Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des valeurs dans la littérature du XIXe siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès

Troisième partie. Valeurs éthiques

3. Sancta simplicitas1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

À plusieurs reprises, nous avons rencontré, dans les deux chapitres précédents, des personnages « simples », notamment Esther dans Bleak House, Tom Pinch dans Martin Chuzzlewitt et Pauline dans La Joie de vivre. Pour définir cette vertu, dont les Béatitudes font l’éloge, je partirai de Fénelon. La simplicité, déclare-t-il, est « l’oubli constant de soi-même2 ». Point d’analyse, point de retour sur soi, point de maladie du scrupule, point de réflexivité torturante chez les êtres simples. La simplicité est toujours une adéquation de soi à soi et de soi au monde. Elle est, par définition, l’antithèse de la division et du pluriel. Fondée sur l’absence d’amour-propre, elle implique virtuellement un abandon à une puissance supérieure. En cela, la simplicité est sublime. Si « rien n’est plus grand que de se perdre de vue soi-même3 », cela tient à ce que ce dessaisissement crée un appel, postule une transcendance, la présuppose tout au moins dans une absolutisation de l’autre. La simplicité...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter