Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des valeurs dans la littérature du XIXe siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès

Quatrième partie. Valeurs pensives. Zola et l’incarnation

1. Le théâtre des passions : invention d’un nouveau poncif1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pas de mot plus équivoque que celui de passion. S’il implique le fait de subir, de se laisser emporter ou aveugler par des impressions qui viennent du dehors, cette agitation du corps ébranlé par des affects engendre aussi une représentation, une image mentale à propos d’un objet que l’on désire, qui vous met en joie ou qui vous afflige. Peut-être la passion est-elle d’ailleurs indissociable du symptôme qui la dénote : elle est cette tristesse, cette joie, cette fureur, ce désir, ces affects plus ou moins durables qui résultent d’une prédisposition corporelle, d’un tempérament, d’une humeur. La passion, très tôt, s’impose ainsi sous le signe d’une « passivation » qui, paradoxalement, peut se retourner en une activité fébrile dont l’origine première se situe à l’interférence de l’organique (les passions ont un siège) et du psychique : elles sont des affections de l’âme. Voilà, grossièrement résumée, l’idée que l’on se faisait des passions dans la représentation classique du sujet. Ma...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter