Version classiqueVersion mobile

L'auteur

 | 
Brigitte Louichon
, 
Jérôme Roger

Troisième partie. Lieux et territoires

L’auteur pour la jeunesse, écrivain ou littérateur ?

Francis Marcoin

Texte intégral

  • 1 Paul Valéry, « Au sujet (l’Adonis », Revue de Paris 1921. Réédité dans Variété, Études littéraires (...)

1L’ouvrier de « ce bel ouvrage » n’est « positivement personne », dit Valéry de l’auteur d’Adonis. A l’occasion d’une réédition de ce poème de La Fontaine, il part de la réputation de rêveur et de paresseux de ce dernier, réputation venue peut-être tout simplement de son nom, et il en conclut que « l’histoire littéraire est tissue comme l’autre de légendes diversement colorées » : « ce qu’il y a de plus important – l’acte même des Muses – est indépendant des aventures, du genre de vie, des incidents et de tout ce qui peut figurer dans une biographie ». Ce qui ne l’empêche pas d’imaginer « ce poète un esprit plein de ressources et de ruses, faussement endormi au centre imaginaire de son œuvre encore incréée, pour mieux attendre cet instant de sa propre puissance qui est sa proie »1.

  • 2 Marc Soriano, Le Cas Verne, Julliard, 1978.

2Cette circularité de l’imagination critique autour d’une œuvre et de son auteur, voire du nom de celui-ci, peu d’écrivains pour la jeunesse l’ont connue ou la connaissent. Pour un Marc Soriano rêvant sur les profondeurs du « cas verne »2, combien de gestes d’exclusion, combien de relégations dans le seul commerce du livre. Il est sans doute inutile de souligner quel déclassement affecte traditionnellement l’auteur pour la jeunesse, mais instructif de le resituer dans une perspective générale, propre à nuancer la façon dont notre modernité consacre le règne du grand écrivain.

  • 3 Antoine Compagnon, Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Seuil, 1998.

3Pour cela, il faut d’abord observer la naissance de la librairie de jeunesse, entre le dernier quart du xviiie siècle et le premier quart du xixe. Nous disons « librairie » et non « littérature », car c’est bien le geste du libraire ou de l’éditeur qui est décisif, plus qu’une pulsion artistique ou même pédagogique. Il y a toujours eu des enfants, et toujours des idées sur l’enfance, il n’a pas toujours existé un corps d’écrivains s’adressant à elle. Ce corps, du reste, n’existe que d’une manière rétrospective, quand une démarche historienne tente de regrouper des entreprises diverses et sans lien apparent à leur époque, sinon un point commun, ce déclassement en regard des prétentions au génie, consacrant la nette distinction entre la notion d’auteur et celle d’écrivain. Quand Roland Barthes décrétait la mort de l’auteur, d’une façon du reste très équivoque comme l’a montré Antoine Compagnon3, il entendait plutôt « mort de l’écrivain », car l’auteur, après tout, peut ne désigner qu’un rédacteur, ou une rédactrice, signant de son nom tout aussi bien des idylles que des conseils d’hygiène ou des arts de faire un jardin, alimentant par exemple ces manuels Roret qui constituent un des substrats de Bouvard et Pécuchet, son « fumier philosophique » comme dirait le Balzac de La Peau de chagrin.

4Ces manuels Roret furent assez souvent le fait de polygraphes, de publicistes et de bas-bleus qui tour à tour muses, institutrices, saint-simoniennes et dames du monde, militaient pour les droits des femmes, chantaient la faiblesse féminine, rédigeaient des contes moraux, illustraient les devoirs de la maternité et disaient comment gouverner ses domestiques. La notion d’auteur recouvre ici un large disparate, et en face de fantaisistes, de « sommités » et de muses qui profitent déjà d’une sorte de médiatisation, voici des abbés, des bas-bleus, des professeurs, qui constituent presque une sorte d’autre Bohème, mais une Bohème triste et proche de l’anonymat, de scripteurs le plus souvent désignés par des initiales ou par des pseudonymes. Prisonnière de cet horizon, il n’est pas sûr que la librairie de jeunesse donne lieu à quelque chose qui pourrait se désigner comme littérature de jeunesse. Ou plutôt, tout se passe comme si l’étiquette de jeunesse suffisait à exiler du territoire de la Littérature prise comme absolu et ne souffrant pas d’étiquette pour la préciser.

5Il est devenu commun de rattacher la naissance de cette Littérature au xixe siècle, mais avec un flottement significatif sur les dates : en effet, si l’idée de « champ littéraire » développée par Pierre Bourdieu prend effet sous le Second Empire avec Flaubert et Baudelaire, et à une date suffisamment précise, 1857, année des procès intentés aux Fleurs du Mal et à Madame Bovary, l’époque romantique avait consacré « le sacre de l’écrivain », ce qui est tout autre chose mais situait également cet écrivain du côté d’une aristocratie. Dans les deux cas, la librairie de jeunesse relève d’une autre sphère, d’une autre logique, que l’on saisit mieux si l’on a en mémoire que le Romantisme est double, un véritable « Janus bifrons », puisque le sacre de l’écrivain, la promotion du génie placé au-dessus des autres hommes voire même des rois, coïncident avec l’inflation des publicistes, avec cette « littérature industrielle » à laquelle s’en prendra Sainte-Beuve dans un article retentissant.

6Le publiciste est celui qui donne ses écrits à la publicité, mot désignant alors la sphère publique en expansion, où les problèmes d’éducation connaissent une vogue particulière en raison de leur caractère composite permettant de s’abandonner aux sciences, à la morale, à la religion, aux sentiments, mais aussi aux actions qui aspirent à devenir aventureuses. « Publiciste » est un autre mot pour désigner le « littérateur », terme qui n’est pas encore affecté d’une connotation négative, mais qui est directement menacé par « écrivain ». Fait étonnant, c’est alors que la Littérature trouve sa définition moderne distinctive que le substantif correspondant de « littérateur » s’en éloigne.

  • 4 Marc Fumaroli, « Panorama », texte paru sur le site web de l’International Balzan Foundation, 2001
  • 5 Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Gallimard « Les Essais » (...)

7Originellement, le littérateur a quelque chose à voir avec la République des Lettres, notion qui prend vraiment son sens avec P. Bayle et Voltaire mais dont Mare Fumaroli retrouve un antécédent en 1417, le syntagme « Respublica literaria » désignant la solidarité de ceux qui s’occupent des œuvres de l’esprit4. Cette république qu’on pourrait dire virtuelle est attachée dès le départ à une sorte de rêve encyclopédique étranger à toute spécialisation. Christian Jouhaud, dans Les Pouvoirs de la littérature, a défini les littérateurs du xviie siècle comme des « acteurs sociaux à l’identité définie par une activité spécifique : la production et la publication d’écrits de formes diverses, dont l’assemblage à la fois symbolique et pédagogique, construira plus tard le monument imaginaire appelé ‘littérature’ ». Cette littérature est alors un ensemble de productions scripturaires qui ne peuvent être identifiées en relation avec une discipline de savoir s’incarnant dans un lieu fixe. Privée de ce lieu, elle se définit donc par défaut et se trouve liée à une circulation d’œuvres sorties de leurs espaces coutumiers de réception : elle devient l’espace mouvant d’un processus de littérarisation5, dont on voit qu’il atteint son point culminant au xviiie. Et les littérateurs sont dans une situation paradoxale, marquée par un processus d’autonomisation et une dépendance renforcée.

8Pendant longtemps, l’auteur (l’autorité) d’un ouvrage fut en quelque sorte le grand de ce monde, le dédicataire. Par nécessité autant que par libre choix, le génie s’affranchit de cette subordination, et devient à son tour un maître. L’auteur romantique, le grand auteur, le génie, est un aristocrate, il se veut aristocrate, et l’expression « sacre de l’écrivain » dit tout : on n’est plus dans la République des Lettres. « Ego, Hugo », cette devise hugolienne est calquée sur celle des rois d’Espagne « Moi, le roi ». Moi seul, sur mon rocher de Guernesey, je serai plus tard en mesure de m’opposer, à égalité, avec Louis-Napoléon Bonaparte. Exilé, mais en plein dans le combat, au contraire d’un Baudelaire qui se dit « dépolitiqué » et exilé de l’intérieur, homme seul dans la foule. Exilé de l’intérieur, comme le rentier ou l’ermite de Croisset qui adopte une autre modalité de la position aristocratique, refusant de se mêler à la foule, méprisant notamment toute cette production pour la jeunesse dans laquelle donne sa maîtresse Louise Colet et qu’il relit pour mieux la dénigrer dans Madame Bovary. A ce stade, il n’est pas inutile de rappeler que Baudelaire a failli écrire pour Janet, un des plus grands éditeurs pour la jeunesse, avant de s’en prendre à Berquin et au prix Montyon avec plusieurs articles aujourd’hui recueillis dans L’Art romantique.

  • 6 Jean-Paul Sartre, Baudelaire, 1947.

9Le modèle philosophique autant que le modèle romantique vont donc se trouver en crise sous l’effet de deux mouvements contraires, d’un côté une vulgarisation effrénée, une perversion de l’esprit encyclopédique trouvant son point culminant dans la bibliothèque de Bouvard et Pécuchet, de l’autre une spécialisation de l’homme de science, du critique, du philosophe, et jusqu’à l’artiste lui-même qui prend congé de cette république pour se cantonner dans le restreint « collège » des créateurs, comme le dit Sartre dans son Baudelaire, anticipant dès 1947 sur les analyses de Barthes et surtout sur celles de Bourdieu : l’écrivain devient par lui-même un grand homme en participant d’une aristocratie de l’esprit à un moment où l’aristocratie n’est plus en état de le soutenir au-dessus des autres bourgeois6.

10On en revient toujours à la rupture avec une république des lettres par définition plus égalitaire et moins spécialisée. Dans Le Gai savoir, Nietzsche s’en prendra aux littérateurs aux mille talents, et l’on comprend pourquoi une certaine modernité se retrouve « nietzschéenne », elle qui se dérobe à tout talent, sinon à l’écriture mais en tant que précisément celle-ci n’est pas un talent, et qu’elle est exclusive de tout autre mérite ou intention. Ces mille talents, la période romantique les a vu fleurir au contraire, de telle sorte que Flaubert, et notamment son Bouvard et Pécuchet, ne se comprend qu’en réaction contre cette foule qui aspire à une démocratisation du statut d’artiste tout en vivant dans le fantasme du « grand homme ».

  • 7 Sainte-Beuve, « De la littérature industrielle », Revue des Deux Mondes du 24 novembre 1839.Articl (...)

11En face de la littérature « légitime », en face du collège restreint repéré par Sartre, il y a bien autre chose qui compose aussi le mouvement romantique et se perpétue ensuite avec le développement de la presse ou de la librairie de jeunesse, il y a cet « ordre GENDELETTRE » pour reprendre le mot si spirituel de Balzac dans sa Monographie de la presse parisienne. Extrait de l’Histoire naturelle du Bimane en société, un ordre qu’il se propose d’étudier comme un naturaliste, et qui aujourd’hui est souvent repris par contresens pour désigner les gardiens du temple, alors que Balzac y intègre les publicistes et les « rienologues » qui vivent isolés, « séparés par leurs prétentions » tout en ayant une « féroce manie de l’égalité ». Ils s’avancent donc groupés, dans ces « bandes » dénoncées par Sainte-Beuve lorsqu’il s’en prend à la « littérature industrielle » et notamment à la Société des Gens de Lettres créée pour protéger les intérêts économiques de ces littérateurs7. Société où l’on retrouve tout particulièrement, aux côtés de Balzac, des auteurs qui écrivent pour la jeunesse, Louis Desnoyers ou Sophie Ulliac-Trémadeure.

  • 8 Étude parue dans la Revue des Deux Mondes, 1er mai 1840, puis en tête des Contes de Charles Nodier(...)

12Malgré ces attaques, c’est chez Sainte-Beuve que l’on trouve une approche clairvoyante de ces littérateurs. Dans un de ses portraits littéraires, « Charles Nodier », il écrit : « Le titre de littérateur a quelque chose de vague, et c’est le seul pourtant qui définisse avec exactitude certains esprits, certains écrivains. On peut être littérateur, sans être du tout historien, sans être décidément poète, sans être romancier par excellence [...] Un littérateur, dans le sens vague et flottant où je le laisse, serait an besoin et à plaisir un peu de tout cela, un peu ou beaucoup, mais par instant et sans rien d’exclusif et d’unique [...] le littérateur est volontiers à la fois amateur et nécessiteux, libre et commandé ; il obéira maintes fois au libraire, sans cesser d’être aux ordres de sa propre fantaisie.8 »

13Selon notre critique, la vie intellectuelle du littérateur est donc le contraire d’une expertise, il ne fait pas partie des spéciaux et il reste dans une sorte d’école buissonnière prolongée à travers toutes sortes de sujets et de livres. Et pour lui, Nodier représente admirablement ce type de « littérateur indéfini », d’« insaisissable polygraphe », produit d’une génération née dans un temps de révolution et de coupures si fréquentes, et « (qui eut toujours pour devise une sorte de contretemps historique : ou trop tôt ou trop tard ! » Cette génération, c’est la fantaisie qui la caractérise, alors que les précédentes auraient été déterminées par le droit ou par le devoir. Et « une certaine jeunesse d’imagination et de poésie a revêtu jusqu’au bout chacune de ses paroles, chaque ligne échappée de lui », écrira encore Sainte-Beuve dans « Charles Nodier après les funérailles », à la disparition de ce dernier survenue juste avant qu’Hetzel ne dérobe au profit de la librairie de jeunesse certains de ses contes, Le Chien de Brisquet, L’Aveugle de Chamounix, précédemment parus dans le livre d’avant-garde qu’était Le Roi de Bohême et ses sept châteaux. Détournement logique si l’on retient cet esprit d’enfance et (l’école buissonnière qui caractérise le littérateur.

14Cette librairie de jeunesse offre de précieuses ressources à une foule de jeunes gens (qui présentent le même profil sans avoir la même notoriété. Ils rêvent d’une haute carrière littéraire et survivent maigrement en donnant des articles en tous genres, dans les « petites feuilles », qu’elles soient politiques, littéraires, éducatives. Ils vivent au jour le jour la contradiction entre la notion d’auteur qui se développe avec ses effets de magie, et celle de polygraphe, pouvant jouer avec divers pseudonymes, dans diverses associations, dans diverses entreprises douteuses, toujours au service d’un chevalier d’industrie. Le nom de Balzac, aux côtés de Dumas, Karr, Gozlan, Feuillet, Champfleury, Janin, Sand, revient dans les premières opérations de librairie de Hetzel, et on trouve même de lui un conte moral, « Tony sans soin », dans le Nouveau magasin des enfants. Il est très lié aux « sommités » qui ont contribué, de façon tout à fait étonnante, à l’expansion d’une littérature de jeunesse et (qui, autour de Lautour-Mézeray, « l’homme au camélia », avaient créé dès 1833 le Journal des Enfans, entreprise à la fois commerciale, éducative et fantaisiste.

15Étonnante en effet, que cette « littérature » (qui inaugure le roman-feuilleton avec Louis Desnoyers et Frédéric Soulié, qui invente la médiatisation de l’auteur avec Alexandre Dumas ou Alphonse Karr, tout en donnant des gages à la morale bourgeoise et courant ainsi le risque d’être confondue avec les ouvrages édifiants produits par l’industrie catholique du bon livre aussi bien que par le nouveau type d’éditeur scolaire représenté par Louis Hachette. Mais pour quelques uns dont le nom a survécu et qui sont devenus les géants de la « littérature facile », débordant le cercle plus étroit de la librairie de jeunesse pour s’adresser à la « masse », une multitude de publicistes doit brider cette fantaisie évoquée par Sainte-Beuve, ou du moins la mettre aux ordres du libraire, qui devient de plus en plus éditeur en ne se contentant plus d’accueillir, mais en suscitant ou même en passant commande. Le grand homme, surtout dans ce domaine qui nous intéresse, c’est peut-être lui. Et si l’on a mieux retenu le nom de Roret que celui de ses auteurs, que dire de Hachette ou de Hetzel. Et encore, ces derniers vont devoir composer avec les auteurs plus sans doute que ne l’ont fait les bibliothèques chrétiennes de Mame ou de Barbou, dont les catalogues sont éloquents : ce sont les titres qui chantent en quelque sorte, constituant une sorte de discours où le nom de l’auteur, lorsqu’il apparaît, est très secondaire. Dans l’édition de jeunesse, l’effet collection a souvent joué et joue encore un rôle déterminant : Bibliothèque Rose, Bibliothèque Verte, Rouge et Or, Souris Noire, École des Loisirs ont délimité ou délimitent un espace de fiction auquel chaque ouvrage ne fait qu’apporter sa petite part. C’est d’abord le fait de rassembler des livres dans une « Bibliothèque pour la jeunesse » qui a fait sens, avec des Buffon des enfants, des Petit Robinson, accompagnés de nouveautés de plus en plus nombreuses. Le catalogue d’éditeur fait signature, appuyé sur le cartonnage d’éditeur qui se substitue à la reliure de l’acheteur ou du collectionneur.

  • 9 Page de titre de ses Petits solitaires de la vallée d’Aoste, dans la collection « L’Ecole des vert (...)

16Dans le premier xixe siècle, l’auteur pour la jeunesse fut assez souvent tenté de se faire son propre diffuseur, sur le modèle d’un Berquin, dont L’Ami des Enfans est d’abord l’œuvre d’un « compilateur », c’est-à-dire d’un publiciste qui invente, traduit, adapte et diffuse tout à la fois. Les premiers libraires d’éducation, Pierre Blanchard et Alexis Eymery, cumuleront quelque temps les attributs de l’auteur et de l’éditeur. C’est le cas de Louis Friedel ou de Victor Doublet, « moraliste approuvé et encouragé par le Souverain Pontife, auteur d’un grand nombre d’ouvrages faisant partie des Bibliothèques morales de Tours, de Limoges, etc, etc », et qui ne cesse d’ouvrir son propre établissement, à Angers, à Paris, à Dijon où, en 1847, il s’annonce encore comme « auteur-éditeur »9. Eugénie Foa, qui collabore à toutes sortes de périodiques, publiera des livres qui portent son adresse et lancera même un journal qui lui permet d’occuper tous les postes à la fois, sur le modèle de Laurent-Pierre de Jussieu, dont Le Bon génie fut à la fois une opération commerciale et une mise en scène de soi comme nouvel ami des enfants : là où Arnaud Berquin ne se montrait jamais comme personne, Jussieu ne cesse de se représenter, écrivant, corrigeant, collationnant son recueil, et même décidant d’y mettre un terme.

  • 10 Voir Alain Buisine, « Figures du contrat », dans P.-J. Hetzel, un éditeur en son siècle : « L’écri (...)

17Il y a bien une concurrence entre l’auteur et l’éditeur dont la personne n’est pas dissimulée et qui, ayant même l’avantage de mentionner son adresse, est comme amené à nous fournir sa carte de visite. « Doublement individualisé », comme le remarque Alain Buisine à propos d’Hetzel, il a le privilège de signer les livres de tous ses auteurs et de se singulariser par cette adresse10. Au départ, celle-ci n’est qu’une commodité, pour trouver des livres dont le processus de fabrication se place légalement sous la responsabilité de l’imprimeur, et la formule usuelle « chez » indique que le libraire était tout autant un dépositaire, disposant d’un assortiment qu’il pouvait céder à un autre confrère ou proposer à la revente dans les annonces professionnelles du Journal de la librairie. A la fin du siècle, les catalogues de prix contiennent encore aussi bien des ouvrages d’assortiment que de fonds. Certains libraires parlent de « nouvelles acquisitions », formule qui témoigne d’une certaine forme de transaction éloignée de l’idée moderne d’édition.

18Par sa précision presque naïve, l’adresse a un parfum de familiarité et de poésie qui masque la question commerciale tout en mettant en avant la personne du libraire, voire sa famille. Ainsi, Louis Janet est-il sis « 39 rue Saint-Jacques, au fond de la cour » ; Mlle Désirée Eymery « quai Voltaire, 15, à l’entresol » ; Roret « rue Hautefeuille, au coin de celle du Battoir » ; Maumus « 1 rue du jardinet, quartier de l’École de Médecine ». En 1869 encore, Le Monde des enfants, « nouveau journal de la jeunesse », aura pour adresse « Paris, Librairie classique et d’éducation Vve Maire-Nyon, A Pigoreau successeur, 13 quai de Conti (entre la Monnaie et l’Institut) ». Tous les éditeurs catholiques de province, en regard de l’approbation des prélats, se plairont à voir figurer leur signature, un gage d’authenticité qui n’est pas sans conforter une forme de narcissisme. Déjà Eymery faisait inscrire la mention « Tout exemplaire, qui ne sera pas revêtu de ma signature, sera réputé contrefait ». Et Ton se prend à rêver sur l’adresse d’Audot, rue du Paon. Aucun de ces éditeurs, fût-il le plus dur en affaires, ne résiste au plaisir de faire la roue et ne se satisfait d’une conception du métier qui se réduirait à ses aspects commerciaux.

  • 11 « La Maison d’édition, masque de l’entreprise éditoriale », dans Où va le livre ? (Jean-Yves Molli (...)

19Son nom, comme celui de l’auteur, est presque toujours précédé du titre de politesse, Monsieur, Madame, Mademoiselle, Veuve, Fils, Jeune, qui situe cette personne dans un réseau de sociabilité proche et familial, distinct encore des grandes entreprises qui vont voir le jour, et en premier lieu celle de Hachette, devenue dès 1840 une société capitaliste moderne. Après la mort de Louis Janet, on dira « Veuve L. Janet » comme on dit « Veuve Cliquot » pour le Champagne. Cette veuve s’associera avec Magnin entre 1855 et 1858, et la maison, devenue Magnin, Blanchard et Cie entre 1858 et 1866, portera à son tour le nom « Veuve Magnin et fils » à partir de 1867. Sur une réédition des Petits peintres d’Eugénie Foa dans cette dernière maison, on voit encore les initiales L.J. de Louis Janet, au-dessus de mentions plutôt compliquées : « Paris, Magnin et fils/Librairie Louis Janet, 5 rue Honoré-Chevalier/H. Dessain, éditeur ». Allez vous y retrouver ! Il reste qu’on n’efface pas facilement le nom de tous ces entrepreneurs en librairie. Même dans le cas de Louis Hachette, l’éditeur refuse l’anonymat, tient à son nom, conservé à l’entreprise après sa mort. Comme le note Jean-Yves Mollier, aujourd’hui encore le terme de « maison » reste trompeusement répandu dans le monde des livres alors que nul ne songerait à l’utiliser pour d’autres branches de l’industrie11.

20Mais éditer, c’est aussi toucher aux œuvres de l’esprit quand bien même on serait peu instruit, c’est mettre au monde, participer à l’entreprise créatrice, par conséquent au détriment de l’auteur. Et cette opération peut d’autant mieux se faire dans un domaine où l’on prétend s’adresser à un lecteur bien particulier, l’enfant, opposable à la volonté de toute-puissance d’un auteur se voyant volontiers tel un démiurge. On a beaucoup glosé sur la relation de dépendance d’un Jules Verne par rapport à Hetzel, même si la découverte de leur correspondance nous révèle une résistance de l’auteur plus forte qu’on ne l’a dit. Mais Hachette, Lefort, et bien d’autres sont également là pour témoigner d’une emprise qui semble aller plus loin que la censure ou l’intérêt financier. Et combien d’ouvrages n’évoquent-ils pas avec reconnaissance le nom de ce bon éditeur, ami des enfants !

21Le nom de l’auteur a pu manquer, jamais celui de l’éditeur. Ainsi, Aventures d’un petit naufragé est-il annoncé chez Maumus « par l’auteur de Voyage d’un chien », et c’est par déduction que nous pouvons nommer ce dernier, Pierre-César Briand. La maison Lefort à Lille continuera de présenter ainsi ses nouveautés « par l’auteur de... ». « L’auteur de... » est-il un écrivain ? Il est derrière ses livres, caché, ou diminué, apparaissant presque comme une fiction indispensable à l’éditeur. De plus en plus, et sans doute pour conquérir une légitimité par rapport à la « grande » littérature comme pour répondre à la revendication des « gendelettres », celui-ci aura besoin de cet autre patronyme et les catalogues se feront par noms d’auteurs.

22Mais aujourd’hui encore, dans bien des cas, les règles contraignantes apportées par le principe de la collection, comme « J’aime lire » ou « Chair de poule », font que plus d’un volume pourrait ne pas être signé. En cela, et indépendamment de la valeur de tel ou tel ouvrage, l’éditeur ou son directeur de collection serait le véritable auteur, d’autant qu’il n’hésite pas à intervenir très directement et à écrire par procuration. De même, l’Académie française avec ses prix Montyon, et la Société pour l’Instruction Elémentaire avec ses concours de manuels, apparaissent au xixe siècle comme des sortes d’auteurs au sens ancien du terme, surdéterminant toute une production d’ouvrages écrits en réponse à leurs demandes.

  • 12 Une exception récente, Claude Ponti, qui a bénéficié d’un article dans Critique.

23L’importance des phénomènes de compilation, ainsi que de la commande et de l’adresse à un public ciblé, qui commanderait donc en amont de l’écriture, est mise en pleine lumière par les travaux actuellement menés dans le cadre de l’histoire de la librairie, qui pourrait conduire à minorer encore un peu plus la personne de l’auteur, diluée dans une perspective « culturelle » où compteraient seuls les grands courants d’idées et une sorte d’imaginaire collectif plus puissant que l’imagination individuelle. Paradoxalement, on ne ferait alors que souscrire davantage à un principe de « distinction » en excluant cette « production » du champ de la Littérature et la privant de toute lecture interne. De fait, pour l’essentiel la littérature de jeunesse peut se définir comme une littérature sans critique12, et ce alors même qu’aujourd’hui l’écrivain pour la jeunesse revendique tout particulièrement le statut d’artiste, de créateur, dans sa singularité, niant même parfois qu’il écrit pour la jeunesse. Littérature sans critique, c’est-à-dire littérature non lue. Ainsi les Contes du chanoine Schmid, un des best sellers du xixe siècle, ne sont-ils mentionnés qu’à ce titre, et comme l’effet d’une aberration propre à ce siècle réputé stupide. Aujourd’hui, l’appréciation portée par les prescripteurs sur les nouveautés se fonde presque toujours sur leur rupture ou leur absence de rupture à l’égard du modèle traditionnel hérité de ce xixe siècle.

  • 13 Paul Hazard, Les Livres, les enfants et les hommes, Flammarion, 1932.

24Ce faisant, on reste dans la ligne d’un Paul Hazard13 qui, tout en inaugurant un nouveau champ de recherche et en lui donnant une certaine légitimité, refusait en quelque sorte l’investiture à ces bas-bleus et plus généralement à ces publicistes dépouillés de toute personnalité, relégués à l’état de scribes. Exclus de ce qui surdétermine l’engagement dans l’écriture, le désir de gloire, et n’en recueillant que des parcelles lors des remises de prix, prix Montyon ou prix du meilleur ouvrage pour l’instruction élémentaire. La Société pour l’Instruction Elémentaire, en même temps qu’elle les récompensait, dépossédait les lauréats de tout droit sur leur livre primé qui, lui, entrait bien dans le régime public : Le Petit Bossu et la famille du sabotier de Sophie Ulliac Trémadeure, également récompensé d’un prix Montyon au détriment de Balzac, fera ainsi la fortune des éditeurs, mais non de leur auteur, qui tentera d’exister plus personnellement en écrivant ses Mémoires d’une vieille femme.

  • 14 Zina Weygand et Catherine J. Kudlik, Reflections. The Life and writings of a young blind woman in (...)

