Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des valeurs dans la littérature du XIXe siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès

Deuxième partie. Les valeurs du vivant au tournant des XIXe et des XXe siècles : d’un paradigme l’autre

3. L’art et la vie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si l’on a jusqu’ici privilégié un continuum et mis en avant les solidarités horizontales ou verticales de l’individu avec la nation, la société, l’histoire d’un peuple, il importe également de voir que la pensée esthétique invoque, elle aussi, la vie comme valeur fondatrice, non point seulement parce que, conformément aux postulats de la mimésis réaliste, la première qualité de l’œuvre d’art serait d’être vivante, mais parce que l’art, contrairement à ce qu’affirme une vulgate décadente ou symboliste, loin d’être séparation, prolongerait la vie, l’accomplirait. Il ne serait plus névrose, mais santé, il ne serait plus dissidence, mais ferment d’harmonie. Il ne serait plus « jeu », il serait, comme le disent conjointement Guyau et Tarde, sérieux comme la vie. La « crise des valeurs symbolistes » est en quelque sorte précédée par un double courant philosophique, l’un qui, parti des morales utilitaires et les dépassant, fonde l’esthétique sur les sensations, les fonctions organiques, l’...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter