Versione classicaVersione mobile

Champ littéraire, fin de siècle autour de Zola

 | 
Béatrice Laville

Regards sur le champ littéraire : édition, institutions, réactions

Militants, héritiers et novateurs ; regards sur quelques romans à la mort de Zola

Jean-Michel Pottier

Testo integrale

1Parlant de la mort de Voltaire, Diderot se serait écrié : « Comment se peut-il que meure un tel homme que le Destin commun ramène à sa loi barbare le prophète de la raison, le juste éducateur de l’humanité ». Laurent Tailhade, en reprenant les mots de Diderot, poursuit :

  • 1 Laurent Tailhade, Petits mémoires de la vie, Grès, 1921. p. 205-206.

Ce cri de Diderot, nous l’avons tous senti monter en nous quand la perte de Zola vint secouer nos poitrines et fit planer sur nos têtes sa foudroyante horreur ? Quoi ! parce qu’un valet négligent, un architecte mal avisé ont omis d’aérer cette chambre, où le premier froid d’automne ramenait le ponctuel écrivain, parce que le feu ne brûlait pas dans une cheminée, il faut que la grande voix se taise qui, depuis cinq ans, nous enseigna le devoir d’être justes et l’honneur d’être bons.1

2Le jour de la mort de Zola, un de ses plus farouches opposants, Rosny Aîné, écrivait dans son journal :

  • 2 J.-H. Rosny Aîné, Journal inédit, Collection privée.

C’est le jour de la mort de Zola, asphyxié, accidentellement, par l’oxyde de carbone. La malchance de cet homme, trouvé mort devant son lit, en chemise me frappe abstraitement. Il y a pourtant quelque conformité entre cette face morne et ce qui est arrivé, entre l’œuvre maussade et épique et cette mort maussade et tragique. Mais le plus heureux de nous, littérairement, (sauf Rostand) mourant de cet accident falot, cela m’étonne et accroît ma résignation à tout. Encore un moment, J.-H. !2

3Relevées à vingt ans de distance, ces quelques remarques montrent bien la permanence du conflit qui a pu opposer adversaires et partisans de Zola.

4Il en va différemment des œuvres, même si cela amène à évoquer des textes oubliés, introuvables, et qui révèlent quelques traits spécifiques d’un genre fort prisé et fort commenté à l’époque.

5A partir de ce qu’il est convenu d’appeler un symptôme, plus précisément le Manifeste des Cinq, des choix ont été faits par quelques-uns des signataires, ceux-là même qui, d’opposants sont devenus d’une certaine manière des héritiers, alors qu’ils croyaient être des novateurs.

  • 3 Zola, dans une lettre à Huysmans le 21/08/1887 affirme : « je suis enchanté d’avoir lancé ce bouqu (...)
  • 4 Voir Christophe Charle, La Crise littéraire à l’époque du naturalisme, Roman, théâtre, politique, (...)

6Cinq grenouilles pour un crapaud, tel pourrait être le titre de ce méchant épisode que constitua le Manifeste des Cinq3. Du point de vue de la réception du roman La Terre, l’impact a été essentiel. Pour les signataires du texte, l’effet produit par le Manifeste a été tout autre : Christophe Charle et David Baguley ont évoqué le Manifeste comme manifestation de groupe4. C’est sans doute dans cette perspective que la réflexion peut s’exercer. Quelles sont les causes qui ont entraîné l’événement au milieu de l’été 1887 ? Elles peuvent être regroupées en trois ensembles : la jalousie, la frustration, l’envie de plaire. Du reste l’ensemble laisse à penser que le Manifeste entre dans une stratégie : l’entrée bruyante dans le monde littéraire peut, au moment où la littérature industrielle prend son essor, où la presse se nourrit d’informations à sensations, être considérée comme un élément propre à faire connaître les auteurs. L’idée du Manifeste, émanant de Paul Bonnetain, qui connaît bien le monde littéraire, provient d’une volonté nette de ne plus être considéré comme un disciple de Zola, de manifester une certaine forme d’autonomie par rapport à la figure de l’écrivain reconnu. Ainsi, Gustave Guiches explique l’origine du Manifeste dans ce sens :

  • 5 Gustave Guiches, Au banquet de la vie, Éditions Spes, 1925, p. 217.

Un journal ne peut plus imprimer un nom appartenant à l’un de nous sans lui accoler cette désignation : disciple de Zola. Or nous savons ce que c’est que le disciple. Le disciple est un être subalterne condamné à n’exister que pour servir la gloire de son maître et à endosser tous les défauts, toutes les défaillances, toutes les infirmités et, s’il y a lieu, toutes les turpitudes qui pourraient obscurcir cette gloire. Le disciple est le thuriféraire et le portefaix de son maître. L’opinion lui accorde un encensoir, mais lui refuse une plume.5

  • 6 Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, Vanves, Éditions Thot, 1984, p. 211.

7Bonnetain, quant à lui, retrace précisément la genèse immédiate du Manifeste dans sa réponse à l’enquête sur l’évolution littéraire de Jules Huret. Ulcéré du contenu de La Terre, il en parle à Descaves. Paul Margueritte est associé, puis Guiches. C’est Rosny Aîné qui rédigera le texte. En témoigne, selon Huysmans et Bonnetain le « côté scientifico-pompier de la tartine », « gâté par un abus de nélogismes pharmaceutiques »6.

8De fait, c’est bien tout d’abord un texte que ce Manifeste, puisque c’est par le texte qu’on en a reconnu l’auteur. Pris par une logique d’analyse de phénomène littéraire, les critiques ont parfois effleuré le contenu même du texte, un texte pensé, construit, très intentionnellement orienté. Rédigé par Rosny Aîné, le Manifeste s’inscrit tout d’abord dans une double temporalité : « naguère » et « maintenant ». Les deux moments évoqués sont représentés par deux romans de Zola, L’Assommoir et La Terre. Pour les signataires, Zola a trahi ce qui faisait sa grandeur. Parallèlement à cette inscription dans le temps, le Manifeste est placé par son auteur dans une perspective évolutionniste : multipliant les termes d’inspiration darwinienne, (« génération montante », « mouvement », « bouleverser », « struggle », « se transformer », « décadence », « dégénérescence »), Rosny Aîné signe le texte au moyen de ce qui fondera son œuvre quelques années plus tard. La construction du texte relativement long met en évidence huit séquences très nettement articulées :

1. La jeunesse a reconnu en Zola un maître.
2 et 3. Après L’Assommoir, l’élan semble coupé : les ficelles sont trop voyantes, la fragilité du propos scientifique est patente.
4. L’obscénité envahit son œuvre.
5. La source est dans un déséquilibre physiologique qui atteint Zola lui-même.
6. La Terre a provoqué une immense déception.
7 et 8. La rupture est consommée ; peut-être la littérature retrouvera-t-elle, un jour, quelque dignité.

  • 7 « désertion » (à trois reprises), « mobiles morbides », « dépravation morbide », « décadence » (à (...)
  • 8 « cri de probité », « force de notre jeunesse », « loyauté », « dignité », « culte, amour profond, (...)

9Au fond, l’attaque est triple : la méthode zolienne vacille, l’homme est malade, la morale chancelle. Se déploient alors toutes les images de perte, de dissociation et de pourrissement7. Doublant l’opposition temporelle, un jeu d’oppositions lexicales vient répondre aux séries positives, propres aux cinq signataires8. Le Manifeste, tel qu’il est conçu par Bonnetain et Rosny Aîné a une triple visée : rappeler le principe édicté par Zola lui-même et qu’il trahit dans ses dernières œuvres, affirmer la présence de la génération montante, situer le débat dans une perspective évolutionniste. Le rappel à l’ordre cache aussi, dans une certaine mesure un hommage et cette ambiguïté du Manifeste (dont on retrouvera maintes fois la trace dans les textes et l’attitude de Rosny Aîné, par la suite) en constitue la faiblesse, en plus des attaques ad hominem qu’il contient.

  • 9 J.-H. Rosny Aîné, Torches et Lumignons, Souvenirs de la vie littéraire, Éditions « La Force frança (...)
  • 10 Gustave Guiches, op. cit., p. 236.
  • 11 Lucien Descaves, Souvenirs d’un ours, Les Éditions de Paris, 1946, p. 87.
  • 12 Gustave Guiches, op. cit., p. 224.

10C’est d’ailleurs bien ainsi que le perçurent les signataires eux-mêmes : « farce grotesque » pour Rosny Aîné9, « péché de jeunesse » pour Guiches10, « excès de jeunesse » pour Descaves11. Cependant, aucun d’entre les signataires ne tire véritablement parti du bruit provoqué par le Manifeste. Guiches rappelle qu’ils ont été « déchiquetés et mangés à toutes les sauces. La critique [les] assomme sous les plus pesants coups de talon de son mépris »12. Rosny Aîné n’en est pas plus fier :

  • 13 J.-H. Rosny Aîné, op. cit., p. 222.

Nous eussions pu tirer profit de l’équipée : des journaux, des revues, des librairies sollicitaient nos proses. Tous, même Bonnetain, nous laissâmes passer l’heure, soit maladresse, soit indolence, soit encore une gêne trop naturelle.13

11Ce fut un échec, et pour les ennemis de Zola, le Manifeste fut l’occasion de renforcer les attaques. Brunetière s’empare de l’événement (tout en s’amusant des signataires) pour proclamer la banqueroute du naturalisme. Huysmans, bien que soutenant Zola, trouve confirmation de ce qu’il exprimera dans la Préface qu’il donne pour A Rebours.

12Les traces possibles des critiques eurent des effets bien éloignés : sans faire de Victor Segalen un pourfendeur du naturalisme, on peut considérer que sa thèse de médecine, parue, justement, en 1902, constituait, pour lui, une manière d’adieu à cette époque. Portant sur l’étude des méthodes employées par les écrivains naturalistes pour décrire les personnages ou les intrigues pathologiques de leurs romans, Segalen définit trois méthodes d’observation. D’une part, il existe dans les romans naturalistes une méthode directe, ce qu’il appelle « la clinique objective » : il s’agit de l’observation d’après nature. Pour illustrer son propos, il prend l’exemple de la description de l’agonie de Jules de Concourt, telle qu’elle est rapportée par Edmond de Concourt dans les pages du Journal, sous-titré Mémoires de la vie littéraire. D’autre part, il met en évidence une seconde méthode, la clinique subjective qui consiste à se prendre pour objet d’analyse. L’exemple le plus approprié est constitué par La Doulou de Daudet ou L’Opium de Paul Bonnetain ou bien encore A Rebours de Huysmans. Enfin, la troisième méthode, dénommée « documentation indirecte » consiste à se servir de documents de seconde main. Elle paraît pour le jeune médecin particulièrement peu rigoureuse. L’exemple le plus caractéristique est celui donné par chaque roman de Zola. C’est alors que Segalen critique la notion d’expérimentation, de « roman expérimental » :

  • 14 Victor Segalen. Les Cliniciens ès-lettres in Œuvres complètes, Robert Laffont [Collection Bouquins (...)

A ce titre, il serait ingénieux de considérer l’intrusion de la science en son œuvre, comme un merveilleux d’un nouveau genre, le merveilleux scientifique, et de ne pas tenir compte de ses velléités d’expérimentateur.14

13Notons au passage que c’est cette même expression de « merveilleux scientifique » qui servira à caractériser, quelques années plus tard, le principal registre de l’œuvre de Rosny Aîné. Ce rapide rappel trace le cadre à partir duquel les signataires ont pu fonder leur carrière littéraire en tentant de mettre à distance l’œuvre de Zola.

14Que sont alors devenus, en 1902, Rosny, Descaves et Margueritte, ces militants bientôt héritiers ? Pour bien comprendre leur trajet, il convient de revenir un instant sur la fin de la carrière de Zola. Dès l’enquête menée par Jules Huret, l’écrivain avait donné quelques indices de ce qu’aurait pu constituer le roman à venir. S’inscrivant dans le débat sur les jeunes générations d’écrivains, il a tendance à les stigmatiser :

  • 15 Jules Huret, op. cit., p. 158.

En s’attardant à des bêtises, à des niaiseries pareilles, ce moment si grave de l’évolution des idées, ils me font l’effet, tous ces jeunes gens, qui ont tous de trente à quarante ans, de coquilles de noisette qui danseraient sur la chute du Niagara ! C’est qu’ils n’ont rien sous eux qu’une prétention gigantesque et vide !15

15Il préconise quant à lui une recherche plus ambitieuse, plus en prise avec le monde :

  • 16 Ibid., p. 159.

L’avenir appartiendra à celui ou à ceux qui auront saisi l’âme de la société moderne, qui, se dégageant des théories trop rigoureuses, consentiront à une acceptation plus logique, plus attendrie de la vie. Je crois à une peinture de la vérité plus large, plus complexe, à une ouverture plus grande sur l’humanité, à une sorte de classicisme du naturalisme.16

16Deux ans plus tard, toujours interrogé par Jules Huret, Zola précise et affirme sa préoccupation sociale :

  • 17 Jules Huret, 43 Entretiens de littérature et d’art, Vanves, Éditions Thot, 1984, p. 42.

Mes recherches, où que je les dirigeai, m’ont toujours fait toucher du doigt le problème social. C’est toujours, et quoi qu’on fasse, la lutte du pauvre contre le riche, l’abaissement des natures et des caractères par la misère, l’égoïsme profond de celui qui possède, et, malgré tout, l’éternel effort de ceux d’en bas pour prendre leur place au soleil et la vie. Ils ont compris, nos jeunes successeurs, qu’il n’y avait pas de plus noble cause à embrasser, ils lâchent petit à petit leur esthétique de papier mâché, leur mysticisme et leurs symboles, pour participer à la vie véritable qui est le souci des causes généreuses et la recherche de la vérité.17

17N’est-ce pas là une foi nouvelle dans la jeunesse littéraire, plus dynamique, plus tonique qu’auparavant ? Quelques années plus tard, répondant à une enquête d’Amédée Boyer parue sous le titre La Littérature et les arts contemporains, Zola présente sa position :

  • 18 Amédée Boyer, La Littérature et les arts contemporains, Éditions Albert Méricant, s.d. (1909), p.  (...)

Je crois que la littérature du vingtième siècle sera sociale. Le grand mouvement démocratique auquel nous assistons ne peut manquer d’influer sur le goût, les tendances, les sentiments des écrivains. De plus en plus, le livre donnera la peinture exacte et précise des mœurs et des aspirations populaires.18

18Et il conclut :

  • 19 Ibid., p. 222.

En résumé, je le répète, je crois à l’élargissement de la littérature par l’étude des foules, des mouvements sociaux, par une union plus étroite des écrivains avec le peuple et par une mutuelle pénétration de l’un et de l’autre.19

19C’est dans la direction d’un roman social, voire socialiste que s’engageait Zola à la fin de sa carrière. Le poète, romancier et critique Poinsot publia en 1907 un ouvrage intitulé Littérature sociale dans lequel il associe étroitement Zola, les frères Rosny, les frères Margueritte, Lucien Descaves, Octave Mirbeau, Léon Frapié (second prix Concourt). Jaurès, lui-même, avait déjà évoqué cette dimension de l’œuvre de Zola dans une conférence intitulée « Travail d’Émile Zola » et prononcée le 15 mai 1901. Parlant de l’auteur de Germinal, il affirme :

  • 20 Jean Jaurès, « Travail d’Émile Zola », Critique littéraire et critique d’art. Edition établie par (...)

Son but, c’est de conduire l’humanité vers le communisme libertaire, c’est-à-dire vers une organisation sociale dans laquelle les classes ne seront plus comme aujourd’hui divisées par les monopoles, par le privilège de la propriété ; c’est la communauté qui possédera tous les moyens de produire, c’est l’humanité, par conséquent, qui se possédera elle-même.20

  • 21 Émile Zola, Notes pour Justice, in Œuvres complètes, T. VIII, respectivement p. 1520, 1517 et 1518

20Dans les Notes pour Justice qui ont été conservées, Zola évoque en effet « l’entente solidaire de tous les peuples, pour le plus de bonheur possible ». Pour ce faire il faut admettre que le « cycle militaire est fini pour la France » et que « la bataille décisive maintenant se livrera sur le terrain intellectuel et économique »21.

  • 22 Les deux frères Rosny ont utilisé le pseudonyme de J.-H Rosny tout au long de leur collaboration. (...)
  • 23 Paul Bonnetain est mort en 1899 et Gustave Guiches se détourne du roman pour se consacrer presque (...)

21En écho à cette position de Zola, rapprochons quelques romans de Lucien Descaves, Paul Magueritte et J.-H. Rosny22, trois des signataires du Manifeste, romans parus justement dans les années 1901-190223. L’ensemble des publications de cette année 1902, pour ces trois auteurs est relativement impressionnant : Paul et Victor Margueritte, qui viennent juste de commencer leur collaboration, achèvent La Commune, quatrième et dernier tome d’Une Époque (qui évoque la guerre de 1870 et ses suites) ; ils publient également deux romans : Deux vies et Le Jardin du Roi. Descaves fait paraître La Colonne, tandis que les frères Rosny, associés depuis de nombreuses années, donnent une épaisse Histoire de la guerre Anglo-Boer, deux romans : Les Deux Femmes et L’Héritage ; sous le pseudonyme d’Henri de Noville, Rosny Aîné publie Le Trésor de Mérande, repris en 1926 sous le titre Le Trésor lointain. Cet ensemble abondant, apparemment hétérogène peut néanmoins être regroupé en deux catégories : les romans d’analyse sentimentale : les romans du cycle militaire.

22Le 4 août 1893, Zola déclarait à Jules Huret que son action pourrait se développer :

  • 24 Jules Huret, op. cit., p. 44.

(...) sans me livrer à l’ignoble cuisine politique (le professionnels – que je continue à mépriser profondément, ceux-là – je crois qu’après les lois sur le divorce de Naquet, les campagnes de Rivet à propos des enfants naturels, il reste encore de bonne besogne de justice et d’équité à poursuivre ; le terrain est vaste, je n’aurai qu’à choisir.24

23Les frères Margueritte, Victor et Paul, récemment réunis dans une collaboration qui devait durer bien après la période qui nous intéresse, reprenaient dans un roman paru en 1902, Les Deux Vies, un thème d’actualité : le divorce, menant une véritable campagne pour dénoncer l’injustice faite aux femmes et tenter de promouvoir un élargissement du divorce.

24Le roman évoque, en parallèle, l’histoire de deux femmes : Gabrielle Favié, la mère, et Francine Le Hagre, sa fille. La mère, veuve, refuse de vivre une passion bien réelle avec Charlie de Bréars, de dix-sept ans plus jeune qu’elle. Profondément pieuse, influencée par des confesseurs fort diligents et très conformistes, elle préfère vivre dans le sacrifice plutôt que de risquer une liaison hors-norme, donc pour elle scandaleuse. De longs débats intérieurs, de longues pages racontent sa tourmente. Personnage de la nuit et de la solitude, elle est déchirée par son drame intérieur. Sa fille Francine, quant à elle, vient de découvrir la trahison de son mari : elle veut divorcer. Sa mère, son mari, sa belle-mère lui rappellent ses devoirs d’épouse, le pouvoir de son mari, la nécessité de se sacrifier au nom de la morale, du mariage, de la maternité. Un douloureux combat commence. D’obstacles en erreurs, Francine voit la solution du divorce s’éloigner ; avec l’homme qu’elle aime et sa petite fille, il ne lui reste plus qu’à fuir la France et à vivre, ruinée et en marge.

25Les deux auteurs prennent fait et cause pour le personnage de Francine et soutiennent le recours au divorce lorsque l’un des deux conjoints le souhaite. Ils attaquent, par l’intermédiaire du personnage de Marchal, l’esclavage de l’épouse, la justice, l’église. La peinture des deux cheminements contradictoires de ces deux femmes est central :

En elles, deux conceptions opposées sont aux prises : la mère incarne les devoirs et les servitudes de la société, la fille les droits et les révoltes de l’individu : tout hier et tout demain.

  • 25 Ibid., p. 368.

26Si le sacrifice individuel est rejeté, l’« enfer domestique » ou le « martyr conjugal » sont stigmatisés. Francine va jusqu’à contester la validité sociale du mariage : « l’union libre vaut mieux qu’un mariage comme le mien »25.

27A la critique du mariage répond la remise en cause de l’Église : Marchal, un ami, qui vient de voir Gabrielle prier, se retire, songeur :

  • 26 Ibid., p. 191.

Depuis des siècles, l’Église n’avait qu’une idée et la poursuivait obstinément, par la ruse, après la violence : exercer la domination temporelle et l’oppression spirituelle, au moyen de ce marchandage du paradis et de l’enfer, qui spéculait sur les plus honteux instincts de l’homme, la convoitise et la lâcheté.26

28Les confesseurs de Gabrielle Favié ne pensent qu’à la contraindre au renoncement à soi, au sacrifice, au nom du mariage, à l’oubli de sa propre existence.

29La Justice n’est [tas épargnée. Elle est perçue comme une agression constante :

  • 27 Ibid., p. 160.

(...) la gigantesque machine, au bourdonnement ininterrompu de ses cent mille voix, dévidait des arguments, des conclusions, des témoignages, formulait des interrogatoires, précipitait des plaidoiries, solennisait des réquisitoires, ânonnait sans trêve des jugements et des arrêts. Francine eut l’intuition d’un terrible engrenage où, dès que l’on mettait le doigt, le corps entier pouvait passer et ne ressortir qu’aplati, les membres rompus, l’âme en loques.27

  • 28 Ibid., p. 220.
  • 29 Ibid., p. 367.

30En définitive, le roman insiste sur la nécessité pour Francine de se révolter : « Je n’attendrai pas la mort pour me délivrer. Ce cœur, ce corps cette volonté sont à moi ; je serai libre » affirme Francine28. Et Francine de s’imposer définitivement : « Je ne veux que le droit de vivre librement, d’élever librement ma fille, d’aimer librement, d’être librement aimée, de me réaliser, malgré tous les obstacles, de toute ma volonté et de toute mon âme29 ».

  • 30 Ibid., p. 379.

31Le lecteur est habilement conduit à soutenir Francine dans sa revendication légitime, le roman déborde et la fiction gagne la réalité sociale : utilisant de nombreuses épigraphes (dont des citations extraites de textes de Lucien Descaves et de J-H Rosny), les dernières pages sont consacrées à la présentation d’une pétition, « relative à la modification de la Loi actuelle du Divorce (déposée le 20 octobre 1902 par Gustave Rivet, député de l’Isère) », dans laquelle les deux frères renouvellent, hors du roman, leur vœu de voir que « le divorce demandé par un seul soit autorisé au bout de trois ans »30. En 1905, les deux frères devaient relancer le débat né de la parution d’Un Divorce de Paul Bourget : dans Quelques idées, ils rappelaient leur position :

  • 31 Paul et Victor Margueritte, Quelques idées. Plon-Nourrit et Cie, 1905, p. 191.

(...) ce que nous voulons, avec le mariage plus libre, ce n’est point la révolution, ce n’est point la destruction des saines idées, des intangibles principes familiaux, – c’est au contraire une évolution lente, avec tous les freins que l’on voudra, vers la libération féminine, vers moins de malheurs, vers un peu plus de bonheur ici-bas.31

32Zola avait d’ailleurs répondu à une enquête sur l’union libre, proposée par les deux frères dans le même ouvrage :

  • 32 Ibid., p. 169.

Je suis pour le couple dont l’amour rend l’union indissoluble. Je suis pour que l’homme et la femme qui se sont aimés et qui ont enfanté s’aiment toujours jusqu’à la mort. C’est la vérité, la beauté, et c’est le bonheur. Mais je suis pour la liberté absolue dans l’amour, et si le divorce est nécessaire, il le faut sans entraves, par le consentement mutuel et même par la volonté d’un seul32.

33La technique romanesque est toute différente dans le roman de Rosny, Les Deux Femmes. Là encore, deux destins s’opposent, celui de Claire Hugon et de sa fille Claudine, toutes deux amoureuses d’un aventurier, Marc de Férar. Mari de la fille, il aime la mère. Après une tentative de suicide de Marc, la fille laissera sa place à la mère. Point de revendication sociale, point d’ancrage militant ; seule prévaut ici l’étude psychologique de l’amour dans un univers propre aux obsessions de Rosny. Constamment présente dans l’œuvre, la juxtaposition de plusieurs états de l’évolution humaine apparaît pleinement au moment où, au début du roman, Marc sauve Claudine de la noyade :

  • 33 J.-H. Rosny, Les Deux Femmes, Flammarion, s.d. (1925), p. 26 [Select Collection]. L’ouvrage a été (...)

Mais déjà deux bras passionnés s’étaient emparés d’elle ; elle s’abandonna à la force qui la dominait, et dans la vase, dans les roseaux, Mare l’emportait comme un troglodyte emportant la femme conquise...33

34Tout le roman de Rosny se fonde sur une double question plus existentielle que sociale : qui suis-je ? qui dois-je aimer ?

35Venons en à notre seconde catégorie, celle du cycle militaire, qui, on l’imagine, ne correspond pas à l’idée exprimée par Zola dans les Notes pour Justice. Il reste que cet ensemble mérite un instant d’attention.

  • 34 L’ouvrage est publié en 1902 dans les récents Cahiers de la Quinzaine animés par Charles Péguy.

36Passons rapidement sur l’ouvrage des frères Rosny, La Guerre anglo-boer, qui consiste en une relation du conflit qui opposa, au tout début du siècle, l’Angleterre au Transvaal. Dans un contexte profondément anti-anglais, le combat des Boers recueillit la sympathie de nombreux Français. L’ouvrage des frères Rosny, sous-titré « Histoire et récit d’après des documents officiels », se limite à un travail méthodique de mise en texte de divers documents. Néanmoins, il entre dans une tentative pour raviver l’image militaire, durement touchée durant l’Affaire Dreyfus, mais aussi pour prendre fait et cause pour le petit peuple des Boers, brimé par la puissance aveugle. De nombreux passages sont très explicites, quant à la prise de position en faveur des « victimes » de l’Angleterre. N’oublions pas que c’est à cette époque que les frères Tharaud conçoivent leur roman Dingley, l’illustre écrivain, qui évoque le problème boer et obtiendra le prix Concourt en 190634.

37Plus proche de notre préoccupation, en ce qu’il appartient au genre romanesque, le roman des frères Margueritte, intitulé La Commune, permet à ses auteurs de revenir vingt ans après sur un conflit (certes pour des questions familiales – le Général Margueritte, père des deux frères, avait joué un rôle au cours de la guerre de 1870 mais aussi pour des raisons politiques). Manière d’engagement, le dernier roman permettait d’évoquer l’important gâchis humain, les dix-sept mille fédérés tués ou exécutés pendant et après le combat : « la réaction de 71, précisaient Paul et Victor Magueritte, a tué eu une semaine deux fois plus de pauvres gens que la Révolution n’en avait abattu en deux ans ». La dédicace ne laissait pas d’ambiguïté : « Aux vainqueurs et aux vaincus de la Commune (...) A ces frères ennemis pacifiés dans la mort et l’oubli nous dédions ces pages en haine et en horreur de la plus odieuse des guerres. »

38C’est cependant un troisième roman qui retiendra notre attention : La Colonne de Lucien Descaves. A la différence des deux autres romans, celui de Descaves constitue une rupture avec la tradition du roman militaire, dans l’esprit de ce que suggérait Zola.

39Le personnage central du roman est la Colonne Vendôme. Autour d’elle gravitent deux mondes : d’un côté, celui de l’Hôtel des Invalides, représenté par Prophète, fidèle au souvenir des longs combats napoléoniens et de la tradition militaire ; de l’autre, celui de Belleville, incarné par Rabouille, le communard. Le moment choisi est celui d’une véritable crise. Pour Prophète, à la tête d’une troupe dérisoire d’invalides, de manchots, de boiteux et d’aveugles, de vieux soldats torturés par leurs souvenirs et incapables d’agir, de grabataires et de mourants, il faut à tout prix éviter la chute de la Colonne. Pour Rabouille, la situation est plus compliquée : pour lui, comme pour ses amis de Belleville, comme Martin, l’ancien instituteur anarchiste, la Commune hésite, tergiverse, s’égare dans des considérations trop humanistes. En arrière-plan, la rivalité idéologique qui oppose Prophète à Rabouille se double d’un effet de dramatisation, un conflit portant sur le petit Adrien, petit-neveu du vieux Prophète et fils naturel de Rabouille. Alors que les frères Margueritte refusaient délibérément de choisir entre Fédérés et Versaillais, Descaves, dont on sent l’inclination pour les Communards, fait d’un anarchiste radical, l’ancien instituteur, son porte-parole.

40C’est à cet endroit que se marquent à la fois la proximité et l’écart avec le roman zolien : si l’on retrouve bien le signe d’un engagement diffus aux côtés des Fédérés, la peinture de la foule, la mise en place de tableaux, (tel l’enterrement de Mazoudier, un brave homme envoyé se faire tuer au fort d’Issy, ou l’évocation de l’enfer sénile des Invalides), si l’on retrouve aussi la présence d’un personnage porte-parole, Martin, l’instituteur promoteur de radicalité, le roman, pourtant très long, marque des écarts nets. L’intrigue, qui s’étend sur 360 pages, est particulièrement minimale : va-t-on ou non détruire la Colonne ? Le texte consiste essentiellement en une suite de dialogues parfois lourdement didactiques, préfigurant l’orientation théâtrale de l’œuvre ultérieure de Descaves : le narrateur disparaît progressivement. Les passages descriptifs sont singulièrement absents et si l’impression de mouvement et de rythme est réelle, un regard plus précis montre qu’en fait tout le roman est fondé sur un balancement représenté par les deux lieux, l’Hôtel des Invalides et Belleville, tour à tour visités par Prophète (qui vit aux Invalides et rend visite à sa famille à Belleville) et Rabouille (qui vit a Belleville et vient en mission aux Invalides). A cela s’ajoutent de longs passages empreints de sentimentalisme. Le roman peine à acquérir une réelle expansion. Il trouve néanmoins sa force dans la peinture de quelques trop peu nombreux personnages ; tel est le cas du mécanicien Jacques Rabouille. Son action reste discrète, tout au long du roman et brusquement, au moment où le destin de la Colonne est tracé, et presque parallèlement à ce destin, le personnage s’anime. Son discours, sorte de testament paternel et philosophique, va jusqu’à emporter l’adhésion du vieux Prophète, pourtant acteur forcené de la réaction. L’écriture de Descaves se tend en quelques pages pour acquérir une profondeur ainsi qu’une force évocatoire surprenantes.

41C’est bien dans les ultimes chapitres de l’ouvrage que Lucien Descaves rejoint au fond ce que Zola pressentait du roman à venir : celui de l’engagement, de la grandeur venue de l’humanité, du refus et de la dénonciation de l’arbitraire militaire au nom de l’action et de la justice.

42Que dire, en conclusion, de la production romanesque des anciens du Manifeste, au moment de la mort de Zola ?

43D’abord une certaine surprise que je dois reconnaître : au moment de l’inventaire des titres, l’ensemble a pu paraître inquiétant d’hétérogénéité, de distance avec le propos initial. Au fur et à mesure des lectures, j’ai vu se rapprocher Margueritte et Descaves, dans des textes qui donnaient au lecteur l’envie d’en terminer la lecture et pouvaient éveiller quelques parcelles de conscience. Les frères Rosny restaient, sans doute résolument éloignés.

  • 35 Ce qui vaut pour Descaves et Margueritte en 1902 sera valable quelques années plus tard dans l’œuv (...)

44Éloignés par le passé, les dissidents du Manifeste semblent pourtant se rapprocher de Zola, près de vingt-cinq années après les faits. Critiques intransigeants et parfois grossiers, ils avaient reconnu leur excès – ou ils le reconnaîtraient quelques années plus tard – mais, curieusement, au moment où Zola disparaissait, ils rendaient un hommage insoupçonné à celui qu’ils avaient repoussé. Leurs romans, pourtant éloignés dans la forme et le ton de ceux de Zola, ne tendaient-ils pas à retrouver quelques accents connus ? Malgré d’importants écarts, ces écrivains, Descaves et Margueritte prenaient en compte l’héritage de Zola. En ayant voulu ranger Zola au rayon des oubliés, ils revenaient paradoxalement sur ses traces35.

45Cependant, leurs romans traduisent les signes formels d’une évolution du roman qui s’éloigne de la conception zolienne : l’intrigue, même si elle est considérablement développée, a tendance à n’être réduite qu’à une seule dimension ; le roman concentre l’attention sur un seul personnage plutôt que sur un ensemble significatif d’individus ; on assiste à une fermeture thématique en ce que le roman devient le récit d’un parcours psychologique intérieur ; le narrateur hésite entre engagement social et volonté d’analyse dégagée de toute prise de parti. Les quelques romans évoqués, dans leurs disparités, par la perméabilité de leur forme, montrent déjà comment la notion même de roman sera peu à peu remise en question.

  • 36 En fait, ils seraient quatre : Rosny Aîné, Rosny Jeune, Descaves et Paul Magueritte. Victor Margue (...)
  • 37 Émile Zola, « Le crapaud », Œuvres complètes, T. XIV, p. 733.

46Au moment où disparaît Zola, les trois signataires, qui devaient siéger longtemps au sein de l’Académie Concourt36 et dont le premier prix allait être bientôt décerné, deviendraient les promoteurs d’un genre parfois bien éloigné de ce qu’avait rêvé Zola. « La vraie mort littéraire commence au silence qui se fait sur les œuvres et sur l’homme37 » : si Zola avait bel et bien disparu en 1902, ni les souvenirs du Manifeste, ni les romans des survivants n’avaient réussi à le faire oublier. Bien au contraire !

Note

1 Laurent Tailhade, Petits mémoires de la vie, Grès, 1921. p. 205-206.

2 J.-H. Rosny Aîné, Journal inédit, Collection privée.

3 Zola, dans une lettre à Huysmans le 21/08/1887 affirme : « je suis enchanté d’avoir lancé ce bouquin-là dans la mare aux grenouilles » La publication en feuilletons provoqua l’action des Cinq.

4 Voir Christophe Charle, La Crise littéraire à l’époque du naturalisme, Roman, théâtre, politique, Essai d’histoire sociale des groupes et des genres littéraires, Presses de l’École Normale Supérieure, 1979 et David Baguley, Le naturalisme et ses genres, Nathan, 1995 [Collection Le Texte à l’œuvre]. Le terme de « manifestation » est sans doute plus juste pour évoquer le Manifeste des Cinq.

5 Gustave Guiches, Au banquet de la vie, Éditions Spes, 1925, p. 217.

6 Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, Vanves, Éditions Thot, 1984, p. 211.

7 « désertion » (à trois reprises), « mobiles morbides », « dépravation morbide », « décadence » (à deux reprises), « dégénérescence ».

8 « cri de probité », « force de notre jeunesse », « loyauté », « dignité », « culte, amour profond, le suprême respect pour l’Art »

9 J.-H. Rosny Aîné, Torches et Lumignons, Souvenirs de la vie littéraire, Éditions « La Force française ». 1921, p. 221.

10 Gustave Guiches, op. cit., p. 236.

11 Lucien Descaves, Souvenirs d’un ours, Les Éditions de Paris, 1946, p. 87.

12 Gustave Guiches, op. cit., p. 224.

13 J.-H. Rosny Aîné, op. cit., p. 222.

14 Victor Segalen. Les Cliniciens ès-lettres in Œuvres complètes, Robert Laffont [Collection Bouquins], 1995, T. 1, p. 51.

15 Jules Huret, op. cit., p. 158.

16 Ibid., p. 159.

17 Jules Huret, 43 Entretiens de littérature et d’art, Vanves, Éditions Thot, 1984, p. 42.

18 Amédée Boyer, La Littérature et les arts contemporains, Éditions Albert Méricant, s.d. (1909), p. 228.

19 Ibid., p. 222.

20 Jean Jaurès, « Travail d’Émile Zola », Critique littéraire et critique d’art. Edition établie par Michel Launay, Camille Grousselas et Françoise Laurent-Prigent, in Œuvres complètes, Fayard, 2000, T. XVI. p. 454.

21 Émile Zola, Notes pour Justice, in Œuvres complètes, T. VIII, respectivement p. 1520, 1517 et 1518.

22 Les deux frères Rosny ont utilisé le pseudonyme de J.-H Rosny tout au long de leur collaboration. Au moment de leur séparation en 1908, ils ajouteront « aîné » et « jeune » afin de se dissocier nettement.

23 Paul Bonnetain est mort en 1899 et Gustave Guiches se détourne du roman pour se consacrer presque exclusivement au journalisme et au théâtre.

24 Jules Huret, op. cit., p. 44.

25 Ibid., p. 368.

26 Ibid., p. 191.

27 Ibid., p. 160.

28 Ibid., p. 220.

29 Ibid., p. 367.

30 Ibid., p. 379.

31 Paul et Victor Margueritte, Quelques idées. Plon-Nourrit et Cie, 1905, p. 191.

32 Ibid., p. 169.

33 J.-H. Rosny, Les Deux Femmes, Flammarion, s.d. (1925), p. 26 [Select Collection]. L’ouvrage a été publié initialement en 1902.

34 L’ouvrage est publié en 1902 dans les récents Cahiers de la Quinzaine animés par Charles Péguy.

35 Ce qui vaut pour Descaves et Margueritte en 1902 sera valable quelques années plus tard dans l’œuvre de Rosny et plus particulièrement dans les romans de Rosny Aîné, après 1908. Citons par exemple Les Ames perdues, roman des attentats anarchistes de 1894 (roman antérieur à la mort de Zola) ou La Vague rouge, longue réflexion sur le syndicalisme.

36 En fait, ils seraient quatre : Rosny Aîné, Rosny Jeune, Descaves et Paul Magueritte. Victor Margueritte, candidat malheureux, n’accéda jamais à l’un de couverts de l’Académie.

37 Émile Zola, « Le crapaud », Œuvres complètes, T. XIV, p. 733.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2004

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search