Version classiqueVersion mobile

Mythes des origines

 | 
Gérard Peylet
, 
Michel Prat

II. Origine des peuples

Les origines de Rome, leur lecture augustéenne et l’Enéide de Virgile

Sylvie Franchet d’Espèrey

Texte intégral

Introduction : la quête des origines

1Toute recherche sur l’origine est nécessairement une recherche sur l’imaginaire. L’origine, c’est comme la naissance : on ne l’a pas connue, on l’imagine, on la reconstruit. Le discours sur l’origine, en particulier sur l’origine d’un peuple, est d’abord une quête des origines, accompagnée d’une reconstitution. La question se trouve dès lors déplacée : il s’agit de savoir pourquoi une telle quête est soudain apparue nécessaire, c’est-à-dire aussi où et quand. Et là, on sent bien que la question des origines rejoint celle de l’identité. Le « D’où venons-nous ? » et le « Qui sommes-nous ? » sont étroitement liés. En effet il y a toutes les chances qu’une recherche de l’origine – en tout cas au niveau d’un peuple – parte, consciemment ou non, de réponses présupposées ou désirées, par lesquelles on tentera d’affirmer, de prouver une identité.

2Lorsqu’on pense aux origines de Rome, deux noms, correspondant à deux mythes, viennent à l’esprit : Enée et Romulus. On sent d’emblée que les choses seront complexes. Quand ces deux mythes sont-ils apparus ? Y a-t-il articulation entre les deux ? Y a-t-il prédominance de l’un ou de l’autre selon les époques ?

3Par ailleurs la question des origines peut se poser de deux manières :

  • jusqu’où peut-on remonter ?
  • quand cela a-t-il commencé ?
  • 1 Cic., De Rep. II, 1.
  • 2 II n’y a pas de nom qui lui corresponde. On emploie des expressions du type Ab Vrbe condita.

4Malgré les apparences, ce n’est pas la même chose, car, même si le moment recherché est a priori le même, le sens de la démarche est inversé : dans le premier cas, on remonte du présent vers le passé, un passé toujours plus lointain ; dans le second, on part d’un point du passé, qu’on désigne par hypothèse comme origine, pour redescendre le cours du temps chronologique. Le premier mouvement est celui du « chercheur », le second celui du « narrateur », étant entendu que ces deux fonctions peuvent être assumées par la même personne. En témoigne d’une manière exemplaire une phrase de Cicéron dans le De republica, ouvrage qui aborde justement la question des origines de Rome : Ita nunc mea repetet oratio populi orisinem... (première démarche) ; facilius cmtem quod est propositum consequar si nostram rem publicam uobis et nascentem et crescentem et adultam et iam firmam atque robustam ostendero (deuxième démarche)...1 Une remarque de vocabulaire : il me semble que parmi tous les mots qui désignent l’origine seul celui d’origo peut se trouver comme complément du verbe repetere, qui, avec toute la valeur du préfixe -re, exprime la quête ; les autres mots, initium, principium, primordium, et même le verbe condere2, sont employés dans des contextes qui expriment la seconde démarche, celle du récit chronologique à partir du commencement.

Jusqu’où peut-on remonter ?

5Plusieurs réponses sont possibles :

  • jusqu’à une divinité, et ce sont les nombreux mythes de naissance divine ;
  • jusqu’aux éléments eux-mêmes, et ce sont les mythes de l’autochtonie ;
  • jusqu’à un temps d’avant le temps, qui correspondrait aux mythes de l’âge d’or.

6Reprenons ces hypothèses une à une.

  • 3 Tite-Live, Ab Vrbe condita, Praef., 7.

7S’agissant des divinités, Rome est bien pourvue, puisque Enée a pour mère Vénus et Romulus a Mars pour père. Cette double origine divine – ou semi-divine – garantit à la cité une grandeur qui l’honore. Il est intéressant de voir comment Tite Live, en écrivain rationaliste, mais non moins nationaliste, renverse les choses : « On accorde aux Anciens la permission de mêler le merveilleux aux actions humaines pour rendre l’origine des villes plus vénérable. Et d’ailleurs si jamais on doit reconnaître à une nation le droit de sanctifier son origine et de la rattacher à une intervention des dieux, la gloire militaire de Rome est assez grande pour que, quand elle attribue sa naissance et celle de son fondateur au dieu Mars de préférence à tout autre, le genre humain accepte cette prétention sans difficulté, tout comme il accepte son autorité. »3 C’est la grandeur de Rome qui justifie a posteriori qu’on lui accorde – contre toute vraisemblance – une origine divine.

  • 4 Denys d’Halicamasse, Antiquités romaines, I, 10.

8Les mythes d’autochtonie sont plutôt le fait des cités grecques (en particulier Athènes avec Erechtée, et l’Arcadie). Mais il y a pour Rome une tradition qui s’en rapproche fortement, c’est celle des Aborigènes. Leur nom est – c’est en tout cas l’étymologie officielle – formé sur le mot origo, originis, et il désigne un peuple habitant le Latium depuis l’origine. Je cite Denys d’Halicamasse : « Les Aborigènes, dont est issu le peuple romain, seraient selon certains, des autochtones de l’Italie, c’est-à-dire un peuple né pour ainsi dire de lui-même »4. Denys, qui est un historien grec, écrivant pour un public grec, met bien en rapport les deux mythes latin et grec : Aborigènes et autochtonie. C’est donc ce peuple qu’Enée aurait trouvé à son arrivée en Italie.

9Le mythe de l’âge d’or, quant à lui, ne concerne pas l’origine précise d’un peuple ou d’une ville, mais l’humanité tout entière. Pourtant, s’agissant des origines de Rome, ce mythe a été en quelque sorte intégré à l’histoire première de la ville. En effet le dieu qui présidait à l’âge d’or était Saturne. Or, ayant été détrôné par Jupiter, qui préside à l’âge de fer, il s’est réfugié en Italie et s’est caché dans une région qui tire son nom de cet épisode : le Latium (rattaché par une étymologie populaire au verbe lateo, latere, être caché). On trouve cette version clairement exposée au chant VIII de / ’Enéide.

Quand cela a-t-il commencé ?

  • 5 Praef., 6.

10Cette question correspond à un thème fondamental dans la pensée romaine : celui de la fondation. Le moment de la fondation, par définition, ne peut pas être premier, puisqu’il présuppose un fondateur. Il y a un « avant » qui précède la fondation. C’est ce qu’exprime la formule de Tite Live : quae ante conditam condendamue Vrbem5. Mais cet avant n’est pas considéré comme important. C’est la fondation qui porte le sens : on voit bien que choisir ce moment pour le mettre en récit, cela présuppose une pensée déjà élaborée sur l’identité. Or le fondateur, c’est Romulus, et c’est sur sa figure mythique (il est clair qu’il ne s’agit pas d’un personnage historique, même si l’historiographie romaine le présente comme tel), que vont se cristalliser les idées que les Romains se font de leur cité et de leur identité.

I. L’ÉLABORATION DE LA TRADITION HISTORIQUE

  • 6 Ant. Rom., I, 11 sqq. Même les Aborigènes sont pour lui des Grecs.
  • 7 Cf. M. von Albrecht, Naevius Bellum Punicum, in Das römische Epos, ed. E. Burck, Darmstadt 1979, p. (...)

11Au départ les deux légendes, celle d’Enée et celle de Romulus, étaient indépendantes. La plus ancienne est celle de Romulus : il s’agissait de montrer que Rome avait été fondée par les Latins, revendiquant par là, sinon l’autochtonie, du moins la continuité depuis les origines. La légende d’Enée, attestée vers le Ille s., relève, quant à elle, d’une perception grecque de Rome qui s’appuie sur la réalité historique de la colonisation. On en trouve une illustration intéressante chez Denys d’Halicamasse : il explique que la migration des Troyens (qu’il assimile à des Grecs au sens large) n’est que la cinquième migration de population de l’orient vers l’occident6. Ce que cet historien grec de l’époque d’Auguste veut démontrer à son public, c’est qu’en fait les Romains sont des Grecs et qu’il n’y a donc pas à s’irriter ou à rougir de se voir soumis à leur empire. Dans la littérature latine, la légende était présente dès l’épopée de Naevius sur la première guerre punique (Bellum Poenicum), comme l’attestent plusieurs fragments7.

12Comment ces deux légendes se sont-elles articulées l’une à l’autre ? Il y a eu plusieurs tentatives et donc plusieurs hypothèses, certains faisant même de Romulus le petit-fils d’Enée. Mais le hiatus chronologique était tel (432 ans entre les deux, selon Caton), qu’il a bien fallu inventer toute une histoire pour les relier. C’est à Caton justement (début du Ile siècle av. J.C.) que revient d’avoir élaboré ce qu’on peut appeler la vulgate en la matière, dans son ouvrage intitulé Origines, qui racontait les origines des différentes cités italiennes. Malheureusement le texte est perdu et il n’en reste que peu de fragments, mais sa version a été reprise et travaillée par la tradition annal istique.

  • 8 Sur toute cette question voir en part. P. Grimai, Virgile ou la seconde naissance de Rome, Paris 19 (...)

13Voici quel fut le fruit de cette élaboration8. Enée arrive au Latium avec Anchise et fonde une ville qu’il appelle Troia. Le peuple indigène s’appelle les Aborigènes ; le roi du pays, Latinus, qui règne sur la ville de Lavinium, concède à Enée un petit territoire et lui donne en mariage sa fille Lavinia. Les deux peuples unis deviendront les Latins. Mais les Troyens se conduisent en pillards et provoquent une guerre à l’issue de laquelle Latinus est tué. Tumus, le premier prétendant de Lavinia, reprend les hostilités, avec pour allié Mézence, roi des Etrusques. Tumus est tué par Enée, qui meurt peu après, noyé dans les eaux du Numicius, puis transporté parmi les dieux. Ascagne, le fils d’Enée, vient à bout de Mézence et, laissant Lavinium à son demi-frère Silvius (fils d’Enée et de Lavinia), va fonder la ville d’Albe. Suit toute une dynastie albaine, dont le dernier représentant est Numitor, grand-père de Romulus et Rémus.

14On connaît mieux la suite : la tragédie familiale à la suite de laquelle les deux jumeaux, fils de Mars et de la vestale Rhéa Silvia, sont exposés, nourris par une louve, recueillis par le berger Faustulus, puis parviennent à renverser l’usurpateur, à se faire reconnaître par leur grand-père et décident de fonder une nouvelle ville. On sait aussi comment cette fondation fut entachée par le meurtre – volontaire ou involontaire, selon les versions – de Rémus par Romulus.

  • 9 Salluste est très bref et insiste sur le synécisme entre Troyens et Aborigènes (Cal., I, 6).

15Tite Live, qui présente la version la plus complète que nous ayons, du moins en latin, prend soin d’intégrer aussi bien le mythe d’Enée que celui de Romulus à l’histoire de Rome, dans la perspective nationaliste qui est la sienne9. L’unité se fait autour du thème du destin, qui veut évidemment la grandeur et la gloire de Rome. Relevons les deux phrases d’introduction à ces deux épisodes, pour Enée : « Aeneam ab simili clade domo profugum, sed ad majora rerum initia ducentibus fatis... » (I, 1, 4) et pour Romulus : « Sed debebatur. ut opinor, fatis tantae oriso urbis maximique secundum deorum opes imperii principium. » (I, 4, 1).

II. LECTURE AUGUSTÉENNE DES ORIGINES ET PROPAGANDE IMPERIALE

16Lorsque, en -27, il paraît désormais assuré qu’un régime de type monarchique s’institue, régime au demeurant souhaité par les Romains eux-mêmes, malgré leur phobie de la royauté, Auguste cherche à donner à ce nouveau régime un fondement consensuel. Un medium puissant de cette propagande est le recours au mythe : tant il est vrai que pour agir sur les mentalités, il faut parler à leur imaginaire. Trois thèmes sont exploités, qui sont précisément ceux qui ont à voir avec les origines.

  • 10 Cf. Tite-Live, I, 2.
  • 11 Cf. P. Grimai, op. cit. p. 194.
  • 12 Et au chant VI, dans le discours d’Anchise à Énée (VI, 789-790).

17Premier thème de la propagande augustéenne : le mythe d’Enée et plus précisément les origines troyennes de la gens Iulia. Auguste reprend ce thème à César, son père adoptif, qui avait mis à l’honneur une généalogie de sa famille remontant à Iule, le fils d’Enée (son autre nom étant Ascagne)10. C’est cette tradition qu’a illustrée Virgile en choisissant d’écrire une Énéide11. Le lien entre Iule et Auguste est clairement évoqué dès le chant I dans la prophétie de Jupiter à Vénus12 :

« Nascetur pulchra Troianus origine Caesar imperium Oceano,famam qui terminât astris Iulius, a magno demissum nomen lulo. » (1, 286-288)

18L’aura qu’apporte cette lignée vient à la fois de son ancienneté, de sa noblesse et de son origine étrangère.

  • 13 Tite-Live, V, 49. Il fut appelé Romulus, paterpatriae, aller conditor.
  • 14 Pour une vue d’ensemble exhaustive et raisonnée de cette question, cf. J. von Ungem-Stemberg, Die R (...)

19Deuxième thème : la seconde fondation. On peut parler chez Auguste d’un désir de recommencer l’histoire. Le slogan frappé sur des monnaies de cette époque, ROMA RESVRGENS, est bien l’affirmation d’un programme : Rome se relève, son histoire recommence. Le thème de la seconde fondation a du reste été exploité également pour d’autres personnages : Tite-Live l’applique au dictateur Camille, second fondateur de Rome après sa victoire sur les Gaulois13. Il était tout naturel qu’Auguste, le restaurateur de la paix après tant d’années de guerres civiles, soit honoré comme un second fondateur et qu’il encourage ce thème dans sa propagande14.

  • 15 Suétone, Auguste 7. Dion Cassius, Hist. Rom., 53, 16.
  • 16 Suétone, Aug. 95.
  • 17 Le texte de Tite-Live met en relation l’origine divine de Romulus et son « apothéose » : Haec ferme (...)

20En témoigne l’idée qu’il avait eue de choisir comme nom d’empereur Romulus. Suétone ne donne pas la raison qui lui a fait renoncer à ce choix, mais Dion Cassius pense qu’il a eu peur d’être soupçonné de complaisance pour la royauté15. En témoignent aussi des imitations volontaires de Romulus par Auguste : l’augure des douze vautours au début de son premier consulat16, le choix d’établir sa maison sur le Palatin, les trois triomphes de 29, sans compter le thème de l’apothéose17, auquel Auguste a certainement pensé pour lui, puisqu’il l’a fait pour son père adoptif, César.

21Dans la littérature, Auguste est clairement comparé à Romulus par Ovide, au chant II des Fastes. Il s’agit de célébrer le jour (5 février) où Auguste a reçu le titre de Pater patriae :

  • 18 Suit toute une série de parallèles entre Romulus et Auguste, qui donnent à chaque fois l’avantage à (...)

« Romule, concédés :facit hic tua magna tuendo moenia, tu dederas transilienda Remo...
II, 133 sqq.18

  • 19 Dans les deux exèdres, à droite et à gauche du temple, se trouvaient aussi, au centre à chaque fois (...)

22Les deux mythes sont souvent associés soit dans la littérature – c’est le cas de manière exemplaire dans VEnéide – soit dans les arts. On pense à l’ Ara pacis, cet autel inauguré en -9 et entouré d’une enceinte sculptée, elle même percée de deux portes aux deux extrémités. Or l’une de ces portes est encadrée de deux scènes sculptées : l’une représente le sacrifice offert par Enée à son arrivée en Italie ; l’autre, très abîmée, est la scène de l’invention des jumeaux par le berger Faustulus. Déjà dans le Panthéon, construit par Agrippa dès -25, on trouve une statue de Mars, père de Romulus et une autre de Vénus, mère d’Enée. Sur le forum d’Auguste s’élève le temple de Mars Ultor, pendant du temple de Vénus Genitrix, construit par César ; à l’intérieur même du temple de Mars Ultor, parmi les statues des héros romains qui sont intercalées entre les colonnes latérales, figurent en premier lieu Enée et Romulus19.

23Une interprétation symbolique de cette double référence à Enée et à Romulus s’impose : Enée est le symbole de la pietas, Romulus celui de la uirtus. Or ces deux vertus sont parmi les quatre qui se trouvaient gravées sur le bouclier en or offert à Auguste par le sénat en -27 (Clipeus Virtutis). Le retour aux vertus est un retour aux origines.

  • 20 Il faut ajouter que la légende de Romulus a un aspect négatif : Romulus est le meurtrier de son frè (...)

24Ainsi la double origine de Rome fonde le nouveau régime et Père nouvelle qu’il ouvre20.

  • 21 Camen saeculare, v. 57-60 :
    lam Fides et Pax et Honor Pudorque
    priscus et neglectaredire Virtus
    aud (...)
  • 22 D’après la chronologie de Grimai, op. cit. p. 87.

25Troisième thème : le retour de l’âge d’or. C’est sans doute le thème qui a été le mieux orchestré par l’empereur lui-même. La célébration des jeux séculaires en 17 devait marquer par une cérémonie religieuse exceptionnelle le début d’un nouveau siècle, d’une nouvelle ère. Horace s’est vu pour cette occasion commander un hymne, le carmen saeculare (chant séculaire), dans lequel apparaît le thème du retour des vertus conçu comme un retour de l’âge d’or21. Mais cette idée d’un retour possible de l’âge d’or, c’est Virgile qui l’avait eue dès -4022 dans la fameuse quatrième Bucolique : Iam redit et Virgo, redeunt Saturnia régna... Auguste n’était alors qu’Octavien et l’enfant dont la naissance est célébrée dans cette églogue n’a rien a voir avec lui. Mais cette intuition fulgurante que, contrairement à la vision traditionnelle du mythe des âges, l’âge d’or pourrait bien revenir, intuition à la fois poétique, religieuse et politique, a été reprise dans les années qui suivirent, puis bien souvent dans l’histoire de la littérature.

  • 23 Georg. II, 536-540.
  • 24 Fastes I, 241-252.
  • 25 Aen. VIII, 314 sqq.

26Mais le plus intéressant est l’intégration de ce mythe à l’histoire de Rome par l’intermédiaire du dieu Saturne : on trouve déjà mention de cet épisode dans les Georgiques23 ; on le trouve aussi dans les Fastes d’Ovide, au chant I où Saturne est assimilé à Janus, le dieu des commencements, des origines24 ; mais c’est surtout l’exposé d’Evandre, au chant VIII de VÉnéide qui montre comment Saturne, venu se réfugier dans le Latium, y a instruit les populations encore sauvages, ces populations qui, jointes aux Troyens, deviendront les Latins25. Or au chant VI, dévoilant à Enée l’avenir de sa race, Anchise déclare :

« Hic uir, hic est, tibi quem promitti saepius audis, Augustus Caesar, diui aenus. aurea condet
Saecula qui rursus Latio reanata per arua Satumo auondam...
Vl. 791-794

27Les choses sont claires : Auguste est appelé à fonder pour la seconde fois un âge d’or, qui reproduira celui que Saturne avait fait régner jadis dans ce même Latium.

28En réactivant ces mythes des origines, Auguste savait ce qu’il faisait. Il savait qu’il jouait sur un ressort puissant, celui de l’imaginaire. Mais ne nous y trompons pas : s’il y a propagande, il n’y a pas manipulation. Jamais ces thématiques n’auraient pris, jamais elles n’auraient été ni développées par les artistes ni reçues par la population, si elles n’avaient parfaitement répondu à leur attente. L’horreur des guerres civiles avait produit un tel sentiment de lassitude qu’on avait accueilli le retour de la paix, même au prix de la perte de la République, comme le plus grand bonheur, et qu’on adhérait très spontanément à ce mouvement de retour aux origines, seul susceptible de fonder une ère nouvelle.

III. L’ÉNÉIDE, ÉPOPÉE DES ORIGINES

  • 26 Cf. P. Grimai, op. cil. p. 177.

29Si VÉnéide est une œuvre majeure de la littérature universelle, c’est, entre autres, par son caractère fondateur. Par l’intermédiaire de Mécène Virgile a été appelé à travailler à cette « refondation », voulue par Auguste, et il y a travaillé avec une véritable adhésion de l’âme. Les quelques bribes de correspondance qui nous restent entre Virgile et Auguste montrent que l’empereur ne découvrait le texte que lors des lectures publiques, au fur et à mesure de sa création. Même pour une œuvre commandée, il a respecté la liberté du créateur26.

  • 27 P. Grimai, op. cit. p. 175 et 181.

30Or écrire une épopée n’est pas quelque chose de neutre. Une épopée exprime une conception du monde. Virgile entreprenait donc de dire le monde de la Rome augustéennne, c’est-à-dire de l’expliquer, d’expliquer comment un tel miracle avait été rendu possible, comment le destin et l’histoire s’étaient mêlés pour aboutir à l’empire. Comme le mythe, où elle puise une bonne partie de sa matière, l’épopée raconte, explique et révèle. L’Enéide est donc à interpréter comme un enchaînement de causalités. C’est ce qu’a bien vu Pierre Grimai : « Virgile peut enfin réaliser son ambition : composer une épopée qui explique Rome » et il ajoute un peu plus bas : « Le temps ici n’est pas linéaire, il n’est pas le lieu du contingent, il est celui des causes. »27 Or rechercher les causes, c’est en premier lieu rechercher l’origine : voilà pourquoi Enée en sera le héros. Mais Enée c’est aussi Auguste, son ultime descendant dans la gens Iulia. Ainsi, invitant sans cesse à voir le présent augustéen derrière le mythe, l’épopée est également à lire sur le mode symbolique.

  • 28 C’est sans doute ce qu’avait fait Ennius, dont les Annales racontaient l’histoire de Rome des origi (...)

31Lorsqu’il a commencé son épopée en -28, Virgile se trouvait donc face à ce défi : comment associer la louange d’Auguste et l’histoire de Rome d’une manière telle que chaque lecteur romain puisse adhérer véritablement au récit ? S’il n’a pas choisi de raconter directement les exploits d’Auguste (comme il semblait en avoir eu l’intention dans le prologue de la troisième Géorgique) et s’est tourné vers le mythe d’Enée, il n’a pas non plus voulu raconter seulement une légende mythologique, même avec cette clef d’interprétation qu’Enée serait Auguste. Il a voulu mêler le mythe et l’histoire, le passé et le présent, les origines et l’actualité. Car Enée n’est pas Auguste, il est Auguste en puissance, de même qu’il ne fonde pas Rome, mais sa mission porte Rome en germe. Il y a une dynamique de l’épopée, une tension entre ses deux pôles, qui lui donne un élan puissant. Mais Virgile n’a pas non plus envisagé de raconter tout ce qui s’était passé entre Enée et Auguste, même au prix de quelques résumés28. Non, il a choisi de rester dans le mythe, mais d’y pratiquer des percées prophétiques qui laissent entrevoir à l’horizon la pax augustea ; entre les deux extrêmes il a posé, toujours sur le mode prophétique, des jalons, des moments choisis de l’histoire romaine, parmi lesquels se trouve naturellement le règne de Romulus. Le résultat est une œuvre étonnante, où se trouvent comme superposées les trois bornes de l’histoire romaine : Enée, Romulus et Auguste. Mais au lieu d’avoir d’un côté la double origine (Enée et Romulus) et de l’autre l’aboutissement (Auguste), Virgile, en inversant la perspective donne à voir Romulus en avant, comme une préfiguration encore lointaine d’Auguste. Il y a là un effet de télescopage, où c’est le point de vue de l’origine qui donne sens à tout ce qui suit.

  • 29 J. Perret, Virgile, Paris 1964, p. 107.

32Le statut des percées prophétiques a été bien analysé par Jacques Perret : « Tandis qu’Homère s’installe, se carre dans son sujet, narrateur désintéressé de belles aventures qui n’ont d’autre fin qu’elles-mêmes, toujours le récit virgilien nous renvoie ailleurs. A chaque instant, il s’entrouvre sur le plus lointain avenir. Les dieux facilitent ou empêchent les entreprises du héros en considération d’événements à intervenir sept, huit, dix siècles plus tard. Tout ce qui se passe autour d’Enée est à la fois symbole et cause, et presque à l’infini. Qu’Ulysse se fixe auprès de Calypso, la seule conséquence en sera qu’Ithaque ne le verra pas revenir ; mais qu’auprès de Didon Enée ait une défaillance et il compromet la réussite romaine tout entière. Ainsi tout est chargé du poids des siècles, tout est vu, décrit en transparence. ’L’Enéide n’est pas une belle histoire, c’est un miroir du destin romain... »29

33Au chant I, dès l’exposition du sujet, les vers 5-7 évoquent successivement Lavinium, la ville fondée par Enée, Albe et Rome. On a donc une anticipation limitée à la première étape : d’Énée à Romulus :

« ...dum conderet urbem
inferretque deos Latio, genus unde latinum
Albanique patres atque altae moenia Romae. »

34Un peu plus bas, au vers 33, vient cette formule célèbre, lourde de toutes les épreuves du héros :

« Tantae molis erat Romanam condere gentem. »

  • 30 La paix civile retrouvée y est symbolisée par la réconciliation de Romulus et Rémus (I, 292-293).

35Puis intervient le dialogue entre Jupiter et Vénus, où le roi des dieux rassure sa fille en lui laissant entrevoir le destin glorieux de son fils et de sa postérité jusqu’à Auguste (I, 257-296)30.

36Le second moment clef se situe au milieu de l’épopée, au chant VI : il s’agit de la descente aux Enfers (catabase) d’Enée guidé par la Sibylle de Cumes. Cette plongée dans l’au-delà est aussi plongée dans le temps. Enée y retrouve les siens, ses compagnons de Troie et du voyage, mais aussi Didon et surtout Anchise, son père. Et là, soudain, c’est l’avenir qui s’ouvre. Anchise lui explique le principe de la transmigration des âmes et peut faire défiler ainsi sous ses yeux les âmes des futurs héros de Rome, de Romulus jusqu’à Auguste et même jusqu’à Marcellus, ce gendre bien-aimé qui venait de mourir. Là, Enée se situe véritablement à l’origine d’une lignée et d’une histoire dont il prend conscience. On peut presque dire qu’il vit son statut de « personne-origine », ce qui est, me semble-t-il, unique dans toute l’histoire de la littérature.

37On retrouve l’histoire future de Rome au chant VIII, après l’arrivée en Italie et le début des hostilités. Enée est venu demander du secours à Evandre, un Arcadien, émigré comme lui, dont le royaume se trouve juste à l’emplacement de Rome. La découverte du site encore sauvage de ce qui est destiné à être le centre de la civilisation a quelque chose d’enthousiasmant et de grave. C’est là aussi que sont mentionnés le règne de Saturne au Latium et l’âge d’or.

38La description du bouclier d’Enée, qui clôt le chant VIII, fait pendant, d’une certaine manière, à la descente aux Enfers : là non plus Enée ne comprend pas tout. C’est un coup de génie que d’avoir fait d’une ecphrasis, somme toute traditionnelle (il y a dans l’Iliade une description parallèle du bouclier d’Achille), l’occasion d’une vision prophétique de l’histoire romaine. Le bouclier est en effet l’œuvre d’un dieu, Vulcain, qui l’a forgé pour Enée à la demande de Vénus. Les épisodes de l’histoire romaine, à commencer par la naissance de Romulus et Rémus, se succèdent dans l’espace du bouclier, chaque scène ayant son emplacement. Au centre est représentée la bataille d’Actium, longuement décrite comme le triomphe d’un Auguste fidèle à la Rome éternelle sur un Antoine terriblement oriental.

39La fin de l’épopée laisse paradoxalement peu de place à une vision de l’avenir. Virgile a préféré finir sur un drame humain, celui du duel entre Enée et Tumus. Le dernier dialogue de dieux (entre Junon et Jupiter) met simplement en place l’union entre les deux peuples, troyen et latin, qui fera la Rome future. Or cette deuxième composante de Rome, la composante italienne, incarnée par Tumus, ne saurait être trop dévalorisée. Les rois et les populations vaincus ne déméritent en rien : Turnus, le rival d’Enée, n’est pas un monstre, il est simplement condamné par le destin.

40C’est là une dimension essentielle de l’Énéide, sa dimension tragique. Comme le laisse d’emblée pressentir la formule Tantae molis erat Romanam condere gentem, aller d’Enée à Auguste à travers l’histoire, ce n’est pas avancer de gloire en gloire et de bonheur en bonheur. Il y a d’abord les victimes du destin, dans la mesure où donner l’empire à Rome, c’est le refuser à d’autres. Didon et Tumus, sacrifiés pour la réussite de la mission d’Enée, sont deux figures admirables de ce tragique de l’histoire. Mais Enée lui-même connaît bien des épreuves et des découragements, qui donnent à l’épopée sa densité humaine. Cela a-t-il à voir avec l’origine ? Oui, au moins sur un point : c’est sur l’anéantissement de Troie que se construit Rome. Sa naissance est conditionnée par une mort. Et cette mort, Enée Ta vécue, il l’a même racontée (au chant II), redoublant ainsi sa douleur : Infandum, regina, iubes renouare dolorem. Chaque origine a son drame : pour Romulus, c’est le meurtre du frère, pour Enée, c’est l’ adieu à la patrie première, définitivement détruite.

41Pourtant, ce qui domine dans l’Enéide, c’est quand même l’optimisme, un optimisme fondateur. Je voudrais finir sur des vers qui me semblent emblématiques de toute l’épopée, les derniers vers du chant VIII :

Talia per clipewn Volcani, dona parentis,
miratur remmque ignarus imagine gaudet
Attollens umero famamque etfata nepotum. (VIII, 729-731)

42Dans ce retour au récit après Tecphrasis, tout est dit : on a à la fois l’inconscience heureuse du héros, qui marche avec confiance vers un avenir qu’il ne comprend pas encore mais qu’il admire déjà, et le poids de l’histoire à venir, poids qui paradoxalement ne lui pèse pas, ne pèse pas plus du moins – c’est tout le sens de l’alliance du concret et de l’abstrait dans ce dernier vers – que le bouclier qui figure tout cela.

43Virgile est un uates, c’est-à-dire un poète-médiateur. Médiateur entre le prince et le public, entre le mythe et l’histoire, entre l’origine et l’actualité, il porte Enée jusqu’à Auguste, mais aussi jusqu’à ses contemporains, modifiant ainsi la conscience que Rome a d’elle-même. Après l’Enéide plus rien ne sera comme avant : l’Enéide est devenue le modèle auquel se référeront nécessairement les poèmes à venir, elle est elle-même un « poème-origine ».

Notes

1 Cic., De Rep. II, 1.

2 II n’y a pas de nom qui lui corresponde. On emploie des expressions du type Ab Vrbe condita.

3 Tite-Live, Ab Vrbe condita, Praef., 7.

4 Denys d’Halicamasse, Antiquités romaines, I, 10.

5 Praef., 6.

6 Ant. Rom., I, 11 sqq. Même les Aborigènes sont pour lui des Grecs.

7 Cf. M. von Albrecht, Naevius Bellum Punicum, in Das römische Epos, ed. E. Burck, Darmstadt 1979, p. 17-21.

8 Sur toute cette question voir en part. P. Grimai, Virgile ou la seconde naissance de Rome, Paris 1985, p. 189 et surtout le commentaire d’Ogilvie à Tite Live, A commentary on Livy, Books 1-5, Oxford, 1984, p. 30 sqq.

9 Salluste est très bref et insiste sur le synécisme entre Troyens et Aborigènes (Cal., I, 6).

10 Cf. Tite-Live, I, 2.

11 Cf. P. Grimai, op. cit. p. 194.

12 Et au chant VI, dans le discours d’Anchise à Énée (VI, 789-790).

13 Tite-Live, V, 49. Il fut appelé Romulus, paterpatriae, aller conditor.

14 Pour une vue d’ensemble exhaustive et raisonnée de cette question, cf. J. von Ungem-Stemberg, Die Romulus Nachfolge des Augustus, in Politische Théorie und Praxis im Altertum, ed. W. Schuller, Darmstadt 1998, p. 166-182.

15 Suétone, Auguste 7. Dion Cassius, Hist. Rom., 53, 16.

16 Suétone, Aug. 95.

17 Le texte de Tite-Live met en relation l’origine divine de Romulus et son « apothéose » : Haec ferme Romulo régnante demi militiaeque gesta ; quorum nihil absonum fidei diuinae originis diuinitatisque post mortem creditae (I, 15, 6)

18 Suit toute une série de parallèles entre Romulus et Auguste, qui donnent à chaque fois l’avantage à Auguste.

19 Dans les deux exèdres, à droite et à gauche du temple, se trouvaient aussi, au centre à chaque fois, les statues des deux héros fondateurs.

20 Il faut ajouter que la légende de Romulus a un aspect négatif : Romulus est le meurtrier de son frère. Or, même cela a été intégré par les auteurs augustéens : ils y voient une préfiguration de ces guerres civiles qui ont tragiquement marqué l’histoire récente de Rome. Le cas le plus exemplaire est l’épode 7 d’Horace.

21 Camen saeculare, v. 57-60 :
lam Fides et Pax et Honor Pudorque
priscus et neglectaredire Virtus
audet apparetque beata pleno
Copia cornu

22 D’après la chronologie de Grimai, op. cit. p. 87.

23 Georg. II, 536-540.

24 Fastes I, 241-252.

25 Aen. VIII, 314 sqq.

26 Cf. P. Grimai, op. cil. p. 177.

27 P. Grimai, op. cit. p. 175 et 181.

28 C’est sans doute ce qu’avait fait Ennius, dont les Annales racontaient l’histoire de Rome des origines à la deuxième guerre punique et même au-delà.

29 J. Perret, Virgile, Paris 1964, p. 107.

30 La paix civile retrouvée y est symbolisée par la réconciliation de Romulus et Rémus (I, 292-293).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search