Version classiqueVersion mobile

Champ littéraire, fin de siècle autour de Zola

 | 
Béatrice Laville

Regards sur le champ littéraire : édition, institutions, réactions

De Zola à Loti : l’institution face au naturalisme

Francis Lacoste

Texte intégral

1À la fin du xixe siècle, la préoccupation principale des instances de légitimation est de trouver un écrivain susceptible d’endiguer la vague naturaliste ; et en 1902, la mort de Zola ne résout pas totalement le problème.

2En 1891, l’institution (que l’on peut grossièrement définir comme la résultante des pressions de l’Académie Française, de la Revue des Deux Mondes et de certains salons) a cru trouver une solution en assurant la gloire d’un écrivain à succès, plutôt bien pensant, et dont le dilettantisme faisait, du moins dans les milieux mondains, un contrepoids à l’esprit de sérieux et à la prétention scientifique du naturalisme.

  • 1 Candidat malheureux en 1890, Loti est élu au fauteuil de Feuillet le 21 mai 1891, et il est reçu s (...)

3Cependant Julien Viaud, alias Pierre Loti1, ne pourra combler totalement les attentes des milieux qui constituent le pôle dominant du champ littéraire, si bien qu’il sera rapidement nécessaire de trouver des substituts ou des auxiliaires dans la croisade antinaturaliste. Mais cette tentative ne sera pas couronnée de succès, et en 1902, dans un contexte politique marqué par la montée de l’anticléricalisme et l’émergence du groupe des « intellectuels » liés à l’Affaire Dreyfus, Pierre Loti garde une position centrale dans le champ littéraire, même si son œuvre ne correspond pas tout à fait aux vœux de l’institution et n’est pas exactement conforme à ce qu’une analyse sociologique pourrait laisser attendre.

  • 2 Revue des Deux Mondes, 1er février 1891 (« Octave Feuillet », p. 664-694).
  • 3 Ibid., 1er septembre 1887, p. 213-224.
  • 4 Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, José Corti, 1999.

4Pour expliquer la place occupée par Loti à la fin du xixe siècle dans le champ littéraire, il est nécessaire de revenir sur les enjeux de son élection au fauteuil d’Octave Feuillet en 1891, et prendre en compte l’impasse dans laquelle se trouve alors la littérature officielle. Il apparaît tout d’abord que « l’école du bon sens » (ou littérature « ohnète ») a fait son temps. Certes, en 1891, à la mort d’Octave Feuillet, Brunetière s’efforce de défendre le cher disparu, mais il est obligé de reconnaître que ce faisant il se situe à contre-courant, car « le Musset des Familles » a été souvent jugé de manière « malveillante » et « hostile » par ses adversaires naturalistes, mais aussi par la plupart des critiques influents comme Sainte-Beuve, Edmond Schérer, Jules Lemaître et Anatole France. Brunetière reconnaît qu’« une partie de son œuvre est déjà caduque » et que, en raison du succès remporté par le naturalisme, ses romans « pourront [...] quelque temps encore n’être pas mis à leur véritable place, et jugés à leur véritable valeur », mais il essaie de se rassurer en se disant que le grand homme sera réhabilité plus tard, grâce à la renaissance de l’idéalisme2. En attendant, il faut trouver un écrivain qui représente la littérature contemporaine, fut-elle « réaliste », à condition qu’il ne se compromette pas avec le naturalisme honni. Le contexte semble d’ailleurs favorable, car si les années 1880 ont vu le triomphe du naturalisme, une réaction s’est produite ensuite. Aux dénonciations habituelles des universitaires comme Brunetière (qui proclame « la banqueroute du naturalisme »3) ou des critiques impressionnistes comme Anatole France, s’ajoutent les coups portés en 1887 par les anciens disciples de Zola qui, après La Terre, publient le Manifeste des cinq pour renier une « littérature sans noblesse » au nom de leur « suprême respect pour l’Art ». Finalement, en 1891, Jules Huret, journaliste à L’Écho de Paris, mène une enquête montrant que, si le naturalisme n’est pas mort, il est sans doute moribond4. L’atmosphère n’est plus favorable au positivisme, et on assiste à un renouveau spiritualiste que révèle la publication par Bergson de l’Essai sur les données immédiates de la conscience en 1889.

5Cette mutation n’est évidemment pas sans effet sur la littérature, et la publication du Disciple de Bourget en 1889 constitue un événement important. Les naturalistes eux-mêmes essaient d’emprunter des voies nouvelles, Maupassant vers le roman psychologique, Huysmans vers le « naturalisme spiritualiste ». L’élection de Loti s’explique donc assez bien par la volonté de faire échec à Zola qui venait, notamment, de s’aliéner la bourgeoisie avec la publication de L’Argent. Maupassant et Bourget s’étant récusés, l’auteur d’Aziyadé, fortement soutenu par les salons, était le seul qui pût rallier une coalition hétéroclite composée notamment de Coppée, Taine, Claretie, Renan, Pasteur et Leconte de Lisle.

  • 5 « L’Assommoir » dans Le Constitutionnel. 29 janvier 1877, p. 103.

6Aussi Loti exprime-t-il sa reconnaissance envers la docte assemblée qui a daigné l’accueillir en son sein, et prononce-t-il un discours vigoureusement antinaturaliste et antimatérialiste qui reprend les anathèmes de la littérature cléricale et conservatrice ou les invectives d’un Barbey d’Aurevilly, pour qui Zola est un « Michel-Ange de la crotte »5 :

  • 6 Œuvres complètes de Lierre Loti, de l’Académie Française, tome i, Calmann-Lévy, 1893, p. 29-30. Le (...)

Le réalisme, et le naturalisme qui en est l’excès, je suis loin de contester leurs droits ; mais, comme de grands feux de paille impure qui s’allument, ils ont jeté une épaisse fumée par trop envahissante. La condamnation du naturalisme est d’ailleurs en ceci, c’est qu’il prend ses sujets uniquement dans cette lie du peuple des grandes villes où ses auteurs se complaisent. N’ayant jamais regardé que cette flaque de boue, qui est très spéciale et très restreinte, ils généralisent sans mesure les observations qu’ils y ont faites, – et, alors, ils se trompent outrageusement. Ces gens du monde qu’ils essaient de nous peindre, ou bien ces paysans, ces laboureurs, pareils tous à des gens que l’on prendrait dans des bals de Belleville, sont faux. Cette grossièreté absolue, ce cynisme qui raille tout, sont des phénomènes morbides, particuliers aux barrières parisiennes ; j’en ai la certitude, moi qui arrive du grand air de dehors. Et voilà pourquoi le naturalisme, tel qu’on l’entend aujourd’hui, est destiné, – malgré le monstrueux talent de quelques écrivains de cette école, – à passer, quand la curiosité malsaine qui le soutient se sera lassée6.

  • 7 Le discours prononcé par Loti le 7 avril 1892 est publié par Firmin-Didot la même année et il est (...)

7Mais Loti multiplie les maladresses et manifeste un excès de zèle (bonapartiste et antirépublicain) qui n’est plus de mise en 1891, au moment où l’Académie commence à s’accommoder du régime. Son discours est donc censuré, ou plus exactement, on lui demande paternellement de modérer son enthousiasme de néophyte, si bien que juste après l’élection, Loti se vengera en publiant le vrai discours7. De [dus, le nouvel élu ne se contente pas d’attaquer Zola, mais s’en prend à tous les courants en vogue à l’époque, y compris à ceux qui pourraient être opposés au naturalisme, en particulier à Bourget qui vient de triompher avec Le Disciple :

  • 8 Œuvres Complètes, ibid., p. 45.

Le Roman psychologique – je suis vraiment consterné d’avoir à prononcer ce mot pédant – a, lui aussi, de nos jours, mené grand bruit autour de sa personne et décrété, absolument du reste comme le Roman naturaliste, qu’en dehors de lui-même, rien ne valait... Et pourtant, après les remarquables maîtres de cette école, dans quel indigeste pathos sont tombés les médiocres qui les ont suivis8 !...

  • 9 Ibid., p. 23.
  • 10 Ibid., p. 40.
  • 11 Pour cette polémique, voir Le Temps, 9 avril 1892.

8Il se montre même irrévérencieux envers Feuillet, dont il met en évidence les faiblesses, notamment le caractère suranné et laborieux de l’œuvre, et cherche surtout à exalter ses propres romans : « je n’ai jamais composé un livre, moi » dit-il fièrement9. Enfin, et c’est peut-être le plus grave, il semble faire des concessions aux naturalistes, dont le talent « peut [...] être considérable »10 et il présentera des excuses à Zola blessé par les invectives contre son œuvre : « C’est vrai, je trouve que vous vous trompez, que vous voyez les hommes comme ils ne sont pas. [...] Mais cela ne m’empêche pas, croyez-le, d’admirer votre talent, qui est général et immense. Et si, hier, je vous avais froissé personnellement, j’en aurais un grand regret »11.

  • 12 Lettre du 15 avril à Juliette Adam.
  • 13 « Le méfait de Loti », 16 avril 1892.

9Le discours de Loti provoque également une réponse ambiguë d’Alfred Mézières qui, au nom de l’Académie, s’efforce de réhabiliter Feuillet, mais surtout une violente réaction de la presse, en particulier de l’avant-garde représentée par La Revue Blanche. La plupart des critiques se montrent féroces envers Loti, qui se plaint de recevoir « un torrent d’injures et d’inepties »12. Certes, Fernand Vandérem, le chroniqueur de La Revue Bleue, a applaudi au discours13, et le 9 avril, Le Temps, fidèle à sa réputation, évite la polémique, prend du recul et préfère comparer les deux versions. Toutefois, dans le Supplément du 8 avril, Henry Michel, tout en reconnaissant les qualités d’imagination de l’écrivain, relevait dans le discours bien des « inexpériences », « d’excessives vivacités de langage ». Mais ce que l’on reproche le plus au nouvel académicien, c’est son attitude, stigmatisée par Zola. Le Monde Artiste du 10 avril accuse l’officier de mieux connaître les « mœurs du carre » que les « usages de la coupole » et flétrit un discours « encensorialement égotiste » :

Votre honorable interlocuteur, M. Mézières, avec une grande finesse, trop grande peut-être, a souligné l’incorrection de votre apologie. Du fatalisme oriental dont vous vous parez avec une coquetterie toute féminine, il vous est resté un secret penchant pour la contemplation ombilicale.

  • 14 Œuvres Complètes, p. 6.
  • 15 “Loti expliqué par lui-même”, Le Figaro. 9 avril 1892.

10Loti s’étant vanté de son inculture en disant orgueilleusement « je ne lis jamais »14, les critiques le prennent au mot et raffinent sur le thème de la bêtise du nouvel académicien. Barrès se montre particulièrement dur et ironise sur le marin qui se pose en professeur et qui, ignare en philosophie, confond l’idéal avec « les choses élégantes, parfumées, de bon air » ou qui moralise alors que son œuvre décrit « la saveur que prend la bouche des femmes sous les diverses latitudes »15. Et dans Le Nouvel Écho, Alfred Duquet s’indigne :

  • 16 Le Nouvel Écho, 16 avril 1892, p. 228-229.

Il n’a jamais rien eu sous le crâne [...] Et c’est un pareil homme qui, dans son discours de réception, s’en prend à Zola, qui se mêle de le condamner ! Il ne se doute pas qu’à côté de l’auteur de L’Assommoir et de Germinal, Pierre Loti n’est qu’un Pygmée. On dirait la colonne Vendôme se mesurant avec la tour Eiffel16.

11Mais cette élection est surtout pour certains critiques une bonne occasion pour dénoncer l’incompétence d’une Académie qui privilégie la médiocrité et le conformisme et ne se soucie guère de la littérature vivante :

  • 17 Ibid., p. 229. L’amiral de Freycinet, président du Conseil et ministre de la guerre, avait été élu (...)

La vieille aveugle du Pont des Arts vient ainsi, en moins d’un an, de commettre deux impairs formidables. Souhaitons qu’elle les atténue par un prochain choix plus intelligent, par la nomination du maître naturaliste : après le signor Freycinetto, hélas ! Mais après M. Viaud. Zola17 !

  • 18 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, tome iii, Robert Laffont (Bouquins), 1989, p. 469.

12Loti restera d’ailleurs un académicien marginal, qui ne prendra pas au sérieux ses nouvelles fonctions. Barrés rappelle avec une certaine condescendance que ce simple lieutenant de vaisseau, d’origine modeste, « a passé sa vie au collège, puis sur le pont de son bateau, puis avec ces prostituées charmantes et ces sympathiques ivrognes que ses œuvres nous font chérir ». Les mœurs du marin suscitent maints commérages, et on ironise sur le sexe d’Aziyadé. Edmond de Goncourt note, le 21 septembre 1890, que Loti aurait été « surpris en flagrant délit de pédérastie », si bien qu’il y a eu contre lui « un commencement d’instruction »18, et le journaliste du Gil Blas, le 8 avril 1892, évoque ainsi le romancier : « on lui a prêté un vice d’Orient ; et la légende est si solidement établie, que l’Académie – quand il posa sa candidature – crut devoir, m’assure-t-on, procéder discrètement à une enquête sérieuse ».

  • 19 Journal, ibid., p. 689.

13De plus Loti est athée, ce qui n’est pas forcément bien vu à l’Académie, et son voyage en Terre Sainte ne lui fera pas retrouver la foi. Sa sensibilité très vive le rapprocherait plutôt des écrivains « fin de siècle », il est également souvent considéré comme un transfuge du naturalisme. C’est pourquoi, le 7 avril 1892, Goncourt dénonce ce qu’il appelle le « lècheculisme » de Loti : « cet homme dont le talent antiacadémique est tout nôtre par les procédés d’observation et de style, pour complaire à l’Académie, s’est fait de gaîté de cœur, le domestique éreinteur de tous les talents pères et frères du sien »19.

  • 20 Voir Christophe Charle, La Crise littéraire à l’époque du naturalisme : roman, théâtre, politique,(...)

14Dans le contexte de « crise littéraire » qui marque la fin du xixe siècle20, Loti participe, assez maladroitement, à la lutte de l’institution contre le naturalisme. Sa personnalité originale et les maladresses de son discours de réception suscitent cependant une insatisfaction de l’institution, d’autant que la veine romanesque de l’écrivain rochefortais semble rapidement s’épuiser.

  • 21 « De la littérature réaliste, à propos du roman russe », Revue des Deux Mondes, 15 mai 1886, p. 28 (...)
  • 22 Ibid., 1er octobre 1888, p. 694.
  • 23 Ibid., 1er mars 1887. μ. 206.

15Il faut donc recruter de nouveaux talents dans ce combat contre Zola et ses épigones. Dans le cadre du retour vers la spiritualité, au moment où Brunetière lui-même revient à la religion, on pense d’abord au roman russe, très à la mode depuis les articles de De Voguë21, qui sera lui-même élu à l’Académie Française en 1901. Mais Brunetière se montre un peu réticent : « Vos Russes me fatiguent : ils abusent du droit que l’on a d’être long » écrit-il en 1888, regrettant la clarté, la précision de l’art classique22. Dans la même veine, le roman psychologique pourrait être utilisé avec profit. Bourget est un écrivain bien pensant, qui évoque des milieux mondains susceptibles de plaire à des lecteurs choqués par les œuvres de Zola ; élu en 1894 à l’Académie Française, il publiera en 1902 dans La Revue des Deux Mondes le roman L’Étape, où il dénoncera les « intellectuels ». Cependant, la subtilité excessive de ses analyses psychologiques gêne Brunetière : « C’est la vie démontée, expliquée, analysée, c’en est le mécanisme et c’en est les rouages, ce n’est pas la vie directement vue ni par conséquent fidèlement imitée » écrit-il en 188723. La nécessité d’un certain réalisme s’impose donc même aux tenants de la tradition.

  • 24 Voir Paul Vernois, Le Roman rustique de George Sand à Ramuz, Nizet, 1962.

16Mais puisque le nom de Zola est essentiellement lié à un univers urbain, ne pourrait-on célébrer les vertus de la campagne et ressusciter l’idylle rustique à la George Sand ? Au moment où le décadentisme décline, se manifeste un désir de retour à la nature et de peinture des couches les plus humbles de la société, qui a été noté par Lanson dans son Histoire de la littérature française publiée chez Hachette en 1902. Écho plus ou moins lointain de la politique du « retour à la terre » exaltée par Méline, le mouvement naturiste, en 1897, se propose de faire redécouvrir les vraies valeurs à des hommes détachés de leurs racines, et André Theuriet est élu à l’Académie en 1896, Zola n’obtenant que quatre voix. Dans un contexte d’exode rural et de crise démographique, le courant rustique s’efforce de prendre en compte les réalités de la vie à la campagne et s’oriente vers ce que Paul Vernois appelle le roman « rustique social »24. La Vie d’un simple de Guillaumin connaît un franc succès, et Eugène Le Roy, fortement soutenu par Alcide Dusolier et la franc-maçonnerie, publie en 1899 Jacquou le Croquant dans la Revue de Paris dirigée par Gandérax. Encouragé par son succès, il présente son roman au prix de l’Académie Française mais comprend rapidement qu’il ne correspond pas aux normes de la docte assemblée : son roman est jugé « inopportun, séditieux et révolutionnaire ». Fort heureusement, le culte de la terre suscite aussi au même moment une littérature édifiante. René Bazin, professeur à la Faculté catholique d’Angers, chantre des valeurs traditionnelles et de l’Ancien Régime, publie La Terre qui meurt en 1899 et donne Les Oberlé à la Revue des Deux Mondes en 1901, avant d’être, comme il se doit, élu à l’Académie en 1903. Mais sa littérature (comme la trilogie de Barrès publiée de 1897 à 1902) est trop marquée à droite pour susciter un consensus, et par son caractère passéiste elle montrerait plutôt le génie de Zola.

  • 25 Revue des Deux Mondes, 1er octobre 1888, p. 703.
  • 26 Ibid., 1er novembre 1893, p. 193.

17Il faut donc voir s’il n’y aurait pas, autour du maître naturaliste, des écrivains que l’on pourrait séduire. Or, Maupassant, qui n’aime guère Zola et qui refuse la théorie du roman expérimental, serait susceptible de se prêter à ce jeu, d’autant qu’en dépit de divergences esthétiques et idéologiques, il pourrait plaire à Brunetière et aux lecteurs de la Revue : ce noble aime à fréquenter les milieux mondains, il n’est pas un fervent républicain, il déteste la démocratie, et surtout il incarne dans une certaine mesure la tradition française « classique ». En 1888, Brunetière le présente comme un écrivain « de race », un « vrai conteur français » héritier de Voltaire et de Lesage : « Soyons nous-mêmes d’abord ; et faisons attention que dans l’histoire de toutes les littératures, la perfection de l’art d’écrire se mesure à notre indépendance, pour ne pas dire à notre ignorance des littératures étrangères »25. Dans un monde où la littérature tend à devenir cosmopolite, Maupassant apparaît donc comme l’un des meilleurs représentants de l’identité nationale. Sa littérature s’inscrit dans une tradition psychologique et elle répond à la nécessité d’explorer les profondeurs de l’inconscient. La stratégie paraît donc claire : il s’agit de séparer Maupassant de Flaubert et surtout de Zola qui, selon les critiques traditionalistes, a disqualifié le naturalisme par son impudence et sa grossièreté. C’est ainsi qu’en 1893, René Doumic s’efforce de démontrer que les défauts de Maupassant sont ceux de Flaubert (« hypocondrie » qui conduit à mépriser les hommes, par exemple) mais que l’élève a su se dégager de cette influence, en particulier du culte de la littérature et de la « superstition du style ». Il affirme que le jeune Guy a été marqué par l’esthétique zolienne qui l’a amené à commettre bien des erreurs, « comme le souci de ne décrire qu’une humanité restreinte étudiée dans des types d’exception choisis encore entre les plus bas, comme dans certaines peintures l’exagération du trait poussée jusqu’à la caricature, et comme la grossièreté de l’expression soulignant celle des sujets », mais qu’il a fini par se « remettre au point »26.

  • 27 Pour les relations entre les deux hommes, voir André Vial, “Maupassant. Brunetière et La Revue des (...)

18Auparavant, la Revue s’était montrée de plus en plus favorable à Maupassant : ce rapprochement est très sensible dans les appréciations de Brunetière. En 1887, Mont-Oriol était jugé « plus convenable » encore que Bel-Ami, considéré comme l’exemple du vrai roman naturaliste. La Revue publie Vers Kairouan, récit de voyage en Tunisie en 1889, et l’année suivante Notre Cœur. Elle propose à Maupassant de publier exclusivement dans ses colonnes. Le dialogue, devenu amical, entre Brunetière et Maupassant, se poursuivra jusqu’à la mort de ce dernier en 189327.

19L’institution se trouve donc confrontée, à la fin du xixe siècle, a une situation difficile. La littérature « du bon sens » est méprisée et personne ne pense qu’on peut encore écrire comme Octave feuillet. Le roman psychologique a révélé ses limites et il n’est pas facile d’importer le roman russe, surtout au moment où le nationalisme tend à s’exacerber. Il convient donc de s’adapter à son temps, et, de même que la Revue des Deux Mondes finira par se rallier à la République (pourvu qu’elle soit conservatrice), elle acceptera un naturalisme édulcoré susceptible de faire barrage à l’œuvre zolienne. Tel est bien l’enjeu essentiel de la « récupération » de Maupassant, stratégie qui se heurtera à la tragique destinée de l’écrivain.

20En 1902, l’institution n’a donc pas trouvé de solution satisfaisante, et bon gré mal gré elle doit se satisfaire de la personnalité imprévisible de Loti. Ce dernier, quelque peu assagi, a connu d’autres consécrations officielles, puisqu’il a été promu officier de la Légion d’Honneur en 1898. En 1902, l’Académie le charge de remettre les Palmes Académiques au Maharajah du Travancore, et il publie dans la Revue des récits de voyage où il glisse une allusion à l’actualité politique :

  • 28 « Chez le Maharajah du Travancore », dans Revue des Deux Mondes, juillet-août 1902, p. 272.

Le Maharajah se plaît à répandre dans son pays l’instruction, qui est devenue chez nous le grand fléau destructeur, mais qui restera longtemps bienfaisante au Travancore, tant que la foi n’aura pas cesse de s’y maintenir et d’y rayonner au-dessus de toutes choses28.

  • 29 Histoire de la littérature française, Hachette, 1902, p. 70.
  • 30 Voir Émile Zola, Correspondance, tome ix, Presses « le l’Université de Montréal – CNRS Éditions, 1 (...)

21Cette déclaration n’est pas faite pour déplaire aux lecteurs de la Revue, qui depuis 1895 s’est rapprochée de l’Église et réagit vigoureusement à la politique anticléricale du « petit père Combes ». Loti sait toutefois ne pas aller trop loin, et il prend ses distances avec sa protectrice Juliette Adam qui a cessé de diriger la Revue de Paris en 1899 et qui est devenue de plus en plus réactionnaire, antisémite et belliciste. Il se montre surtout anglophobe (et non germanophobe), il est publié par Calmann-Lévy, ce qui l’incite à ne pas se montrer trop extrémiste, et il sera reconnu par Lanson qui le considérera comme un excellent écrivain, comparable à Chateaubriand, « un des grands peintres de notre littérature »29. En même temps, Loti à l’intelligence de se rapprocher des républicains modérés, ce qui le conduira à devenir l’ami de Barthou, Poincaré ou Deschanel. Au moment de l’Affaire Dreyfus, il ne prendra pas parti, mais alors qu’il était comme la plupart des académiciens plutôt opposé au capitaine au départ, il sera amené à des sentiments différents : « Je me flatte d’avoir rendu Loti dreyfusard » écrit en 1899 Louis de Robert, qui affirme que son ami lui a promis de voter pour Zola lorsque ce dernier serait candidat à l’Académie30.

  • 31 Naissance des intellectuels, 1880-1900, Éditions de Minuit, 1990.

22Au moment où la politique envahit la littérature et où, comme l’a montré Christophe Charle, l’homme de lettres devient un « intellectuel »31, Loti reste un peu atypique, ne s’engage ni à gauche ni à droite, et tout en s’intéressant aux deux domaines, tient à maintenir la séparation entre politique et littérature. Certes, il appartient au pôle dominant du champ institutionnel, représenté par l’Académie française et les écrivains psychologues. Mais c’est un provincial, de famille protestante, qui possède une faible dotation culturelle, si bien que la consécration mondaine et institutionnelle ne le conduira pas à devenir un militant antidreyfusard.

  • 32 « Refus d’inhumer », 1924.

