Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des valeurs dans la littérature du XIXe siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès

Deuxième partie. Les valeurs du vivant au tournant des XIXe et des XXe siècles : d’un paradigme l’autre

Les valeurs du travail au tournant des XIXe et XXe siècles : d’un paradigme l’autre1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Alors que s’ouvre une « crise des valeurs symbolistes2 » et que se développe un imaginaire de l’énergie, les références à la biologie, dans les écrits philosophiques et littéraires, dans un contexte tout autre que celui des années 1860-1880, permettent de délimiter un cadre épistémique. Deux repères serviront de bornes temporelles, Zola, en 1893, dans Le Docteur Pascal, en lisant Dejerine3, prend connaissance des thèses défendues par Haeckel, Weismann, Galton ; en 1907, Bergson dans L’Évolution créatrice, se rapporte, lui aussi, aux savoirs de son temps. Il se réfère notamment aux travaux de Weismann, s’interroge sur la notion de mutation telle que l’a définie de Vries, tout en ayant en ligne de mire le « système » de Spencer. Certes, la « ferveur » de Gide, dans Les Nourritures terrestres, n’implique aucune référence aux sciences de la vie et les « naturistes » ne se réclament pas du darwinisme, mais de Zola ou de Verhaeren : la littérature s’invente souvent à partir d’elle-même. P...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter