Desktop versionMobile version

Champ littéraire, fin de siècle autour de Zola

 | 
Béatrice Laville

Regards sur le champ littéraire : édition, institutions, réactions

Le paysage éditorial français au tournant du siècle

Jean-Yves Mollier

Full text

  • 1 Jean Misler, La Librairie Hachette, Paris, Hachette, 1964, et Jean-Yves Mollier, Louis Hachette (1 (...)
  • 2 Elisabeth Parinet, “Les bibliothèques de gare, un nouveau réseau pour le livre”, Romantisme No 80/ (...)
  • 3 E. Parinet, op. cit. et La Librairie Flammarion de 1875 à 1914. Paris, IMEC Ed., 1992, p. 150-155.

1Pour mesurer rapidement les changements intervenus du commencement à la fin de la carrière littéraire d’Émile Zola, on peut utiliser quelques données brutes. La société L. Hachette et Cie, dans laquelle l’écrivain avait travaillé de 1862 à 1866, valait 10 000 F en 1826, un million en 1840 et 3,2 millions de francs-or en 1864. Son capital atteignait 15 millions en 1887 et plus de 24 millions – 66 millions d’euros – quand l’entreprise fut transformée en société anonyme, avec l’aide de la Banque de Paris et des Pays-Bas en 19191. Il est évident qu’elle ne pouvait plus être gérée de la même manière après 1900, quand elle ajouta le quasi-monopole de la distribution à son empire, qu’à l’époque où elle comptait une poignée d’employés. La naissance des Messageries Hachette, en 1897, traduisait l’ambition d’une société commerciale qui comptait alors près de 1 200 bibliothèques de gare2 contre 282 en 1866 et qui, en 1900, obtint les concessions du métropolitain en plus de celles du réseau ferré français. Comme aux débuts d’Émile Zola, la presse et la Tribune se faisaient régulièrement l’écho des doléances de ceux qui redoutaient le côté tentaculaire de cette compagnie, Napoléon Chaix ou Michel Lévy en 1860, Ernest Flammarion et Eugène Fasquelle en 18973, mais rien ne semblait vouloir ou pouvoir arrêter sa croissance et sa domination sur le commerce du livre en Europe.

  • 4 J.-Y. Mollier, “Émile Zola et le système éditorial français”. Les Cahiers naturalistes No 67/1993, (...)
  • 5 J.-Y. Mollier, L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme et édition. 1880-1920, Paris, Faya (...)
  • 6 J.-Y. Mollier, “Les éditeurs français à l’assaut du marché de masse”. Histoire des industries cult (...)
  • 7 Paris et le phénomène des capitules littéraires, dir. P. Brunel, Paris, Presses de l’Université Pa (...)

2Le premier éditeur de Zola. Albert Lacroix, avait, lui, été emporté par la tempête au commencement de la Troisième République et le romancier avait dû user d’expédients pour échapper aux conséquences de la faillite4. Son repreneur, Georges Charpentier, n’avait su, lui non plus, gérer convenablement son affaire et, en 1896, avait définitivement passé la main à son associé Eugène Fasquelle5, le fils d’un architecte qui avait d’abord été agent de change avant d’épouser la fille du libraire Charles Marpon. Cet itinéraire, pour ne pas dire ce parcours, rend compte à sa manière des mutations enregistrées par le champ de l’édition à partir des années 1852-1855 et de la place grandissante de l’argent dans les industries de la culture, du loisir et du divertissement, pour ne pas dire, déjà, de l’entertainment6. Si, pour beaucoup, notamment à l’étranger, la France est la capitale incontestée des Belles Lettres, des avant-gardes et du bon goût en matière d’esthétique7, elle était devenue, dans les vingt dernières années du xixe siècle, le siège d’une authentique industrie du loisir et du divertissement. Le théâtre, le café-concert, le cirque, le music-hall, le roman-feuilleton, le journal à un sou et l’apparition de la littérature sérielle avaient profondément modifié le paysage artistique et la diffusion occupait déjà une place centrale dans les politiques commerciales des patrons de presse et des éditeurs. En 1904-1905, Arthème Fayard lancera des collections tirées à 50 000 ou 100 000 exemplaires, provoquant l’irritation de ceux pour qui la littérature ne pouvait se confondre avec l’ambition des vils mercantis.

  • 8 Claire Lesage, “Des avant-gardes en travail”. Revue des Sciences humaines No 219/1990-3, p. 84-105 (...)
  • 9 “Les revues d’avant-garde. Enquête de MM. Maurice Gaillard et Charles Forot”, Belles lettres, déce (...)
  • 10 Gabriel Boillat. La Librairie Bernard Grasset et les Lettres françaises, Paris, lib. H. Champion, (...)
  • 11 Fernand Divoire, Introduction à l’étude de la stratégie littéraire. Paris, E. Sansot, 1912.
  • 12 Michel Leymarie. “Introduction”. La Belle Epoque des revues. 1880-1914, dir. J. Pluet-Despatin, M. (...)
  • 13 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Seuil, 1992.
  • 14 Gisèle Sapiro. La Guerre des écrivains. 1940-1953, Paris, Fayard,
  • 15 Paul Bénichou. Le Sacre de l’écrivain, lib. José Corti. 1985.

3En réaction à cette marchandisation accélérée de la prose – ou du vers, dans le cas du théâtre de boulevard –, Gide et ses amis fonderont La Nouvelle Revue Française en 1909 mais ils ne feront guère qu’imiter ainsi les symbolistes et les avant-gardes qui, en 1890, avaient contribué à la naissance du Mercure de France8 et des innombrables revues littéraires de l’époque9. Ce faisant, ils ne pourront totalement occulter l’institutionnalisation du milieu littéraire, sa professionnalisation accrue et le côté “foire sur la place” que cultivera Bernard Grasset en bon observateur des mœurs du temps10. L’apparition du prix Concourt en décembre 1903, du prix Femina-Vie heureuse en 1904 puis l’arrivée de tous leurs imitateurs ou concurrents après 1905 contribuèrent à cette mue du champ littéraire. Le premier à en tirer les conséquences les plus impertinentes fut le poète Fernand Divoire qui, en 1912, publia une Introduction à l’étude de la stratégie littéraire11, ouvrage dans lequel il annonçait même la création ultérieure d’une chaire et d’un laboratoire de stratégie littéraire. Par la suite, il devait récidiver et ses articles de la revue Les Marges, publiés de 1914 à 192312, constituent la meilleure préparation que l’on puisse rêver pour s’initier aux travaux de sociologie de la fin du xxe siècle, des Règles de l’art de Pierre Bourdieu13 à La Guerre des écrivains de Gisèle Sapiro14. En disparaissant en 1902, Émile Zola avait échappé à l’analyse de ces phénomènes mais il n’avait jamais nié le rôle de l’argent dans les Lettres, bien au contraire, et il avait accepté les règles du manifeste et de la bataille littéraire, ce qui signifie qu’il n’était pas prêt à sombrer dans un repli frileux sur un passé mythifié, celui du Sacre de l’écrivain de l’apogée des Lumières (les années 1750-1780) à l’aube du romantisme15.

La nouvelle centralité de la distribution dans l’économie du paysage éditorial

  • 16 Colette Becker, Trente Années d’amitié. Lettres de l’éditeur Georges Charpentier à Émile Zola PUF, (...)
  • 17 Autour d’un cabinet de lecture, dir. Graham Falconer, Toronto, Centre d’études du xixe siècle 2001
  • 18 Sophie Grandjean-Hoog, L’Évolution de la librairie Arthème Fayard (1857-1936), thèse de doctorat e (...)
  • 19 J.-Y. Mollier, L’Argent et les lettres..., op. cit., p. 477-478.
  • 20 E. Parinet, La Librairie Flammarion..., op. cit., p. 288-294.
  • 21 Ibid., annexes.

4Quand on regarde attentivement les chiffres des tirages des dernières œuvres d’Émile Zola – 93 500 exemplaires pour Paris en 1898, 99000 pour Fécondité en 1899, 77 000 pour Travail en 1901 et 66 000 pour Vérité en 190316 – on comprend immédiatement que l’économie du livre n’a plus rien à voir avec l’époque où les cabinets de lecture écoulaient la totalité d’une édition d’un roman tiré à 800 ou 1 000 exemplaires17. Sans doute convient-il même d’admettre que la France des années du tournant du siècle connaît un apogée en matière d’édition. Alors qu’elle ne dépasse qu’avec difficulté la barre des 40 millions d’habitants, elle est capable de mettre au point, en 1904-1905, des collections de livres tirés immédiatement à 50 000 ou 100 000 exemplaires, ce qui n’est évidemment plus le cas aujourd’hui où, pourtant, la population a augmenté de plus de 50 %. La “Modem bibliothèque” d’Arthème Fayard, vendue 0F95 et “Le Livre populaire” à 0F65 devaient en effet révolutionner les habitudes de consommation et inviter tous les autres éditeurs à rechercher le lectorat le plus large. Chaste et flétrie de Charles Mérouvel inaugura la seconde série et culmina à 80 000 exemplaires18 tandis que Pierre Loti, dans la “Nouvelle collection illustrée” à 0F95 de Calmann-Lévy connaissait des ventes exceptionnelles. Le Roman d’un spahi atteignit les 300 000 exemplaires dans cette seule collection et Pêcheur d’Islande, réimprimé en décembre 1906 à 110 000 exemplaires, dépassera le cap des 500 000 volumes réellement vendus en 191919. Quant à Ernest Flammarion, que ses détracteurs surnommaient “le Boucicaut du livre” pour mieux souligner son orientation délibérément grand public, il commercialisa 6 millions de volumes dans sa collection des “Auteurs célèbres” à 0F60 entre 1887 et 191220. Thérèse Raquin avait, pour sa part atteint 85 000 exemplaires en 1902 et Tartarin de Tarascon 130 000 en 191421, ce qui confirme la capacité des éditeurs les plus attentifs aux goûts du public populaire à le rencontrer.

  • 22 Ibid.
  • 23 J.-Y. Mollier, Michel et Calmann-Lévy ou la naissance de l’édition moderne. 1836-1891. Paris, Calm (...)
  • 24 J-Y. Mollier, La Lecture et ses publics à l’époque contemporaine. Essais d’histoire culturelle, Pa (...)
  • 25 J.-Y. Mollier, L’Argent et les Lettres..., op. cit., p. 445-453.

