Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La fabrique des valeurs dans la littérature du XIXe siècle

 | 
Jean-Louis Cabanès

Première partie. Valeur esthétique et réécriture

1. Créer un poncif1

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Petit parcours dans quelques textes « nuls » pour mieux comprendre ceux qui ne le sont pas

Une question se pose, accablante, à la lecture des poésies ferroviaires écrites dans la période 1850-1890 : pourquoi sont-elles si nulles alors que les romans étudiés par Jacques Noiray dans sa thèse, Le Romancier et la Machine2, à défaut d’être toujours de grandes œuvres, stimulent souvent l’intérêt ? En énonçant ces jugements de goût quelque peu abrupts, et en différenciant ainsi les genres, j’ai bien conscience de réintroduire une notion que les études littéraires négligent volontiers : celle de valeur. En me fondant sur les représentations des trains dans quelques textes poétiques, je me risque cependant à en faire usage, quitte à énoncer d’abord ce constat désagréable sur le plan méthodologique : les relevés thématiques ne peuvent servir de discriminants. Si les poèmes de Du Camp, de Manuel, de Fèvre-Desprez – de bien d’autres encore – sont particulièrement mauvais, ils développent cependa...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter