La Cathédrale ou L’Oblat. Elles expliquent la réaction de Léon Blum, à la lecture de ce dernier roman, sa surprise devant le « désordre incroyable » du livre, son recul devant « cette masse énorme de documents, de renseignements, d’observations », à laquelle manque l’unité58. Le dépassement du naturalisme s’arrête trop souvent, chez Huysmans, à cet éclatement et à cet entassement. Ce qu’il a tenté, c’est bien « le dernier décarcassement de cette butte croulante qu’on nomme le naturalisme59 », mais, comme le remarque encore Léon Blum, « la puissance [lui] a manqué, ou l’étude, ou tout simplement l’intention », pour construire sur ces décombres une œuvre réunifiée. On peut certes voir dans ce décousu, à la suite de Breton, de Valéry ou de Gracq, une des conditions de la modernité. L’esthétique de la juxtaposition, « cet à-plat continuel de mosaïque60 », préparerait un renouveau du roman qui passerait d’abord par l’abolition des formes et des formules antérieures. Mais Huysmans n’a pas voulu, ou pas su, aller jusqu’au bout. Il n’a pas cherché à renouveler la méthode de la collection naturaliste, et le fait qu’il en ait réorienté les fins (vers les ténèbres médiévales, vers les curiosités de la liturgie ou de l’occultisme) ne change rien à la permanence des moyens. Il est resté, jusqu’à la fin, un romancier documentaliste attaché à la recherche du « petit fait vrai », d’autant plus soucieux de vraisemblance et de précision que ses sujets l’entraînaient davantage vers l’obscurité ou vers le mystère.

  • 61 Lettres inédites à Arij Prins, p. 368.

19Telle est donc la situation vers 1903, au moment où commence la dernière phase des relations entre Huysmans et le naturalisme. En apparence, c’est un divorce définitif qui s’installe. Zola vient de mourir, le 29 septembre 1902. Huysmans, on l’a vu, n’a pas assisté à ses obsèques. La première lettre qu’il écrit à Arij Prins après cet événement, le 18 octobre, n’en porte pas trace. Il faut attendre la lettre suivante, le 29 décembre, sans doute en réponse à une remarque étonnée de Prins, pour que cette disparition soit évoquée, sans beaucoup d’aménité : « Il est vrai que c’était bien tombé [la vogue du roman zolien]. Son discrédit en France était énorme et il est mort à temps, car il eût connu, avec son train de vie, la misère. [...] La Providence a donc été, en quelque sorte, très douce pour lui, en l’enlevant avant sa très prochaine et irrémédiable décadence61 ». C’est tout. Ce commentaire peu charitable vient mettre le point final à une vingtaine d’années de relations ambiguës, de plus en plus critiques et de plus en plus distendues, avec l’auteur des Rougon-Macquart et avec son œuvre. Après cette lettre, il ne sera plus question de Zola dans la correspondance avec Arij Prins, qui se poursuivra encore pendant plus de quatre ans, jusqu’au 1er février 1907.

  • 62 Les Foules de Lourdes, Œuvres complètes de J.-K. Huysmans, éd. Crès, t. XVIII. 1934, respectivemen (...)
  • 63 Voir sur ce point Zola, Lourdes. Gallimard. Folio classique, p. 443-453, et Les houles de Lourdes.(...)
  • 64 Les Foules de Lourdes, p. 76.
  • 65 Ibid., p. 57.
  • 66 Ibid., p. 249.
  • 67 Ibid., p. 87.
  • 68 Ibid., p. 92-93. Élise Rouquet est le nom sous lequel Zola évoque dans son roman Marie Lemarchand, (...)
  • 69 Ibid., p. 252 et suivantes.

20Pourtant, le contentieux entre les deux écrivains n’est pas tout à fait clos. On le voit bien en 1903, à propos d’À rebours, dans la « Préface écrite vingt ans après le roman ». L’écrivain, relisant son œuvre à la lumière des événements postérieurs, y reconstruit une histoire qui n’a pas été. Il présente comme une évolution linéaire simple, une marche inconsciente à la conversion, ce qui ne s’est produit que de façon confuse et complexe. Il introduit dans la succession des faits la logique externe du miracle, confondant ainsi la mystique avec la littérature. Texte capital certes, mais plus proche d’une conclusion que d’une préface, bilan d’une œuvre bientôt achevée qui, pour donner du sens à l’ensemble, présente un autre À rebours, idéologiquement reconstruit. Avec cette évacuation a posteriori du contenu naturaliste de l’œuvre, il semblerait que la cause soit entendue, et que Huysmans en ait fini enfin avec l’ombre de Zola et les séquelles du naturalisme. Or ce n’est pas encore le cas. Sa dernière œuvre, en effet, Les Foules de Lourdes, préparée dès 1903 et publiée en 1906, se présente comme un exercice étonnant de récriture du Lourdes de Zola, paru en 1894. Cette entreprise se développe dans deux directions. La première, la plus attendue, est une sorte de réfutation des positions idéologiques de Zola, et en particulier de sa critique rationaliste du miracle. Il semblerait que Huysmans, de son propre chef, ou mandaté par certains de ses amis catholiques, ait voulu répondre aux explications psycho-physiologiques avancées par Zola, appuyé sur la neurologie de Charcot, pour ramener les guérisons miraculeuses à de purs phénomènes physiques. Ainsi voit-on successivement l’auteur des Foules de Lourdes s’attaquer aux principaux arguments avancés par Zola : l’influence de l’autosuggestion, la définition (qui fit scandale) de Bernadette comme une « irrégulière de l’hystérie », la théorie de la « foi qui guérit », l’explication par l’inconscient collectif et « la puissance inconnue des foules »62. De même, on verra Huysmans, prenant le contre-pied des développements inspirés à Zola par ses entretiens avec Henri Lasserre, présenter, à propos de l’affaire du curé Peyramale et de l’église paroissiale de Lourdes, des propos beaucoup plus favorables aux Pères de la Grotte63. Mais tout cela n’est encore que superficiel. Il ne s’agit pas seulement, pour Huysmans, de combattre des positions rationalistes, et d’opposer aux conclusions de Zola la réponse de la foi catholique. Ce qu’il veut, plus profondément, c’est reprendre l’enquête à la base, lui appliquer la même méthode, mais plus complètement, plus sérieusement pour ainsi dire. De là, malgré quelques concessions de détail (« ces sinistres trains blancs si bien décrits par Émile Zola64 »), un reproche général, déjà présent dans les lettres à Prins, de négligence dans la documentation. Zola est accusé de peindre ses toiles à gros traits, « comme des décors de théâtre65 », de s’être « document[é] au galop », de se contenter des apparences, sans « s’être rendu compte de la situation exacte des dessous de Lourdes66 ». Huysmans, au contraire, lui donnera des leçons de sérieux documentaire, reprenant la visite au bureau des constatations67, revenant sur des cas de guérison évoqués inexactement dans Lourdes comme celui d’Élise Rouquet68, cherchant à rétablir enfin, à l’aide de documents nouveaux, une image de Bernadette plus conforme à ce que doit être pour lui la vérité historique69.

  • 70 L’expression se trouve dans Les Foules de Lourdes, p. 239, à propos de la nouvelle église paroissi (...)

21Mais cela ne suffit pas encore. Ce que vise Huysmans, au fond, c’est une récriture complète de Lourdes, dans sa dramatisation, dans son imaginaire même. C’est ainsi que l’on assiste dans Les Foules de Lourdes à la reprise intentionnelle de certaines scènes déjà traitées par Zola, comme celles des piscines, de la fête aux flambeaux, de la procession du Saint-Sacrement. Ici encore, Huysmans se place dans la perspective d’une relecture et d’une réfection du texte zolien, considéré comme modèle ou plutôt comme contre-modèle, qu’il cherche à rendre plus expressif et plus chargé de sens. L’évocation des piscines par exemple, très proche de celle de Lourdes par la représentation des lieux et des pratiques, est en même temps très différente parce qu’elle est saturée de la présence invisible de la Vierge, qui manque totalement dans le texte de Zola, et qui soutient ici la signification mystique du passage. De même, Huysmans reprend et amplifie le thème de la laideur de Lourdes, de ses foules, de ses trafics, de ses monuments, de ses objets de piété, déjà traité par Zola. Mais en décelant dans cette laideur obsédante et lamentable la preuve de la présence active de l’esprit du Mal à l’œuvre dans la cité des miracles, il lui confère une grandeur d’abjection nouvelle, une sorte de répugnante beauté d’en bas plus puissante que la médiocre laideur évoquée par Zola, et propice à toutes les indignations fécondes, à tous les « haut-le-cœur d’art70 » salutaires. Le regard simplement critique de l’écrivain réaliste se trouve ici transfiguré par le travail d’une vision véritablement « surnaturaliste » du réel, conforme à celle que Durtal appelait de ses vœux dans le premier chapitre de Là-bas.

  • 71 Lettres inédites à Arij Prins, p. 184.
  • 72 Zola, Correspondance, t. VII, p. 141.

22On voit donc comment s’est poursuivi jusqu’à la fin, par textes interposés, un échange difficile et somme toute créateur entre Huysmans, l’œuvre et la personne même de Zola. Relations complexes : en surface, elles semblent évoluer vers un rejet de plus en plus violent qui accompagnerait les progrès de la conversion et aboutirait, au tour liant du siècle, à une rupture complète ; mais en profondeur, de façon plus ambiguë, l’exaspération s’accompagne d’un reste d’estime qui pousse l’auteur des Foules de Lourdes à reconnaître à son adversaire, presque malgré lui, certaines qualités de puissance esthétique et même morale. Ainsi, jusqu’à la fin, continuera-t-il à entretenir avec la mémoire de celui qui fut son ami des rapports de proximité méfiante et de rejet agacé non dépourvu parfois de sympathie. « C’est ennuyeux ces relations sur la défensive et que personne ne veut rompre », écrivait Huysmans à Arij Crins le 19 février 1890, à propos du « froid » qui s’était installé entre Zola et lui71. « On semble s’apercevoir aujourd’hui, mon cher Huysmans, que nous ne pensons pas tout à fait de même. Mais cela, n’est-ce pas ? a toujours été ; et cela ne nous a jamais empêchés de nous aimer dans nos œuvres », répliquait Zola le 15 mai 1891, en remerciement de l’envoi de Là-bas72. Entre les deux hommes, vers 1891, sans crise, sans fracture violente, le dialogue s’est interrompu. Est-il vraiment sûr pourtant qu’il se soit véritablement rompu ?

Anmerkungen

1 J.-K. Huysmans, Lettres inédites à Jules Destrée, Genève, Droz, 1967, p. 33-34.

2 J.-K. Huysmans, Lettres inédites à Arij Prins, Genève, Droz, 1977, p. 241.

3 Cité dans J.-K. Huysmans, Lettres inédites à Émile Zola, Droz et Giard, 1953, p. 146.

4 Aux Cent Bibliophiles (éd. hors commerce).

5 C’est le cas pur exemple de Lucien Descaves dans sa Note à l’édition Crès d’À rebours, Huysmans, Œuvres complètes. t. VII, 1929, ou de Robert Baldick, dans La Vie de J.-K. Huysmans, Denoël, 1968.

6 Voir notamment, dans Joris-Karl Huysmans, “À rebours”, SEDES, 1990, les articles d’Alain Pagès, « À rebours, un roman naturaliste ? » (p. 3-17 et notamment p. 11-13), et de Richard Griffiths, « Huysmans et le mythe d’À rebours » (p. 19-52).

7 Lettres inédites à Jules Destrée, p. 34.

8 Lettres inédites à Arij Prins, p. 36.

9 Ibid., p. 36.

10 Voir Émile Zola, Correspondance, Presses de l’Université de Montréal - Éditions du CNRS t. VIII. p. 94.

11 Léon Bloy, J.-K. Huysmans, Villiers de l’Isle-Adam, Lettres. Correspondance à trois, réunies et présentées par Daniel Habrekorn, éd. Thot, 1980, p. 24.

12 Voir sur ce point les articles cités (l’Alain Pagès et de Richard Griffiths.

13 Lettre de Zola à Huysmans, 20 mai 1884, Émile Zola, Correspondance, t. V, p. 107-108). Réponse de Huysmans à Zola, vers le 25 mai 1884 (Huysmans, Lettres inédites à Émile Zola. p. 103-104).

14 À rebours, Gallimard, Folio classique, p. 297.

15 Ibid., p. 301

16 Lettres inédites à Arij Prins, p. 88.

17 Ibid., p. 145-146.

18 Ibid., p. 184.

19 Ibid., p. 214. Même ton encore dans une lettre à Jules Destrée du 12 décembre 1890 : « À ce propos avez-vous lu dans le Gil Blas le commencement de son roman sur L’Argent ? La grossièreté de l’écriture et le panmuflisme de cela ! — Moi qui l’ai si carrément défendu après L’Assommoir, j’ai le cœur qui lève devant l’art industriel qu’il fabrique maintenant, tour à tour pour l’Académie comme Le Rêve, ou pour le bas peuple comme La Bête humaine. » (Lettres inédites à Jules Destrée. p. 172-173).

20 Lettres inédites à Arij Prins, p. 229.

21 Ibid., p. 36.

22 Même opposition au chap. II de Là-bas : « Au fond, prétendait des Hermies, il y a toujours eu entre toi [Durtal] et les autres réalistes une telle différence d’idées qu’un accord péremptoire ne pouvait durer ; tu exècres ton temps et eux l’adorent : tout est là » (Gallimard, Folio classique, p. 43).

23 « [...] toute l’école naturaliste, telle qu’elle vivote encore, reflète les appétences d’un affreux temps » (ibid., chap. I, p. 29).

24 Ibid., p. 28. Cette critique de l’« américanisme » des mœurs vient de Baudelaire. Voir Fusées XV : « La mécanique nous aura tellement américanisés, le progrès aura si bien atrophié en nous toute la partie spirituelle », etc. (Baudelaire, Œuvres complètes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », éd. Cl. Pichois, t. I, p. 665), ou encore L’Exposition universelle de 1855 : « Demandez à tout bon Français qui lit tous les jours son journal dans son estaminet ce qu’il entend par progrès, il répondra que c’est la vapeur, l’électricité et l’éclairage au gaz, miracles inconnus aux Romains [...]. Le pauvre homme est tellement américanisé par ses philosophes zoocrates et industriels qu’il a perdu la notion des différences qui caractérisent les phénomènes du monde physique et du monde moral, du naturel et du surnaturel » (Œuvres complètes, t. II, p. 580).

25 Voir par exemple, sur ce thème, l’article de Zola, « L’argent dans la littérature », publié dans Le Messager de l’Europe de mars 1880, et repris la même année dans Le Roman expérimental.

26 Voir dans Là-bas (Folio classique p. 39-40) le développement sur l’argent « maître des âmes », conçu comme « la plus désarçonnante des énigmes » et le moteur de tous les péchés.

27 Sur cette opposition, voir notre article, « Huysmans entre Zola et Villiers », dans J.-K. Huysmans : la modernité d’un anti-moderne, Naples, L’Orientale Éditrice, 2003, p. 15-30.

28 Voir notamment lettre à Arij Prins du 17 mai 1890 : « le naturalisme est mort ! — et il meurt dans un doux gâtisme sous l’ombre de Zola dont le muflisme dégote encore celui de tous les autres » (Lettres inédites à Arij Prins, p. 192), ou encore lettre à Jules Destrée du 12 décembre 1890, à propos de L’Argent : « La grossièreté de l’écriture et le panmuflisme de cela ! » (Lettres inédites à Jules Destrée, p. 172-173).

29 Pour Zola, Lettres inédites à Arij Prins, notamment lettre du 17 mars 1890, p. 188 : « Dîner chez Zola, hier. Il va faire un roman sur l’argent et en faire, dit-il, l’éloge. Car il n y a que les gens pauvres qui crient après l’argent, ajoute-t-il. Quel abominable mufle ! » Pour Bloy, baptisé le « sombre mufle », voir passim les lettres à Prins à partir d’octobre 1889.

30 Lettre à Prins du 8 janvier 1891, ibid., p. 214.

31 Lettres inédites à Émile Zola, p. 144.

32 Voir notamment, à propos de L’Argent, lettre à Prins, 8 janvier 1891 et lettre à Zola, 26 mars 1891 ; à propos de La Débâcle, lettres à Prins, 18 juin et 18 novembre 1892, et lettre à Zola, fin juin 1892.

33 Voir par exemple Halina Suwala, « Huysmans et Zola : le dialogue brisé », Les Cahiers naturalistes, no 63, 1989, p. 17-25.

34 Lettres inédites à Arij Prins, p. 190.

35 Ibid., p. 192.

36 Ibid., p. 206.

37 Ibid., p. 209.

38 Ibid., p. 215.

39 Ibid., p. 219.

40 Là-bas. Gallimard, Folio classique, p. 27-29.

41 Ibid., p. 29.

42 Ibid., p. 30-31.

43 Lettres inédites à Arij Prins, p. 229.

44 Ibid., p. 245.

45 Ibid., p. 197.

46 L’Écho de Paris, 7 avril 1891.

47 Lettres inédites à Arij Prins. p. 268.

48 Là-bas. Callimard. Folio classique, p. 30-81.

49 Ibid., p. 37.

50 Lettre à Jules Destrée, fin septembre 1890, Lettres inédites à Jules Destrée, p. 166.

51 Lettre à Jules Destrée, 12 décembre 1890, ibid., p. 173.

52 Ibid., p. 174.

53 L’expression est employée dans Là-bas, à propos de Dostoïevski : « Et encore est-il bien moins un réaliste surélevé qu’un socialiste évangélique, cet exorable Russe ! » (p. 31).

54 Lettre à Prins du 29 décembre 1902, Lettres inédites à Arij Prias, p. 368.

55 Lettre à Prins du 15 juin 1890, ibid., p. 195.

56 Voir par exemple lettres à Prins, ibid., p. 188, 192, 200, 206, 209, 210, 212, 214, 216, etc.

57 Lettre à Prins du 15 juin 1890, ibid., p. 195.

58 Léon Blum, « J.-K. Huysmans : L’Oblat », Gil Blas, 9 mars 1903, dans Cahiers de L’Herne, no 47, « Huysmans », 1985, p. 258-261.

59 Lettre à Prins du 24 juillet 1890, Lettres inédites à Arij Prins, p. 200.

60 L’expression est de Julien Graeq, dans En lisant en écrivant, à propos d’À rebours et d’En route (Julien Graeq, Œuvres complètes, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. II, p. 653).

61 Lettres inédites à Arij Prins, p. 368.

62 Les Foules de Lourdes, Œuvres complètes de J.-K. Huysmans, éd. Crès, t. XVIII. 1934, respectivement p. 217-218, 250, 288, 299, 320.

63 Voir sur ce point Zola, Lourdes. Gallimard. Folio classique, p. 443-453, et Les houles de Lourdes. p. 241-245.

64 Les Foules de Lourdes, p. 76.

65 Ibid., p. 57.

66 Ibid., p. 249.

67 Ibid., p. 87.

68 Ibid., p. 92-93. Élise Rouquet est le nom sous lequel Zola évoque dans son roman Marie Lemarchand, guérie spontanément d’un lupus par des applications d’eau de Lourdes.

69 Ibid., p. 252 et suivantes.

70 L’expression se trouve dans Les Foules de Lourdes, p. 239, à propos de la nouvelle église paroissiale.

71 Lettres inédites à Arij Prins, p. 184.

72 Zola, Correspondance, t. VII, p. 141.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2004

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search