Version classiqueVersion mobile

Mondes perdus

 | 
Alain-Michel Boyer

Sur une Lemurie engloutie, les révélations du Grand Océan Indien

Martine Mathieu

Texte intégral

  • 1 En 1947 Jean Paulhan, qui venait de découvrir Sens Plastique, écrit pour les lecteurs du Figaro Li (...)

1Lorsqu’en 1947 Paulhan ou André Breton se prennent d’entousiasme pour le poète mauricien Malcolm de Chazal qu’ils découvrent (contribuant ainsi1 (à l’une des rares notoriétés d’écrivains des Mascareignes qui passent les limites des îles), ils saluent dans sa puissance d’inspiration et d’écriture un propos novateur qui rencontre celui du Surréalisme.

2De son côté, M. de Chazal a volontiers reconnu l’affinité qui le rapproche d’un Baudelaire déjà, et plus encore de Rimbaud ou de Lautréamont. Ce sont références explicites au fil des articles ou des œuvres. Ainsi, dans Pétrusmok, publié en 1950, profère-t-il au sujet de son île natale : Ici la pierre est lautréamontienne. Elle ne livre que nos instants violents, les appétits de notre nature, le contre-verbe charnel et sensuel de notre île.

  • 2 Parallèlement aux œuvres “appliquées”, il rédige des textes en établissant la genèse, ou théorisan (...)
  • 3 Cette accusation de mystification, il la suscite en bonne partie par des actes provocateurs - d’un (...)

3Si l’on a cependant assez vite perçu l’originalité chazalienne, c’est que son œuvre n’est pas seulement traversée d’éclairs visionnaires, elle en est constituée : la fulgurance des images et des correspondances, l’alchimie du verbe et des sensations qui rappellent naturellement d’autres tentatives poétiques se stratifient chez lui en intégral système explicatif de l’univers2 (D’une publication à l’autre s’édifie, se consolide une mythologie cohérente malgré les ruptures de ton (énigmes absconses, aphorismes-chocs, ou formules délibérément naïves...), aux fondements mystiques sinon ésotériques, qui ont fait crier au génie inspiré ou... à la mystification3 (- l’une ou l’autre disposition souvent donnée pour propension naturelle aux natifs des Tropiques.

  • 4 Sens Plastique, paru d’abord à Maurice, puis dans un second temps - 1948 - chez Gallimard à Paris, (...)

4Or s’il y a un lien profond entre la création de M. de Chazal et son lieu d’existence, il ne saurait se réduire au désuet cliché du goût indigène pour le légendaire et le surnaturel. De même qu’on ne peut restreindre à de simples formules rhétoriques des affirmations de Chazal lui-même, comme celle-ci, reprise dans Sens Plastique4 : Je suis sûr que je n’aurais pu produire mes œuvres ailleurs qu’à l’île Maurice. Le corps de ce pays et le corps de mon esprit font un. Le mythe est vital chez moi ici-même, à cause des interéchanges. C’est toute une connaissance divinatoire qu’apporte, selon lui, cette osmose idéale avec la nature familière : science et art de traduire les signes du relief de l’île, dont les montagnes lui offrent l’évidence d’avoir été sculptées par de phénoménaux prédécesseurs. Il y revient en maintes occurrences ; à satiété dans Pétrusmok, sorte de journal oraculaire d’un itinéraire spirituel à travers Maurice. Par exemple : Tout est inscrit dans les montagnes, en fait de prophétie et de vie. Et qui lirait dans les montagnes assez lucidement, connaîtrait l’avenir. Ou encore plus explicitement : Nos montagnes sont taillées. Nulles plus que le Pieter Both et le Corps-de-Garde n’en portent le signe indélébile... Ces collines et ces monts bas auraient été sculptés par la main de l’homme, taillés par un peuple de géants, habitants du Grand Croissant Lémurien.

  • 5 Ou pour m’y risquer très hâtivement, voici une ébauche de présentation : pour Chazal, la nature no (...)

5Sans m’engager dans les arcanes labyrinthiques de la cosmogonie chazalienne5 (ce que je veux surtout retenir ici, c’est la référence à cette Lémurie originelle peuplée de prodigieux ancêtres y ayant imprimé leur message.

6Car cette trame mythologique, Chazal lui donne un développement vigoureux, mais il ne la tire pas de sa seule imagination. Elle est en place dès l’œuvre d’un autre poète et romancier mauricien contemporain, qui se fait pour lui relais initiateur : Robert-Edward Hart sacralisait déjà, dans sa vision créative de Maurice, la montagne environnante en divinité détentrice de fabuleux oracles.

