Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des valeurs dans la littérature du XIXe siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès

Troisième partie. Valeurs éthiques

2. La Joie de vivre ou les créances de la charité1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les romans de Zola, l’argent désigne une réalité large et mouvante qui dépasse les questions financières et économiques. À l’intersection du public et du privé, il permet de définir les comportements moraux. Quant aux échanges interpersonnels, ils sont toujours référés, métaphoriquement ou non, à la circulation de l’argent, à la transmission d’un héritage, à la capitalisation d’un avoir. Ces remarques ne s’appliquent pas seulement à La Curée ou à L’Argent, mais à des romans en apparence plus intimistes comme La Joie de vivre. On y enferme des titres dans des secrétaires ou dans une armoire ou, en sens inverse, on les exhibe en évoquant leur passage d’un lieu dans un autre ; on décrit aussi leur épuisement. Et, comme il convient dans un drame domestique, l’intrigue a pour point de départ le manque initial des Chanteau, leur infortune de petits rentiers que l’arrivée de Pauline pourrait compenser. Il faut en effet la venue de cette héritière pour que naisse, sous le signe de la d...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter