Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'invention du solitaire

 | 
Dominique Rabaté

Deuxième partie. Multitude, solitude

Un, deux, trois : seul dans le noir (Lecture de Compagnie de Beckett)

Dominique Rabaté

Pour Florence, Olympe et Samuel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un, deux, trois... C’est un jeu connu : lorsqu’on se retourne, il suffit de dire « Soleil » pour que tous les participants s’arrêtent de bouger. Chez Beckett, on le vérifiera à mesure que mon titre s’éclairera, c’est quand on est seul dans le noir, dans la pénombre, que commence la démultiplication du « un » en « deux », puis « trois ». Par cette formule inversée d’un jeu d’enfance1, je voudrais surtout évoquer le trajet effectué par le texte de Beckett : Compagnie, texte écrit en anglais et traduit la même année par l’auteur (en 1980), qui inaugure d’une certaine façon ce que l’on considère souvent comme la « dernière trilogie » de son œuvre, c’est-à-dire qu’il appelle Mal vu mal dit et Worstward Ho. Un texte, puis deux et trois...

On se souvient que ce récit s’ouvre par cette phrase : « Une voix parvient à quelqu’un dans le noir. Imaginer2 » et se clôt par le terrible et laconique « Seul », détaché en un dernier paragraphe qui semble annuler la quête d’une compagnie imaginaire comm...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540