Version classiqueVersion mobile

Le français et les langues partenaires : convivialité et compétitivité

 | 
Musanji Nglasso-Mwatha

Première partie. Politiques linguistiques et problèmes de convivialité

Discours et représentations des langues chez des jeunes algériens en migration estudiantine en France

Sabrina Hezlaoui-Hamelin

Texte intégral

1Notre objectif est d’essayer de traiter la question complexe des langues en présence en Algérie et les relations qu’entretiennent ces dernières entre elles. Il s’agit d’une tentative de micro description sociolinguistique à partir des discours d’étudiants algériens en mobilité académique de longue durée à l’université de Franche-Comté. Ces derniers font partie de notre corpus de recherche doctorale qui porte essentiellement, et non seulement, sur les représentations du français.

2Nous présenterons, en premier lieu, un aperçu du paysage sociolinguistique algérien. Ensuite, à partir des discours recueillis par entretien auprès des étudiants, nous déterminerons leurs représentations sociolinguistiques du français, de leur langue maternelle et les autres langues en contact et les relations qu’entretiennent les langues de leurs répertoires linguistiques.

Les langues des Algériens

  • 1 Taleb, Ibrahimi Khaoula, Les Algériens et leur(s) langue(s) : éléments pour une approche sociolingu (...)

3Le paysage sociolinguistique algérien est complexe du fait de sa nature composite : nous retrouvons l’arabe standard comme langue officielle et nationale, le berbère comme langue nationale depuis 2002, le français, l’anglais et l’espagnol comme langues étrangères et toutes les autres variétés dialectales de l’arabe et du berbère. Taleb Ibrahimi Khaoula1 regroupe toutes ces langues dans trois grandes sphères linguistiques.

La sphère arabophone

4Cette sphère est la plus importante par le nombre de ses locuteurs (85 % de la population algérienne) et son expansion géographique. Elle englobe l’arabe standard et toutes les variétés de l’arabe dialectal algérien.

  • 2 Dans cette communication nous n’établirons pas de distinction entre arabe standard, moderne et arab (...)

5L’arabe standard2 est la langue de l’État, de l’école, des médias, de l’administration, de la littérature contemporaine... Il n’est parlé et compris que par les Algériens scolarisés à l’école d’après l’indépendance.

  • 3 Grine, Nadia, « Mondialisation, langues et identité (s) nationale(s) : quels choix s’offrent à l’Al (...)

6Les politiques d’arabisation entreprises au lendemain de l’indépendance de l’Algérie avaient comme objectif de re-rendre les Algériens, désarabisés par les Français, des Arabes et surtout d’affirmer l’appartenance de ce pays naissant à la Nation arabe El Oumma. Malgré les efforts considérables entrepris, ces politiques n’ont pas atteint tous leurs objectifs et « cette arabisation n’a touché que les secteurs de l’idéologie, de l’éducation, de l’administration. La généralisation de l’utilisation de la langue arabe n’a été et n’est toujours qu’un slogan que nul ne prend très au sérieux »3.

  • 4 Taleb, Ibrahimi Khaoula, op. cit., p. 28.

7L’arabe dialectal constitue la langue maternelle de la majorité des Algériens. Il est la première langue de socialisation et de communication ; à travers elle se construit l’imaginaire de l’individu et son univers affectif4. Son usage est exclusivement oral. Il véhicule aussi une culture populaire très riche.

La sphère berbérophone

8Elle est constituée de plusieurs dialectes berbères à savoir le kabyle, le chaoui, le m’zabi et le targui... Ils sont implantés respectivement dans le Djurdjura en Kabylie, les Aurès, le M’zab et le Hoggar. Le nombre des locuteurs berbérophones n’est pas précis. Les chiffres publiés varient entre 14 et 20 %.

9Ces dialectes, qui sont à l’origine les parlers des premiers habitants du Maghreb, étaient discrédités et non reconnus par le pouvoir algérien dès 1962, au lendemain de l’indépendance. Longtemps et jusqu’au « Printemps berbère » en 1980 et même plus tard, les politiques et les élites arabophones marginalisaient ces dialectes. Il a fallu attendre avril 2002 pour voir le tamazight ou le berbère reconnu comme une langue nationale. Les berbérophones, représentés essentiellement par les Kabyles, continuent de revendiquer un statut officiel pour le berbère.

Les langues étrangères

10Officiellement, le français est considéré comme une langue étrangère mais dans le domaine social, économique et administratif, il occupe le statut d’une langue très privilégiée. Malgré le processus d’arabisation entamé par l’État après l’indépendance du pays et sa situation conflictuelle avec l’arabe, le français reste très présent dans le domaine universitaire, publicitaire, la presse, les enseignes des commerces, les imprimés et documents administratifs... Le nombre de locuteurs maîtrisant plus au moins correctement le français est estimé à environ 8 millions.

  • 5 Queffélec, Ambroise, Derradji, Yacine, Debov, Valéry et al., Le français en Algérie : lexique et dy (...)

11Après plusieurs réformes de l’école fondamentale, aujourd’hui le français est enseigné à partir de la troisième année de primaire, à l’âge de huit ans, et jusqu’au baccalauréat. À l’université, il est la langue d’enseignement d’une grande partie des filières scientifiques et technologiques. L’arabisation n’a atteint que 46 % des enseignements universitaires5.

  • 6 Selon des statistiques publiées en 1997 par le ministère de l’Éducation nationale algrérien, 98,72  (...)

12Comme deuxième langue étrangère nous retrouvons l’anglais. Il est enseigné à partir de la première année de collège et jusqu’au lycée. En 1993, une réforme de l’école fondamentale a proposé l’anglais comme première langue étrangère au même rang que le français. Le choix de la première langue étrangère est laissé à l’appréciation des parents. La réalité socioculturelle et sociolinguistique du sujet parlant algérien a fait que cette expérience s’est avérée être un échec total6 ce qui a poussé son abandon quelques années plus tard.

13D’autres langues étrangères sont enseignées au lycée comme l’espagnol, l’italien et l’allemand.

14Après avoir dessiné brièvement le paysage sociolinguistique algérien nous essayerons dans la partie qui suit de cerner les représentations sociolinguistiques des langues d’étudiants algériens en situations de migration estudiantine en Franche-Comté, à partir de leurs discours recueillis par entretien.

Profil des témoins

15Le corpus est constitué de 11 étudiants algériens inscrits à l’université de Franche-Comté, 5 garçons et 6 filles.

16Les témoins se regroupent dans deux groupes déterminés par la durée du séjour en France : Les primo-arrivants (1-7, I-9, I-10 et I-11) qui sont en France depuis moins d’un an et les autres dont la durée de séjour varie entre 5 ans et demi et 14 ans au moment de la réalisation des entretiens. Ces derniers ont été réalisés entre 2008 et 2012.

17Tous les témoins ont été scolarisés à l’école fondamentale. Ils ont eu comme première langue étrangère le français et l’anglais comme deuxième langue étrangère à l’exception de I-3 qui a eu l’espagnol au lieu de l’anglais car lors de sa scolarisation au collège, elle a fait partie des classes expérimentales dans lesquelles on enseignait l’espagnol.

Le répertoire langagier des témoins

18Dans le tableau ci-dessus, nous avons présenté les langues des informateurs selon leur ordre d’apparition dans leur entourage (famille, société, école).

19On remarque que la deuxième langue diffère selon que les témoins sont berbérophones ou arabophones. Pour les arabophones, elle renvoie à l’arabe standard, langue enseignée et d’enseignement à l’école primaire. Pour les berbérophones c’est l’arabe dialectal. Ces langues se présentent souvent ainsi mais dans le discours des témoins berbérophones on trouve un autre ordre attribué à ces langues. Pour certains, le français est placé en deuxième position tout de suite après le kabyle ou au même niveau que l’arabe.

20Séquence 1

I-4 : [le français] Pas seulement un moyen de communication ça fait partie aussi de ma langue maternelle/ c’est une langue que je parle avec même avec mes parents/moi je ne sais pas qu’est-ce que parce que quand on dit une langue maternelle ça dépend si c’est la langue de ton entourage seulement que tes parents te parlent donc moi si je dis la langue maternelle la plus proche après l’arabe euh après le kabyle ça serait le français et pas l’arabe.

21L’informatrice 4 s’interroge sur qu’est-ce qu’une langue maternelle ? Car pour elle le fait de parler une langue, chez soi, avec ses parents fait d’elle une langue maternelle. Donc elle considère le français comme sa langue maternelle et la met après le kabyle et avant l’arabe.

22Séquence 2

1-6 : Enfin moi je l’ai/ enfin pour moi ça fait partie de/allez je vais faire peut-être plaisir au politique française/ ça fait partie de mon identité j’ai grandi avec elle/ ça fait partie de moi c’est vrai que je ne peux pas être français plus qu’un Français en matière de langue je parle/ mais ça fait une partie intégrante de moi c’est comme l’arabe c’est pas ma langue maternelle les deux mais ça fait partie intégrante de moi je les comprends très bien et je les parle très bien ça.

23Dans cette séquence, I-6 considère la langue française comme une composante de son identité. Contrairement à 14, il positionne le français au même niveau que l’arabe en précisant que les deux ne sont pas ses langues maternelles mais elles participent à la constitution de son identité linguistique.

24Séquence 3

I-1 : C’est une langue quand même qui euh j’sais pas/ qui a toujours fait partie en fait j’sais pas de nous quoi/ nous quand je dis nous bon sais pas euh de l’Algérien peut être/ je sais pas et puis pas tous mais euh en ce qui me concerne le français a toujours était là/la langue française a toujours été là c’est pour ça que pour moi la langue euh la langue étrangère c’est pour l’anglais […] bon après euh après c’est vrai que ça était le problème euh un butin euh qui a fait/ qui était qui est devenu indissociable euh de euh indissociable de même de la culture kabyle.
  • 7 On a vu plus haut la situation linguistique des berbérophones et le statut inégalitaire de leurs la (...)

25On retrouve dans le discours de cet informateur d’origine kabyle, la manifestation du conflit berbérophones/arabophones7. Une distinction entre les Algériens : il commence par parler de l’Algérien et son rapport au français ; après il précise « pas tous » (renvoie peut-être aux arabophones). Puis il parle de lui et de son rapport à la langue française qu’il généralise à la fin à toute la communauté kabyle.

26Pour l’informatrice 8 berbérophone d’origine chaoui, la situation est différente. Déjà, elle comprend le chaoui mais elle ne le parle pas ; sa première langue de socialisation est l’arabe dialectal. Elle s’identifie à la fois dans l’arabe et le chaoui.

27Séquence 4

I-8 : Non dans ma région tout le monde maîtrise les deux le chaoui et l’arabe
E : Et quel rapport vous avez avec la langue chaoui ?
I-8 : Ah j’aime bien c’est c’est vraiment une identité pour moi
E : Parce que vous/ en fait donc du coup vous n’êtes pas arabe vous êtes chaoui ?
I-8 : Oui
E : Mais vous vous identifiez euh comme arabophone ?
I-8 : Ben oui.

28Plus loin dans l’entretien, nous lui demandons de classer dans l’ordre croissant son attachement aux langues de son répertoire. Elle nous répond ainsi : « Ça serait anglais chaoui arabe et après français. » On remarque qu’elle place l’arabe avant le chaoui et le français en première position. Il faut savoir que cette informatrice est née d’une mère française d’origine algérienne. Elle est née et a grandi en Algérie. Elle est en France depuis 2006 avec sa famille mais elle compte retourner en Algérie après ses études.

Les discours et représentations du français

29Tous les informateurs, toutes origines ethnolinguistiques confondues, déclarent que le français fait partie essentielle de leur identité et culture. On a vu plus haut dans les séquences 1, 2 et 3 les discours de trois étudiants kabyles et celui de l’étudiante chaoui. Voici le discours de trois étudiantes arabes :

30Séquence 5

1-5 : C’est une langue enfin/ je trouve c’est comme si enfin maintenant enfin elle fait quand même un peu partie de notre culture algérienne/ je veux dire en Algérie tellement ça fait partie de la culture algérienne qu’on se rend même pas compte que c’est une langue qui n’est pas la nôtre […] c’est comme si elle faisait partie de notre culture parce que par exemple les journaux ils sont imprimés en français en arabe et en français/ je suppose que les journaux français en français sont plus lus que les journaux écrits en arabe/après beaucoup de choses administratifs se font par ça/ les études universitaires aussi médecine c’est en français et tout/ donc en fait ça fait partie de notre culture bien que normalement je veux dire c’est pas je veux dire notre langue nous c’est l’arabe mais après c’est les conséquences euh enfin c’est les rapports c’est l’histoire c’est les conséquences de l’histoire […] donc je veux dire en Algérie c’est comme si ça faisait partie je veux dire intégrante de d’identité algérienne en ce moment.

31Dans cette séquence l’informatrice 5 explique comment et pourquoi le français fait partie de la culture algérienne. Sa présence importante dans les médias, les administrations et les études supérieures fait de lui une langue ancrée dans le paysage sociolinguistique. Néanmoins, elle précise que l’arabe reste la langue des Algériens. Elle renvoie cette présence du français à l’histoire et les conséquences de la colonisation. L’utilisation de « un peu partie » et « bien que normalement » montre que cet ancrage est mal assumé.

32Séquence 6

I-3 : C’est une langue c’est ma deuxième langue […] Oui parce qu’elle fait partie de mon mon répertoire.

33Séquence 7

I-11 : Franchement [rires] c’était euh en arrivant ici j’ai pris conscience d’une seule chose/ c’était euh/ le français vraiment
existe vraiment en Algérie/ que le français est vraiment une langue seconde chez nous en Algérie/ c’était pas différent d’ici.

34Ces deux dernières séquences viennent confirmer les déclarations des autres témoins qui accordent au français un statut très privilégié.

Exposition et usage disparates du français en Algérie

35L’exposition à la langue française en Algérie diffère d’une région à une autre. Les habitants des régions du Nord sont réputés pour être des bilingues contrairement aux habitants des villes à l’intérieur et au sud du pays.

36Dans les déclarations des informateurs, on trouve une différence quant à leur exposition à la langue française et son usage. Ils n’ont pas eu le même contact avec elle. Certains affirment avoir été exposés à la langue française avant leur scolarité soit au sein de la famille avec les parents ou bien à travers les médias. Voici quelques extraits :

37Séquence 8

I-11 : Oui tout le temps je dirai même dès ma naissance/ d’ailleurs mon père comme tous ceux de sa génération il est bilingue/ d’ailleurs il maîtrise le français il ne maîtrise pas l’arabe classique et oui et ma mère elle me parlait souvent en français beaucoup plus elle nous chantait des chansons en français et tout/ voir même les chaînes télévisées on avait que les chaînes françaises depuis euh jusqu’à l’âge de douze ans je pense on avait que des chaînes françaises oui du coup j’étais tout le temps en contact avec cette langue.

38Séquence 9

I-7 : Oui j’ai eu la chance de la côtoyer/ de côtoyer la langue/ c’est moi mes parents sont bilingues et en fait pour mon père c’était plus le truc que je regarde que le truc télévision française/ c’était TF1 France 2 le journal télévisé c’était en français c’était jamais en arabe.

39Séquence 10

I-10 : J’étais confronté avec euh/ avec le français par exemple vis-à-vis les médias/ beaucoup plus quand j’étais petit les dessins animés dans la chaîne télévisée algérienne officielle/ il y avait qu’une de toute façon euh il y avait les dessins animés en arabe et des dessins animés en français.

40Le discours ci-dessous des témoins 9 et 2 démontrent une différentiation dans les usages du français selon les villes ou régions. Dans la séquence suivante, I-9 parle même de « complexe de parler le français » dans les villes qui se trouvent à l’intérieur du pays.

41Séquence 11

I-9 : Surtout on a un petit complexe de parler français en Algérie/ c’est pas en Algérie/ dans les dans les villes un petit peu à l’intérieur si vous parlez français tout le monde vous regarde comme ça/soit vous exagérez/ soit vous avez pas les pieds sur terre pourquoi vous parlez français alors qu’il y a l’arabe c’est ça un petit peu.

42Selon toujours l’informateur 9, le contact avec la langue française ne se fait qu’à l’école car en dehors, les habitants de sa ville n’aiment pas s’exprimer en français. Il finit son discours par une comparaison avec les habitants de la capitale qui selon lui, parlent le français. Cette représentation est largement partagée par les populations habitant l’intérieur et le sud du pays.

43Séquence 12

I-9 : Quand on sort pardon de l’école on trouve que les gens n’aiment pas le français/ ils aiment parler l’arabe [...] et voilà je suis dans une région un petit peu euh/ comment dire priser euh/comment dire elle est euh voilà conservatrice exactement […] je trouve que les gens d’Alger ils ont plus recours au français ils l’utilisent plus.

44L’informatrice 2 déclare utiliser rarement le français en Algérie même lors de sa formation universitaire dispensée en français. Pour elle l’usage du français dans la vie quotidienne des Algériens dépend des régions, des villes et des personnes.

45Séquence 13

I-2 : Déjà quand j’étais en Algérie je parle rarement le français […]
E : Et euh pourquoi tu disais qu’en Algérie tu parlais euh tu parlais rarement le français ?
I-2 : Ben euh parce que entre nous les étudiants/ on a les cours les études en français après juste on sort on oublie la langue française et on revient à notre langue directement et on essaye même pas de parler/ on parle mais juste des mots on utilise euh des mots en parlant/ donc on fait un mélange de langues/ euh mais parler comme ça que le français c’est très rare.
E : Et euh tu viens du Nord et le Nord en Algérie il a la réputation de euh que les gens parlent beaucoup le français/ et tu penses que c’est pas ça ? Que c’est une image qu’on a du Nord euh que c’est pas vrai ?
I-2 : Après ça dépend des/ tout dépend des régions/ tout dépend des villes aussi et des gens.
  • 8 Taleb, Ibrahimi Khaoula, op. cit. ; Asselah-Rahal, Safia, Mififenet, Tassadit, Zaboot Tahar, « Le c (...)

46À partir des discours de ces étudiants, on peut conclure que le français, officiellement une langue étrangère enseignée à l’école, jouit d’un statut très privilégié dans la société algérienne. Les témoins le considèrent comme une composante de l’identité algérienne, voire même, pour certains, comme une deuxième langue maternelle. Cela pourrait s’expliquer par l’histoire de la langue française et de son ancrage dans la société algérienne8. Cette représentation est accentuée chez les Kabyles. Cela s’expliquerait par le statut minoritaire de la langue kabyle par rapport à la langue arabe. Ils adopteraient la langue française en opposition à la langue arabe.

47On conclut aussi, toujours à partir des discours des informateurs, que l’exposition et l’usage du français dans la société algérienne diffèrent selon les régions, les villes et les personnes. Certains témoins déclarent avoir eu une exposition précoce à la langue française au sein de leurs familles par les parents ou la télévision. D’autres affirment que l’utilisation de la langue française est quasi inexistante dans le milieu informel et mal vue dans leur entourage.

Notes

1 Taleb, Ibrahimi Khaoula, Les Algériens et leur(s) langue(s) : éléments pour une approche sociolinguistique de la société algérienne, Alger, El hikma, 1997, 2e édition, p. 328.

2 Dans cette communication nous n’établirons pas de distinction entre arabe standard, moderne et arabe classique.

3 Grine, Nadia, « Mondialisation, langues et identité (s) nationale(s) : quels choix s’offrent à l’Algérie », Lengas, 56, 2004, p. 253-268, p. 256.

4 Taleb, Ibrahimi Khaoula, op. cit., p. 28.

5 Queffélec, Ambroise, Derradji, Yacine, Debov, Valéry et al., Le français en Algérie : lexique et dynamique des langues, Bruxelles, Duculot, 2002, p. 46.

6 Selon des statistiques publiées en 1997 par le ministère de l’Éducation nationale algrérien, 98,72 % des populations scolarisées ont choisi le français comme première langue étrangère contre 1,28 % pour l’anglais. Voir Queffélec et al., op. cit.

7 On a vu plus haut la situation linguistique des berbérophones et le statut inégalitaire de leurs langues. Cette dernière a fait naître un conflit entre les berbérophones, essentiellement les Kabyles, et les arabophones représentés par le pouvoir. Cela s’est reflété dans les discours ambiants de la société et dans les relations entre les deux populations : les arabophones et les berbérophones (les Kabyles).

8 Taleb, Ibrahimi Khaoula, op. cit. ; Asselah-Rahal, Safia, Mififenet, Tassadit, Zaboot Tahar, « Le contexte sociolinguistique en Algérie », in Asselah-Rahal, Safia et Blanchet, Philippe (dits), Plurilinguisme et enseignement des langues en Algérie. Rôles du français en contexte didactique, Cortil-Wodon (B), EME, 2007, p. 11-16 ; Queffélec et al., op. cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pub/docannexe/image/42107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search