Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ce que modernité veut dire (I)

 | 
Yves Vadé

1. Le vocabulaire du moderne à travers les siècles et les langues

Modernité du XVIe siècle français : “Nouvelleté” ou Renaissance ?

Claude-Gilbert Dubois

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le XVIe siècle français ouvre, dans l’histoire de France, une période que les historiens ont longtemps appelée “l’histoire moderne”. Si on élève un peu le regard, ne serait-ce que pour embrasser l’histoire européenne, on constate des variations de datation, mais globalement l’histoire moderne” est maintenue dans une séquence, fidèle à la terminologie des manuels du temps de Malet et Isaac : “histoire ancienne - histoire médiévale - histoire moderne - histoire contemporaine”. Dans cette acception, le moderne n’est pas le contemporain : la distinction ainsi effectuée est fidèle à l’étymologie puisque” moderne”, suivant Walther von Wartburg, a été constitué à partir de modo (récemment), qui a donné modernus (propre à l’époque récemment achevée), comme hodie a donné hodiernus (qui renvoie à l’époque d’aujourd’hui).

Pour les hommes du XVIe siècle, les “modernes” sont les gens d’hier. Une nouvelle distinction s’impose : hier est une période historique qui tourne le dos à la modernité, pris...

Auteur

Université Michel de Montaigne - Bordeaux III

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540