Version classiqueVersion mobile

L’inconvenance

 | 
Béatrice Laville
, 
Élisabeth Magne
, 
Florence Plet

De l’Antiquité à la période classique, jouer avec l’inconvenance

Traces d’inconvenance en Grèce archaïque

François Dingremont

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les épopées homériques, polythéistes et narratives, quelle est la pertinence de la notion d’inconvenance, alors même que le contexte n’est ni celui de la morale judéo-chrétienne, ni celui de l’éthique et de l’anthropologie philosophiques ? C’est à ce questionnement que nous allons tenter d’apporter une réponse. Le doute quant à la validité de la question est légitime. On pourrait en effet arguer que, puisque l’univers de la tradition homérique n’est pas celui de la morale et de la philosophie, la notion d’inconvenance ne saurait y trouver place, faute de références à des critères clairs et distincts relevant de la « faculté de juger ».

Notre article s’efforcera de montrer ce qu’a de hâtif cette appréciation. Nous donnerons d’abord un aperçu des raisons, mauvaises selon nous, qui inciteraient à croire que la poésie homérique est indifférente à l’idée d’inconvenance et de convenance, car l’un ne va pas sans l’autre. Puis nous montrerons que le souci de convenance existe bien et qu...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search