Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce que modernité veut dire (I)

 | 
Yves Vadé

1. Le vocabulaire du moderne à travers les siècles et les langues

L’invention de la modernité

Yves Vadé

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsque Baudelaire, dans Le peintre de la vie moderne (rédigé au début de 1860, publié à la fin de 18631) utilise le terme de “modernité” pour désigner ce que cherche à travers la foule et les tumultes de l’histoire un artiste comme Constantin Guys, il éprouve presque le besoin de s’en excuser : “Il cherche ce quelque chose qu’on nous permettra d’appeler la modernité ; car il ne se présente pas de meilleur mot pour exprimer l’idée en question.”2 C’est dire que ce mot fait encore figure de néologisme3. Voilà pourtant plusieurs décennies qu’il est employé. Le T.L.F. propose comme première occurrence un passage des Mémoires d’Outre-Tombe qui relate un épisode daté du 19 mai 1833, lors du premier voyage de Chateaubriand à Prague : “La vulgarité, la modernité4 de la douane et du passe-port, contrastaient avec l’orage, la porte gothique, le son du cor et le bruit du torrent”5. Les Mémoires d’Outre-Tombe ayant été achevés par Chateaubriand en 1841 et les remaniements aboutissant au “manusc...

Auteur

Université Michel de Montaigne - Bordeaux III

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540