Version classiqueVersion mobile

L'invention du solitaire

 | 
Dominique Rabaté

Deuxième partie. Multitude, solitude

Solitude et création chez Flaubert

Francis Lacoste

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si Flaubert apparaît souvent comme un écrivain qui marque l’entrée dans la modernité, c’est parce qu’il représente l’homme dont les liens affectifs et intellectuels sont devenus problématiques. Sa solitude, illustrée surtout par la Correspondance ainsi que par les œuvres de jeunesse, est d’une part celle de l’homme moderne qui a rompu avec les autres, mais elle est aussi une nécessité pour l’artiste, bien qu’elle doive être dépassée car elle pourrait se révéler dangereuse. Certes, on ne manquera pas de rappeler que ce misanthrope est l’auteur de magnifiques lettres d’amour à Louise Colet. Mais il suffit de lire ces textes pour constater que la Muse avait quelque raison de ne pas être entièrement satisfaite :

Encore un an, ma pauvre chère Louise, ma bonne femme aimée, et nous passerons de longs jours ensemble.
Pourquoi désirais-tu ce lien ? Oh non, tu n’as [pas] besoin pour plaire de rentrer dans les conditions de la femme. El je t’aime au contraire parce que tu es très peu une femme, ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search