7En voici une illustration.

8Dans le tome 2 - au titre symbole “La Montagne Fée” - du cycle romanesque de Pierre Flandre (paru en 1934), au travers de l’histoire de Petit Pierre, projection autobiographique partielle, il évoque les premiers chocs poétiques : Dans les hautes herbes du Tranquebar, sur la Petite Montagne et les autres collines qui font à Port-Louis un diadème royal, j’entendais les Esprits des hauts lieux se chuchoter dans la brise des paroles incompréhensibles pour moi mais intenses jusqu’à l’anxiété. J’appris là-haut que le verbe des humains est de peu d’importance à l’univers, et que des tragédies eschyliennes évoluent dans la lumière des âmes vêtues d’or qui avancent vers l’azur avec une insensible reptation cosmique. J’écoutais, je regardais, je respirais, muet de surprise, m’initiant à l’apparition du mystère, et si c’est à vingt ans que je devais écrire mes premières strophes, c’est en pleine enfance que, découvrant le royaume de poésie, j’écoutai chanter le poème de la rafale sur la montagne.

9Cette lyrique sensibilité au paysage natal, cette avidité d’absolu prédisposaient R-E Hart à porter une vibrante attention à une fantastique reconstitution de l’histoire de l’île. Il la rapporte par bribes :

Quand les boutres des premiers pirates arabes vinrent s’ensabler dans nos criques, l’île, qu’ils appelèrent Dinarobine, était déserte de toute présence humaine. Mais cela ne signifie pas que l’île n’avait jamais été peuplée.
Jules Hermann, dans ses audacieuses Révélations du grand Océan, osa soutenir que certaines de nos montagnes mascareignes, notamment le Pieter-Both, le Corps-de-Garde et la montagne Saint-Denis furent partiellement ouvrées par des sculpteurs de montagnes, issus de la préhistorique race lémurienne.

10Nous voici donc renvoyés à un autre maillon de la chaîne, désigné par Hart comme ancrage essentiel : au Réunionnais Jules Hermann, le premier à formuler avec ferveur ce postulat d’une terre lémurienne aujourd’hui disloquée, engloutie sous le vaste océan Indien, et dont les îles éparses des Mascareignes constitueraient les derniers et prestigieux vestiges. Cette suggestive Lémurie originelle, à la fois perdue et encore perceptible, on comprend qu’elle ait fortement marqué l’imaginaire de poètes mauriciens qui trouvaient là une fascinante matière. Ce qui est plus étonnant, c’est la facture et la portée de l’ouvrage réunionnais qui se trouve à leur source.

11Jules Hermann, juriste né dans le sud de l’île en 1846, a indéniablement marqué la vie intellectuelle du début du XXème siècle à la Réunion (et au-delà, puisqu’on a pu juger de son rayonnement sur l’île voisine...).

  • 6 Quelques titres de Jules Hermann : La Question coloniale, 1901 ; Projet de constitution coloniale,(...)

12C’est un esprit estimé, reconnu (il est membre correspondant de la Société Astronomique de France ; premier président de l’Académie de La Réunion à sa création), et formidablement divers. Non seulement il s’engage dans la vie publique (il est maire de Saint-Pierre de nombreuses années, Président du Conseil Général...), mais encore il publie un nombre remarquable d’ouvrages politiques, économiques, historiques6.

  • 7 Est-ce pour cette raison d’un obsessionnel acharnement à surenchérir dans la démonstration que l’o (...)

13Parallèlement à ces ouvrages de “circonstances”, il est un grand œuvre auquel il se voue : rien moins qu’une histoire de la planète Terre, nouvelle Genèse induite de l’observation éclairée... du contexte local, qu’il présente comme échantillon idéal. De 1896 à 1898, il commence à publier ses spéculations, ordonnées en chapitres géologique, minéralogique, botanique, zoologique, linguistique, etc., dans La Revue des Colonies. Toutes ces analyses se combinant en système, il les regroupe par la suite, en les prolongeant en un volumineux ouvrage (deux tomes de plus de 700 pages) sous le titre Les Révélations du Grand Océan, somme d’éruditions et de réflexions acquises sur toute une existence, rédigées sur plus de 30 ans, concourant à la démonstration inlassablement étoffée7 (d’une série de conclusions-convictions immuables.

14Première grande affirmation : celle de l’existence, avant que ne se produisent, au Tertiaire, les grandes fractures de l’écorce terrestre d’une grande masse continentale qui se composait de 1°) l’Amérique du Sud moins les Andes, prodigieuses protubérances qui vinrent s’y élever à l’Ouest postérieurement ; 2°) l’Afrique ; 3°) la Lémurie marquée par Madagascar, les Mascareignes et tout un monde, affaissé depuis, qu’on voit sous les eaux ; 4°) l’Inde et l’Insulinde. Continent que certains auraient baptisé du nom indien de Gondwana, en y ajoutant la probabilité d’annexion de l’Australie, précise-t-il.

15A l’appui de sa spéculation, il apporte toutes sortes de rapprochements possibles dans le relief, le sous-sol, la faune, la flore, etc., soit observés directement, soit repris d’après de sérieux témoignages. Et Hermann de s’entourer des plus diverses cautions : Linné, Cuvier, Haeckel, Elisée Reclus, Commerson, Bory St-Vincent, Geoffroy St-Hilaire...

  • 8 Dans son accumulation de références, J. Hermann n’évite pas toujours l’incohérence ou la contradic (...)

16La thèse générale ne manque ni d’intérêt ni de puissance démonstrative, et constitue une base scientifique plutôt convaincante - peu ou prou celle que Wegener théorisait en 1912 comme une dérive des continents - ; ce qui suscite l’étonnement, c’est le caractère forcené de l’accumulation argumentative, et lorsque les preuves observables s’avèrent insuffisantes ou défaillantes, la mise à la même contribution des vieux monuments écrits conservés heureusement par la tradition religieuse, comme le Ramayana ou les Pouranas indiens (enseignant le retour cyclique de destructions et de renouvellements du monde), ou l’adjonction, au détour d’un argument objectif, d’une référence à la simple “tradition” (le plus étrange, le makis ou le make, dont on retrouve encore une vingtaine de races, fut nommé “lémur” par Linné, nom de ce continent disparu dont la tradition avait conservé le souvenir).8

17Cette volonté de démonstration devient tout à fait ahurissante lorsqu’il s’agit du deuxième volet de conclusions : L’homme et les mammifères étaient sur Terre avant la dislocation du globe qui a ouvert le Tertiaire, qui a dispersé les espèces. L’homme serait donc secondaire.

18Et non seulement les premiers hommes auraient existé, sur ce continent, tout au moins en son centre - la Lémurie -, en une préhistoire insoupçonnée jusque là, mais ils avaient, dès le Secondaire selon lui, élaboré une langue, une civilisation dont Madagascar et les Mascareignes, monts sacrés de ces terres déjà habitées miraculeusement préservés ensuite par leur isolement, conserveraient des traces uniques.

  • 9 Et non “l’île des Cygnes” ; comme on le voit quelquefois indiqué, précise-t-il. Saisissons cette o (...)

19Jules Hermann cite alors diverses autorités, E. Reclus, tel voyageur (rappelant qu’un des noms de l’île Maurice, à sa découverte, avait été “l’Ile des Signes”9 (tel inspecteur primaire à La Réunion (sic), pour rapporter leurs impressions, devant les reliefs de cette zone géographique, d’un travail de gigantesques sculpteurs.

20Et surtout, il relate ses propres illuminations devant les montagnes réunionnaises sur lesquelles, pour sait qui voir, divers motifs se révèlent : visages colossaux, ou étranges figures qu’il finit par interpréter comme emblèmes d’une sorte de zodiaque téloignant de quelque culte primitif, et attestant la ramification de la civilisation qui a passé sur le continent paléaustral avec celle des Aryens de l’Inde et des Chaldéens de l’Arabie et de l’Egypte.

  • 10 De petits exemples issus des quelques 200 pages d’étymologie : Mississipi de Misi (prononcez missi (...)

21Autre grande contribution personnelle de J. Hermann : une tentative d’étymologie universelle, en particulier pour la toponymie, et exceptionnellement fouillée dans le domaine français 10. Certes, l’auteur est polyglotte, mais en fait, tout s’explique à partir du malgache (et du créole de Bourbon, selon lui fortement empreint de malgache), qui reste au plus proche de cette langue mère. Cet homme primitif, ce dolichocéphale (...) n’avait rien du singe puisqu’il parlait. Il avait déjà ce langage agglutinant qu’on retrouve intact dans les îles Océaniennes et que des immensités de générations se sont transmises à travers les âges comme pour attester un jour, le sens mystrérieux et perdu des grands noms du continent.

  • 11 Jean-Louis Joubert, “Pour une exporation de la Lémurie. Une mythologie littéraire de l’Océan Indie (...)

22Dans un des rares commmentaires consacrés à cette œuvre, aujourd’hui généralement oubliée dans les fonds des Archives de La Réunion, Jean-Louis Joubert11 (met en parallèle l’inspiration des textes mauriciens, du travail de Jules Hermann, avec ceux qui sous-tendent Les Harmonies de la Nature, entre autres ouvrages, de Bernardin de St Pierre : L’idée qui commande toute la philosophie de Bernardin est que la nature a été organisée par un plan divin pour constituter un harmonie universelle. (...) Les Mascareignes ? Elles sont présentes, presque à chaque page des traités de Bernardin, exemples de prédilection parce que les plus probants. Et il suggère : C’est toute l’œuvre de Bernardin de St Pierre qu’il faut lire, si l’on veut retrouver la genèse de l’image mythique de Maurice et des Mascareignes.

23Le rapprochement est stimulant : il est vrai que toutes ces théories poétiques et philosophiques, celle de Hart, de Chazal, comme celle de Hermann, font écho à la foi optimiste du XVIIIème siècle en une Providence ayant merveilleusement réglé l’équilibre du monde. Quoique non revendiquée - aucun de ces écrivains ne s’en réclame - une filiation à cet illustre ancêtre peut s’établir. A des notables divergences près cependant.

24Ce qui avait exalté Bernardin dans son voyage à l’Ile de France, c’est le sentiment de débarquer sur une terre habitée depuis tout juste un siècle, si proche en somme d’un état de nature qu’elle se prêtait idéalement à la représentation d’un éden primitif. Or ce point de vue, qui est, ou adopte, celui que (Européen porte sur les Tropiques, ce sont de tout autres œuvres des Mascareignes qui le prolongeraient le mieux. Un texte comme Les Iles Sœurs “ou le Paradis Retrouvé de Marius Leblond, paru en 1946 à Paris aux éditions Alsatia, fait, lui, une reprise complaisante de cette imagerie des îles providentiellement préservées en une harmonie d’origine. Et cette imagerie se combine encore avec quelques ultimes résurgences du mythe lémurien, certes discrètes ou sous-jacentes, mais tout à fait discernables : Non seulement au sein, mais presque au centre, au cœur de l’Ecéan Indien, près de Madagascar, mais dans la dépendance magique de l’Asie plus que de la proche Afrique, sur la route des Indes et même de la Chine, s’érigent deux îles de Beauté prodigieuse. Situées par une sorte de prédestination géographique à un carrefour de grandes Voies Maritimes et de forts courants (...)

  • 12 Cf. M-A Leblond, Après l’exotisme de Loti, le roman colonial, éd. Rasmussen, Paris, 1926, manifest (...)

25Si l’on se rappelle que le romancier Marius Leblond (signant d’ordinaire ses œuvres en commun avec Ary Leblond) est l’idéologue, le chef de file de l’Ecole Coloniale12 (on ne s’étonnera guère que le mythe fonctionne pour lui sans équivoque comme un mythe “blanc”. L’héritage mascarin ne pouvait revenir qu’à des légataires d’élection, capables de le mettre en valeur : (...) pour de telles Terres des Grands Océans Orientaux, surtout pour les Mascareignes, la découverte prend un sens particulier et n’existe vraiment que par rapport à la civilisation de la Race Blanche, lit-on dès l’introduction.

26S’il donne lieu à cette extension, c’est qu’elle est en germe dès la gestation : jamais cependant avant sa récupération par les romanciers coloniaux, le mythe ne déploie un sens aussi exclusif. Et Jean-Louis Joubert tire abusivement les premiers textes dans cette unique direction quand ce qui les caractérise est une curieuse ambiguïté. (...) tous ces textes ont été produits dans des situations de colonisation (...). Leur délire ne saurait donc abuser ; il est moins innocent qu’il ne paraît. Si délire il y a, ce pourrait bien être celui du discours colonial (...) Le mythe lémurien s’avoue ici justification de l’entreprise de colonisation. C’est parce que les Français sont proches cousins des Malgaches qu’ils ont, mieux que d’autres, vocation à apporter les bienfaits de leur civilisation moderne à ces parents oubliés par l’Histoire, écrit-il.

27Or il fonde sa conclusion sur deux pages assez uniques du traité de J. Hermann, celles qui, très conventionnellement, bouclent le premier tome sur un “Hommage à l’Académie Française”. Mais ce salut rhétorique au “génie français”, d’une part ne se fait pas sans une certaine provocation dans la révérence, d’autre part se juxtapose en appendice à un ensemble qui peut laisser entendre un tout autre discours.

28Les références à l’Europe sont en effet fréquentes, mais pour saisir le moindre prétexte susceptible d’atténuer son prestige. Toute occasion est bonne.

29S’agit-il de conjecturer sur la richesse des terres lémuriennes en ces époques préhistoriques où il s’aventure ? C’est pour aussitôt souligner le contraste : Pour l’Europe à la même époque, la phytogéographie ne peut toujours nous indiquer qu’une végétation terrestre herbacée et presque nulle !

30Ce que lui confirme l’étymologie : Europe, de Iropy = dénuement, misère, pauvreté s’opposant à l’élucidation du nom de la capitale de La Réunion, I sinth eny signifie : partout convenable, d’où St Denis reflète bien l’impression des premiers occupants...

31Loin d’être une puérile lubie, cette obsession linguistique lui sert a conclure : J’en appelle, au moment de terminer, à toutes les étymologies que j’ai données, toutes ayant pris leur sens avant la montée de Rome : souvent elles nous révèlent des notions mondiales que Rome n’avait pas.

32Elle lui permet ainsi de contester le principe éducatif colonial prônant la culture occidentale comme exclusive référence. Ce n’est pas un jardin de racines grecques” qu’il nous faudrait mettre aux mains de nos écoliers, mais bien celui des racines madécasses ou océaniennes, racines lumineuses pour les peuples de l’Europe entière et même pour les Grecs et les Latins d’abord.

33Voilà donc qu’il procède à un bouleversement des prééminences, qu’il poursuit jusque dans cette apostrophe aux Messieurs de l’Académie : (...) je prends sans exception les exemples que cite votre préface et je consulte le gaulois si bien révélé par le dictionnaire malgache : “Rival” ne vient pas du latin “rivalis” ou ripa, mais bien du gaulois “riva’al”, prononciation, ainsi que je l’explique plus loin, de “Hariva ala”, dont la traduction est ce que le “rival” est : “qui enlève ou sort le soir”. C’est bien là ce que votre préface demande pour l’étymologie, avoir par la racine la cause occasionnelle du mot créé.

34Le hasard s’avérant précieux révélateur, le premier exemple, par son obstination même, manifeste ce qui semble être la motivation profonde de l’œuvre de Jules Hermann : renverser l’avantage dans la sourde rivalité que les Français des colonies, se sentant toujours traités en parents pauvres, entretiennent vis-à-vis de la Métropole.

35Sous cet éclairage, revoyons quelques éléments-clés de l’élaboration fantasmatique de J. Herman. L’Ancêtre par excellence, le Lémurien fondateur de cette civilisation préaryenne est cet homme noir, ce dolichocéphale fossile déjà entrevu, et qui n’avait rien du singe puisqu’il parlait (...). Le motif est insistant : le premier homme est noir. Si le Grand Océan allait de nouveau parler et nous dire : ma race, ma race malaise a passé en Europe, elle n’a pris pour y arriver ni la voie du Cap ni celle de Suez ; elle a pris le Pacifique, l’Amérique et s’est implantée dans les Pays de Galles et dans les Gaules. Elle a contribué à former les races et les langues qui s’y trouvent ! Rendez-vous à l’évidence. Et si en se dispersant, la lignée se diversifie, ce n’est pas pour produire une évolution de l’espèce qui mènerait à un homme blanc supérieur.

36Quel est, plus précisément, le type humain dont Jules Hermann scrute le faciès dans les figurations des montagnes, par exemple dans ce visage féminin qu’il rapproche d’un signe zodiacal ? Cette figure de jeune-fille, choisie par le préhistorique pour représenter sa vierge est exactement le type généralisé actuellement par la jeunesse créole des îles Mascareignes (...) issue d’une composition de races blanche et océaniennes. (...) le type de la vierge bourbonnaise est donc une puissante révélation du mélange des races humaines, déjà produit dans ces temps étonnamment reculés.

  • 13 pour reprendre une formule de Ph. Lejeune parlant de quête d’identité individuelle dans un topos d (...)

37Une fois de plus, l’outrance naïve d’élucubrations annihilant tout bon sens ou esprit critique se motive fortement, on le comprend, du désir de valoriser une originalité s’émancipant du giron métropolitain. Ce processus identitaire conduit à nier une dépendance historique, pour échapper à l’idée qu’on a été faite par autre chose que soi13.

38Bien que Blancs eux-mêmes, et issus de vieilles familles de colons blancs, Hermann, comme Hart et Chazal après lui, ne se ressentent pas Européens, mais Créoles avant tout. Hermann jusqu’au délire. Hart moins ostensiblement mais tout aussi profondément et symboliquement. Deux fois en 1922 et en 1930, mes amis de Paris s’ingénièrent à m’y retenir... mais je ne pus jamais me résoudre à vivre et peut-être à mourir loin de mon soleil et de mes affections mauriciennes, confiait R. Hart qui avait renoncé à toute vie littéraire de prestige par sa retraite marine de la plage mauricienne de Souillac.

39Quant à Chazal, indéfectiblement ancré dans une île qu’il ne quitte que le temps nécessaire à une formation d’ingénieur sucrier en Louisiane, le bruit que soulèvent autour de son nom les Surréalistes ne lui inspire pas l’envie effrénée d’exploiter un succès durable en France. La désaffectation du public français s’explique autant par l’entêtement de Chazal à se faire publier localement (c’est-à-dire modestement sinon souterrainement), à Maurice ou à Madagascar, que par l’incompréhension que provoque la systématique obsessionnelle de l’inspiration des quelques ouvrages édités chez Gallimard.

40Et si cette défiance implicite vis-à-vis d’un Occident trop conquérant n’est pas la seule explication à leur attitude, elle a été suffisamment perceptible néanmoins pour susciter des interprétations de leurs œuvres comme celle de Senghor (il est vrai qu’il parle dans un premier temps surtout de l’œuvre picturale de Chazal) rendant hommage à une création africaine des plus authenticities.

  • 14 En 1973, L. Senghor a fait organiser une exposition des peintures de Chazal à Dakar. En 1974, para (...)

41L. S. Senghor, soucieux de promouvoir une écriture nègre, rédigera préface et postface à une anthologie des écrits chazaliens éditée à Dakar14.

42On ne saurait ramener tous les textes évoqués à une interprétation identique. Laissons au mythe lémurien des dimensions et des ramifications d’une ampleur égale à celle du continent fantasmatique qu’il érige. Mais ne le bornons surtout pas à une production coloniale dont il se différencie foncièrement dans la plupart de ses modalités d’expression, y compris par le fait décisif qu’il est offert non à la “consommation” de lecteurs métropolitains (public essentiellement visé par la véritable littérature coloniale française assumant la mission de redonner confiance à un pays en proie au doute...) mais à celle des insulaires de l’océan Indien.

43Elaboration doublement circonscrite, en un lieu, et un temps, elle est probablement conçue pour faire pendant à des productions européennes comparables, et tout aussi datées.

44Car depuis la fin du XIXe siécle, l’évolution des sciences humaines (fondement de la préhistoire, de l’anthropologie physique), la diffusion d’études sur l’origine de l’humanité (ouvrages de Darwin, La descendance de l’homme, 1871 ; de Ernest Haeckel, Histoire de la création, l’Anthropogénèse, 1871 ; pour citer des références de J. Hermann), les avancées linguistiques (avec l’extension des pratiques historico-comparatives) ont généré en Europe des myhologies identitaires, comme celle d’une ascendance indo-européenne (indo-germanique pour les Allemands...), non dépourvues de présupposés ou implications idéologiques.

45Ce sont ces quêtes d’origine prestigieuse légitimant, délibérément ou non, des nationalismes et impérialismes que semble concurrencer la grande rêverie lémurienne qui se nourrit des mêmes besoins : repousser au plus loin le commencement de son histoire (désir d’autant plus crucial pour des Créoles que leur histoire officielle est terriblement courte) ; se doter d’une ascendance plus valorisante que celle de ses rivaux (aboutissant en l’occurrence au renversement symbolique de la subordination à l’Europe) ; autoriser une domination coloniale (celle qui s’exerçait alors sur Madagascar, avec une ardeur particulière au départ de la Réunion, par une surenchère sur la Métropole, corrolaire du complexe précédent) ; abolir des frontières trop étroites (aspiration hautement symbolique pour des insulaires).

46Vivace pendant un demi-siècle, cette source d’inspiration se tarit peu à peu dans les Mascareignes, et surtout après avoir alimenté précisément une œuvre coloniale tout entière dévouée à la politique française assimilationiste.

47Dès lors que la volonté des Créoles ne les portait plus à la défensive, ou à l’orgueilleux refus, mais au contraire à l’acceptation du modèle et de l’influence de l’Occident, ce concept d’une patrie lémurienne devenait moins opérant.

48Après les Leblond, on constate la dissolution complète de cette inspiration mythologique dans la littérature réunionnaise. A. Maurice aujourd’hui, de Malcolm de Chazal, on retient surtout les peintures et dessins, goûtés pour leur fantaisie naïve : leurs reproductions sont ornementation canonique de l’hôtellerie mauricienne ouvrant grand son folklore au tourisme occidental.

  • 15 pp 224-225 de l’édition des Œuvres Complètes, poésie, de J. Rabémanajara, Paris, Présence Africain (...)

49C’est alors sur la "Grande Ile" qu’on retrouve un dernier avatar, dans des œuvres fortement marquées du sceau indianocéanique comme celle du grand écrivain malgache Jacques Rébémananjara. Ainsi dans son recueil Lamba. A travers cet hymne à la femme malgache, figure emblématique d’une nation pour la reconnaissance de laquelle il se bat - Lamba est écrit en prison en 1950 - s’effectue une interrogation sur les origines (la voile de mon boutre hantée par le regret de lointaines genèses). Et résonnent ces vers15 :

Voici, voici rompant l’opacité des eaux, / rompant du blanc chaos l’accablement d’apocalypse et de granit / resurgir, ô prodige, avec ton port de tête et l’anse de tes hanches, / belle suprêmement de ta beauté impaire, / la fabuleuse Lémurie ! / La Lémurie où git tout l’os de notre énigme ! / La Lémurie des dieux rieurs et des talismans forts de fuchsines fulminatoires !

50A l’inverse de Jules Hermann, point n’est besoin pour Rabémanajara de traquer les vestiges naturels pour accréditer la thèse d’un peuple original. Il lui suffit de contempler la beauté typée de la femme malgache pour se convaincre de la permanence d’une lignée ancestrale. La résurgence du motif lémurien s’opère encore sur fond de résistance à l’assimilation coloniale, et cette fois dans l’affirmation épanouie, assurée, et durable d’une identité nationale.

Notes

1 En 1947 Jean Paulhan, qui venait de découvrir Sens Plastique, écrit pour les lecteurs du Figaro Littéraire (du 11 octobre) : "Ça n’arrive pas tous les jours de rencontrer un écrivain de génie que personne ne connaît. En voici un". André Breton, le 16 octobre, dans la préface à une exposition de Jacques Hérold : "On n’avait rien entendu de si fort depuis Lautréamont." Ils reprendront à plusieurs reprises ces éloges.

2 Parallèlement aux œuvres “appliquées”, il rédige des textes en établissant la genèse, ou théorisant sa philosophie esthétique, comme Sens Plastique (dont le tome I paraît en 1945, le tome II en 47, à Maurice).

3 Cette accusation de mystification, il la suscite en bonne partie par des actes provocateurs - d’un humour digne de Dali-, comme ces articles dans la presse mauricienne expliquant “comment devenir un génie”...

4 Sens Plastique, paru d’abord à Maurice, puis dans un second temps - 1948 - chez Gallimard à Paris, est un ouvrage qui regroupe les recueils de Pensées (I, II, II, IV, V), parus auparavant, c’est-à-dire dès 1939.

5 Ou pour m’y risquer très hâtivement, voici une ébauche de présentation : pour Chazal, la nature non seulement porte des traces de l’homme, mais elle le reflète. Approfondir la connaissance du paysage, de la faune, de la flore, c’est approfondir celle de l’homme, atteindre à l’archétypique ou à l’universel, et par là au divin, l’homme ayant été créé à l’image de Dieu.

6 Quelques titres de Jules Hermann : La Question coloniale, 1901 ; Projet de constitution coloniale, 1904 ; La colonisation de l’île Bourbon, 1900 ; La fondation du quartier de St Pierre, 1898.

7 Est-ce pour cette raison d’un obsessionnel acharnement à surenchérir dans la démonstration que l’ouvrage intégral ne paraît que posthume, sans mention de date ni d’éditeur, sans doute à St Denis de la Réunion en 1927, avec mention de la mort de l’auteur en 1924, et présentation scrupuleuse de croquis, inachevés, car la mort surprit l’auteur le crayon à la main, précise une légende qui renforce encore le halo de sensation et de mystère d’une étrange publication ?

8 Dans son accumulation de références, J. Hermann n’évite pas toujours l’incohérence ou la contradiction. Ainsi, au sujet du nom de Lémurie, propose-t-il une autre étymologie en un autre endroit : Geoffroy St-Hilaire, le premier, y vit avec Madagascar, l’indice d’un continent disparu, et tous depuis d’accepter l’hypothèse comme justifiée. Quand les théories évolutives de Lamarque avec Darwin, battirent leur plein, Ernest Haeckel y vit le berceau du genre humain et le point de départ de la dispersion des races. “Depuis que la vie humaine existe sur la surface de la Terre, dit-il (Histoire de la création, C. Reinwald, Paris, 1874), c’est-à-dire depuis tant de millions d’années, la terre et la mer se sont perpétuellement disputé la souveraineté. Des continents et des îles ont été engloutis sous les flots, d’autres en ont surgi... A la place de la mer des Indes était un continent s’étendant le long de l’Asie méridionale, de l’Afrique et de la Malaisie. Ce vaste et ancien continent a été appelé Lémuria par l’anglais Sclater, d’après tes makes qui caractérisent sa faune. Son existence est d’un grand intérêt. C’est là que vraisemblablement fut le berceau du genre humain. C’est là que très probablement l’homme se dégagea de la forme simiesque anthropoïde”. Ce long extrait permet d’apprécier la démarche et la documentation de Hermann, et la création en abyme de cette mythologie. Il ne manifeste cependant pas sur ce point capital le souci d’explication étymologique ailleurs abondamment déployé ; reportons-nous alors à l’article de Bloch et Wartburd : Lémurien, 1804. Dér. sav. de Lémures (attesté depuis 1488), terme d’antiquité romaine, empr. du lat. Lemures "âmes des morts" ; les lémuriens ont ainsi été nommés parce que ce sont des animaux nocturnes.

9 Et non “l’île des Cygnes” ; comme on le voit quelquefois indiqué, précise-t-il. Saisissons cette opportunité pour rappeler la multiplicité des dénominations que ces terres insulaires ont connues au gré des navigateurs hollandais, anglais, portugais (d’où le nom de l’ensemble, d’après un célèbre patronyme portugais : Mascarenthas). Ce sont les Français qui en en prenant vraiment possession en 1642 les baptiseront Ile de France (pour l’actuelle Maurice) et Ile Bourbon (aujourd’hui La Réunion) ; noms qui s’utilisent encore quelquefois, dans des visées archaïsantes ou folklorisantes.

10 De petits exemples issus des quelques 200 pages d’étymologie : Mississipi de Misi (prononcez missi tispy), qui a de grands débordements. Nantes de Ma nanta ou nanti : où l’on reçoit bien, où on vient au devant. Sorbonne, de Sorobonary : où l’on reçoit des grades, des diplômes !...

11 Jean-Louis Joubert, “Pour une exporation de la Lémurie. Une mythologie littéraire de l’Océan Indien", Annuaire des Pays de l’Océan Indien, Paris, 1976. J-L Joubert est indiscutablement le grand redécouvreur de ce territoire mythique, grand redécouvreur de ce territoire mythique qu’avait cependant auparavant défriché dans sa thèse, Indianocéanisme, humanisme et négritude, le critique mauicien Camille de Rauville.

12 Cf. M-A Leblond, Après l’exotisme de Loti, le roman colonial, éd. Rasmussen, Paris, 1926, manifeste du Mouvement Colonial. Cf. aussi le numéro 7 de Itinéraires et Contacts de Cultures, le roman colonial”, Publication de Paris XIII, l’Harmattan, 1987.
La réfécence lémurienne est plus explicite encore dans une œuvre antérieure écrite en collaboration avec Ary Leblond, L’île enchantée, La Réunion, (librairie de la Revue Française, Alexis Redier éditeur, Paris, 1931). On peut citer la présentation liminaire de "La Réunion", pp 16-18 : C’est une Insulinde qui merveilleusement survit avec Madagascar et Maurice du continent immergé de la Lémurie, cette Atlantide australe où s’étaient conservées les formes les plus moelleuses des espèces antédiluviennes (...)

13 pour reprendre une formule de Ph. Lejeune parlant de quête d’identité individuelle dans un topos des récits autobiographiques “Récits de naissance” in Cahiers de sémiotiques textuelles no 4 Paris X, 1985.

14 En 1973, L. Senghor a fait organiser une exposition des peintures de Chazal à Dakar. En 1974, paraît à Dakar, aux Nouvelles Editions Africaines, Chazal des antipodes : approche et anthologie, de Camille de Rauville. Signalons aussi que l’œuvre de M. de Chazal a suscité l’attention de Présence Africaine, dès 1947 (articles d’Aimé Patri).

15 pp 224-225 de l’édition des Œuvres Complètes, poésie, de J. Rabémanajara, Paris, Présence Africaine, 1978 ;
La première édition de Lamba, aux éditions Présence Africaine, date de 1956.

© Presses Universitaires de Bordeaux, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search