Versión clásicaVersión móvil

Champ littéraire, fin de siècle autour de Zola

 | 
Béatrice Laville

1902, l’événement

Physiologie de l’assassin

Alain Pagès

Texto completo

1Ce titre évoque Balzac et ses physiologies. I1 fait également référence au roman récent d’Amélie Nothomb, intitulé Hygiène de l’assassin. Mais il permettra ici de mettre en scène la personne d’Henri Buronfosse – l’assassin présumé d’Émile Zola... Cette expression du langage juridique moderne convient assez bien, au fond. Car il s’agit d’instruire un procès – un procès posthume –, mais en prenant toutes les précautions nécessaires, et en démêlant autant que possible les fils embrouillés d’un dossier qui est complexe.

2Le dossier se compose d’une série de données qui se superposent, laissant entrevoir une réalité plus ou moins distincte. Ces données sont tout à la fois factuelles, narratives, et idéologiques. Examinons-les successivement.

Données factuelles

3Zola est mort le 29 septembre 1902, à 8 h 30 du matin, asphyxié par la cheminée bouchée de sa chambre à coucher : il a été empoisonné par des émanations d’oxyde de carbone, un gaz inodore dont les victimes ne perçoivent pas les effets, lorsqu’elles en sont atteintes. Une série de circonstances malheureuses ont conduit à cette issue fatale : Zola n’a pas appelé ses domestiques, pendant la nuit ; il n’a pas ouvert la fenêtre ; et il est mort parce qu’il est tombé sur le sol de sa chambre, là où le gaz était le plus dense, alors qu’Alexandrine, sa femme, couchée sur un lit surélevé, a pu survivre...

4L’enquête judiciaire conduite en 1902 n’a jamais pu reconstituer avec exactitude les circonstances de ce décès. Les expériences faites par différents experts dans la chambre à coucher n’ont pas permis de comprendre exactement ce qui s’était passé : il a été impossible de mesurer dans la pièce un taux d’oxyde de carbone suffisant pour provoquer la mort d’un homme. On a conclu néanmoins à un accident.

5C’est en 1953 seulement qu’une solution a été proposée au problème qui était soulevé. Dans le journal Libération. Jean Bedel a apporté le témoignage d’un homme âgé, préparateur en pharmacie à la retraite, du nom de Pierre Hacquin. Ce dernier lui avait déclaré que vingt-cinq ans auparavant – alors qu’il vivait à Sarcelles, dans la banlieue parisienne – un ami à lui, un fumiste, lui avait avoué qu’à l’occasion de travaux effectués sur un immeuble voisin, il avait bouché la cheminée de la chambre à coucher de Zola, puis l’avait débouchée le lendemain de la mort de l’écrivain. Cette déclaration était essentielle, car elle apportait une explication à ce que n’avait pas permis de comprendre l’enquête de 1902 : si la reconstitution des circonstances de la mort de Zola s’était avérée impossible, c’est bien parce que la cheminée de la chambre à coucher, après avoir été bouchée, avait ensuite été remise dans son état initial, et que toutes les expériences faites postérieurement avaient été faussées.

  • 1 Jean Bedel n’a pas révélé le nom du fumiste en 1953. Mais il l’a livré en 1978, dans un article du(...)
  • 2 Je renvoie ici non seulement à cet ouvrage que j’ai publié aux éditions Ellipses, en mai 2002, en (...)

6L’auteur de cet acte criminel s’appelait Henri Buronfosse1. On trouvera une évocation détaillée de la vie de cet homme dans l’un des premiers chapitres du Guide Émile Zola, auquel le lecteur pourra se reporter2. Toutes les informations qu’on peut rassembler à son propos rendent vraisemblables à la fois son geste (le fait qu’il ait pu obturer la cheminée de Zola, en septembre 1902) et sa confession (le fait qu’il ait avoué à un ami avoir commis cet acte, bien plus tard, en 1928). Elles permettent de dessiner avec suffisamment de précision :

  • d’une part, la personnalité de l’auteur présumé de l’attentat, né en 1874 à Saint-Quentin, dans l’Aisne, et mort à Sarcelles, en mai 1928, patron d’une petite entreprise de fumisterie située 3 rue Mornay, dans le 4e arrondissement3 ;
  • et, d’autre part, la figure du confident, Pierre Hacquin : ce dernier a vécu à Sarcelles les années qui sont suivi la Première Guerre mondiale ; c’était un homme intelligent, cultivé ; il a été lié avec Buronfosse par une amitié qui a duré quatre années, de 1924 à 1928 ; l’un et l’autre ont été des figures importantes de la vie politique locale, comme le montrent les journaux locaux de Seine et Oise.

7L’histoire rapportée par Pierre Hacquin ne semble donc pas résulter d’un bavardage inconsistant d’ivrognes, survenu un soir, dans un café de Sarcelles.

Données narratives

8Il reste qu’il faut s’interroger sur les sources de cette histoire. Car nous possédons deux sources : le récit de Jean Bedel, d’abord, donné une première fois en 1953, et développé, en septembre 2002, dans un livre intitulé Zola assassiné (paru chez Flammarion) ; et un autre récit, proposé par un ancien commissaire de police, Marcel Le Clère, donné une première fois en 1990, au détour d’un livre sur les cimetières de Paris, puis repris en 2000, dans un ouvrage intitulé Enquêtes criminelles (publié aux Éditions Yzer).

  • 4 Ce témoin se nommait Paul Jouvensel.

9Marcel Le Clère rapporte ce que lui a confié – plus de quarante ans auparavant – quelqu’un qui, dit-il, habitait rue de Bruxelles, au moment des faits4 : en effectuant des travaux sur l’immeuble mitoyen de celui de Zola, deux ouvriers (un patron et son ouvrier, plus exactement) ont bouché par erreur la cheminée de l’écrivain en croyant opérer sur un autre conduit ; les deux individus ne se sont jamais vantés de leur acte, évidemment, mais la rumeur s’en est répandue.

10A priori, ces deux récits sont contradictoires. L’un exclut l’autre. L’un met en scène une tentative d’assassinat ; l’autre évoque la fatalité d’une faute professionnelle. Mais ce qu’il faut plutôt remarquer, ce sont les éléments de convergence. Une même structure narrative se dessine :

  • une cheminée bouchée par une action humaine (et non par le tassement mécanique de la suie dans le conduit, comme l’a dit le rapport de l’enquête officielle) ;
  • à l’origine des faits, des travaux effectués sur l’immeuble mitoyen de celui de Zola ;
  • une action commise par deux hommes.
  • 5 On pourrait ajouter : devant des récits de caractère mythique, déformés par la transmission orale, (...)
  • 6 Dans son Zola assassiné, Jean Bedel ne fait que répéter ce qu’il a dit en 1953, en délayant la mat (...)

11Il est donc nécessaire de faire la synthèse de ces deux récits, pour dépasser l’apparence de la transmission anecdotique. Car nous nous trouvons devant des données narratives brutes5. Ni Jean Bedel, ni Marcel Le Clère n’ont fait de véritable enquête ; ils se contentent de rapporter deux témoignages, sans les analyser6. Si l’on essaie de réunir les éléments que comportent ces deux témoignages, on arrive à l’enchaînement suivant :

  1. Un acte criminel est commis par le fumiste Henri Buronfosse, avec la complicité d’un de ses employés7, à l’occasion de travaux effectués sur l’immeuble mitoyen de celui de Zola.
  2. Sa situation professionnelle lait qu’il peut accomplir son acte facilement, sans être inquiété.
  3. Buronfosse, apparemment, n’est pas interrogé dans le cadre de l’enquête officielle.
  4. D’une certaine façon, il est aidé, dans les mois qui suivent, par cette rumeur qui court parmi les habitants de l’immeuble selon laquelle le drame a été le résultat d’un accident, une cheminée bouchée par erreur8.
  5. Et c’est beaucoup plus tard, en 1928, qu’il se confie à son ami Pierre Hacquin... Sa confession peut être analysée non seulement comme un aveu, mais aussi comme le besoin de préciser un fait, comme le désir de mettre fin à une rumeur qui a déformé la vérité : « C’est nous qui avons bouché la cheminée de son appartement », déclare le fumiste, en revendiquant la paternité de son acte.