23Loti est-il vraiment un « idiot », comme Breton l’a affirmé32, et n’a-t-il pas contribué lui-même à créer cette légende, en particulier par son discours à l’Académie ? Certes ce n’est pas un « intellectuel », mais peut-être a-t-il manifesté une intelligence tactique et s’est-il servi de l’institution beaucoup plus qu’il ne l’a servie. Homme du compromis, il multiplie les contradictions, si bien que sa personnalité se dérobe. Amoureux des têtes couronnées, il a fréquenté les ténors de la République, et le régime et les structures éditoriales ont assuré à son œuvre une large diffusion, notamment par le canal scolaire. Individualiste, athée aux mœurs suspectes, il a pu passer pour le chantre des valeurs traditionnelles, l’auteur d’ouvrages que la mère fera lire à sa fille... Naturaliste par bien des aspects, il a accepté de reprendre à son compte les pires clichés sur Zola et ses amis, quitte à se rétracter ensuite. Mais généralement, il a manifesté une grande capacité d’adaptation aux circonstances et a évité les pièges dans lesquels sont tombés certains de ses contemporains à la fin du xixe siècle.

24Loti, d’une certaine manière, est passé maître dans l’art d’exercer sa liberté, de se jouer des contradictions à l’œuvre entre les instances de légitimation d’une part et les différents pouvoirs de l’autre.

Notes

1 Candidat malheureux en 1890, Loti est élu au fauteuil de Feuillet le 21 mai 1891, et il est reçu sous la Coupole le 7 avril 1892.

2 Revue des Deux Mondes, 1er février 1891 (« Octave Feuillet », p. 664-694).

3 Ibid., 1er septembre 1887, p. 213-224.

4 Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, José Corti, 1999.

5 « L’Assommoir » dans Le Constitutionnel. 29 janvier 1877, p. 103.

6 Œuvres complètes de Lierre Loti, de l’Académie Française, tome i, Calmann-Lévy, 1893, p. 29-30. Les références renvoient à cette édition du discours.

7 Le discours prononcé par Loti le 7 avril 1892 est publié par Firmin-Didot la même année et il est sensiblement plus court que le discours paru le 9 avril 1892 et recueilli dans les Œuvres Complètes (p. 1-53).

8 Œuvres Complètes, ibid., p. 45.

9 Ibid., p. 23.

10 Ibid., p. 40.

11 Pour cette polémique, voir Le Temps, 9 avril 1892.

12 Lettre du 15 avril à Juliette Adam.

13 « Le méfait de Loti », 16 avril 1892.

14 Œuvres Complètes, p. 6.

15 “Loti expliqué par lui-même”, Le Figaro. 9 avril 1892.

16 Le Nouvel Écho, 16 avril 1892, p. 228-229.

17 Ibid., p. 229. L’amiral de Freycinet, président du Conseil et ministre de la guerre, avait été élu le 11 novembre 1890.

18 Edmond et Jules de Goncourt, Journal, tome iii, Robert Laffont (Bouquins), 1989, p. 469.

19 Journal, ibid., p. 689.

20 Voir Christophe Charle, La Crise littéraire à l’époque du naturalisme : roman, théâtre, politique, Presses de l’École Normale Supérieure, 1979.

21 « De la littérature réaliste, à propos du roman russe », Revue des Deux Mondes, 15 mai 1886, p. 288-313.

22 Ibid., 1er octobre 1888, p. 694.

23 Ibid., 1er mars 1887. μ. 206.

24 Voir Paul Vernois, Le Roman rustique de George Sand à Ramuz, Nizet, 1962.

25 Revue des Deux Mondes, 1er octobre 1888, p. 703.

26 Ibid., 1er novembre 1893, p. 193.

27 Pour les relations entre les deux hommes, voir André Vial, “Maupassant. Brunetière et La Revue des Deux Mondes : lettres inédites du romancier au critique”, Bulletin du Bibliophile. 1951, p. 288-306 et 1952, p. 23-48.

28 « Chez le Maharajah du Travancore », dans Revue des Deux Mondes, juillet-août 1902, p. 272.

29 Histoire de la littérature française, Hachette, 1902, p. 70.

30 Voir Émile Zola, Correspondance, tome ix, Presses « le l’Université de Montréal – CNRS Éditions, 1993, 467.

31 Naissance des intellectuels, 1880-1900, Éditions de Minuit, 1990.

32 « Refus d’inhumer », 1924.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search