Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières de la fiction

 | 
René Audet
, 
Gefen Alexandre

Liste des collaborateurs

Texte intégral

1René Audet, codirecteur du groupe de recherche Fabula, est doctorant à l’Université Laval (Québec), chercheur étudiant associé au Centre de recherche en littérature québécoise (Creliq) et boursier du Fonds pour la formation de chercheurs et l’aide à la recherche du Québec (FCAR) et du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). Ses recherches portent sur la poétique du recueil, la nouvelle, l’essai et les hyperfictions. Ses travaux croisent les théories des genres, de la lecture et de la fiction. Il a publié Des textes à l’œuvre. La lecture du recueil de nouvelles (Nota bene, 2000).

2Michel Bernard, maître de conférences à l’Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris III), est directeur du Centre de recherche Hubert de Phalèse. Il a participé au volume sur Claude Simon : Code de La Route des Flandres (Nizet, 1997). Il a par ailleurs publié récemment des études sur Mallarmé, Laforgue, Proust et Madame de Staël. Spécialiste de l’informatique appliquée aux études littéraires, il est l’auteur d’une Introduction aux études littéraires assistées par ordinateur (PUF, 1999).

3Thierry Bissonnette est étudiant au doctorat, boursier du Fonds pour la formation de chercheurs et l’aide à la recherche du Québec (FCAR), assistant de recherche et auxiliaire d’enseignement à l’Université Laval (Québec). Alors que son mémoire de maîtrise portait sur la question de l’autoréflexivité et du métalangage en poésie, ses recherches doctorales se concentrent sur la poétique du recueil de poésie. Critique et journaliste à la revue Nuit blanche, il est l’auteur de nombreux portraits d’écrivains contemporains du Québec et d’ailleurs.

4Muriel Bourgeois, professeure agrégée de Lettres Modernes, enseigne à l’Université de Toulouse-le-Mirail. Elle est membre du Groupe d’Études des Moralistes (Paris IV) et travaille sur la littérature morale à l’âge classique (elle a publié des articles sur Bouhours, La Bruyère, Madame de Sévigné). Elle achève une thèse intitulée « Bien penser dans la culture mondaine. Recherche des fondements de l’écriture morale à l’âge classique (1641-1691) ». Ouvrage paru dans la collection « U » chez Armand Colin : Littérature et morale. De l’humaniste au philosophe (en collaboration avec Olivier Guerrier).

5Pierre Campion, professeur de Première supérieure en retraite, travaille sur les relations entre la littérature et la philosophie. Parmi ses publications : La littérature à la recherche de la vérité (Seuil, 1996), Nerval. Une crise dans la pensée (Presses universitaires de Rennes, 1998), Lectures de La Rochefoucauld (Presses universitaires de Rennes, 1998).

6Antoine Compagnon est professeur à l’Université de Paris IV-Sorbonne et à l’Université Columbia (New York). Il est l’auteur, notamment, de La seconde main. Le travail de la citation (Seuil, 1979), La troisième république des lettres (Seuil, 1983) et de Les cinq paradoxes de la modernité (Seuil, 1990). Il a publié récemment Le démon de la théorie. Littérature et sens commun (Seuil, 1998).

7Alexandre Gefen, professeur agrégé, est le fondateur et le codirecteur du groupe de recherche Fabula. Membre du Centre de recherche sur les modernités littéraires de l’Université de Bordeaux III et doctorant à Paris IV-Sorbonne, ses travaux ont pour objet la théorie de la fiction, et en particulier les questions des genres littéraires, de la littérarité et de la représentation. Il a également publié sur la littérature des xixe et xxe siècles (Balzac, Chateaubriand et Schwob, notamment).

8Olivier Guerrier est maître de conférences à l’Université de Toulouse Le Mirail. Il est membre du groupe de recherche Fabula et membre du Groupe d’Étude des Moralistes (Paris IV). Spécialiste de Montaigne, de la littérature de la seconde moitié de la Renaissance et de la pensée morale, il est l’auteur d’articles sur les Essais et d’un doctorat intitulé « “Fantasie” et fiction dans les Essais de Montaigne » (à paraître chez Honoré Champion, collection « Études montaignistes »). Ouvrage paru dans la collection « U » chez Armand Colin : Littérature et morale. De l’humaniste au philosophe (en collaboration avec Muriel Bourgeois).

9Isabelle Lachance, doctorante à l’Université McGill et boursière du Fonds pour la Formation de chercheurs et l'aide à la recherche du Québec (FCAR) et du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), a publié sur Chassignet et la Contre-Réforme et donné des communications sur Cartier, Léry et Lescarbot. Elle poursuit des travaux sur l’Histoire de la Nouvelle-France de Lescarbot, ainsi que sur l’écriture de l’histoire et la représentation des personnages du voyageur et du missionnaire à la Renaissance.

10Irène Langlet est maître de conférences en littérature générale et comparée à l’Université de Rennes 2. Après une thèse consacrée aux théories de l’essai littéraire au xxe siècle (Rennes 2, 1995), elle a diversifié son étude des rapports entre science, littérature et genres littéraires dans des travaux sur l’essai littéraire, l’essai scientifique et la science-fiction. Son approche théorique des littérarités non-fictionnelles l’a amenée à travailler sur la littérature en recueil (essais, nouvelles, poésie) au sein d’équipes franco-belge et franco-québécoise. Elle coorganise un colloque à Rennes 2 en mai 2002 sur ce thème. Elle est membre du CELLAM de Rennes 2, membre associée du CRELIQ (Université Laval, Québec) et du groupe de recherche Fabula.

11Mounir Laouyen est docteur ès lettres et est rattaché au Centre de recherches sur les littératures modernes et contemporaines (CRLMC). Intéressé par le domaine de l’écriture personnelle (en particulier l'autobiographie, l’autofiction et l’autoportrait), il a consacré sa thèse à l’étude de l’autobiographie à l’ère du soupçon (Barthes, Sarraute et Robbe-Grillet, entre autres). Il a récemment dirigé un ouvrage collectif intitulé Perceptions et réalisations du Moi (Cahiers de recherches du CRLMC, 2000).

12Anne Le Feuvre a soutenu en 1997 une thèse de doctorat, aujourd’hui publiée aux éditions Champion sous le titre : Une poétique de la récitation : Villiers de L’Isle-Adam (1999). Elle a consacré plusieurs publications à l’œuvre de Villiers, mais aussi à la littérature fin de siècle (sur Mallarmé et sur le roman fin de siècle). Elle s’intéresse également à l’œuvre romanesque et poétique de J. Audiberti. Elle coordonne actuellement avec Claude Leroy un numéro de la revue RLTM (centre de recherche de l’Université de Paris X) centré sur le thème du voyage, et a publié aux éditions Nathan (collection « Balises ») un volume parascolaire sur Les contemplations de Victor Hugo (2001). Elle participe à l’élaboration d’un dictionnaire des œuvres théâtrales du xxe siècle (ouvrage sous la direction de Jeanyves Guerin, à paraître chez Honoré Champion). Elle donne des cours à l’Université de Paris X et à celle de Marne la Vallée.

13Marielle Macé, professeure agrégée, assistante en littérature française à la Sorbonne et membre du groupe de recherche Fabula, prépare une thèse sur l’essai littéraire en France au xxe siècle. Elle a collaboré au Monde des livres, a publié sur Roland Barthes et l’essai, et s’intéresse en particulier aux questions de rhétorique et d’étude des genres non fictionnels.

14Gilles Magniont est maître de conférences à l’Université de Bordeaux III ; il a écrit une thèse sur les stratégies énonciatives dans les Pensées de Pascal à paraître en 2002 aux Presses universitaires de Lyon (sous le titre Traces de la voix pascalienne).

15Thomas Pavel enseigne la littérature française à l’Université de Chicago. Il est l’auteur de Univers de fiction (1988), Le mirage linguistique (1988), L’art de l’éloignement. Essai sur l’imagination classique (1996) et De Barthes à Balzac. Fictions d’un critique et critiques d’une fiction (1998), en collaboration avec Claude Bremond. Il travaille actuellement à une histoire du roman.

16Dominique Rabaté est membre junior de l’Institut Universitaire de France, professeur de littérature française à l’Université de Bordeaux III et dirige le Centre de recherche sur les modernités littéraires. Il a publié chez José Corti Vers une littérature de l’épuisement (1991), Louis-René des Forêts : la voix et le volume (1991), Poétiques de la voix (1999) et a dirigé plusieurs ouvrages collectifs. Il travaille sur les rapports roman-récit et sur les modalités d’énonciation littéraire moderne (du côté du sujet lyrique notamment).

17Marie-Laure Ryan est chercheuse indépendante et l’auteure de nombreux articles concernant la narratologie, la théorie des mondes possibles et la littérature digitale. Elle a publié trois livres : Rituel et poésie : une lecture de Saint-John Perse (Peter Lang, 1977), Possible Worlds, Artificial Intelligence and Narrative Theory (Indiana, 1991) et Narrative as Virtual Reality. Immersion and Interactivity in Literature and Electronic Media (Johns Hopkins, 2001), et a dirigé un recueil d’essais : Cyberspace Textuality. Computer Technology and Literary Theory (Indiana, 1999).

18Richard Saint-Gelais est professeur au département des littératures de l’Université Laval (Québec) et chercheur au CRELIQ de la même université. Il a fait paraître Châteaux de pages. La fiction au risque de sa lecture (Hurtubise HMH, 1994) et L’empire du pseudo. Modernités de la science-fiction (Nota bene, 1999). Il prépare actuellement un ouvrage sur le trompe-l’œil en littérature.

19Marie-Ève Thérenty est maître de conférences en littérature du xixe siècle à l’Université Paul Valéry-Montpellier III et membre du groupe de recherche Fabula. Son champ de recherche actuel concerne la presse et la littérature au xixe siècle et les relations qu’entretiennent ces deux objets. Elle a fait paraître aux Éditions du nouveau monde (2001) : 1836, l’an I de l’ère médiatique. Étude littéraire du journal La Presse d’Émile de Girardin, en collaboration avec Alain Vaillant et Corinne Pelta.

20Luc Vigier, est professeur agrégé et docteur ès Lettres et membre du groupe de recherche Fabula. Ses recherches portent sur la problématique du témoignage dans les œuvres en prose de Louis Aragon. Créateur et coanimateur du site ERITA (Équipe de recherche interdisciplinaire sur Elsa Triolet et Louis Aragon, <http://www.louisaragon-elsatriolet.com>) et membre du comité de lecture de la revue Recherches croisées, il a publié plusieurs articles sur Aragon, la problématique du témoignage et celle de la mémoire collective.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter