Version classiqueVersion mobile

Champ littéraire, fin de siècle autour de Zola

 | 
Béatrice Laville

Avant-propos

Béatrice Laville

Texte intégral

  • 1 Pour une perception plus large de cette période, l’ouvrage de Michel Raimond, La crise du roman éd (...)
  • 2 Enquête sur l’évolution littéraire, édition de Daniel Grojnowski, Thot, 1992.
  • 3 Avant lui, Brunetière annonçait le 1° septembre 1887, dans la Revue des deux mondes « la banquerou (...)
  • 4 Les Règles de l’art, genèse et structure du champ littéraire, voir notamment le chapitre II, premi (...)
  • 5 Trois questions posées auxquelles répondent soixante-quatre hommes de Lettres, (c’est une pratique (...)
  • 6 Henri Barbusse précise que cette enquête « qui eut une forte répercussion, établissait un bilan du (...)

1Le dix-neuvième siècle finissant a depuis quelques années donné lieu à des recherches riches et abondantes essentiellement consacrées au symbolisme et au décadentisme.1 S’il convient d’élargir le spectre d’étude de cette période, on est forcé de constater que les approches restent prisonnières d’une sorte de préalable institué par Jules Huret dans son enquête relative à l’évolution de la littérature, en 18912. Il annonce l’achèvement du naturalisme, l’heure de ses funérailles ayant largement sonné3. S’il est indéniable qu’à ce moment des voix s’élèvent pour interroger la pertinence et la longévité de ce mouvement, on peut admettre, à l’instar de Pierre Bourdieu4, que le discours de sa mise à mort induite par le choix des questions de l’interviewer5 s’est véritablement ancré à ce moment, et que s’est alors constitué « un schème de pensée » associant le naturalisme à l’idée d’un courant « dépassé »6, ce concept de dépassement étant consubstantiel aux théories de l’évolution dont Brunetière affirme alors qu’elles « ont envahi tous les domaines et qu’elles rendent compte de l’histoire des idées aussi bien que de celle des êtres ». L’innovation de l’entreprise de l’interview et la germination de son propos (pour reprendre la rhétorique zolienne) ont tôt fait d’instaurer durablement la domination de ce discours, qui, s’il n’est pas totalement dénué de fondement, propose cependant une représentation radicale et quelque peu réductrice du champ littéraire de la fin du siècle.

2Comment donc tenter de restituer dans leur complexité, dans leur ambiguïté, les contours d’une période où précisément l’unicité d’un principe de détermination, (celui d’évolution et avec lui son corollaire, en l’occurrence, l’anéantissement définitif du naturalisme qui subsumerait l’ensemble) ne peut rendre compte de la diversité et de la simultanéité des constellations de recherches, de formes, de croyances et de rêves ?

3Tous les choix discursifs sont révélateurs des positions, des rapports de force symbolique, des parcours, mais aussi de l’imaginaire de chacun des joueurs de la partie. Le parti pris de cet ouvrage n’est pas de faire œuvre d’histoire littéraire (la dynastie des auteurs « zoliens » par exemple), et encore moins d’hagiographie, mais d’effectuer en quelque sorte une coupe synchronique pour tenter de comprendre ce qui se joue, se tisse, se construit dans l’espace littéraire de la dernière décade du dix-neuvième siècle. Cela s’opère à partir du choix d’un pôle, plus négligé que d’autres, celui de Zola à la fin du siècle, ou plutôt d’une position sur l’échiquier du champ littéraire. Il apparaît que celle-ci par les effets concentriques, les mouvements, les ricochets, en quelque sorte, qu’elle engendre permet d’interroger les tensions, les rapprochements qui orchestrent une mutation du champ. L’apport de Zola (à la fois aux écrivains et à leurs œuvres) revendiqué ou inconscient, l’opposition qu’il génère, constituent le creuset d’une nouvelle fécondité littéraire. Mais c’est dans un rapport dialectique et dynamique qu’il conviendra d’envisager les échanges au sein de cette sphère, où Zola, comme ses pairs, est tout à la fois acteur et récepteur, agi et agissant.

4La perspective, dénuée d’une quelconque aspiration déterministe ou causale, est bien de mettre en relation le jeu des oppositions, des apparentements, des recherches, des formes, des possibles. On pourrait ainsi rêver d’une approche « spatiale » qui mettrait davantage en lumière, le cheminement, l’effet des textes du point de vue des liens, des trajets de réflexion, des écarts, des nouveaux liens qu’ils créent dans le tissu contextuel qui a permis leur émergence, au sein du champ littéraire. Ainsi pourraient apparaître des croisements inédits, des perspectives nouvelles.

5Si ce volume n’a pas cette ambition, il pose néanmoins quelques jalons susceptibles (l’élargir encore le spectre des études zoliennes, en prenant davantage en compte des tentatives scripturales envisagées dans la complexité des liens qui se tissent au cœur du champ littéraire.

6S’il ne s’agit pas, on l’aura compris, d’une approche monographique, précisons néanmoins pour la clarté du propos, quelques données particulières, à partir du point d’origine de la visée.

7Depuis son entrée dans la sphère littéraire, Zola a toujours marqué sa place, son territoire, en créant un rapport d’opposition avec ses prédécesseurs ou ses contemporains. Revendiquer sa part de nouveauté a fortiori dans le roman, passait aussi par la stigmatisation d’une position d’écart avec ses pairs. Le discours de légitimation empruntait alors le primat de la science.

8Dans les dernières années du siècle, Zola a achevé les Rougon-Macquart, avant de s’engager dans deux nouveaux cycles romanesques, Les Trois Villes et Les Quatre Évangiles, dans des pièces lyriques, et dans la photographie. Même si certains voient en lui une sorte de cacique, par trop encombrant, malgré les transformations du champ, Zola entend continuer à jouer son rôle, probablement conserver la prééminence de sa place, et œuvrer notamment à une transformation et une nouvelle légitimité du roman, d’autant que sa position y a toujours été celle d’un combattant. Interrogé lui-même par Jules Huret, il précise :

  • 7 op. cit, p. 160.

la matière du roman est un peu épuisée, et pour le ranimer il faudrait un bonhomme. Mais encore une fois, où est-il ? Voilà toute la question (...) D’ailleurs si j’ai le temps, je le ferai moi ce qu’ils veulent7

9D’ailleurs Huysmans, dont on ne peut dire qu’il fait montre de complaisance à l’égard de Zola, précise-t-il dans sa réponse à la même enquête :

  • 8 op. cit, p. 167.

Ah ! il me revient une idée : Zola ne vous a-t-il pas dit que s’il en avait le temps, il se mettrait lui-même à chercher autre chose, (...) Eh bien, savez-vous qu’il en est capable ! Cela m’a frappé quand j’ai lu sa conversation avec vous. Il est encore jeune et s’il veut d’un coup de ses reins d’athlète, il peut percer le tunnel où il a coulé le naturalisme... Alors ce sera intéressant : on pourra voir8

  • 9 voir notamment les revues telles La Revue Bleue, La Revue Blanche, Le Mercure de France ou encore (...)

10Dans le même temps où le naturalisme et son héraut sont fortement contestés9, une certaine conception du roman décriée, la pensée de la littérature ne peut néanmoins se faire sans Zola, non comme un membre de la communauté, mais comme une figure de proue en quelque sorte. Cela réside dans le fait que la particularité de Zola, par rapport aux autres écrivains évoqués, est qu’au-delà de son activité d’écriture avec ses contraintes, ses recherches, son exigence de composition, la conception revendiquée de son métier d’écrivain brise les frontières de son univers singulier pour infléchir l’évolution du roman, plus encore celle du monde littéraire, et inlassablement aspirer à dévoiler de nouveaux territoires, en affirmant la suprématie du champ littéraire. Sa situation parfois plus fantasmée que réelle est celle d’un guide, quand d’autres recherchent l’isolement, la réclusion. C’est aussi ce qui en fait un des pôles incontournables de cette fin de siècle, quand bien même il n’appartient plus aux avant-gardes, à la production restreinte ou confidentielle, et malgré son statut facilement décrié d’écrivain consacré. Paradoxalement, la reconnaissance du public n’a pas faibli en cette fin de siècle, ainsi Théodore de Wyzewa expliquait-il :

  • 10 cité par Michel Raimond, op. cit, p. 48, note 16.

nous voyions les romans de Zola plus achetés et plus lus que jamais, nous n’étions point choqués d’entendre affirmer par ailleurs que le roman naturaliste était un genre démodé, fini, et dont personne ne voulait plus10

11Certes l’état de réflexion du champ littéraire n’est pas alors en totale adéquation avec les goûts du public forgé depuis plusieurs décennies à la vraisemblance, et aussi à une sorte de tragique profane fait de personnages indissolublement liés à leur milieu, déchirés entre leurs pulsions, leurs tares, leurs aspirations et leurs rêves, englués dans leur désir d’une vaine élévation plombée par le poids des déterminismes qui les affectent. Cela constitua en son temps une innovation fondamentale, comme le souligne Durtal, personnage huysmansien, qui reconnaît les mérites des naturalistes :

  • 11 Là-bas, Garnier-Flammarion, 1978, p. 34.

car, enfin, ce sont eux qui nous ont débarrassés des inhumains fantoches du romantisme et qui ont extrait la littérature de l’idéalisme de ganache et d’une inanition de vieille fille exaltée par le célibat11

12Cependant la surdétermination physiologique et sociale qui affectait le personnage pèse, et d’une certaine manière l’individu fait retour dans son unicité absolue, mais aussi dans son mystère, dégagé du poids des liens qui l’enserraient et l’attachaient à son milieu. Cette modification sensible a ses racines dans les débats qui agitent également la société française, la mise à distance du primat de la science et le retour du spirituel. Ceux-ci constituent, de fait, deux foyers d’opposition virulente au naturalisme. Certes, celui-ci a toujours été quelque peu vilipendé, mais cette fois la remise en cause est plus sérieuse, qui s’attaque à ses fondements mêmes.

13Ces ondes de tremblement idéologique qui se répercutent évidemment dans le champ littéraire augurent d’affirmations de position, de dévoilements, de recherches nouvelles et de reconfiguration du champ. Dans le même temps, nombre d’opposants à Zola, contestant son hégémonie passée, sont aussi plus diserts à son égard ; le moment du bilan d’une période littéraire est alors, dans ces dernières années du siècle, probablement advenu. Catulle Mendès s’adresse en ces termes à Zola :

Vous vaincrez, vous, mais ma cause triomphera. Je suis à vous de tout cœur et d’une bonne moitié de mon esprit

  • 12 cité dans Zola, d’Henri Barbusse, p. 243.

14tandis que Sully Prudhomme précise12 :

Je défends un idéal que le vôtre menace, et qui m’est très cher, mais on ne craint en art, que ce qu’on admire

  • 13 voir dans ce recueil les articles consacrés à ces auteurs et à Zola.
  • 14 celle-ci aura aussi pour effet de faire revenir près de Zola de jeunes auteurs, ou certains tel An (...)

15D’autres tels Bourget, Loti et Huysmans13, témoigneront aussi à Zola leur profonde admiration, parfois malgré les clivages irrémédiables qu’instaurera l’affaire Dreyfus.14

  • 15 Longtemps président très combatif de la Société des Gens de Lettres, il représente aussi en 1893 à (...)

16De toute évidence, Zola a été, et reste un point nodal, incontournable de l’échiquier du champ littéraire. C’est une référence que l’on ne peut évincer aisément, qui participe de la mémoire et de l’énergie de ce domaine précis15. Il est fort à parier d’ailleurs que son éviction à maintes reprises de l’élection à L’Académie française, loin de le desservir aux yeux de bon nombre de ses pairs, a nimbé son image d’écrivain d’une nouvelle légitimité. L’indifférence régulièrement manifestée par une instance à la fois normative et honorifique, en l’occurrence le refus de reconnaissance dont elle a fait preuve, peut constituer une valeur surajoutée à la légitimité dont jouit un auteur. Zola a échoué au statut d’écrivain officiel, l’Académie française l’a rejeté, et par cette décision a confirmé les dispositions fondamentales de l’auteur à la subversion. Ainsi l’écrivain pouvait-il affirmer plus encore l’abolition de ses propres liens à l’égard d’un pouvoir et son inaltérable autonomie, valeurs hautement symboliques.

  • 16 Barres voyait en lui « un robuste ouvrier et consciencieux ». Cette image de solidité besogneuse, (...)

17Zola s’emploie à renvoyer une image de solidité16, d’ardeur au travail et finalement de rassurante certitude. Les divers massifs qui constituent son œuvre romanesque s’apparentent à des preuves. Si Zola est devenu cette référence incontournable, durant toutes ces années, il permet donc à certains de constituer leur identité d’écrivain, de se situer, de prendre place et position dans l’espace littéraire en affirmant ressemblances, différences, indifférence, haine ou passion à son encontre. La domination qu’il a pu exercer a eu aussi pour effet d’induire des relations structurantes. La psychanalyse évoquerait probablement l’image fondatrice du père, gageons que les représentations du champ et l’imaginaire zolien ont sans doute fait, sur ce point, bon ménage.

18La multiplicité des revues, des interviews, des déclarations définitoires sur le roman, notamment, montre à quel point la période est fructueuse en recherches bigarrées, mais témoigne aussi d’irrémédiables évolutions (le domaine éditorial étudié dans cet ouvrage en atteste tout particulièrement). On se rappelle combien le roman semble dés-axé, dés-articulé en une multitude de constellations qui témoignent de la lassitude, voire de l’épuisement du genre :

  • 17 Revue des deux mondes, 15 janvier 1900.

après avoir été le genre par excellence du xixe siècle, c’est comme s’il avait décidément usé sa force vitale, écrivait de Wyzewa17.

  • 18 « Maintenant l’idée synthétique s’imposera. Il convient de rassembler les éléments, de mettre en c (...)

19Paul Adam en appelait quant à lui à une surprenante synthèse de toutes les recherches destinée à redonner vie an roman, en rassemblant dans un même élan tradition et relative modernité18, fausse réponse probablement, car au-delà des orientations de tel ou tel écrivain, c’est davantage ce qui fonde le roman jusqu’alors qui est en question.

20La fiction, le rapport du personnage au monde qui l’entoure, le statut de l’intrigue sont autant d’éléments interrogés, suspectés et qui réfléchissent pour partie un questionnement ontologique, celui du rapport de l’individu au spirituel et à la transcendance. Et c’est précisément à ce point que l’approche des échanges, des contacts, des tensions revêt un intérêt particulier, en ce que le champ littéraire témoigne d’une interaction des débats et des œuvres, qu’il est à la fois le réceptacle, le réflecteur, et le re-créateur d’interrogations multiples qui affectent positions et productions de chacun, et traduisent aussi le bonheur et la difficulté d’être au monde.

21La visée retenue et forcément parcellaire – un coin de champ littéraire vu à travers le prisme zolien – convoque des auteurs dont l’écriture à des degrés divers rend compte de cette mutation de la forme romanesque, et au-delà des enjeux de la littérature.

  • 19 Les deux derniers cycles, Les Trois Villes et Les Quatre Evangiles.

22Arrêtons-nous, juste un instant, pour mesurer comment notre auteur, tant remis en cause, appréhende alors ces transformations. L’effort d’innovation esthétique, principe fondamental de renouvellement du champ, est une préoccupation majeure – contrairement à ce que la critique a longtemps voulu faire croire – de la fin de l’œuvre zolienne. Cela passe incontestablement par l’adoption et la recherche de nouvelles formes de création – le rapport à la photographie étudié ici en porte trace – mais aussi par la prise en compte de la sensibilité du publie ; on peut ainsi noter un intérêt accru de l’auteur pour le théâtre et plus particulièrement pour les drames lyriques où peut se dévoiler une fantasmagorie revisitée dans des codes et des référents d’un genre inédit pour notre écrivain, – l’étude génétique d’un drame projette ici un halo de lumière sur cette production mal connue –. Il apparaît en fait que la « manière » renouvelée de Zola s’enracine largement dans un brouillage des genres, comme pour se jouer de leurs frontières, de leurs limites et tout à la fois élargir son spectre d’invention. Car enfin les œuvres ultimes de l’auteur19 tiennent à la fois du roman, de la prose poétique, de la fable et du pamphlet, tout cela baigné d’un grand lyrisme auquel les romans précédents n’avaient pas à ce point habitué le lecteur. Embrasser toute la création, dans une œuvre qui subsume toutes les catégorisations et tente de rassembler toutes les aspirations, qui bouscule – en partie seulement – ses modèles esthétiques antérieurs, n’est-ce pas aussi la manifestation d’un désir – sans doute inconscient de l’œuvre unique, du Livre total et définitif ?

  • 20 Voir ses dernières œuvres, notamment Les Quatre Evangiles, et les drames lyriques à nouveau access (...)

23Mais c’est aussi une réponse, n’en doutons pas, aux critiques diverses et à l’autorité émoussée du « Maître de Médan ». Si Zola se prononce pour un « naturalisme élargi », cette ouverture entend bien inclure et peut-être annexer les ferments d’une modernité, d’une « manière renouvelée ». Le recours à l’utopie des derniers textes est aussi une manière de « désaxer le roman ». Certes, cette mise en cause de la fiction n’est pas comparable aux tentatives très différentes d’auteurs tels que Huysmans, France ou Gide (auxquels diverses études sont consacrées dans ce volume), mais participe, malgré tout, de cette interrogation redondante à l’époque de la crédibilité de l’intrigue. De même, Zola prend part d’une certaine manière à l’implosion du personnage, devenu vecteur d’un discours ressassant, et de plus en plus dépourvu de traits d’individuation. Les héros utopiques de ses derniers romans sont bien éloignés de la fêlure originelle (si féconde du point de vue romanesque), bien allégés du poids de « l’enracinement déterministe » des Rougon-Macquart. Si la fiction ne cesse de renvoyer l’image de son fonctionnement, de réfléchir sa circularité, sa clôture, et d’exhiber son épuisement, Zola choisit de se démarquer nettement d’une littérature réflexive, de se diriger plus encore vers un au-delà du roman20, « d’élargir » proportions et perspectives, tandis que d’autres écrivains prometteurs (tel Gide encore peu reconnu) accentuent le vertige et « l’ère du soupçon ». Mais il semble bien que dans le même temps où « l’élargissement » du naturalisme revendiqué par l’auteur va de pair avec celui de sa conception du roman, le délitement du romanesque vient se nicher au cœur de l’œuvre, comme une contamination des doutes qui animent l’espace littéraire, signe même de la plasticité des échanges qui fondent les œuvres.

  • 21 Même si l’on peut ne pas être entièrement conquis, la réception de ces dernières œuvres très datée (...)

24Le fait que Zola ne se contente pas de refaire éternellement « du Zola », mais tente de frayer des voies nouvelles dans la littérature de la fin du siècle bouscule l’idée facile et malhonnête d’un auteur vieillissant auquel seule l’affaire Dreyfus pouvait alors assurer la notoriété21. Oui, Zola participe pleinement aux mutations, aux recherches, à la prise en compte des nouvelles attentes (l’un public et aux évolutions du champ littéraire. Fortement en désaccord avec les symbolistes, il a néanmoins usé de toute la richesse qu’il pouvait, lui aussi, tirer de l’écriture de l’allégorie, influençant en cela les poètes naturistes, si proches de ses choix esthétiques (comme le montre une étude de ce volume). C’est assez dire finalement les zones de porosité, les effets des échanges qui agitent les protagonistes du champ et qui contredisent parfois leurs affirmations, tout en affectant leurs textes. Le lecteur pourra entendre ici cet écho particulier qui donne une autre résonance aux œuvres.

  • 22 Il s’est tenu à l’Université de Bordeaux III en décembre 2003 avec le soutien du Conseil régional (...)

25Le cadre du colloque22 d’où sont issus ces travaux ne permettait pas d’envisager la totalité du champ, mais l’autorité de Zola (lui-même largement convoqué dans cette introduction comme point d’origine de la visée, mais dont l’œuvre sera peu évoquée dans ce volume) a permis d’envisager une palette réunissant des auteurs et des œuvres fort divers, écrivains reconnus, ou jeunes littérateurs avant-gardistes, correspondance, roman, ou poésie...

26Puisse cette tentative ne pas rester trop isolée, pour que vivent les œuvres et se prolonge le bruissement de leurs enjeux et de leurs audaces.

Notes

1 Pour une perception plus large de cette période, l’ouvrage de Michel Raimond, La crise du roman édité en 1966 fait toujours autorité.

2 Enquête sur l’évolution littéraire, édition de Daniel Grojnowski, Thot, 1992.

3 Avant lui, Brunetière annonçait le 1° septembre 1887, dans la Revue des deux mondes « la banqueroute du naturalisme » et Bourget dans sa préface du Disciple, en 1889, fustigeait le triomphe du naturalisme.

4 Les Règles de l’art, genèse et structure du champ littéraire, voir notamment le chapitre II, première partie « l’émergence d’une structure dualiste » Seuil. Paris, 1992.

5 Trois questions posées auxquelles répondent soixante-quatre hommes de Lettres, (c’est une pratique inédite et précieuse pour un éclairage sur le champ littéraire de cette époque, dont on pourrait s’inspirer avec bonheur...), la première : « Le naturalisme est-il malade ? », la seconde : « Est-il mort ? Peut-il être sauvé ? » la troisième : « Par quoi sera-t-il remplacé ? »

6 Henri Barbusse précise que cette enquête « qui eut une forte répercussion, établissait un bilan du naturalisme, bilan qui prenait les aspects d’une liquidation, et tendait à reléguer le mouvement dans le passé. » Voir, H. Barbusse, Zola. Le Temps des Cerises, 2002. p. 242.

7 op. cit, p. 160.

8 op. cit, p. 167.

9 voir notamment les revues telles La Revue Bleue, La Revue Blanche, Le Mercure de France ou encore La Plume plus favorables à l’avant-garde, et pour lesquelles Zola représentait en quelque sorte « l’establishment ». A l’opposé, les revues plus traditionnelles, telles que Le Temps et La Revue des Deux Mondes redoublèrent de critiques assassines.

10 cité par Michel Raimond, op. cit, p. 48, note 16.

11 Là-bas, Garnier-Flammarion, 1978, p. 34.

12 cité dans Zola, d’Henri Barbusse, p. 243.

13 voir dans ce recueil les articles consacrés à ces auteurs et à Zola.

14 celle-ci aura aussi pour effet de faire revenir près de Zola de jeunes auteurs, ou certains tel Anatole France qui en était fort éloigné.

15 Longtemps président très combatif de la Société des Gens de Lettres, il représente aussi en 1893 à Londres les Lettres françaises au congrès de l’Institut des journalistes anglais, il y reçoit d’ailleurs un accueil triomphal.

16 Barres voyait en lui « un robuste ouvrier et consciencieux ». Cette image de solidité besogneuse, certes dénuée de grâce et de distinction a hanté la réception et la postérité des œuvres zoliennes.

17 Revue des deux mondes, 15 janvier 1900.

18 « Maintenant l’idée synthétique s’imposera. Il convient de rassembler les éléments, de mettre en cohésion ce que préparèrent les sentimentaux comme G. Sand, Feuillet, Dumas, Ohnet : les psychologues comme Beyle, Rod, Bourget, Lemaître, Robert, Scheffer ; les documentaires comme Champfleury, E. Sue, Zola, Maupassant, Alexis ; les sensasionnistes comme Laclos, Concourt, Mirbeau, Mendès, Hennique, Huysmans, Loti, Rosny. », voir la Préface du Mystère des Foules, Ollendorf, 1895, p. 30.

19 Les deux derniers cycles, Les Trois Villes et Les Quatre Evangiles.

20 Voir ses dernières œuvres, notamment Les Quatre Evangiles, et les drames lyriques à nouveau accessibles aux lecteurs, dans la récente édition des Œuvres Complètes, volumes xix et xx (à paraître), dir. H. Mitterand, ed du Nouveau Monde.

21 Même si l’on peut ne pas être entièrement conquis, la réception de ces dernières œuvres très datées est plus délicate.

22 Il s’est tenu à l’Université de Bordeaux III en décembre 2003 avec le soutien du Conseil régional d’Aquitaine, de l’IUFM d’Aquitaine, des Études Doctorales de Bordeaux III.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search