Version classiqueVersion mobile

Poétiques de l'instant

 | 
Yves Vadé

Présentation

Yves Vadé

Texte intégral

1Les deux volumes, qui paraissent simultanément, de Modernités 10, « Poétiques de l’instant », et Modernités 11, « L’instant romanesque » (ce dernier publié par les soins de Dominique Rabaté), sont le résultat d’un travail collectif, séminaire et colloque, animé durant l’année 1996-1997 par l’équipe de recherches « Problématique et analyse des modernités littéraires » à l’Université Michel de Montaigne.

2Toute recherche portant sur la Modernité en général et sur les modernités particulières qui en résultent est nécessairement conduite à s’affronter aux problèmes de la temporalité. Temporalité historique d’abord, puisqu’en dépit de tout et malgré l’impossibilité de fixer des dates absolues de départ et (peut-être) de fin de la Modernité, ce terme n’en désigne pas moins, en particulier dans l’usage actuel des sciences sociales, une période de l’histoire des cultures et du savoir. Temporalité vécue, dans la mesure où la dynamique moderne entraîne d’incessants changements dans les modes de vie, les perceptions, les représentations. Pour Baudelaire, comme on sait, c’est l’inscription de ce transitoire dans l’œuvre, plastique ou littéraire, qui en fait la modernité. Temporalité des œuvres enfin, résultant de leur durée, de leur rythme, et propre à chacune d’entre elles, mais soumise aussi aux contraintes de genres : un poème en prose, un haïku, une page de journal — pour prendre trois catégories génériques représentées dans les études qui suivent — obéissent à des règles différentes et entretiennent avec l’instant des rapports qui résultent en partie de leur définition même. D’où la répartition de la matière en deux volumes, l’un entièrement consacré à l’instant dans la littérature romanesque, et celui-ci attaché principalement à l’étude d’oeuvres poétiques.

3Parmi toutes les formes de temporalité, l’instant se trouve-t-il en quelque manière privilégié à l’époque moderne ? Et le désir de le fixer par l’écriture, la recherche de techniques ou de genres propres à l’exprimer peuvent-ils être considérés comme une caractéristique des modernités qui nous occupent ? L’existence même d’un genre traditionnel comme le haïku, dont Philippe Vercaemer montre ici, sur les pas de Roland Barthes, le rapport avec la « petite secousse mentale » qu’est le satori, suffirait à prouver le contraire. Encore les écarts chronologiques entre littérature japonaise et littérature occidentale posent-ils bien des questions aux comparatistes. Mais en restant dans le cadre de notre culture, on voit la question de l’instant posée en Grèce de manière aigüe : sous la forme du kaïros, l’instant opportun, déjà largement étudié ; et sous celle de l’exaïphnès. Le travail de Jean-François Mattéi sur la signification de ce dernier terme, qui intervient chez Platon « aux tournants majeurs des dialogues », révèle le caractère fondamental de ce point où s’articulent l’Un et les Multiples, le temps et l’éternité. Poulies hommes de la Renaissance aussi, l’instant est un moment premier, à la fois commencement et recommencement, harmonie de l’antérieur et de l’avenir. Entrelaçant avec virtuosité René Char, Rimbaud et les poètes du XVIe siècle, Claude-Gilbert Dubois montre la place privilégiée que cette « fulgurance du présent » occupe dans un tableau général des figures du temps à la Renaissance.

4La fin du dix-huitième siècle ne laisse-t-elle pas pressentir cependant une nouvelle manière de percevoir l’instant et surtout de le dire ? On pourra s’en persuader en lisant l’étude de Caroline Jacot Grapa qui s’attache à la « poétique de l’instant en tant qu’elle met en jeu le sentiment du moi » : chez Rousseau, Senancour, Maine de Biran, la plénitude momentanée de l’instant, l’illimité de la sensation donnent lieu à des notations qui iront irriguer pendant tout le siècle suivant oeuvres romanesques, prose poétique et poèmes en prose.

  • 1 Pour une première ébauche, voir Yves Vadé, « Pour introduire les chronotypes », à paraître dans le (...)

5Siècle de l’histoire succédant à la rupture révolutionnaire, le XIXe siècle est en quête de schémas, de systèmes de représentations permettant de penser les vicissitudes historiques afin de leur donner sens. Les philosophies de l’histoire remplissent cette fonction d’une manière abstraite. Les mythes et les idéologies, à commencer par celle du progrès, fournissent également, à un niveau de moindre abstraction, des structures de pensée mobilisatrices, susceptibles de provoquer l’adhésion ou la croyance. Ces idéologies renvoient à leur tour à des formes du temps concret, interfaces entre le temps conçu et le temps vécu, et que j’ai proposé de nommer chronotypes. Ce n’est pas le lieu d’en faire ici la théorie1, sinon pour remarquer que l’instant ne peut être compté parmi les chronotypes, dans la mesure où sa perception, sur le mode de l’intensité, de la plénitude, ou de la fraîcheur, ou du sentiment de l’éphémère, est essentiellement le fait de consciences individuelles non synchrones. Il ne peut donc constituer une forme collective de la temporalité. L’instant devenu chronotype signifierait la sortie de l’Histoire, c’est-à-dire la fin d’un projet collectivement assumé et de la conscience d’un destin commun.

6Il n’empêche qu’au tournant du siècle et jusqu’entre les deux guerres la multiplication de textes en vers ou en prose célébrant l’instant, libre, détaché de tout, disponible, peut être interprétée comme une réaction contre le chronotype qui avait dominé le demi-siècle précédent : chronotype qu’on peut nommer cumulatif et qu’on voit à l’oeuvre aussi bien dans l’idéologie du progrès, dans le scientisme et dans l’historicisme que dans les fantasmes de la décadence. « Laisse mourir les anciens dieux », conseille en 1894 la Monelle de Marcel Schwob. « Regarde toutes choses sous l’aspect du moment. Laisse aller ton moi au gré du moment ». Et Gide trois ans plus tard laisse éclater dans les Nourritures terrestres la glorification des instants : « Nathanaël, je te parlerai des instants. As-tu compris de quelle force est leur présence ? »

  • 2 « Moments », in Mélange, Oeuvres I, Bibliothèque de la Pléiatle, 1957, p. 312.

7Les proses de Connaissance de l’Est, dont il est parlé plus loin, s’inscrivent à leur manière dans ce refus du cumulatif. Valéry, dont on connaît par ailleurs la dénonciation virulente des disciplines historiques, en fournirait, plus tardivement, d’autres exemples : « Il y a des arbres, des fleurs, un chien, des chèvres, le soleil, le paysan et moi, et la mer au loin ; et nous tous ensemble convenons que le passé n’existe plus. »2

8Bien différent est l’instant du Futurisme, gros d’un devenir perpétuel, « présent dilaté », dit Marie-Hélène Viart, qui insiste sur l’influence que le vitalisme a exercée sur Marinetti. « Vie-art-éphémère », lance celui-ci. « L’éternelle vitesse omniprésente » est censée nous faire accéder à l’absolu. L’évidente absurdité d’une telle proposition n’était pas pour faire reculer l’inventeur de cette avant-garde tonitruante. Nous retrouvons ici l’idéologie et avec celle-ci un autre chronotype : celui de la rupture, qui est aussi bien la temporalité de toute révolution. Dans le cas du Futurisme, le futur se confond avec le nouveau, et si « le foyer de l’instant devient une valeur révolutionnaire d’avant-garde », c’est dans une course éperdue à l’innovation. Mais la vraie vitesse, celle de l’instantané dans l’imaginaire comme dans l’écriture, c’est chez Henri Michaux qu’on la découvre. Au regard des textes qu’a rassemblés Patrick Feyler, le culte du machinisme paraît bien naïf. Michaux n’a que faire de bolides matériels : l’instantanéité est dans la vision.

9Les deux études couplées de Joseph Rouffanche sur Follain, de Gérard Peylet sur Joseph Rouffanche ramènent à des instants plus quotidiens, ce qui ne signifie pas moins intenses ou moins mystérieux. La parenté des deux poètes telle qu’elle ressort de leur rapport à l’instant, à l’enfance, aux saisons, cette consonance bachelardienne de l’immense et du minuscule que Rouffanche souligne chez Follain mais dont on pourrait aussi trouver des exemples dans son oeuvre, une tendance commune à transmuer le fugace en éternité menacée, autant d’échos qui nous invitent à accorder une attention particulière à la lecture du poète de Canisy par son cadet limousin. Chez ce dernier, entre autres expressions du temps immédiat ou médiatisé par le souvenir, les « instants-paysages » dont parle Gérard Peylet se rapprochent singulièrement du haïku, et par là rejoignent de manière inattendue ce que nous apprend Philippe Vercaemer sur « l’instant d’écrire » chez Barthes.

10Il va de soi que les poétiques de l’instant ne sauraient se limiter aux poèmes et qu’outre le roman, d’autres formes ou d’autres genres se montrent particulièrement aptes à la notation du moment. C’est le cas du journal, « genre du présent » par définition, au point de rencontre de l’instant et de l’écoulement temporel, comme le montre bien Michel Braud à propos du Journal de Michel Leiris. Dans ces pages dominées par l’angoisse du vide continu et de l’inanité du présent, l’instant du poème est privilégié, pour une « vertu de présence » qui participe à la fois de l’instant et de l’immuable. Ce n’est pourtant pas encore par le poème que le diariste espère échapper au passage du temps. Michel Braud montre que pour Michel Leiris (tout proche ici de Proust), seul le souvenir revécu dans le présent pourrait être paradoxalement capable de redonner à celui-ci la profondeur de l’instant et la dureté « d’une sorte de solide ».

11Le colloque sur « L’instant dans la littérature » organisé les 4 et 5 avril 1997 se terminait par une conférence de Jean-Pierre Mousseron et Philippe Méziat sur « L’instant du jazz ». Le lecteur ne pourra profiter des auditions qui accompagnaient cette présentation, à moins qu’il ne puisse recourir aux ressources de sa propre discothèque. Mais la richesse des aperçus présentés permet de parler, là encore, de poétique. Poétique de l’improvisation — dont les auteurs rappellent qu’elle n’est pas inconnue de la musique classique —, poétique du momentum, instant créateur du jazz « vif » et plus spécialement du free qui, s’opposant à la mémoire et à la permanence, transforme la durée, affirment J.-P. Moussaron et P. Méziat, en « ce temps paradoxal où le commencement continue de commencer ». Si « l’homme ne peut se maintenir dans l’instant », selon le mot de Starobinski que Michel Braud a mis en épigraphe de son étude, les grands jazzmen s’unissent aux poètes pour donner à l’instant son maximum d’intensité, d’éclat, de tension heureuse ou déchirante, d’arrachement à la banalité fût-ce au sein du quotidien, et pour vivre, le temps d’un éclair qui dure, la jouissance de la création.

Notes

1 Pour une première ébauche, voir Yves Vadé, « Pour introduire les chronotypes », à paraître dans les Actes du colloque « L’invention du xixe siècle par lui-même », publiés par la Société des Etudes romantiques et dix-neuviémistes.

2 « Moments », in Mélange, Oeuvres I, Bibliothèque de la Pléiatle, 1957, p. 312.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search