5Utilisant avec intelligence les ressources que la technologie leur offrait – les monotypes et linotypes apparues dans l’imprimerie à cette époque –, et celles que la conjoncture leur apportait – l’élévation du niveau de vie des Français à partir de 1896 –, les grands éditeurs avaient augmenté les tirages à la fin des années 1880 et, de 10 000 exemplaires en moyenne, ils passèrent bientôt à 40 000 puis 50 000, voire 100000 exemplaires, ce qui était exceptionnel et le restera. A côté de Flammarion, le premier à avoir ajouté de nombreuses librairies de détail, à Paris et en province22, à son appareil de production, Fayard fut le plus dynamique. Calmann-Lévy s’adapta à partir de 1906 mais, dès 1880, il visait la clientèle des grands magasins, Bon Marché, Louvre, Samaritaine, etc., parce qu’il y vendait ses collections par lots de 50 000 volumes sans distinction d’auteurs23. Comme les barrières situées à l’entrée de cette profession s’étaient singulièrement abaissées lors de la suppression du brevet de libraire le 10 septembre 1870, rien n’interdisait à n’importe quel nouveau venu entreprenant de tenter sa chance dans ce milieu. La soif de lecture semblait sans bornes, l’achèvement de l’alphabétisation du pays jouant d’ailleurs un rôle très positif en ce domaine24. Du coup, on vit apparaître une cohorte de professionnels visant le public le moins fortuné, Jules Rouff, Jules Tallandier, Félix Juven par exemple. A leurs côtés Joseph Ferenczi se tailla un espace suffisant pour être encore présent en 1940 tandis que d’autres, Per Lamm, Ernest Kolb, Léon Chailley ou Curel et Gougis disparaissaient, victimes de la concurrence et de phénomènes de concentration qui profitaient aux plus gros, Hachette, Fayard, Plon, Flammarion ou Calmann-Lévy25.

  • 26 J.-Y. Mollier, Louis Hachette..., op. cit., p. 367-373.
  • 27 J.-Y. Mollier, “Le comité de lecture”, Revue des Sciences humaines No 219/1990-3, p. 107-125.
  • 28 J.-Y. Mollier dir., Le Commerce de la librairie en France au xixe siècle. 1789-1914, Paris, IMEC E (...)
  • 29 Monique Nemer, Raymond Radiguet. Paris, Fayard, 2002, p. 390-398.
  • 30 G. Boillat, op. cit., t. 2 et 3.
  • 31 J.-Y. Mollier, L’Argent et les Lettres..., op. cit., p. 453-456.

6Incontestablement, la question de la distribution, de l’acheminement le plus rapide des volumes auprès de la clientèle était posée et la publicité, le marketing que l’on n’appelait pas encore ainsi, imposaient des changements dans la mise en œuvre du métier d’éditeur. Déjà celui-ci avait dû, dès 1848-1850 chez Hachette, s’entourer de directeurs de collection pour l’aider à recruter de nouveaux auteurs26. Vingt ans plus tard, ces chefs de service ne suffisaient même plus à la tâche et les comités de lecture étaient apparus pour sélectionner, dans la masse des manuscrits, ce qui était susceptible de séduire les lecteurs27. Les représentants de commerce jouaient un rôle de plus en plus crucial en visitant régulièrement les libraires de province et l’envoi d’office des volumes, en plus des catalogues régulièrement mis à jour, visait à mettre systématiquement en contact le livre de nouveauté avec ceux auxquels il était destiné28. Bientôt Bernard Grasset imaginera d’utiliser les ressources du cinéma pour multiplier les lecteurs du Diable au corps de Raymond Radiguet29 et d’ajouter de nouveaux prix littéraires à ceux qui existaient pour fournir aux journalistes l’occasion de parler de ses auteurs30. Le pôle commercial de l’édition, qui n’exclut nullement la qualité des ouvrages, occupait donc de plus en plus la scène et les débutants devaient se rabattre sur le pôle le moins bien armé pour la compétition économique ou se résoudre à imaginer de nouveaux circuits de reconnaissance, au risque de favoriser les marchands les plus astucieux qui, tel Alphonse Lemerre, feront un temps accroire aux poètes parnassiens qu’il était le mécène qu’ils attendaient et qui édifia une colossale fortune terrienne sur leur crédulité31.

La réaction antimercantile et l’arrivée des revues-éditeurs

  • 32 La Revue blanche. Histoire, anthologie, portraits, dir. O. Barrot et P. Ory, Paris C Rourgois 1989
  • 33 C. Lesage, Le Mercure de France de 1890 à 1914, thèse de l’Ecole nationale des chartes, 1984.
  • 34 A. Angeles, op. cit.. t. 1.
  • 35 C. Lesage, “Des avant-gardes au travail”, op. cit.
  • 36 Cité par C. Lesage, Le Mercure de France..., op. cit.. t. I, p. 8.
  • 37 On en trouve une liste précieuse dans la réédition de l’enquête des Belles Lettres par Ent’Revues (...)

7On le sait, le point commun à La Revue blanche, au Mercure de France et à La Nouvelle Revue Française, c’est d’avoir voulu créer un espace de réception des œuvres délivré des contraintes propres au marché. L’expérience de la revue des frères Natanson avorta en 1903, au bénéfice des éditions Fasquelle qui 11e firent d’ailleurs rien pour la prolonger32, mais celle du Mercure de France, démarrée en 1890, perdura bien au-delà des espérances des fondateurs33. Pour ce qui est de La NRF, la plus prestigieuse, tout ou presque semble avoir été dit par Auguste Anglès sur sa période de gésine34, et les correspondances de Gide, Schlumberger et Rivière permettent d’y voir encore plus clair sur les objectifs des bâtisseurs de la cathédrale des Lettres françaises au xxe siècle. Au-delà de ce qui est spécifique à chacun de ces périodiques et au groupe qui participa à son élaboration, Claire Lesage a dégagé des caractéristiques communes aux innombrables avant-gardes des années 1880-189035. Toutes s’opposent au marché tel qu’il est constitué, dénoncent la dérive purement commerciale des maisons d’édition les plus importantes et ambitionnent de taire surgir du néant le merle blanc des poètes, la structure d’édition capable de ne se déterminer qu’en fonction de critères esthétiques. Pierre Louÿs, l’un des écrivains les plus révélateurs de cette aspiration à la pureté, écrivait dans son Journal intime en 1890 cette songerie au sujet d’une œuvre à écrire plus tard mais déjà intitulée Les Symphonies : “En faire une édition non commerciale, réservée à soi-même et à quelques amis surs”36. Il exprimait par là le désir qui traversait alors l’esprit des jeunes poètes qui fondaient La Jeune Belgique ou La Jeune France, La Nouvelle Rive gauche, La Revue indépendante, Le Scapin, La Pléiade, Le Décadent, La Plume, L’Ermitage, La Conque, Le Banquet, La Revue blanche ou Le Mercure de France, tous titres apparus entre 1881 et 189037.

  • 38 J.-Y. Mollier, “La revue dans le système éditorial”, La Belle Epoque des revues..., op. cit., p. 4 (...)
  • 39 J.-Y. Mollier, L’Argent et les lettres..., op. cit., p. 460-461.
  • 40 Ibid, p. 461 : la lettre de F. Jammes à Gaston Calmann-Lévy est datée du 1er octobre 1917.

8Éphémères le plus souvent, coûteuses mais payées par les économies des écrivains en herbe, ces expérimentations n’échappaient nullement aux dirigeants des maisons d’édition les plus attentives au renouvellement des générations d’écrivains, Calmann-Lévy, refondateur de La Revue de Paris en 1894, Plon-Nourrit, éditeur de La Revue Hebdomadaire ou, plus tard de La Revue universelle, ou encore Fasquelle de La Grande Revue38. Dès qu’ils repéraient un talent précoce, à Paris ou en province, ils l’attiraient dans leurs filets et ni Pierre Louÿs, ni Francis Jammes, ni Jean-Richard Bloch ne résistèrent longtemps à ces appels qui leur permirent de connaître une diffusion plus conforme à leurs espoirs les plus secrets39. Le Mercure de France aurait pu se hisser au rang de ses rivaux les plus réputés s’il avait osé se doter d’une structure commerciale digne de ses auteurs. Alfred Vallette semble ne pas avoir souhaité cette mutation dans l’évolution de sa revue et les éditions du Mercure ne sauront même pas profiter pleinement de l’attribution du prix Goncourt au récit de Louis Pergaud intitulé De Goupil à Margot en 1910 et tiré au départ à 1 100 exemplaires. Jules Renard, Pierre Louÿs, Maurice Maeterlinck préférèrent de ce fait abandonner l’hôtel de la rue de Coudé pour les sièges des sociétés les plus commerciales. Francis Jammes résumait très bien leur opinion quand il écrivait à Gaston Calmann-Lévy : “Les méthodes du “Mercure” peuvent être excellentes pour des débutants qui payent leurs éditions ou pour des ventes médiocres, mais j’en pâtis aujourd’hui”40. Grand Prix de l’Académie Française 1917 pour son Rosaire du soleil, le malheureux Francis Jammes se désespérait de ne pas voir son volume en devanture des librairies et accusait Vallette d’attendre le bénéfice de la vente d’un livre pour procéder au tirage du suivant, ce qui relevait évidemment de l’artisanat et non de l’industrie qu’appelait le commerce du livre au début du xxe siècle.

  • 41 Pierre Assouline, Gaston Gallimard, Paris, Balland, 1984.
  • 42 Ibid.
  • 43 Norbert Bandier, Sociologie du surréalisme. 1924-1929, Paris, La Dispute, 1999.

9Placés devant le même dilemme, les amis d’André Gide ouvrirent le Comptoir d’éditions de la NRF en 1911 mais, dès 1919, ils cédèrent la place au gérant, Gaston Gallimard, dont la librairie tirera désormais tous les bénéfices en acceptant d’entrer de plain-pied dans le pôle commercial de l’édition41. La Grande Guerre avait eu raison des velléités d’indépendance et même d’autonomie des poètes ou des romanciers qui s’étaient lancés en nombre dans l’espace que leur abandonnaient volontairement les maisons les plus réputées mais d’autres allaient les imiter après 1918, les dadaïstes et les surréalistes notamment, avant que Gallimard n’ait raison de La Sirène, des Éditions surréalistes, de La Pléiade et de la plupart de ses nouveaux concurrents du pôle littéraire42. La réaction antimercantile devenait ainsi une sorte de stratégie de légitimation des nouveaux entrants dans le champ, la provocation délibérée, le manifeste, voire la manifestation étant désormais parfaitement rodés. Aragon, Breton, Soupault et leurs émules organiseront de retentissants procès contre Maurice Barrès, Pierre Loti ou Anatole France, leurs bêtes noires des années 1923-192443, mais ils imitaient en grande partie leurs devanciers d’avant 1914, le concept de stratégie littéraire étant né au début du xxe siècle, preuve supplémentaire de l’institutionnalisation de la littérature et de la rationalisation des méthodes pour s’y introduire et y jouer un rôle majeur.

L’élaboration des stratégies littéraires au début du xxe siècle

  • 44 Henri Mitterand, Zola, Paris, Fayard, 1999-2002, 3 vol., t. 2.
  • 45 Christophe Charle a insisté sur cet aspect dans La Crise littéraire à l’époque du naturalisme, Par (...)
  • 46 F. Divoire, op. cit.

10Lorsqu’ils publiaient les Soirées de Médan en 1880, Paul Alexis, Henry Céard, Guy de Maupassant, Léon Hennique, Joris-Karl Huysmans et Émile Zola avaient conscience d’appartenir à un groupe littéraire homogène, celui du naturalisme, et leur volume revêtait les allures d’un manifeste44. De même, la publication du Manifeste des Cinq, en 1889, traduira l’éclatement de ce groupe et le rejet d’une écriture trop liée au chef de file. Bien avant 1900 par conséquent, des stratégies littéraires authentiques, donc délibérées, s’étaient exprimées et la bataille des Jeunes-France, autour d’Hernani en 1880, en était déjà une manifestation explicite. Toutefois la Troisième République marque un changement d’échelle dans l’extension de ces phénomènes, les revues connaissant un véritable âge d’or après 1880. La loi du 29 juillet 1881, après le décret du 10 février 1870, libère en effet totalement les professions du livre de toute tutelle de l’État ou de la police. Si on ajoute des raisons plus sociologiques, liées à la hausse importante du nombre des candidats à l’écriture et à la publication de leurs œuvres après 188045, on comprend pourquoi c’est au moment où disparaît Émile Zola que les observateurs les plus lucides peuvent définir d’authentiques stratégies littéraires. Fernand Divoire s’y est essayé en 1912 avec son Introduction à l’étude de la stratégie littéraire46 et, en 1924, après avoir repris ses articles de la revue Les Marges des années 1914 à 1923, il publiera un Manuel de stratégie littéraire qui aurait pu être remis à tout nouvel arrivant dans son laboratoire si celui-ci avait vu le jour. Impertinent et souvent drôle, son essai avait le mérite de rendre officielles des pratiques qui s’étalaient depuis des années au grand jour au quartier Latin ou en rive droite et qui avaient pour but de répondre à la fermeture relative du marché de l’édition aux jeunes talents encore dépourvus de la plus petite parcelle de notoriété, donc de capital symbolique.

  • 47 Ibid, p. 66.

11Pour apparaître sur “la scène littéraire” – l’expression est de Fernand Divoire –, le plus sûr moyen et le moins onéreux demeurait la fondation d’une revue et le second, la publication d’un manifeste, tous les deux supposant l’agrégation de l’individu auteur à un groupe destiné à lui procurer aide et protection. Par le biais de la dédicacé, il pouvait espérer capter l’attention d’un aîné, voire d’un académicien, mais, connue le rappelait le sociologue en herbe, la vie littéraire est, comme la vie, soumise aux lois de la sélection naturelle. On y est, par conséquent, en état de guerre perpétuelle”47, ce qui ne facilitait pas la tâche des débutants. Il faut noter que Fernand Divoire reprenait là les propos que Zola avait tenus dans Le Gaulois du 2 février 1897 quand il avait expliqué que les naturalistes avaient été singulièrement étrillés par les symbolistes.

Pourquoi ? Parce que, chronologiquement, ils venaient immédiatement après nous, et que les lois de la nature veulent que ceux qui détiennent les places soient délogés par ceux qui viennent immédiatement après eux.

  • 48 H. Mitterand, Zola, op. cit., T. 3, p. 223.
  • 49 J.-Y. Mollier, L’Argent et les lettres..., op. cit., p. 462-464.
  • 50 Ibid., p. 213-218.
  • 51 H. Mitterand, op. cit., t. 1.

12écrivait-il avec lucidité. Comme le relève Henri Mitterand, cette interprétation quasi-darwinienne” annonce la théorie des champs de Pierre Bourdieu48 ou, en tout cas, celle des stratégies littéraires de Fernand Divoire. Dénonçant à sa manière les éditeurs abusant de la crédulité des jeunes en faisant de l’édition a compte d’auteur – Bernard Grasset a accumulé ainsi son capital primitif avant 191449 –, Divoire mettait en garde ses contemporains contre les dérives qui étaient résultées du relatif encombrement du marché en candidats à l’exploitation de leurs œuvres. L’avantage appartenait ainsi aux éditeurs qui multipliaient les clauses les favorisant : doubles, triples, parfois quadruples passes sans rémunération, paiement à l’issue de la vente des volumes et non plus sur le bon à tirer, participation aux frais de publicité, etc. Rien de cela n’était vraiment neuf et Zola avait subi les mêmes contraintes en publiant les Contes à Ninon50 mais les choses s’étaient aggravées après 1890 et les émules de Lemerre étaient pires que l’éditeur Albert Lacroix qui, lui, avait tout de même cru dans le talent de son auteur puisqu’il l’avait salarié, après 1869, pour lui permettre d’écrire les premiers romans des Rougon-Macquart51. En ce sens, le président de la Société des Gens de Lettres qu’avait été Émile Zola à plusieurs reprises et l’ardent défenseur des droits de ses confrères ne pouvait qu’être troublé par l’évolution de la librairie au début du xxe siècle.

  • 52 E. Zola, Correspondance, dir. B.H. Bakker, Montréal, Les Presses de l’université de Montréal/Paris (...)
  • 53 H. Mitterand, Zola, op. cit., T. 3, p. 201.
  • 54 Ibid.

13L’institution de prix concurrents à ceux de l’Académie française n’avait, elle, rien pour lui déplaire et, s’il n’avait été retenu par Edmond de Goncourt pour faire partie de son académie, du moins ne combattait-il en aucune façon son principe. Tout au plus la jugeait-il très malade dans une lettre de mars 1899 à Paul Alexis52, lequel aurait souhaité que ce soit le romancier exilé qui en prît la tête. Trop engagé alors par les soubresauts de l’affaire Dreyfus, il ne s’est guère exprimé sur la question mais n’avait pas de raison particulière de s’opposer à une stratégie destinée à encourager les débuts des jeunes romanciers. Tout ce qui pouvait favoriser la reconnaissance des talents méritait d’être soutenu et celui qui avait écrit Mes Haines trente années auparavant n’aurait pas été surpris de voir s’étaler publiquement les vindictes des futuristes en 1909 ni celles des surréalistes après 1918. Dans sa Nouvelle Campagne de 1896, Zola avait d’ailleurs salué la figure de Verlaine, de même que les grands “foudroyés de la destinée du livre”53, Barbey d’Aurevilly, Villiers de l’Isle-Adam ou encore Jules Laforgue, tout en refusant le mythe romantique dressé par Vigny dans Chatterton. Aux yeux de Zola, l’argent était un moyen, non une fin, et il n’aliénait pas l’artiste si celui-ci était capable de conserver son indépendance, sa solitude intérieure54 en toutes circonstances.

  • 55 Ibid., p. 204.
  • 56 E. Zola, “Auteurs et éditeurs”, Le Figaro du 13 juin 1896, cité par H. Mitterand, op. cit., t. III (...)
  • 57 J.-Y. Mollier, “Émile Zola et le système éditorial de son temps”, op. cit., pour le rappel de ces (...)
  • 58 H. Mitterand, op. cit., p. 204-205.

14Défenseur intransigeant de la propriété littéraire, du droit de l’auteur à vivre de sa plume, des conventions internationales protégeant les hommes de lettres et, particulièrement, de celle élaborée à Berne en 1886, Zola voyait depuis toujours dans l’activité littéraire un “travail”55, et c’est là sans doute que l’on trouve la pierre de touche de ce qui l’aurait séparé de ses successeurs. Ne réfutant ni la publicité, ni les campagnes de presse, ni les manifestes ni même les prises de positions bellicistes, il n’aurait cependant pas accepté la logique inhérente aux stratégies de foire sur la place mises en œuvre par Bernard Grasset et ses émules après 1918. Adversaire farouche des “petites maisons louches” et des “éditeurs marrons”56, il s’est félicité publiquement que Paul Bourget soit parvenu à faire condamner Alphonse Lemerre par les tribunaux en 1896 et il récuse avec force la librairie spéciale qui fait alors les beaux jours des aigrefins. Sans s’étendre sur les moyens de protéger les intérêts des débutants – son exemple prouve combien sa position finale est ambiguë57 –, si ce n’est en souhaitant la création d’un syndicat des travailleurs intellectuels58 –, il était conscient que la fin du siècle risquait d’aggraver le struggle of life des écrivains et il invitait ses jeunes confrères à réfléchir aux possibilités de développer une action collective plutôt qu’une stratégie personnelle vouée à l’échec.

D’un siècle à l’autre

  • 59 C. Lesage, “Des avant-gardes en travail”, op. cit.
  • 60 Jean Bothorel, Bernard Grasset. Vie et passions d’un éditeur, Paris, Grasset, 1989, p. 27-28.
  • 61 P. Assouline, Gaston Gallimard, op. cit., p. 127. P. Assouline rapporte les propos prêtés à Gaston (...)

15On l’a vu, les procédés qu’utilisent les surréalistes pour affirmer leurs différences étaient débattues publiquement avant le décès de Zola et le président de la Société des Gens de Lettres de 1896 admettait même comme normal, au sens biologique, la volonté d’une génération nouvelle de prendre la place de la précédente en précipitant sa retraite. Lucide, réaliste, matérialiste en cela, il avait observé l’évolution et les mutations que le paysage éditorial avait subies depuis les années 1860 sans appréhension particulière. Persuadé que les maisons les plus solides étaient les mieux à même d’accepter la transparence et le contrôle permanent des comptes exigés par les auteurs, il avait clairement aperçu les dangers que faisait courir à la profession l’arrivée massive de jeunes bourgeois fortunés dans la carrière. La librairie spéciale59 était née de cet afflux soudain et Bernard Grasset, docteur en droit après avoir soutenu en 1905 une thèse de sciences économiques sur le fonctionnement des lois et des prix en matière de transport par chemin de fer60, décida de pénétrer dans la profession par ce biais. Adepte, comme Gaston Gallimard, de ce précepte selon lequel “un auteur, un écrivain le plus souvent n’est pas un homme. C’est une femelle qu’il faut payer, tout en sachant qu’elle est toujours prête à s’offrir ailleurs. C’est une pute”61, il transforma les mœurs du milieu en une foire permanente, ce que ni Zola ni ses éditeurs successifs, Lacroix, Charpentier, Fasquelle ou même Flammarion n’auraient apprécié.

