Version classiqueVersion mobile

La Nouvelle en Europe

 | 
Andrée-Marie Harmat
, 
Yves Iehl
, 
Nathalie Vincent-Arnaud
, 
et al.

Les configurations énonciatives de la nouvelle

Andrée-Marie Harmat, Nathalie Vincent-Arnaud, Jean Nimis et Marianne Vidal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La nouvelle et sa singularité énonciative

L’approche peut surprendre : œuvre de fiction narrative en prose, en quoi la nouvelle peut-elle en effet relever de modalités énonciatives différentes de celles du roman ? En quoi la brièveté d’un texte écrit implique-t-elle une spécificité de ses configurations énonciatives ? Le débat n’est certes pas nouveau, se fondant sur le postulat, énoncé il y a presque vingt ans, selon lequel la nouvelle se singularise par son caractère de « véhicule d’expérimentations diverses »1 éminemment susceptible de faire surgir à l’intérieur d’un espace restreint ces dispositifs langagiers inédits propres à aiguiser la curiosité de l’analyste. Loin d’être résolue, cette question demeure d’une actualité certaine, comme en témoigne notamment une communication faite lors d’un récent colloque d’anglicistes sur l’existence éventuelle de différences stylistiques entre la « fiction courte » et la « fiction longue ».2

Cette problématique amène au centre du débat la que...

Auteurs

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search