Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce que modernité veut dire (I)

 | 
Yves Vadé

2. Le point de vue des philosophes

La notion de modernité de Schiller à Nietzsche

Gilbert Merlio

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il sera question dans ce qui suit, et qui concerne le domaine allemand, de Limitation des Modernes1, c’est-à-dire de la modernité conçue – ou mieux, qui se conçoit – comme imitation, comme mimesis, ce qui d’emblée donne lieu à une première définition “crisologique” de ce que modernité veut dire. Car la recherche de modèles à imiter trahit une quête, voire une crise d’identité, la modernité présente étant ressentie comme une époque marquée par des déficiences et des imperfections auxquelles la référence à des modèles anciens doit permettre de remédier. D’où d’ailleurs un second trait de cette modernité dont nous essayons ici de cerner le sens : elle est conçue comme une époque transitoire, entre un âge d’or passé et un âge d’or futur. La modernité, c’est en somme l’innocence ou l’unité perdue, la conscience de cette perte, mais aussi l’orgueil que la recherche résultant de cette perte peut produire une culture supérieure. La théorie des trois âges s’impose pratiquement toujours dans ...

Auteur

Université de Paris IV – Sorbonne, CIRAMEC - Bordeaux III

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540