Version classiqueVersion mobile

La Nouvelle en Europe

 | 
Andrée-Marie Harmat
, 
Yves Iehl
, 
Nathalie Vincent-Arnaud
, 
et al.

L’implicite dans la nouvelle européenne du vingtième siècle

Andrée-Marie Harmat, Olga Cadars et Marianne Vidal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En tant que forme brève, la nouvelle exige des lecteurs un travail interprétatif plus important que des récits plus volumineux et, souvent, plus explicites. Loin de se contenter d’un signifié « allégé », le texte bref dans la période qui nous occupe revendique au contraire la capacité de véhiculer, par le biais de sa compacité parfois déroutante, des contenus par ailleurs inexprimables. C’est ce « sous-texte » exigeant, impliquant le lecteur dans la reconstitution d’un parcours signifiant possible, dans le décodage d’une trame textuelle lacunaire, voire incohérente, dont il s’agit à présent d’analyser les mécanismes souterrains. Dérivé du latin implicitus (dérivé de implicare, lui-même issu de plicare, plier), le terme « implicite » s’avère particulièrement apte à décrire le sous-texte de la nouvelle : littéralement enveloppé dans les plis du texte, le contenu implicite est un signifié caché dépassant la valeur notionnelle et dénotative claire de la langue ; il englobe tous les prés...

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search