25La Société pour l’Instruction Elémentaire se trouvait d’autant plus en droit d’agir ainsi que Le Petit Bossu était présenté comme un manuel, même si sa première partie relève davantage d’une forme romanesque. Ce livre est-il un roman ou un manuel ? Les deux en fait, comme un peu plus tard La Petite Jeanne ou le devoir de Zulma Carraud, l’amie de Balzac. Et ce que l’Académie célèbre en eux, c’est précisément leur vertu, leur renoncement même au style personnel. Renoncement apparent, puisque tous les témoignages d’auteurs montrent une âme déchirée entre peur de l’exposition publique et frustration : le publiciste se donne à la publicité, une femme peut-elle être publique, telle est la question existentielle qui hante une Sophie Ulliac-Trémadeure ou une Zénaïde Fleuriot. Il semble que le malheur leur donne davantage le droit de parler d’elles-mêmes. Ainsi, en 1827, Thérèse-Adèle Husson, épouse Foucault, attirait l’attention, dans la préface de sa Juive convertie (chez Belin-Leprieur,), sur sa cécité : « Quoique bien jeune encore, un nombre incalculable d’infortunes m’accable : la privation de la vue, une existence précaire, une santé faible et un isolement entier et déplorable ne sont pas les moins cruelles... » Ces disgrâces lui valent aujourd’hui un intérêt un peu plus soutenu, bien que le contenu très prêcheur de ses récits ne soit guère en rapport avec la détermination dont dut faire preuve cette jeune fille née à Nancy en 1803, aveugle presque immédiatement, et mise à l’écart de toute préoccupation intellectuelle par sa famille. Une scolarisation tardive lui ouvre des horizons, elle forme le projet de monter à Paris pour devenir écrivain. Projet insensé qu’elle réalise, réussissant à se faire publier, épousant un musicien aveugle lui aussi qui se produit dans des endroits peu recommandables, ce qui les prive de toute aide. Mme Foucault, qui mourra très jeune, en 1831, laissera à l’Hôpital des Quinze-Vingts un manuscrit, Réflexions sur la condition physique et morale de l’aveugle, récemment publié et commenté par deux universitaires américaines14. Cette aveugle qui refuse de s’en tenir à une existence végétative et qui veut se faire une place dans la société peut, d’une certaine façon, figurer la jeune femme de l’époque, interdite de tout talent et à qui seule l’écriture peut éventuellement donner une position à la fois subalterne et moins obscure.

  • 15 Pierre Reboul, « Regard sur Joséphine de Gaulle », Revue du Nord no 261-262, avril-septembre 1984.

26La Littérature de jeunesse ne serait alors faite que d’exceptions, d’auteurs émergeant malgré la censure et les impératifs de toutes sortes, le reste ne relevant que de l’étude de contenus ou de la déconstruction idéologique. Il faut s’appeler Ségur pour pouvoir afficher sa généalogie et sa descendance, et même la mettre en scène plus ou moins nettement sous des pseudonymes transparents comme Rugès. Cette relation visible, plus ou moins authentique, à la famille, à l’autobiographie, au patronyme, se révèle décisive dans le processus de reconnaissance. En dehors du génie propre de la comtesse de Ségur, tout un environnement a favorisé l’intérêt pour son œuvre, et par environnement il faut entendre aussi la généalogie, le milieu, toute une célébrité antérieure à l’écriture et qui manque à beaucoup d’autres. C’est en raison d’une sorte de saturation du biographique que ses récits ont immédiatement gagné en valeur. A l’inverse, l’anonymat, l’absence d’informations sur l’auteur, accentuent le caractère réputé grisâtre de tel texte venu d’une institutrice besogneuse. Et il faut qu’un Pierre Reboul s’intéresse à Joséphine de Gaulle parce qu’elle porte un nom devenu célèbre, pour qu’il pénètre une existence particulière et tente d’en trouver dans ses romans bien pensants des reflets, des échos et des contradictions, bref une expression particulière, jusque là ignorée15. Inversement, c’est bien la révélation d’une dimension autobiographique dans Tintin au Tibet qui entraînera plus tard un changement de lecture des albums de Hergé, promus à la dignité d’une œuvre, tout comme les chansons de Georges Brassens, à partir du moment où elles n’apparaissent plus comme de simples variations sur des motifs traditionnels mais comme l’expression d’une expérience personnelle.

  • 16 L’École des Loisirs, 2001.

27Curieusement, le travail critique, alors même qu’il prétend s’en tenir au texte, a besoin de ce soubassement existentiel pour pouvoir s’exercer sur des genres peu considérés, supposés relever d’une simple fabrication. L’écrivain est donc celui qui a une vie, une vie privée, intime, mais qui devient publique. L’écrivain, c’est celui qui a une vie publique ou qui aspire à en mener une, à exister indépendamment de ses livres dont il reste en même temps le maître. Son aristocratie commande qu’il soit en représentation. Il est donc bien un publiciste, et à proportion même de son ambition artistique. Du reste, plus il prétend faire sécession, plus il attend qu’on reconnaisse son geste séparatiste et violent. Aujourd’hui, les catalogues spécialisés nous donnent sa photo, son âge, ses « hobbies », ses petites particularités dont on ne sait si elles le rapprochent du lecteur ordinaire ou si elles l’en éloignent, puisque seuls les rois de ce monde ont droit à la publicité de leur vie intime. Retombée de ce phénomène, Je suis un garçon d’Arnaud Cathrine16 se présente comme une auto-fiction dont l’argument est donné par le nom de l’auteur, Cathrine, un nom de fille pour un garçon qui doit donc subir les moqueries de ses camarades et qui s’en sort en faisant croire qu’il s’agit d’un « pseudo génial ». On pourrait dire qu’Arnaud Cathrine se fait l’animateur de son nom, autour duquel il organise un roman, qu’il en fait la promotion et accomplit pleinement le programme de la Charte des auteurs et illustrateurs de jeunesse, lointaine descendante de la Société des auteurs de Balzac et Desnoyers. En effet, non seulement celle-ci propose une information juridique, institutionnelle, littéraire, organise des forums et des colloques, mais elle défend un statut et surtout fixe annuellement « un tarif conseillé des interventions d’auteurs comme animateurs de leur œuvre ».

28Cette démarche collective, qui aurait sans doute indisposé Sainte-Beuve, va dans le sens d’un métier, d’une littérature industrielle, tout en s’accompagnant d’une revendication plus affirmée que jamais de créateur, d’artiste, ainsi que de perpétuelle jeunesse. Cet attribut nouveau de l’auteur animateur de son œuvre ouvre sans doute à une redéfinition du rapport avec le lecteur, et de la présence même de l’écrivain dans la société. Il n’est pas l’apanage de celui qui écrit pour la jeunesse, puisque sans cesse des ateliers d’écriture, des festivals, des soirées de lectures font que tous les autres se produisent également auprès de leur public, mais une fois de plus, c’est dans ce domaine déclassé qu’émerge explicitement une coalition d’intérêts, de nature corporatiste, alliée à une affirmation de singularité. Preuve que le domaine de la littérature de jeunesse représente un champ où se construit et se reconstruit tout particulièrement la notion d’auteur.

Notes

1 Paul Valéry, « Au sujet (l’Adonis », Revue de Paris 1921. Réédité dans Variété, Études littéraires, Œuvres 1, Bibliothèque de La Pléiade, p. 474.

2 Marc Soriano, Le Cas Verne, Julliard, 1978.

3 Antoine Compagnon, Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Seuil, 1998.

4 Marc Fumaroli, « Panorama », texte paru sur le site web de l’International Balzan Foundation, 2001.

5 Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Gallimard « Les Essais », 2000.

6 Jean-Paul Sartre, Baudelaire, 1947.

7 Sainte-Beuve, « De la littérature industrielle », Revue des Deux Mondes du 24 novembre 1839.Article recueilli dans Portraits contemporains, 1855. Voir La Querelle du roman-feuilleton. Littérature, presse et politique, un débat précurseur (1836-1848), textes réunis par Lise Dumasy, Ellug, Grenoble, 1999.

8 Étude parue dans la Revue des Deux Mondes, 1er mai 1840, puis en tête des Contes de Charles Nodier et dans les Portraits littéraires (nous renvoyons à l’édition de ces Portraits littéraires établie par Gérald Antoine, Bouquins-Laffont, 1993, p. 302).

9 Page de titre de ses Petits solitaires de la vallée d’Aoste, dans la collection « L’Ecole des vertus du jeune âge, nouvelle Bibliothèque Morale », Paris, Victor Doublet éditeur/Dijon, Vr Doublet auteur-éditeur, 1847. Cette page porte aussi une devise, « eruditos corde in sapientia » et un cartouche avec les initiales V.D.

10 Voir Alain Buisine, « Figures du contrat », dans P.-J. Hetzel, un éditeur en son siècle : « L’écrivain n’a que son nom alors que l’éditeur dispose en plus de son adresse... Doublement individualisé ».

11 « La Maison d’édition, masque de l’entreprise éditoriale », dans Où va le livre ? (Jean-Yves Mollier dir.), La Dispute, 2000. Sur cette question, voir aussi Jean-Mare Chatelain, « Famille et librairie dans la France du xviiie siècle », L’Europe et le livre. Réseaux et pratique du négoce de librairie, xvie- xixe siècle, sous la direction de Frédéric Barbier, Sabine Juratic, Dominique Varry, Klincksieck, 1996 : l’importance du lien familial, lui-même à resituer dans les réglementations corporatives, s’atténue dès le xviiie siècle, et un Panckoucke est reçu libraire en 1761 au mépris des articles du code de la librairie parisienne.

12 Une exception récente, Claude Ponti, qui a bénéficié d’un article dans Critique.

13 Paul Hazard, Les Livres, les enfants et les hommes, Flammarion, 1932.

14 Zina Weygand et Catherine J. Kudlik, Reflections. The Life and writings of a young blind woman in post-revolutionary France, New-York University Press, 2001.

15 Pierre Reboul, « Regard sur Joséphine de Gaulle », Revue du Nord no 261-262, avril-septembre 1984.

16 L’École des Loisirs, 2001.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2002

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search