Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce que modernité veut dire (I)

 | 
Yves Vadé

1. Le vocabulaire du moderne à travers les siècles et les langues

Le mot “moderne” et ses dérivés au xviiie siècle

Jean-Pierre Seguin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’apparition tardive du mot MODERNITÉ, et plus généralement des dérivés de MODERNE, paraît étrange à nos regards rétrospectifs : la Querelle des Anciens et des Modernes n’a-t-elle pas posé très tôt le problème de la modernité, et le Siècle des Lumières n’a-t-il pas développé de Fontenelle à Condorcet une idéologie de progrès ? H.R. Jauss explique sans doute qu’il ne s’agit pas encore de notre modernité :

“Les précurseurs des Lumières, qui prirent très vite la dénomination préexistante de “Modernes”, n’avaient nullement conscience d’être au début d’une ère nouvelle, mais bien plutôt au contraire le sentiment qu’ayant dépassé les stades de la jeunesse — l’Antiquité —et de la maturité — la Renaissance —, l’humanité était entrée dans celui de la vieillesse.”1

Mais cela ne suffit pas à éclaircir l’état sémantique de la question ; il ne s’agit là que des “précurseurs”, et Jauss lui-même appelle de ses vœux une étude détaillée du mot MODERNE au XVIIIe siècle. Je n’ai pas la prétention d’enga...

Auteur

Université de Poitiers

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540