Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Surfaces et intériorité

Modernités

Éditeur : Presses Universitaires de Bordeaux

Lieu d’édition : Pessac

Publication sur OpenEdition Books : 7 mars 2019

Collection : Modernités

Année d’édition : 1998

Nombre de pages : 224


Présentation

Si, pour parler clair, il fallait s’interdire l’utilisation des « mots perroquets », tellement chargés de connotations qu’ils renvoient automatiquement à du déjà dit, le titre donné à ce 12e volume de Modernités serait une bien mauvaise enseigne. Rien de plus polysémique en effet que le mot « intériorité ». Ce nom se colore d’inflexions spiritualistes, mais on parle aussi d’intériorité organique. Les métaphores spatiales s’imposent tout à la fois lorsqu’on évoque l’appréhension de soi, la connaissance intuitive de l’intime, le mouvement empathique qui conduit à réduire la distance qui me sépare de l’autre, à le rencontrer dans la manière dont il se définit lui-même comme sujet ; elles surviennent encore lorsqu’il s’agit de caractériser le regard « pénétrant » de l’analyste, les sensations que l’on dit internes, la démarche qui, m’incitant à me définir par rapport au spatial « externe », me conduit à constater que je suis un corps, que je m’affirme comme sujet dans une sorte de retour de la sensation sur elle-même. Le mot « surface » ne se laisse pas davantage circonscrire. Il renvoie aux reliefs, aux contours, aux limites des choses, il désigne le périphérique, le cutané, mais aussi l’affleurement, l’apparence ou l’apparaître, ou bien encore le positionnement du sujet par rapport au monde et par rapport à lui-même. Le corps « voyant » — Dominique Rabaté le rappelle en citant Merleau-Ponty — est aussi surface « visible ». Une molle coordination ajoute encore à la confusion. Surface et/ou intériorité ? Surface vs intériorité ? Encore néglige-t-on la fréquente réversibilité de ces deux termes. On devine cependant pourquoi nous avons conservé cet intitulé. Il autorise une réflexion sur les formations discursives qui cherchent à ruiner la manière dont le sujet cartésien se définit par rapport à la res extensa. Considérée dans cet optique, la modernité s’affirme tout particulièrement plurielle, parcourue de conflits, de lignes de fracture.


Sommaire

Jean-Louis Cabanès

Présentation

Éric Benoit

Surface et intériorité chez Henri Michaux

De L’Espace du dedans aux Émergences-Résurgences

Dominique Rabaté

Le dehors du dedans

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.