Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Frontières de la fiction

 | 
René Audet
, 
Gefen Alexandre

Présentation

Alexandre Gefen and René Audet

Full text

1Définir la « littérature » et en tracer les frontières, c’est isoler un ensemble de pratiques historiques du discours marquées, perçues comme telles et accompagnées d’un effort de théorisation interne. À l’opposé, les civilisations semblent faire de la fiction comme Monsieur Jourdain faisait de la prose, sans le savoir. Mythes fondateurs, jeux ou philosophies disent la prodigalité et l’universalité d’une pratique qui relève d’évidence de processus discrets et multiples : circonscrire la fiction littéraire, définie provisoirement dans son acception moderne de « représentation du monde sans garantie épistémologique », conduit ainsi à se confronter à un mode de connaissance et de production textuelle commun, dont les « belles lettres » ne font sans doute qu’incarner certaines potentialités. Car si le principe même de la fiction – procéder du faux pour faire émerger le vrai – a fait l’objet depuis Platon d’une enquête en suspicion légitime, la pratique fictionnelle se moque de tout préalable épistémologique ou éthique. « Les hommes ne trouvent pas leur vérité, ils la font », nous a appris Paul Veyne ([1983]1992 : 12). À la différence des productions textuelles historiques, philosophiques ou encore des abstractions mathématiques, les artefacts fictionnels se dispensent d’algèbres ou de prolégomènes. Suspendant un premier ordre de référence, celui des objets manipulables, suggère Paul Ricœur, la fiction découvre un second ordre de présence : décrit en termes phénoménologiques, épistémologiques ou ontologiques, le fait fictionnel précède l’essence et impose sa manière fluide et transparente de faire des mondes, que cette mystérieuse transaction soit dévalorisée comme simulacre ou glorifiée comme mode d’accès privilégié au vrai.

2Tant la tradition classique, où les usages rhétoriques et pédagogiques de la notion de vraisemblable se superposent à leurs emplois dans la littérature représentative (tandis que s’enchevêtrent vérité poétique et doxa mythologico-religieuse), que la tradition moderne, où les récits produits par l’Histoire et le roman s’entrecroisent à foison, témoignent de cette difficulté à distinguer aisément la fiction des autres activités cognitives et ludiques de représentation et expliquent le glissement du terme dans les disciplines voisines des études littéraires (notamment en histoire et en philosophie). Il est vrai que l’hybridation des pratiques discursives et l’ambivalence des formes obscurcissent les frontières : d’une part, un genre tel que l’utopie est facile à déplacer de part et d’autre de la frontière séparant les emplois ludiques et sérieux des lieux imaginaires ; d’autre part, les genres « sérieux » empruntent ce qu’ils nomment dédaigneusement des « procédés » à la fiction. Inversement, celle-ci réinvestit les formes sérieuses par ce que l’on nomme depuis Michał Głowiński « mimèsis formelle », se définissant alors par l’espace sémiologique et herméneutique dénié aux discours référentiels. Si les transgressions liminaires, « colonies fictionnelles fondées en vue d’un trafic avec la métropole » comme les « établissements créés par goût d’aventure après l’incendie des vaisseaux » selon la belle distinction de Thomas Pavel (1988 : 108), n’ont pas attendu leurs exégètes, c’est tardivement, dans un face à face concret du roman et de la narration historique, de l’essai et du discours idéologique, de l’autofiction et de l’autobiographie, que s’est révélée l’urgence d’un bornage, que celui-ci soit conçu comme l’explicitation et la légitimation des mécanismes d’attestation historique (du côté de ce qui n’est pas la fiction), ou compris comme la définition de propriétés narratologiques, énonciatives ou pragmatiques du discours non référentiel (du côté de ce qui s’est/est imposé comme fiction).

3Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que l’histoire des idées littéraires ne permette pas de fixer aisément la définition et l’extension du concept de fiction, ni comme catégorie métagénérique, ni comme ligne de partage épistémologique. À l’extérieur de la sphère étroite bornée par les poétiques du xviiie siècle et les derniers feux du Nouveau Roman, c’est-à-dire hors de portée d’une théorie esthétique de ces pratiques discursives que l'on nomme « littérature-, la question des frontières de la fiction ne se pose pas explicitement. La leçon que nous donne en creux l’histoire des poétiques sur la longue durée, telle que la décrit notamment Erich Auerbach (Mimésis), est à ce titre sans équivoque : la négociation de l’écrivain et du vrai se dispense d’une explicitation du pacte mimétique, ou plus exactement, l’histoire littéraire tait une question nous semblant, à nous autres lecteurs de Coleridge, évidente. Tout se passe comme si, pour la théorie classique, cette question était située largement à l’extérieur des poétiques et même d’une philosophie esthétique, comme si le «· programme de vérité » (le terme est évidemment de Veyne) des fictions échappait largement à l’emprise des écrivains ou des théoriciens.