  • 62 G. Boillat, op. cit., t. II, p. 283, montre que Paul Reboux et la veuve de Charles Müller étaient (...)
  • 63 Le dossier judiciaire de Robert Denoël conservé aux Archives de la Préfecture de Police de Paris é (...)
  • 64 J.-Y. Mollier, “Écrivain - éditeur, un face-à-face déroutant”, Travaux de littérature T. XV/2002, (...)
  • 65 E. Regnant, “L’Éditeur”, Les Français peints par eux-mêmes, Paris, Léon Curmer, 1844, t. IV, p. 10 (...)

16En ce sens, sa mort marque une sorte de rupture entre l’époque où l’édition française s’est autonomisée totalement, organisée en une industrie puissante et celle de l’entre-deux-guerres où, pour s’imposer dans ce milieu désormais à peu près clos, des aventuriers prêts à toutes les audaces, tous les coups possibles, y compris les plus tordus, forceront la destinée. Bernard Grasset et Robert Denoël, tous les deux compromis sous l’Occupation, symbolisent assez bien ce changement, le premier trafiquant sans vergogne les comptes de ses auteurs pour ne leur accorder que des droits réduits62, et le second finissant sous les balles d’un tueur – ou d’une tueuse63 – en 1945. Certes les éditeurs du passé n’étaient pas des saints et leur filouterie avait souvent été dénoncée, de Balzac à Léon Bloy, pendant tout le xixe siècle, mais les écrivains étaient parvenus à allumer des contre-feux protégeant leurs intérêts en créant des sociétés d’auteurs – SACD, SGDL puis SACEM – entre 1829 et 1851 – puis en développant des structures d’édition propres à l’âge d’or des revues. L’échec relatif du Mercure de France puis la sortie de la librairie Gallimard de La NRF en 1919 marquent sans doute une rupture, l’auteur perdant définitivement la partie dans le long combat engagé avec l’éditeur depuis la fin du xviiie siècle64. Faute d’avoir entendu l’ultime appel de Zola à fonder un véritable syndicat, ils étaient passés sous les fourches caudines de cette “puissance redoutable”, l’éditeur, dont Elias Regnault brossait déjà le portrait sulfureux en 184465 et dont Balzac avait esquissé les traits principaux dans Illusions perdues en 1837...

Notes

1 Jean Misler, La Librairie Hachette, Paris, Hachette, 1964, et Jean-Yves Mollier, Louis Hachette (1800-1864). Le fondateur d’un empire, Paris, Fayard, 1999.

2 Elisabeth Parinet, “Les bibliothèques de gare, un nouveau réseau pour le livre”, Romantisme No 80/1993, p. 95-105, et J. Mistler, op. cit., p. 303-313.

3 E. Parinet, op. cit. et La Librairie Flammarion de 1875 à 1914. Paris, IMEC Ed., 1992, p. 150-155.

4 J.-Y. Mollier, “Émile Zola et le système éditorial français”. Les Cahiers naturalistes No 67/1993, p. 245-262.

5 J.-Y. Mollier, L’Argent et les lettres. Histoire du capitalisme et édition. 1880-1920, Paris, Fayard. 1988, p. 232-233.

6 J.-Y. Mollier, “Les éditeurs français à l’assaut du marché de masse”. Histoire des industries culturelles en France. xixe- xxe siècles, dir. J. Marseille et P. Eveno, Paris, ADHE, 2002, p. 89-102.

7 Paris et le phénomène des capitules littéraires, dir. P. Brunel, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne. 1986, 2 vol.

8 Claire Lesage, “Des avant-gardes en travail”. Revue des Sciences humaines No 219/1990-3, p. 84-105, et Auguste Angles, André Gide et le premier groupe de “La Nouvelle Revue Française. Paris, Gallimard, 1978-1986, 3 vol.

9 “Les revues d’avant-garde. Enquête de MM. Maurice Gaillard et Charles Forot”, Belles lettres, décembre 1924, rééd. Ent’Revues, 1990.

10 Gabriel Boillat. La Librairie Bernard Grasset et les Lettres françaises, Paris, lib. H. Champion, 1974-1988, 3 vol. parus pour les années 1907-1926.

11 Fernand Divoire, Introduction à l’étude de la stratégie littéraire. Paris, E. Sansot, 1912.

12 Michel Leymarie. “Introduction”. La Belle Epoque des revues. 1880-1914, dir. J. Pluet-Despatin, M. Leymarie et J.-Y. Mollier, Paris, IMEC Ed., 2001, p. 16.

13 Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Seuil, 1992.

14 Gisèle Sapiro. La Guerre des écrivains. 1940-1953, Paris, Fayard,

15 Paul Bénichou. Le Sacre de l’écrivain, lib. José Corti. 1985.

16 Colette Becker, Trente Années d’amitié. Lettres de l’éditeur Georges Charpentier à Émile Zola PUF, 1980, p. 142.

17 Autour d’un cabinet de lecture, dir. Graham Falconer, Toronto, Centre d’études du xixe siècle 2001.

18 Sophie Grandjean-Hoog, L’Évolution de la librairie Arthème Fayard (1857-1936), thèse de doctorat en histoire, dir. J.-Y. Mollier, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ). 1996.

19 J.-Y. Mollier, L’Argent et les lettres..., op. cit., p. 477-478.

20 E. Parinet, La Librairie Flammarion..., op. cit., p. 288-294.

21 Ibid., annexes.

22 Ibid.

23 J.-Y. Mollier, Michel et Calmann-Lévy ou la naissance de l’édition moderne. 1836-1891. Paris, Calmann-Lévy, 1984, p. 440-442.

24 J-Y. Mollier, La Lecture et ses publics à l’époque contemporaine. Essais d’histoire culturelle, Paris, PUF, 2001.

25 J.-Y. Mollier, L’Argent et les Lettres..., op. cit., p. 445-453.

26 J.-Y. Mollier, Louis Hachette..., op. cit., p. 367-373.

27 J.-Y. Mollier, “Le comité de lecture”, Revue des Sciences humaines No 219/1990-3, p. 107-125.

28 J.-Y. Mollier dir., Le Commerce de la librairie en France au xixe siècle. 1789-1914, Paris, IMEC Ed-Ed. de la MSH, 1997,

29 Monique Nemer, Raymond Radiguet. Paris, Fayard, 2002, p. 390-398.

30 G. Boillat, op. cit., t. 2 et 3.

31 J.-Y. Mollier, L’Argent et les Lettres..., op. cit., p. 453-456.

32 La Revue blanche. Histoire, anthologie, portraits, dir. O. Barrot et P. Ory, Paris C Rourgois 1989.

33 C. Lesage, Le Mercure de France de 1890 à 1914, thèse de l’Ecole nationale des chartes, 1984.

34 A. Angeles, op. cit.. t. 1.

35 C. Lesage, “Des avant-gardes au travail”, op. cit.

36 Cité par C. Lesage, Le Mercure de France..., op. cit.. t. I, p. 8.

37 On en trouve une liste précieuse dans la réédition de l’enquête des Belles Lettres par Ent’Revues et Jean-Michel Place, op. cit.

38 J.-Y. Mollier, “La revue dans le système éditorial”, La Belle Epoque des revues..., op. cit., p. 42-55.

39 J.-Y. Mollier, L’Argent et les lettres..., op. cit., p. 460-461.

40 Ibid, p. 461 : la lettre de F. Jammes à Gaston Calmann-Lévy est datée du 1er octobre 1917.

41 Pierre Assouline, Gaston Gallimard, Paris, Balland, 1984.

42 Ibid.

43 Norbert Bandier, Sociologie du surréalisme. 1924-1929, Paris, La Dispute, 1999.

44 Henri Mitterand, Zola, Paris, Fayard, 1999-2002, 3 vol., t. 2.

45 Christophe Charle a insisté sur cet aspect dans La Crise littéraire à l’époque du naturalisme, Paris, Presses de l’ENS, 1979, ainsi que dans la partie de sa thèse publiée sous le titre Naissance des “intellectuels” (1880-1900), Paris, Ed. de Minuit, 1990.

46 F. Divoire, op. cit.

47 Ibid, p. 66.

48 H. Mitterand, Zola, op. cit., T. 3, p. 223.

49 J.-Y. Mollier, L’Argent et les lettres..., op. cit., p. 462-464.

50 Ibid., p. 213-218.

51 H. Mitterand, op. cit., t. 1.

52 E. Zola, Correspondance, dir. B.H. Bakker, Montréal, Les Presses de l’université de Montréal/Paris, CNRS Éditions, 1978-1995, 10 vol., T. IX, p. 437.

53 H. Mitterand, Zola, op. cit., T. 3, p. 201.

54 Ibid.

55 Ibid., p. 204.

56 E. Zola, “Auteurs et éditeurs”, Le Figaro du 13 juin 1896, cité par H. Mitterand, op. cit., t. III, p. 204.

57 J.-Y. Mollier, “Émile Zola et le système éditorial de son temps”, op. cit., pour le rappel de ces faits remontant à 1864.

58 H. Mitterand, op. cit., p. 204-205.

59 C. Lesage, “Des avant-gardes en travail”, op. cit.

60 Jean Bothorel, Bernard Grasset. Vie et passions d’un éditeur, Paris, Grasset, 1989, p. 27-28.

61 P. Assouline, Gaston Gallimard, op. cit., p. 127. P. Assouline rapporte les propos prêtés à Gaston Gallimard par son secrétaire des débuts, Robert Aron.

62 G. Boillat, op. cit., t. II, p. 283, montre que Paul Reboux et la veuve de Charles Müller étaient sévèrement spoliés d’une partie de leurs droits par Bernard Grasset.

63 Le dossier judiciaire de Robert Denoël conservé aux Archives de la Préfecture de Police de Paris évoque en effet une piste féminine, abandonnée comme les autres, faute de preuves...

64 J.-Y. Mollier, “Écrivain - éditeur, un face-à-face déroutant”, Travaux de littérature T. XV/2002, p. 17-39.

65 E. Regnant, “L’Éditeur”, Les Français peints par eux-mêmes, Paris, Léon Curmer, 1844, t. IV, p. 105-123.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2004

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search