Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des valeurs dans la littérature du XIXe siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès

Troisième partie. Valeurs éthiques

1. Les récits de bienfaisance chez Balzac et chez Dickens

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le titre de ce chapitre mérite quelques explications. Le mot « bienfaisance » s’y neutralise pour désigner aussi bien les effets de la charité privée que ceux de la charité publique, l’exercice d’une philanthropie bienveillante ou bien encore les pratiques de la charité chrétienne. Or, cette neutralisation n’était pas de mise dans la première moitié du xixe siècle. Les mots « charité », « bienfaisance », « philanthropie » entraient souvent en concurrence et donnaient lieu à des discours polémiques.

Le mot « bienfaisance » est attesté depuis 1665. On le rencontre sous la plume de l’abbé Le Moyne dans son Art de régner. Le premier dictionnaire qui accueille ce vocable est le Nouveau dictionnaire du voyageur (1684). Mais il doit sa fortune à l’abbé de Saint-Pierre. Le supplément au Dictionnaire de Trévoux, en 1751, à l’entrée « bienfaisance1 », cite, de l’auteur du Projet de paix universelle entre les nations, cette phrase qui remonterait à mai 1725 : « L’esprit de la vraie religion et ...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter