Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des valeurs dans la littérature du XIXe siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès

Deuxième partie. Les valeurs du vivant au tournant des XIXe et des XXe siècles : d’un paradigme l’autre

1. Cadre notionnel et cadre rhétorique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Toute approche biologique tend à déployer un registre temporel interne à un organisme, registre que celui-ci contient, déplie, accomplit et qui le dépasse néanmoins en l’articulant à ce qui n’est pas lui. Cette ouverture d’un être vivant à ce qui l’excède nécessairement est le point de départ d’un double réseau analogique, l’un qui met en relation organisation biologique, organisation sociale, et milieu de vie, l’autre qui tend à corréler mémoire de l’espèce et mémoire individuelle. On sait combien les déclics de l’analogie sont essentiels au darwinisme. C’est la sélection des espèces par les éleveurs qui autorise à songer à la sélection naturelle. C’est Malthus et les thèses qu’il défend sur la surpopulation qui incitent Darwin à donner un rôle essentiel à l’alimentation dans la lutte pour la vie. C’est la concurrence économique qui fournit un modèle à la concurrence des individus au sein des espèces et des espèces entre elles. Le social est rabattu sur le biologique. Marx constata...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter