Version classiqueVersion mobile

La Nouvelle en Europe

 | 
Andrée-Marie Harmat
, 
Yves Iehl
, 
Nathalie Vincent-Arnaud
, 
et al.

La théâtralité de la nouvelle

Andrée-Marie Harmat, Olga Cadars, Jean Nimis et Yves Iehl

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La nouvelle entre narrativité et théâtralité

Récit de fiction bref en prose, la nouvelle s’inscrit dans le genre narratif aux côtés du roman et du conte. C’est le plus souvent par rapport au roman qu’on l’analyse, parce que, comme ce dernier, elle propose une diégèse, organisée selon une poétique narrative (avec des personnages, la construction d’une tension narrative ou dramatique, une chute finale etc.)

Cependant, comme nous l’avons déjà souvent remarqué, la nouvelle n’est pas un roman en miniature : sa brièveté la rapproche de façon beaucoup plus pertinente d’autres formes littéraires brèves comme celles qui relèvent du genre lyrique et du genre dramatique (souvenons-nous de la distinction que font les anglo-saxons entre la nouvelle lyrique et la nouvelle dramatique). On peut également penser au grand nombre d’auteurs qui écrivent à la fois de la poésie et des nouvelles (La Fontaine, Théophile Gautier, Theodor Storm, Gérard de Nerval, Edgar Allan Poe, etc.) ou nouvelles et théâtre ...

Auteurs

© Presses Universitaires de Bordeaux, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search