Version classiqueVersion mobile

Littérature de jeunesse au présent (2)

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Gilles Béhotéguy

Partie II. La bande dessinée, du mauvais genre à la littérature

Si « Peau d’Âne » m’était montré… Le conte de Perrault à l’épreuve de la case : formes et enjeux des transpositions en bande dessinée

Christiane Connan-Pintado

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Peau d’Âne » occupe une place à part au sein des contes de Perrault car le plus célèbre des Contes en vers représente également les contes populaires que l’on qualifiait volontiers, sous l’Ancien Régime, de « contes de Peau d’Âne ». Mademoiselle Lhéritier, nièce de Perrault, témoigne de ce lien entre l’écrit et l’oral dans le madrigal cité en conclusion de la Préface de 1694 : « Le Conte de Peau d’Âne est ici raconté / Avec tant de naïveté, / Qu’il ne m’a pas moins divertie, / Que quand auprès du feu ma Nourrice ou ma Mie / Tenaient en le faisant mon esprit enchanté1 ». Les épisodes de ce conte enchanteur marquent l’imagination et sont propres à susciter d’inoubliables images mentales, de celles qui caractérisent la transmission orale, d’après Nicole Belmont2, pour qui l’illustration accompagnant le passage à l’écrit ne sera jamais qu’un piètre palliatif.

« Peau d’Âne » – « premier conte où Perrault s’adresse, ou paraît s’adresser à l’enfance3 » – occupe également une place à part ...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search