4Si la fiction relève d’un mode de connaissance qui n’a rien de spécifiquement littéraire, il s’agit pourtant de préciser la signification utile du terme, qui ne saurait être réduite à être un synonyme d’abstraction convoqué pour parler de la distance au réel impliquée par l’écriture. Du point de vue terminologique, les difficultés sont indéniables : le terme de fiction ne se généralise comme appellatif de genre que vers la fin du xviie siècle. Au xxe siècle en revanche, son emploi fréquent le rend victime de plusieurs glissements de sens. À l’instar de son usage dans le domaine anglo-saxon, la fiction est parfois confondue avec les genres qui l’emploient – roman, nouvelle, prose narrative de façon générale. Cette assimilation de la fiction à la narrativité est entrée dans les mœurs : innombrables sont les œuvres littéraires qui se présentent comme « fiction » au lieu de « roman » à défaut d’autre terme plus précis, ou pour se démarquer délibérément de la référence au monde réel (l'appellatif fonctionne alors comme la célèbre mention « toute ressemblance avec des personnages ou des faits réels ne saurait être que fortuite »). La possibilité de généraliser ou non une telle relation d’équivalence dépend de l’acception que l’on donne au mot « récit », dont Gérard Genette a montré la formidable ambivalence (1972). Dans le sens le plus large du mot, toute représentation littéraire, en somme toute fiction, est la mise en intrigue d’actions dans le temps, la transformation par la narration d’une histoire en un récit. Toute fiction, y compris le théâtre, est alors une narration, et réciproquement. Seule relèverait d’une autre catégorie (pour Genette, la diction) la littérarité des formes non représentatives de la littérature (par exemple la poésie lyrique, l’essai). En donnant un sens plus strict au mot récit (mode linguistique s’opposant au discours et supposant une rupture énonciative), on est en revanche tenté de distinguer un régime narratif où la fictionnalité serait une option discrète qui s’opposerait plus ou moins nettement à un fonctionnement référentiel (celui du récit historique par exemple) et un régime discursif (celui de l’énonciation dramatique), où la fiction serait une évidence massive, « infrafictionnelle », parce que « tacitement posée par le contexte de la représentation théâtrale » (Genette, 1991 : 42). Face à ces positions dominantes dans le champ de la recherche contemporaine une extension large ou très large est donnée au concept de fiction, la conception illustrée par Kate Hamburger et, de manière au moins aussi forte, par Dorrit Cohn, qui limite la fiction à la narration, au nom du caractère spécifique que peut avoir la représentation de la vie intérieure ou le discours de personnages dont le « je-origine » est fictif, reste donc marginale. Il semble raisonnable de convenir que le roman ou la nouvelle ne font qu’exemplifier la fiction dans l’un de ses développements les plus fructueux, que l’usage est venu entériner à posteriori ; narrativité et fiction désigneraient deux paramètres du texte liés et complémentaires, mais sans réciprocité définitoire : le récit n’est pas uniquement déterminé par la référentialité des objets qu’il met en scène. L’événement représenté par un récit peut donc être indistinctement réel ou fictif, cette variable influençant peut-être la construction de ce récit singulier, mais n’ayant pas d’incidence évidente sur la définition et le fonctionnement du discours narratif en général.

5En réalité, la définition de la fiction met en jeu tant la place et la fonction assignées à la représentation littéraire que des variables anthropologiques relevant de l’épistémologie des sciences sociales, voire de la philosophie du langage (moyens de valider ou d’invalider les discours), de la phénoménologie ou de l’ontologie (coordonnées des objets perçus/reconnus comme fictionnels). La configuration du champ fictionnel varie au gré des paradigmes épistémologiques et esthétiques d’une société : désaccords frontaliers et traités de partage implicites peuvent se retrouver à tous les moments de l’histoire des poétiques. Des tensions microscopiques émergeant à la faveur d’une nième traduction de la Poétique d’Aristote aux évolutions lentes des schèmes de représentation, se joue un même trouble face à la réalité irréelle de la fiction, un même rêve d’annexion du monde au littéraire, une même tentation de fuite hors de la fiction-représentation (vers le lyrisme ou les doctrines de l’inspiration et de l’expressivité, voies supposées moins sujettes à de douloureux partages). En proposant à la fiction littéraire de se soumettre à la question de la réalité (et non plus seulement à celle de la vérité symbolique ou rhétorique des discours) et en prenant acte des nombreuses redondances entre les représentations référentielles et fictionnelles du réel (emboîtement ontologique des mondes dont À la recherche du temps perdu serait l’aboutissement), le xixe siècle a effacé les frontières de fait séparant fiction et non-fiction, et donc imposé la constitution de frontières de droit.

6Dans la mesure où ni l’acte de mise en fiction, ni son énonciation, ni sa transmission, ni son objet ou sa réception, ne possèdent de propriétés obvies les distinguant sans discussion possible de discours « référentiels », dans la mesure où les indices apparents sont réversibles et peuvent constituer des leurres, le texte de fiction devient alors comparable, c’est-à-dire différent mais dangereusement proche, des autres discours sur le réel : comme certains étals de librairies contemporaines, nos tables de chevet voient s’entasser indifféremment romans historiques, romans romanesques, autobiographies et autofictions, et l’on ne saurait s’étonner que l’on puisse mettre au jour les schémas rhétoriques (Wayne C. Booth) ou les cheminements métaphoriques (Hayden White) dissimulés par tout récit de fiction ou de non fiction.

7Participant d’un espoir – à posteriori illusoire – de fonder une compréhension du monde qui échapperait aux filtres de la subjectivité et au langage, cette entreprise de partage a occupé les sciences humaines depuis Descartes, et la théorie littéraire depuis le milieu du xviiie siècle. Il s’agira dans la première moitié du xxe siècle de définir la fiction par la littérature, en posant la spécificité formelle et communicationnelle de la parole littéraire (c’est l’hypothèse du Formalisme russe et de Jakobson), ou inversement (à partir de l’ouvrage classique de Wellek et Warren, La théorie littéraire), la littérature par la fiction, en engageant le rapport du discours à la vérité, voire de proposer un système hybride (selon la proposition de Gérard Genette dans Fiction et diction :·la littérarité découle de la fictionnalité dans les formes représentatives ; dans les formes non représentatives – ou présentatives, la littérarité est définie par diction, c’est-à-dire par jugement).

8Mais si les poéticiens de notre siècle se confrontent donc à des tensions accumulées depuis bien longtemps, la question des frontières de la fiction s’est explicitée, comme tout problème territorial, à l’occasion d’une menace d’invasion. Elle a surgi au moment historique où la crise de la représentation, mal endémique de la littérature européenne depuis l’échec du réalisme, contamine, à la suite de la Deuxième Guerre mondiale, l’autorité et la fiabilité de tout discours sur le monde : d’une part, face à l’innommable, le discours subjectif se voit réinvesti d’une dimension éthique (que l’art pour l’art ou la dérive autarcique des écrivains lui avait fait perdre) ; d’autre part, faute d’avoir pu prévenir, et même simplement décrire, le suicide de l’humanisme européen, la narration référentielle se voit destituée de tout pouvoir heuristique et déconstruite par ses sous-entendus idéologiques. Ainsi, les théories poststructuralistes de la fiction correspondent probablement à un moment historique où s’apaise la lutte de classes entamée par les discours fictionnels et référentiels, et où s’aménagent des possibilités de transgression, de superposition, d’écho, de relation dialectique entre deux zones redevenues perméables. Cette mutation intervient au moment d’une prise de conscience des failles dangereuses qui peuvent se creuser à la faveur d’un mauvais usage des théories « panfictionnalistes » de la fiction (le mensonge négationniste). Au lecteur de choisir entre théorie conventionnaliste, approche cognitiviste, théorie des mondes possibles ou phénoménologie : le champ immense des discours humains, qui se laissait décrire depuis l’Antiquité en termes de rapport avec la vérité (Platon), de choix d’objet (Aristote), d’usage (la tradition rhétorique) ou encore de finalité (l’âge classique), et qui avait semblé un temps pouvoir se structurer par la référence et l’emprunt de modèles épistémologiques aux sciences dures (le xixe siècle), appelle un nouveau partage, plus fin et plus mobile que la simple opposition entre la vérité positive et le mensonge romanesque. Que l’on veuille ou non substituer une définition positive de la fiction à sa définition en creux par les sciences, que l’on adopte un à priori « séparatiste » (distinguant de manière manichéenne récit référentiel et récit fictionnel) ou au contraire « intégrationniste » (visant à nier l’existence ou la possibilité de définition d’une « frontière de la fiction »), que l’on fonde la fictionnalité sur une analyse immanente et taxinomique des textes (théories nommées par Genette « essentialistes ») ou sur une critique du jugement (théories « conditionnalistes »), toutes options qui seront parcourues par la critique durant le xxe siècle, la quête d’une double définition de la fiction et de la littérature est devenue l’objet central de la théorie littéraire moderne.

9Prenant acte de l’historicité de la notion de fiction, de ses problématisations contemporaines et des nouvelles propositions théoriques, le présent ouvrage vise à mettre en évidence divers enjeux liés à l’existence et à la traversée des frontières suscitées par la fiction. Que soient questionnés son rôle, son statut logique ou ses divers usages, la fiction constitue toujours un des deux termes d’une dialectique, échange heuristique qui la discrimine de notions voisines et nous aide à mieux la circonscrire. À cheval entre les genres, renégociant les paramètres des différents discours littéraires, la fiction suscite ici tant des réflexions théoriques que des analyses d’œuvres singulières où elle apparaît problématique ou investie de façon intéressante.

10Dans cet esprit, trois sections reflètent les divers volets de la recherche actuelle sur les frontières de la fiction. La première, davantage théorique, se veut une exploration des domaines possibles de réflexion des frontières fictionnelles. De la nature de cette frontière aux relations de la fiction avec les genres et les disciplines, en considérant également cette notion de l’intérieur (le dépassement des frontières textuelles comme l’exploite la transfictionnalité), cet ensemble de textes identifie divers paramètres conduisant à une compréhension plus fine de la déterritorialisation de la fiction. Les autres textes de l’ouvrage, classés selon l’historicité de leur objet, apparaissent comme autant de concrétisations à ces réflexions plus abstraites, apportant elles-mêmes des développements pertinents aux propositions théoriques avancées dans un premier temps. Le second groupe, où sont abordés des ouvrages datant du xvie au xixe siècles, croise à la fois Montaigne et les récits de voyage de la Renaissance, la pratique de l’histoire et la prose des moralistes pendant la période classique, et considère dans des perspectives différentes la pratique de la fiction au siècle dernier (avec la fictionnalisation dans l’écriture journalistique et la dialectique de la littérature et de la science). Ces quelques cas viennent confirmer les variations historiques du sens de la notion de fiction et de son usage au sein des pratiques discursives dominantes, tout comme ils révèlent des jeux de frontières spécifiques, marqués par les préceptes poétiques du moment et le contexte littéraire large dont ils sont issus.

11Le passage au xxe siècle nous laisse bien voir que le travail sur les frontières prend alors une teinte tant philosophique que ludique : en témoignent les pratiques d’écriture d’auteurs aussi importants et divers qu'Aragon, Caillots, Barthes, Perec et Calvino. Dans cette période riche en expérimentations formelles, la fiction traverse insouciamment les genres, tout comme elle problématisé encore davantage la référentialité du texte littéraire. L’essai s’empare de la fiction pour transmettre des expériences ; le Moi devient presque un autre ou se trouve au cœur d’une énonciation ambiguë ; le langage, dans sa fonction de représentation, tente de restituer une réalité, une certaine réalité. Héritière des pratiques littéraires des siècles précédents, la production contemporaine poursuit l’exploration des extensions de la fiction hors des œuvres narratives et de ses possibilités discursives au sein de la pratique romanesque. À ces trois domaines s’ajoute, en ouverture, un texte de Thomas Pavel, qui réfléchit sur les frontières de la fiction, dans le domaine littéraire mais aussi dans la vie quotidienne, et sur ses déclencheurs, qui nous apparaissent intimement liés à toute théorisation de la fiction, dans ses traits autant que dans son jeu avec les sphères voisines. Ce texte trouve un écho philosophique dans l’épilogue proposé par Antoine Compagnon, où l’idée de « vivre hypothétiquement », évoquée par Musil, est liée à l’incrédulité de Coleridge, où la figure de Brisacier illustre parfaitement la frontière poreuse entre mondes possibles et mondes réels.

12Il faut ajouter à ces regroupements nombre de parentés et de relations complémentaires. Car l’étude des frontières de la fiction, malgré les déterminations spécifiques de cette notion selon les époques, transcende parfois la périodisation stricte par l’examen de motifs récurrents. C’est ainsi que plusieurs textes abordent la question de la référence : l’hypotypose exploitée par Claude Simon problématisé le rapport de l’écriture à la réalité, de façon très voisine des relations de voyage au xvie siècle et du travail de fictionnalisation dans les journaux du xixe siècle. C’est ce même rapport que questionnent autrement Marie-Laure Ryan et Alexandre Gefen, le genre biographique étudié par ce dernier posant les jalons d’une étude centrée sur un ensemble homogène pouvant récupérer les propositions théoriques avancées par la première. La biographie se voit également convoquée dans la réflexion très actuelle sur le retour du sujet en littérature, à laquelle contribuent l’étude de trois textes contemporains proposée par Dominique Rabaté et le portrait de l’autofiction réalisé par Mounir Laouyen.

13L’étude renouvelée de genres frontières tels que la biographie, l’autobiographie, l’essai, le journal intime et le récit de voyage, a conduit les poéticiens à affiner les critères de littérarité et de fictionnalité permettant de se prononcer sur le statut référentiel du texte narratif et de faire le partage ici entre littérature et science, ici entre littérature et philosophie, ici entre littérature et usages intimes, sociaux ou encore testimoniaux du récit : à nous confronter, tant en synchronie qu’en diachronie, à des marginalia fécondes en questionnements et en leurres. Dans cette perspective, la poésie s’impose comme objet d’étude, notamment par le rapport ambigu qu’elle entretient avec la référence et par la possibilité qu’elle laisse entrevoir de séparer fictionnalité et littérarité. Autre genre privilégié, celui de l’essai, comme en témoignent les nombreuses contributions abordant cette forme. Déplaçant d’une autre manière la question de la référentialité des objets représentés, la pratique essayistique ajoute à l’instabilité par son statut énonciatif indéterminé et par son utilisation de la fiction comme outil au sein même du propos. Les interactions avec des champs disciplinaires connexes de la littérature exacerbent autrement les tensions : l’anthropologie, la philosophie, la science, les pratiques historique et journalistique constituent d’innombrables occasions pour la fiction de transgresser des limites autrement convenues, ou au moins de questionner les rapports des objets et des normes au discours.

14Centré sur les enjeux des frontières, cet ouvrage souhaite également favoriser la saisie de la notion de fiction par la variété de ses manifestations et de ses extensions dans la pratique littéraire. Puisse la diversité des points de vue (les relations de la fiction aux genres, au langage et au réel) concourir à une exploration du domaine large de la fiction, notion à géométrie variable dont nous espérons ainsi un peu mieux représenter la complexité.

Bibliography

BIBLIOGRAPHIE

Auerbach, Erich ([1946] 1968), Mimésis. La représentation de la réalité dans la littérature occidentale, Paris, Gallimard.

Genette, Gérard (1972), « Introduction » au « Discours du récit », Figures III, Paris, Seuil, p. 71-76. (Coll. « Poétique ».)

Genette, Gérard (1991), Fiction et diction, Paris, Seuil. (Coll. « Poétique ».)

Pavel, Thomas (1988), Univers de la fiction, Paris, Seuil. (Coll. « Poétique ».)

Veyne, Paul ([1983] 1992), Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes ? Essai sur l’imagination constituante, Paris, Seuil. (Coll. « Points Essais », 246.)

Wellek, René, et Austin Warren ([1949] 1971), La théorie littéraire, Paris, Seuil.

Author(s)

Professeur agrégé, est le fondateur et le codirecteur du groupe de recherche Fabula. Membre du Centre de recherche sur les modernités littéraires de l’Université de Bordeaux III et doctorant à Paris IV-Sorbonne, ses travaux ont pour objet la théorie de la fiction, et en particulier les questions des genres littéraires, de la littérarité et de la représentation. Il a également publié sur la littérature des xixe et xxe siècles (Balzac, Chateaubriand et Schwob, notamment).

Codirecteur du groupe de recherche Fabula, est doctorant à l’Université Laval (Québec), chercheur étudiant associé au Centre de recherche en littérature québécoise (Creliq) et boursier du Fonds pour la formation de chercheurs et l’aide à la recherche du Québec (FCAR) et du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). Ses recherches portent sur la poétique du recueil, la nouvelle, l’essai et les hyperfictions. Ses travaux croisent les théories des genres, de la lecture et de la fiction. Il a publié Des textes à l’œuvre. La lecture du recueil de nouvelles (Nota bene, 2000).

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2002

Terms of use: http://www.openedition.org/6540