Version classiqueVersion mobile

Poétiques de l'instant

 | 
Yves Vadé

Le sacre de l’instant dans la poésie de Joseph Rouffanche

Gérard Peylet

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet le beau travail de Régine Foloppe : L’émerveillement dans l’oeuvre poétique de Jose (...)

1La poésie de Joseph Rouffanche oscille entre deux mouvements, le passé qui renvoie souvent à l’enfance ou l’adolescence, et la prise de conscience du monde actuel, la louange ou la célébration, et la révolte, la tentation nihiliste. C’est dire que nous n’avons pas l’intention de réduire l’instant poétique dans cette oeuvre à la célébration heureuse ou à l’émerveillement1. Cette oeuvre contient des instants tragiques, comme ceux de l’absence, du deuil, de la souffrance. Mais tragiques ou heureux, ces instants ont en commun ce qu’A. Lebrun appelle « la plus vive conscience du temps ». Joseph Rouffanche est d’ailleurs un poète du temps, et l’instant poétique est consubstantiel à sa poésie, se confondant presque avec « l’inspiration » du poète.

  • 2 Nous reprenons ici le titre de l’ouvrage de G.Bachelard : L’Intuition de l’Instant, édit.Gonthier, (...)

2Les instants rouffanchois sont extrêmement divers. On va dans ces poèmes, de l’instant point, l’instant sensoriel immédiat, à ce qu’on pourrait appeler un moment poétique beaucoup plus étendu, mais ressenti comme distinct de la durée. Le degré d’expansion de l’instant ne constitue peut-être pas ce qu’il y a de plus important dans cette poésie lyrique qui se fonde sur une « intuition de l’instant »2. L’instant poétique chez ce poète nous est apparu comme un point d’équilibre, ou de tension, à partir duquel le passé, le présent et le futur, le réel et le virtuel, le médiat et l’immédiat, mais aussi le communicable et l’incommunicable, l’intérieur et l’extérieur, se rejoignent dans la saisie éphémère d’une totalité, ou plutôt d’une illumination. Ce point limite de tension ou d’équilibre, nous le suivrons à travers le regard sensoriel du poète, et à travers sa conscience aiguë du temps, qui s’animent en instants poétiques, tantôt sous l’effet de l’émerveillement ou de la nostalgie, tantôt sous l’effet de la révolte ou du conflit.

3Nous essaierons de voir aussi la place qu’occupe l’instant dans l’acte de création, d’analyser les enjeux esthétiques d’une poésie qui accorde à l’instant une place centrale à un point tel que, dans certains poèmes, l’instant lui-même peut avoir valeur d’acte créateur, et que, sans lui, le poème s’écroulerait ou perdrait son intensité.

4Les différents instants que nous avons rencontrés ont ceci de commun qu’ils ne sont pas mesurables sur l’axe du temps. Tous, simples ou complexes, qu’ils renvoient à un moment donné uniquement ou qu’ils représentent quelque chose qui peut être réitéré à l’infini, ne valent que par leur qualité et leur intensité. Une évaluation quantifiable ou mathématique de ces instants est dès lors impossible. Lorsque le poète se confie à l’instant, il s’ouvre au cycle de la vie dans quelques situations limites qui échappent à la durée quotidienne, même si ces instants poétiques prennent leur source dans notre monde quotidien.

5L’instant poétique, le plus simple, le plus physique, le plus sensoriel, nous introduit dans un absolu de la sensation, nous met au coeur de ce qu’on pourrait appeler une « sensation spiritualisée » :

  • 3 La Vie Sans Couronne, éd. Rougerie, 1965.

Le spirituel est grand comme une ombre de feuille
Sommeil de reine-claude dans le feuillage épais3

6Ces deux vers montrent bien comment la dimension spirituelle de la poésie transforme une sensation première, une impression d’être au monde en instant poétique. L’instant n’est plus mesurable par rapport à la durée, il devient conscience suraiguë d’un temps à l’état pur, miraculeusement sauvegardé et immobilisé par l’image. C’est comme si la conscience du poète était parvenue à l’extrême pointe ou au point limite à partir duquel elle ne connaît plus que sa propre acuité.

7Cette qualité, nous la retrouvons aussi bien dans les instants complexes que dans les instants simples. On pourrait appeler simple un instant homogène dont l’origine est une. Tout le poème « L’épouse » ne fait qu’un seul instant :

L’épouse attend l’échange
l’installée, la tranquille,
l’assise sous le ciel,
l’appelée, souriante.