12Les deux récits originels sont malheureusement lacunaires. Mais leur convergence narrative plaide en leur faveur. Quelque chose s’est passé de grave, que nous pouvons sinon connaître, du moins deviner, grâce aux témoignages qui nous ont été transmis.

13Le dossier, évidemment, reste ouvert. Il mérite d’être approfondi. Plusieurs pistes pourraient être suivies. Évoquons ici un seul problème, celui de la rumeur que rapporte Marcel Le Clère. Si Le Clère a pu la recueillir, on peut penser que cette histoire (sous des versions plus ou moins différentes) était connue de ceux qui vivaient rue de Bruxelles au début du xxe siècle. On peut même supposer que les proches de Zola ont su que l’enquête officielle ne disait pas toute la vérité, et qu’ils n’ont pas voulu, par crainte d’un scandale inutile, faire part de leurs doutes. Cette volonté d’apaisement est tout à fait conforme à ce que l’on sait de la psychologie d Alexandrine qui, par exemple, a tenté de s’opposer à la présence d’Alfred Dreyfus dans le cortège des obsèques, en octobre 1902.

  • 9 Voir C.A. Burns, introduction aux Lettres inédites de Céard à Zola, Nizet, 1958, pp. 32 33

14Un indice permet de soutenir une telle hypothèse. Il est fourni par une déclaration d’Henry Céard. Au cours des premières années du xxe siècle, ce dernier est demeuré relativement proche d Alexandrine9, en dépit de la rupture survenue au moment de l’affaire Dreyfus. Comme on le sait, il s’est toujours voulu l’historien du passé naturaliste. Chroniqueur infatigable, collectionneur passionné, il a rassemblé de multiples notes (malheureusement encore inédites) sur l’histoire du groupe de Médan, sur la vie de Zola et celle d’Alexandrine. Or il se trouve qu’aux alentours de 1920, il a eu l’occasion de parler avec Léon Daudet du problème posé par la mort de Zola. Léon Daudet en a fait le récit beaucoup plus tard, dans un article publié dans L’Action française le 9 avril 1940, à l’occasion de la commémoration du centenaire de la naissance de l’écrivain, sous le titre « Zola et Céard ». Le texte se limite, malheureusement, à ces quelques lignes rapides : « L’affection d’Henry Céard pour Zola résista à l’affaire Dreyfus, où ils n’étaient pas de la même opinion. Comme nous parlions un jour du mystère qui environna la mort de Zola, Céard me dit : “Je suis le seul à en connaître le secret, mais celui-ci mourra avec moi.” Je me suis depuis creusé la tête à ce sujet, mais sans résultat. »

15Le seul ? Cela paraît douteux. Est-ce un secret que Céard partage avec Alexandrine ? Il est difficile de le savoir. Il s’agit encore d’un récit indirect, transmis avec un décalage temporel important : Daudet rapporte, vingt ans après, ce que Céard lui a jadis confié. L’information s’accompagne, une fois de plus, d’une ellipse. Comme les précédentes, elle retient l’attention mais laisse, en même temps, l’esprit frustré, sans répondre à 1’attente qu’elle a fait surgir. Contentons-nous ici de la consigner. Quel que soit son degré d’incertitude, cette information doit être versée au dossier des sources narratives. Elle apporte un élément de plus – un élément de convergence – permettant d’accorder un réel crédit aux récits de Jean Bedel et de Marcel Le Clère.

16Curieusement, ce sont les moments de commémorations qui semblent propices à de telles révélations : le récit de Léon Daudet surgit à l’occasion du centenaire de la naissance de Zola ; le témoignage de Pierre Hacquin est provoqué par le cinquantenaire de sa mort ; et, aujourd’hui, nous ouvrons à nouveau ce dossier, un siècle après la disparition de 1’auteur des Rougon-Macquart... Comme s’il fallait l’urgence d’une date bilan pour pousser l’esprit à aborder une question demeurée jusque-là en suspens, refoulée dans l’inconscient biographique.

Données idéologiques

  • 10 Fondée par Déroulède en 1882, la Ligue des Patriotes (la LDP) s’est trouvée au centre de la conspi (...)

17Le portrait d’Henri Buronfosse prend un relief singulier quand on ajoute que le fumiste était membre de la Ligue des Patriotes10. L’indication a été apportée, d’une manière fugitive, par Pierre Hacquin en 1953. Elle est confirmée par la notice nécrologique que l’on peut trouver en juin 1928 dans le journal de la Ligue, Le Drapeau, au moment de la mort de Buronfosse. On y apprend que ce dernier était « commissaire » de la 4e section, c’est-à-dire du comité qui regroupait les ligueurs du 4e arrondissement de Paris.

18L’information est capitale. Elle confirme, d’un point de vue géographique, le lien très étroit, que nous avons déjà noté, entre le fumiste et le 4e arrondissement de Paris – un quartier qui était, au début du xxe siècle, l’un des bastions de la LDP. Le 4e arrondissement constituait, en effet, le fief d’Henri Galli, l’un des lieutenants de Déroulède, qui a dirigé l’organisation pendant l’exil de son chef, entre 1900 et 1905. Henri Galli possédait une permanence, rue du Petit-Musc. L’entreprise de fumisterie de Buronfosse se trouvait tout près, à quelques centaines de mètres de distance.

  • 11 Z. Sternhell, La droite révolutionnaire, Ed. du Seuil, coll. Points, 1984 (1re éd., 1978), p. 108.
  • 12 B. Joly, Déroulède. L’inventeur du nationalisme, Perrin, 1998, p. 258. – Voir également, « lu même (...)

19Mais il faut insister sur la qualité de « commissaire » détenue par Buronfosse. Les deux principaux historiens de la Ligue, Zeev Sternhell et Bertrand Joly, ont souligné le rôle éminent joué par les commissaires de la LDP. Ce corps a comporté entre 100 et 300 membres, selon les périodes. 11 représentait la fine fleur de l’organisation nationaliste qui regroupait, au début du xxe siècle, environ 15 000 adhérents. « C’est sur ces militants dévoués, dont une bonne moitié s’était fait la main dans le boulangisme, et parmi lesquels Déroulède et son état-major puisaient leurs gardes du corps », écrit Zeev Sternhell, que la Ligue « compte pour encadrer l’ensemble des militants, lancer l’agitation dans la rue et, le jour venu, être le fer de lance d’un coup d’État »11. Bertrand Joly précise, de son côté, que la Ligue a développé le système des commissaires « avec une efficacité sans équivalent chez ses alliés qui n’hésitent pas à louer les services de ces gros bras », même s’il se refuse à voir dans cette structure une formation de type paramilitaire, de caractère fascisant12.

20Pour terminer la présentation de ce dossier, il faudrait encore analyser longuement le climat politique de l’année 1902. Nous nous contenterons ici de quelques remarques rapides.

  • 13 Présent dans l’assistance lors du procès de Versailles, le 18 juillet 1898, Déroulède avait hurlé, (...)

21La TDP est alors particulièrement active. Le coup d’État manqué de février 1899, loin de diminuer son prestige, l’a même accru. Elle tient le haut du pavé, menaçante, toujours sur le qui-vive, susceptible de s’allier, pour les entreprises les plus folles et les plus hasardeuses, avec ses consœurs, la Ligue antisémitique de Jules Guérin, ou la Ligue de la Patrie française de Jules Lemaître. Les historiens discutent, certes, sur sa réelle capacité de nuisance : Zeev Sternhell détaille sa puissance, alors que Bertrand Joly met en valeur ses faiblesses et souligne ses illusions. Il n’en reste pas moins que l’organisation de Déroulède se trouvait au cœur de la mouvance nationaliste de l’époque. Son dynamisme idéologique comme son activisme militant ont pu nourrir la personnalité d’un homme tel que Buronfosse, transformer ce petit entrepreneur de fumisterie en un ligueur exalté, ivre de rengaines patriotiques, entraîné aux coups de mains par ses fonctions de « commissaire ». Ils ont pu, en tout cas, lui donner suffisamment de raisons pour avoir le désir d’agir contre Émile Zola – le romancier « sans patrie »13, le « père J’accuse », coupable d’avoir porté gravement atteinte à l’honneur de l’armée.

Notas

1 Jean Bedel n’a pas révélé le nom du fumiste en 1953. Mais il l’a livré en 1978, dans un article du Quotidien de Paris.

2 Je renvoie ici non seulement à cet ouvrage que j’ai publié aux éditions Ellipses, en mai 2002, en collaboration avec Owen Morgan (pp. 163-180), mais aussi à la communication que nous avons donnée, Owen Morgan et moi-même, au colloque de Toronto, en septembre 2002, sous le titre « Le dossier Buronfosse ».

3 Cette entreprise a conservé le même emplacement, de lu date de sa fondation (1900) à celle de la mort de son propriétaire (1928). Faisant preuve d’une étonnante stabilité, elle a traversé le premier tiers du xxe siècle sans aucune rupture notable.

4 Ce témoin se nommait Paul Jouvensel.

5 On pourrait ajouter : devant des récits de caractère mythique, déformés par la transmission orale, et dont il s’agit de retrouver les structures profondes.

6 Dans son Zola assassiné, Jean Bedel ne fait que répéter ce qu’il a dit en 1953, en délayant la matière et en l’enrobant de quelques commentaires accessoires.

7 Ou celle de son associé, Ludovic Branca, qui dirigeait avec lui 1’entreprise de fumisterie qu’ils avaient fondée ensemble en décembre 1900 ; les deux hommes se sépareront en 1905 (voir à ce propos le Guide Émile Zola. op. cit., p. 174).

8 Cette origine accidentelle contredisait la version des faits établie par l’enquête officielle, mais (on peut en faire l’hypothèse) pour ceux qui ont eu connaissance de cette rumeur, cette différence n’est pas apparue fondamentale : elle ne les a pas poussés, en tout cas, à révéler ce qu’ils savaient. A quoi bon, en effet ? Puisque, dans tous les cas, on pouvait conclure qu’il s’agissait d’un accident...

9 Voir C.A. Burns, introduction aux Lettres inédites de Céard à Zola, Nizet, 1958, pp. 32 33

10 Fondée par Déroulède en 1882, la Ligue des Patriotes (la LDP) s’est trouvée au centre de la conspiration boulangiste à la fin des années 1880. Après avoir été dissoute en 1889, elle s’est reconstituée et s’est illustrée, pendant l’affaire Dreyfus, en tentant un coup d’État au moment des obsèques de Félix Faure, en février 1899. L’entreprise a entraîné la condamnation et le bannissement de Déroulède qui est parti vivre en exil à Saint-Sébastien, en Espagne, où il est resté jusqu’à une loi d’amnistie votée en 1905.

11 Z. Sternhell, La droite révolutionnaire, Ed. du Seuil, coll. Points, 1984 (1re éd., 1978), p. 108.

12 B. Joly, Déroulède. L’inventeur du nationalisme, Perrin, 1998, p. 258. – Voir également, « lu même auteur, le Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900). Champion, 1998.

13 Présent dans l’assistance lors du procès de Versailles, le 18 juillet 1898, Déroulède avait hurlé, debout dans une tribune, lorsque Zola avait quitté la salle au milieu d’un vacarme assourdissant : « Hors de France ! A Venise ! » (voir J. Reinach, Histoire de l’Affaire Dreyfus, t. IV, Fasquelle, 1904, p. 55 ; B. Joly, Déroulède, op. cit., p. 268). L’exclamation faisait écho aux propos de Barrès commentant « J’accuse », en février 1898 : « Parce que son père et la série de ses ancêtres sont des Vénitiens, Émile Zola pense tout naturellement en Vénitien déraciné. »

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2004

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search