Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'invention du solitaire

 | 
Dominique Rabaté

Troisième partie. Monades en série

Perse et le mont Saint-John : vaticinations pour une solitude fusionnelle

Jean-Pierre Zubiate

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Saint-John Perse a toujours cultivé une légende de poète vivant en marge d’Alexis Léger et de son siècle. Il y a gagné de devenir le poète de la louange à un mundum profus et matériel dont le Verbe émis depuis un lieu insitué pourrait être le véhicule. Un poète à l’écart pour une poésie de l’écart qui justifierait en sous-main la vieille représentation du poète en homme d’exception et de la parole comme révélation. Invention du solitaire : on pourrait l’entendre chez lui au sens littéral. Sa langue le désigne comme un des tenants de l’hermétisme façon Mallarmé et détermine une solitude littéraire en ce qu’elle brime l’élan discursif et un sens de l’épique par ailleurs très affirmé. Art de la pose, en somme, qui impose en guise de sujet lyrique une figure de vaticinateur lointain.

En même temps, il faut remarquer que cette pose n’a rien d’un effet de la gloire, et qu’elle paraît plutôt tenir à une éthique. La distance prise par Léger envers ses écrits poétiques commence tôt, à un mome...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540