La voilà qui remonte,
à la rampe se penche
devant le bétail rouge
élevé sur la neige.

  • 4 Seul Pays, ORACL édition, Poitiers, 1983, p. 138.

O fausse indifférente,
la journée retournée
et le givre m’éclairent
avant notre hyménée
tes dons crépusculaires.4

8Cet instant qui ne représente pas un instant ponctuel, car la vision de l’épouse s’élargit en trois tableaux, représente cependant un instant ou un moment unique.

9D’autres instants simples sont ressentis dans une forme de brièveté. La notion de brièveté renvoyant moins ici à une mesure du temps qu’à l’acuité d’une sensation :

bourrasques

Lumière francassée
les bourrasques se lèvent

  • 5 Inédit.

Papillons
y
Titubent.5

10L’instant poétique happe ici un moment violent du monde, saisit l’image fragile et éphémère d’un vol de papillons qui s’abîme dans cette bourrasque cosmique. C’est presque un instant point. Elargi ou bref, l’intant n’est pas mesurable. Celui que nous découvrons dans un autre poème « Le fol amour » n’est ni bref ni élargi. Il est mouvement, jaillissement :

Le ciel est haut
la buse plane
l’acacia embaume
tu ris

  • 6 L’Avant-Dernier Devenir, éd. Rougerie, 1988, p. 39.

Nous avançons
parmi les flammes
de l’été
dans notre folie.6

11La mesure de cet instant n’est pas la durée, mais le rythme. L’émotion jaillit du rythme qui traduit autant que les images l’ivresse du poète.

12Mais beaucoup plus nombreux sont les instants pluriels qui se succèdent comme dans ce poème « Hauts Murs » que nous ne citerons pas en entier :

La fermeture était sans faille
De hauts murs forçaient les oiseaux
à fonder firmament par-delà les enclos.
L’astrologue dormait dans les poires confites ;
un ceinturon bouclait dans le lavoir les canes
le Temps lentement déplaçant l’âcre désert de sa joue plane.

  • 7 idem, p. 14.

Malgré tout le monde était beau
dans ces limites au cordeau :
renard de jeune femme embaumant le jour froid
retraites dans le ciel couleur de Moskowwa […]7

13Il n’y a plus un instant poétique, mais une synthèse d’instants évoqués à travers les saisons, et tous affranchis de la durée.

14Un autre aspect de la diversité des instants rouffanchois a retenu notre attention. Certains d’entre eux sont des instants immédiats, d’autres des instants médiats. L’instant immédiat est le plus sensoriel. La conscience poétique n’est plus alors que sensation. C’est l’instant contenu dans les poèmes déjà cités : « Le fol amour », « bourrasques ». Il s’agit ou bien d’un instant cru, violent, ou bien d’un instant de présence pure comme dans « alezan » :

Jonquilles à leurs transes

Haut sur pente de pré
alezan fier dressé
dans ses socquettes blanches.

  • 8 Inédit.

Tandis que le ruisseau
à son insu pressent
l’averse son amante.8

15Les instants médiats nous semblent peut-être plus nombreux chez ce poète du souvenir. Nous les trouvons dans tous les poèmes qui naissent en partie de la mémoire, qui nous offrent des instants mi-vécus, mi-inventés. C’est le cas de celui-ci :

Ils m’ont dit les mufles des bêtes
Frottés contre mes doigts transis :
La lune aux seins mauves s’effeuille…

  • 9 Le Marteau Lourd, éd. Seghers, 1954, p. 11.

Bandeau blanc, à tâtons, du silence,
Amoureusement noué sur le front,
Sur les yeux du ciel,
Tombent les neiges de Noël. […]9

16Ces poèmes contiennent autant d’images, autant d’instants miraculeusement sauvegardés ; on peut parler d’instants médiats dans la mesure où la nostalgie d’un temps aboli donne à ces tableaux une profondeur que nous n’avons pas dans les poèmes de la présence pure.

17Mais on trouve bien sûr dans la poésie de Joseph Rouffance des instants qu’on ne peut distinguer aussi facilement, mixtes, à la fois médiats et immédiats, et pluriels, liés au souvenir, et en même temps sensoriels, physiques. Nombreux aussi sont les poèmes qui mêlent la durée et l’instant présent, le Temps mythique et la chute dans l’instant présent, comme dans ce beau texte, « cycliste du crépuscule » :

Longeant les terres inondées
le cycliste du crépuscule
sent remonter vers lui
les eaux des préhistoires.

Dans les remous et les courants
se débat une fin des temps.
Puis il entre dans le faubourg.

Penchés sur leurs dessins à la craie
des enfants jouent sur la route
proche des sections de repos des morts.

  • 10 L’Araigne d’Or, éd. La Tour de Feu, 1959, p. 68.

Ils le font songer d’une époque sans âge
où il est tenté de se perdre
avant d’arriver où le néon s’enflamme
et les clignotants s’allument.10

18Parmi les instants médiats, les instants virtuels sont aussi nombreux que les instants vécus. Ce sont parfois les moins physiques ou les plus métaphysiques comme dans ce texte récent qui a pour titre « l’ineffable » :

Consomption par le jour
Garde d’anges
Leurs ailes.

  • 11 Inédit.

Puis
les dons ineffables
arômes où s’anéantir.11

19Avant d’aborder l’écriture de l’instant chez Joseph Rouffanche, nous voudrions évoquer rapidement ce qui constitue la substance, la coloration de ces instants. Nous n’entrerons pas dans une analyse détaillée de tous les thèmes qui traversent cette poésie. Il s’agit plutôt d’entrevoir cette zone profonde dans laquelle le poète puise ces grands thèmes : les saisons, l’enfance, la solitude, l’amour, la mort, etc. A ce niveau-là, trois grandes perspectives nous semblent importantes : la nostalgie, l’attente -ou l’appel-, la révolte.

20La nostalgie fait le charme des poèmes consacrés au monde de l’enfance. Citons quelques vers de « l’ancienne » :

  • 12 Deuil et Luxe du Coeur, éd. Rougerie, 1956.

La neige est l’ancienne
La neige est d’autrefois.
Elle a déjà couvert
Le pré de la misère,
Et les châtaignes noires
Et les corvées du roi.
Il a déjà neigé
Sur les coupes de bois,
Sur les bords de ton verre
Profond entre tes doigts. […]12

21La nostalgie n’est jamais très éloignée de l’attente et de l’appel. L’instant poétique, nourri par la nostalgie, ressuscite ces moments de vie quotidienne, où l’ordinaire se trouve transfiguré par l’appel-ou l’attente-de la beauté. On ressent la même impression en lisant « géante journée » :

  • 13 La Vie Sans couronne, op. cit.

« Monte l’escalier des cités
la chatte pleine
au soir de géante journée
les degrés de la ville entière.
Une gentillesse d’enfant
la suit dans son cheminement.
Tous deux tournent le dos au soleil.
Quelque chose en eux est pareil
sous la douche en fleur du couchant.13

22Le regard du poète retrouve ici le regard de l’enfance. Cette saisie fraîche du monde juxtapose tout ce qui est petit — la chatte, l’enfant — à ce qui est immense aux yeux de l’enfant : l’immensité de la ville et d’une journée d’été.

23Il est souvent difficile de distinguer la part de l’attente et de l’appel dans ces poèmes placés sous le signe de la nostalgie, et ceux-ci n’ont pas toujours une connotation heureuse comme dans les deux exemples précédents. La poésie de J. Rouffanche qui peut passer pour une poésie de l’incarnation et de la présence, est également une poésie qui en disant l’attente ou le désir d’autre chose, exprime le manque. C’est le sens peut-être de ces instants poétiques qui composent le texte « sous le couvert » :

  • 14 Le Marteau Lourd, op. cit., p. 35.

Sous le couvert des murs penchés
Les enfants viennent écouter
Le ruissellement des merveilles.
Dans les paniers du jour fané,
Sous les vitraux des cieux ouverts,
Aux devantures immergées,
Les enfants font choix de jouets.
Les rues s’ordonnent pour l’hiver,
Les maisons attendent masquées
De fréquenter le bel été.
Les trottoirs souffrent d’insomnie :
Ils vont laisser brûler la lune,
Givrer la dérive et la brume.14

24La première strophe ne doit pas masquer le résultat de l’attente. Ce qui était attendu n’a pas été donné ; le rêve ne coïncide pas avec le réel, le désir d’autre chose débouche sur le manque comme dans « il eût fallu » :

  • 15 idem p. 37.

La porte au marteau lourd m’interdisait l’entrée
Du parloir de l’enfance où se trouvait la clé,
Où reposait le coeur des moments qui enchantent.
J’avais perdu le chiffre et le nom du coffret.
Dès lors j’appartenais au chagrin de décembre.
Il eût fallu l’orange et le gui de Noël,
La voiture d’infirme et sa plaie sur le ciel,
La main de l’enfant roux, la tenture chantante,
Les bras forts du soleil, la couronne d’amante,
La plage où s’est baignée la neige aux pattes blanches
[…].15

25Tout le poème est construit sur ce qui aurait pu combler, donner une intensité d’existence préférable à la monotonie et au manque, tout le poème dit la distance entre ce qui était et ce qu’on désirait. L’image surréelle, sensuelle et riche par ses sonorités, du « vin de géranium » dans le vers « Il eût fallu l’auberge au vin de géranium », souligne magnifiquement ce manque.

26Il y a enfin des instants d’appel plus tragiques. Ils peuvent évoquer une quête qui n’aboutit pas ou qui n’est jamais finie, comme la quête d’un secret immense de l’univers que le poète n’a jamais découvert et qui l’enferme dans un « jardin clos » :

  • 16 Deuil et Luxe du Coeur, op cit.

Jardin clos de mes nuits
Où je vais sans rien dire
- Chair mate sans écho
Sans gemme sans sourire-
Jardin clos de mes nuits
Qui n’as pas de parure,
Absence de la fleur,
Vacance de verdure,
D’où vient que tu m’attires,
O patrie sans soleil,
Grand jeu désespérant,
Impasse sans sommeil,
Jardin clos de mes nuits,
Sans gemme, sans sourire.16

27L’attente ou l’appel donnent ainsi naissance à des instants heureux ou des instants déçus marqués par le manque ou l’échec ; mais heureux ou non, ces instants semblent gouvernés par la puissance de la nostalgie.

28Le deuxième grand axe qui colore cette poésie, et ordonne son univers thématique, relève de la révolte. Loin de s’émerveiller toujours face au monde ou face à ses souvenirs, le poète parfois se révolte, et d’abord contre la mort. Son texte ne se fait pas discours éloquent pour dire la révolte. Celle-ci s’exprime à travers des images et un rythme violent comme ici :

29san carlos de la rapita

  • 17 L’Avant-Dernier Devenir, op cit., p. 42.

Pleins de rires les enfants tuent les grillons d’août
revenus chanter dans la ville. […]
Un paradis d’olivettes de citronniers
éclôt plus haut fleur sarrasine.
Les enfants tuent poussent leurs rires.
Les camions déferlant sous les voûtes d’horloges
torturent sans répit la ville.
La tristesse voudrait ne plus quitter la terre.
Le soleil au zénith vient calciner le coeur.17

30Tout le poème devient violence. Seul échappe au monde de la violence ce « paradis d’olivettes de citronniers », ilôt placé au coeur du poème, pour mieux faire ressortir l’absurdité du monde. Prenons un deuxième exemple « accident » :

  • 18 Inédit.

Torpeurs de gros bétail
dans dynastie du vert
motard agonisant
près des groseilliers rouges
par le trop-plein du dire
groupe autour
hébété18

31On ne peut évidemment réduire la coloration de ces instants poétiques à ces deux tendances. De nombreux poèmes se situent dans un climat intermédiaire, entre l’ordinaire et l’absolu, entre l’acceptation et l’appel, ou l’acceptation et la révolte. Les instants qu’ils proposent sont en demi-teinte comme dans ce poème « une gare »

  • 19 Seul Pays, op. cit., p. 123.

Une bascule un employé
tu es entré dans une gare.
Sur ses écritures penché
l’employé vieillit c’est sa part.
La cour est jaunie par l’été
le silence borde la route.
Aux endroits que l’automne goûte
le paysage à peine change
les coeurs sont presque consolables.19

32ou celui qui a pour titre « Morte-Saison »

  • 20 L’Avant-Dernier Devenir, op. cit., p. 70.

Un avion dans la brume
le feu ne peut brûler.
Un enfant sur son livre
songe à la royauté.
Vieilles bogues ouvertes
oblats au fond des bruines.
Anémones des bois
dans des cils de poupée.
On change des clôtures ;
l’ouest : un train qui passe20

33« Morte-Saison » développe sur le mode mineur un sentiment d’attente qui ne peut être comblé. L’être s’entrouvre sur des potentiels, une rêverie, une quête, mais rien ne vient combler l’attente. Reste ce train qui passe comme la poésie.

34Ces exemples nous ont permis de mieux cerner la nature de l’instant poétique. Presque toujours, nous avons retrouvé l’hétérogénéité complète entre le temps des horloges et l’instant poétique. Instant ponctuel ou pluriel, instant bref ou moment, il se présente toujours comme un hors temps. C’est en lui que se manifeste ce qu’on pourrait appeler le désir d’éternité du poète. Ce moment fort du poème manifeste peut-être une relation privilégiée du poète au monde, lorsque celui-ci se confond avec l’objet contemplé, lorsque sujet et objet s’unissent dans la même présence.

35La mise en œuvre poétique de l’instant est une construction esthétique. L’instant le plus émouvant n’est jamais l’expression à l’état brut de l’émotion ressentie par le poète. L’expression poétique de l’instant est plus que la vie. Nous rencontrons dans l’oeuvre de Rouffanche des manières très diverses de mettre en oeuvre l’instant. Il y a des constructions presque classiques, très ordonnées, d’autres beaucoup plus modernes, face auxquelles le lecteur peut avoir l’impression que l’instant poétique jailli du poème est le fruit du hasard. Il n’y a pourtant pas d’instant poétique sans une structure qui l’accueille et lui donne ce pouvoir épiphanique.

36Prenons d’abord pour exemple deux courts poèmes qui s’apparentent au haïku japonais :

Fleurs du sureau
Au loin
emplettes de l’été21

  • 21 L’Avant-Dernier Devenir. op. cit., p. 52-53.

Pacage dans les joncs.
Le vieux poney.
Il neige.21

37On voit le poète utiliser ici deux procédés de construction bien différents. L’illumination de l’instant à l’état pur qu’il veut susciter, est produite dans le premier poème par l’éloignement maximum de deux données : « fleurs du sureau » et « emplettes de l’été », alors qu’elle est au contraire mise en oeuvre par le resserrement et la concentration des trois données dans le second poème, où l’on voit l’instant vécu ou virtuel se transformer en un espace d’instant d’une grande unité.

38Restons dans les formes brèves qui caractérisent surtout la poésie de ces dernières années avec le poème « laveuse » :

  • 22 Inédit.

Ils boivent l’eau de vie
Vous leur tordez leur linge
O immenses mains rouges.22

39L’arrière-plan historique de ce texte renvoie à l’entre-deux-guerres. Le premier vers évoque en effet les soldats mutilés de la guerre de 14-18. Le poète craint que de tels vers n’aient plus aucun retentissement sur les lecteurs d’aujourd’hui. Il nous semble, qu’indépendamment du contexte, l’émotion poétique peut surgir, de cette construction par juxtaposition entre ce masculin pluriel « Ils » et ce personnage un peu mystérieux juste désigné par le titre, et culminer dans le troisième vers qui clôt le poème sur cet horizon symbolique des immenses mains rouges. Tout ce qu’il pouvait y avoir de réaliste ou de mimétique, est balayé par la construction elle-même qui ne crée pas une liaison logique, rationnelle, horizontale, mais lyrique entre ces trois éléments. Le poème devient par son écriture non seulement image, symbole, mais dynamisme pur.

40A travers l’analyse de ces premiers exemples, on découvre l’importance de la notion d’espace dans cette mise en oeuvre de l’instant poétique. La notion d’espace et celle d’horizon sont tellement importantes que certains titres représentent déjà une sorte de transposition de l’instant en espace. C’est le cas du poème « pas d’automne » :

  • 23 Inédit.

L’herbe confie ce soir
un marasme ras de la terre.
Sur un trottoir
pourtant
l’Absolu règne
le temps d’un pas d’automne
tout le quartier
faisant silence.23

41Deux strophes. Une première qui présente un instant ambigu, même pas un instant d’attente, un instant confus, « intermédiaire ». Dans la deuxième strophe, on passe du marasme à une brève et secrète révélation. L’instant d’un « pas », l’être entre dans l’absolu ; le pas déclenche un court instant l’avènement dans l’absolu.

42Les espaces d’instants sont très nombreux dans l’oeuvre de Joseph Rouffanche. Ils deviennent parfois des paysages d’instants ou des instants-paysages comme dans ce poème très limousin -cet adjectif n’est pas péjoratif- « au pays qui se délite » :

  • 24 L’Araigne D’Or, op cit., p. 34.

Le ciel limousin se délite.
Du soupir des grands arbres
Monte un chant grégorien.
Les tombes sont fleuries,
La campagne s’éteint
Et les fleurs de Toussaint
Veillent mystiquement la pierre granitique.
Insidieusement la montagne s’effrite ;
Les routes de sapins sinuent dans la campagne ;
Des lambeaux de rousseur ont escorté les femmes,
Des veuves, filles, soeurs,
Etonné la blancheur. […]24

43L’instant pluriel recompose ce paysage intérieur. Sensations sonores, visuelles, impressions morales et physiques, tout se mêle et se fond pour retrouver et éterniser cette impression ressentie par tout l’être, d’un courant profond, intime, du poète avec son pays « qui se délite » au moment de Toussaint. Dans un poème comme celui-ci, Rouffanche s’affirme comme un poète du temps. Nous y découvrons le sens du délitement, de l’effritement de la nature et des êtres, et pourtant la structure du poème vient extraire l’instant poétique de la durée. Le poète ordonne ce qui se délite. Tous ces éléments mi-vécus, mi-imaginés, fusionnent en un instant paysage avec ses riches harmoniques qui se développent entre l’évocation du ciel dans le vers 1, et celle de la nuit dans le dernier vers triste et nostalgique : « Et reluit aux quincailleries/Le regard de loup de la nuit ». Le paysage se confond avec le sentiment éprouvé. L’espace intime du paysage se creuse d’une profondeur infinie. L’horizon du poème se referme ici sur un regard qui ne peut être que nostalgique.

44Le sacre de l’instant passe, on le voit, par l’invention d’images et d’espaces, mais aussi par la nécessaire élaboration d’une structure, toujours bien éloignée de la structure « horizontale » que nous pouvons avoir en prose dans les descriptions mimétiques. Ici la structure permet aux objets ou aux images de l’instant de sortir du plan de la représentation. C’est pourquoi ils prennent une contenance « sacrée », ils reconquièrent une unité qu’ils avaient perdue.

45La construction de l’instant appelle aussi l’expression du distinct. Même dans le cas des structures qui n’opposent pas les éléments mais les fusionnent, la distinction de chaque objet se révèle nécessaire :

Le ciel est haut
la buse plane
l’acacia embaume
tu ris6

46Chaque élément du poème « Le fol amour » construit l’instant poétique ; chacun est distinct, et cependant, c’est bien le rapprochement de ces éléments détachés — image spatiale, parfum et son-qui crée la rencontre miraculeuse, qui suggère un instant d’ivresse soustrait au temps. Si nous prenons un poème plus long et plus ancien comme « Hauts murs » que nous avons déjà cité, nous pouvons presque faire les mêmes remarques. L’écriture est différente, plus ample, moins dépouillée ; mais là aussi, chaque élément qui crée l’instant pluriel, se détache, pour que le temps de l’enfance évoqué, se reconstruise en Temps mythique, devenu espace de la rêverie et de la nostalgie :

le Temps lentement déplaçant
l’âcre désert de sa joue plane7

47Ainsi se termine la première strophe de « Hauts murs ». Quant à la dernière, elle rassemble tous les éléments disparates ou détachés de ce poème, en revenant à l’image spatiale du début, mais en transformant cette première image, grâce à la sensation d’Eternité qui vient combler le vide initial :

Dans la courette aux nids de minuscules fleurs
L’Eternel fut mis en peinture :
pénombres promettant des boudoirs de douceur,
nuances adorées contemplées dans l’eau pure.7

48Parfois la construction de l’instant poétique se fait sur le mode de l’élargissement. Le texte « Tablier Bleu » s’organise autour d’un souvenir, composé d’une parole qui a été prononcée par le père du poète, et d’une impression qui entoure cette parole :

  • 25 L’Avant-Dernier Devenir, op. cit., p. 63.

Peux-tu fendre le bois ?
dit le père à son fils
parmi l’irisation
sous les feuilles qui tremblent ?25

49A partir de cette transcription simple d’une réalité vécue, nous voyons le poète élargir cet instant premier en un instant poétique, porteur d’une dimension métaphysique, qui immobilise pour l’éternité l’instant premier en paysage situé hors du temps :

L’occident de verdure
aimantant le ruisseau
son vieux tablier bleu
hors de l’ombre des trembles
assagit le soleil
retient toute la terre.

50La construction de l’instant poétique dans ce poème à la structure simple, souligne une fois de plus la dimension spirituelle de la poésie. Le poète ne reproduit pas le monde, il le produit. Même dans les poèmes nourris par la mémoire, son texte n’est jamais un banal duplicata de ce qui a été ressenti ou vécu. Dans d’autres textes, le poète choisit un procédé contraire, celui d’une négation et d’une fermeture qui aboutit à un paysage intérieur austère, presque autiste, comme dans « Jardin clos » que nous avons déjà cité.

51Il arrive aussi que cet espace d’instant se transforme en « paysage musical » comme dans le poème « coucou » :

  • 26 Elégies Limousines, éd. Milias-Martin, 1958, p. 21.

Coucou souvenir sur la brise
après taillis d’oubli
sans fleur et sans image
dans lointaine ou proche forêt
vers d’indéterminées collines !
Comme l’air est soyeux aux champs !
Et l’adulte
comme il s’empresse de saluer la verdure
la forte nourriture contre la mort !26

52Ce dernier exemple rappelle l’importance de l’élément rythmique dans la mise en oeuvre de l’instant poétique. Celui-ci relève d’une double construction, spatiale et rythmique. Cette force spirituelle que constitue la nostalgie recourt à la musique autant qu’à l’image — image niée d’ailleurs par la préposition « sans »- pour construire cet instant sauvegardé ou créé de toutes pièces. Sauvé ou recrée, l’instant a besoin d’être transposé, à la fois en image et en rythme, pour trouver sa suffisance. Ce que nous avons appelé plus haut le dynamisme pur du poème relève de ce double enjeu esthétique. C’est sans doute ce que Bachelard dans La dialectique de la durée, en reprenant ce terme à un critique étranger, Pinheiro dos Santos, appelait la rythmanalyse. Le temps vertical, « vibré » de la poésie qui éclate dans l’instant poétique, ne peut s’édifier sans le rythme. C’est le temps lyrique par excellence. Regardons pour finir trois poèmes que nous n’avons pas encore cités. Le premier a pour titre « Soir » :

  • 27 La Vie Sans Couronne, op. cit.

Les scieurs de long empochent l’ombre
dans leur carnier de velours.
L’éternel est passé
emmenant la chaleur.
On écoute au loin des chasseurs.
La clarté meurt dans les bois.27

53Cet instant paysage, rêvé, intérieur, est tout en demi-teintes. La construction du poème et son rythme mélancolique en trois temps séparés par deux silences ne font qu’un. La coïncidence est parfaite entre l’élément musical et le sentiment de ce paysage état d’âme qui dit ce qui survient après l’attente et après le moment de félicité. Le poète dit ici la disparition de « L’éternel », sans révolte. Un fond de suavité et de douceur bien rendu par le rythme et les sonorités, sublime la tristesse ressentie. Restent le goût très fin d’éphémère, ou la saveur d’éphémère, pour reprendre deux expressions de J. Follain. Un avant-dernier exemple montrera lui aussi que la structure et le rythme sont inséparables : « bleu septembre » :

O douceur des prés de septembre !
Servantes ont rentré
les outils bleus des dieux.

  • 28 Inédit.

Papillons sur asters :
vitrine en émaux d’astres ;
parmi
la paon-de-jour.28

54On notera d’abord le dépouillement syntaxique-qui peut s’accompagner de l’absence d’articles-de plus en plus fréquent dans les derniers poèmes de J. Rouffanche et qui crée comme des silences autour des vers. C’est encore l’expression du distinct qui est recherchée. La disposition typographique suggère au lecteur un rythme qui accompagne et porte même cette rêverie mi-sensorielle, mi-culturelle, mi-métaphysique. Il fallait un rythme aussi léger pour suggérer une impression aussi fine, précieuse, évanescente. Nous pouvons faire la même remarque sur cette alliance de la construction et du rythme dans le texte « couleur d’aile » :

  • 29 Deuil et Luxe du Cœur, op. cit.

Couleur d’aile couleur d’août
de milan mort de soleil roux.
Couleur d’elle couleur d’où ?
La blessure d’âme s’égale
au destin de la noix de galle.29

55Deux mouvements séparés par une interrogation fluide, légère, dans ce poème qui se veut d’abord un jeu sur les mots, les sonorités. Le poème se fait ici musique plus que paysage, musique d’âme. L’instant poétique rêvé refuse la dramatisation, et pourtant le poète se heurte une fois encore à une absence. L’attente n’est pas comblée, le poète choisit de chanter sa « blessure d’âme », la nostalgie a été convertie en art.

  • 30 Collot (Michel), L’horizon fabuleux, t. II, José Corti, 1988, p. 8.

56Au terme de ce vagabondage dans la poésie de Joseph Rouffanche, nous espérons avoir mieux défini le rôle que joue l’instant poétique dans son oeuvre. Nous avons tenté d’en cerner la nature et de montrer sa fonction dans le poème. La poésie de Joseph Rouffanche correspond à l’un des deux grands versants de la poésie du XXe : celui que Michel Collot appelle « herméneutique » par opposition au versant « hermétique » qui « met entre parenthèses le sujet et l’objet de l’écriture »30. Chez Joseph Rouffanche, le langage reste le moyen privilégié d’une interprétation de soi et du monde. L’instant poétique que nous avons recherché dans sa diversité est toujours porteur et producteur d’une vision du monde. L’enjeu esthétique que nous avons essayé d’analyser à travers cette poétique de l’instant est inséparable d’une dimension spirituelle. Joseph Rouffanche questionne le mystère du monde, et s’il cherche une transcendance, ce n’est pas « au-delà des limites de la réalité », mais au coeur même du réel, à travers ces instants où les choses les plus quotidiennes, les plus insignifiantes en apparence, s’emplissent de la présence de l’infini. Cette quête jalonnée d’instants, est inévitablement discontinue, faite d’échecs et de moments plus heureux, car l’Etre du monde que poursuit le poète est fugitif, inaccessible, se dérobe sans cesse. La parole du poète ne coïncide que rarement avec sa saisie. D’où l’impression de nostalgie perpétuelle de cette poésie qui dit l’absence ou le manque autant que l’appel ou le désir. Mais cette nostalgie qui recule toujours ce que M. Collot appelle « l’horizon fabuleux », fonde le lyrisme de ce poète moderne. La nostalgie dans cette poésie n’est pas faiblesse mais force spirituelle et sait se convertir en magie esthétique.

Notes

1 Voir à ce sujet le beau travail de Régine Foloppe : L’émerveillement dans l’oeuvre poétique de Joseph Rouffanche, Analogie no°24/25/26, Limoges, 1991.

2 Nous reprenons ici le titre de l’ouvrage de G.Bachelard : L’Intuition de l’Instant, édit.Gonthier, bibliothèque Médiations, 1966.

3 La Vie Sans Couronne, éd. Rougerie, 1965.

4 Seul Pays, ORACL édition, Poitiers, 1983, p. 138.

5 Inédit.

6 L’Avant-Dernier Devenir, éd. Rougerie, 1988, p. 39.

7 idem, p. 14.

8 Inédit.

9 Le Marteau Lourd, éd. Seghers, 1954, p. 11.

10 L’Araigne d’Or, éd. La Tour de Feu, 1959, p. 68.

11 Inédit.

12 Deuil et Luxe du Coeur, éd. Rougerie, 1956.

13 La Vie Sans couronne, op. cit.

14 Le Marteau Lourd, op. cit., p. 35.

15 idem p. 37.

16 Deuil et Luxe du Coeur, op cit.

17 L’Avant-Dernier Devenir, op cit., p. 42.

18 Inédit.

19 Seul Pays, op. cit., p. 123.

20 L’Avant-Dernier Devenir, op. cit., p. 70.

21 L’Avant-Dernier Devenir. op. cit., p. 52-53.

22 Inédit.

23 Inédit.

24 L’Araigne D’Or, op cit., p. 34.

25 L’Avant-Dernier Devenir, op. cit., p. 63.

26 Elégies Limousines, éd. Milias-Martin, 1958, p. 21.

27 La Vie Sans Couronne, op. cit.

28 Inédit.

29 Deuil et Luxe du Cœur, op. cit.

30 Collot (Michel), L’horizon fabuleux, t. II, José Corti, 1988, p. 8.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search