Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des valeurs dans la littérature du XIXe siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès

Deuxième partie. Les valeurs du vivant au tournant des XIXe et des XXe siècles : d’un paradigme l’autre

2. Morale et politique : fécondité et solidarité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Généalogie de la morale

Bergson s’opposait à Spencer dont l’organicisme lui semblait avoir la rigidité d’un système. Guyau, lui, ne cesse d’avoir en vue, si l’on peut dire, le penseur anglais, il le reprend, dans tous les sens du terme, et enfin s’en écarte. Spencer est son horizon premier, le Maître qui l’inspire, qui l’influence, et dont il veut, finalement se différencier. Il le glorifie pour mieux le contester. Voyons de plus près ce jeu de reprise et de déprise, qui, dans l’écart qu’il institue, fait signe, nous semble-t-il, pour qui veut comprendre les changements de paradigme.

« M. Herbert Spencer est une sorte de Spinoza positiviste, avec cette différence que, approfondissant davantage le principe de la persistance dans l’être, il en tire celui du progrès dans l’être, toute conservation est une évolution1. » J’extrais cette phrase de l’essai de Guyau, La Morale anglaise contemporaine parce qu’elle a le mérite de souligner ce qu’il y a d’a priorique, comme dirait Frédéric Rauh,...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter