Version classiqueVersion mobile

Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

 | 
Christiane Connan-Pintado
, 
Sylvie Lalagüe-Dulac
, 
Gersende Plissonneau

Vies esclaves

À la recherche d’Edmond Albius, esclave réunionnais, « fantôme » de l’histoire

Christiane Connan-Pintado et Sylvie Lalagüe-Dulac

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le parfum de vanille qu’il y avait dans l’excellente glace que vous nous avez servie tout à l’heure, duchesse, vient d’une plante qui s’appelle le vanillier. Celle-là produit bien des fleurs à la fois masculines et féminines, mais une sorte de paroi dure, placée entre elles, empêche toute communication. Aussi ne pouvait-on jamais avoir de fruits jusqu’au jour où un jeune nègre natif de la Réunion et nommé Albius, ce qui, entre parenthèses, est assez comique pour un Noir puisque cela veut dire blanc, eut l’idée, à l’aide d’une petite pointe, de mettre en rapport les organes séparés.
Marcel Proust

L’allusion placée par Proust en 1921 dans la bouche de M. de Bréauté1 résume l’histoire d’Edmond Albius dont elle met en relation les deux pôles – « un jeune nègre natif de la Réunion » et une précieuse découverte scientifique – mais il y manque un terme plus précis, celui d’ “esclavage” car c’est à ce prix que l’on put savourer le goût de la vanille en Europe. Si cette histoire est encore peu...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search